Navigation – Plan du site

AccueilNumeros33Comptes rendusCornelia Brink, Olmo Gölz et Nina...

Comptes rendus

Cornelia Brink, Olmo Gölz et Nina Verheyen (dir.), Männlichkeiten

Dossier thématique de Zeithistorische Forschungen/Studies in Contemporary History, 18, 3, 2021.
Patrick Farges
Référence(s) :

Cornelia Brink, Olmo Gölz et Nina Verheyen (dir.), « Männlichkeiten », dossier thématique de Zeithistorische Forschungen/Studies in Contemporary History, 18, 3, 2021.

Texte intégral

  • 1 Voir sur ce point Patrick Farges, « Critical Men’s Studies, Männlichkeitsgeschichte, histoire de la (...)

1La recherche historique sur les masculinités est un champ dynamique de part et d’autre du Rhin. Il est dommage que le dialogue entre les historiographies allemande et française en la matière ne soit pas plus intense. Ce numéro stimulant de la revue allemande d’histoire du temps présent, Zeithistorische Forschungen/Studies in Contemporary History, explore différentes facettes, à la fois « prometteuses » et « paradoxales », des masculinités dans l’histoire, comme le soulignent Cornelia Brink et Olmo Gölz dans leur introduction générale, à partir d’une perspective résolument interdisciplinaire réunissant l’histoire (du genre) et la sociologie, mais aussi l’anthropologie culturelle et les études aréales. S’il ne fallait retenir qu’une seule contribution (bien que décalée par rapport au focus principal du volume), ce serait celle de Cornelia Brink qui se livre à une histoire-fiction où elle imagine un temps où le langage épicène se serait imposé à toutes et tous dans les sciences sociales et serait devenu le mode dominant de représentation. En anthropologue, elle s’interroge sur les réflexions que les historien·nes du futur feraient en retrouvant les archives d’aujourd’hui qui auraient gardé trace des réticences à inscrire le genre dans le langage. Sur la question du langage épicène comme sur celle de l’histoire du genre et des masculinités, soulignons que l’Allemagne, où le dialogue avec les travaux anglo-américains est intense1, semble souvent « en avance », si l’on accepte évidemment le constat d’un « retard » français.

  • 2 Raewyn Connell et James W. Messerschmidt, « Hegemonic Masculinity. Rethinking the Concept », Gender (...)

2Dans le volume, les masculinités contemporaines sont appréhendées selon un modèle hiérarchisé, où différentes positions sociales masculines entrent en concurrence entre elles, un modèle constructiviste et féministe que l’on doit à la sociologue australienne Raewyn Connell. Selon cette dernière, « [m]asculinities are configurations of practice that are accomplished in social action and, therefore, can differ according to the gender relations in a particular social setting2 ». Les différentes contributions appellent chacune à historiciser la construction binaire du genre et celle, hiérarchisée, des masculinités entre elles. Il ne saurait être question ici de rendre compte in extenso des onze contributions. Quatre grands axes structurent le volume : l’intersectionnalité ; la circulation transnationale des modèles de masculinité ; la question du corps ; les ambivalences et contradictions des pratiques (où l’on perçoit l’influence de l’Alltagsgeschichte ou histoire du quotidien).

