Navigation – Plan du site
Articles

L’action publique et ses limites en matière de flux de population : analyse d’un centre ancien patrimonialisé

Public sector and its limits on population flows: analysis of a “heritage” town centre
Elsa Martin

Résumés

La question des flux de population dans un centre ancien patrimonialisé comporte des enjeux pluriels (environnementaux, sécuritaires, esthétiques, etc.). Pour les gestionnaires locaux la venue conjointe des touristes et des habitants nécessite de mener des actions pour assurer une présence soutenue et harmonieuse de ces populations dans un même espace. À Albi, ville moyenne du sud-ouest de la France, plusieurs opérations ont été entreprises en ce sens à la suite de l’inscription du centre ancien sur la Liste UNESCO. Pourtant, les populations ne se conforment pas aux attentes des gestionnaires. Les flux de population, s’ils sont pour partie influencés par les mesures publiques, répondent à d’autres sollicitations. Il peut s’agir de l’activité marchande, de la morphologie urbaine, ou de la présence d’autres flux de population. Il ressort de notre investigation que ces multiples facteurs se prêtent difficilement au contrôle de la ville.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Depuis une dizaine d’années, la presse décrit le déclin du commerce au cœur des centres urbains des (...)

1Pour les responsables locaux, l’attractivité des centre-ville est un enjeu de taille, notamment en villes moyennes, où ils sont le plus souvent présentés comme en état de crise1. À cet égard, la volonté municipale qui consiste à maintenir des fonctions centrales – « au sens d’activités avec une capacité à impulser des flux » (Melé, 1998, p. 229) – se traduit parfois par la patrimonialisation du territoire (Gravari-Barbas, 2004). En effet, la patrimonialisation mobilisée comme instrument d’action publique (Gigot, 2012 ; Melé, 1998 ; Jacquot, 2012) peut soutenir la mise en tourisme du territoire (Sol, 2004), agir sur le peuplement du quartier en accompagnant des politiques de réhabilitation des logements (Semmoud, 2005), favoriser la venue de commerces de loisirs ou de certains services de proximité (Navereau, 2011 ; Melé, 2004).

2En même temps, le développement des flux piétons et automobiles est sensible dans les centres urbains patrimonialisés puisque se pose la question de la conservation du patrimoine et de sa préservation. Il s’agit aussi de garantir aux habitants un cadre de vie de qualité, de maintenir la population résidente en place et de favoriser la déambulation des populations. Les exemples européens de villes débordées par la pression touristique (Barcelone, Venise, Prague, etc.) conduisent les responsables locaux à éviter l’écueil d’une banalisation du centre (Vlès, 2011), ou sa muséification (Duhamel, Knafou, 2007).

3Ainsi, la gestion des flux apparaît comme la clé de voûte de l’attractivité du territoire auprès de la population tant locale que touristique. Pour comprendre comment s’organisent les flux urbains, nous pouvons d’une part nous intéresser à l’accessibilité des centres (Macario, 2012) et aux politiques de transports et de stationnement (Claux, 2016). D’autre part, nous pouvons chercher à comprendre comment les aménagements distribuent les populations dans l’espace (Serfaty-Garzon, 1987) ou questionner la qualité performative des dispositifs urbains à l’égard des mobilités (Rousseau, 2008 ; Denis, Pontille, 2010). Pourtant, dans quelle mesure les politiques urbaines encadrent-elles des flux urbains de nature différente ? L’action publique parvient-elle à « modifier les comportements des individus » (Borraz, Guiraudon, 2010, p. 1) ? Quelles sont les modalités de prises en charge des flux pour quelles conséquences ? Le plus souvent les contributions reposent sur la description d’un outil d’action publique ; or nous faisons l’hypothèse que la répartition des flux et leur intensité sont le résultat de processus multiples. En voulant encadrer les flux, l’action publique n’agit-elle pas de manière concomitante sur l’espace ? Les dynamiques impulsées par l’action publique ne façonnent-elles pas des territoires qui en retour, recomposent les flux urbains qui s’y déploient ?

  • 2 Selon les données du comité départemental du tourisme, au cours de l’année 2010, les principaux mon (...)

4Le parti-pris méthodologique consiste à étudier un site qui a fait l’expérience récente de la patrimonialisation. Le cas du centre ancien de la ville d’Albi – ville moyenne située dans le sud-ouest de la France – constitue à cet égard un exemple intéressant. En 2010, la Cité épiscopale, partie intégrante du centre-ville, est inscrite sur la Liste du patrimoine mondial de l’UNESCO, suscitant une hausse de fréquentation de visiteurs2. Avec la notion de « capacité de charge » – qui permet de quantifier le seuil de visiteurs acceptable malgré les limites méthodologiques que suppose l’élaboration d’un tel indicateur (Lazzarotti, 2010 ; Coccossis, 2001) – l’UNESCO met en garde les sites inscrits des potentiels changements produits par la patrimonialisation. Aussi, l’institution internationale exige depuis 2007 que les responsables locaux conçoivent un plan de gestion. Il s’agit par le biais de ce document, qui accompagne le dossier de candidature, de faire état des transformations engagées depuis la patrimonialisation. En s’engageant de la sorte, les édiles locaux inscrivent sur l’agenda local de nouvelles priorités d’actions pour anticiper de potentielles transformations urbaines observées ailleurs.

5L’étude des flux d’habitants et de visiteurs approchés par le biais de deux enquêtes quantitatives conduites respectivement en 2012 et 2013 (encadré 1), et les observations de type ethnographiques réalisées in situ entre 2012 et 2015 permettent de montrer que malgré les adaptations réalisées par les gestionnaires, les flux ne suivent pas nécessairement les attentes et sont influencés par d’autres facteurs sur lesquels l’action publique ne peut que partiellement agir.

Encadré : Méthodologie d'enquête quantitative

• Enquête « résidents-usagers du périmètre UNESCO », mars-mai 2012

L’étude réalisée sur le principe de l’enquête-trottoir, a été conduite du 1er mars au 31 mai 2012. Menée dans le cadre d’un dispositif pédagogique du type « enquête-école », plusieurs équipes d’étudiants-enquêteurs ont sillonné sept secteurs de la Cité épiscopale permettant d’interroger 1825 résidents de la communauté de l’Albigeois. L’échantillon (constitué à partir de la méthode des quotas) est représentatif de la population d’ensemble du Grand Albigeois, notamment en termes d’âge, de sexe et du statut d’activité. Le questionnaire composé de 43 questions principales, compte six thématiques : « que venez-vous faire dans ce quartier », « votre fréquentation du secteur », « l’effet UNESCO sur votre quotidien », « les touristes, leur présence », « Albi et vous », et « identification ».

