Navigation – Plan du site
Articles

Mises en économie de la gestion de l’eau. La constitution négociée de flux d’eau, d’énergie et de capitaux dans le Sud-Est de la France des années 1950 à 2000

Economicisations of water management. Disputed flows of water, electricity and money in South Eastern France from the 1950s to the 2000s
Alexandre Gaudin

Résumés

En quoi une analyse en termes de flux environnementaux peut-elle renouveler les questions portant sur la marchandisation de la nature ? Cet article propose de traiter cette question en revenant sur l’histoire de l’aménagement hydroélectrique par Électricité de France et la Société du Canal de Provence de la Provence Orientale en France des années 1950 à 2000. L’analyse met alors en évidence, non pas tant un processus d’« accumulation par dépossession », que des négociations technico-politiques autour de la définition des contours de nouveaux flux d’eau, d’électricité et d’argent. On observe alors une variété de mises en économie de l’eau. Ces dernières donnent lieu à un mode de gouvernement par la redistribution de la rente hydroélectrique, articulant État, entreprise parapublique et société locale et à la fabrique d’espaces hydro-politiques en tension. L'étude montre également que l'entrée de l'eau dans des régulations marchandes n'évince pas les autorités et les institutions existantes mais conduisent à l'ouverture d'un jeu de pluralisme légal et normatif. La dispute de la rente hydroélectrique demeure encore l’objet de luttes socio-politiques marquées par des entreprises de dépolitisation (au sein d’arènes techniques) et de repolitisation (au sein d’arènes politiques et juridiques).

Haut de page

Texte intégral

  • 1 L’auteur remercie les deux relecteurs et Emmanuel Martinais pour leurs précieux commentaires qui on (...)

1A la suite de David Harvey (2003), plusieurs géographes caractérisent l’esprit du néolibéralisme contemporain par un nouveau mouvement de marchandisation de l’eau1. Ce dernier étendrait de manière inédite l’appropriation privée des communs. Ces auteurs s’appuient sur une analyse des entreprises de privatisation des services d’eau potable urbains qui se sont multipliées depuis les années 1990. Ils mettent alors en évidence une « accumulation par dépossession » par laquelle le monde financier s’empare de vastes secteurs, d’équipements et de ressources en eau, relevant jusque-là d’une propriété publique ou collective (Bakker, 2005 ; Swyngedouw, 2006). Ces auteurs décrivent la mise en œuvre plus ou moins réussie d’un programme dogmatique motivé par l’accumulation et appliqué à faire de l’eau « a direct competition, universal metering, and full-cost pricing water supply » (Bakker, 2005, p. 542).

  • 2 Séparation de l'eau et de la terre, stockage de l'eau, régularisation des débits par l'intermédiair (...)

2Cependant ce récit, qui tend à associer très étroitement néolibéralisme et marchandisation de l'eau, doit être nuancé. En effet, dès les années 1930, et de manière accélérée à partir des années 1950, sur le modèle de la Tennessee Valley Authority promu par le président nord-américain Franklin Roosevelt dans le cadre du New Deal (Selznick, 1949), des États aménagent de grands bassins versants pour l'hydroélectricité et l'irrigation. Ces entreprises sont connues pour l'interventionnisme d'État qu'elles incarnent. Elles le sont moins pour les formes de régulations marchandes qu'elles instaurent dans la gestion de l'eau. En effet, ces nouvelles organisations étatiques se forment sur le modèle des entreprises privées, et ce par-delà les divisions administratives et sectorielles classiques. Leur statut de société de droit public – société à actions dont la vocation est de servir le bien commun dans un domaine qu’elle monopolise –, est pensé au regard de deux objectifs. Il s’agit de rendre ces entreprises indépendantes à la fois de l’État et de l’industrie privée et d’associer les prétendues qualités de l’un et de l’autre : rationalité bureaucratique et efficacité de l’entreprise économique, visée d’un bien public et adaptation aux besoins des populations (Johns, 2011, p. 17-40). Par ailleurs ces entreprises publiques ou parapubliques organisent leurs activités autour de l’hydroélectricité qui, de par l’opération technique2 et juridique qui l’accompagne, met en équivalence des flux d’eau, d’énergie et d’argent (Fressoz et al., 2014, p. 59-62).

3Ce constat nous oblige donc à quitter une approche essentialiste, économiciste et téléologique des processus de marchandisation, déjà critiquée en son temps par Karl Polanyi (Polanyi, 2008 [1957]). Ces processus ne sauraient se réduire à l'application d'un programme dogmatique uniquement motivé par l'accumulation, conduit par des personnes décidées à faire du modèle de l'économie standard une réalité. Il existe dans le temps et dans l'espace une variété de mises en économie de l’eau. Elles relèvent de motifs socio-politiques divers. Elles prennent la forme d'organisations et de dispositifs socio-techniques toujours particuliers. Enfin, elles doivent composer aussi bien avec les enjeux socio-politiques locaux qu'avec la matérialité de la nature domestiquée. À cet égard, dans de nombreux cas, ces entreprises ne consistent alors pas tant à « déposséder » qu’à instaurer un mode de gouvernement qu’il reste à renseigner (Dardot et Laval, 2014, p. 133).

4L'objet de cet article est de voir dans quelle mesure une telle analyse peut être appréhendée à l'aide d'une sociologie des flux environnementaux (Spaargaren et al., 2006). En effet, cette dernière s'est donnée pour ambition de sortir du clivage entre les tenants des approches marxistes du Treadmill of Production et ceux de la modernisation écologique pour renouveler les questions environnementales. Ces sociologues puisent dans les travaux de M. Castells (1998) et de J. Urry (2000, 2003) pour promouvoir les flux environnementaux comme catégorie d'analyse privilégiée. On voit a priori en quoi cette démarche pourrait nous aider à considérer autrement ces processus de marchandisation. En effet, elle invite à revenir sur l'analyse empirique de la constitution de ces flux (d'eau, d'argent, d'énergie, etc.). Elle propose de prêter attention à la façon dont les dispositifs technico-juridiques qui les président (canal hydraulique, turbine hydro-électrique, borne d'arrosage, etc.) participent ou non à la redistribution des rapports de pouvoir et des inégalités. Elle s’attache à comprendre comment ces processus contribuent ou non à redéfinir les domaines d’action entre ce qui relève de la puissance publique, de l'industrie, ou encore de la « société civile » (Mol et Spaargaren, 2005). Que peut-on donc dire de cette réorganisation conjointe des flux d’eau, d’énergie et d’argent empruntant à la logique de l’entreprise ? Si elle n’aboutit pas strictement à une marchandisation des ressources naturelles, comment réarticule-t-elle les rapports entre le social et le matériel ? Comment redistribue-t-elle les rapports de pouvoir autour de l'accès à l'eau ? Comment qualifier ces modes de gouvernement ne relevant ni strictement de l’État, ni du secteur privé, ni des pouvoirs locaux ?