3La question de l’intersectionnalité est abordée par plusieurs articles, qui se penchent de surcroît sur une catégorie rarement mobilisée : les masculinités dominées, subalternes, marginalisées. Ainsi, la figure du mineur britannique à l’ère Thatcher (années 1970 et 1980) croise genre et classe : Jörg Arnold montre comment, au moment où les syndicats de mineurs et les mineurs eux-mêmes étaient littéralement brisés par le gouvernement conservateur, ils ont ritualisé une camaraderie à toute épreuve dans des formes d’entre-soi où était réinvestie une masculinité du muscle toxique, prolétaire et volontiers sexiste. D’ailleurs, la presse décrivait ces hommes comme des « big fat Northern bastards » battant leur femme et abusant de la boisson. On retiendra aussi la contribution particulièrement originale de Britta-Marie Schenk sur les moyens d’expression publique des hommes sans domicile fixe dans les métropoles d’Allemagne de l’Ouest. Investissant des formes de masculinité protestataire, ces SDF ont pu s’exprimer par la voie des magazines de sans-logis créés dans les années 1980. Schenk compare leur agentivité relative des débuts, faite de moments de solidarisation et de fierté (les SDF prenaient la plume, se photographiaient, publiaient des poèmes) et leur vulnérabilité croissante dans l’Allemagne réunifiée des années 1990, lorsque le modèle économique de ces magazines s’est professionnalisé et a perdu son caractère autogéré : les sans-logis sont alors progressivement devenus des sans-voix.

4Le second axe du volume concerne la circulation à l’échelle globale des représentations en matière de masculinité. Plusieurs contributions consacrées à des masculinités non occidentales analysent les tensions entre les codes locaux de la masculinité traditionnelle et les codes internationaux, parfois considérés comme déterritorialisés et servant de repoussoir à la virilité nationale. Par une étude biographique fouillée, Olmo Gölz étudie le cas du lutteur Gholamreza Takhti (1930-1968) dans l’Iran prérévolutionnaire : sa « virilité de combat », appelée lutigari, s’est construite dans un monde social iranien traversé de références multiples, notamment occidentales, perçues comme une « Westoxication » par une portion croissante de la population. Au cours de sa courte carrière, Takhti a bénéficié du statut de héros national parce qu’il provenait d’un quartier populaire de Téhéran, éloigné des élites sociales occidentalisées et donc « authentiquement » iranien. Dans son article, Jan-Markus Vömel pose des questions similaires, mais à propos des tensions entre une masculinité islamiste, d’une part, et une masculinité sécularisée et des injonctions de genre à l’occidentale, d’autre part, dans la Turquie républicaine des années 1950 à 2000.

  • 3 C’est le terme employé par la chercheuse américaine Paula Treichler, « Le sida, l’homophobie et le (...)

5Les liens entre masculinité et corporéité forment le cœur du troisième axe. En temps normal, le corps masculin fonctionne comme un refuge de stabilité de l’identité de genre. Or il s’avère fréquemment vulnérable : en temps de guerre, en cas de maladie ou lorsqu’il est attaqué ; d’ailleurs, il manque sans doute dans le volume une contribution sur les violences sexuelles faites aux hommes. Dans un article intitulé « Posters positifs », Mona Leinung étudie les corps masculins tels qu’ils sont représentés sur les affiches et visuels de prévention contre le VIH/sida dans les années 1980 et 1990. Elle montre que, si l’épidémie a déclenché une « épidémie de signification » dans l’ordre du discours3, ce fut aussi le cas dans l’histoire visuelle. Les posters et affiches qu’elle étudie proviennent des États-Unis et d’Europe de l’Ouest (Allemagne, France, Pays-Bas, Luxembourg) mais aussi du Brésil, d’Inde, d’Indonésie, de Singapour ou du Ghana. On retiendra en particulier que ce n’est qu’à partir des années 1990 qu’en Allemagne, les corps masculins vulnérables et portant les marques de la maladie (maigreur, lésions liées au sarcome de Kaposi) furent dévoilés, à l’occasion d’une campagne visant – enfin – à « donner un visage » à la maladie : « Aids hat ein Gesicht ».

