Navigation – Plan du site

AccueilNumeros33Comptes rendusOphélie Rillon, Le genre de la lu...

Comptes rendus

Ophélie Rillon, Le genre de la lutte. Une autre histoire du Mali contemporain (1956-1991)

Lyon, ENS éditions, 2022, 249 p.
Céline Pauthier
Référence(s) :

Ophélie Rillon, Le genre de la lutte. Une autre histoire du Mali contemporain (1956-1991), Lyon, ENS éditions, 2022, 249 p.

Texte intégral

1Ophélie Rillon nous offre, avec Le genre de la lutte, un beau livre, qui conjugue avec bonheur histoire et sociologie politique. Il place au cœur de l’analyse une grande diversité de sources, écrites ou orales, dont l’auteure envisage avec dextérité les fragmentations, les oublis et les silences. De ces replis, elle tire une histoire de la conflictualité au Mali au prisme du genre, de 1956 à 1991. Englobant dans une même analyse la révolution socialiste de Modibo Keïta (1956-1968) et le régime militaire de Moussa Traoré (1968-1991), elle s’affranchit des ruptures chronologiques convenues (indépendance de 1960, coup d’État de 1968) pour retracer la construction de la nation malienne dans toute sa complexité.

2L’exploration du genre de la lutte se déroule chronologiquement au rythme de six chapitres qui fonctionnent par paires, faisant dialoguer les logiques gouvernementales ou étatiques avec le militantisme et les résistances « par le bas ». Ce procédé permet de déployer dans chaque chapitre des thématiques spécifiques (féminisme d’État, invisibilisation des femmes, sexualité et contrôle des corps, concurrence de masculinités, genre des violences politiques, engagement militant etc.) tout en faisant varier les objets d’analyse (partis politiques, syndicats, associations étudiantes, unions de femmes, manifestations de rue), le tout offrant une plongée d’une grande richesse dans l’histoire politique du Mali contemporain. L’appareil critique, dense, introduit de précieux éléments de comparaison en et en dehors d’Afrique, et fait entrer l’analyse en dialogue avec différents champs des sciences sociales : histoire du genre, sociologie des mouvements sociaux, études africaines, histoire transnationale des années 68.

3Les deux premiers chapitres sont consacrés au tournant de l’indépendance. L’engagement des militantes soudanaises dans la lutte anticoloniale et panafricaine fait émerger une cause féminine dont l’État malien indépendant cherche à se porter garant après 1960. Les réformes du Code du mariage de 1962 servent ici de focale pour comprendre la construction genrée de la nation promue par le régime socialiste de Modibo Keïta. Si Ophélie Rillon insiste sur le rôle de bonne mère et d’épouse assigné aux citoyennes maliennes, elle montre également comment l’égalitarisme socialiste contribue à bousculer les normes de genre. Un beau cahier photographique vient ici à l’appui d’une réflexion sur le caractère subversif des structures d’encadrement de la jeunesse par le parti, en particulier des milices populaires, où les jeunes femmes portent pantalon et armes, et endossent le rôle, habituellement réservé aux hommes, de contrôle et de répression sociale.

4Le deuxième chapitre cherche à déjouer l’invisibilisation des femmes dans la contestation sociale au Mali. À rebours des archives qui font silence sur leur engagement, ou les présente comme des victimes passives d’affrontements masculins, Ophélie Rillon piste les indices de leur participation aux épisodes contestataires, qu’il s’agisse de la manifestation des commerçants de Bamako de 1962 ou de la révolte touarègue de 1963-1964. Mieux, elle démontre que les femmes parviennent à échapper à la répression en jouant justement des assignations de genre, stratégie qui se retrouve dans des formes de résistance à première vue moins politiques, comme les actes quotidiens d’évitement ou d’insoumission.