5Pour répondre à ces différentes questions, nous nous appuierons sur le cas du complexe hydroélectrique de la Provence Orientale en France. Nous reviendrons sur la façon dont est négociée la constitution des flux d'eau, d'électricité et d'argent des années 1950 aux années 2000. Nous nous intéresserons plus précisément aux modes d'appropriation de la ressource qui donnent lieu à cette organisation des flux. Cette appropriation passe par une certaine qualification technico-juridique de l'eau (par le biais de savoirs, d'outils et de dispositifs techniques) qui, loin d'être neutre, affecte à cette ressource une destination en termes d'usage, de groupes sociaux et d'autorités compétentes à la gérer. Nous nous appuierons alors sur un travail bibliographique, une analyse des archives provenant de différentes sources (rapports d’ingénieurs, archives publiques et privées, presse locale) et de trente entretiens semi-directifs conduits auprès d’agents de l’administration, d’élus locaux, d’ingénieurs et d’usagers.

6

7Nous montrerons tout d'abord en quoi l’organisation de ces flux engage des formes de gouvernement des hommes et de la nature. Nous identifierons alors deux périodes correspondant chacune à un mode d'appropriation de l'eau dominant et un mode de gouvernement associé : (i) un gouvernement par la redistribution de la rente hydroélectrique (1950-1970) et (ii) un gouvernement par la normalisation des pratiques d'arrosage (1970-2010). Nous soulignerons alors dans quelle mesure la constitution de ces flux n’est pas tout à fait stabilisée. Nous décrirons comment la définition de leurs contours est encore au cœur de luttes socio-politiques au niveau régional comme local. Ensuite, nous nous intéresserons au (iii) cas de la moyenne Durance et du canal de Manosque. Dans un champ où l'expertise technique est dominante, nous étudierons les modalités par lesquelles les disputes autour des contours de ces flux font l'objet d'entreprises de dépolitisation et de repolitisation.

Figure  : Aménagement hydroélectrique et hydraulique de la Provence Orientale à partir de (Bertin, 1960)

Figure  : Aménagement hydroélectrique et hydraulique de la Provence Orientale à partir de (Bertin, 1960)

Gouverner par la redistribution de la rente hydroélectrique (1950-1970)

8Pour comprendre en quoi ces régulations marchandes dans le partage de l’eau conduisent à un mode de gouvernement particulier, il nous faut revenir dans un premier temps sur l’édification du complexe hydroélectrique à partir des années 1950 et la façon dont il constitue de nouveaux flux d’eau, d’énergie et d’argent. Après avoir décrit succinctement le mode d'aménagement de la vallée, nous nous pencherons sur les modalités d’appropriation de la ressource et la façon dont elles sont négociées avec les collectivités locales et les groupements d'irrigants.

Aménager la vallée de la Durance : constituer une rente et des flux hydroélectriques

9Durant les deux premières décennies d’après-guerre, à l’heure de la reconstruction, l’État français, par le biais d’entreprises publiques, bâtit les grandes infrastructures hydroélectriques et hydro-agricoles qui font entrer l’eau sur de vastes territoires dans des régulations marchandes. Électricité de France (EDF), entreprise publique née d’un secteur nationalisé, lance un vaste programme d’équipement hydraulique national pour assurer l’indépendance énergétique du pays. Elle ambitionne entre autres l’aménagement hydroélectrique de la vallée de la Durance, l'un de ses plus importants projets. Parallèlement, l’État lance de grandes politiques d’aménagement hydro-agricole. Sous le nouveau statut de Société d’Aménagement Régional (SAR) peuvent se constituer des sociétés combinant une direction technique d’ingénieurs d’État et un conseil d’administration regroupant les collectivités locales. Ceci donne lieu à l’aménagement des Coteaux de Gascogne, du Bas-Rhône-Languedoc et, dans notre cas, avec la Société du Canal de Provence (SCP), du littoral provençal. EDF et la SCP se trouvent alors au centre d’une nouvelle géopolitique des flux d’eau, d’énergie et d’argent.

10EDF constitue dans la vallée de la Durance une rente hydroélectrique conséquente. En obtenant avec la loi du 5 janvier 1955 la concession de l’exploitation de l’énergie hydraulique de la vallée, EDF dispose du plein contrôle de la ressource, mettant fin à l’autorité des services de l’État sur la rivière domaniale et aux concessions accordées aux associations syndicales d’irrigation. EDF entreprend alors la construction d'un barrage à Serre-Ponçon (Hautes Alpes) de 1,2 milliards de m3 d’une superficie égale à celle du lac d’Annecy. Il doit alimenter une chaîne hydroélectrique (250 kilomètres de canaux usiniers et une quinzaine d’usines hydroélectriques) qui longe la Durance et se jette dans l’étang de Berre (figure 1 – tracé rouge).

  • 3 L’opposition de la population au barrage de Tignes (Frost, 1985 ; Bodon, 1998) ou encore l’assèchem (...)

11Se réclamant de l’esprit de la Tennessee Valley Authority, les ingénieurs d’EDF présentent alors l’ouvrage comme une infrastructure multifonctionnelle : production d'énergie électrique, contrôle des crues et irrigation. En cela, l'aménagement est associé à une politique de redynamisation économique de la société locale. Il s'agit de redistribuer les richesses produites (de l’eau, de l’électricité et de l’argent) à des régions que l'État central considère à l'écart des grandes politiques de croissance contemporaines (Bertin, 1960, p. 625). L'aménagement de la Durance est d'ailleurs l'un des projets pilotes associant la construction d'un grand équipement technique et une politique d'aménagement du territoire (Pouvreau, 2003, p. 50). Mais l'infrastructure hydroélectrique n'est pas sans conséquence socio-environnementales majeures. Elle doit inonder des terres sur le site du barrage et mettre fin à l'accès des irrigants à la Durance. Elle risque de modifier le lit de la rivière et d’assécher les nappes alluviales de la vallée. Elle prévoit de déverser les eaux douces et sédimenteuses dans l’étang de Berre. Compte tenu du projet social de redistribution des richesses aux régions « déshéritées », des expériences conflictuelles passées3 et de l’hostilité unanime qui déjà se manifeste (Picard et al., 1985, p. 75), les ingénieurs sont conduits à négocier avec les forces en présence la constitution de ces nouveaux flux.

Redistribuer une partie de la rente hydroélectrique

12Pour ce faire, les ingénieurs s’appuient sur la configuration technique et spatiale de la chaîne hydroélectrique. Certes, l'intérêt d'une telle chaine est qu'un même débit lâché au niveau du barrage peut être turbiné plusieurs fois par les différentes usines hydroélectriques disposées en série, ces dernières étant situées aux points de plus forte dénivellation de la vallée. Mais de la même façon, EDF créé un canal de transport d’eau du barrage de Serre-Ponçon jusqu'à la basse Durance. Plus encore, cette eau peut être tout au long de son chemin mise en équivalence avec un potentiel de production d’électricité et une valorisation financière. EDF peut de cette manière redistribuer une partie de cette rente hydroélectrique aux collectivités ou aux groupements d'irrigants de la vallée, de l’amont comme de l’aval, sous ces différentes formes. Ces possibilités donnent alors lieu à des négociations et l’émergence d’un gouvernement par la redistribution de la rente hydroélectrique.

