Navigation – Plan du site

AccueilNumeros33Introduction

Introduction

Le genre en histoire de l’olympisme et du sport… vingt ans après
Introduction. The gender in the history of Olympism and sport… twenty years later
Carine Guérandel et Cécile Ottogalli-Mazzacavallo

Notes de l’auteur

Ce titre est un clin d’œil à l’article publié en 2006 par Thierry Terret sur « le genre dans l’histoire du sport ». Cf. Thierry Terret, « Le genre dans l’histoire du sport ». Dans Thierry Terret et Michelle Zancarini-Fournel, Le genre du sport, Clio. Histoire, femmes et sociétés, 23, 2006, p. 209-238.

Texte intégral

  • 1 Les Jeux olympiques sont organisés à Paris du 26 juillet au 11 août 2024 et les Jeux paralympiques (...)
  • 2 Yoav Dubinsky, « The Olympic Games, nation branding, and public diplomacy in a post-pandemic world: (...)
  • 3 Quelques rares disciplines ou épreuves restent exclusivement à destination de l’une ou l’autre des (...)

1À quelques jours de l’ouverture de la XXXIIIe Olympiade1, le comité d’organisation des Jeux de Paris 2024 travaille l’image de marque2 de la France, notamment sur le plan des valeurs de l’inclusion sociale et de l’égalité entre les femmes et les hommes. Les slogans promotionnels reposent principalement sur une logique quantitative : parité, inédite, des athlètes, des bénévoles, des relayeur/ses de la flamme olympique ; féminisation du comité d’organisation de Paris 2024 et des noms d’infrastructures sportives ; augmentation du nombre d’épreuves mixtes3 ; crédits alloués par le fonds de dotation Impact 2024 pour soutenir, ces quatre dernières années, le développement de la pratique sportive des femmes ou la féminisation des instances dirigeantes du sport français. Autant de signes qui voudraient témoigner d’un changement d’attitude à l’égard des femmes depuis les oppositions formulées, en 1912, par le restaurateur des Jeux olympiques modernes, Pierre de Coubertin :

  • 4 Pierre de Coubertin, La Revue olympique, 79, juillet 1912.

Une olympiade femelle serait impratique, inintéressante, inesthétique et incorrecte. Le véritable héros olympique est, à mes yeux, l’adulte mâle individuel. Les JO doivent être réservés aux hommes, le rôle des femmes devrait être avant tout de couronner les vainqueurs4.

  • 5 Cécile Ottogalli, « L’égalité femmes-hommes dans le sport français : une chimère ? », The Conversat (...)
  • 6 Thierry Terret, Balades olympiques, Paris, L’Harmattan, 2024.

2Mais qu’en est-il vraiment ? Ces Jeux sont-ils une incarnation de l’avènement de l’égalité réelle dans le monde du sport ? S’agit-il au contraire d’une illusion d’égalité5, réduite à quelques indicateurs qui ne disent rien des dynamiques contextuelles qui leur donnent sens, pas plus que du maintien ou non de l’ordre du genre6 ? Soumettre la question au regard critique des historiens et historiennes permet d’analyser l’intensité et la nature du changement social annoncé.

  • 7 Pour Raewyn Connell (1987), le concept de masculinité hégémonique renvoie à « la forme la plus valo (...)

3Mais, avant tout, rappelons que l’olympisme moderne, promu par l’anglophile Pierre de Coubertin à la fin du xixe siècle, s’implante et se développe sur le principe de la valorisation de la masculinité hégémonique7 et, de façon corollaire, sur la restriction du mouvement du corps des femmes au nom de leur constitution (prétendue fragile) et des « devoirs » sociaux et moraux qui en découleraient (maternité et pudeur). Certaines disciplines sportives sont proclamées contre-nature au nom des dangers auxquels elles exposeraient le corps des femmes (descente d’organes, aménorrhée, stérilité ou masculinisation), quand d’autres sont plébiscitées comme outils privilégiés de la féminité accentuée. Nombreuses sont les stratégies (via la constitution des assemblées politiques, les règlements sportifs, les techniques, les normes vestimentaires, les procès de virilisation, les tests de féminité, les violences de genre, etc.) permettant aux institutions sportives, olympiques et/ou médiatiques de maintenir l’ordre du genre et la différence des sexes naturalisée. Néanmoins, au fil des olympiades, des contestations individuelles et/ou collectives s’organisent et influencent progressivement l’institution olympique qui, depuis une vingtaine d’années, semble faire de l’égalité femmes/hommes l’un de ses nouveaux crédos.

  • 8 Si la majeure partie des contributions s’inscrivent dans une perspective d’histoire contemporaine, (...)
  • 9 Michelle Zancarini-Fournel, Le moment 68, Une histoire contestée, Paris, Seuil, 2008.
  • 10 En effet, le système olympique se compose d’une myriade d’entités collectives et individuelles (des (...)
  • 11 Nicolas Chanavat, Arnaud Waquet, Arnaud Richard, Thomas Bach et Denis Masséglia (dir.), Les défis d (...)

4Tout l’enjeu de ce dossier thématique Genre et Histoire est donc de discuter, dans une perspective principalement historique8, les étapes, les modalités, les effets et les limites de la (dé)construction du genre dans les sports olympiques et paralympiques de l’ère moderne autant à l’échelle collective qu’individuelle. Autrement dit, il s’agit d’analyser la manière dont le moment olympique9 – défini comme l’ensemble des temps (avant, pendant et après), des acteurs et actrices, des institutions, des pratiques et des discours gravitant autour de l’événement des Jeux olympiques – peut participer à produire, reproduire ou réduire les inégalités sociales, sexuées ou sexuelles. Ainsi, au-delà de l’événement des Jeux et de la visibilité des athlètes qu’il engendre, c’est toute l’institution olympique qui est questionnée au prisme du genre10. Si les Jeux – mais aussi ceux qui les préparent et les suivent – sont le miroir des rapports de domination de genre à l’œuvre dans nos sociétés, en quoi ces événements (et leur système) concourent-ils, à certaines périodes, à les façonner ou les légitimer ? Au contraire, dans quelle mesure les Jeux ont-ils été un « événement fédérateur » ou un « terrain fertile et propice au progrès11 » depuis leur restauration en 1896 ? De quelles transformations de l’ordre du genre furent-ils le catalyseur ? Comment les institutions sportives et olympiques expérimentent-elles et innovent-elles pour, in fine, servir l’émancipation des femmes et les nouveaux défis de l’olympisme ? Tout l’enjeu de ce numéro est donc bien de penser les vulnérabilités sportives, à l’aune du genre et de l’intersectionnalité, mais aussi les innovations permettant de les réduire.

