Navigation – Plan du site
Articles

Le numérique et l'illusion d’un urbanisme rationnel. Le cas de l’élaboration des plateformes 3d

Digital and the illusion of rational urban management. The example of the flow modeling in Lyon
Jérôme Rollin et Clio Hôte

Résumés

Cet article analyse l'élaboration d'une plateforme de modélisation 3D à Lyon (projet « Modélisation urbaine de Gerland » - MUG). Celle-ci a pour originalité de mettre en relation, d'une part une multitude de modèles de flux, qu'ils soient techniques (eau, assainissement, déchets, énergie, etc.) ou qu'ils touchent à des enjeux sociaux ou sociétaux (bien-être urbain, qualité de vie, etc.). Cette modélisation de systèmes complexes mise au point par des opérateurs traditionnels des services urbains et de récentes start-ups fait émerger des promesses d'une gestion rationnelle de la ville, selon laquelle toutes les informations nécessaires à la résolution d'un problème sont accumulées, traitées et prises en considération, lors des choix d'aménagement. L'article montre que cette rationalité n'est qu'illusion puisque le processus de décision laisse apparaître une variété de stratégies parfois contradictoires et des décalages sur les finalités du projet.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Nous remercions Jean-Pierre Lévy et les coordinateurs de ce numéro pour leurs conseils et suggestio (...)

1Dans le monde de l’urbanisme, les acteurs privés spécialisés dans la production d'outils informatiques connaissent un rôle croissant1. Notre article analyse, dans une situation de projet d’élaboration d’un outil numérique, leur façon de se positionner face aux protagonistes de la gestion et de l’aménagement urbains. En affirmant pouvoir créer des dispositifs techniques capables de traiter un nombre de données suffisamment important pour objectiver et appréhender l'ensemble des problématiques urbaines, ils participent à diffuser l'idée qu'une action publique rationnelle est possible.

2Nous étudierons ici l’élaboration d'une plateforme numérique de modélisation systémique à Lyon : le projet de « Modélisation urbaine de Gerland » (encadré n°1). Projet de recherche et développement mené par la Métropole de Lyon, « MUG » est présenté comme un outil d'aide à la décision politique s'appuyant sur la réalisation de simulations d'aménagements. Il offre la possibilité de modéliser, puis de visualiser les dynamiques urbaines pouvant faire l'objet de production et de récolte de données. Son objectif est d'articuler ensemble les modèles sectoriels existants touchant aux flux (eau, déchets, assainissement, etc.) et de les coupler avec d'autres modèles traitant d'enjeux qualitatifs de la vie urbaine. En cela, il est dite « systémique ». Le projet nous intéresse en ce qu’il symbolise la constitution d’un dispositif porté par des coopérations urbaines originales (d'acteurs privés et publics) et porteur d’une dimension rationaliste.

3Cet article s’appuie sur deux cadres d’analyse théorique. D’une part, nous étudierons le dispositif technique « par les instruments » puisque ce choix articule la nature technique de l’outil et le positionnement des protagonistes. Les instruments sont définis comme des « dispositif(s) à la fois technique et social qui organise(nt) des rapports sociaux spécifiques entre la puissance publique et ses destinataires en fonction des représentations et des significations dont il(s) sont porteur(s) » (Halpern et al., 2014, p. 17). L'élaboration de ces dispositifs techniques permet de cadrer une politique publique, dans sa dimension concrète (doctrine mobilisée, outils utilisés, réglementation sollicitée, usages prévus, etc.) et ses systèmes d'acteurs. Elle en légitime certains et en marginalise d'autres. Pour cette raison, étudier la phase d'élaboration de la plateforme de modélisation 3D est particulièrement fécond. Cette démarche permet d’appréhender l’apparition et la diffusion de l’idée que la technologie rend atteignable la « rationalité omnisciente » des politiques urbaines (Desage, Godard, 2005).

