Navigation – Plan du site

AccueilNumeros33ItinérairesEntretien avec Catherine Louveau

Itinéraires

Entretien avec Catherine Louveau

Irène Gimenez, Carine Guérandel et Cécile Ottogalli-Mazzacavallo

Notes de la rédaction

À partir des années 1980, les recherches de Catherine Louveau ont principalement porté sur les conditions et les enjeux de l’accès des femmes aux pratiques sportives. Elle ouvre ainsi un nouveau champ au sein des sciences sociales du sport. Cet entretien se focalise sur sa trajectoire de chercheuse et ses productions entre 1975 et 2000.
  
Pour retracer de manière succincte le parcours académique de Catherine Louveau (https://www.cresppa.cnrs.fr/IMG/pdf/synthese_carriere_c_louveau_mai_2017.pdf, consulté le 25 juin 2024), elle a été chercheuse dès 1975 à l’INSEP [Institut national du sport, de l’expertise et de la performance] au sein du Laboratoire de Sociologie du sport du Département Recherche en Sciences du sport crée en 1976. Elle est directrice de ce laboratoire de 1988 à 1990 et de 1993 à 1995, puis maîtresse de conférences en 1996 à l’Université de Rouen, enfin professeure des Universités en 1998 (son habilitation à diriger des recherches s’intitule « Contribution à la construction d’une sociologie des activités physiques et sportives »). Elle met alors en place une équipe de recherche qu’elle dirige, le Centre d’Etudes des Transformations des Activités Physiques et Sportives (CETAPS). Professeure des universités à l’Université Paris-Sud à partir de 1999, elle part en retraite en 2016 comme professeure émérite.
  
Entretien réalisé le 30 avril 2024.
  
Les autrices sont citées par ordre alphabétique.

Texte intégral

Comment deviens-tu chercheuse en sociologie du sport dans les années 1970 ?

En 1973, je soutiens un DES [équivalent à un Master 2 professionnel] de psychopathologie à l’Institut de psychologie de Paris V. Donc je suis psychologue clinicienne. J’exerce des vacations de psychologue et par ailleurs, je travaille à l’UFCV [Union française des centres de vacances] à l’unité de formation des moniteurs de centres de vacances et de colonies. Par l’intermédiaire d’une personne qui connaissait l’UFCV et l’ENSEPS [École Normale Supérieure d’Éducation Physique et Sportive], j’apprends que l’ENSEPS cherche à recruter des psychologues vacataires pour faire une enquête sur les pratiques sportives des enfants et de leurs parents en France. Je suis donc recrutée comme vacataire sur cette enquête à Châtenay-Malabry fin 1973. On était un certain nombre de psychologues mais la chance que j’ai eue c’était d’être la mieux formée, c’est-à-dire celle qui avait fini son cursus, alors que les autres étaient en cours. Ça a été ma chance pour le recrutement après.

C’est donc l’enquête sur le sport qui t’amène à devenir vacataire à l’ENSEPS en 1973.

  • 1 En 1975, la fusion de l’ENSEPS et de l’Institut National du Sport donne naissance à l’INSEP (Instit (...)

Oui, on fait l’enquête, puis on publie dans Travaux et recherches en EPS (disponibles dans les archives de l’INSEP). Au moment de la création de l’INSEP1, Claude Adam, qui était au départ prof de gym, est chargé de créer la future mission recherche de l’Institut dont il deviendra le premier responsable. Cherchant à recruter, il me demande si je suis intéressée par un poste au sein du département Recherche en me disant « je te préviens, c’est pour un an ». J’y suis restée 22 ans, avec un contrat d’« assimilée fonctionnaire » reconduit tous les ans. Mais à l’INSEP, on trouvait que nous, les sociologues, on avait des idées qui n’étaient pas conformes aux valeurs de l’établissement, qu’on était « les rouges ». Je me disais à cette époque-là « ton contrat, il est proche de la poubelle, il faut faire gaffe, tu es seule avec ton fils, il ne faudrait pas que tu sois au chômage ! ». Donc en 1985, j’ai accepté d’être intégrée statutairement dans le corps des professeurs de sport.

Est-ce que tu avais déjà travaillé sur l’objet sport avant d’intégrer l’ENSEPS ?

  • 2 Catherine Louveau est née en 1950.

Non. Mais le sport ce n’était pas non plus complètement nouveau pour moi. Quand j’étais en première et en terminale, les études à venir, c’était ou prof de gym ou psychologue. Mais pour vous expliquer, je dois revenir sur mon enfance et la période lycée. J’ai été sept ans en pensionnat catholique dans la région parisienne, à Ablon-sur-Seine, de l’âge de 7 ans à 14 ans. L’activité physique chez les sœurs, c’était deux barres parallèles au fond du parc du monastère. Elles avaient des cordes lisses et des cordes à nœuds. Voilà, c’était ça l’activité physique. On jouait sur les barres parallèles et il fallait monter et descendre la corde, c’est tout. Je faisais aussi du ski en colonie de vacances de temps en temps, une fois par an et encore. Donc, j’ai vraiment découvert le sport quand je suis rentrée en troisième2. J’ai découvert les cours d’EPS [Éducation Physique et sportive] et l’AS [Association sportive] du lycée. Je ne sais pas pourquoi, j’ai beaucoup aimé le sport, mais j’étais très mauvaise, forcément, aucune expérience parce qu’en dehors je faisais juste du piano chez les sœurs. Je me suis quand même inscrite à l’AS en handball. C’était à Saint-Maur-des-Fossés où il y avait deux grands clubs [de handball féminin] : la VGA [Vie au grand air] et la Stella Saint Maur. Du coup, je me suis retrouvée à jouer en équipe avec certaines filles de ces clubs qui jouaient super bien. J’ai même fait des finales UNSS [Union Nationale du Sport Scolaire]. Bon, j’ai passé beaucoup de temps sur le banc des remplaçantes parce que je n’étais quand même pas très bonne, il faut bien le dire, mais les filles, elles étaient excellentes, et parmi elles, il y en avait deux ou trois qui voulaient être profs de gym. Entre l’influence de ces filles et de la prof de gym spécialisée en handball qui entraînait l’équipe du lycée – avec qui le courant était bien passé – je me suis retrouvée à me dire « ah oui, prof de gym, ça serait bien ». Bon, je vous fais la fin de l’histoire, elle va être rapide. À l’époque, je ne savais pas nager puisque je n’avais jamais eu d’occasion d’apprendre : pas de famille à la mer, pas de vacances à la plage, enfin, milieu très populaire. Je suis un produit de l’école républicaine laïque et obligatoire, j’y tiens beaucoup. Et en première, je pars avec un groupe d’amis dans un hôtel où il y a une piscine. Comme je veux être prof de gym et que la natation était une pratique obligatoire, j’étais tellement volontaire, je nage, il faut que je nage. Donc, une longueur, une deuxième longueur, à la troisième longueur, les bras ouverts, arrêtée, sans avoir mal nulle part, je regarde et je vois les carreaux qui défilent. J’étais paralysée. Je ne pense à rien et je sens d’un seul coup qu’il y a une main qui me tire de l’eau. Je suis devenue phobique, donc prof de gym, c’est resté à l’état de souhait et j’ai fait psycho. Tout ça pour dire que le goût pour le sport ne me vient pas de mon enfance.