• Enquête « visiteurs-usagers du périmètre UNESCO » mars-août 2013

Sur le même principe, une enquête-école « itinéraires touristiques » a été conduite du 1er mars au 31 août 2013 dans la Cité épiscopale. Mobilisant à nouveau des étudiants-enquêteurs, l’enquête a permis d’interroger par voie de questionnaire un échantillon représentatif de 2209 visiteurs dans sept secteurs de la Cité épiscopale. Le questionnaire est composé de 44 questions principales, regroupées en huit thèmes : « inscription temporelle », « inscription spatiale », « motifs de la visite », « préparation de la visite », « déroulement de la visite », « utilisation des équipements mobiles et immobiles », « relation aux autres (visiteurs, locaux) », et « identification ».

6Nous commencerons par montrer que les gestionnaires de la ville investissent des secteurs urbains variés pour encadrer les flux de population et assurer l’attractivité du centre. Pourtant, malgré les efforts consentis par les autorités locales, les populations ne se conforment pas aux attentes et appréhendent la ville autrement. En effet l’action publique, en agissant sur les flux, façonne de manière informelle, au cœur du centre-ville, des territoires distincts appropriés de différentes manières par les populations. Aussi, parce que l’activité marchande, la forme urbaine, la présence d’autres individus contribuent à la répartition des populations dans l’espace, se jouent des processus ségrégatifs qui échappent à l’action publique.

La gestion des flux : une préoccupation partagée par différents services urbains

7Le centre ancien d’Albi fait l’objet depuis le tournant des années 2000 d’une attention croissante de la part de la municipalité : piétonisation et création de trois parkings souterrains pour libérer le centre de la présence automobile, réhabilitation du marché couvert, réfection de la place du Vigan, création du Grand théâtre des Cordeliers par Dominique Perrault. Il s’agit de renforcer le tissu marchand, de favoriser la flânerie, ou encore d’encourager l’installation des ménages dans le quartier. La patrimonialisation s’accélère davantage avec l’inscription à l’UNESCO conduisant les responsables locaux à appréhender autrement les flux urbains, en raison notamment de la présence conjointe de visiteurs et de résidents.

Renforcer le niveau de service pour susciter la fréquentation du centre-ville

8Une manière d’orienter les flux vers le centre ancien de la ville et d’assurer la coprésence entre les différentes populations – locale ou touristique – consiste à porter attention à la gestion des services du quotidien (Duhamel, Knafou, 2007). À cet égard, plusieurs aspects retiennent l’attention des pouvoirs publics, dès la candidature à l’UNESCO, et sont consignés dans un « plan de gestion ».

Le plan de gestion, c’est un gros travail… Puisqu’il a fallu regarder aussi qu’est-ce qu’on mettait en avant ; quels étaient les axes que l’on voulait davantage développer, et en fait en très peu de temps, on a défini une grande politique de la ville sur beaucoup de domaines. En trois mois on en a pour les quinze prochaines années. Adjointe élue au patrimoine et à la sécurité, 2008-2014 Entretien réalisé le 23 mars 2012

9Par le biais de ce document, les priorités de la ville sont définies et s’inscrivent dans l’agenda politique. Ce document prévoit par exemple que la politique sécuritaire soit consolidée : l’étendue des horaires de travail de la police municipale est amplifiée, le recrutement d’agents supplémentaires est annoncé, et la ville choisit en parallèle la mise en place de caméras de surveillance dans les espaces qui en sont dépourvus. Depuis 2016, l’annexe de l’office de tourisme située à proximité de la cathédrale, permettant un accès handicapé, est remplacée par une cellule de la police municipale. La présence policière est en ce sens renforcée, pour favoriser la tranquillité publique, indissociable de l’image du quartier et de sa fréquentation. De la même manière, la propreté urbaine devient une priorité pour la ville qui instaure un dispositif de nettoyage régulier dans le centre ancien. D’ailleurs, il est le seul quartier de la ville à disposer d’un ramassage journalier des poubelles. À ces mesures, s’ajoute la présence forte des agents du service propreté aux alentours des monuments.

10Dans le domaine de la circulation automobile et du stationnement, des efforts sont consentis par la ville pour créer des zones de parking aux abords immédiats du centre ancien. Une aire de dépose est créée à proximité de la Cité épiscopale, permettant l’arrivée des touristes en bus au plus près du site sans encombrer les voies automobiles. Les autocars sont alors dirigés vers une aire de stationnement aménagée aux portes de la ville. De la même manière, une aire d’accueil des camping-cars est prévue sur la base de loisir de Pratgraussals. Si la présence des visiteurs conduit les responsables locaux à repenser l’accessibilité du centre ancien, les mesures s’adressent aussi aux autochtones. C’est notamment le cas lorsque la mairie lance la réalisation en 2016 d’une passerelle piétonne en encorbellement sur le pont SNCF qui enjambe le Tarn, pour favoriser le stationnement des véhicules en entrée de ville.

11Le secteur marchand est aussi concerné. Une « charte de qualité urbaine » est imaginée par les responsables locaux pour diffuser les bonnes pratiques à l’égard des façades commerciales (agencement des vitrines, matériaux choisis et apparence) et des terrasses (mobilier, emplacement). Une attention est portée au partage de l’espace public entre surfaces extérieures exploitées par les commerces et flux piétons ou automobiles. Ainsi, les responsables locaux par le biais de ce document se portent garant d’une ambiance urbaine propice à la venue des locaux et des visiteurs.

12La bonne gestion des flux est une priorité de la ville pour que le territoire préserve son double statut de centre ancien et de centre-ville. Différents acteurs urbains et services de la ville sont appelés à s’impliquer (Violier, Zeráte, 2007) dans la gestion des flux de population. Pourtant, avec la patrimonialisation du centre, un difficile équilibre doit être maintenu entre la fréquentation des visiteurs et la présence de la population locale.

Répartir les flux au cœur du territoire patrimonial

13Pour garantir une coprésence sans heurt et éviter des conflits entre populations qui font l’expérience d’un même territoire (Bernadie-Tahir, 2007), les responsables locaux tentent d’agir sur la répartition des flux dans le centre ancien. L’enjeu est d’autant plus sensible que l’action publique doit s’adapter aux différentes situations qui se posent (variations saisonnières, évènement, etc.) et qu’il s’agit d’une ville moyenne (Vacher, Vye, 2012). Les mesures imaginées doivent favoriser la découverte par les visiteurs du centre ancien dans un périmètre plus large que celui de la Cité épiscopale pour, d’une part, favoriser l’allongement de la durée des séjours et d’autre part, éviter l’engorgement de certaines rues ou places.