13Tout d’abord, l’aménagement doit assurer une desserte en eau sécurisée aux canaux d'irrigation existants et permettre un développement agricole de la région. EDF doit alors composer avec une géopolitique de l'eau en tension. En effet, les tensions se sont renforcées entre les canaux d’arrosage de la basse vallée de la Durance (Vaucluse) et les canaux qui alimentent les villes du littoral provençal (Bouches-du-Rhône). D'un côté, l'État et ses services départementaux de l'hydraulique agricole ont conduit durant la seconde moitié du xixe siècle une politique de développement de l'irrigation. Ils se sont appuyés pour cela sur les organisations collectives existantes en encourageant la création de nouvelles infrastructures. Ces collectifs ont l'obligation de prendre le statut d'association syndicale en regroupant autour de ces travaux les grands propriétaires terriens intéressés par une mise en valeur de leurs terres (Haghe, 1998). De l'autre, les collectivités urbaines et industrielles du littoral provençal ont entrepris plusieurs travaux de canaux de dérivation et de barrages (Jean, 2011, p. 309-459). Pour ces élus locaux, l’eau est un enjeu de taille : elle constitue un des facteurs limitants restreignant les possibilités de développement industriel et urbain de cette zone sèche qui concentre l’essentiel de l’activité économique de la région. Pour réguler ces tensions, l'État institue au début du xxe siècle une Commission Exécutive de la Durance, associant des personnes nommées par le ministre de l'Agriculture, des élus des canaux d'irrigation du Vaucluse et des élus par les concessionnaires des Bouches-du-Rhône (Jean, 2011, p. 433). Cette commission est un organisme régalien local chargé d'exercer une police de l'eau sur les prises existantes ou à venir. Mais l'efficacité de cette institution reste toute relative au regard des grandes pénuries en eau qui marquent encore la région (Clébert et Rouyer, 1991, p. 139-140).

  • 4 Pour une histoire sur l'origine des grands ouvrages hydrauliques français, lire entre autres (Marié (...)

14L'arrivée d'EDF redessine les contours de cette géopolitique de l'eau en tension. Tout d'abord, de nouveaux ingénieurs d'État du ministère de l'Agriculture interviennent dans la région sur la question hydraulique. Ce dernier dépêche des ingénieurs et forme une cellule ad hoc : le Service Spécial du Bassin de la Durance (SSBD). Sous la tutelle directe du ministère, ce service à l'échelle régionale dispose de moyens sans commune mesure avec les services déconcentrés de l'État exerçant dans le monde rural. Ces derniers sont encore divisés en différents services départementaux ou régionaux (agricoles, eaux et forêt, etc.) avant qu'ils ne fusionnent en 1965 et forment des Directions Départementales de l'Agriculture et de la Forêt (DDAF) (Tavernier, 1967). Le SSBD a alors pour mission de définir avec EDF les termes de la concession sur les eaux de la Durance, le volet agricole de l'aménagement hydroélectrique et la participation financière du ministère de l'Agriculture. Il doit également conduire l'équipement hydraulique des agriculteurs de la région. Le SSBD se constitue alors un domaine d'intervention particulier dans le développement agricole : la modernisation des arrosages. Pour cela, inspirés par les expériences des grands périmètres irrigués dans les colonies d'Afrique du Nord4, ces ingénieurs élaborent des technologies automatisées de distribution et d'arrosage.

15L'arrivée d'EDF transforme également l'organisation des grands flux d'eau entre la basse vallée de la Durance et le littoral provençal. Le barrage de Serre-Ponçon et la chaîne hydro-électrique doivent permettre de mieux réguler les débits en été. À ce titre, les ingénieurs du SSBD obtiennent auprès d’EDF, avec l’appui financier du ministère de l'Agriculture, qu’une part de l’eau stockée à Serre-Ponçon soit réservée aux groupements d’irrigants et que la chaine hydroélectrique délivre des dotations en eau « gratuite » aux canaux qui prélevaient jusqu'alors dans la Durance (associations syndicales, ville de Marseille, conseil général des Bouches-du-Rhône) (Jean, 2011). EDF fait également partie de la Commission Exécutive de la Durance, contribuant à redéfinir les dépendances hydrauliques entre les canaux agricoles de la basse vallée de la Durance et les canaux pour les agglomérations du littoral provençal. En effet, l'entreprise publique et les ingénieurs du SSBD s'associent plus particulièrement avec les élus locaux du littoral provençal pour former une nouvelle société parapublique d’aménagement : la Société du Canal de Provence (SCP) (Jean, 2011, p. 460-498). Cette dernière construit et gère une infrastructure qui transfère la rente hydroélectrique de la vallée de la Durance vers le littoral provençal. Elle doit desservir les agriculteurs des plaines et des bassins de l'arrière-pays mais aussi et surtout les industries et les agglomérations urbaines de la côte (figure 1 – tracé vert). Il ne s'agit alors plus de prélever dans la Durance mais plus en amont sur un de ses affluents, le Verdon. Une série de barrage EDF et une infrastructure de dérivation et de transport inspirées des dernières techniques de régulations hydrauliques automatisées permettent d'optimiser les prélèvements sans impacter directement les disponibilités en eau de l'aval (stockage de l'eau en hiver, minimisation des pertes en eau, etc.).

16L'intervention d'EDF donne lieu à l'émergence d'un nouvel espace hydro-politique avec son corps d'ingénieur et ses élus politiques influents. En effet, une fois les grands travaux initiés, le SSBD est dissous et la SCP reprend le programme d'aménagement (Jean, 2011, p. 465). D'anciens ingénieurs du SSBD sont nommés à la direction technique de la société d'aménagement. Le ministère de l'Agriculture entretiendra alors pendant les décennies suivantes une relation privilégiée avec cette direction technique occupée par des ingénieurs du corps du Génie Rural. A leurs yeux, la société parapublique incarnera l'intérêt général dans les affaires hydrauliques aux dépens des DDAF.

  • 5 Les réseaux de canalisation sous pression délivrent automatiquement l’eau à des bornes d’arrosage q (...)

17Influencés par le modèle d'aménagement, de gestion des flux et tarifaire d'EDF, ces ingénieurs développent un modèle technologique « aspersif » (Marié, 1984, p. 12). Ce modèle coordonne les usages industriel, urbain et agricole. Il mêle techniques automatisées et service commercial de desserte en eau5. Le conseil d’administration de la SCP est quant à lui investi par les grands élus locaux du littoral provençal qui voient là un moyen de compléter leur panoplie de moyens d’influence politique à l’échelle régionale (Marié, 1993, p. 6). Deux espaces hydro-politiques en tension co-existent alors, l’un relevant d’un modèle de gestion localiste et patrimonial aux enjeux à dominante agricole, les canaux de la Basse Durance, et l’autre d’un modèle de gestion centralisé et commercial à dominante industrielle et urbaine, la SCP.

18L'aménagement EDF donne lieu à d'autres formes de redistribution de la rente hydroélectrique. En effet, il doit générer des ressources financières (taxes professionnelles, indemnité individuelles) et hydriques à même d’intéresser les collectivités locales et de compenser ses dommages. Ainsi, sur le site du barrage, les élus locaux et les habitants obtiennent les dédommagements réclamés. Certains réinvestissent dans l’activité économique promise à un nouvel essor avec le lac de Serre-Ponçon (Bodon, 1998). La retenue d’eau devient ainsi le support d’activités touristiques. Dès lors, EDF s’engage à maintenir un certain niveau d’eau durant l’été. À l’aval, en basse vallée, afin de prévenir les éventuelles inquiétudes des élus locaux et des populations au sujet d'un abaissement possible de la nappe, les ingénieurs d'EDF mettent en place un dispositif de réinjection d’eau dans l'aquifère au rythme de 15 millions de m3 par hiver (Capoduro, 1983, p. 201). Au niveau du rejet final des eaux de la chaine hydroélectrique, afin de délimoner les eaux chargées de sédiments se déversant dans l'étang de Berre, ils conçoivent un bassin de décantation.