  • 12 Citons : Thierry Terret, « Genre et olympisme », in Thierry Terret, Balades olympiques, Paris, L’Ha (...)
  • 13 Nathalie Rosol, « Faites vos Jeux ! Le temps d’un olympisme réservé aux femmes », in Thierry Terret (...)
  • 14 Cf. Pascal Blanchard, Nicolas Bancel, Claude Boli, Daphné Bolz, Pascal Charitas, Sylvère-Henry Ciss (...)
  • 15 Igor Martinache et Olivier Le Noé, « Les Jeux de Paris 2024, une cause sans adversaires ? », Cahier (...)
  • 16 L’ouvrage Une histoire globale des sports olympiques, publié sous la direction de Michaël Attali en (...)
  • 17 Si plusieurs médias français (par exemple Le Monde, Libération ou Médiapart) ont produit des newsle (...)
  • 18 Cécile Ottogalli-Mazzacavallo, Virginie Nicaise et Guillaume Bodet, « Football et femmes en France  (...)
  • 19 Joan W. Scott, « Genre : une catégorie utile d’analyse historique », Les Cahiers du Grif, 37-38, 19 (...)
  • 20 Emmanuel Beaubatie, « Le genre pluriel. Approches et perspectives pour complexifier le modèle femme (...)

5La tâche est immense… et force est de constater que les travaux académiques, toutes disciplines confondues, analysant les liens entre olympisme et genre restent peu nombreux12. Ceux de l’historien Thierry Terret font figure d’exception. Les quatre volumes sur Les paris des Jeux olympiques de 1924 qu’il a dirigés en 2008 accordent une place inédite dans l’historiographie de l’olympisme aux questions de genre13. Par ailleurs, en tant que premier historien français à avoir revisité l’histoire du sport sous ce prisme, son témoignage, abordant la généalogie, la réception et l’impact de ses travaux, était indispensable dans ce numéro. Cette rareté des recherches sur les femmes et/ou le genre interroge, alors même que la littérature scientifique est relativement abondante pour analyser l’olympisme comme un espace de dominations multiples : géopolitiques, politiques, idéologiques, économiques et/ou encore sociales14. Lorsque les méga-événements sont passés au crible de la critique, afin de désenchanter les Jeux15, les sportives et les minorités de genre sont, le plus souvent16, les oubliées de l’histoire (tant en sciences sociales du sport qu’en histoire contemporaine), ce qui n’est pas sans alimenter l’aveuglement des acteurs et actrices de l’action publique et/ou des médias17. Faut-il y voir un reflet de la puissance du mythe olympique qui se voudrait agenré et apolitique ? Faut-il y voir plutôt la marque d’un androcentrisme persistant de la communauté académique ou une difficulté à s’approprier les travaux et évolutions théoriques du concept de genre ? Très nombreux sont encore les travaux dans le champ des sciences sociales du sport qui invisibilisent les femmes ou qui, au mieux, considèrent le genre comme une variable sociale parmi d’autres18. Le genre est encore rarement, sauf pour quelques spécialistes du concept, une « catégorie utile d’analyse historique » et « une façon première de signifier des rapports de pouvoir »19 structurés autour des processus de bicatégorisation naturalisée de l’humanité et les hiérarchies/inégalités qui en découlent. Encore plus rares sont ceux qui appréhendent le fonctionnement social sous l’angle de l’espace social du genre permettant de penser ensemble la pluralité des positions de genre et les hiérarchies20.

  • 21 Thierry Terret et Michelle Zancarini-Fournel, « Le genre du sport », Clio. Histoire, femmes et soci (...)
  • 22 Deux ans plus tôt, en 2004, la revue francophone Recherches féministes produisait également un numé (...)

6Partant de ce constat, un numéro thématique de la revue Genre et Histoire s’avère doublement nécessaire pour tenter de combler les silences de l’histoire olympique à propos des femmes et du genre, mais aussi de l’histoire des femmes et du genre à propos des sports et de l’olympisme. Ce faisant, ce projet s’inscrit modestement dans la filiation du numéro de la revue Clio. Histoire, femmes et sociétés coordonné par Thierry Terret et Michelle Zancarini-Fournel sur Le genre du sport en 200621. À ce moment-là, le sport devenait un objet d’étude sérieux et légitime dans la recherche en études sur le genre22 et notamment en histoire. Près de vingt ans après, ce numéro thématique sur genre et olympisme de la revue Genre et Histoire confirme l’intérêt (et la nécessité) de la rencontre entre une revue d’histoire des femmes et du genre et de jeunes chercheur·ses, contribuant par des regards disciplinaires et des méthodologies variées, à renouveler une histoire du sport et de l’olympisme au prisme du genre quelque peu en panne dans la dernière décennie. Ce numéro confirme aussi le dialogue heuristique entre les champs de l’histoire et de la sociologie du sport incarné par les coordinatrices et les contributions du numéro. En ce sens, il est composé d’entretiens biographiques avec deux des fondateurs des travaux sur « genre et sport » en France. D’une part, la sociologue Catherine Louveau – l’une des pionnières à analyser la place des femmes et les rapports sociaux de sexe dans le champ des pratiques sportives françaises dès la fin des années 1970 – et d’autre part, l’historien Thierry Terret, évoqué précédemment. Leur témoignage offre un apport inédit pour comprendre les conditions des productions scientifiques à partir des années 1970 à l’aune de leurs trajectoires sexuées et/ou sociales et des contextes dans lesquels elle et il ont évolué.