Quelles sont les principales étapes et les moments clés de tes premières recherches et peux-tu nous expliquer ton appétence pour la sociologie à ce moment-là ?

D’abord, je pense que ma trajectoire familiale est importante. J’étais dans un milieu très populaire. Mon père est parti en Afrique, j’avais trois ans ; ma mère a été faire sa vie. Donc j’ai été élevée par mes grands-parents maternels. Mon grand-père était cheminot, ma grand-mère ne travaillait pas. Le diplôme le plus élevé dans ma famille, c’était le certificat d’études. Pour le bac, j’étais la première dans la famille.
  
Après, entre 1973 et 1975, quand j’étais à l’ENSEPS, à Châtenay-Malabry, comme vacataire psychologue, Christian Pociello qui lui, était co-directeur d’études, et qui me draguait très clairement – il est devenu le père de mon fils en 1981 – sort du bâtiment et me dit « tiens, tiens, regarde, là, il y a un article super intéressant ». En complément des articles de Bourdieu, ça a été un article fondateur pour nous, « Les usages sociaux du corps » de Boltanski publié en 1971. Il n’y a pas une génération d’étudiants à qui je n’en ai pas parlé. Il y a plein de choses qui n’ont pas vieilli, en fait, dans les formes de rapport au corps, selon les origines sociales, la question de comment on nourrit les bébés, les régimes, les formes de travail, etc. Ce texte est une première étape. Dans les années 1975, alors que je travaille aussi avec l’UFCV, une collègue de cette institution me dit : « on va faire une enquête sur les activités de pleine nature, le corps, la nature et les Français ». Je me lance avec elle sur cette enquête quand un autre collègue également sur cette enquête, me dit « tu connais, Bourdieu, l’amour de l’art et les musées ? ». C’est la deuxième étape, je lis, et là, c’est l’évidence. À ce moment-là, je travaillais aussi comme psychologue dans un CMPP [centres médico-psycho-pédagogiques] à Montreuil où il y avait des enfants trisomiques, microcéphales, des autistes… et aussi dans un centre pour jeunes, on disait « délinquants » à l’époque. Ces jeunes, comme les membres de l’équipe, étaient en souffrance, en difficulté. Moi, je voulais rétablir, soigner, apporter du soin, de la bienveillance, du soutien à cette jeunesse, à cette enfance abîmée. Et quand je dis abîmée, c’est un euphémisme, complètement esquintée. Bref, je lis ce livre de Bourdieu et je comprends que l’origine de tous les problèmes de ces jeunes, elle n’est pas psychologique, elle est totalement sociale. C’était des enfants d’ouvriers. J’ai compris que la question, c’était les modes de vie, le fonctionnement dans les familles, la société, etc. bref, c’était social. Donc, voilà, Bourdieu ça m’a aidée à voir les choses autrement.
  
Après la découverte de Bourdieu (et en plus de mon diplôme de psycho), je décide de faire un DEA [Diplôme d’Études Approfondies, équivalent Master 2] de sociologie à Paris 7 en 1977 intitulé « Les Activités Physiques et Sportives, objet de transmission sociale et moyen de reproduction ; fonction assurée par la famille ». Ma thèse, ça a été en 1980 sur « Le rôle de la famille dans la genèse des goûts sportifs ». Donc, forcément, la famille, pour moi, c’est important. Dans l’enquête à l’ENSEPS, j’avais le souci de penser que parmi les enfants, il y a des garçons et des filles, parmi les parents, il y a des pères et des mères. Au même moment, à l’INSEP se montent les laboratoires de recherche. Claude Adam me dit « bon, alors, tu veux le labo de psycho ou le labo de socio ? » puisque j’avais la bivalence. Je n’ai pas hésité longtemps. C’était la sociologie, ma voie. Après, il y a eu les rencontres avec Bourdieu.

Tu peux nous préciser les circonstances de ces rencontres avec Bourdieu et leurs effets sur tes recherches ?

  • 3 Pierre Bourdieu, « Comment peut-on être sportif ? », in Pierre Bourdieu, Questions de sociologie, P (...)
  • 4 Pratiques sportives et demandes sociales. Étude comparée de quatre types de pratique antinomiques e (...)
  • 5 Pour comprendre le lien entre Bourdieu et l’obtention de ce contrat de recherche, lire Oumaya Hidri (...)

Je rencontre Bourdieu à un congrès d’histoire en 1978. Christian [Pociello] l’a invité pour la conférence introductive3 du 7ème congrès de l’Association internationale de l’Histoire de l’Éducation Physique et du Sport (HISPA) organisé en France par l’INSEP. Je me souviens des schémas que Christian faisait sur les nappes en papier des restaurants où nous allions avec Pierre Bourdieu. Pour la petite histoire, ce dernier est venu à la maison. Christian lui faisait découvrir les mets du Sud-Ouest et moi je faisais le service, forcément. Je n’existais pas. Christian et lui échangeaient. Dans L’Anatomie du goût en 1976, il y a les pratiques musicales, les lectures, mais il n’y avait rien sur le sport. Bourdieu, malin, a très vite compris qu’il y avait là les ressources pour compléter le schéma en question sur la théorie des goûts, des pratiques. D’ailleurs, en 1979, dans La Distinction, le sport fait son apparition. Après la publication de ce livre, on avait un rendez-vous avec Bourdieu. Christian n’est pas venu et Bourdieu s’en est étonné. Je lui ai expliqué qu’il avait oublié de citer Christian. « Oh, mince ! Écoutez, quand il y aura une réédition, je promets que je le citerai ». Ça n’a jamais été fait. Ça a été la rupture avec Bourdieu. Ce n’était pas correct ! Néanmoins, je reste sur ce qu’il m’a apporté. En 1979, on écrit, Christian et moi « Le pluriel a son importance » dans Travaux et recherches en EPS. On montrait qu’il existait différentes lectures sociologiques possibles des pratiques sportives. Aujourd’hui, personne ne connaît cette revue ni ne la lit, bien sûr, mais c’est le début des travaux en sociologie du sport. On a essayé de commencer à tracer une trame sur comment on peut penser le sport et en quoi c’est un fait social. Je n’avais pas encore lu Marcel Mauss [son article sur les techniques du corps comme « fait social total »], mais c’est venu très vite. Tout ça, avec les financements du contrat de recherche CORDES4 [Comité d’Organisation des Recherches appliquées sur le Développement économique et Social] que Christian a obtenu en 19785. Comme j’étais en couple avec Christian, je suis intégrée à l’équipe qu’il a constituée, notamment avec les sessionnaires.

Les sessionnaires ?

Oui, c’était des profs de gym en activité qui, au bout de 5 ans minimum, pouvaient passer un concours d’entrée pour faire une formation supérieure de 2 ans à l’INSEP, on les appelait les sessionnaires. Parmi eux, Yves Le Pogam dont j’ai encadré le mémoire sociologique par exemple. On fait donc l’enquête avec des sessionnaires, on rend le rapport et celui-ci est pour partie publié en 1981 dans l’ouvrage Sport et Société, sous la direction de Christian Pociello. Jean-Paul Clément travaille sur les sports de combat, Nicole Dechavanne sur la gymnastique volontaire, ce sont donc des profs de gym sessionnaires à cette époque-là. A la suite de leur formation à l’INSEP, beaucoup de ces étudiants ont soutenu des thèses à Paris 7, soit avec Pierre Ansart, soit avec Pierre Fougeyrollas.