4D’autre part, nous nous dégageons de toutes formes de positivisme technologique appliqué à l’aménagement urbain. Si la conception d’une technologie omniprésente est parfois visible dans les sociétés actuelles (Brunner, Ascher, 1992), cette tendance est encore plus notable dans la littérature sur la modélisation urbaine (Clarence, 2002). La toute confiance accordée aux technologies entraîne, de fait, le développement de certitudes quant à la possibilité d'une action publique rationnelle. Ce n'est pas le point de vue défendu dans cet article. Nous considérons effectivement qu'un modèle, comme tous les dispositifs techniques, est le produit d'une action organisée faisant apparaître des stratégies, des logiques, des valeurs ou encore des rapports de force multiples (Arab, 2014). Nous affirmons aussi que les innovations sont travaillées par des formes d'appropriation diverses, que ce soit par les professionnels qui les mettent en place (Delarc, Rollin, 2017) ou par leurs utilisateurs finaux (Peynichou, Rollin, 2016). Nous avançons enfin que de multiples phénomènes battent en brèche le mythe positiviste du modèle : en particulier les incertitudes contextuelles (économiques, institutionnelles, sociétales, enchevêtrement des problèmes à résoudre, etc.) et des systèmes d'acteurs complexes (évolutions organisationnelles, stratégies d'acteurs, etc.). Nous plaidons, au final, pour considérer que l’action relève d’une rationalité limitée, faisant écho à certaines analyses des politiques publiques (Lascoumes, Simard, 2011).

  • 2 Dans les domaines du changement climatique, des prévisions météorologiques, dans les process de pro (...)

5Certains auteurs s'interrogent sur les raisons de l’utilisation croissante des modèles2 (Commenges et al., 2016). En étudiant leur utilisation concrète, ils concluent à leur efficacité dans l'organisation de l'action et dans leur capacité à mettre les acteurs « autour de la table ». Notre approche se veut complémentaire puisque nous nous situons en amont du processus. En étudiant la phase d'élaboration du dispositif, elle interroge le mythe du positivisme à sa source en se demandant en quoi les coopérations d'acteurs porteurs du projet « modélisation urbaine de Gerland » conduisent à la diffusion de l'illusion rationaliste dans le domaine de la gestion et de l'aménagement urbains ? Plus précisément, la gestion des flux, qui est portée par certains acteurs plus que par d'autres, joue-t-elle un rôle particulier dans cette diffusion ?

6Pour répondre à ces questions, des entretiens semi-directifs avec les protagonistes du projet ont été réalisés, parmi lesquels des acteurs publics (Métropole de Lyon) et le consortium chargé de sa mise en œuvre, composé de start-ups (ForCity, The Cosmo Company - voir encadré n°3) et de grands groupes industriels (EDF, Véolia). Ces entretiens semi-directifs viennent en appui d'une étude documentaire et de l'observation d'un séminaire de recherche sur la modélisation urbaine où la plupart des acteurs du projet étaient présents.

7Dans un premier temps, un cadrage théorique nous permettra de montrer que la modélisation systémique est loin d'être une évidence technique et politique. Elle connaît des freins importants mettant à mal l’idée d’une rationalisation de l'action publique. Nous verrons ensuite que le projet MUG bénéficie d'un moteur efficace, c'est-à-dire le consortium d'acteurs privés qui font valoir leurs savoir-faire et répondent à des stratégies industrielles véhiculant un « optimisme technologique » (Ibid.). Nous détaillerons enfin comment l'illusion rationaliste semble se fissurer lors de l'instrumentation de la prospective territoriale, c'est-à-dire quand les acteurs envisagent les usages possibles du dispositif technique.

Encadré n°1 - Gerland : un laboratoire pour la modélisation systémique

Le quartier de Gerland (700 ha) a une place particulière dans l'agglomération lyonnaise3. Il accueille environ 30 000 habitants et présente une croissante démographique rapide (+17% entre 1999 et 2006 contre 6% en moyenne à Lyon). Les opérations d'aménagement et le foncier disponible expliquent ces chiffres. Selon la Mission Gerland, échelon de proximité de la Métropole, le quartier accueille 30 000 emplois (dont 5000 dans le secteur High Tech), 2000 entreprises, 3000 étudiants, 2000 chercheurs et enseignants chercheurs.

  • 4 Entretien avec le directeur de ForCity le 15 décembre 2015

Le discours sur le quartier est partagé. La notion de diversité est mise en avant par la start-up ForCity : « Il y a tout à Gerland, les problématiques des déchets, des transports, beaucoup de travaux de rénovation, la question d’intégration sociale avec un territoire coupé en deux, c'est-à-dire les zones populaires en difficulté au sud et, en contraste, le développement économique du nord. Il y a un port et les industries de biotech. Il y a tous les ingrédients possibles, tous les défis concentrés sur le quartier. Il y a beaucoup de transformation immobilière, avec des loyers qui augmentent, sans doute de la gentrification4. »

Figure 1 - Localisation du quartier de Gerland à Lyon

Figure 1 - Localisation du quartier de Gerland à Lyon

Réalisation : C. Hôte, J. Rollin.