  • 23 Cette périodisation est proposée par Thierry Terret dans « Le genre dans l’histoire du sport », Cli (...)
  • 24 Cette deuxième périodisation nous est propre. La date de 2013 est justifiée par la publication coor (...)
  • 25 En STAPS, deux pôles de formation contribuent à l’émergence d’une deuxième génération de chercheur· (...)
  • 26 Henri Humbert, Sport et masculinités en France (de la fin du XIXe siècle aux années 1950), Une anal (...)
  • 27 Sylvain Férez, Corps de mise en scène, d’expression et de réflexivité : étude de génie symbolique, (...)
  • 28 Thierry Terret et al., Sport, genre et vulnérabilité au XXe siècle, op. cit., 2013.
  • 29 Voir entre autres : Laurence Prudhomme-Poncet, Histoire du football féminin au XXe siècle, Paris, L (...)
  • 30 Du côté de l’histoire du sport, Thierry Terret est muté recteur de l’académie de La Réunion au 1er  (...)
  • 31 Voir entre autres les thèses en STAPS de Fatima Elfaquir (2017), Wulum Liu (2017), Guillaume Jomand (...)
  • 32 Voir entre autres les thèses en STAPS de Lucie Schoch (2011), Mélie Fraysse (2013), Odile Édith Raz (...)
  • 33 Cf. Cécile Ottogalli-Mazzacavallo, Virginie Nicaise et Guillaume Bodet, « Football par et pour les (...)
  • 34 En 2016, le master en études sur le genre, parcours sur l’égalité dans et par les activités Physiqu (...)
  • 35 Notons l’accroissement des financements de projets de recherches et de thèses sur le genre : alloca (...)
  • 36 Stéphanie Chapuis-Després, « Histoire du corps, histoire du genre. Bilan et perspectives », Corps, (...)
  • 37 La thèse de Florys Castan-Vincente, sous la direction de Pascal Ory, renouvelle les liens entre spo (...)

7Ainsi, l’historiographie sport et genre en histoire se structure autour de trois périodes. Celle des années 1991-2000 marque le temps, fondateur en France, de l’histoire du sport féminin23, appréhendée principalement sous l’angle de la domination des hommes et l’exclusion des femmes. Celle des années 2000-201324 se caractérise par une multiplication conséquente des travaux de recherche25 et le dépassement d’une histoire des femmes par l’étude des masculinités26, de l’homophobie27, des vulnérabilités en contexte de crise28 et plus largement d’une histoire des rapports de pouvoir entre les sexes. Pour autant, les travaux portent principalement sur les mécanismes du contrôle du corps des femmes : via l’histoire de leur intégration dans certaines disciplines sportives comme le football, l’athlétisme, l’alpinisme, la natation ; via l’histoire du vêtement des sportives ; via l’histoire des féminités et masculinités dans l’écriture littéraire ; via l’histoire des sports et pratiques corporelles dans les camps en Allemagne durant la Seconde Guerre mondiale ; ou encore via l’histoire des tests de féminité lors des olympiades29. Enfin, la dernière décennie est celle d’un creux de la vague, à la suite notamment des départs des STAPS des deux chefs de file30. Au milieu des années 2010, les héritier·ères spécialistes de l’histoire du sport et du genre dans le champ des STAPS sont rares à embrasser une carrière académique et ne profitent pas du rayonnement interne et externe de leurs aîné·es. Les thèses Sport et genre au sein des STAPS en histoire du sport se raréfient31, alors que du côté de la sociologie du sport, la dynamique se renforce, comme en témoigne le nombre non négligeable de thèses soutenues depuis une dizaine d’années32 ou la publication récente de plusieurs numéros de revues pluridisciplinaires sur ce même thème33. Ce déclin interroge compte tenu du contexte, a priori, plutôt favorable aux travaux sur le genre du fait notamment de la création d’une formation en études sur le genre appliquées aux sports à Lyon34 et de la multiplication des soutiens financiers à la recherche sur le genre35. Peut-on y voir les effets d’une double marginalisation, celle de l’histoire du genre dans le champ des STAPS et celle du sport dans le champ de l’histoire où les travaux Sport et genre sont souvent peu connus et/ou peu mobilisés pour enrichir l’historiographie du corps au prisme du genre36 ? Force est de constater que la relève, incarnée en partie par les auteurs et autrices de ce numéro, s’est formée et se forme davantage à l’extérieur du champ des STAPS, c’est-à-dire du côté de l’histoire académique37.

  • 38 Michelle Zancarini-Fournel, « Généalogie de l’intégration des catégories de classe, genre, race dan (...)
  • 39 Laure Bereni, « Quand la mise à l’agenda ravive les mobilisations féministes : l’espace de la cause (...)
  • 40 Catherine Louveau, « Inégalité sur la ligne de départ : femmes, origines sociales et conquête du sp (...)
  • 41 Judith Butler, Trouble dans le genre. Pour un féminisme de la subversion, Paris, La Découverte, 200 (...)
  • 42 Christine Bard et Sylvie Chaperon (dir.), Dictionnaire des féministes. France XVIIIe-XXIsiècle, P (...)

8Ce numéro témoigne aussi des évolutions historiographiques de ces dernières années, notamment dans la volonté des auteurs et autrices d’appréhender « une histoire à parts égales »38 rendant visibles les diverses formes de domination (genre, classe, sexualité, race, validisme) et la pluralité des contextes. L’espace de la cause des minorités sexuelles et de genre vient ainsi compléter celui de l’espace de la cause des femmes39. Ainsi, si les contributions se centrent en priorité sur les situations des femmes – athlètes principalement –, ces dernières sont aussi socialement situées40 (souvent issues des classes moyennes) et parfois racisées, trans ou handicapées. La majorité d’entre elles porte donc un intérêt grandissant pour la diversité mais surtout pour celles et ceux mis en marge du système sportif. Les contributions de ce numéro révèlent aussi un attrait pour des trajectoires – individuelles et/ou collectives – de résistance ou d’agency41 (en français, agentivité ou pouvoir d’agir) par et dans l’aventure olympique, dans des contextes olympiques et politiques d’exclusion, de discriminations et de violences de genre. Ces articles contribuent à enrichir l’espace des féminismes dans et autour des aventures olympiques42. Enfin les contributions de ce numéro confirment également l’intérêt des jeunes chercheur·ses pour des périodisations plus contemporaines, pour une histoire du temps présent, pour l’utilisation de sources diversifiées (archives des institutions mais aussi archives de la presse sportive, féministe, LGBT, ouvrière ou sioniste, manga, films, etc.) et pour une histoire de l’olympisme au prisme du genre qui s’étend au-delà des frontières nationales. Les articles de Suzy Toson, François-René Julliard et Siyao Lin, réalisant leurs travaux en France, contribuent à une histoire internationale permettant d’apprécier les spécificités politiques et culturelles de la situation des femmes, issues de différents pays, dans le chaudron universalisant de l’olympisme. Ils montrent combien le corps des femmes, de tous pays, comme celui des hommes, est l’objet d’instrumentalisation au service des régimes politiques en place.

