Navigation – Plan du site

AccueilNumeros33Comptes rendusChristelle Taraud (dir.), Féminic...

Comptes rendus

Christelle Taraud (dir.), Féminicides. Une histoire mondiale

Paris, La Découverte, 2022, 927 p.
Karine Lambert
Référence(s) :

Christelle Taraud (dir.), Féminicides. Une histoire mondiale, Paris, La Découverte, 2022, 927 p.

Texte intégral

1L’ouvrage annonce d’emblée par son titre son ambition qui ne peut qu’impressionner, tant par le nombre et la variété des contributeur∙rices (139, dont Christelle Taraud qui assure, outre la coordination, une des introductions, la traduction et la rédaction de divers textes) que par le volume de pages, 927 au total, ou encore par son déploiement diachronique depuis la préhistoire jusqu’à nos jours dans des ensembles spatiaux variés couvrant tous les continents.

2Le féminicide est envisagé dans une perspective intersectionnelle comme un « crime total perpétré contre les femmes » (Christelle Taraud, p. 14) qui s’ancre dans « le patriarcat associé au capitalisme et au (néo)colonialisme » (p. 11). Loin de réduire le féminicide à la sphère intime, l’ouvrage vise à analyser « le continuum féminicidaire » défini comme « un agrégat de violences polymorphes, connectées les unes aux autres par des liens subtils et complexes, subies par les femmes de leur naissance à leur mort » (p. 15). Ainsi, sont successivement abordés le viol, la lapidation, la loi salique, les violences conjugales, l’excision, Barbie, les femmes tondues à la Libération, les troubles alimentaires. La table des matières, située à la toute fin de cette somme (p. 924-927), offre une boussole bienvenue pour un lectorat que la diversité des thèmes traités, l’absence de cohérence chronologique, la richesse fourmillante des contenus et des profils des auteur∙rices relevant, entre autres, des champs académique, journalistique, littéraire pourraient déstabiliser.

3Pensé comme un outil politique de résistance féministe polyphonique, le volume s’articule en sept parties qui se déploient après les introductions et des articles consacrés à l’« avant-histoire ». Chacune est composée de contributions de natures diverses et de longueurs variables : textes scientifiques, articles de presse, sources originales, extraits de narrations littéraires, images de campagnes publicitaires, témoignages… Notons que si le tissage des perspectives scientifiques, militantes ou artistiques constitue une richesse indéniable pour éclairer les féminicides comme acmé du continuum des violences sexistes et sexuelles placé au cœur de l’ouvrage, nous regrettons de ne pas toujours savoir quel est le statut du texte lu, ni celui des contributeur∙rices (l’index situé dans les dernières pages de l’ouvrage n’évoquant jamais leur identité professionnelle). Cette structuration kaléidoscopique peut être source d’amalgames, notamment auprès d’un lectorat estudiantin, et dérouter, tant la distinction entre les analyses académiques, les sources primaires et les études de cas littéraires ou fictionnelles requiert une grande vigilance.

4La première partie consacrée aux chasses aux sorcières illustre cette difficulté puisque se succèdent sans logique temporelle les approches développées notamment par les essayistes Silvia Federici et Françoise d’Eaubonne, la politologue Armelle Le Bras-Chopard, des historien∙nes Michel Porret ou Liv Helene Willumsen. Notons également un passage des œuvres d’Umberto Eco ou de la regrettée Maryse Condé, une chronologie extraite de la revue L’Histoire, des fragments d’archives, des strips de BD, un article de presse, et des études de cas présentées par la coordinatrice du volume, qui nous conduisent du procès de Theoris de Lemnos au ive siècle aux figures contemporaines de la « sorcière » au Ghana ou en Papouasie-Nouvelle Guinée.

5La seconde section de l’ouvrage articule « esclavage et colonisation comme féminicide ». Christelle Taraud considère que « plus que la terre elle-même, c’est la femme qui constitue la colonie originelle puisqu’elle incarne en soi un territoire à ravager, puis à coloniser » (p. 180) et enfin à esclavagiser, comme en témoigne le très riche article de Kirsten A. Seaver consacré à l’exploitation des captives dans les sociétés scandinaves médiévales. Des contributions mettent en lumière les violences spécifiques et les meurtres de masse subis par les femmes autochtones sous la domination coloniale au Maghreb, en Jamaïque au xviiie siècle, en Afrique Centrale ou, plus récemment, à Ramla en Israël. Soulignons également les études de cas consacrées à la figure de la Malinche dans le Mexique du xvie siècle ou à l’existence historique controversée mais symbolique d’Anastacia au Brésil.

6La partie suivante nous conduit au cœur de « la machine féminicidaire » de Ciudad Juarez et à l’utilisation féconde du terme « fémicide » en 1976 lors d’un discours prononcé par Diana E. H. Russell évoluant en « féminicide » sous la plume de l’anthropologue mexicaine Marcela Lagarde. Faisant un pas de côté, les contributions suivantes documentent les représentations des féminicides en évoquant les figures d’Iphigénie, Isabéré ou Shahmeran relevant respectivement des mythologies européenne, africaine ou orientale. D’autres contributions s’attachent davantage à articuler motivations politiques et élimination des femmes en analysant la tentation gynécidaire sous la Révolution française, le lynchage des femmes noires aux États-Unis (fin xixe – début xxe siècle) ou les meurtres sexuels, « expression ultime de la sexualité comme forme de pouvoir » (Jane Caputi, p. 455).