© Rollin, mars 2017

Figure 2b – L’urbanisation du quartier : rue Pré Gaudry

Figure 2b – L’urbanisation du quartier : rue Pré Gaudry

© Rollin, mars 2017

Figure 3a – Activités économiques : port Édouard Herriot

Figure 3a – Activités économiques : port Édouard Herriot

© Hôte, octobre 2016

Figure 3a – Activités économiques : projet UrbanGarden

Figure 3a – Activités économiques : projet UrbanGarden

© Rollin, mars 2017

Nature et usage de la modélisation systémique

8Une lecture « par les instruments » de la modélisation systémique permet d’en saisir les dimensions techniques et politiques. Trois parties structurent notre analyse car l'instrument est considéré comme un moyen de stabiliser les représentations d’une politique publique, comme un outil permettant de problématiser l'enjeu de l'action publique et comme « un point de passage obligé » pour la mener à bien (Lascoumes, 2007).

La modélisation systémique porte-t-elle une représentation particulière de la prospective territoriale ?

9Les plateformes de modélisation systémique ayant des objectifs de prospective territoriale se multiplient aujourd'hui pour deux raisons essentielles. D'une part, elles se développent dans le contexte prégnant de la « société du risque » (Beck, 2001), incertaine et réflexive (Giddens, 2004). Face à une complexité urbaine grandissante, les acteurs de la ville recherchent des outils pour rendre leurs choix rationnels, comme en atteste le développement des produits liées à la ville intelligente (smart grids, civic tech, etc.). Ils tentent en fait de faire face, dans des contextes urbains divers (métropoles, villes moyennes, espaces périurbains, etc.), à des mutations sociales nombreuses (transitions écologiques, crises économique et financière, diffusion et démocratisation du numérique, évolutions institutionnelles, etc.).

10D'autre part, s'ajoutant à cette complexité urbaine, le paradigme du développement durable, selon lequel la ville est un assemblage de processus naturels et sociaux, conduit à une forte technicisation de la gestion et de l'aménagement urbains (Coutard, Lévy, 2010). Corrélativement à ce changement paradigmatique, le monde opérationnel est marqué par la part de plus en plus importante prise par les sciences de l'ingénieur, qui se concrétise dans les méthodes, les outils ou les profils des professionnels de l'urbain, ouvrant non seulement la porte à une quête de rationalisation de l'action publique, mais aussi à des organisations et à des structures aux compétences très spécifiques, marquées par des savoir-faire informatiques pointus. Bien souvent, ces nouveaux acteurs interviennent dans l'élaboration des nouveaux dispositifs techniques de la prospective territoriale.

11La phase d'élaboration du dispositif de modélisation systémique doit ainsi conduire à un alignement des représentations des différents acteurs concernés. Pour que l'instrumentation soit complète, celui-ci doit s'imposer comme l'unique solution de rationalisation de l'action publique en situation urbaine complexe. Cela doit faire partie de l'analyse empirique du projet.

Quelles sont les potentialités de la modélisation systémique ?

12Selon sa définition ancienne et ordinaire, la modélisation est un processus qui revient à « simplifier le réel, pour mieux le comprendre » (Griset, Thierry, 2011). Aujourd'hui, alors que les modèles se basent sur une accumulation de données numériques et une capacité de calcul jamais atteinte, cette définition basée sur le principe de simplification tend à être moins utilisée puisque l’on met davantage en valeur leur capacité à fournir des représentations quantitatives d’un objet ou d’un phénomène (Varenne, Silberstein, 2013). Ils fournissent alors une analyse prédictive (Bulle, 2006). Un modèle peut avoir comme objectif de donner une vision du fonctionnement global d'un réseau d'eaux usées. Il doit alors prendre en compte l'ensemble des informations ayant un impact sur le réseau : débits, dimension des canalisations, pentes, forme, etc. Le modèle réalisé peut alors révéler d'éventuels dysfonctionnements ou problème spécifique à résoudre (comme une fuite pour un réseau d'eau potable).