19Cependant, l'infrastructure hydraulique parvient difficilement à gérer comme attendu ses dégâts, quand elle n'engendre pas de nouveaux risques. À partir des années 1970, certains élus des collectivités riveraines constatent que l’aménagement EDF ne protège pas des crues les plus fortes en automne qui prennent forme à l’aval du barrage. De la sorte, en conférant un sentiment de sécurité et en autorisant une colonisation du lit majeur (agricole, industrielle et résidentielle), l’ouvrage contribue à augmenter la vulnérabilité des populations riveraines aux inondations (Capoduro, 1983, p. 208). Par ailleurs, les dispositifs de compensation ne parviennent pas à juguler un abaissement généralisé de la nappe d’accompagnement (Pignoly, 1999, p. 514), et une détérioration du milieu aquatique de l’étang de Berre qui suscite alors diverses mobilisations sociales (Capoduro, 1983, p. 205). Cependant, EDF n’envisage plus de mobiliser une partie de la rente pour « compenser » ces dommages. Compte tenu de l’ampleur des problèmes, un Syndicat Mixte d’Aménagement de la Vallée de la Durance des collectivités locales riveraines se constitue en 1976 pour trouver des solutions aux dégâts et aux risques engendrés par l’aménagement EDF (Pignoly, 1999).

20Ainsi, en s’intéressant aux modalités concrètes de la constitution de ces flux, nous avons vu qu’EDF s’approprie l’eau, non seulement en prenant le contrôle d'une grande partie de la ressource de la vallée de la Durance par de puissants moyens de contrainte, mais aussi en redistribuant une partie de la rente hydroélectrique sous ses différentes formes (eau, électricité, argent). L’enjeu pour EDF n’est alors pas tant de s’approprier de manière exclusive l'eau du bassin. Il est surtout d’être au centre de l’accumulation de cette ressource et de sa circulation. Il est d’imposer sa géographie des flux d’eau et son propre étalon (m3-kWh-francs). Cette mise en économie de l’eau s’accompagne d’un mode de gouvernement par la redistribution de la rente hydroélectrique. Pour autant, elle ne donne pas lieu à une uniformisation de la gestion de l'eau. Elle participe à une pluralisation des autorités régulant l'accès à l'eau (EDF, la SCP et les DDAF) et des modes de gestion de l'eau (service commercial centralisé de desserte en eau et associations syndicales de propriétaires). Elle contribue à façonner des espaces hydro-politiques en tension entre haute Durance (la retenue de Serre-Ponçon et les activités touristiques), basse Durance (les associations syndicales d'irrigation) et littoral provençal (la SCP et la desserte à dominante urbaine et industrielle), entre gestion de l'eau et gestion des dégâts et des risques. Pour autant cette géographie des flux n'est pas totalement stabilisée. Elle donne lieu encore à des luttes socio-politiques entre autorités et groupes sociaux locaux.

Gouverner par la normalisation des pratiques d'arrosage (1970-2010)

21À partir des années 1970, suite à un changement de référentiel du mode d’action publique en matière d’aménagement hydroélectrique et hydraulique, les opérateurs comme EDF et les sociétés d’aménagement hydraulique sont conduits à développer de nouvelles stratégies de captation de la ressource en eau. La redistribution de la rente hydroélectrique fait alors l'objet de nouvelles négociations sociales entre autorités et groupes sociaux locaux.

  • 6 La loi sur l’eau de 1992, puis la directive cadre européenne sur l’eau (DCEE) de 2000 et la Loi sur (...)

22En effet, l’État, son ministère de l’Agriculture et leurs DDAF cessent petit à petit d’intervenir dans l’aménagement hydraulique. L’État décentralise ses moyens financiers et ses compétences aux collectivités territoriales : les Régions qui deviennent une nouvelle force politique d'aménagement et les Conseils Généraux (Marié, 1993, p. 30). Son rôle se réduit alors progressivement à coordonner l’action publique et à faire respecter la réglementation. À ce titre, à partir du tournant environnemental initié dans les années 19906, sous l'autorité du ministère de l'Environnement pour certains de leurs fonctionnaires, les DDAF recentrent de plus en plus leurs activités sur le respect de la législation environnementale sur l’eau. Parallèlement, émergent de nouvelles formes de régulation du financement public en matière de politique hydraulique. L’État confie le choix des financements en matière de gestion de l’eau à six grandes Agences de bassin autonomes, financées par des taxes sur les usages de l'eau, associant techniciens et représentants d’usagers (Barraqué, 1995). À partir des années 1990, elles deviennent Agences de l’eau avec des missions et des objectifs proprement environnementaux. Dès lors, les politiques de l'eau se décentralisent au niveau de grands bassins et des régions. Elles se régulent sur le mode d'un marché de l'aménagement hydraulique rural par lequel se coordonnent un bailleur-prescripteur (agence), des opérateurs (bureaux d'études parapubliques ou privés) et des bénéficiaires (collectivités locales ou associations syndicales).

  • 7 Ces techniques consistent à diriger l’eau en usant de la pente dans des canaux en terre et dans des (...)

23Cette nouvelle configuration correspond à la constitution d'une nouvelle modalité de captation des ressources en eau. Certes, dès les années 1970, avec la fin des grands financements étatiques et la décentralisation des politiques hydrauliques, les grands aménagements hydrauliques régionaux ne peuvent plus poursuivre aussi aisément leur politique de développement et sont sommés à l’équilibre budgétaire (Raulot-Lapointe, 1988, p. 81 ; Marié, 1993, p. 243). Néanmoins ils participent à l'organisation d'un marché de l'aménagement hydraulique rural en leur faveur pour la promotion d'équipements SCP. En effet, EDF, la SCP, la Région, instituée en 1974, et l’Agence de bassin Rhône-Méditerranée-Corse s’entendent sur une politique d’économie d’eau et de modernisation des arrosages (Capoduro, 1983). Portée par l’Agence de bassin, cette politique met en évidence les « pertes » en eau non consommées par les cultures, générées par les pratiques de distribution et d'arrosage de surface au sein des périmètres irrigués des associations syndicales7. Il s’agit alors de les inciter financièrement à adopter des dispositifs d’irrigation sous pression et d’arrosage par aspersion plus efficients. La SCP est particulièrement privilégiée sur ce marché. Elle est reconnue pour son expertise sur ce type de dispositif. Mais surtout, en ayant les moyens de cumuler les rôles de maître d'ouvrage et de maître d'œuvre, elle peut reprendre la dotation en eau des associations syndicales et mettre en place ses propres équipements. À ce titre, elle a la possibilité de réunir plus de fonds publics qu'une collectivité ou une association syndicale auprès de la Région pour couvrir jusqu'à 90% des investissements (contre 80% usuellement) (Capoduro, 1983). Cette politique d'économie d'eau s'accompagne alors d'un discours porté par la SCP considérant le modèle technologique « aspersif » comme la voie de modernisation nécessaire pour des associations syndicales jugées archaïques et vouées à disparaître (Marié, 1984, p. 20). La question technologique est indissociable d'un enjeu de mode de gestion et de pouvoir. La direction de la société parapublique considère que les associations syndicales ne sont plus à même d'assurer une distribution sûre, efficace et équitable de l'eau. Les agriculteurs délaisseraient désormais les problèmes collectifs pour privilégier leurs préoccupations individuelles. La gestion collective impliquerait de longues prises de décisions laborieuses, par ailleurs trop sensibles à la pression des intérêts particuliers. Ceci justifierait une prise en charge complète des questions hydrauliques par des experts. Parallèlement, cette nouvelle régulation de l'équipement hydraulique par le marché fragilise les relations technico-financières qui existaient entre DDAF, conseils généraux et associations syndicales. Or ces dernières dépendent encore fortement des subventions publiques (Capoduro, 1983) et leurs infrastructures vieillissantes sont peu adaptées aux nouvelles pratiques agricoles.

