Navigation – Plan du site

AccueilNumeros33Comptes rendusFlavie Leroux, Les maîtresses du ...

Comptes rendus

Flavie Leroux, Les maîtresses du roi, de Henri IV à Louis XIV

Ceyzérieu, Champ Vallon, 2020, 419 p.
Isaure Boitel
Référence(s) :

Flavie Leroux, Les maîtresses du roi, de Henri IV à Louis XIV, Ceyzérieu, Champ Vallon, 2020, 419 p.

Texte intégral

  • 1 Cf. notamment Fanny Cosandey, La reine de France. Symbole et pouvoir, Paris, Gallimard, 2000 ; Isab (...)

1Le livre écrit par Flavie Leroux, issu d’une thèse soutenue à l’EHESS (Paris) en 2017, se propose de faire des maîtresses des premiers Bourbons un sujet permettant d’apporter un éclairage nouveau sur les dynamiques auliques et sur la manière dont le souverain compose avec les pouvoirs qui sont les siens et les limites qui s’imposent à lui. Attachée de recherche depuis 2018 au centre de recherche du château de Versailles, Flavie Leroux participe au renouvellement de l’histoire politique et sociale de la période moderne en s’intéressant au féminin dans les espaces de pouvoir. Son travail s’inscrit en effet dans la lignée de publications stimulantes examinant la place des femmes à la cour de France1. En accordant son attention aux maîtresses qui se sont succédées dans les cœurs d’Henri IV et de Louis XIV, l’historienne étudie la position sociale occupée par ces femmes dont la présence et l’influence dans le milieu curial dépend de la faveur du roi. À travers les trajectoires de figures de cour « sensiblement centrale[s] et socialement marginale[s] » (p. 9), Flavie Leroux évalue la manière dont les maîtresses se positionnent dans l’espace social, sonde leurs capacités économiques, interroge leur agency et éclaire les pratiques de distribution de la faveur dont elles et leur famille bénéficient.

2Après une brève introduction permettant de justifier l’intérêt scientifique et historiographique de son sujet et d’exposer les principales thématiques guidant sa réflexion, l’autrice débute son ouvrage par un prologue dans lequel elle précise les critères chronologiques et sémantiques qui lui ont permis de construire un solide corpus féminin. En ne retenant que les maîtresses désignées ou considérées comme telles par les contemporains ayant laissé suffisamment de traces dans les sources, elle parvient à constituer un groupe de 19 maîtresses (cinq pour Henri IV et quatorze pour Louis XIV) évoluant à la cour entre 1589 et 1715. Malgré l’hétérogénéité des situations et des contextes, chacune de ces courtisanes d’exception appartient à une famille noble gravitant dans l’entourage du roi. Leur lignage leur offre l’accès à la personne royale et la faveur qui en résulte apparaît davantage comme « le résultat d’un processus social » que comme « la conséquence d’une inclination personnelle » (p. 26).

  • 2 Alain Guéry, « Le roi dépensier. Le don, la contrainte et l’origine du système financier de la mona (...)

3La première partie de l’ouvrage consacrée à l’expression de la faveur royale témoigne de l’influence des réflexions développées par Alain Guéry sur le don et les finances de la monarchie2. L’autrice cherche en effet à reconstituer l’élévation sociale des maîtresses en prenant en compte l’état initial de leur fortune, leur situation matrimoniale et leur capacité juridique. Elle montre bien comment Henri IV, attiré plutôt par des jeunes filles célibataires, se sert de leur mariage pour dissimuler une première libéralité puis recourt à différents stratagèmes pour gratifier ses aimées et l’entourage de celles-ci. Louis XIV, pour sa part, jette davantage son dévolu sur des dames du palais ou des filles d’honneur, les récompense au moyen de pensions ou de dons exceptionnels pouvant atteindre des sommes vertigineuses (la duchesse de Fontanges reçoit ainsi 80 000 livres par an en 1680). Les souverains n’étant pas libres de distribuer des possessions territoriales en vertu de l’inaliénabilité de la Couronne, ils préfèrent donner à leurs maîtresses les moyens d’acquérir une terre ou bien trouvent des stratagèmes pour leur concéder un domaine sans que cela paraisse scandaleux. Autre signe de l’ascension sociale des maîtresses royales, l’attribution d’un titre (marquise, duchesse, pair de France) leur confère des dignités et des honneurs particuliers. Par ailleurs, certaines se voient récompensées d’une charge de cour à l’instar de Madame de Montespan qui devient, en avril 1679, surintendante de la maison de la Reine. Bien que le rang occupé à la cour varie d’une situation à l’autre, ces femmes se distinguent par leur apparat et leur train de vie, signifiant à l’ensemble de la société aulique le caractère singulier de la relation qui les lie au monarque.

4Voulant comprendre comment les apports dont jouissent les maîtresses peuvent profiter à leur descendance, Flavie Leroux se concentre ensuite sur les amantes devenues mères d’enfants naturels. L’échantillon étudié se resserre alors autour de quatre « maîtresse[s]-mère[s] » (p. 137) du temps d’Henri IV et deux pendant le règne de son petit-fils. Désireux d’assurer l’avenir de leurs bâtards et de faire d’eux des princes, les souverains légitiment la majorité d’entre eux, leur octroient des charges leur conférant revenus et pouvoirs ou bien encore veillent à leur mariage ou à leurs acquisitions foncières. En somme, les monarques s’investissent pour élever leurs enfants adultérins à un rang et à des dignités jouxtant ceux de la grande noblesse. Si, dans un premier temps, les maîtresses peuvent être associées à la gestion patrimoniale des biens de leurs progéniture naturelle, elles finissent souvent par s’effacer, notamment lorsque la disgrâce les touche, et peuvent dès lors œuvrer à établir et à favoriser les enfants nés d’un autre lit que celui du roi.