9Les deux premiers articles de ce dossier s’intéressent aux organisations internationales proposant des olympiades alternatives aux Jeux olympiques – porteuses de projets émancipateurs que ce soit pour les femmes, les ouvriers ou les Juifs – en réaction au conservatisme du CIO.

10Florys Castan-Vicente analyse le CIO comme une « internationale antiféministe » provoquant et faisant front à la résistance de femmes qui luttent pour leur autonomie par l’organisation au niveau international de structures séparatistes de sportives, sous l’initiative et la direction de la dirigeante française, Alice Milliat. En cela, la Fédération sportive féminine internationale (FSFI) peut être considérée comme l’une de ces organisations internationales de femmes qui, dans l’entre-deux-guerres, luttent ardemment contre la domination masculine et l’exacerbation de l’ordre du genre sous les régimes politiques autoritaires.

11Clément Dumas s’intéresse quant à lui aux femmes, cumulant des marginalités de genre, de race et de classe sociale, qui participent aux olympiades alternatives organisées par l’Internationale sportive ouvrière socialiste (ISOS), par l’Internationale rouge sportive (IRS) et par l’association juive Maccabi World Union (MWU) durant l’entre-deux-guerres, il montre les ambiguïtés entre les projets politiques et idéologiques émancipateurs de ces mouvements et les limites d’une intégration mesurée et contrôlée des femmes aux compétitions au nom des idéaux conservateurs de « la » féminité.

12Les enjeux relatifs à la construction d’une féminité acceptable et respectable des sportives sont également au cœur des trois articles suivants. Mais ces contributions mettent également au jour la manière dont s’articulent les enjeux de genre, les expériences individuelles, les logiques de valorisation des sportives et les usages politiques de leur performance au service de la propagande nationale.

13Suzy Toson analyse à nouveaux frais la carrière sportive de Trebisonda Valla, dite Ondina, la première athlète italienne médaille d’or olympique aux jeux du nazisme de Berlin en 1936. Elle met notamment en évidence le décalage entre l’expérience vécue de l’événement par la sportive – marquée par le souvenir d’une amitié, de l’accès à des loisirs et des sociabilités – et l’instrumentalisation politique de son image en la présentant comme une « championne du fascisme » et un modèle à suivre en tant que femme jeune, athlétique, « pure » (au sens racial du terme) et donc apte à fournir des enfants en bonne santé à la nation fasciste. Aussi, l’autrice parle d’une nécessaire politisation consentie pour expliquer la position d’Ondina qui prend part aux actions menées par le régime sans lui faire allégeance et sans le rejeter activement, lui permettant ainsi de poursuivre sa carrière sportive dans un contexte misogyne, patriarcal, raciste et antisémite.

14François-René Julliard s’intéresse, quant à lui, aux femmes noires de l’Université d’État du Tennessee, qui suivent le prestigieux programme d’athlétisme pour les femmes mené par l’entraîneur Ed Temple, les Tigerbelles, entre 1950 et 1994. Il montre comment la construction de la performance ne va pas sans celle d’une féminité rassurante et nationale comme stratégie incontournable à un projet d’émancipation par le sport de ces femmes américaines racisées issues de la classe moyenne. Pour autant, les Tigerbelles entretiennent une relation ambivalente à ces injonctions de féminité. Certaines déplorent la pression subie sans remettre en cause la stratégie de l’entraîneur. D’autres en font une « ressource symbolique, dans un contexte de guerre froide sportive » afin de « compenser la perte de l’hégémonie sportive par la conquête d’une hégémonie sur le terrain du genre ». Ce faisant, elles troublent les hiérarchies entre les féminités blanche et noire aux États-Unis, les athlètes américaines incarnant « la bonne féminité » face aux Soviétiques (pourtant blanches) qui en sont dépourvues.

15Enfin, l’étude de Siyao Lin à partir de biopics chinois centrés sur des sportives olympiques révèle que si ces œuvres cinématographiques de fiction, inspirées librement par des personnages de la vie réelle, rendent hommage aux exploits des sportives, elles réduisent, dans le même temps, les sportives olympiques à la figure de la compétitrice « bonne fille de la patrie » mise sous le joug d’un personnage masculin dominant (souvent l’entraîneur), et passent sous silence toutes représentations de leurs imperfections ou échecs susceptibles de porter atteinte à l’image du pays. L’autrice met également au jour l’usage du sexisme comme instrument de domination des populations minoritaires par la Chine, la nation dominante. Les sportives ethnicisées sont ainsi réduites en « figure de “femmes émancipées d’une culture démodée et sexiste”, servant de métaphore à une culture han perçue comme plus progressiste ». Ces récits de femmes sportives autour des Jeux olympiques participent ainsi à la propagande politique.

  • 43 D’après Jean-François Ravaud (« Modèle individuel, modèle médical, modèle social : la question du s (...)

16Le dossier se compose enfin de deux réflexions inédites sur la mise en scène et en mots de la participation des minorités aux Jeux olympiques : celle des femmes handicapées43 et celle des athlètes trans.

  • 44 Aujourd’hui, avec l’évolution des règlements (le CIO laissant la main aux fédérations international (...)

17Félix Pavlenko et Karl Ponthieux-Stern retracent « l’histoire effacée » de la participation des athlètes trans aux JO depuis un siècle. Plus précisément, ils analysent le traitement médiatique – structuré autour d’une panique morale de genre et d’un argumentaire essentialiste – réservé aux athlètes trans en l’articulant à l’évolution du contexte règlementaire édicté par le monde sportif. Ils remarquent notamment que, dans les médias, l’accès des hommes trans aux compétitions dans les années 2000 fait moins débat que celui des femmes trans, les journalistes se focalisant essentiellement sur ces dernières en se faisant le relais d’un argumentaire essentialiste édicté par les nouvelles réglementations de 2003 visant à réguler l’avantage physique supposé des corps des femmes trans assignées à la naissance à la catégorie des hommes. Par ailleurs, ils expliquent comment l’emballement médiatique autour d’une femme trans – « pas assez féminine » – participant à l’épreuve d’haltérophilie aux JO de Tokyo 2021, amène le CIO à modifier de nouveau le règlement en laissant « l’opportunité aux fédérations internationales d’exclure selon leurs critères les athlètes trans44 ». Ce faisant, on découvre comment le sexisme et le cissexisme des médias et des institutions sportives constituent un instrument du maintien de l’ordre genré au sein de l’olympisme.