14Une façon d’orienter les individus consiste à élaborer des itinéraires indiquant ce qui est digne d’intérêt et implicitement ce qui ne l’est pas. À Albi, trois circuits touristiques sont créés au lendemain de l’inscription sur la Liste UNESCO. Pensés de concert avec l’office de tourisme, ces circuits ont pour but de favoriser la découverte du patrimoine albigeois dans toute sa diversité – naturel, bâti, ancien, contemporain – tout en proposant au visiteur de s’éloigner de la Cité épiscopale. En effet, le circuit « pourpre » parcourt la Cité épiscopale, alors que le circuit « or » s’attache à faire découvrir le bâti plus contemporain. Le circuit « azur » quant à lui, suit les bords de la rivière et permet la mise en avant du musée Lapérouse, situé sur la rive droite du Tarn, moins touristique. C’est aussi la signalétique annonçant la présence d’attractions culturelles qui contribue à la répartition des flux ; ou les panneaux d’informations quand ils suscitent des pauses des piétons. S’il s’agit de guider les flux dans la ville, la signalétique peut aussi être lue comme un instrument de contrôle des corps dans l’espace. C’est notamment le cas lorsqu’elle pose des injonctions fortes en matière de comportement et de savoir être, comme en témoigne l’installation d’un panneau indiquant que le banc situé à proximité immédiate du musée Toulouse-Lautrec n’a pas vocation à devenir une aire de pique-nique (figure 1).

Figure  : Signalétique, Cité épiscopale d'Albi, 2014

Figure  : Signalétique, Cité épiscopale d'Albi, 2014

Photographies : Elsa Martin

15La répartition des flux passe aussi par une adaptation des services destinés à l’accueil des visiteurs qui proposent le lancement d’un dispositif dénommé « Albi bénévol’Info », rebaptisé plus récemment « Hors les murs ». Cette initiative portée par l’office de tourisme et la municipalité repose sur l’implication de bénévoles qui s’engagent à renseigner les visiteurs dans la ville. Ils assurent un pré-accueil en dehors de l’office de tourisme et dirigent les touristes vers des zones moins fréquentées.

16Pour les gestionnaires locaux, il s’agit de maintenir le niveau de fréquentation, de répartir les flux dans la ville et de susciter la curiosité des visiteurs au-delà de la Cité épiscopale et du patrimoine bâti ancien. Pourtant les flux, parce qu’ils sont sensibles à une multitude d’aspects, ne se laissent pas si facilement guider, conduire et encadrer.

Au-delà des prescriptions : représentations et pratiques des populations

17Bien que les documents établis par la municipalité fassent état des actions engagées, que savons-nous des impacts de l’action publique sur les représentations et les pratiques des populations ? Les réponses obtenues par voie de questionnaires auprès des populations montrent qu’elles ne sont pas toujours attentives aux mesures instaurées sur le territoire.

Le rapport ambivalent des habitants à l’égard du niveau de service

18Les habitants interrogés paraissent insensibles aux initiatives qui ont été prises par les gestionnaires locaux. En effet, les répondants disent que le niveau de sécurité n’a pas changé (74,4 %) depuis l’inscription sur la Liste UNESCO ; seuls quelques-uns affirment qu’il s’est amélioré (14,5 %) alors même que les moyens de la police municipale ont été augmentés. De la même manière, malgré les adaptations réalisées par la ville (ramassage journalier des ordures, présence d’un personnel de nettoyage, etc.) 61,8 % des personnes interrogées affirment que le niveau de propreté de la ville n’a pas changé, même si 26,7 % disent qu’il s’est amélioré.

19À côté de cette relative indifférence à l’égard des services, tous s’accordent à dire que l’image de la ville dans son ensemble s’est améliorée (82 %) depuis l’inscription sur la Liste UNESCO et qu’elle augmente l’attractivité du quartier (92 %). D’ailleurs, la population locale investit cette partie de la ville : 87,2 % des répondants disent se rendre dans les commerces qu’ils fréquentaient avant l’inscription ; 66,5 % déclarent venir tous les jours ou au moins une fois par semaine dans le secteur. Les pratiques des habitants ne semblent pas perturbées par la présence accrue des visiteurs, les premiers mois suivant l’inscription. Ainsi, les formes de délaissement observées dans des sites touristiques majeurs, comme en témoignent les notions de « muséification » (Duhamel, Knafou, 2007) de « touristification » (Nahrath, Stock, 2012) ou encore de « disneylandisation » (Brunel, 2012) ne s’observent pas à Albi. L’indifférence manifeste de la population locale peut être interprétée comme la capacité des services concernés à contenir les effets de l’attractivité touristique.

20Cependant, cette indifférence ne concerne pas tous les services urbains et certains sont davantage impactés par la présence touristique, comme en témoignent les avis relatifs à la mobilité et aux déplacements. Il faut dire que les visiteurs qui se rendent à Albi privilégient, selon l’office de tourisme, la voiture (moyen de déplacement utilisé par 85 % des touristes venus en 2013). C’est aussi le moyen de déplacement choisi par la population locale. Par exemple, selon les données de l’INSEE, en 2011, 73 % des actifs occupés qui résident au cœur du centre historique travaillent à Albi ; seuls 4 % se déplacent à pied et 6 % choisissent les transports en commun pour se rendre au travail (Martin, 2015). On comprend que la présence de visiteurs augmente le flux automobile et renforce l’idée selon laquelle la qualité des déplacements est affectée. Il ressort de notre investigation que près de 79 % des habitants du Grand Albigeois disent que le domaine du stationnement s’est dégradé depuis l’inscription à l’UNESCO ; plus de 71 % pensent que le poste de la circulation automobile s’est détérioré. Pour autant, les habitants de la communauté d’agglomération ne modifient pas leurs habitudes en termes de déplacements et continuent (pour près de 76 % d’entre eux) à prendre leur véhicule pour se rendre dans le centre de la ville.

21Parmi ceux qui disent ne pas souvent fréquenter le centre-ancien (33,6 %) c’est avant tout parce qu’ils n’ont « rien à y faire » (68,4 %). Mais les politiques liées aux mobilités urbaines sont davantage incriminées que la présence des visiteurs. En effet, seuls 11 % des Albigeois déclarent qu’ « il y a trop de touristes dans les rues » ou « trop de gens dans les rues », quand plus de 45 % choisissent l’item « l’accès en centre-ville est difficile » ou « il n’y a pas de place de parking gratuite ». Rappelons que débute au premier semestre 2011 les travaux du Grand théâtre, implanté sur une ancienne aire de stationnements gratuits. D’autres parkings sont amenés à disparaître, à proximité immédiate de la Cité épiscopale (figure 2).