24Au regard des enjeux décrits précédemment, cette politique de modernisation des arrosages apparaît finalement comme un moyen pour EDF et la SCP de revenir sur la rente hydroélectrique allouée aux groupements d’irrigants. En effet, EDF bénéficie ainsi directement des économies d’eau générées par l’adoption de ces dispositifs d’irrigation. Ces volumes d’eau ne sont tout simplement plus prélevés dans ses canaux usiniers et sont donc turbinés par ses centrales hydroélectriques. De même, la SCP trouve une occasion de proposer ses propres dispositifs. Elles gagnent de nouvelles dotations en eau pour desservir les usagers existants mais aussi, avec une partie de l’eau économisée, l’ouvrir à de nouveaux usagers agricoles et péri-urbains. Revenir sur la redistribution de la rente hydroélectrique consiste alors à imposer de nouvelles conditions d’arrosage. En effet, contrairement au discours des ingénieurs, ce modèle technologique ne libère pas les individus de toute régulation dans la distribution de l’eau mais en établit de nouvelles. Un tuyau, du fait de la viscosité de l’eau, ne peut fournir n’importe quel débit et pression. L’ingénieur dimensionne l’ouvrage de telle sorte qu’il soit suffisamment grand pour répondre à une grande quantité de demande simultanée, mais suffisamment petit pour limiter les couts de l’infrastructure. Ceci le conduit alors, en même temps qu’il définit des normes techniques (dimensionnement des tuyaux), à définir des normes de comportement et des types d’usagers légitimes et leur environnement (des agriculteurs produisant des cultures à forte valeur ajoutée et disposant d’un foncier concentré dans l’espace). Afin que ces dernières normes soient bien respectées par l’agriculteur, l’ingénieur équipe la borne d’arrosage d’un limiteur de débit et d’un compteur volumétrique (figure 2). On voit donc que les modalités d’appropriation de l’eau prennent un tour particulier. Il ne s’agit pas tant de déposséder les agriculteurs de l’eau que de revoir les contours des flux d’eau existant dont ils bénéficient (leur quantité, leur configuration spatiale) par une normalisation et une individualisation des pratiques d’arrosages au sein des périmètres irrigués.

Figure  : Schéma d'une borne d'irrigation

Figure  : Schéma d'une borne d'irrigation

Clément et Galand, 1979

25Cependant, cette offensive sur la rente hydroélectrique fait l’objet de contre-mouvements, aussi bien au niveau des administrations et de l'Agence de l'eau que de groupes socio-professionnels. D’une part, à la faveur des nouvelles réglementations environnementales à partir des années 1990, certains agents au sein des services de l’État et de l’Agence de l’eau voient dans ces réglementations le moyen d’intervenir dans les affaires de l’appareil hydroélectrique dont ils étaient exclus. Ils souhaitent questionner le statut et la destination des volumes économisés à la suite d’une « modernisation » d’un canal d’irrigation pour promouvoir un « retour » de ces eaux dans le milieu durancien. De même, ils souhaitent faire des associations syndicales des points d’application privilégiés pour la mise en valeur agricole de l’espace, mais aussi l’entretien d’un paysage et d’un écosystème. Une nouvelle politique de financement prend corps au sein de l’Agence à partir des années 2000. Ses subventions pour ces projets sont maintenant conditionnées à la mise en évidence d’un « gain environnemental » pour les milieux aquatiques et la mise en œuvre d’un « contrat de canal » considérant leur multifonctionnalité.

26Cette opération fait aussi l’objet de contre-mouvements socio-professionnels. La politique d’économie d’eau est discutée. Dès les années 1980, les irrigants de la Crau soulignent auprès de l’Agence que leurs pratiques d’arrosage par submersion des prairies ne génèrent pas des « pertes » mais d’importantes infiltrations gonflant des nappes souterraines, certaines utiles pour l’arrosage ou l’eau potable des communes. Ils sont ensuite rejoints par les irrigants de la plaine du Comtat Venaissin et du Val de Durance et soutenus par les chambres d’agriculture. Ils font valoir auprès des pouvoirs publics locaux et nationaux, l’effet bénéfique des canaux d'irrigation de surface pour le territoire. Par le biais d’études, ils mettent en valeur leur multifonctionnalité : l’alimentation des nappes phréatiques utiles pour l’eau potable, le rôle d’évacuation des eaux pluviales des canaux, le maintien de certains paysages, etc. (Ladki, 2010).

  • 8 Ordonnance du 1ier juillet 2004 relative aux associations syndicales de propriétaires

27Des élus locaux et agriculteurs craignent également de perdre la maîtrise des tarifs de l’eau en s’en remettant à la gestion de la société parapublique. La chambre d’agriculture des Bouches-du-Rhône constitue alors un réseau professionnel autour de la défense des associations syndicales considérées comme un moyen pour que « les payeurs restent les décideurs » et un modèle de démocratie hydraulique (Lefèvre, 1999). Ces techniciens conçoivent des outils de gestion et développent des compétences juridiques afin d’aider les associations syndicales à faire face aux nouvelles conditions socio-économique. Ceci contribue à nourrir un mouvement de reconnaissance du statut des associations syndicales lors de leur réactualisation juridique8.

28Une fois de plus, nous constatons que le déploiement de l'appareil hydroélectrique (EDF et SCP) n'évince pas totalement les autorités et les instances existantes, de même qu'il n'est pas unanimement soutenu par tous les agents des DDAF et de l'Agence de l'eau. Nous observons plutôt que l’évolution du contexte institutionnel et les opportunités stratégiques qu’elle ouvre pour les acteurs publics comme privés conduisent à de nouvelles négociations sur la définition du contour de ces flux. Comment dès lors ces derniers se négocient-ils ? Les ingénieurs font de l'organisation des flux d'eau un problème d'efficacité technique et économique. Comment les acteurs qui s'y opposent parviennent-ils à mettre ces flux en politique ? Nous proposons d'aborder cette dimension en nous penchant sur le cas du projet de « modernisation » de l'association syndicale du canal de Manosque.

Dépolitisations et repolitisations de la rente hydroélectrique : le cas du canal de Manosque (1990-2000)

29Les tensions décrites précédemment émergent en différents lieux de la vallée de la Durance. Elles apparaissent notamment en moyenne vallée, à la frontière entre les différents espaces hydro-politiques : entre l'amont des réservoirs et l'aval des canaux hydrauliques, entre les associations syndicales de la basse vallée et la SCP du littoral provençal. Dès les années 1950, cette zone est convoitée par EDF et plus tard la SCP qui s'intéressent aux canaux d'irrigation de la région.