18Enfin, la contribution de Yann Descamps analyse – au prisme des rapports de domination de genre et de validisme – les représentations d’une athlète handicapée participant aux Jeux paralympiques de Tokyo en 2020 dans le manga Running Girl de Narumi Shigematsu. Selon l’auteur, cette œuvre « participe d’un processus de désinvisibilisation de personnes faisant face à de multiples discriminations » tant dans la société civile que dans le monde du sport. Le personnage de Rin, une jeune lycéenne amputée d’une partie de sa jambe droite, qui devient pratiquante de course à pied, incarne ainsi une figure émancipatrice en dépit de certains éléments stéréotypés d’un point de vue du genre. De même, en incarnant les valeurs nationales associées à la figure du samouraï et en privilégiant « la victoire morale du chemin parcouru, l’émancipation et l’agentivité retrouvée » à la performance athlétique, Running Girl construit le handicap « comme épreuve de soi, reflet de la modernité et de la montée de la subjectivité » dans les sociétés française et japonaise contemporaines. On découvre alors comment le manga, et plus généralement la culture populaire sur fond de mythe olympique, peuvent devenir un outil de sensibilisation et d’éducation visant la transformation des représentations genrées et validistes des corps.

  • 45 Anaïs Bohuon, op. cit., 2012.
  • 46 Christine Mennesson, « Pourquoi les sportives ne sont-elles pas féministes : de la difficulté des m (...)
  • 47 Anne Bourgain, « Sportifs de haut niveau, mais rebelles : une vue de l’esprit ? », Outre-Terre, 8, (...)
  • 48 Anne Saouter, « Pratiques sportives et représentations du corps : consécration de l’éternel masculi (...)
  • 49 « Dans le vocabulaire du militantisme, la “personne alliée” appartient au groupe dominant, mais s’e (...)

19Bien sûr, les contributions proposées dans ce numéro ne répondent pas à toutes les questions de cette introduction, mais elles montrent le caractère stimulant et légitime des productions historiques sur le sport et l’olympisme dans le champ de l’histoire des femmes et du genre. Toutefois, nombreux sont encore les sujets et objets dans les études historiques de l’olympisme à ne pas être totalement ou partiellement investis au prisme des études de genre. Aux perspectives ouvertes dans ce dossier s’ajoutent d’autres possibles : qu’en est-il des mécanismes de contrôle contemporains – autres que les tests de féminité45 – d’un système bicatégorisé des corps qui n’est, sans doute, pas sans conséquences sur l’histoire des performances olympiques ? Qu’en est-il des performances de genre subversives – et de leur lien ou non avec les féminismes46 ? Nous savons peu de choses à propos de celles et ceux qui ont incarné par leur présence, leur tenue, leur propos ou leur performance, « une intolérable provocation47 » à l’ordre du genre. Des travaux sur les conditions et les coûts de ces « entrées par infraction48 » dans le monde olympique seraient bienvenus. Qu’en est-il du dialogue entre les féminités et les masculinités dans l’aventure olympique ? Qu’en est-il des trajectoires de femmes, de minorités de genre dans le monde du paralympique et/ou occupant des fonctions de dirigeantes, d’encadrantes ou d’officielles et/ou œuvrant, individuellement ou collectivement, en faveur des politiques de l’égalité et de l’inclusion au sein de l’institution olympique ? Qu’en est-il des discours et pratiques des alliés49 à la cause des femmes et des minorités de genre ? Ce dossier, inédit, de la revue Genre et Histoire consacré à l’olympisme en appelle déjà d’autres…

Haut de page

Notes

1 Les Jeux olympiques sont organisés à Paris du 26 juillet au 11 août 2024 et les Jeux paralympiques dans cette même ville du 28 août au 8 septembre 2024. Des épreuves sont néanmoins délocalisées dans différentes villes de la Métropole (Lille, Nantes, Châteauroux, Bordeaux, Lyon, Saint-Étienne, Nice, Marseille). Les épreuves de surf ont lieu à Tahiti, site de Teahupo’o.

2 Yoav Dubinsky, « The Olympic Games, nation branding, and public diplomacy in a post-pandemic world: Reflections on Tokyo 2020 and beyond », Place Branding and Public Diplomacy, Palgrave Macmillan, 19, 2023, p. 386-397.

3 Quelques rares disciplines ou épreuves restent exclusivement à destination de l’une ou l’autre des catégories de sexe : la lutte gréco-romaine pour les hommes ; les épreuves de gymnastique sont majoritairement non mixtes ; la gymnastique rythmique est une discipline exclusivement féminine. Pour la première fois, les hommes pourront concourir dans l’épreuve par équipe de natation artistique (dite synchronisée).

4 Pierre de Coubertin, La Revue olympique, 79, juillet 1912.

5 Cécile Ottogalli, « L’égalité femmes-hommes dans le sport français : une chimère ? », The Conversation, 6 octobre 2023.

6 Thierry Terret, Balades olympiques, Paris, L’Harmattan, 2024.

7 Pour Raewyn Connell (1987), le concept de masculinité hégémonique renvoie à « la forme la plus valorisée de masculinité dans un espace social donné, institutionnellement et localement, qui oblige les hommes à se positionner par rapport à elle et légitime idéologiquement la subordination globale des femmes de façon à assurer la reproduction de l’ordre du genre » (Carine Guérandel et Aurélia Mardon, « Introduction - Socialisations de genre durant la jeunesse : la part du sport », Agora débats/jeunesses, 90, 2022, p. 59).

8 Si la majeure partie des contributions s’inscrivent dans une perspective d’histoire contemporaine, deux articles proposent une approche littéraire et culturelle qui tient compte des contextes historiques, culturels et politiques.

9 Michelle Zancarini-Fournel, Le moment 68, Une histoire contestée, Paris, Seuil, 2008.

10 En effet, le système olympique se compose d’une myriade d’entités collectives et individuelles (des athlètes, mais aussi des juges, des arbitres, des entraîneur·es, des médecins, des dirigeant·es et autres qui se soumettent à la charte olympique) dont il convient d’analyser le rôle dans l’évolution de la situation des femmes et plus largement des rapports sociaux de genre.

11 Nicolas Chanavat, Arnaud Waquet, Arnaud Richard, Thomas Bach et Denis Masséglia (dir.), Les défis de l’olympisme, entre héritage et innovation : approches historique, sociale et managériale du mouvement olympique, Paris, Insep, 2021, p. 19.