Figure  : Principales places et parcs de stationnements - centre ancien d'Albi

Figure  : Principales places et parcs de stationnements - centre ancien d'Albi

Source : Carte : Mairie Albi ; Infographie : Mairie Albi et E. Martin

  • 3 L’étude des chiffres de fréquentation des attractions albigeoise (sur une période de 10 ans), commu (...)

22Les craintes d’un engorgement de la ville sont le résultat des aménagements urbains qui se succèdent et sont moins liées à la présence touristique qui n’augmente que ponctuellement3. En définitive, l’inscription sur la Liste UNESCO ravive et cristallise des inquiétudes propres aux villes moyennes (GART, 2015 ; Martin, 2014) comme en témoignent les avis défavorables émis à l’égard des déplacements urbains.

Des visiteurs qui ne suivent pas les recommandations imaginées pour eux

23Alors que la population locale perçoit difficilement les agencements réalisés pour contenir la présence touristique, les visiteurs font preuve, à leur tour, d’un certain détachement à l’égard des recommandations qui leur sont faites.

24Si la candidature puis l’inscription à l’UNESCO participent à l’embellissement du centre ancien et à sa médiatisation, la fonction « labellisante » de l’UNESCO est inégalement perçue par les visiteurs. La grande majorité des répondants sait qu’Albi est inscrite à l’UNESCO (88,3 %) or plus de la moitié dit que cette inscription n’a pas du tout pesé sur leur choix de venir visiter la ville (51,6 %). Aussi les dispositifs mis en place pour accueillir les flux de visiteurs sont différemment investis par ces derniers. Ils disent inégalement se rendre à l’office de tourisme : 36,3 % s’y sont « déjà rendus » au moment de l’enquête, 13,4 % ont « prévu d’y passer » et 50,4 % répondent « ni l’un ni l’autre ». C’est en partie ce qui explique que peu d’entre eux ont recours aux outils proposés par la ville ou ses services. Ils déclarent peu utiliser les prospectus de l’office de tourisme (27,5 %) ou les audioguides (6,2 %).

25De la même manière, en analysant la fréquentation déclarée par les visiteurs des trois circuits touristiques, seuls 12,2 % disent les suivre. Bien que leur fonction soit de désengorger les voies les plus fréquentées tout en proposant la découverte des sites méconnus, le circuit le plus emprunté demeure celui qui parcourt le centre ancien – le circuit pourpre (29,7 %) – et promeut les principaux édifices patrimoniaux. En d’autres termes, le circuit le plus populaire est aussi celui qui évolue autour de la place Sainte Cécile, au cœur de la Cité épiscopale. En ne fréquentant pas ou peu l’office de tourisme, les visiteurs n’ont pas nécessairement connaissance des trajets élaborés pour eux et des autres attractions de la ville.

26Peut-être aussi que les visiteurs ne cherchent pas nécessairement des informations directionnelles, relatives à leur mobilité, mais davantage celles qui permettent de comprendre le site. En effet, au regard des réponses faites par les visiteurs, nous observons que les dispositifs d’information in situ sont considérés comme suffisants pour se déplacer : 93,5 % des visiteurs disent ne pas avoir eu de difficultés pour se repérer. Les panneaux d’information sont pour 75,6 % parfaitement visibles et largement consultés (65,9 %).

27En définitive, les visiteurs s’attachent peu aux prescriptions qui leurs sont faites. Ces résultats indiquent que, malgré l’anticipation dont a fait preuve la ville, les mobilités des populations locales et touristiques agissent selon un certain degré d’autonomie, indépendamment des dispositifs imaginés pour les contrôler. En ce sens, nous assistons à la « non conformation » des populations (Etienne, 2010) aux politiques publiques. Comment expliquer ce différentiel entre les injonctions prescrites et les comportements des populations ?

Les limites de l’action publique en matière de flux

28Bien que les responsables locaux s’engagent à agir sur les flux, l’action publique n’aboutit que partiellement ; son impact est limité et produit même des effets inattendus.

L’action publique facteur de spécialisation et de ségrégation

29Si les gestionnaires œuvrent à l’attractivité du centre ancien, notre analyse montre que les politiques publiques produisent aussi le délaissement de certaines zones par les populations. En procédant à l’observation des principales places urbaines qui composent le centre ancien, on remarque que touristes et résidents s’approprient des secteurs distincts. En effet, la scénographie et la forme urbaine de chacune des places suggèrent les itinéraires des piétons, des mobilités et des arrêts spécifiques.

  • 4 Un accord entre La Poste et la ville d’Albi est passé pour que les boîtes aux lettres (jaunes) situ (...)

30Les abords immédiats de la cathédrale sont soumis à une unification des couleurs – choix pour des tons gris – du mobilier urbain. Même les boîtes aux lettres, objets du quotidien, qui sont traditionnellement de couleur jaune, font l’objet d’une transformation4 avec la patrimonialisation du territoire. Il s’agit de « réenchanter » l’espace public (Garnier, 2008) pour faire venir les populations tout en différenciant la Cité épiscopale du reste de la ville. Si aucune frontière ne matérialise la Cité épiscopale dans le centre ancien (contrairement à d’autres sites UNESCO) l’apparence du mobilier, notamment sa couleur, fait figure de contours et marque sa singularité. Pourtant, cette uniformisation peut aboutir à une perte des repères du quotidien et à son délaissement par les locaux. D’ailleurs, les aménagements de la place Sainte-Cécile – suppression d’une zone de parking située au pied de l’édifice et réfection du parvis – ne favorisent pas nécessairement leur venue. En l’absence de zones ombragées et rafraichissantes, l’ensoleillement qui inonde la place Sainte Cécile l’été devient moins propice à l’arrêt et empêche son occupation de manière prolongée. Ainsi, la chaleur, la forte luminosité deviennent rédhibitoires et la place ne constitue pas un « micro-territoire » investi par les piétons (Germon, 2009). D’autres places sont à cet égard plus conformes à ces attentes. C’est le cas de la place du Vigan, dotée d’une fontaine, de nombreuses terrasses et qui est prolongée d’un jardin public, le Jardin National. C’est aussi le cas de la place Lapérouse, nouvellement aménagée en prolongement de la construction du Grand Théâtre, qui dispose d’un pavillon d’eau, de pelouses, de bancs ; autant d’éléments se prêtant notamment à l’investissement par les plus jeunes.

31Les différentes formes d’appropriation du centre se vérifient dans le sentiment qu’ont les populations d’investir un lieu plutôt qu’un autre. Les touristes disent largement investir un périmètre restreint – aux alentours immédiats de la cathédrale (78,1 %) – plus réduit que celui de la Cité épiscopale (figure 3).

