Navigation – Plan du site

AccueilNumeros33Comptes rendusDiane Galbaud du Fort, Comment de...

Comptes rendus

Diane Galbaud du Fort, Comment devient-on Juste ? Lucie Chevalley-Sabatier (1882-1979)

Saint-Denis, Presses Universitaires de Vincennes, 2023, 304 p.
Linda Guerry
Référence(s) :

Diane Galbaud du Fort, Comment devient-on Juste ? Lucie Chevalley-Sabatier (1882-1979), Saint-Denis, Presses Universitaires de Vincennes, 2023, 304 p.

Texte intégral

1Comment devient-on Juste ? Telle est la question au centre de la recherche de Diane Galbaud du Fort qui, pour y répondre, a choisi l’analyse d’un parcours biographique peu connu, celui de Lucie Chevalley-Sabatier (1882-1979) nommée « Juste parmi les Nations » à titre posthume en 1993 par Yad Vashem – Institut international pour la mémoire de la Shoah. Dans le sillage de recherches en histoire choisissant les trajectoires individuelles comme angle d’approche, cet ouvrage retrace celle de Lucie Chevalley-Sabatier pour décrypter « les éléments distinctifs de son existence » au sein de réseaux d’appartenance multiples, tout en portant attention à sa liberté d’action, qui l’ont conduite à sauver des Juifs sous l’Occupation. Issu d’une thèse soutenue en 2021, ce livre de 312 pages comprend une bibliographie, 7 pages d’annexes, 12 pages de « Documents et photographies », et un index des noms de personnes. Les sources de ce travail sont diverses et issues de fonds d’archives publiques et privés : écrits personnels (correspondance, mémoires), entretiens, archives d’organisations et d’administrations.

2Le premier chapitre se concentre sur les quarante premières années de Lucie Chevalley-Sabatier. L’éducation protestante qu’elle reçoit par son père (sa mère est catholique), théologien libéral reconnu qui a tenu une place centrale dans sa vie, joue un rôle important dans sa construction identitaire (p. 26) et son projet d’accéder à des études supérieures. Son mariage à 18 ans avec un professeur de droit protestant (Elie Chevalley) y met un frein et la conduit à s’expatrier plus de vingt ans en Egypte, où son époux enseigne le droit. À l’âge de 26 ans, Lucie Chevalley-Sabatier choisit de reprendre des études à distance et opte pour le droit à l’université de Paris, univers quasi exclusivement masculin. Contribuant à l’émergence du droit international public, elle soutient une thèse, publiée en 1912, sur l’Abbé Grégoire et sa pensée sur le droit entre les peuples, mais ne peut passer l’agrégation de droit, encore interdite aux femmes. À l’occasion d’un séjour en France en 1917, alors que la guerre fait rage et emporte son frère, elle est sollicitée par une amie de la famille pour s’associer aux travaux de la section Législation du Conseil National des Femmes Françaises (CNFF), branche française du Conseil International des Femmes : elle s’engage sur le dossier des allocations et pensions des orphelins de guerre. Quittant de nouveau la France en 1919, elle découvre les camps de réfugiés arméniens au Liban où elle séjourne avec son époux, ce qui fait naitre chez elle un intérêt pour la question du sort des migrants.

3Le deuxième chapitre s’ouvre sur son retour en France en 1922. Elle crée au sein du CNFF une section Émigration puis co-fonde, en 1924, le Service social d’aide aux Émigrants (SSAE), branche française de l’International Migration Service, dont elle rencontre les protagonistes par l’intermédiaire du CNFF. Lucie Chevalley-Sabatier est bénévole au SSAE tout au long de sa carrière jusqu’en 1964 et y mène de front plusieurs dossiers à l’échelle internationale et nationale. À Genève, elle plaide pour une législation internationale qui défend les droits des migrants. À l’échelle nationale, elle organise, par exemple, en 1931, des cours relatifs aux étrangers et au droit les concernant dans les écoles de service social à Paris et travaille à la légitimité publique du SSAE en le faisant reconnaître d’utilité publique (1932) pour accroître son financement. Elle en devient la présidente en 1936, après le décès de son mari. À la fin des années 1930, elle rapproche le Service des structures gouvernementales et obtient une subvention conséquente du ministère du Travail, qui constitue une étape majeure dans son développement au prix d’une perte d’autonomie.

  • 1 Lucienne Chibrac, Les pionnières du travail social auprès des étrangers. Le service d’aide sociale (...)

4Le chapitre 3 porte sur le rôle de Lucie Chevalley-Sabatier dans le maintien du SSAE pendant la Seconde Guerre mondiale, notamment sur le développement du Service social de la main d’œuvre étrangère (SSMOE) que le gouvernement lui avait confié avant-guerre. Ce chapitre revient également sur le choix de la continuité des activités du Service et son légalisme sous le gouvernement de Vichy, histoire déjà analysée par Lucienne Chibrac dans son ouvrage sur le SSAE1.

5Le chapitre 4 explore les choix collectifs et individuels des œuvres sociales sous l’Occupation face à la persécution antisémite par une analyse des agissements de Lucie Chevalley-Sabatier, qui développe le SSAE (qu’elle dirige en relation avec Vichy). En parallèle, elle entreprend, à titre individuel, des actions clandestines. Dès 1940, elle décide d’aider des organisations juives (par ex. le Comité de la rue Amelot) par le transport clandestin d’informations et de fonds en traversant la ligne de démarcation grâce à des laissez-passer obtenus au titre de sa présidence du SSAE, puis co-fonde une organisation clandestine de sauvetage de Juifs : l’Entraide temporaire, dont les activités qu’elle coordonne démarrent en 1941 (cette organisation est l’objet du chapitre 5).