12 Citons : Thierry Terret, « Genre et olympisme », in Thierry Terret, Balades olympiques, Paris, L’Harmattan, 2024, p. 71-96 ; Thierry Terret, « Genre et olympisme : problèmes du passé et enjeux du présent », in Olivier Chovaux, Laurence Munoz, Fabien Wille, Arnaud Waquet (dir.), L’Idée sportive, l’idée olympique : quelles réalités au XXIe siècle ?, Artois Presses Université, 2020, p. 53-70 ; Anaïs Bohuon, Le Test de féminité dans les compétitions sportives : une histoire classée X ?, Donnemarie-Dontilly, Éditions iXe, 2012 ; Anaïs Bohuon et Irène Gimenez, « Performance sportive et bicatégorisation sexuée : le cas de María José Martínez Patiño et le problème de l’avantage “indu” », Genèses, 115, 2019, p. 9-29 ; Florence Carpentier, « Alice Milliat et le premier “sport féminin” dans l’entre-deux-guerres », 20 & 21, Revue d’histoire, 142, 2019, p. 93-107.

13 Nathalie Rosol, « Faites vos Jeux ! Le temps d’un olympisme réservé aux femmes », in Thierry Terret (dir.), Les paris des Jeux olympiques de 1924, Paris, Atlantica, 2008, p. 321-339 ; Julie Gaucher, « Le héros olympique des Jeux de 1924 : regard des œuvres littéraires », in Thierry Terret (dir.), op. cit., p. 1069-1092 ; Sandrine Jamain, « S’habiller aux Jeux de Paris : vêtement sportif et “mode olympique” », in Thierry Terret (dir.), op. cit., p. 1117-1144 ; Cécile Ottogalli-Mazzacavallo, Laurence Prudhomme et Anne Velex, « Les Jeux des dames en 1924 : échec et mat à la logique d’exclusion du CIO ? », op. cit., p. 1189-1216 ; Natalia Bazoge, Julie Gaucher, Sandrine Jamain et Cécile Ottogalli-Mazzacavallo, « Les sportives aux Jeux de Paris en mots », in Thierry Terret (dir.), op. cit., p. 1217-1238 ; Sandrine Jamain, Cécile Ottogalli-Mazzacavallo et Jean-Yves Guillain, « Les dessous des Jeux en images : des Jeux d’un nouveau genre ? », in Thierry Terret (dir.), op. cit., p. 1239-1270.

14 Cf. Pascal Blanchard, Nicolas Bancel, Claude Boli, Daphné Bolz, Pascal Charitas, Sylvère-Henry Cissé, Yvan Gastaut, Sébastien Gökalp, Elisabeth Jolys-Shimells, Sandrine Lemaire, Stéphane Mourlane, Philippe Tétard et Dominic Thomas, Olympisme, une histoire du monde - Des premiers Jeux olympiques d’Athènes 1896 aux Jeux olympiques et paralympiques de Paris 2024, La Martinière/Achac, 2024 ; Jade Lingaard, Paris 2024. Une ville face à la violence olympique, Paris, Divergences, 2024 ; Marianne Amar (dir.), « L’olympisme est-il hors-jeu ? », Esprit, 310, juin 2024 ; Jean-Marie Brohm, Les Jeux olympiques de Berlin 1936 : Jeux de la croix gammée, Éditions Qs ?, Archives du futur, 2024 ; Nicolas Bancel, Pascal Blanchard, Gilles Boëtsch, Daphné Bolz, Yvan Gastaud, Sandrine Lemaire, Stéphane Mourlane, Une histoire mondiale de l’olympisme 1896-2024, Atlande, 2023 ; Béatrice Giblin, « Géopolitique de l’olympisme », Hérodote, 192, 2024 ; Jean-François Davoust, Igor Martinache, Travailleur·e·s faites vos jeux, Paris, Arcane 17, 2023 ; Christian Godin, L’empire olympique : une mystification politique, Éditions Qs ?, Horizon critique, 2023 ; Jean-Pierre Augustin et Pascal Gillon (dir.), Les jeux du monde : géopolitique de la flamme olympique, Paris, Armand Colin, 2021 ; Marc Perelman, 2024 : les Jeux olympiques n’ont pas eu lieu, Éditions du Détour, 2021. Sur la question sociale plus rarement traitée, cf. Sébastien Fleuriel, « Jeux olympiques. Des athlètes précaires au service de dirigeants vertueux », Savoir/Agir, 15, 2011, p. 33-38 et Sébastien Fleuriel et Manuel Schotté, « Impensables travailleurs sportifs », La Pensée, 401, 2020, p. 15-23.

15 Igor Martinache et Olivier Le Noé, « Les Jeux de Paris 2024, une cause sans adversaires ? », Cahiers d’histoire, Revue d’histoire critique, 158, 2023, p. 95-109.

16 L’ouvrage Une histoire globale des sports olympiques, publié sous la direction de Michaël Attali en 2024, propose une histoire des sports olympiques qui n’oublie néanmoins pas les femmes.

17 Si plusieurs médias français (par exemple Le Monde, Libération ou Médiapart) ont produit des newsletters ou dossiers thématiques sur les défis de la préparation des Jeux olympiques de Paris 2024, rares ont été les articles traitant de la situation des femmes ou du genre, outre quelques articles sur la dirigeante Alice Milliat dont le monde sportif découvre progressivement l’histoire, ou quelques articles sur la question des règles et de la maternité des sportives. L’absence de questionnements est profond même lorsqu’une ex-rapportrice d’un rapport sur le sport féminin prend la parole. Cf. Brigitte Deydier, « Que reste-t-il des valeurs de l’olympisme ? », Pouvoirs, 189, 2024, p. 19-24.

18 Cécile Ottogalli-Mazzacavallo, Virginie Nicaise et Guillaume Bodet, « Football et femmes en France : une longue route (encore) semée d’embûches… », Staps, 131, 2021, p. 5-11.

19 Joan W. Scott, « Genre : une catégorie utile d’analyse historique », Les Cahiers du Grif, 37-38, 1988, p. 141.

20 Emmanuel Beaubatie, « Le genre pluriel. Approches et perspectives pour complexifier le modèle femme/homme en sciences sociales », Cahiers du Genre, 70, 2021, p. 51-74.