30Comme nous l'avons vu précédemment, la politique d'aménagement hydroélectrique d'EDF ne concerne pas seulement le barrage de Serre-Ponçon en amont et les usines hydroélectriques de la basse Durance à l'aval, mais aussi une importante chaine hydroélectrique en moyenne Durance, de L'Escale à Cadarache. En effet, le site présente une forte dénivellation et des lieux de rupture de pente. Dès les années 1960, EDF et la SCP s'intéressent aux dotations en eau des canaux de cette région. Ces derniers bénéficient d'une priorité naturelle sur les canaux de la basse Durance plus à l'aval. De plus, ils n'ont pas été intégrés au sein de la Commission Exécutive de la Durance chargée de répartir la ressource en eau en cas de pénurie. Enfin, lors de l'aménagement hydroélectrique, ils se sont vu attribuer d'importants droits d'eau alors qu'ils desservent des surfaces réduites dans cette zone au relief contraignant. Une politique de "modernisation" des arrosages conduirait alors EDF à mettre la main sur d'important volumes d'eau susceptibles d'être turbinés, et la SCP à reprendre les droits d'eau pour desservir les usagers actuels mais aussi de nouveaux, agriculteurs et jardiniers des quartiers résidentiels périurbains.

  • 9 En irrigation de surface, le mode de distribution au tour d'eau consiste à attribuer successivement (...)

31Pour ces raisons, EDF et la SCP s'intéressent de près au devenir du canal d'irrigation de Manosque, situé dans le département des Alpes de Haute-Provence. Ce dernier prélève l’eau de la Durance et, fiché sur les flancs de coteaux de la moyenne vallée, la transporte sur près de cinquante-six kilomètres pour arroser les terrasses de la région manosquine (figure 1). Il traverse treize communes, dont celle de Manosque, et assure l’arrosage de près de 3 900 hectares de terres. Mais depuis les années 1970, le canal présente de nombreux signes de faiblesse et menace de rompre. De plus, la distribution au tour d’eau9 et l’arrosage de surface ne sont plus adaptés aux conditions d’activité des agriculteurs, mais aussi à une population périurbaine de plus en plus importante. À partir de 1990, la SCP, à la demande de l’association syndicale qui en a la gestion, doit reprendre le droit d’eau pour implanter son propre dispositif d’irrigation sous pression (voir figure 3 et 4).

Figure  : Schéma du canal de Manosque

Figure  : Schéma du canal de Manosque

Figure  : Schéma du projet SCP

Figure  : Schéma du projet SCP

Figure  : Comparaison des modes de desserte en eau

Figure  : Comparaison des modes de desserte en eau
  • 10 Cette technique consiste à arroser de manière continue les branches des arbres pendant toute la dur (...)

32Pour EDF et la SCP c’est un moyen de prendre possession de la rente hydroélectrique accordée jusqu’alors à l’association syndicale du canal de Manosque. Mais comme nous l’avons vu précédemment ces dispositifs d’irrigation impliquent de nouvelles régulations dans la distribution de l’eau. Ils sont adaptés à certaines conditions socio-économiques et de travail et n’obtiennent pas en conséquence l’assentiment de tous. Ils posent problème pour les agriculteurs dont le parcellaire est éclaté. Ces derniers doivent multiplier les bornes d’arrosage et donc les abonnements, ce qui augmente sensiblement leur facture d’arrosage. Ils posent problème également pour les arboriculteurs. En effet, ils fournissent un débit d’arrosage insuffisant au regard des stations de pompages que les arboriculteurs ont installées directement sur le canal. En disposant d'un débit instantané moindre, ils doivent étaler les arrosages dans le temps et dans l'espace, pour un coût plus élevé. Surtout, ces dispositifs d'irrigation n’autorisent plus la pratique d’arrosage antigel10 qui nécessite d’importants débits et qui assurait jusqu’alors la très bonne rentabilité de certaines exploitations arboricoles. Fort des structures professionnelles et politiques qui leur ont permis jusqu’alors de s’insérer sur les marchés et de développer leur exploitation agricole, au nom de leur poids politique et économique et de leur légitimité professionnelle, les agriculteurs opposés au projet espèrent forcer les ingénieurs à revoir leurs normes technico-économiques.

33Cependant, au sein de l’arène technique (qui peut prendre la forme d’une déclaration d’utilité publique, d’une étude d’impact, d’une enquête publique, etc.), cumulant les fonctions (maitre d’ouvrage, maitre d’œuvre du futur projet et société fermière en charge de la gestion du canal de Manosque), l’expertise technique de la SCP est hégémonique. Ses ingénieurs ont recours à l’ensemble des savoirs forgés et déjà mis en œuvre par la société parapublique pour l’aménagement hydraulique de la région, comme l’évaluation du besoin en eau des plantes. Ils imposent également leurs normes d’équipement sans que les choix politiques et sociaux qu’elles incorporent ne puissent être discutés. Dans cette arène, les institutions corporatives agricoles ne sont d’aucun recours et les logiques techniques et économiques de ces agriculteurs sont disqualifiées.

34Malgré tout, cette opération fait l’objet d’une mise en politique de diverses natures. D’une part, le directeur de la DDAF des Alpes de Haute-Provence s’appuie sur les nouvelles législations environnementales pour intervenir sur la question du partage des économies d’eau attendues. Ces législations ouvrent un nouveau champ de compétences pour les services déconcentrés. En effet, jusqu’à présent, les économies d’eau générées faisaient l’objet de négociations exclusives entre les groupements d’irrigants concernés, la société parapublique et EDF. Désormais, invoquant le fait que ces débits économisés pourraient être restitués au milieu naturel, le directeur de la DDAF peut discuter leur nature, leur destination et donc l’autorité qui doit en contrôler la redistribution. Faisant des débits économisés un objet technique et juridique controversé, il peut demander à intervenir sur cette question et tenter de faire ainsi valoir un nouveau champ de compétence pour l’État local.

35D’autre part, le projet d’abandon du canal provoque la mobilisation d’habitants « réenracinés ». Ces personnes, qui se sont détournées de l’activité agricole de leur famille pour une carrière professionnelle dans d’autres secteurs en dehors de la région manosquine, sont venues se réinstaller au moment de leur retraite. Ils ont hérité de grands domaines ou, et pour la très grande majorité, d’une partie de la ferme familiale transformée en maison individuelle. Ils montent alors une association de défense du canal en réactivant des réseaux socio-politiques de droite comme de gauche. L’invocation de certains types de flux d’eau joue un rôle particulier dans la reconstitution d’un groupe patrimonial. En effet, en décrivant les circuits de l’eau du canal dans l’espace, en tant qu’ils ont aussi à voir avec différents domaines de la vie sociale, cette association de défense espère enrôler d’autres acteurs à la cause du canal : des riverains du canal, les pêcheurs en Durance, mais aussi les communes. Par ailleurs, en essayant de connecter la question du canal à d’autres affaires environnementales, elle tente d’étendre la cause du canal à toute autre cause relative à la défense d’un milieu.