7L’analyse des masculinismes permet dans la quatrième partie de s’arrêter sur le caractère structurel des violences misogynes faites aux femmes « qui ne respectent pas les normes patriarcales » (Patrizia Romito, p. 479), comme Sémiramis l’indomptable, les recluses, « souvent violentées par la vie et les hommes » (Christelle Taraud, p. 515), ou les indisciplinées enfermées en Tunisie dans l’institution Dar Jaoued, étudiée par Dalenda Larguèche, dont les vies n’avaient rien à envier à celles que l’Irlande emprisonnait dans les Magdelene Laundries. Différentes reproductions de campagnes publicitaires de lutte contre les violences conjugales, dont celle initiée par AleXsandro Palombo, illustrent des articles consacrés aux violences domestiques en Russie, au féminicide commis par Bertrand Cantat et, pour finir, au film Les femmes du Bus 678.

8La cinquième section, audacieuse et novatrice, soutient une articulation possible entre féminicide et génocide en évoquant des violences sexospécifiques « visant la destruction intentionnelle de l’identité » des femmes (Elisa von Joeden-Forgey, p. 583), telles que les viols, la prostitution forcée, les mutilations génitales commis lors des génocides arménien, tutsi, bosniaque ou guatémaltèque par exemple. Est ainsi posé que « contrairement au meurtre sexosélectif d’hommes, le féminicide se produit toujours dans les limites d’un système idéologique qui a été bâti autour de l’hostilité envers les femmes », ce qui permet de « conceptualiser le féminicide comme une des modalités d’expression de l’entreprise génocidaire et comme une forme de génocide en soi » (Elisa von Joeden-Forgey, p. 581). Ainsi, à Ravensbrück, pensé d’abord comme lieu de correction des femmes « par un système de punition adapté à leur sexe » (Philippe Mezzasalma, p. 602) sont mises à mort plus de 30 000 femmes en tant que femmes.

9La partie 6, aux apports souvent plus convenus, rassemble des contributions autour des « Normes de beauté, mutilations corporelles et annihilations identitaires » et vise à asseoir la démonstration d’un continuum des violences sexistes et patriarcales participant de « l’assujettissement des femmes (…) qui consiste à leur refuser une identité propre » (Christelle Taraud, p. 684), comme en témoigne « le féminicide historique et historiographique qui a conduit à les éradiquer presque totalement de l’histoire humaine sauf sur le mode de l’exceptionnalité » (Christelle Taraud, p. 687).

10La dernière partie, intitulée « Tuer les filles, les domestiquer et les marchandiser », ouvre sur une introduction consacrée aux avortements sélectifs et infanticides féminins, au mariage précoce des filles indésirables pratiqué en Asie du Sud et du Sud-Est, continent le plus masculin au monde. Le contrôle des utérus féminins constitue le point d’ancrage commun aux articles portant sur l’hymen, sur l’obsession des discours médicaux français au xixe siècle, sur la virginité vue depuis le Maroc contemporain, analysée par Fatima Mernissi, ou sur la procréation contrainte dans la Rome antique. Enfin, c’est dans une perspective intersectionnelle peu exploitée que s’inscrit la contribution de la philosophe et psychologue Charlotte Puiseux consacrée aux violences validosexistes et à la construction sociale de « la vulnérabilité extrême des personnes identifiées comme femmes handicapées », dont « l’assujettissement est produit par l’effet cumulatif de sexisme et du validisme » (p. 876).

11Deux textes concluent l’ouvrage. Le premier en forme de manifeste appelle de ses vœux une politique au féminin qui s’élève « contre la cohérence de l’unique » et digère « l’Autre en le passant au crible du référent universel » masculin (Rita Laura Segato, p. 914). Le second défend la nécessité pour l’Afrique de « théoriser son propre féminisme » tout en appelant à la sororité et à la convergence des luttes (Aminata Dramane Traoré, p. 919).

12En suivant les traces historiques et mémorielles qui jalonnent notre histoire commune, en proposant des rapprochements féconds et audacieux, Christelle Taraud et ses co-auteur∙rices démontrent, dans une perspective résolument féministe, que les violences sexospécifiques systémiques, dont les féminicides constituent le paroxysme, ont le patriarcat comme matrice. Cet ouvrage peu commode à manipuler, dont la puissance démonstrative est parfois diluée du fait de l’éclectisme des approches, constitue néanmoins un outil indispensable pour appréhender le continuum féminicidaire, fait social complexe et protéiforme.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Karine Lambert, « Christelle Taraud (dir.), Féminicides. Une histoire mondiale »Genre & Histoire [En ligne], 33 | 2024, mis en ligne le 01 avril 2024, consulté le 11 juillet 2024. URL : http://journals.openedition.org/genrehistoire/9563 ; DOI : https://doi.org/10.4000/11y8o

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search