Navigation – Plan du site

AccueilNumeros33Comptes rendusLes Filles Marx. Correspondance d...

Comptes rendus

Les Filles Marx. Correspondance de Jenny, Laura et Eleanor

Introduction de Michelle Perrot, Paris, Éditions sociales, 2023, 479 p.
Jean-Numa Ducange
Référence(s) :

Les Filles Marx. Correspondance de Jenny, Laura et Eleanor, Introduction de Michelle Perrot, Paris, Éditions sociales, 2023, 479 p.

Texte intégral

1Cette réédition par les Éditions sociales du recueil de correspondances des « filles Marx » (Jenny, Laura et Eleanor) vaut assurément le détour. À celles et ceux qui connaissaient déjà ce volume, paru une première fois en 1979 aux éditions Albin Michel, il faut d’emblée préciser qu’il ne s’agit pas que d’une réimpression à l’identique : outre un bref avant-propos, 38 lettres ont été ajoutées, dont quatre inédites en français. Certaines sont particulièrement fournies et suggestives. Pour les lectrices et les lecteurs qui ne la connaissaient qu’à travers des mentions çà et là, on ne peut que recommander l’acquisition de cette nouvelle édition.

2L’ouvrage permet de mieux connaître la vie publique et privée des trois filles de Karl Marx, leur rôle « domestique » et politique. Si les documents réunis ici n’apportent pas de nouveautés particulières ni de « révélation », ils permettent néanmoins de reconstituer l’atmosphère de la vie quotidienne de la famille de l’illustre fondateur du « socialisme scientifique ». Marx apparaît ici sous un autre jour alors que nombre de personnes continuent à le considérer comme une référence absolue – ou bien un théoricien à combattre – sans au fond prendre le temps de connaître des éléments de sa vie privée… pas toujours reluisante, certes, comme le présent recueil l’atteste ! Les femmes restent alors largement dépendantes de leur fonction de mère : on voit ici les activités accaparantes qu’implique le fait de s’occuper d’enfants en bas âge, surtout à une époque où les maladies graves de ces derniers sont difficiles à soigner. Ce n’est d’ailleurs pas minimiser son œuvre ni son influence que d’insister sur les aspects plus personnels et intimes de Marx, même s’il faut se garder de prendre appui sur ces lettres pour préparer une sorte de damnatio memoriae de l’auteur du Capital, sous prétexte qu’il correspondrait aux stéréotypes du « mâle » patriarcal du xixe siècle… Ce qu’il était, indubitablement ! Mais invalider au nom de cela toute son œuvre n’aurait aucun sens.

3Fort heureusement, ce n’est pas la voie que suit Michelle Perrot dans sa longue introduction, qui restitue les limites du « grand » homme, sans pour autant le vouer aux gémonies. Un portrait sans complaisance mais équilibré que l’on aimerait volontiers lire davantage dans d’autres études. Parmi les éléments qui ont le mieux résisté au temps, soulignons cette remarque méthodologique des plus pertinentes (les filles de Marx étant liées et mariées à des dirigeants du mouvement ouvrier) pour comprendre les premières étapes de la diffusion du marxisme :

À la mise en place d’organisations défendant la ligne de Marx, ses filles se montrent fort actives, au point que le marxisme est apparu d’abord comme une « histoire de la famille Marx », de « cette vieille plaie qu’est notre famille » écrit Eleanor qui souffre de ce jugement. Et il est vrai qu’en ses débuts, le marxisme s’est appuyé sur le noyau des filles et des gendres et sur le réseau des amis (p. 33).

4Perrot poursuit ensuite sur l’importance de « l’informel » dans la constitution des identités politiques. D’ailleurs, nombre de lettres vont au-delà de 1883 (de la mort de Marx donc), éclairant aussi la trajectoire d’Engels entre 1883 et 1895 et le réseau qui permet la première propagation de ce qui allait devenir au siècle suivant les « classiques du marxisme ». La célèbre historienne des femmes restitue tout cela à merveille, montrant sa connaissance étendue de la famille Marx sous divers aspects, qu’elle traite avec passion et brio, le tout servi par une belle plume. Elle rappelle nombre d’éléments du contexte, notamment le fait que le militantisme féminin n’est alors pas nécessairement féministe :

Féministes, les filles de Marx ? Pas vraiment. Elles ne participent pas aux luttes ou aux organisations féministes de leur époque et éprouvent même de l’agacement à l’égard des femmes émancipées (p. 46).