21 Thierry Terret et Michelle Zancarini-Fournel, « Le genre du sport », Clio. Histoire, femmes et sociétés, 23, 2006.

22 Deux ans plus tôt, en 2004, la revue francophone Recherches féministes produisait également un numéro thématique sur genre et sport. La sociologue Suzanne Laberge argumentait alors dans la présentation du numéro l’intérêt scientifique du sport et de l’activité physique, à contrepied des représentations de l’époque les érigeant davantage comme un « domaine futile et marginal ». Cf. Suzanne Laberge, « Présentation », Recherches féministes, 17, 2004, p. 1-7. Par ailleurs, entre 2005 et 2006, sous l’impulsion des sociologues Catherine Louveau à Pari-Orsay et Christine Mennesson à Toulouse – dont la thèse, soutenue en 2000, a fait date en sociologie du sport et du genre –, plusieurs thèses, soutenues ou en cours, en sociologie du sport mettent le genre au cœur de l’analyse : Caroline Chimot, Oumaya Hidri Neys, Nicolas Penin, Julie Thomas, Charlotte Parmantier pour Paris-Orsay ; Elsa Croquette, Carine Guérandel, Lucie Forté, Emilie Sablik pour Toulouse.

23 Cette périodisation est proposée par Thierry Terret dans « Le genre dans l’histoire du sport », Clio. Histoire, femmes et sociétés, 23, 2006, p. 209-238. L’historien justifie la date de 1991 par la publication de l’ouvrage d’Annick Davisse et Catherine Louveau, La part des femmes. Sport, école, société, Joinville, Éditions Actio, 1991. La bascule vers la deuxième période se réalise lors des années 2000 avec la publication, à l’étranger puis en France, des premiers numéros spéciaux de revues consacrés au genre dans le sport.

24 Cette deuxième périodisation nous est propre. La date de 2013 est justifiée par la publication coordonnée par Thierry Terret, Luc Robène, Pascal Charroin, Stéphane Héas, Philippe Liotard (dir.), Sport, genre et vulnérabilité au XXe siècle, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2013.

25 En STAPS, deux pôles de formation contribuent à l’émergence d’une deuxième génération de chercheur·ses en histoire du sport au prisme du genre : Laurence Prudhomme-Poncet, Cécile Ottogalli-Mazzacavallo, Nathalie Rosol, Henri Humbert, Natalia Bazoge, Julie Gaucher, Sandrine Jamain-Samson, Anne Velez, Doriane Gomet, Loïc Szerdahelyi pour Lyon sous l’impulsion de Thierry Terret. En sociohistoire, citons la thèse d’Anaïs Bohuon encadrée par Catherine Louveau à Paris-Orsay.

26 Henri Humbert, Sport et masculinités en France (de la fin du XIXe siècle aux années 1950), Une analyse de la presse sportive, thèse de l’Université Lyon 1 soutenue le 12 décembre 2005.

27 Sylvain Férez, Corps de mise en scène, d’expression et de réflexivité : étude de génie symbolique, thèse de l’Université Montpellier 1 soutenue en 2004 ; Philippe Liotard, « Politique du ludique : l’institution des Gay Games, 1982-2006, de la nécessité à la pérennité », in Philippe Liotard (dir.), Sport et homosexualités, Quasimodo & fils, 2008, p. 23-37.

28 Thierry Terret et al., Sport, genre et vulnérabilité au XXe siècle, op. cit., 2013.

29 Voir entre autres : Laurence Prudhomme-Poncet, Histoire du football féminin au XXe siècle, Paris, L’Harmattan, 2003 ; Cécile Ottogalli-Mazzacavallo, « Des femmes à la conquête des sommets : genre et alpinisme (1874-1919) », Clio. Histoire, femmes et sociétés, 23, 2006, p. 165-178; Sandrine Jamain-Samson, « Sportswear During the Inter-war Years: A Testimony to the Modernisation of French Sport », The International Journal of the History of Sport, 28, 2011, p. 1944-1967; Julie Gaucher, « Writing Sportswomen: Between Tradition and Modernity, The Cacophony of French Sport Literature (1920-1955) », Aethlon. The Journal of Sport Literature, XXVIII, 2011, p. 81-96 ; Anaïs Bohuon, « Sport et bicatégorisation par sexe : test de féminité et ambiguïtés du discours médical », Nouvelles Questions féministes, 27, 2008, p. 80-91.

30 Du côté de l’histoire du sport, Thierry Terret est muté recteur de l’académie de La Réunion au 1er janvier 2013. Catherine Louveau part à la retraite en septembre 2016. Bien que sociologue, ses travaux pionniers en sociohistoire des femmes et du sport dans la première période font d’elle une figure influente dans le champ de l’histoire Genre et sport, comme en témoignent ses invitations dans des colloques et des jurys de thèse en histoire du sport de cette deuxième période.

31 Voir entre autres les thèses en STAPS de Fatima Elfaquir (2017), Wulum Liu (2017), Guillaume Jomand (2017), Nicolas Iffrig (2021), Lucie Falcone (2022), Siyao Lin (2023).

32 Voir entre autres les thèses en STAPS de Lucie Schoch (2011), Mélie Fraysse (2013), Odile Édith Razakamahefa (2013), Anne Tatu-Colasseau (2013), Xavier Clément (2014), Delphine Joannin (2014), Sarah Nicaise (2015), Isabelle Nicot (2016), Floriane Varetta (2017), Fleur Bonnemaison (2018), Anne Schmitt (2020), Cindy Louchet (2020), Annabelle Caprais (2020), Marie-Françoise Gally (2021), Audrey Gozillon (2021), Noémie Drivet (2021), Céline Chanteau (2022), Cassandre Rivrais (2022), Marine Fontaine (2023).

33 Cf. Cécile Ottogalli-Mazzacavallo, Virginie Nicaise et Guillaume Bodet, « Football par et pour les femmes ». Staps, 131, 2021 ; Carine Guérandel et Aurélia Mardon, « Construction des féminités et masculinités juvéniles dans le sport », Agora-Débats/jeunesses, 90, 2022 ; « Sport et Genre », Nouvelles Questions féministes, 36, 2023 ; Eva Nada, Sigolène Couchot-Schiex, Béatrice Bertho et Clotilde Palazzo-Crettol, « Sport : l’épreuve féministe », Nouvelles Questions féministes, 43, 2024 ; Cécile Ottogalli-Mazzacavallo, Virginie Nicaise et Guillaume Bodet, « Football par et pour les femmes - vol. 2 », Staps, 145, 2024.