Figure  : Répartition des visiteurs dans centre ancien d'Albi

Figure  : Répartition des visiteurs dans centre ancien d'Albi

Légende : 1. Cathédrale Sainte-Cécile; 2. Palais de la Berbie / Musée Toulouse-Lautrec; 3. Marché couvert; 4. Collégiale Saint-Salvy; 5. Maison du Vieil Alby; 6. Parking du Bondidou; 7. Pont Vieux; 8. Centre d’Art Le LAIT; 9. Musée Lapérouse et pont du 14 juillet 1944; 10. Mairie; 11. Place du Vigan.

Source : Calvignac, Jalaudin (2014)

32Il faut dire que les excursionnistes à Albi disent venir d’abord pour visiter la cathédrale et les édifices religieux (79,5 %), puis le centre historique dans son ensemble (66,9 %) et dans une moindre mesure découvrir les musées (32,7 %). L’esthétique, la forme urbaine et la présence plus ou moins importante d’un mobilier sont autant d’éléments qui participent à guider les flux piétonniers dans la ville et contribuent à un investissement plus ou moins grand des différentes places étudiées. Si comme l’écrit Max Rousseau (2008) la ville s’apparente à une « machine à mobilité » restreignant progressivement les lieux qui favorisent l’immobilisme et le stationnement des piétons, les individus parviennent à contourner certains cadres. On remarque d’ailleurs que la population locale fréquente plutôt la place du Vigan et de plus en plus la place Lapérouse. Elles disposent d’un mobilier urbain souvent détourné par les usagers qui mettent en œuvre des tactiques pour occuper le territoire (De Certeau, 1990). C’est le cas lorsqu’ils préfèrent les marches aux bancs ou quand ils transforment, de par l’usage qu’ils en font, des plots délimitant l’espace piétons, en assises (figure 4).

Figure : Investissement des places (Vigan, Lapérouse) et détournement du mobilier

Figure : Investissement des places (Vigan, Lapérouse) et détournement du mobilier

Photographies : Elsa Martin

33De fait, l’action publique sans nécessairement le vouloir produit des espaces différenciés sur lesquels se déploient des activités spécifiques ainsi que des formes particulières d’appropriation et de délaissement. Ainsi, le centre-ancien, aussi centre-ville tend à se séparer en sous espaces distincts (Melé, 1998).

Le rôle des activités marchandes et administratives : attraction/répulsion des populations

34Parce que le centre ancien concentre des activités marchandes et administratives, il attire des populations mixtes qui viennent flâner, visiter, consommer, ou encore travailler. Pourtant, au regard des motifs de fréquentation proposés, les items « effectuer une démarche » (35,5 %) ou « travailler » (18,4 %) arrivent parmi les moins mentionnés par la population locale. Les aménagements réalisés ont accompagné un déplacement de certains services administratifs vers la périphérie au profit d’activités liées à la consommation ou aux loisirs. C’est le cas par exemple du bureau information jeunesse (BIJ) situé jusqu’en 2011 au pied de la cathédrale tour à tour remplacé par l’annexe de l’office de tourisme et l’antenne de la police municipale ; ou de la caisse primaire d’assurance maladie (CPAM) qui a quitté ses locaux situés à proximité immédiate du Grand Théâtre en 2016.

35En définitive le centre ancien accueille des Albigeois dont les pratiques ressemblent à celles des visiteurs. Ils privilégient la promenade (80,2 %), le shopping (73,5 %) et d’autres activités de loisirs de type cinéma, restaurants et bars (70,7 %), au détriment des activités administratives. Parce qu’il est un pôle commercial de taille à l’échelle de la ville (Martin, 2015), les aménagements urbains favorables à la déambulation piétonne renforcent par ailleurs les usages relatifs à « l’achat plaisir », qui « va de pair avec un environnement commercial distrayant, voire amusant » (Lemarchand, 2009, p. 11). L’activité commerçante se concentre ainsi dans quelques rues qui traversent la Cité épiscopale, comme la rue Ste Cécile, la rue Mariès, ou la rue de l’hôtel de ville. Mais bien que le centre ancien soit attractif, certains secteurs s’avèrent plus dynamiques que d’autres en termes de fréquentation. L’analyse des faubourgs qui constituent le périmètre de la Cité épiscopale, révèle que ce sont ceux qui parviennent à combiner richesse patrimoniale et présence commerciale qui attirent les Albigeois.

36Néanmoins, à côté de cette apparente mixité, l’offre marchande induit des polarisations de la population dans l’espace. L’analyse des commerces de bouche indique que des spécialisations sont à l’œuvre. Aux abords de la cathédrale par exemple, le folklore local est un argument marchand et les spécialités associées à la gastronomie du sud-ouest composent dans la grande majorité les cartes des restaurants. Ces établissements sont peu investis par la population albigeoise qui déclare préférer la place du Vigan. En effet, l’enquête par questionnaires révèle que les brasseries du Vigan sont les commerces de bouche les plus fréquentés (44,9 %) avec les restaurants situés en périphérie (32,9 %). Ceux situés au pied de la cathédrale (26,9 %) ou à proximité du marché couvert (16,5 %) sont dans une moindre mesure investis par les locaux. De la même manière, certaines activités destinées essentiellement aux visiteurs – petit train, vente de souvenirs – sont concentrées dans le périmètre réduit de la Cité épiscopale voire situées sur la place Sainte Cécile. Si les abords immédiats de la cathédrale sont marqués socialement, d’autres rues à proximité de l’édifice comptent une forte part de commerces de prêt-à-porter où sont implantées de grandes marques nationales pouvant attirer les autochtones. En ce sens, ces rues représentent des zones-frontières où la population est ponctuellement en coprésence.

37Ces quelques éléments renforcent le constat selon lequel la population locale investit de manière plus soutenue la place du Vigan, ses brasseries, et les enseignes de restauration rapide situés à l’extérieur du centre-ville au détriment de la place Sainte Cécile et du marché couvert qui offrent pourtant un cadre patrimonial plus riche. Le caractère local et typique véhiculé par les activités qui s’y développent peuvent conduire les habitants à préférer d’autres secteurs moins distinctifs.

La distribution sociale variable selon les fonctions prêtées au territoire

38Les travaux de la sociologie urbaine ont aussi montré que « les formations, ségrégations et associations qui apparaissent constituent le résultat d’une série d’invasions » (McKenzie, 1925, p. 161). En ce sens, on est en mesure de se demander si la présence d’individus identifiés comme Albigeois ou visiteurs contribuent à la formation d’espaces ségrégués. L’attrait d’un espace pour les populations peut reposer sur la présence de profils d’individus socialement proches ou inversement la distance sociale entre individus peut conduire à une mise à distance spatiale.