Est-ce que c’est à ce moment qu’émerge la question du sport des femmes ?

Oui. Christian me pousse à faire cet article sur « La forme, pas les formes » dans Sport et Société [1981]. Il me disait que c’était important que j’écrive un article là-dessus au moment où émergeaient de nouvelles formes de pratique, avec l’arrivée des sports de glisse, des pratiques en salle avec Véronique et Davina. J’ai fait avec lui les enquêtes sur le vol libre, les libéristes, sur les joueurs de rugby. Pour le contrat CORDES, il y avait quatre sports : l’expression corporelle, les sports de combat, le vol libre et le rugby. Quatre sports très différents sur le plan du rapport au corps, aux techniques, du capital scolaire et culturel. Le choix de ces disciplines, c’était aussi pour aller chercher des femmes avec l’expression corporelle et d’avoir aussi des pratiques plus masculines comme le rugby. Nicole Dechavanne sur la GV [Gymnastique volontaire], c’était évident et les gens comme Christian, c’est-à-dire les rugbymen, quand même un peu machos, ont travaillé sur les pratiques investies par les hommes. Après Christian a commencé à théoriser l’espace des positions sociales et des pratiques culturelles, pas moi. Un jour, je prends le livre et je dis, « mais dis donc, Christian, elles sont où, les femmes, là ? » Et voilà, ça a démarré comme ça. C’est de la scotomisation, diraient les psychologues, c’est-à-dire que c’est inconsciemment rejeté. Tu ne sais même pas que ça existe. Je dirais aujourd’hui un impensé. Christian a fini par l’admettre un jour à Orsay, mais très longtemps après, quand on a fait des séminaires ensemble.

Parce que cette discussion avec Christian Pociello, c’était à quel moment ?

  • 6 Catherine Louveau, « L’accession des femmes aux pratiques sportives », in Erraïs Borhane (dir), La (...)

C’était bien après la publication du livre de 1981 Sports et société ! Je fais donc un de mes premiers articles sur la question des femmes en 1981 dans l’ouvrage dirigé par Borhane Erraïs, La femme d’aujourd’hui et le sport6. Cet article arrivait alors que j’avais commencé à théoriser par rapport à l’absence observée, notamment l’absence des sportives dans les revues féministes. D’ailleurs, j’avais fait un courrier aux revues féministes de l’époque – je ne me souviens plus lesquelles – parce qu’il n’y avait pas d’article sur le sport. Zéro réponse. Il faudrait reprendre celui que j’avais fait dans la revue Quel corps ? en 1979. Oui, ce sujet, je l’ai d’abord travaillé avec et pour Quel Corps ? J’avais signé sous un pseudo, Corinne Morbier, j’étais obligée, sinon j’étais virée de l’INSEP. Jean-Marie Brohm [directeur de la revue], était considéré alors comme l’ennemi du sport (théories critiques, pétition contre le mondial de football en Argentine – une dictature, etc), il était interdit d’entrée à l’INSEP… On avait donc deux types d’écrits à ce moment. D’un côté, on avait celles qui disaient « les femmes se sont émancipées depuis le début du siècle, c’est formidable » et de l’autre, il y avait la critique du sport de Jean-Marie Brohm, trotskiste, avec la revue Quel corps ? [1975-1997]. Je dirai en quelque sorte que ma participation à Quel Corps ? aurait laissé entendre que « je pactisais avec le diable », ce qui eut été intolérable pour l’institution. Je me rappelle que je distribuais moi-même des numéros de la revue parce qu’il était ostracisé, il n’avait pas le droit d’entrer à l’INSEP. Donc moi j’étais proche d’eux.

Tu évoques l’articles que tu publies en 1979 dans la revue Quel Corps ?, un article sur les femmes, sous le pseudonyme de Corinne Morbier. Peux-tu en dire quelques mots ? Comment le situes-tu dans cette histoire ?

Je ne me souviens pas du contenu précis de cet article dont je n’ai pas de trace… J’avais rencontré Jean-Marie Brohm dans des groupes de travail franco-allemand sur le sport [Office Franco-Allemand pour la Jeunesse]. La revue Quel Corps ?, c’était l’occasion pour moi de poser la question des questionnements féministes sur les femmes dans le sport et d’exposer une déception. C’est aussi l’occasion de prendre part à des formes de critique du sport qui faisaient écho pour moi à des valeurs, des positions et surtout des sujets que je ne pouvais pas traiter dans mon contexte de travail, y compris la question des femmes dans le sport !

Comment tu expliques cette sensibilité thématique et théorique, à savoir la question de la pratique des femmes articulée aux classes sociales ?

Dès mes premières enquêtes sociologiques, j’ai pris en compte les positions sociales, les CSP. Alors, est-ce que c’est parce que j’ai travaillé dans un programme, ou bien est-ce que j’y étais déjà sensible avant ? Je ne saurais pas te dire ce qui fait que… Je savais ce que ça voulait dire d’être issue d’un milieu populaire par rapport à des milieux bourgeois. J’avais une partie de ma famille, devenue bourgeoise par alliance, ma marraine, fille de mon grand-oncle, et une autre part de la famille très populaire, avec peu de pratiques culturelles. Moi, je faisais le jardin avec mon grand-père. C’est ce que j’ai fait de mieux, de plus heureux dans ma vie, le jardin avec mon grand-père. Et en lisant Bourdieu sur la question des rapports de domination, ça me parlait. J’ai donc commencé à élaborer des théories sur le fait qu’il y avait moins de pratique dans les milieux populaires pour les femmes, alors que plus tu es diplômée, plus tu pratiques, ce qui reste attesté encore aujourd’hui, dans les enquêtes. Ça n’a pas beaucoup changé. Le sport s’est massifié mais peu démocratisé. Après, je ne sais pas. Je n’ai pas reçu une éducation féministe… La seule chose… Bon, ma mère a divorcé, c’était une femme battue, je l’ai su très tard. Mais les cadavres dans les placards, les enfants les connaissent. Il y a un pressentiment. Quand je suis sortie de la pension, j’ai vécu avec ma mère. J’avais 15 ans. Elle a pris un appartement. Elle vivait seule à ce moment-là. Donc pour moi, ma mère était un exemple. Parce qu’elle travaillait, elle allait au Club Med, et parce qu’elle utilisait des moyens de contraception qu’elle ne cachait pas. J’ai eu l’image d’une femme libre. C’est-à-dire indépendante. Et elle tenait ce discours, en fait. Économiquement, les filles, il faut travailler, point. Gagner son argent, ne rien devoir à personne. A cet égard, c’était un très bon modèle. Alors, je pense que ça a dû jouer pour moi sans que je me rende vraiment compte. J’étais plutôt bien dans mes baskets, très romantique, très politisée aussi. J’étais dans la rue en 68, je passais le Bac. En 1970, je suis allée à une des premières réunions du MLF [Mouvement de Libération des Femmes] dans la grande salle de la Maison de la Mutualité. Et là, j’entends « les mecs dehors ! » Comment ça, les mecs dehors ? Je suis partie. Moi, je n’avais pas de raison de dire cela. A l’époque, on était une bande d’amis garçons-filles. Ça fonctionnait bien. Il n’y avait pas de soucis. Personne ne dominait personne. Enfin, dans mes souvenirs, on était vraiment un groupe très bienveillant les uns avec les autres. On faisait des booms. On partait en vacances ensemble. Ça fonctionnait très bien. Donc, je n’avais pas de raison d’envoyer les mecs dehors. Donc, le MLF, je me suis située à distance.