34 En 2016, le master en études sur le genre, parcours sur l’égalité dans et par les activités Physiques et Sportives (Egal’APS), co-accrédité par l’Université de Lyon 1 et de Lyon 2, participe à un renouveau de la recherche en sciences sociales du sport au prisme du genre en France et au-delà. Plusieurs étudiant·es s’engagent de nouveau en thèse en mobilisant le concept de genre mais dans une perspective plus souvent sociologique qu’historique : Noémie Drivet, Cassandre Rivrais, Félix Pavlenko, Alison Hernandez, Alix Parfait, Amandine Vial, Vanessa Simian.

35 Notons l’accroissement des financements de projets de recherches et de thèses sur le genre : allocations doctorales des universités ; organismes comme le groupement de recherche Sports et activités physiques ; contrats CIFRE avec certaines fédérations sportives (Fédération française de football et Fédération française de boxe) ; appel à projet des MESHS ; ANR, etc.

36 Stéphanie Chapuis-Després, « Histoire du corps, histoire du genre. Bilan et perspectives », Corps, 14, 2016, p. 67-77. 

37 La thèse de Florys Castan-Vincente, sous la direction de Pascal Ory, renouvelle les liens entre sport et féminismes en 2020.

38 Michelle Zancarini-Fournel, « Généalogie de l’intégration des catégories de classe, genre, race dans la discipline historique hexagonale », 20 & 21, Revue d’histoire, 146, 2020, p. 17-28.

39 Laure Bereni, « Quand la mise à l’agenda ravive les mobilisations féministes : l’espace de la cause des femmes et la parité politique (1997-2000) », Revue française de science politique, 59, 2009, p. 301-323 ; Laure Bereni, « Penser la transversalité des mobilisations féministes : l’espace de la cause des femmes ». Dans Christine Bard, « Les féministes de la 2e vague », Presses universitaires de Rennes, 2012, p. 27-41.

40 Catherine Louveau, « Inégalité sur la ligne de départ : femmes, origines sociales et conquête du sport », Clio. Histoire, femmes et sociétés, 23, 2006, p. 119-143.

41 Judith Butler, Trouble dans le genre. Pour un féminisme de la subversion, Paris, La Découverte, 2005 ; Idem, Défaire le genre, Paris, Amsterdam, 2006.

42 Christine Bard et Sylvie Chaperon (dir.), Dictionnaire des féministes. France XVIIIe-XXIsiècle, Paris, Presses universitaires de France, 2017.

43 D’après Jean-François Ravaud (« Modèle individuel, modèle médical, modèle social : la question du sujet », Handicap, 81, 1999, p. 64-75), il existe, dans le champ des disability studies, deux modèles pour penser le handicap. Le premier modèle individuel ou médical considère le handicap comme le produit de l’altération d’une ou de plusieurs fonctions du corps d’un individu. On parle alors de personne handicapée à qui il faut octroyer des droits et des avantages particuliers pour faciliter son intégration sociale. Le deuxième modèle social ou environnemental définit le handicap comme le résultat d’une interaction entre des corps particuliers et un environnement social en partie inadapté. Dans ce cas, la personne est en situation de handicap seulement si elle évolue dans un environnement qui l’empêche d’avoir une participation sociale pleine et entière. L’enjeu des politiques publiques est alors de permettre l’inclusion de cette personne en transformant son environnement, pour le rendre véritablement accessible. La définition du handicap actuelle en droit français, les pratiques des secteurs sanitaires et les politiques afférentes restent encore marquées par le modèle individuel même si l’expression de « personnes en situation de handicap » a tendance à remplacer celle de « personnes handicapées ». Autrement dit, le basculement politique, législatif et institutionnel du modèle individuel au modèle social n’a pas encore eu lieu même si les terminologies évoluent. À l’origine de ce numéro et compte tenu de ces précisions, il nous semblait préférable de parler de sport pratiqué par des personnes handicapées. Les recommandations aux auteurs ont donc été faites en ce sens. Pour autant, suite à la lecture récente des travaux de Léna Dormeau et Amélie Tehel, « “Je suis le prototype” : femmes bioniques et emmpuissancement subalterne », Recherches Féministes, 34, 1, 2021, p. 255-272, il nous paraît heuristique de considérer le handicap comme « oppression sociale produisant une catégorie sociale minorisée, subalternisée, à laquelle les corps jugés non-conformes se trouvent assignés ». Aussi, Amélie Tehel parle de « personnes assignées handicapées par des processus sociaux, médicaux ou administratifs » qui peuvent revendiquer leur émancipation comme d’autres minorités opprimées (Amélie Tehel, « La fabrique du corps handicapé », Revue française des sciences de l’information et de la communication, 19, 2020.

44 Aujourd’hui, avec l’évolution des règlements (le CIO laissant la main aux fédérations internationales), on constate qu’aucune athlète trans ne participera aux JO de Paris 2024 (la Fédération internationale d’athlétisme les ayant exclues de la compétition). 

45 Anaïs Bohuon, op. cit., 2012.

46 Christine Mennesson, « Pourquoi les sportives ne sont-elles pas féministes : de la difficulté des mobilisations genrées dans le sport », Sciences sociales et sport, 5, 2012, p. 161-191.

47 Anne Bourgain, « Sportifs de haut niveau, mais rebelles : une vue de l’esprit ? », Outre-Terre, 8, 2004, p. 339-346.

48 Anne Saouter, « Pratiques sportives et représentations du corps : consécration de l’éternel masculin », Empan, 79, 2010, p. 105-110.

49 « Dans le vocabulaire du militantisme, la “personne alliée” appartient au groupe dominant, mais s’engage pour et avec les personnes minorisées en vue de mettre fin aux oppressions et aux discriminations subies », cf. Léna Dormeau et Amélie Tehel, op. cit., 2021.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Carine Guérandel et Cécile Ottogalli-Mazzacavallo, « Introduction »Genre & Histoire [En ligne], 33 | 2024, mis en ligne le 01 avril 2024, consulté le 12 juillet 2024. URL : http://journals.openedition.org/genrehistoire/9662 ; DOI : https://doi.org/10.4000/11y8w

Haut de page

Auteurs

Carine Guérandel

Université de Lille, ULR 3589 - CeRIES (Centre de recherche « Individus Épreuves Sociétés »), carine.guerandel@univ-lille.fr

Articles du même auteur

Cécile Ottogalli-Mazzacavallo

Université Claude Bernard - Lyon 1, L-VIS (Laboratoire sur les vulnérabilités et l’innovation dans le sport), cecile.ottogalli@univ-lyon1.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search