36Cette association d’opposants au projet travaille alors à exporter la question du canal en dehors de l’arène technique dans laquelle elle était confinée, pour d’autres arènes publiques. Il s’agit pour eux de développer d’autres formes d’argumentations, de s’appuyer sur d’autres types de tribune, d’avoir recours à d’autres auditoires et de faire appel à d’autres autorités. Ils font en sorte que le canal devienne une affaire dans l’arène politique. Pour cela, ils donnent à voir une mobilisation de la population en mettant à l’épreuve le fonctionnement de l’association syndicale. Ils parviennent également à obtenir une tribune dans la presse locale. Bien que se défendant de toute posture partisane, les membres de l’association fournissent en coulisse aux journalistes et aux élus locaux une lecture politique de l’affaire susceptible de résonner avec les clivages au sein de la classe politique locale. Ils travaillent également à importer la question du canal dans l’arène juridique. Pour cela, ils tentent de rassembler les pièces nécessaires et de formuler une argumentation robuste qui oblige et autorise la chambre régionale des comptes et le tribunal administratif à se saisir de l’affaire.

37Cette dispute s’épuise à la fin des années 1990. Le nouveau directeur de la DDAF prend finalement parti pour le projet de la SCP. Forts de leurs ressources techniques et juridiques, les agents de la SCP parviennent également à clore les controverses au sein des arènes politiques et juridiques. Enfin la direction de la SCP qui s’implique alors directement propose un nouveau projet. Il ne s’agit plus de remplacer un dispositif par un autre mais de diviser le périmètre irrigué en deux. La SCP obtient la partie aval du périmètre, tandis que l’association syndicale conserve la partie amont où se concentrent les arboriculteurs les plus réticents au projet. Cette solution permet à la société parapublique de mettre la main sur une partie de la rente hydroélectrique pour redéployer ses infrastructures dans la zone. Elle conduit aussi les arboriculteurs à la tête de l’association syndicale et d’un canal dont la pérennité demeure malgré tout toujours problématique.

38Ainsi, la redistribution de la rente hydroélectrique dans la région manosquine est l’objet de vives luttes socio-politiques entre différentes structures (EDF, la SCP et les services de l’État), élus locaux et groupes sociaux (agriculteurs, grands et petits propriétaires). En tentant de faire entrer l'eau dans des régulations marchandes, EDF et la SCP réactivent finalement un jeu de pluralisme légal et normatif. En s'appuyant sur tel ou tel système de norme, en faisant appel à telle ou telle autorité, les acteurs locaux légitiment leurs droits ou contestent le droit des autres. Ces disputes sont alors marquées par des entreprises de dépolitisation et de repolitisation par les acteurs, en confinant la question du canal au sein d’une arène technique ou en l’exportant dans d’autres arènes politiques et juridiques. Ces disputes ont conduit à une reconfiguration de l’espace hydro-politique avec d’une part le développement des infrastructures de la SCP et d’autre part le maintien du canal de Manosque désormais investi par les arboriculteurs de la région.

Conclusion

39Interroger les processus de marchandisation de l’eau par le biais d’une analyse en termes de flux environnementaux présente donc plusieurs avantages. Cette démarche invite à appréhender ces processus, non seulement sous l’angle de la dépossession, mais également sous celui des modes de gouvernement. Dans notre cas, nous avons vu que le complexe hydroélectrique en Provence Orientale s’accompagne d’un gouvernement par la redistribution de la rente hydroélectrique au centre duquel se trouve EDF, qui s'adjoint par la suite d'un gouvernement par la normalisation des pratiques d'arrosage.

40Cette démarche permet par la même occasion de quitter une lecture trop duale des rapports sociaux entre dominants et dominés pour aborder l’hétérogénéité des groupes sociaux et leurs multiples stratégies concrètes. Elle permet également de mettre en évidence la fabrique de l’espace qui en découle. Nous avons pu ainsi comprendre comment émergent des espaces hydro-politiques en tension entre les associations syndicales des canaux de la basse Durance et la société parapublique du littoral provençal.

41Enfin, cette approche aide à dépasser une lecture trop déterministe des structures économiques et de la technique, pour appréhender les marges de manœuvre qu’un tel système de contraintes laisse malgré tout aux acteurs dominés. Dans notre cas, nous avons constaté que cette géographie des flux n’est pas totalement stabilisée et fait l’objet de négociations. Elle relève toujours d’un pluralisme d’autorités et met en jeu des groupes sociaux en tension dans l’accès à l’eau. Les dynamiques de l’action publique, elle-même traversée par des tensions, ouvrent de nouvelles opportunités stratégiques pour les acteurs publics comme privés qui conduisent à de nouvelles négociations sur la définition des contours de ces flux. Tandis que les ingénieurs d’EDF et de la SCP entreprennent de redéfinir les flux en leur faveur en imposant de nouvelles régulations marchandes dans la distribution de l’eau, d’autres acteurs (agriculteurs, habitants) s’y opposent. La dispute de la rente hydroélectrique est alors l’objet de luttes socio-politiques marquées par des entreprises de dépolitisation (au sein d’arènes techniques) et de repolitisation (au sein d’arènes politiques et juridiques).

Haut de page

Bibliographie

BAKKER K, 2005, Neoliberalizing Nature? Market Environmentalism in Water Supply in England and Wales, Annals of the Association of American Geographers, vol. 95, p. 542-565.

BARRAQUÉ B., 1995, Les politiques de l’eau en Europe, Revue française de science politique, vol. 45, p. 420-453.

BERTIN A., 1960, Le barrage de Serre-Ponçon, pièce maitresse de l’aménagement de la Durance, Revue de Géographie Alpine, vol. 48, p. 625-687.

BODON V., 1998, La défense des intérêts locaux face à l’intérêt général. La cohésion villageoise à l’épreuve de l’aménagement des barrages de Tignes et de Serre-Ponçon, Ruralia, vol. 2, p. 45-55.

BONNEUIL C. et FRESSOZ J.-B., 2013, L’événement Anthropocène. La Terre, l’histoire et nous, Paris, Seuil, coll. Anthropocène, 304 p.

CAPODURO P., 1983, Maîtrise, utilisation et ménagement des eaux en Provence-Alpes-Côte d’Azur, thèse de doctorat en urbanisme, Université de droit, d’économie et des sciences d’Aix-Marseille, 499 p.

CASTELLS M., 1998, La société en réseaux, Paris, Fayard, 613 p.

CLEBERT J.-P. et ROUYER J.-P., 1991, La Durance, Toulouse, Privat, 189 p.

CLÉMENT R. et GALAND A., 1979, Irrigation par aspersion et réseaux collectifs de distribution sous pression, Paris, Eyrolles, 182 p.

DARDOT P. et LAVAL C., 2014, Commun. Essai sur la révolution au XXIé siècle, Paris, La Découverte.

FRESSOZ J.-B., GRABER F., LOCHER F. et QUENET G., 2014, Introduction à l’histoire environnementale, Paris, La Découverte, coll. Repères, 125 p.

FROST R., 1985, The flood of “progress” : technocrats and peasants at Tignes (Savoy), 1946-1952, French Historical Studies, vol. 24, n°1, p. 117-140.

HAGHE J.-P., 1998, Les eaux courantes et l’État en France (1789-1919). Du contrôle institutionnel à la fétichisation marchande, thèse de doctorat en géographie, EHESS, Paris, 686 p.