13S’appuyant sur cette définition, la plateforme de modélisation MUG a pour objectif d'être systémique, c’est-à-dire d’articuler une multitude de modèles et de prendre en compte les comportements sociaux. D’une part, les origines de l’ambition systémique de la modélisation urbaine apparaissent après la Seconde guerre mondiale lorsque cette technologie se déploie. Les déplacements urbains sont d’abord concernés afin d'agir sur le trafic urbain et sur la gestion des stationnements (Gardon, 2011). Dans les années 1970 - 1980, la gestion centralisée des flux offre la possibilité de modéliser, en un seul lieu (Lancelot, 1985), les flux de matières (eau, déchets, etc.), de personnes (automatisation de certains métros) et de véhicules avec les feux de signalisation (Laterrasse, 1988). S’appuyant sur cette diversification des modèles, les collectivités locales, dans les années 1990, réalisent des couplages (Debizet, 2011). Un modèle de trafic routier peut ainsi être articulé avec un modèle de transport public, ce qui permet d’interroger l'intermodalité des mobilités. De même, un modèle de flux d'individus s'installant dans un quartier peut être couplé avec un modèle d'alimentation en eau potable ou d'assainissement, ce qui peut servir à prévoir le dimensionnement d'infrastructures. L’ambition d’appréhender le « système urbain » dans sa globalité émerge peu à peu, en considérant comme opératoire la mise en relation de nombreux modèles. Mais les incertitudes techniques et organisationnelles liées à un tel projet sont nombreuses (Voiron-Canicio, 2005).

14D’autre part, à la complexité d’une lecture systémique s’ajoute le défi de la modélisation des comportements sociaux. Plusieurs disciplines de sciences humaines et sociales la pratiquent comme la géographie (Pumain, 2000 ; Langlois et al., 2015), l’anthropologie ou encore en psychologie environnementale (Mathieu, Schmid, 2014 ; Ramadier, 2010). La véritable difficulté à laquelle est confrontée les acteurs du projet MUG est d'articuler les modèles issus des sciences sociales avec ceux issus des sciences de l'ingénieur. Pour des raisons qui tiennent à des différences épistémologiques et méthodologiques, le couplage de ces deux types de modèles fait risquer des erreurs d'interprétation. Alors que les premiers sont créés à partir de recherches empiriques préalables, les seconds partent d'hypothèses préétablies pour être ensuite ajustés progressivement au fur et à mesure des tests. Ainsi, pour modéliser la ségrégation sociale, un informaticien part d’hypothèses générales sur les relations entre individus (Delahaye, 2006), alors que les sciences sociales prennent en compte des données institutionnelles, urbaines ou liées à la construction des représentations (Mathieu, Schmidt, 2014).

15Cette analyse montre combien les caractéristiques de la plateforme étudiée cadrent la prospective territoriale. En visant la mise en place d'un modèle systémique prenant en compte les comportements sociaux, elle problématise l'enjeu vers une vision englobante des questions urbaines.

Comment la modélisation systématique peut-elle être utilisée ?

16L'instrument d’action publique constitue, selon Pierre Lascoumes (2007), « un point de passage obligé » de l’application d’une politique urbaine, comme les obligations de mesure, d'information du public et la constitution d'un réseau associatif de surveillance dans le cadre de la lutte contre la pollution atmosphérique. Cette réflexion invite à prendre connaissance des usages des instruments et de leurs finalités.

17Les dispositifs numériques se développent dans l'instrumentation de l'action publique. Le cas des budgets participatifs créés par la Ville de Paris en est un bon exemple puisqu’ils permettent aux citoyens de s’exprimer sur un site Internet (Douay, 2016). Dans ce cas, la finalité du dispositif technique est balisée et il constitue un des points de passage obligés de l'instrumentation de la participation. Dans notre cas, en revanche, une plateforme de simulation des choix d'aménagement peut être utilisée dans des contextes variés : lors de séances de participation et de concertation avec des habitants, lors de séances de travail techniques ou stratégiques en présence de techniciens et/ou d'élus, avec des acteurs privés et/ou acteurs publics. Elle peut aussi être mobilisée au moment de phases de planification, de réflexion autour d'une opération d'aménagement ou de travaux de gestion urbaine. Il peut donc être difficile de définir une cohérence immédiate entre le dispositif technique et la finalité de l'instrument.