39Les observations conduites sur les places Ste Cécile et du Vigan font émerger des variations certaines en termes de publics. Malgré la similitude de deux espaces publics – présence d’une banque, d’un point chaud « la Mie Câline », de bars ou de brasseries – les espaces ne sont pas investis par le même type d’individus.

40La place du Vigan est traversée par une population mixte en termes d’âge, puisque tant des adolescents que des personnes âgées la fréquentent. La proximité avec le parking souterrain et avec la gare routière, située à moins de cinq minutes à pied, ou avec plusieurs établissements scolaires, expliquent ce constat. La place du Vigan est aussi investie par des parents, souvent des mères de famille, qui accompagnent les enfants autour des jets d’eau et du carrousel. La présence de la population locale renforce l’investissement de cette place par les Albigeois. Centralité urbaine favorable à la rencontre, place qui compte de nombreux commerces et services de consommation courante, et lieu de rendez-vous pour plusieurs groupes d’individus, la place du Vigan est privilégiée par les locaux.

41Le profil de la population qui fréquente la place de la cathédrale est différent. Les groupes de personnes âgées sont plus visibles et investissent la centralité de la place quand les plus jeunes, souvent seuls ou en couple longent la place pour se rendre dans des rues adjacentes. En termes de pratiques, nous observons dans un salon de thé situé face à la cathédrale que certains terminent le déjeuner malgré l’heure tardive (14h30) ou demandent la carte pour se restaurer. D’autres observent le patrimoine, le photographient. Les déplacements qu’ils soient piétons ou automobiles sont plus lents conduisant certains individus à investir quelques minutes la voie de circulation. Les usagers, que l’on devine être des visiteurs, au vu de leur équipement (plan de ville, appareil photo, sac à dos) sont peu présents sur la place du Vigan. La place Sainte Cécile s’apparente à un espace destiné aux touristes. C’est d’ailleurs dans les restaurants situés au pied de la cathédrale que 90 % des Albigeois localisent les visiteurs. Ces représentations les conduisent à préférer d’autres lieux qu’ils jugent plus mixtes, comme les places du Vigan ou Lapérouse (Fijalkow, Jalaudin, Lalanne, 2015).

42Pourtant, selon les fonctions prêtées aux monuments ou plus largement à la place, les rapports de population s’inversent. C’est le cas lorsque la population locale fait de la cathédrale Sainte-Cécile un lieu de culte, pour célébrer un mariage ou une sépulture. Les visites touristiques sont alors interrompues ; dans ce cas, l’espace est investi par une population spécifique. Plus que des espaces « préservés » à l’une ou l’autre population, il s’agit de « moments réservés », tantôt aux populations locales, tantôt aux visiteurs. Ce sont aussi les évènements locaux et festifs (Nuit Pastel, nuit européenne des musées, journées du patrimoine, feu d’artifice du 14 juillet, etc.) qui conduisent la population vers la place de la cathédrale, lieu à nouveau occupé par les locaux. Inversement les évènements musicaux – comme l’investissement de la place du Vigan d’une partie du festival « Pause Guitare » – participent à l’appropriation de cet espace par les visiteurs. Cette investigation indique que les configurations spatiales des usages dépendent aussi des moments, des époques, et des populations en présence.

43La distribution sociale des Albigeois dépend à la fois des commodités des espaces mais aussi de la présence de visiteurs. Ainsi, la population locale préfère désinvestir un lieu qui s’adresse prioritairement à une population extérieure, leur évitant ainsi l’écueil de « ne pas se sentir à leur place », d’être en quelque sorte la population en « décalage » (Launay, 2011). Il s’agit aussi pour la majorité des Albigeois de ne pas être identifiée comme un client touristique que l’on pourrait tromper plus aisément (Urbain, 2002). En fait, la population locale adapte sa pratique du territoire à celle des visiteurs : « chaque acteur ajuste son comportement en fonction des choix d’autrui, ce qui peut générer des résultats contre-intuitifs » (Etienne, 2010), comme la spécialisation de certaines zones. La haute saison touristique incite la population locale à délaisser des secteurs qu’elle réinvestit d’autres mois de l’année ou lors d’occasions particulières.

44Si l’action publique engagée avec l’inscription à l’UNESCO parvient difficilement à susciter et à guider les flux c’est parce qu’elle n’agit pas de manière exclusive ; les aménagements urbains passés se cumulent à l’action publique et orientent les pratiques à l’œuvre sur le territoire. Mais au-delà des mesures publiques, nous observons que d’autres dispositifs – comme la présence marchande ou l’investissement par une population – indépendants de la volonté des gestionnaires locaux, contribuent à la répartition des populations dans le territoire patrimonial. De fait, « plusieurs motifs différents expliquent ensemble les réponses des acteurs aux sollicitations publiques » (Etienne, 2010).

Conclusion

45La gestion des flux dans un centre-ville patrimonialisé représente un enjeu de taille, notamment en ville moyenne. En effet, l’arrivée de touristes (anticipée mais aussi expérimentée par les services de la ville) avec l’inscription sur la Liste de l’UNESCO préoccupe les gestionnaires et donne lieu à la mise en œuvre de politiques locales dans plusieurs secteurs urbains. Elles ont pour objectif de favoriser la fréquentation du centre par les touristes et par les locaux, d’agir sur l’allongement des séjours ou sur la qualité de l’accueil. Ainsi tant les services municipaux de la sécurité, des déplacements, de la propreté urbaine que des aménagements sont conduits à évoluer avec l’inscription UNESCO.

46Pourtant, les populations ne sont pas nécessairement attentives aux mesures prises. Elles ignorent les efforts consentis pour susciter, encadrer et répartir les flux sur le territoire. Dans un même temps, et sans le vouloir, ces politiques suscitent de nouvelles pratiques et représentations à l’égard du territoire, et impulsent des formes d’appropriation spécifiques selon qu’ils s’agissent de visiteurs ou de locaux ; elles produisent une succession d’investissement et/ ou de délaissement sur le territoire. Il faut dire que les effets de l’action publique débordent les objectifs initiaux. Au vu des aménagements conduits, du mobilier urbain choisi, des aménités urbaines perçues par les populations, l’action publique fait émerger des pôles distincts au sein même du centre ancien. Parce que les populations ne se conforment pas aux attentes des gestionnaires, l’action publique parvient difficilement à orienter les flux, et produit même des effets inattendus. Une spécialisation urbaine est à l’œuvre : la politique d’embellissement du centre, en gommant certains éléments efface les repères du quotidien ; la piétonisation de certaines places accentue leur minéralité produisant son délaissement par les locaux. Dans un même temps, la répartition des flux de population dans l’espace transforme le territoire. Il est façonné par les activités qui s’y déploient et même scindé quand la mixité sociale n’aboutit pas.