HARVEY D., 2003, The New Imperialism, Oxford, Oxford University Press, 253 p.

JEAN M., 2011, Les architectes de l’eau en Provence, Arles, Actes Sud, 543 p.

JOHNS A., 2011, La mort d’un pirate, Le Kremlin-Bicêtre, Zones sensibles, 300 p.

LADKI M., 2010, Canaux d’irrigation ou canaux de distribution d’eau brute? Arrangements institutionnels et stratégies organisationnelles autour de la multifonctionnalité des systèmes irrigués gravitaires, thèse de doctorat en sciences de l’eau, AgroParistech, Montpellier, 735 p.

LEFEVRE Max, 1999, Les payeurs doivent être les décideurs, in MARIÉ M., LARCENA D. et DÉRIOZ P. (dir), Cultures, usages et stratégies de l’eau en méditerranée occidentale. Tensions, conflits et régulations, Paris, L’Harmattan, p. 185-194.

MARIE M., 1984, Pour une anthropologie des grands ouvrages. Le canal de Provence, Les Annales de la recherche urbaine, vol. 21, p. 5-35.

MARIÉ M., 1993, Territoires hydrauliques : la Société du Canal de Provence, dix ans après, texte inédit, 71 p.

MOL A. et SPAARGAREN G., 2005, From Additions and Withdrawals to Environmental Flows. Reframing Debates in the Environmental Social Science, Organization and Environment, vol. 18, n°1, p. 91-107.

PICARD J.-F., BELTRAN A. et BUNGENER M., 1985, Histoire(s) de l'EDF. Comment se sont prises les décisions de 1946 à nos jours, Paris, Dunod, 265 p.

PIGNOLY H., 1999, Vers une gestion globale des espaces fluviaux : l’exemple de la Basse-Durance, in MARIÉ M., LARCENA D. et DÉRIOZ P. (dir), Cultures, usages et stratégies de l’eau en méditerranée occidentale. Tensions, conflits et régulations, Paris, L’Harmattan, p. 511-518.

POLANYI K., 2008 (1957), L’économie comme procès institutionnalisé, in CANGIANI M. et MAUCOURANT J. (dir), Essais de Karl Polanyi, Paris, Seuil, p. 53-77.

POUVREAU B., 2003, La politique d'aménagement du territoire d'Eugène Claudius-Petit, Vingtième Siècle, vol. 79, p. 43-52.

RAULOT-LAPOINTE D., 1988, Les relations entre la Société du Canal de Provence et les collectivités publiques des Alpes de Haute-Provence, Mémoire IEP, Université de Droit, d’Économie et des Sciences d’Aix-Marseille, Aix-en-Provence, 119 p.

SELZNICK P., 1949, TVA and the Grass Roots, Berkeley, University of California Press.

SPAARGAREN G., MOL A. et BUTTEL F., 2006, Governing environmental flows: global challenges to social theory, Cambridge, MIT Press.

SWYNGEDOUW E., 2006, Dispossessing H2O: the contested terrain of water privatization, Capitalism Nature Socialism, vol. 16, p. 81-98.

TAVERNIER Y., 1967, Une nouvelle administration pour l'agriculture : la réforme du ministère, Revue française de science politique, vol. 17, n°5, p. 889-917.

URRY J., 2000, Sociology beyond society, London, Routledge, 255 p.

URRY J., 2003, Global Complexity: From the Middle Ages to the Present, Cambridge, Polity, 184 p.

Haut de page

Notes

1 L’auteur remercie les deux relecteurs et Emmanuel Martinais pour leurs précieux commentaires qui ont permis d’améliorer le texte.

2 Séparation de l'eau et de la terre, stockage de l'eau, régularisation des débits par l'intermédiaire d'un barrage, et mise en équivalence d'un débit avec une puissance électrique par l'intermédiaire d'une turbine hydroélectrique.

3 L’opposition de la population au barrage de Tignes (Frost, 1985 ; Bodon, 1998) ou encore l’assèchement d’une nappe de la vallée du Rhône (Picard et al., 1985, p. 74)

4 Pour une histoire sur l'origine des grands ouvrages hydrauliques français, lire entre autres (Marié, 1984, p. 20-25).

5 Les réseaux de canalisation sous pression délivrent automatiquement l’eau à des bornes d’arrosage que l’agriculteur peut ouvrir quand il le désire, disposant alors d’une eau sous pression pouvant être propulsée sous la forme de gouttelettes imitant la pluie. Il peut chaque année s’abonner ou se désabonner, sur la base de débits souscrits, et ne payer que l’eau qu’il consomme.

6 La loi sur l’eau de 1992, puis la directive cadre européenne sur l’eau (DCEE) de 2000 et la Loi sur l’Eau et les Milieux Aquatiques de 2006.

7 Ces techniques consistent à diriger l’eau en usant de la pente dans des canaux en terre et dans des raies creusées au niveau des parcelles. Elles nécessitent suffisamment d’eau pour que l’eau « transporte » l’eau. Une grande partie n’est donc pas consommée pas les cultures et est rejetée dans des rigoles d’évacuation ou s’infiltre dans le sol.

8 Ordonnance du 1ier juillet 2004 relative aux associations syndicales de propriétaires

9 En irrigation de surface, le mode de distribution au tour d'eau consiste à attribuer successivement de l'eau à différents quartiers à différentes individus selon un calendrier établi à l'avance.

10 Cette technique consiste à arroser de manière continue les branches des arbres pendant toute la durée de l’épisode de gel. L’agriculteur forme ainsi une couche de glace sur la fleur qui maintient la température de celle-ci à 0°C.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure  : Aménagement hydroélectrique et hydraulique de la Provence Orientale à partir de (Bertin, 1960)
URL http://journals.openedition.org/geocarrefour/docannexe/image/10269/img-1.png
Fichier image/png, 172k
Titre Figure  : Schéma d'une borne d'irrigation
Légende Clément et Galand, 1979
URL http://journals.openedition.org/geocarrefour/docannexe/image/10269/img-2.png
Fichier image/png, 11k
Titre Figure  : Schéma du canal de Manosque
URL http://journals.openedition.org/geocarrefour/docannexe/image/10269/img-3.png
Fichier image/png, 145k
Titre Figure  : Schéma du projet SCP
URL http://journals.openedition.org/geocarrefour/docannexe/image/10269/img-4.png
Fichier image/png, 123k
Titre Figure  : Comparaison des modes de desserte en eau
URL http://journals.openedition.org/geocarrefour/docannexe/image/10269/img-5.png
Fichier image/png, 143k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Alexandre Gaudin, « Mises en économie de la gestion de l’eau. La constitution négociée de flux d’eau, d’énergie et de capitaux dans le Sud-Est de la France des années 1950 à 2000 », Géocarrefour [En ligne], 91/3 | 2017, mis en ligne le 15 septembre 2017, consulté le 19 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/geocarrefour/10269 ; DOI : 10.4000/geocarrefour.10269

Haut de page

Auteur

Alexandre Gaudin

Montpellier Recherche en Management, Univ Montpellier, Montpellier, France ; AgroParisTech, 75005, Paris, France, alexandre.gaudin@agroparistech.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© Géocarrefour

Haut de page
  • OpenEdition Journals