Navigation – Plan du site

AccueilNumeros33Comptes rendusÉdouard Sill (dir.), ¡Solidarias!...

Comptes rendus

Édouard Sill (dir.), ¡Solidarias! Les volontaires étrangères et la solidarité internationale féminine durant la guerre d’Espagne, 1936-1939

Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2022, 243 p.
Amélie Nuq
Référence(s) :

Édouard Sill (dir.), ¡Solidarias! Les volontaires étrangères et la solidarité internationale féminine durant la guerre d’Espagne, 1936-1939, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2022, 243 p.

Texte intégral

1Le témoignage de Vita Glanc, recueilli par Jacqueline Tardivel en 1987, illustre les contraintes qu’ont pu rencontrer les femmes souhaitant s’engager dans la guerre civile espagnole (1939-1939). Dès la fin du mois de juillet 1936, peu de temps après l’échec du coup d’État militaire contre le régime démocratique proclamé en 1931, la Seconde République, des étrangèr·es ont commencé à franchir les Pyrénées pour combattre le fascisme aux côtés des miliciens espagnols. Parmi les 35 000 à 40 000 volontaires étrangers qui s’engagent durant toute la durée du conflit, les deux tiers venant de six pays seulement (France, États-Unis, Belgique, Tchécoslovaquie, Canada, Suisse), il y a immédiatement des femmes : elles ont été au minimum 600, peut-être un millier, dont une centaine en dehors des Brigades internationales. Mais cette part féminine du volontariat international en Espagne est longtemps restée peu visible et mal connue. De ce constat est né l’ouvrage ¡Solidarias!, qui reprend les travaux menés lors d’un colloque qui a eu lieu en 2018 à Paris, à l’initiative de l’association des Amis des combattants de l’Espagne républicaine.

2Le livre, qui éclaire la déclinaison des formes prises, pendant la guerre d’Espagne, par la solidarité féminine transnationale, contient quatre grandes parties. La première porte sur les sources et méthodes permettant d’écrire l’histoire des étrangères engagées en Espagne à travers la présentation des données contenues dans le Maitron, d’un fonds états-unien (le fonds Abraham Lincoln Brigade Archives de la Tamiment Library, créé dans les années 1970 à l’initiative de vétérans nord-américains) et de deux bases de données biographiques, l’une néerlandaise (spanjestrijders.nl), l’autre italienne (Oggi in Spagna, domani in Italia). Il s’agit de « donner un aperçu du large éventail de matériels » que ces fonds renferment (p. 39) ainsi que des « aperçus biographiques » (p. 50), plus que d’analyser des trajectoires individuelles ou de proposer une approche prosopographique. Les cinq chapitres constituant la deuxième partie présentent différents groupes nationaux de volontaires (Françaises, Yougoslaves, Italiennes et Autrichiennes) ainsi que le cas d’une Suissesse, Clara Thalmann. La troisième partie éclaire le rôle joué par différentes organisations ou groupes transnationaux comme Solidarité internationale antifasciste, la CGT ou le Secours rouge. Trois figures d’intellectuelles étrangères engagées en Espagne sont évoquées dans la dernière partie de l’ouvrage : la photographe Gerda Taro, la philosophe Simone Weil et la reporter de guerre Martha Gellhorn.

  • 2 Angela Jackson, British Women and the Spanish Civil War, Londres-New York, Routledge, 2002.

3L’historiographie a fait de l’antifascisme un mouvement essentiellement viril et n’a retenu que quelques figures marquantes de volontaires étrangères, cet oubli historiographique étant aussi un oubli mémoriel. En Autriche par exemple, les travaux se sont longtemps centrés sur les volontaires masculins, les Spanienkämpfer ; si les femmes volontaires étaient mentionnées, c’était comme compagnes de leurs partenaires masculins ou cantonnées à un rôle purement humanitaire. En France, certaines femmes volontaires avaient percé ce « mur d’invisibilité » (Claire Rol-Tanguy, p. 9) grâce à leur engagement dans la Résistance, comme Lise London ou Yvonne Robert, mais celui qu’elles avaient eu en Espagne n’était pas le plus connu, alors même qu’il était la matrice de leurs combats futurs. Les volontaires britanniques avaient pour leur part fait l’objet d’une attention plus appuyée, essentiellement du fait de l’historienne Angela Jackson qui, dans le cadre de sa thèse, avait privilégié l’enquête orale et élargi la notion de volontariat en y incluant l’action solidaire depuis l’étranger2.