6Enfin, le dernier axe transversal concerne les ambivalences de l’agir et des pratiques, par exemple dans le cas de la rééducation à une masculinité pacifiée des hommes allemands de retour du front, après qu’ils ont participé à une guerre génocidaire. L’historienne Vera Marstaller présente une source originale des années 1950 : le magazine masculin Er (« Lui »). Si la nouvelle masculinité au sein de la nouvelle Allemagne de l’ouest démocratique oscillait entre la figure de l’homo faber se définissant par le travail et réinvestissant le rôle de pourvoyeur, et la masculinité moderne de l’American gentleman, cool et posé (rappelons que le magazine Er naît en 1950 à Munich, en zone d’occupation américaine), Marstaller montre que, sous la surface, gisent les vestiges des schémas autoritaires et patriarcaux exacerbés par les violences de guerre et l’entre-soi de la camaraderie soldatesque. Le volume contient aussi la retranscription d’un entretien croisé entre l’historien Jürgen Martschukat, la sociologue Sylka Scholz et le psychanalyste Mostafa Kazemian, lequel travaille avec des migrants en Allemagne aujourd’hui : il y est question des continuités des structures patriarcales mais aussi de la vulnérabilité dans la longue durée de certains hommes, en situation de chômage ou de migration. Ainsi, le volume invite (et c’est bienvenu) à réfléchir au fait que des masculinités dominées, marginalisées, celles des migrants, chômeurs, SDF, des vaincus de guerre, des victimes de racisme ou d’homophobie peuvent aussi collaborer à maintenir l’ordre hégémonique de genre. Plusieurs contributions invitent ainsi à se saisir de la catégorie de « masculinité complice », celle qui s’aligne sur les comportements dominants dans l’ordre du genre (antiféminisme, masculinisme, dividende patriarcal) afin de compenser une position subalterne dans l’ordre social ou racial.

7Enfin, le volume contient aussi une relecture par Benno Gammerl de l’ouvrage iconique d’Eve Kosofsky Sedgwick, Epistemology of the Closet (1990) : l’historien des sexualités souligne à quel point ce livre reste pertinent pour l’histoire queer, mais il montre aussi qu’il a vieilli sur certains points, notamment parce qu’il laisse à la marge la catégorie de race. Anke Ortlepp, quant à elle, propose une relecture intersectionnelle d’un autre ouvrage iconique, mais scandaleux celui-là : Black Macho and the Myth of the Superwoman de la féministe afro-américaine Michele Wallace, publié en 1979.

8Si l’on regrettera qu’il n’y ait pas explicitement de réflexion consacrée aux masculinités non binaires et trans* – autant de chantiers qui restent encore largement à ouvrir en histoire contemporaine –, Männlichkeiten est un volume passionnant qui aborde dans leur diversité les masculinités dans des contextes fort divers, européens comme non-Européens, et marqués par des configurations intersectionnelles spécifiques de classe, de race, de genre et de religion. On ne peut qu’encourager les francophones à s’intéresser aux recherches menées outre-Rhin dans le domaine de l’histoire du genre, des masculinités et des sexualités.

Haut de page

Notes

1 Voir sur ce point Patrick Farges, « Critical Men’s Studies, Männlichkeitsgeschichte, histoire de la virilité : quelques effets de réception triangulaire », Allemagne d’aujourd’hui, 237, 2021, p. 31-41.

2 Raewyn Connell et James W. Messerschmidt, « Hegemonic Masculinity. Rethinking the Concept », Gender & Society, 19, 2005, p. 836.

3 C’est le terme employé par la chercheuse américaine Paula Treichler, « Le sida, l’homophobie et le discours biomédical : une épidémie de signification » [1987], Genre, sexualité & société, 9, 2013. https://doi.org/10.4000/gss.2850.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Patrick Farges, « Cornelia Brink, Olmo Gölz et Nina Verheyen (dir.), Männlichkeiten »Genre & Histoire [En ligne], 33 | 2024, mis en ligne le 01 avril 2024, consulté le 12 juillet 2024. URL : http://journals.openedition.org/genrehistoire/9543 ; DOI : https://doi.org/10.4000/11y8n

Haut de page

Auteur

Patrick Farges

Université Paris Cité, patrick.farges@u-paris.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search