5Les chapitres 3 et 4 recentrent l’analyse sur la jeunesse. Ophélie Rillon met en lumière les échos paradoxaux des années 68 au Mali, entre offensive de régénération morale pendant la révolution active (1966-68) et libération des mœurs sous la dictature militaire. Si l’on aimerait en savoir davantage sur le profil social des milicien∙nes et des jeunes des brigades des mœurs lancé∙es à l’assaut des jeunes « yéyé » (les sources le permettent-elles ?), on reste fasciné par le subtil exposé des tensions internes à la révolution, entre volonté d’abolir les hiérarchies sociales et freins à l’émancipation féminine. C’est d’ailleurs au prix d’une dépolitisation des questions féminines qu’un certain nombre de revendications sociales et sanitaires (lutte contre l’excision, discriminations au travail, égalité salariale) émergent après le coup d’État militaire, et sont portées dans l’espace public par l’Union Nationale des Femmes du Mali.

6Les contestations étudiantes de la fin des années 1970 offrent un observatoire privilégié pour comprendre l’ordre genré instauré sous le régime militaire de Moussa Traoré. L’un des enjeux de ces luttes est la rivalité entre un modèle militaire de masculinité associant le métier des armes au pouvoir économique et politique, et celui d’une jeune élite lettrée déclassée et désireuse de prouver sa valeur dans l’action. Ophélie Rillon réussit à dresser le portrait des jeunes filles qui parvinrent à se faire une place au sein d’un mouvement étudiant à hégémonie masculine, tout en analysant l’usage politique qui fut fait, de part et d’autre, de la figure maternelle, dans le conflit opposant les militaires à l’Union Nationale des Élèves et Étudiants du Mali.

7Les chapitres 5 et 6 portent sur la crise des années 1980 – sécheresse, plans d’ajustement structurel et usure du pouvoir militaire – et la révolution de 1990-1991, qui met un terme au régime de Moussa Traoré. Ophélie Rillon discute d’abord le rôle des femmes dans les luttes syndicales et associatives, en essayant de comprendre pourquoi elles accédèrent peu aux postes à responsabilité. En faisant dialoguer archives administratives, enquête orale et articles de presse, l’auteure montre comment faire parler les sources et s’affranchir des vues stéréotypées qu’elles véhiculent, où les femmes oscillent entre le « statut d’invisibles [ou celui de] boutefeux anonymes poussant les hommes à la lutte » (p. 152).

8Le chapitre 6 enfin nous transporte au cœur des manifestations de rue qui renversèrent le régime militaire, entre octobre 1990 et mars 1991. Après avoir démontré le caractère populaire de ces mobilisations, Ophélie Rillon décrit l’éventail des mobilisations féminines. Les archives du procès « crime de sang » (novembre 1992 – février 1993) destiné à faire la lumière sur les répressions fondent son interprétation de la mise en récit genrée de la Révolution, dont elle montre les filiations avec la période socialiste : « les héroïnes du panthéon féminin étaient tenues d’être des figures anonymes, sans passé ni engagement connu, à qui toutes les mères réelles ou supposées pouvaient s’identifier » (p. 204).

9Tout au long de l’ouvrage, Ophélie Rillon excelle à restituer la pluralité des engagements et des revendications féminines, ainsi que la complexité des conflits sociopolitiques et des tensions internes aux mouvements sociaux dans le Mali contemporain. Ici, la perspective de genre enrichit la compréhension du politique, grâce à une approche intersectionnelle qui croise sans cesse les catégories de genre, d’âge et de classe. Soucieuse de se placer à hauteur d’acteur, elle parvient également, par endroits, à restituer les émotions et sentiments des Malien∙nes aux prises avec les normes de masculinité et de féminité, offrant ainsi au lecteur et à la lectrice une plongée sensible dans le vécu des contestations sociales au Mali. C’est une des belles qualités d’un ouvrage qui intéressera autant les spécialistes de l’Afrique que les historien∙nes, politistes et sociologues du genre et des mouvements sociaux.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Céline Pauthier, « Ophélie Rillon, Le genre de la lutte. Une autre histoire du Mali contemporain (1956-1991) »Genre & Histoire [En ligne], 33 | 2024, mis en ligne le 01 avril 2024, consulté le 13 juillet 2024. URL : http://journals.openedition.org/genrehistoire/9535 ; DOI : https://doi.org/10.4000/11y8m

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search