  • 1 Pierre Boichu, Jean-Numa Ducange, Une singulière histoire d’archives socialistes du Parti communist (...)

5Bien sûr, on pourra regretter que l’éditeur n’ait pas fait l’effort d’ajouter un texte complémentaire – même descriptif et informatif – sur l’état des connaissances à propos de la vie de Karl Marx, de nombreux ouvrages biographiques étant parus depuis. Les lecteurs et lectrices ayant consulté récemment la biographie de Jonathan Sperber (Karl Marx, homme du XIXe siècle, Paris, Piranha, 2019), ou encore le dernier livre de Marcello Musto (Les dernières années de Karl Marx, Paris, PUF, 2023) seront parfois un peu décontenancé∙es. On pourra également remarquer que l’éditeur n’a pas non plus souhaité en dire un peu plus sur le « fonds Bottigelli » dont sont issus la plupart des documents reproduits ici. Le germaniste communiste Émile Bottigelli avait en effet récupéré des archives de la famille Marx via un des descendants, Marcel-Charles Longuet. Sa veuve (Bottigelli meurt en 1975) fait notamment des choix éditoriaux puis patrimoniaux (une histoire presque rocambolesque, puisque nombre de documents se sont finalement retrouvés à Moscou à l’Institut du marxisme-léninisme) méritant d’être rappelés et commentés. À l’époque, Michelle Perrot était discrète sur le sujet, une discrétion qui renvoie probablement au fait que la destination finale desdites archives n’était pas encore établie. On renverra ici aux recherches menées par l’auteur de ces lignes avec l’archiviste Pierre Boichu1.

6Malgré ces quelques remarques relatives au manque d’ambition du projet éditorial, on ne peut que saluer la remise en circulation de ces correspondances finalement peu connues au-delà du public des initiés. Signalons pour finir la destinée éditoriale (pour le moins singulière, elle aussi) du présent volume : initialement, c’est donc Albin Michel qui édite Les filles de Karl Marx en 1979, soit une grande maison d’édition indépendante de tout courant politique. À cette date, la maison d’édition les Éditions sociales (organiquement liée au PCF, alors un parti très influent) cherche à capter le plus possible tout ce qui se fait de et autour de Marx, à une époque où il est sévèrement concurrencé par les courants « gauchistes » (notamment par les éditions Maspero). Que des archives Bottigelli se retrouvent hors du giron du PCF en 1979 n’a donc rien d’anecdotique. Or ce volume de 2023 est publié… aux Éditions sociales ! Celles-ci ne sont plus liées au PCF, mais héritent du fonds ; et elles relèvent désormais davantage de la nébuleuse des petites maisons d’édition d’extrême-gauche marxisantes, souvent dynamiques. Ainsi, au-delà du contenu lui-même, fort instructif et documenté, le présent livre a aussi une histoire ô combien révélatrice des usages faits de Marx et des documents et archives qui lui sont liés depuis plusieurs décennies.

Haut de page

Notes

1 Pierre Boichu, Jean-Numa Ducange, Une singulière histoire d’archives socialistes du Parti communiste. Inventaire du fonds Paul Lafargue aux Archives départementales de la Seine-Saint-Denis, Bobigny, Archives du PCF, 2013.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Numa Ducange, « Les Filles Marx. Correspondance de Jenny, Laura et Eleanor »Genre & Histoire [En ligne], 33 | 2024, mis en ligne le 01 avril 2024, consulté le 12 juillet 2024. URL : http://journals.openedition.org/genrehistoire/9460 ; DOI : https://doi.org/10.4000/11y8f

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search