Pour revenir à tes enquêtes, tu écris donc deux chapitres en 1981, l’un à la demande de Christian, l’autre pour l’ouvrage collectif dirigé par Erraïs Borhane. Et après ?

Oui, on est en 1981, les débuts des travaux de sociologie du sport. Mitterrand arrive au pouvoir. Edwige Avice est ministre des Sports. Elle constitue un groupe de travail sur le sport féminin. Je ne sais plus comment j’y suis arrivée, mais j’en faisais partie avec Annick Davisse, Denise Brial, une prof de gym qui était lanceuse de disque, Françoise Labridy et Nicole Dechavanne. On était déjà un peu repérées. Je me souviens qu’avant 1981, il y avait eu sous Giscard, en 1974, un secrétariat d’État à la condition féminine sous la responsabilité de Françoise Giroud. Je l’avais rencontrée sur cette question des femmes dans le sport dont elle s’était préoccupée ; on avait commencé un état des lieux. Je ne me rappelle plus comment ça s’est concrètement organisé.

Est-ce que c’est à ce moment-là que tu rencontres Annick Davisse ?

  • 7 Denise Brial, Annick Davisse, Nicole Dechavanne, Françoise Labridy et Catherine Louveau, « Le sport (...)

Je ne sais plus exactement. Il y a une autre possibilité de rencontre. A la même époque, je dirige le mémoire d’un sessionnaire, qui va devenir Inspecteur général de l’Éducation nationale qui s’appelle Michel Volondat et qui travaille sur la mixité. Il me parle d’Annick Davisse, forcément. Puisqu’Annick, à l’époque, est une pionnière sur ces questions de mixité en EPS. En tout cas, en 1981, avec Annick, on se rencontre dans le groupe de travail et j’ai beaucoup d’affinités avec elle. Elle est au Parti communiste [PC] alors que je n’ai pas d’affinité politique particulière avec le PC. Bien avant d’écrire le livre avec Annick [Sport, école et Société : la part des femmes, en 1991], on produit en 1983, avec la petite équipe, un rapport sur les femmes et le sport en France pour le cabinet de la ministre7. On fait un état des lieux. On est allées chercher des données un petit peu partout.

C’est après le rapport de 1983 que tu écris en 1986 un rapport de recherche qui s’intitule Talons aiguilles et crampons alu… Les femmes dans les sports de tradition masculine8. Peux-tu nous rappeler la généalogie de ce travail ?

C’est une enquête de ma seule initiative. Comme c’est mentionné sur la première page du rapport, c’était pour le Ministère Jeunesse et Sports mais aussi pour la Société Française de Sociologie du Sport (SFSS) qu’on a fondée peu avant à l’INSEP. C’est elle qui m’a donné des fonds. L’INSEP n’était pas du tout demandeur. Quand je leur disais que j’avais ce rapport à écrire, on me répondait « Tu le feras le dimanche ». En fait, à ce moment-là, avec les collègues de l’INSEP [Borhane Errais, Paul Irlinger, Michèle Métoudi et Christian Pociello], on achève l’enquête nationale sur les pratiques sportives des Français : étude de faisabilité 1983-1985, enquête en 1985, et production des deux tomes en 1987 sur Les usages sportifs du temps libéré9. Je rédige, à ma demande, le grand chapitre sur « les pratiques sportives et conditions de vie des hommes et des femmes ». Évidemment, les hommes d’abord dans le titre… Donc, je rédige ce gros chapitre-là. Les questions posées alors étaient : « qu’est-ce que c’est que tous ces gens qui se mettent à courir partout dans les rues ? Et la Fédération d’athlétisme ? » Parce que la grande angoisse de l’institution c’était de perdre des licenciés. Donc à l’époque où tout le monde se met à courir ou faire des pratiques de mise en forme, je me suis dit : « qu’est-ce qui fait que des femmes choisissent des sports d’hommes, c’est-à-dire où les hommes sont dominants, des sports durs ? » À la télé, j’ai toujours regardé beaucoup le rugby. Toutes ces sportives qu’on connaît maintenant, on ne les voyait jamais avant. Pratiquement. Jeannie Longo, si. Et je disais toujours, « mais derrière Jeannie Longo, il est où le peloton ? » C’était 3 % de filles, tu vois. Du coup, pour l’enquête Talons aiguilles, j’ai pris les populations aux trois points forts du système des sports de Christian [Pociello], c’est-à-dire la force, le risque et les pratiques chères et motorisées. J’avais donc un échantillon de ce qui était objectivement « des sports de tradition masculine » avec des cyclistes, des footballeuses, des joueuses de rugby, des lutteuses, des boxeuses (Boxe française), des haltérophiles, du vol libre, de la spéléologie, du motocyclisme, etc. Et alors là, j’ai fait de grandes découvertes, effectivement. Tu peux faire un sport d’hommes et en même temps être complètement dans les tâches ménagères. Conclusion : je m’attendais à avoir des femmes cohérentes dans leur habitus. Mais en fait non. Et c’est là où ça devient très intéressant. Elles peuvent faire du foot et du rugby et en même temps être sur d’autres formes de métiers ou de pratiques qui sont hyper féminisées. Dans le rapport, j’avais fait des calques de superposition avec un espace des sports peu féminisés d’une part, et d’autre part avec les métiers peu féminisés et entre les deux, les logiques internes de ces activités et métiers. J’avais trouvé qu’il y avait une superposition parfaite que j’avais alors qualifiée d’heuristique. Effectivement, il y a aussi peu de femmes dans les métiers que dans les sports nécessitant de la force, ceux impliquant des prises de risque, ou ceux nécessitant le pilotage d’engins motorisés le plus souvent lourds. Il y avait une « homologie structurale » pour reprendre ce concept de Bourdieu. J’ai fait un article plus tard dans Les Cahiers du genre en 2004 où je mets en relation la distribution des hommes et des femmes dans les sports, dans les tâches domestiques et dans le monde du travail professionnel. Mais c’est déjà là dans mon enquête de 1986. Le problème, à l’époque, quand on est à l’INSEP, c’est qu’on ne publie pas des articles. On fait des rapports. Ah ça, des rapports de recherche, j’en ai des pages. C’est quand je passe mon HDR, en 1994, que je comprends que la logique du milieu de l’université, ce sont les articles. Il était question que nos statuts changent à l’INSEP donc on a été deux à passer rapidement des HDR. Donc en 1986, ce n’est pas une publication, c’est un rapport de recherche ; moins de visibilité et considéré comme ayant moins de valeur.

As-tu mené des entretiens pour ces enquêtes ?

Non, c’était des enquêtes par questionnaire. Et après, je suis passée à autre chose. Je ne l’ai pas fait. Mais effectivement, c’est un réel manque. Et en même temps, j’étais toute seule pour cette enquête !

