Navigation – Plan du site

AccueilNumeros33Comptes rendusAlexandre Antolin, Une censure éd...

Comptes rendus

Alexandre Antolin, Une censure éditoriale : Ravages de Violette Leduc

Lyon, Presses universitaires de Lyon, 2023, 496 p.
Aya Nakamura
Référence(s) :

Alexandre Antolin, Une censure éditoriale : Ravages de Violette Leduc, Lyon, Presses universitaires de Lyon, 2023, 496 p.

Texte intégral

1Cet ouvrage interroge les raisons de la censure éditoriale qu’a subie le roman autobiographique de Violette Leduc, Ravages, en 1954-55, en le replaçant dans son contexte historique et en examinant son manuscrit.

2Plusieurs éléments du roman – l’homosexualité féminine et l’avortement, entre autres – étant jugés par les éditeurs comme impubliables, malgré le soutien de Simone de Beauvoir, Leduc a été obligée de les supprimer complètement ou de les modifier à contrecœur, avant que le roman ne soit finalement accepté par la maison Gallimard. En 1966, les premières cent cinquante pages amputées, relatant l’histoire d’amour de la narratrice avec Isabelle, ont pu être publiées séparément sous le titre Thérèse et Isabelle. Pourtant, sur le reste de la version originale de Ravages, on ne sut pendant longtemps que peu de choses, malgré les travaux pionniers sur le sujet menés par Catherine Viollet. Cette situation a commencé à évoluer en 2015 lorsque Sylvie Le Bon de Beauvoir, la fille adoptive de Simone de Beauvoir – amie, protectrice, muse et légataire des droits d’auteur moraux de Leduc – a déposé à l’Institut Mémoires de l’édition contemporaine (IMEC) le manuscrit de Ravages, composé de seize cahiers. Il se trouve qu’Alexandre Antolin était alors stagiaire à l’IMEC et travaillait sur les œuvres de Violette Leduc. Naturellement, il a décidé de poursuivre ses recherches en doctorat à étudier ce manuscrit. Le présent ouvrage est issu de cette thèse.

3Ravages relate l’histoire de Thérèse, la narratrice, et les rapports amoureux que vit celle-ci tour à tour avec trois personnes : le premier amour est celui d’adolescence avec une jeune fille rencontrée au collège en pensionnat, Isabelle ; le deuxième amour est Cécile, une femme avec qui Thérèse vit en concubinage ; le troisième est Marc, qu’elle épouse et avec lequel elle mène brièvement une vie conjugale orageuse, avant de se décider à divorcer. La dernière partie du roman enfin fait le récit de l’histoire de l’avortement clandestin que subit Thérèse ; elle qui ne veut pas devenir mère frôle la mort après une fausse couche déclenchée par une faiseuse d’anges. Elle survit toutefois.

4Afin d’explorer les raisons expliquant la censure imposée à ce roman, les trois premiers chapitres de l’ouvrage situent Ravages dans le champ littéraire des années 1950 en France, le replacent dans le catalogue de la maison Gallimard de l’époque et le comparent avec les cas d’autres écrivain·es qui ont fait scandale ou frôlé la censure, tel·les Françoise Sagan, Jean Genet, Pauline Réage (Dominique Aury), Suzanne Allen ou Hélène Bessette. Antolin retrace ensuite la genèse du roman, étape par étape.

  • 1 La coupure est indiquée par des points de suspension dans la version imprimée de 1955. Violette Led (...)