4L’une des raisons de cette invisibilisation des femmes tient au fait que dans la plupart des témoignages et des historiographies nationales, l’attention s’est centrée sur la part héroïque et combattante du volontariat. Or le volontariat massif des étrangèr·e·s en Espagne a pris une deuxième forme : l’assistance sanitaire et médicale, secteur dans lequel se trouvaient l’essentiel des femmes volontaires, en raison d’une division genrée du travail militant. Au sein de la section française de Solidarité internationale antifasciste ou de la CGT, étudiées respectivement par Valentin Cionini et Morgan Poggioli, les femmes sont nombreuses mais s’occupent de tâches traditionnellement considérées comme féminines ou subalternes, comme la gestion des colonies d’enfants : ce « militantisme de petites mains » (Mercedes Yusta, p. 125) est peu reconnu et peu visible. Dans les 6 225 notices biographiques du Maitron concernant des « volontaires en Espagne républicaine » analysées par Paul Boulland, dont 96 concernent des femmes, la sous-estimation de la contribution de ces dernières s’explique par l’accent mis sur les combattants mais aussi par la durée de leur séjour. Une trentaine de militantes françaises ne sont ainsi pas intégrées au corpus parce qu’elles franchissent les Pyrénées pour peu de temps seulement, afin d’effectuer diverses missions ou acheminer des vivres, par exemple par le biais de récoltes de lait organisées par des organisations proches du PC.

  • 3 Luc Capdevila, « Identités de genre et événement guerrier. Les expériences féminines du combat », S (...)

5On notera que tout humanitaire qu’il était, le volontariat féminin était de nature politique. Une vétérane néerlandaise affirme qu’elles « [n’étaient] pas des Florence Nightingale », faisant référence à la pionnière des infirmières anglaises au xixe siècle, mais qu’elles « [étaient] toutes antifascistes » (p. 47). Cet engagement antifasciste est matriciel, quel que soit le contexte national étudié dans les différentes contributions. Les 17 volontaires yougoslaves étudiées par Hervé Lemesle ont en commun des compétences pour soigner et entourer les blessés, mais aussi un capital militant marqué par l’antifascisme. Le profil et le parcours des 35 Autrichiennes, que présente par Renée Lugschitz, montre que les raisons de leur engagement dans le service médical des Brigades internationales sont éminemment politiques : toutes étaient auparavant actives politiquement et, indépendamment de leur affiliation à des partis, se considéraient comme antifascistes. Beaucoup ont échoué ensuite dans des camps français, d’où elles ont rejoint les rangs de la Résistance, comme Lisa Gavrič, déportée à Ravensbrück où elle a survécu grâce à un groupe de solidarité interne comptant des Espagnoles. Lisa Gavrič se souvient de son expérience espagnole comme de « la plus belle chose de sa vie » (p. 109), comme le temps de la liberté. Comme cela a été pointé pour d’autres conflits, l’antifascisme a permis à nombre de ces femmes de « gagner en liberté en s’enrôlant » (Luc Capdevila3).