6Diane Galbaud du Fort cherche à comprendre pourquoi Lucie Chevalley-Sabatier fait le choix d’agir à l’écart, en lançant l’Entraide temporaire à l’aide de ses réseaux personnels, à la différence des membres de la Cimade et de l’Œuvre de secours aux enfants qui engagent leur organisation dans des actions de sauvetage. L’autrice l’explique par les liens du SSAE avec le gouvernement, notamment sa dépendance financière et le « dogme inébranlable » (p. 179) de la neutralité qui lui est lié. L’Entraide temporaire est lancée à l’initiative de femmes bourgeoises inscrites dans les réseaux féministes réformistes du CNFF (composé principalement de femmes protestantes, juives et franc-maçonnes) et compte également parmi ses membres des assistantes sociales (du SSAE et d’autres organisations). Soutenant dans un premier temps des Juifs privés d’emploi et des victimes de la répression, l’Entraide temporaire aide des Juifs, adultes et enfants, à se cacher à partir de l’été 1942. Le nombre d’enfants sauvés par cette organisation clandestine est estimé à 500. Diane Galbaud du Fort montre comment Lucie Chevalley-Sabatier, forte de compétences organisationnelles dans le domaine du travail social, professionnalise l’Entraide temporaire dans la mise en œuvre des déplacements, la recherche de lieux de transit, notamment des établissements éducatifs et médicaux, et de familles d’accueil en région parisienne ou dans le Nord-Ouest de la France, mais aussi dans l’obtention de soutiens financiers pour verser des pensions aux hébergeurs. L’Entraide temporaire noue des relations avec certains membres juifs de structures légales, comme l’Union générale des Israélites de France (UGIF) créée par Vichy en 1941, ce qui permet le sauvetage d’enfants exposés à des arrestations.

7Le dernier chapitre du livre analyse avec finesse la « mémoire enfouie » de l’Entraide temporaire après la Libération. Diane Galbaud du Fort pose la question : Lucie Chevalley-Sabatier « serait-elle une résistante civile qui s’ignore ? » Elle transmet seulement deux anecdotes à sa famille sur la période de l’Occupation : elle gardait en permanence avec elle une petite valise contenant le strict nécessaire, en prévision d’une éventuelle arrestation, et dissimulait des billets de banque dans des pelotes de laine pour passer la ligne de démarcation. À la différence d’autres organisations, comme la Cimade, qui communiquent sur leurs actions durant l’Occupation, les membres du SSAE et Lucie Chevalley-Sabatier préfèrent taire une histoire délicate à assumer, en particulier le soutien financier du gouvernement de Vichy, malgré les arrestations, les interrogatoires et la torture par la Gestapo que les membres du Service subissent en 1944. Quant à l’Entraide temporaire, ses protagonistes ne cherchent pas à faire connaître leurs actions de sauvetage. Cette attitude réservée s’apparente à celle d’autres femmes engagées dans la Résistance, pour qui leurs actions relevaient de leur rôle social de genre : assister, ravitailler, héberger, soigner. Ces femmes disent avoir fait leur devoir et, après la guerre, restent discrètes sur leurs actes de résistance, tandis que la figure masculine du résistant, définie par l’action héroïque et armée, est mise en avant. Jusqu’alors méconnue, l’histoire de l’Entraide temporaire, émerge au milieu des années 1980 dans une démarche de reconnaissance grâce à des témoignages d’enfants cachés. Que devient Lucie Chevalley-Sabatier après la guerre ? Elle continue son travail au sein du SSAE au cours des années 1950 et 1960, puis, en 1964, à l’âge de 82 ans, en quitte la présidence pour devenir présidente d’honneur ; au cours des années suivantes, elle reste active au sein du CNFF (qu’elle préside de 1964 à 1970) et dans des organisations internationales. Son action au sein du SSAE lui vaut des distinctions, « chevalier » (1945), « officier » (1954) puis « grand commandeur » (1977) de la Légion d’honneur ; elle reçoit également la médaille Nansen en 1965. C’est plus de dix ans après sa mort qu’elle est reconnue « Juste parmi les Nations » pour son action au sein de l’Entraide temporaire, un pan de son histoire dont elle n’aura jamais parlé. En définitive, cette enquête répond à la question posée au départ en montrant la pertinence d’une analyse biographique éclairée par l’ancrage social et l’appartenance à des réseaux, pour comprendre les mécanismes de la résistance civile et la porosité qui a existé entre organisations officielles et clandestines (p. 271). Cet ouvrage est également une belle contribution à l’histoire du féminisme réformiste et de son maillage, à celle du travail social auprès des étrangers, encore peu étudié et, plus largement, à l’histoire de la Résistance, de ses formes composites à sa mémoire genrée.

Haut de page

Notes

1 Lucienne Chibrac, Les pionnières du travail social auprès des étrangers. Le service d’aide sociale aux émigrants des origines à la Libération, Paris, Édition de l’École nationale de la santé publique, 2005.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Linda Guerry, « Diane Galbaud du Fort, Comment devient-on Juste ? Lucie Chevalley-Sabatier (1882-1979) »Genre & Histoire [En ligne], 33 | 2024, mis en ligne le 01 avril 2024, consulté le 12 juillet 2024. URL : http://journals.openedition.org/genrehistoire/9515 ; DOI : https://doi.org/10.4000/11y8k

Haut de page

Auteur

Linda Guerry

LARHRA, Institut Convergences Migrations, guerry.linda@gmail.com

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search