Comment a été reçu ce rapport ?

  • 10 Jacques Defrance soutient sa thèse de sociologie intitulée « La fortification des corps. Essai d’hi (...)

C’est là où apparaît Jacques Defrance10. Je l’ai envoyé à Jacques. C’était un ami de Christian donc on se connaissait un petit peu. Et il m’a répondu « Formidable, continue » avec des encouragements, de la bienveillance. Il m’a invitée à développer, à persister, c’est le seul. Et c’est ça que je lui dois à Jacques. Je l’avais pris vraiment très au sérieux parce que, moi, je l’admirais. Jacques m’encourageant sur la question des femmes, pour moi, ça a été quelque chose de majeur. Nous avons discuté de sa publication L’Excellence corporelle. La formation des activités physiques et sportives modernes (1770-1914) de 1987 parce qu’il ne parle pas de la question des femmes. Après, il s’y est mis. Rares sont ceux qui prennent en compte cette « question » qui n’est pas qu’une variable.

Le sexe n’est pas une variable. Tu peux préciser ?

Je n’ai pas arrêté de le dire, ce n’est pas une variable. Ça a été très longtemps une variable dans les statistiques, homme-femme. Mais en fait c’est un rapport social.

A ce propos, peux-tu revenir sur tes ancrages théoriques ? Quels étaient tes auteurs de références pour analyser le rapport social de genre ?

  • 11 Michelle Perrot, « L’Histoire saisie par le genre », dans Université de tous les savoirs, l’Histoir (...)

Je n’ai pas pu commencer avec le genre puisque le concept n’était pas encore importé en France, on ne le faisait pas encore travailler en France. Donc, dans les années 80, pour moi, c’était les sexes, les femmes. J’ai commencé par la question des femmes et les relations entre les sexes. Et d’ailleurs, ça va être très en lien avec mon itinéraire, justement. J’étais en lien avec le laboratoire CNRS [Centre National de la Recherche Scientifique] qui s’est appelé après GTM [Genre, Travail, Mobilités] Cresppa [Centre de Recherches Sociologiques et Politiques de Paris]. En fait, au moment où je commence à réfléchir à tout ça, dans les années 1980-1990, il y a des séminaires et des journées d’études sur le site de Pouchet du CNRS. J’y vais toute seule. Il y a Andrée Michel sociologue, militante pour les Droits des femmes et au CNRS des sociologues du travail, Danièle Kergoat, Margaret Maruani et Helena Hirata. Et c’est là que je comprends les liens qu’il faut faire entre sport et travail. Et donc, j’écoute toutes ces théories, tous ces travaux sur les rapports sociaux de sexe. Ce concept me convenait très bien. Le concept de rapports sociaux de sexe dit bien comment les relations entre les sexes ont à voir avec les positions sociales. Les relations entre les sexes sont susceptibles de varier selon les rapports sociaux et les positions sociales. Rappelons-nous, l’humanité est d’abord divisée en deux, des hommes et des femmes, deux sexes, et à l’intérieur de ces deux catégories, nous avons des non-voyants, des vieux, des handicapés, des pauvres, etc. Et les femmes, on sait que c’est une catégorie construite sur la base des représentations du masculin et du féminin. Il n’y a pas « la » femme, une espèce de portrait unique pour faire les enfants et la cuisine, il y a des femmes ouvrières et il y a des femmes cadres, ce ne sont pas du tout les mêmes. Pour moi, ça a toujours été une évidence, c’était le pluriel. On retrouve l’importance du concept de classes sociales que j’utilisais évidemment. Mais j’ai aussi vu le moment où il ne fallait plus le dire, dans les années 1990. Et fin des années 1990, j’étais dans un amphi, organisé à Jussieu. Une chercheuse américaine dont je ne me rappelle plus le nom expliquait l’intérêt de l’usage du concept de genre. Geneviève Fraisse, moi et d’autres, on n’était pas vraiment d’accord avec ça. Au début, je ne voulais pas utiliser le terme de genre. Je trouvais que ça effaçait les femmes et le féminin. J’ai tenu bon. Et puis finalement, j’ai utilisé le concept de genre, je parle bien du concept. Dans un ouvrage de « L’université de tous les savoirs »11, Michelle Perrot a très bien expliqué à quel point il y avait une pertinence, un intérêt, une utilité, je vais dire épistémologique, à utiliser ce concept pour permettre de produire de nouvelles connaissances. Elle montre tout ce qu’il apporte pour l’histoire des connaissances sur les femmes et les hommes. Et c’est vrai que ce concept a été productif, notamment pour penser l’histoire du sport, l’histoire des corps, sur les rapports aux institutions, aux pratiques, à toutes les activités sociales.

Plus précisément, qu’est-ce que tu lisais ?

J’ai beaucoup lu Bourdieu, puis Geneviève Fraisse, beaucoup. Donc, les sociologues de la famille et du travail, c’était en lien avec la thèse aussi. Les féministes qui ont écrit l’histoire des femmes. Sur l’école, Nicole Mosconi, Duru-Bellat. Et toute la sociologie du travail avec les chercheuses du CNRS. Les travaux de Kergoat sur les ouvrières parce que je me sens en proximité avec les milieux populaires. Non seulement je n’ai jamais renié, mais j’en suis fière. Je n’ai aucun problème avec ça. Je n’ai pas le souci de ce qu’on pourrait dire ou penser de moi. Je dis ça, mais en même temps, je crois que je ne suis pas tout à fait honnête avec ça, parce que j’ai beaucoup manqué de confiance en moi. Et j’ai compris que le fait de n’être qu’une fille (ce que mon père avait dit), ça amenait à douter beaucoup, quand même. Tu vois ? Ça produisait du doute.

Et tu écris quelques années plus tard, avec Annick Davisse un ouvrage encore très souvent cité aujourd’hui, Sport, école et Société : la part des femmes en 1991. Comment se construit ce projet ?

Après le rapport de 1987, je me rends compte que dans mes questionnements de recherches, j’ai un intérêt pour les marges, les atypiques, ce qui résiste, les minorités statistiques. Et ce qui n’est pas dit, n’existe pas. Très Bourdieu ça aussi. Si on ne le dit pas et si on ne le montre pas, on ne sait pas que ça existe. Il y a aussi le travail avec la ministre. On a un état des lieux sur les femmes et le sport en France qui n’est pas brillant, évidemment. Donc il y a cette enquête et j’avais aussi ces femmes qui font des pratiques non prévues pour elles, qui décident de faire un sport dans lequel elles sont mal reçues dans Talons aiguilles et crampons alu… Je ne sais plus vraiment comment l’idée émerge concrètement mais on décide d’écrire un livre avec Annick en partageant le travail. Moi, je prends la société, les hommes et les femmes, et Annick l’EPS, l’école, les enfants, la jeunesse, ce qui était très logique par rapport à nos compétences. On a réussi à faire ce livre, on a mis des mois et des mois à l’écrire avec la recherche des données. Pour sa réédition, revue et augmentée, on a demandé à Geneviève Fraisse de nous faire la préface. On la connaissait. On avait travaillé avec elle et le cabinet de Marie-George Buffet [ministre des sports communiste] entre 1998 et 2002 [suite aux premières Assises Nationales « Femmes et Sport »]. Bref, en 1991 c’était la part des femmes, mais quand Geneviève Fraisse nous a écrit la préface pour la réédition de 1998, elle nous a fait changer le titre. C’est devenu Sport, école et Société : la différence des sexes. Vous savez comment je voulais l’appeler, ce livre au départ en 1991 ? « Le sport a-t-il un sexe ? ». Mais la maison d’édition qui était à Joinville m’a dit : « Le mot sexe ? Ah non, non, Catherine, c’est impensable. On ne le vendra pas ». Je me rappelle d’une fois, quand notre bouquin avec Annick est sorti, j’étais à une journée d’étude du CNRS. Il y avait Marie Duru-Bellat dans la salle. J’ai été la saluer, elle me dit : « ah oui, je vois votre livre. C’est dommage, parce que vous parlez de différences, mais pas d’inégalités ». Elle avait raison. J’ai beaucoup appris avec ces chercheuses…

En quoi ce travail était-il nouveau dans le champ de l’historiographie du sport ?