6Dans les rangs du camp républicain a eu lieu une expérience de mixité certes incomplète mais réelle. Le cas des Brigades internationales, qui sont l’une des manifestations de la campagne mondiale de solidarité avec l’Espagne républicaine lancée par le Comité exécutif de l’Internationale communiste le 19 septembre 1936, est intéressant. Cet organe politico-militaire rassemblant des volontaires étrangers, dont la vocation est initialement pluraliste mais qui est dirigé et contrôlé par des représentants du Komintern en Espagne, a été, dès l’origine, entendu comme un projet mixte. On a par exemple sollicité pour intégrer certains services des employées étrangères qui, formées par le Parti communiste, pratiquaient deux outils transnationaux par excellence, la sténotypie et la traduction, et étaient parfaitement hispanophones. Toutefois, à leur création à la fin du mois d’octobre 1936, les Brigades internationales appliquent le nouveau règlement militaire que vient d’établir le gouvernement républicain. Entre l’automne 1936 et le printemps 1937, après une période d’effondrement du pouvoir, consécutif au coup d’État et à la situation militaire, le gouvernement décide en effet de reconstituer une armée unique et obligatoire, l’Armée populaire républicaine, pour intégrer les milices ouvrières. Le 1er décembre, dans une note de service, le commandant Vital Gayman rappelle « à tous les commandants d’unités et chefs de service que les Brigades internationales et la base sont des unités régulières de l’Armée espagnole. Dans ces conditions, et suivant le règlement de l’Armée espagnole, aucune femme ne peut être admise dans aucun service que ce soit. (…) Aucune femme ne peut pénétrer dans les cantonnements. (…) Ne pourront être utilisées que des femmes possédant leurs diplômes de médecins, chirurgie, infirmières qualifiées dans les hôpitaux et uniquement dans les services sanitaires, hors des casernes et des unités de combat » (note de service du 1er décembre 1916, signée par le commandant Vital, p. 72). Le 18 janvier 1937, il est prescrit que les « camarades femmes employées dans les services auxiliaires et particulièrement au service de santé ne doivent pas donner à croire qu’elles sont des femmes-soldats ou des miliciennes (…). Elles doivent conserver les vêtements de leur sexe et éviter tout habillement d’allure pseudo-militaire tels que pantalon, capotes, vestes de soldat, etc. » (p. 72). Les unités combattantes des Brigades internationales ne comptent donc pas de femmes, qui sont cantonnées aux services d’intendance et de santé.

7La lectrice ou le lecteur a plaisir à découvrir des parcours biographiques et militants de femmes volontaires, souvent anonymes et qui, de Roumanie, d’Autriche, d’Italie, de France, de Grande-Bretagne, de Palestine ou des États-Unis, ont eu pour point commun de partir combattre le fascisme en Espagne. Souvent, le prix à payer pour cet engagement a été élevé, au-delà des risques encourus pour leur vie : détention dans des camps d’internement français ou allemands, perte des droits civiques… La plupart des volontaires néerlandais·e·s qui se sont rendu·e·s dans la péninsule ibérique sans la médiation du Comité d’aide à l’Espagne, et donc sans l’autorisation officielle du gouvernement, ont dû attendre des décennies pour être investi·e·s à nouveau de leurs pleins droits de citoyen·ne·s. Néanmoins, les chapitres du livre sont courts (huit pages), ce qui ne permet guère une analyse approfondie. Chacun est consacré à un objet, une figure féminine ou un groupe particulier (tel fonds d’archives dans la partie 1, telle nationalité présente parmi les volontaires étrangères engagées en Espagne dans la partie 2, telle organisation dans la partie 3, telle grande figure d’intellectuelle dans la partie 4). Cela forme un ensemble de 17 études de cas qui dialoguent finalement très peu entre elles. Le fait de « faire sortir de l’ombre les femmes qui, elles aussi, étaient parties en Espagne, seules ou avec leur compagnon, combattre le fascisme mais que les récits mémoriels avaient négligées » (Claire Rol-Tanguy, p. 9) semble ainsi être la (seule) raison d’être du livre, dont le caractère analytique aurait gagné à être renforcé. On regrettera par exemple que la spécificité de la guerre civile espagnole ne soit pas davantage questionnée et mise en perspective, au-delà par exemple du lien – déjà connu – entre le caractère matriciel de l’engagement des volontaires en Espagne et leur engagement ultérieur, dans la Résistance française par exemple.

Haut de page

Notes

2 Angela Jackson, British Women and the Spanish Civil War, Londres-New York, Routledge, 2002.

3 Luc Capdevila, « Identités de genre et événement guerrier. Les expériences féminines du combat », Sextant. Revue du Groupe Interdisciplinaire d’Etudes sur les Femmes et le Genre, 28, 2011, dossier thématique Femmes en guerres, p. 22.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Amélie Nuq, « Édouard Sill (dir.), ¡Solidarias! Les volontaires étrangères et la solidarité internationale féminine durant la guerre d’Espagne, 1936-1939 »Genre & Histoire [En ligne], 33 | 2024, mis en ligne le 01 avril 2024, consulté le 11 juillet 2024. URL : http://journals.openedition.org/genrehistoire/9508 ; DOI : https://doi.org/10.4000/11y8j

Haut de page

Auteur

Amélie Nuq

Université Grenoble-Alpes (UMR 5190 – LAHRHA), amelie.nuq@univ-grenoble-alpes.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search