47D’ailleurs, l’action publique peut difficilement agir sur les flux de population sans prendre en considération d’autres dynamiques territoriales (facteur économique, paysager, etc.). L’offre marchande, la population en présence et la fonction prêtée au territoire impulsent des dynamiques d’appropriation par des populations variées. Chacune de ces composantes s’interpénètrent, s’influencent mutuellement et agissent de concert sur les flux de population qui investissent le centre. Par exemple, si les aménagements urbains attirent des populations spécifiques, celles-ci favorisent l’implantation d’activités économiques particulières. En même temps, la venue de certains commerces accompagne la patrimonialisation du quartier (Mermet, Gravari-Barbas, 2013) et l’émergence de territoires distincts investis par des populations singulières.

48On comprend alors que l’analyse en termes de flux qui prend pour seule considération l’approche quantitative – des seuils de population supplémentaire comme facteur de changements urbains – est insuffisante. Les représentations que se font les populations du territoire et les pratiques qui en découlent, ainsi que les aménités urbaines perçues – indépendamment du nombre de visiteurs – expliquent la répartition des populations sur un territoire. Aussi, avec la patrimonialisation du quartier, les édiles tentent d’orienter les flux pour maintenir la fonction de pôle central du quartier. Elle produit, non pas un centre, mais des pôles investis par des populations spécifiques. Le rayonnement de la présence touristique a pour épicentre la cathédrale quand les locaux semblent désigner la place du Vigan. À cet égard, une analyse centrée sur les flux paraît complexe tant la question de leur gestion est intriquée à d’autres dynamiques sociales et spatiales.

Haut de page

Bibliographie

BERNADIE-TAHIR N., 2007, Quand les touristes rencontrent les habitants : territoires et lieux communs dans la ville de Zanzibar, in DUHAMEL P., KNAFOU R. (dirs.), Mondes urbains du tourisme, Paris, coll. Mappemonde, Belin, p. 43-55.

BORRAZ O., GUIRAUDON V., 2010, Politiques publiques. 2- Changer la société, Paris, Presses de SciencesPo., 312 p.

BRUNEL S., 2012, La planète disneylandisée, Paris, coll. Essais, Editions Sciences Humaines, 312 p.

CALVIGNAC C., JALAUDIN C., 2014, L’équipée touristique ou le rôle des équipements portables dans l’exploration d’un lieu méconnu, Téoros, [En ligne], 33|2.

CLAUX M., 2016, Réguler le stationnement en ville : les coûts sociaux et environnementaux de l’attractivité urbaine, Flux, vol.1, n°103-104, p. 57-71.

COCCOSSIS H., (dir), 2001, « Définir, mesurer et évaluer la capacité de charge dans les destinations touristiques européennes », Rapport Final pour l’Union Européenne, Athènes, Décembre, [en ligne] http://ec.europa.eu/environment/iczm/pdf/tcca_fr.pdf

DE CERTEAU M., 1990, L’invention du quotidien, t.1, Arts de faire, Paris, Gallimard.

DENIS J., PONTILLE D., 2013, Ficelles pour une ethnographie de l’écrit, in DATCHARY C. (dir.) Petit précis de méthodologie. Le sens du détail dans les sciences sociales, Lormont, Le bord de l’eau, p. 17-30.

DUHAMEL P., KNAFOU R. (dirs.), 2007, Mondes urbains du tourisme, Paris, coll. Mappemonde, Belin.

ÉTIENNE J., 2010, La conformation des gouvernes. Une revue de la littérature théorique, Revue française de science politique, 3, Vol. 60, p. 493-517.

FIJALKOW Y., JALAUDIN C., LALANNE M., 2015, La mesure de l’expérience touristique à travers l’engagement, l’indifférence et l’évitement des populations locales, in DECROLY J.-M, Le tourisme comme expérience. Regards interdisciplinaires sur le vécu touristique, Presses de l'Université du Québec, p. 117-130.

GARNIER J.-P., 2008, Scénographies pour un simulacre : l'espace public réenchanté, Espaces et sociétés, 2008/3, n°134, p. 67-81.

GART, 2015, Mobilité et villes moyennes. État des lieux et perspectives, [en ligne].

GERMON O., 2009, Les chorégraphies urbaines des piétons parisiens, Géographie et cultures, 70 | 2009, p. 57-78.

GIGOT M., 2012, Les dimensions territoriales des politiques du patrimoine urbain : instruments, enjeux et jeux d'acteurs dans trois villes du Val de Loire (Angers, Tours et Orléans), thèse de doctorat en géographie, Université de Tours, sous la dir. de P. Melé.

GRAVARI-BARBAS M., 2004, Patrimonialisation et réaffirmation symbolique du centre-ville du Havre. Rapports entre le jeu des acteurs et la production de l'espace, Annales de Géographie, t. 113, n°640, p. 588-611.

JACQUOT S., 2012, Analyser l’action publique patrimoniale, un triple regard sur la patrimonialisation, Construction politique et sociale des territoires, Cahier n°1 « Analyser la patrimonialisation des espaces urbains ».

LAUNAY L., 2011, Les politiques de mixité par l’habitat à l’épreuve des rapports résidentiels. Quartiers populaires et beaux quartiers à Paris et à Londres, thèse de doctorat de sociologie, Université de paris Ouest Nanterre La Défense, sous la dir. De M.-H. Bacqué.

LAZZAROTTI O., 2010, Tourisme culturel et patrimoine : quelques analyses pour un Monde habitable, Articulo - Journal of Urban Research [en ligne].

LEMARCHAND N., 2009, Géographie du commerce et de la consommation : les territoires du commerce attractif, Habilitation à Diriger des Recherches, Université Paris IV-Sorbonne, Institut de géographie, sous la dir. de G. Chemla.

MACARIO M., 2012, L'aménagement des centre-ville : la mobilité, vecteur et acteur de la centralité urbaine, thèse de doctorat en sciences juridiques, Université Aix-Marseille, sous la dir. de Jean-Claude Ricci.

MARTIN E., 2014, Les villes moyennes face à la présence touristique. De l’engagement des élus aux représentations des habitants, Métropolitiques, [en ligne].

MARTIN E, 2015, Les conséquences socio-spatiales de l'action publique patrimoniale : le cas de la cité épiscopale d'Albi inscrite sur la liste du patrimoine mondial de l'Unesco, thèse de doctorat de sociologie, Université Toulouse 2 Jean-Jaurès, sous la dir. M. Lalanne, Y. Fijalkow.