  • 12 Voir l’entretien réalisé avec Thierry Terret dans ce numéro.

Annick Davisse est en milieu clos, prof de gym dans un milieu de profs de gym et au syndicat du SNEP. Et comme je le disais précédemment, même les historiens ne se préoccupaient pas de la pratique des femmes. Le premier, c’est Thierry Terret12 à Lyon et toutes les thèses qu’il a dirigées bien sûr. Lyon a été un haut lieu pour l’histoire du sport et des femmes. C’est vrai que Thierry Terret a écrit que j’étais pionnière mais je n’ai jamais osé le revendiquer. Comment tu peux savoir que tu es la pionnière ? Marie-Thérèse Eyquem, elle a fait des choses aussi pour le sport des femmes, mais enfin… ce n’était pas une chercheuse. Quelques autres dirigeantes, Alice Milliat aussi. Bref. Donc non, il n’y a pas d’enquête, mais pour faire des enquêtes, il faut qu’il y ait des lieux qui produisent des enquêtes, l’INSEE [Institut National de la Statistique et des Etudes Economiques], l’INED [Institut National des Etudes Démographiques], ça, ce sont des organismes après-guerre. J’étais allée chercher des données fédérales, j’ai eu beaucoup de mal à me les procurer parce que les licences sportives, majoritairement, ne mentionnaient pas le sexe dans les années 60. Tu étais adhérent à un club, tu étais adhérent à un sport. Point. C’est en 1949 que tout a été centralisé. Pour pouvoir produire de la donnée nationale, dans un contexte de reconstruction après-guerre, on veut faire le bilan des forces vives. Donc centralisation des fédérations, elles doivent faire remonter le nombre de leurs licenciés, le nombre de clubs, etc. La première enquête loisir, c’est 1967 en France sur les pratiques des Français.

As-tu senti un engouement spécifique ou une forme de reconnaissance de certains acteurs de l’époque suite à la publication de l’ouvrage ?

  • 13 Catherine Louveau, « Sport masculin/sport féminin : intérêts et apports de l’analyse couplée », in (...)
  • 14 Catherine Louveau, « Inégalité sur la ligne de départ : femmes, origines sociales et conquête du sp (...)

En fait, j’ai une reconnaissance tardive, après 2000. C’est la reconnaissance externe qui m’a beaucoup apporté, notamment celle du laboratoire du CNRS [GTM CRESPPA]. Mais je ne me suis jamais vraiment posé la question de la reconnaissance. Malheureusement j’ai eu durablement une très mauvaise image de moi. Je n’étais qu’une fille, voilà.
  
Ah oui, votre question me fait penser au premier congrès d’histoire de 1994 à Lyon. Pierre Arnaud et Thierry Terret, un de ses jeunes étudiants, viennent me voir lors d’un congrès de sociologie pour me dire qu’ils ont pour projet de faire un congrès d’histoire sur les femmes dans le sport : « qu’est-ce que t’en penses ? Comment tu vois ça ? » Ah, ben oui, bien sûr, allons-y ! J’ai fait une communication qui a été publiée en chapitre dans l’ouvrage Histoire du sport féminin, tome 213. Je parle de l’analyse couplée pour faire une histoire sexuée des pratiques. Couplée, ça veut dire les hommes et les femmes en regard, ensemble, dans les liens, dans les rapports sociaux. Et je parle de la zone d’ombre, celle de l’histoire des femmes et du sport. Les historiens ont observé la maternité, la sexualité, la physiologie, le corps, l’avortement, etc. Mais pas le sport. Loïc Wacquant répond très bien à ça : le sport est « un objet social mineur ». Et je suis malheureusement d’accord avec lui. C’est un loisir, c’est de la distraction, ça n’a pas l’importance du travail domestique, du travail professionnel. Donc, je montrais comment questionner la distribution sexuelle des pratiques et j’évoquais aussi les obstacles, méthodologiques. J’ai parlé de l’historienne Yvonne Knibiehler qui disait que le sexe du chercheur est une variable de première importance. Elle expliquait que l’introduction de la dimension sexuelle dans les sciences humaines pouvait représenter une rupture épistémologique. J’avais dit ça au congrès de 94. J’étais contente en me disant, on est en train de produire de la rupture épistémologique. Je me réjouissais sur nos regards croisés, en me disant qu’on avait beaucoup à y gagner. Tu parles de regards croisés ! Les hommes qui travaillent sur les femmes dans le sport, ils étaient où ? A part Thierry Terret. D’ailleurs, quand Thierry me sollicite pour faire un article14 dans le numéro de Clio qu’il coordonne [sur le « genre du sport » avec Michelle Zancarini-Fournel], j’étais très contente qu’il le fasse et j’étais fière qu’il me sollicite parce que je trouvais que c’était une belle revue. J’ai donc beaucoup travaillé sur cette histoire de l’accès des femmes selon les milieux sociaux. Alors c’est peut-être la vision de ma grand-mère, je ne sais pas… L’Institut Émilie du Châtelet, d’ailleurs, ils sont venus me chercher en 2006. C’est Michel Bozon de l’INED [Institut National d’Etudes Démographiques], on avait travaillé ensemble pour construire nos échantillons lors de notre enquête nationale. Ça aussi, ça a été un apport considérable pour moi sur le savoir-faire d’une enquête.

Tu peux préciser ?