5Élargissant encore la focale, la dernière partie du livre appréhende les maîtresses dans leur parentèle, qu’il s’agisse des ascendants ou des collatéraux et replace l’étude de la faveur dans le temps long des histoires familiales. Si les maîtresses sans enfant font le choix d’établir leur(s) neveux ou nièce(s), comme Françoise d’Aubigné avec la fille de son frère, les autres peuvent s’impliquer dans les mariages de leur entourage féminin ou lorsque cela concerne l’union de l’héritier de la famille à laquelle elles appartiennent. L’implication lors du mariage n’est pas la seule manière de contribuer à l’avancement des proches. L’obtention d’une charge peut bénéficier au père ou au frère de la maîtresse ; le placement dans une maison royale ou bien la nomination à des bénéfices sont d’autres formes de retombées participant à l’ascension familiale. Le monarque peut également accorder certaines libéralités voire des dignités aux parents de ses compagnes. Difficile cependant de déterminer si l’intercession de la maîtresse a joué un rôle essentiel. Enfin, se pose la question de l’héritage laissé par les maîtresses au sein de leur famille et, plus largement, des dispositions qu’elles prennent pour le bien de la communauté. Soucieuses de leur salut, comme les reines et bon nombre d’autres dames de la noblesse, elles se distinguent par des actions de charité : fondations de couvents ou d’établissements destinés à l’accueil des malades ou des pauvres, à l’éducation des moins fortunées telle la maison Saint-Louis de Saint-Cyr. Quant à la transmission de leurs biens et au devenir de ceux-ci après leur mort, les situations varient d’une maîtresse à l’autre, le partage pouvant entraîner de fortes tensions à l’instar de la succession de Gabrielle d’Estrées, réglée plus de cinquante ans après la mort de cette dernière.

  • 3 Flavie Leroux et Élodie Vaysse, Versailles, un château au féminin, Paris, Réunion des musées nation (...)

6Fondée sur des sources nombreuses et variées (archives de l’État royal, pièces judiciaires et notariales, documents privés) ainsi que sur une copieuse bibliographie, cette monographie contient également de nombreux outils qui enrichissent la démonstration (un dictionnaire biographique, quelques portraits, des arbres généalogiques, des tableaux comparatifs, une carte) ou aident le lecteur à se repérer (un index). Avec cette riche étude, Flavie Leroux prouve qu’en matière de faveur, la distinction de genre n’est pas vraiment pertinente, les procédés permettant d’élever les mignons s’avérant sensiblement identiques à ceux exposés dans ce volume. À travers les parcours des maîtresses apparaît le champ d’action de souverains qui se livrent à une « transgression raisonnée » (p. 134 et 347) des usages curiaux. En tant que femmes nobles au destin remarquable, celles-ci se révèlent être des actrices impliquées dans les dynamiques familiales, usant d’une influence qui se heurte cependant à l’important fixisme social et familial de leur époque. Grâce à ce volume et à ses dernières publications, l’historienne contribue de manière importante à une meilleure appréciation de la place dévolue au féminin dans l’organisation curiale du royaume3.

Haut de page

Notes

1 Cf. notamment Fanny Cosandey, La reine de France. Symbole et pouvoir, Paris, Gallimard, 2000 ; Isabelle Poutrin et Marie-Karine Schaub (dir.), Femmes et pouvoir politique. Les princesses d’Europe XVe-XVIIIe siècle, Paris, Bréal, 2007 ; Sophie Vergnes, Les Frondeuses. Une révolte au féminin (1643-1661), Seyssel, Champ Vallon, 2013 ; Aubrée David-Chapy, Anne de France, Louise de Savoie, inventions d’un pouvoir au féminin, Paris, Classiques Garnier, 2016 ; Susan Broomhall (dir.), Women and Power at the French Court, 1483-1563, Amsterdam, Amsterdam University Press, 2018 ; Caroline zum Kolk et Kathleen Wilson-Chevalier (dir.), Femmes à la cour de France. Charges et fonctions (XVe-XIXe siècle), Villeneuve d’Ascq, Septentrion, 2018.

2 Alain Guéry, « Le roi dépensier. Le don, la contrainte et l’origine du système financier de la monarchie française d’Ancien Régime », Annales. Économies, Sociétés, Civilisations, 39 (1984), p. 1241-1269.

3 Flavie Leroux et Élodie Vaysse, Versailles, un château au féminin, Paris, Réunion des musées nationaux/Château de Versailles, 2022 ; Flavie Leroux, L’autre famille royale. Bâtards et maîtresses d’Henri IV à Louis XVI, Paris, Passés composés/Humensis, 2022 ; Flavie Leroux, La marquise de Verneuil, maîtresse d’Henri IV, Paris, Centre de recherche du château de Versailles/Fayard, 2023.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Isaure Boitel, « Flavie Leroux, Les maîtresses du roi, de Henri IV à Louis XIV »Genre & Histoire [En ligne], 33 | 2024, mis en ligne le 01 avril 2024, consulté le 24 juillet 2024. URL : http://journals.openedition.org/genrehistoire/9482 ; DOI : https://doi.org/10.4000/11y8h

Haut de page

Auteur

Isaure Boitel

Université de Picardie Jules Verne (CHSSC), isaure.boitel@u-picardie.fr

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search