MC KENZIE R. D., 1925, L’approche écologique dans l’étude de la communauté humaine, traduit et présenté par I. JOSEPH et Y. GRAFMEYER, L’école de Chicago. Naissance de l’écologie urbaine, Les Editions du Champ, Essais, p. 149-166.

MELE P., 1998, Patrimoine et action publique au centre des villes mexicaines, Paris, Éditions de l’IHEAL, 324 p.

MELE P., 2004, Habitants mobilisés et devenir d'un espace patrimonial ?, Géocarrefour, 79/3, p. 223-230.

MERMET A.-C., GRAVARI-BARBAS M., 2013, Commerce et patrimoine. L’exemple du Marais à Paris, Les Annales de la recherche urbaine, n°108, p. 56-67

NAHRATH S., STOCK M., 2012, Urbanité et tourisme : une relation à repenser, Espaces et sociétés, 3, n°151, p. 7-14.

NAVEREAU B., 2011, Le commerce alimentaire de proximité dans le centre-ville des grandes agglomérations : l’exemple de Toulouse et de Saragosse, thèse de doctorat en géographie, Université Le Mirail – Toulouse II, sous la dir. de R. Marconis.

ROUSSEAU M., 2008, La ville comme machine à mobilité, Métropoles, [en ligne].

SEMMOUD N., 2005, Valorisation patrimoniale et changement social : un pléonasme ?, in GRAVARI-BARBAS M., (dir.), Habiter le patrimoine. Enjeux, approches, vécu, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, coll. « Géographie sociale », p. 265-280

SERFATY GARZON P., 1987, Muséification des centres urbains et sociabilité publique : effets attendus, effets déconcertants, in GERMAIN A., MARSAN J.-C. (dir.), Aménager l’urbain de Montréal à San Francisco ; Politiques et design urbains, Québec, Éditions du Méridien, p. 102-121.

SOL M.-P., 2004, La patrimonialisation comme (re)mise en tourisme. De quelques modalités dans les Pyrénées catalanes, in VIOLIER P., LAZZAROTTI O. (dirs.) Tourisme et patrimoine, Saumur, Presses de l’Université d’Angers, p. 161-175.

URBAIN J.-D., 2002, L'Idiot du voyage. Histoires de touristes, Paris, Payot, Petite Bibliothèque Payot, Poche, 368 p.

VACHER L., VYE D., 2012, La ville moyenne touristique est-elle encore une ville moyenne ?, Norois 4, n°225, p. 75-91.

VIOLIER P., ZÁRATE A. M., 2007, Politiques urbaines du tourisme, in DUHAMEL P., KNAFOU R. (dirs.), Mondes urbains du tourisme, Paris, Belin, coll. Mappemonde, p. 143-150.

VLES V., 2011, Entre redynamisation urbaine et banalisation des espaces : tensions et enjeux de l’urbanisme touristique, Mondes du Tourisme, 3, p. 14-25.

Haut de page

Notes

1 Depuis une dizaine d’années, la presse décrit le déclin du commerce au cœur des centres urbains des villes moyennes et l’associe le plus souvent à la difficulté d’y circuler et d’y stationner. Par exemple, en 2016, Le Monde publie un article intitulé « Le déclin commercial des centre-ville s’aggravent ». Plus récemment, en février 2017, le New-York Times aborde le sujet à travers l’article “As France's towns wither, fears of a decline in Frenchness'”.

2 Selon les données du comité départemental du tourisme, au cours de l’année 2010, les principaux monuments de la ville ont accueilli entre +10 % et +30 % de fréquentation (Martin, 2015).

3 L’étude des chiffres de fréquentation des attractions albigeoise (sur une période de 10 ans), communiqués par le comité départemental du tourisme, révèle que la hausse de fréquentation perçue les premiers mois qui ont suivi l’inscription n’est pas pérenne dans le temps (Martin, 2015).

4 Un accord entre La Poste et la ville d’Albi est passé pour que les boîtes aux lettres (jaunes) situées dans la Cité épiscopale soient remplacées par des nouvelles, de couleur grise ; http://www.mairie-albi.fr.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure  : Signalétique, Cité épiscopale d'Albi, 2014
URL http://journals.openedition.org/geocarrefour/docannexe/image/10154/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Crédits Photographies : Elsa Martin
URL http://journals.openedition.org/geocarrefour/docannexe/image/10154/img-2.png
Fichier image/png, 117k
Titre Figure  : Principales places et parcs de stationnements - centre ancien d'Albi
Crédits Source : Carte : Mairie Albi ; Infographie : Mairie Albi et E. Martin
URL http://journals.openedition.org/geocarrefour/docannexe/image/10154/img-3.png
Fichier image/png, 563k
Titre Figure  : Répartition des visiteurs dans centre ancien d'Albi
Légende Légende : 1. Cathédrale Sainte-Cécile; 2. Palais de la Berbie / Musée Toulouse-Lautrec; 3. Marché couvert; 4. Collégiale Saint-Salvy; 5. Maison du Vieil Alby; 6. Parking du Bondidou; 7. Pont Vieux; 8. Centre d’Art Le LAIT; 9. Musée Lapérouse et pont du 14 juillet 1944; 10. Mairie; 11. Place du Vigan.
Crédits Source : Calvignac, Jalaudin (2014)
URL http://journals.openedition.org/geocarrefour/docannexe/image/10154/img-4.png
Fichier image/png, 1,2M
Titre Figure : Investissement des places (Vigan, Lapérouse) et détournement du mobilier
URL http://journals.openedition.org/geocarrefour/docannexe/image/10154/img-5.png
Fichier image/png, 558k
Crédits Photographies : Elsa Martin
URL http://journals.openedition.org/geocarrefour/docannexe/image/10154/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Elsa Martin, « L’action publique et ses limites en matière de flux de population : analyse d’un centre ancien patrimonialisé », Géocarrefour [En ligne], 91/3 | 2017, mis en ligne le 29 mai 2017, consulté le 19 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/geocarrefour/10154 ; DOI : 10.4000/geocarrefour.10154

Haut de page

Auteur

Elsa Martin

docteure en sociologie, chercheuse associée au Centre d’Etude et de Recherche Travail Organisation Pouvoir UMR 5044 – CNRS, Université Toulouse Jean-Jaurès ; chargée d’enseignement à l’Institut National Universitaire Champollion, Albi, Maison de la Recherche, 5 allées Antonio Machado, 31058, Toulouse Cedex 9  elsa.martin@univ-jfc.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© Géocarrefour

Haut de page
  • OpenEdition Journals