L’enjeu pour définir les taux de pratiquants et de pratiquantes dans les enquêtes c’était la définition du sport que l’on retenait. On a eu beaucoup d’opposition de l’INSEE : « votre chiffre ne veut rien dire, puisque vous laissez les gens déterminer ce que faire du sport veut dire ». Non, ce n’est pas comme ça qu’on a fait mais ça a été une bagarre par presse interposée. D’un côté, c’était l’institution légitime, l’INSEE, et de l’autre, nous qui avons décidé que chacun pouvait s’auto-définir. Tout cela a été réinterprété, sur-interprété parce qu’évidemment eux, ils avaient des taux de pratique très inférieurs aux nôtres. Mais nous on disait toujours « toute forme d’activité et de pratiques confondues », parce qu’on avait des chiffres à 70-80 % évidemment. Mais les questions sont toujours mal posées. « Faites-vous du sport ? » Cette question ne convient pas pour les femmes. Elle les exclut de fait. Pour la majorité des femmes françaises, ce n’est pas du sport quand tu vas courir un peu, quand tu nages, tu te baignes. Les filles, si elles font de la danse : « mais en fait, la danse c’est pas du sport, madame ». Donc nous, on a fait décliner après : « vous dites que vous faites du sport, c’est-à-dire ? » ; « Qu’est-ce que vous faites exactement quand vous nagez ? » : des longueurs, de la baignade… On avait un questionnaire de 100 questions. Donc on avait du qualitatif derrière mais on n’a jamais traité ces données. Et c’est pour ça que dans le livre avec Annick, les catégories de sports que j’ai retenues, ce n’était pas du tout sport individuel, sport collectif, dedans, dehors, en lien avec les traditionnelles catégorisations techniques. Les regroupements ne sont plus du tout les mêmes. Je suis contente d’avoir introduit ça, pour moi c’était très important. Et c’est un livre qu’on vend toujours. On peut dire que c’est un livre qui fait référence. Dans les années 2000, je voulais le réactualiser mais Annick n’avait pas envie donc je ne me sentais pas de le faire pour elle parce que d’abord la situation de l’EPS à l’école, je ne la connaissais pas beaucoup et puis je ne voulais pas réactualiser toute seule un bouquin.

On comprend que ce débat autour de la manière de poser les questions dans les enquêtes est un enjeu important pour quantifier la pratique des femmes et ses modalités. As-tu été confrontée à d’autres formes de résistances ?

Evidemment ! Quand ils disaient un truc au masculin, je leur demandais de le féminiser aussi : « oui ça va ! » On me disait souvent « mais écoute, tu nous emmerdes avec ton féminisme ». Ça, je l’ai tellement entendu. J’étais dans un milieu très masculin à l’INSEP. Bon, il y avait Michèle Métoudi, mais elle n’était pas au laboratoire de recherche, elle était dans la formation. Il y avait aussi Muriel Augustini, une démographe. Mais c’est vrai que le milieu était masculin, le laboratoire de physiologie, le laboratoire de biomécanique… Mais ils ne me faisaient pas peur, c’est marrant. Je dis tout le temps, personne ne me fait peur. Mais quand on me disait, tu feras ton enquête le dimanche [l’enquête du rapport Talons aiguilles et crampons alu…], je crois que j’ai quand même un peu obéi à cette suggestion qui était presque une injonction : « parce qu’on a autre chose à faire ensemble, tu comprends ». Bref, mais quand on me disait « tu nous emmerdes », ça ne m’a jamais atteinte. Mais j’ai regretté qu’on ne soit pas plus à travailler là-dessus. Ça, ça m’a manqué. Christine Mennesson a été pour moi une grande bouffée d’air. Avec en plus de l’admiration parce qu’elle a fait des choses que je n’avais pas faites, elle a innové.

Penses-tu que cela a eu un impact sur ta carrière ?

Oui, au CNU [Conseil National des Université section 74], ma promotion première classe. Je n’ai pas candidaté. Je me suis autocensurée. Absolument. Mais je savais qu’avec leur critère de sciences dures, ça ne passerait pas. Même Christian ne l’avait pas fait. Le problème, c’est qu’il y a des questions de recherche qui pénalisent. C’est-à-dire que quand tu travailles sur l’homosexualité au CNU, ce n’est pas gagné. Thierry Terret a été une exception.

Dirais-tu qu’à cette époque-là (dans les années 80-90), la sociologie des femmes était militante ? Et si c’est le cas, comment t’es-tu positionnée entre académisme et militantisme ?

Je n’étais pas militante, je le suis devenue mais sans le faire exprès, sans le vouloir. Comme dit l’historienne Françoise Thébaud, c’était du féminisme en actes. Elle fait partie des historiennes que j’ai lues aussi avec Michelle Perrot. J’ai beaucoup pioché dans ces travaux-là aussi. Et les journées d’études, les séminaires et colloques avec Helena Hirata, Danièle Kergoat, Margaret Maruani m’ont nourrie pour questionner mon objet ; et bien sûr Françoise Héritier ! C’était un pas de côté parce que les STAPS, à part Lyon avec Thierry Terret…
  
Quand j’étais en jury de mémoire de DEA en sciences dures à Orsay, je regardais toujours les échantillons, c’était toujours des hommes. Je l’ai dit plusieurs fois : « pourquoi vous prenez que des hommes, des étudiants hommes ? » En STAPS, il n’y avait personne pour leur dire, c’était un impensé. Un jour, une étudiante me dit « je voudrais faire mon DEA avec vous ». Je n’avais pas compris qu’elle était homosexuelle parce que je ne me posais jamais la question, la sexualité des étudiants, ça ne m’intéressait pas. Bref, elle commence à travailler sur un club parisien où il n’y a que des homosexuelles, les Dégommeuses. En tant que responsable du DEA, quand j’annonce à tous mes collègues, profs d’université en sciences humaines et sociales, qu’il y a une étudiante qui veut faire une enquête sur les homosexuelles dans le sport, les remarques fusent : « ah, ben là, il va falloir faire gaffe dans les vestiaires, etc. » D’une vulgarité démentielle ! Des profs d’université dans une réunion de travail. Evidemment, moi, j’étais atterrée.
  
Un autre facteur important, c’est regarder dans les programmes de formation. Quand je suis arrivée à Rouen, j’ai un peu introduit la question des sexes dans les premières années, mais enfin, ils m’avaient imposé un cours de sociologie générale. Dans mes cours, j’introduisais des miettes par-ci, par-là. Après, quand on a monté le DEA grand Ouest, j’ai monté des cours de sciences sociales particuliers sur ces questions-là. Quand j’arrive à Orsay en 1999 comme prof, je propose un cours au Licence 2 « APS et différence des sexes ». J’ai imposé le contenu, donc j’ai fait un peu d’histoire, un peu de contemporain, les garçons, les filles et ensuite les voies explicatives, les socialisations, la division du travail. Il y avait du Bourdieu, en veux-tu, en voilà. Je pense que c’est le fait d’être prof [des universités] qui fait que ce cours a été accepté. Et il y a avait aussi des collègues, comme Pia Henaff-Pineau, très ouverts. Elle m’a sollicitée pour faire des cours sur toutes les formations, des CM [cours magistraux], des TD [travaux dirigés], c’est ça qui m’a plu, de faire des TD avec de futurs enseignants. J’adorais essayer de leur faire passer quelque chose. Avec mes doctorants, j’ai eu aussi le sentiment d’avoir été utile, d’avoir posé des pierres qu’il fallait poser. La direction de thèse, ça a été ce que j’ai préféré faire dans mon activité. Ma première thèse, c’était à Rouen en 2004, j’en ai eu 14 au total. Et dans tous les cours que je pouvais faire, je rendais compte du réel. Pour moi, c’était militant, ça. C’est-à-dire montrer les faits, les données. Les historiennes nous disent, prêtez bien attention à ça, les filles et les garçons, j’interpellais tout l’amphi, les acquis sont toujours réversibles. Puis après, je continuais sur d’autres éléments : « En 1998, David Douillet a dit que la place des femmes, ce n’était pas sur le tatami, mais dans leur cuisine. Vous chercherez, Ma vie de champion ». Voilà, tu vois, je trouvais le moyen de placer des choses comme ça. Pour moi, c’était très bourdieusien, ça aussi, leur donner des armes, les outiller pour lire le monde et le comprendre, voire pour pouvoir agir dessus. Et surtout, rappeler que la société, le réel, ce n’est pas de l’opinion.