5Les trois chapitres suivants sont consacrés à l’étude génétique des coupes et des modifications. Antolin entreprend d’abord une analyse détaillée de la représentation de l’amour saphique de Thérèse avec Isabelle et Cécile. Il montre comment l’écriture de Leduc, tout en reprenant certains éléments de la littérature saphique, renouvelle radicalement le genre. Dans un deuxième temps, Antolin explore la représentation de l’hétérosexualité dans le rapport de la narratrice avec Marc. L’étude démontre que l’écriture de Leduc subvertit souvent le modèle hégémonique de l’hétérosexualité. Antolin se penche par exemple sur la « scène du taxi », où Thérèse est violée par Marc le soir de leur première rencontre. Cette scène a dû être supprimée dans la version imprimée de 19551, mais les manuscrits révèlent qu’en racontant la scène du point de vue de la victime, Leduc avait initialement dépeint Thérèse comme « une victime qui domine son agresseur », une des raisons pour lesquelles ce passage a peut-être déplu aux éditeurs masculins. L’ouvrage examine ensuite la dernière partie du roman, qui consiste en une série de scènes décrivant les nombreuses tentatives de Thérèse pour se faire avorter, le déroulement de l’opération et ses suites. Antolin tente ici aussi de comprendre les raisons de la censure, en examinant les lois du 31 juillet 1920 et du 27 mars 1923 interdisant non seulement l’avortement, mais aussi toute incitation à celui-ci, et les implications que cette législation a eues sur l’écriture de Leduc. Elle a sans doute empêché l’auteure d’écrire sur l’avortement dans un style naturaliste et l’a obligée à « aseptise[r] » certaines scènes (p. 243).

6Dans les deux derniers chapitres de l’ouvrage, Antolin analyse d’abord la différence entre la fin de la version imprimée et celle du manuscrit et l’effet que la censure a eu sur l’ensemble du récit. Il observe notamment que la version originale de l’histoire se termine sur une note explicitement positive, ce qui n’est pas le cas dans la version imprimée. Il s’intéresse ensuite à la réception de Ravages après 1955 et à la manière dont l’expérience relatée dans ce roman a été reprise dans d’autres œuvres, en particulier dans La Bâtarde, autobiographie de Leduc parue en 1964. Il fait remarquer que si cette œuvre ultérieure a pu être publiée sans être censurée, l’autocensure semble néanmoins avoir fonctionné en son sein (p. 347-361).

7L’expérience de la censure éditoriale étant un élément essentiel dans la trajectoire de Leduc en tant qu’écrivaine, l’étude d’Antolin sera indispensable à toute personne cherchant à comprendre Leduc et son œuvre. Elle sera également d’une grande utilité pour quiconque s’intéresse à l’histoire du genre et des sexualités ou à l’histoire de l’édition littéraire en France au milieu du xxe siècle. L’étude se situe dans ces disciplines et une grande attention est accordée au contexte historique dans lequel la censure s’est produite. Pour ce faire, outre les manuscrits du roman, un grand nombre de sources primaires, dont des articles de journaux dans le dossier de presse sur Leduc, des sources d’archives concernant la Commission de censure promulguée par la loi du 16 juillet 1949 ainsi que la correspondance des grandes figures littéraires et artistiques autour de Leduc, ont été consultées.

  • 2 Violette Leduc, Ravages, éd. augmentée, par Alexandre Antolin, Mireille Brioude et Anaïs Frantz, di (...)

8Enfin, il convient de signaler que le livre comporte une longue annexe qui inclut des extraits de passages importants du manuscrit, mais les lecteur·rices qui souhaitent avoir accès à la première version de Ravages ont tout intérêt à se procurer l’édition augmentée du roman, qui vient de sortir en novembre 20232. Dans cette nouvelle édition, établie par Antolin lui-même et deux autres chercheuses, Mireille Brioude et Anaïs Frantz, les passages censurés en 1955 ont été ajoutés à l’encre violette, ce qui nous permet non seulement de découvrir la première version mais aussi de mesurer par nous-mêmes la différence entre la version originale et la version censurée.

Haut de page

Notes

1 La coupure est indiquée par des points de suspension dans la version imprimée de 1955. Violette Leduc, Ravages, Paris, Gallimard (coll. « Folio »), 1975 [1955], p. 47.

2 Violette Leduc, Ravages, éd. augmentée, par Alexandre Antolin, Mireille Brioude et Anaïs Frantz, dir. Margot Gallimard, préf. de Mathilde Forget et Camille Froidevaux-Metterie, Paris, Gallimard (coll. « L’Imaginaire »), 2023.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Aya Nakamura, « Alexandre Antolin, Une censure éditoriale : Ravages de Violette Leduc »Genre & Histoire [En ligne], 33 | 2024, mis en ligne le 01 avril 2024, consulté le 12 juillet 2024. URL : http://journals.openedition.org/genrehistoire/9468 ; DOI : https://doi.org/10.4000/11y8g

Haut de page

Auteur

Aya Nakamura

Université de Rikkyo, Tokyo, Japon, aya.nakamura1218@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search