Dans le cadre de tes recherches, as-tu initié des formes de dialogue avec des collègues sociologues à l’international ?

Mon gros défaut, c’est que je ne suis pas anglophone, je n’ai pas publié en anglais. C’est une affaire de génération aussi. C’est la grande qualité de Christine Mennesson qui nous a apporté énormément d’éléments d’Amérique du Nord, dans sa thèse puis son HDR. J’ai été en lien avec une Québécoise avec qui je suis très amie, Suzanne Laberge, mais c’était en français. J’avais fait aussi un exposé à Strasbourg sur des données européennes. William Gasparini m’avait demandé un état des lieux de la pratique des femmes en Europe pour un congrès au Conseil de l’Europe en 2008. Il y avait des statistiques qui existaient, mais je n’ai jamais approfondi la question. Rétrospectivement, je dirais, même si je ne l’ai pas pensé comme ça à ce moment-là, que c’est parce qu’on avait déjà tellement à faire ici pour que ça bouge.

Finalement, on pourrait dire que tu as participé à structurer le champ de la sociologie du sport dans les années 1980-90 ?

Oui. On a créé la Société Française de Sociologie du Sport (SFSS) à l’INSEP en 1982. J’en ai été co-fondatrice. Après, on a fait en sorte que les présidents tournent. Donc, Michèle Métoudi a été présidente. Avec la Société de Sociologie, on a organisé un grand congrès de sociologie du sport avec le laboratoire et 30 pays. C’était en 1983 avec l’ICSS [en français : Comité International de Sociologie du Sport]. Je rappelle que le sport comme objet scientifique, ça n’existait pas. Nous avons contribué à le poser en ces termes-là, en tout cas comme objet d’analyse sociologique. C’était un loisir et encore une fois, la formulation de Loïc Wacquant me paraît toujours pertinente, « objet social mineur », c’est-à-dire que le sport ça ne passionne pas grand monde. Heureusement, Norbert Elias a eu la bonne idée d’écrire que le sport est un « laboratoire privilégié de l’analyse du monde social ». Quand je suis arrivée à l’Institut Émilie du Châtelet en 2006, pour mes collègues intellectuelles féministes ou féministes intellectuelles, c’est comme on voudra… Le sport était un objet de recherche mineur. Le sport, elles n’en faisaient pas beaucoup ou alors elles en parlaient peu. Mais je n’ai jamais senti ni de condescendance ni de jugement, non jamais. J’ai ainsi pu travailler à l’IEC durant 12-13 ans en très bonne entente avec, entre autres, Jacqueline Laufer, Nicole Mosconi, Michel Bozon, Catherine Vidal, des pointures !
  
Donc pour les chercheurs extérieurs au monde du sport, ce n’est pas un objet majeur, mais de l’intérieur, je veux dire, les sociologues du sport, eux, ils te renvoient que c’est le genre ou le sexe l’objet mineur.

Haut de page

Notes

1 En 1975, la fusion de l’ENSEPS et de l’Institut National du Sport donne naissance à l’INSEP (Institut national du sport et de l’Éducation Physique) qui devient, en 2009, l’Institut national du sport, de l'expertise et de la performance.

2 Catherine Louveau est née en 1950.

3 Pierre Bourdieu, « Comment peut-on être sportif ? », in Pierre Bourdieu, Questions de sociologie, Paris, Éditions de minuit, 1984, p. 173-195.

4 Pratiques sportives et demandes sociales. Étude comparée de quatre types de pratique antinomiques et de leurs publics (rugby, athlétisme, expression corporelle, vol libre). Compte-rendu de fin d’études d’une recherche financée par le CORDES (1978-1982). Sous la responsabilité scientifique de Christian Pociello, avec la collaboration de Catherine Louveau, Jacques Defrance et Jacqueline Blouin-Le Baron. Mission Recherche : Unité Histoire et Prospective des Sports, INSEP, 357 pages.

5 Pour comprendre le lien entre Bourdieu et l’obtention de ce contrat de recherche, lire Oumaya Hidri Neys, « La rencontre avec deux « Maîtres à penser » (1970-1984) », in Faire trace… Entretiens avec Christian Pociello, Artois Presses Université, 2012, p. 85-132.

6 Catherine Louveau, « L’accession des femmes aux pratiques sportives », in Erraïs Borhane (dir), La femme d’aujourd’hui et le sport, Paris, Amphora, 1981, p. 53-64.

7 Denise Brial, Annick Davisse, Nicole Dechavanne, Françoise Labridy et Catherine Louveau, « Le sport féminin aujourd’hui, Rapport pour le ministère Temps libre, Jeunesse et Sport », 1983, 61 p.

8 https://insep.hal.science/hal-01980362/document (consulté le 25 juin 2024).

9 https://insep.hal.science/hal-01971843/document (consulté le 25 juin 2024).

10 Jacques Defrance soutient sa thèse de sociologie intitulée « La fortification des corps. Essai d’histoire sociale des pratiques d’exercice corporel » en 1978 à l'EHESS sous la direction de Pierre Bourdieu. Il est l’un des acteurs majeurs de la structuration de la sociologie du sport en France.

11 Michelle Perrot, « L’Histoire saisie par le genre », dans Université de tous les savoirs, l’Histoire, la sociologie, l’anthropologie, vol. 2, Paris, Odile Jacob, 2002, p. 123-137.

12 Voir l’entretien réalisé avec Thierry Terret dans ce numéro.

13 Catherine Louveau, « Sport masculin/sport féminin : intérêts et apports de l’analyse couplée », in Pierre Arnaud et Thierry Terret (dir.), Histoire du sport féminin. Sport masculin - sport féminin : éducation et société. Tome 2, L’Harmattan, Paris, 1996, p. 257-269.

14 Catherine Louveau, « Inégalité sur la ligne de départ : femmes, origines sociales et conquête du sport », Clio. Histoire, femmes et sociétés, 23, 2006, p. 119-143.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Irène Gimenez, Carine Guérandel et Cécile Ottogalli-Mazzacavallo, « Entretien avec Catherine Louveau »Genre & Histoire [En ligne], 33 | 2024, mis en ligne le 01 avril 2024, consulté le 23 juillet 2024. URL : http://journals.openedition.org/genrehistoire/9592 ; DOI : https://doi.org/10.4000/11y8q

Haut de page

Auteurs

Irène Gimenez

Articles du même auteur

Carine Guérandel

Articles du même auteur

  • Paru dans Genre & Histoire, 33 | 2024
  • Introduction [Texte intégral]
    Le genre en histoire de l’olympisme et du sport… vingt ans après
    Introduction. The gender in the history of Olympism and sport… twenty years later
    Paru dans Genre & Histoire, 33 | 2024

Cécile Ottogalli-Mazzacavallo

Articles du même auteur

  • Paru dans Genre & Histoire, 33 | 2024
  • Introduction [Texte intégral]
    Le genre en histoire de l’olympisme et du sport… vingt ans après
    Introduction. The gender in the history of Olympism and sport… twenty years later
    Paru dans Genre & Histoire, 33 | 2024
Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search