18Ce n'est pourtant pas toujours le cas, notamment dans le cadre de la « modélisation d'accompagnement » (collectif ComMod, 2005). Il s’agit d’outils et de processus permettant aux acteurs d'un projet de partager des savoirs et des processus de décision. Les acteurs « apprennent collectivement en créant, modifiant ou observant des simulations puisque simuler, c’est agir sur le processus de décision, en créant ou modifiant des représentations » (Chlous-Ducharme et al., 2008). À l’inverse de la plateforme MUG, la modélisation d’accompagnement n’est pas un produit « clés en mains », élaboré par un acteur extérieur mandaté. Elle est un « passage obligé » dans la mesure où elle fait partie intégrante de la co-construction d'un projet. Ce cadrage nous invitera donc à nous intéresser aux finalités de la plateforme MUG, pour savoir si elles sont définies et partagées. Cela constitue un pan fondamental de l’analyse.

19Ainsi, notre démarche est d'interroger la cohérence du dispositif technique au vu des trois critères qui viennent d'être exposés. En effet, les acteurs de l'élaboration de la plateforme MUG arriveront d'autant plus facilement à imposer une illusion rationaliste qu'ils convaincront de l'efficacité de la modélisation systémique, qu'ils en feront un « passage obligé » de l'action publique et qu'ils imposeront une représentation partagée. La prochaine partie vise à présenter de façon détaillée le dispositif technique étudié afin de tester ces différents questionnements.

La circulation de l'illusion rationaliste

20Cette partie vise à analyser la circulation de l'illusion rationaliste véhiculée par les acteurs de la plateforme de modélisation systémique. Depuis les financeurs jusqu'aux acteurs privés et publics, l'idée qu'un dispositif technique permettra de résoudre les maux urbains est peu remise en question. Les liens historiques et étroits entre les protagonistes du projet jouent un rôle important dans cette dynamique.

Les financeurs du projet en quête de technicité

  • 5 Lancée par le Ministère de l’égalité des territoires et du logement en octobre 2008 à l'issue du Gr (...)
  • 6 La participation de l'État s'élève à 511 538 €, celle du Grand Lyon à 950 000 €, les fonds privés à (...)
  • 7 Commissariat général à l'investissement, Investissements d'avenir : cahier des charges Villes de de (...)

21Analyser les sources de financement de la plateforme permet d'en savoir davantage sur son cadrage technique et politique. Le projet MUG fait partie de la démarche lyonnaise ÉcoCité5, labellisation permettant à la Métropole de recueillir des financements de l'État (10 % du projet6). Ce dernier établit des critères de sélection de projets confirmant une volonté d'approche globale, en faveur d’une ville « saine, économe, adaptable, robuste, abordable, attractive, grâce à une approche intégrée et innovante des transports et de la mobilité, de l'énergie et des ressources, de l'organisation urbaine et de l'habitat7. » La Caisse des Dépôts et des Consignations, chargée de la mise en œuvre du programme de financement, confirme ce point de vue et révèle un optimisme technologique important. Cette dépendance à la technologie se retrouve à l’échelle des petits projets qui composent chaque ÉcoCité. Les initiatives sont très diverses (bâtiment à basse consommation d’énergie, autopartage électrique, monitoring urbain, centrale hydroélectrique) et les technologies employées variées (tags NFC, modélisation, réseaux intelligents).

  • 8 Délibération n°2013-3945 du Conseil de Communauté du Grand Lyon, 27/05/2013.
  • 9 Délibération n° 2014-4510, op.cit.

22Les projets ÉcoCités sont présentés de façon sectorielle (énergie et réseaux, mobilités, bâtiments et usages, conception urbaine et environnement, services urbains innovants), alors que la vocation de MUG est bien de développer une vision globale et transversale de la ville. Ce positionnement permet à la Métropole de justifier les raisons de sa participation au financement du projet. Parmi les projets proposés par la collectivité, le projet MUG est retenu en 2013, car il propose « une approche systémique innovante dans la modélisation des systèmes complexes permettant la résolution des problématiques associées8. » Cette validation acte une part importante du financement du projet par la collectivité (environ 28 % du projet9), dans un contexte où les expérimentations et les innovations sont considérées comme stratégiques.

23Si les financements publics sont importants, les fonds privés mobilisés sont nettement majoritaires (un peu plus de 60%), ce qui laisse tout de même une marge de manœuvre aux membres du consortium chargés de l'élaboration de la plateforme.

Encadré n°2 : Le calendrier de l'élaboration du projet

Les 33 mois initialement prévus pour l'élaboration de la plateforme sont divisés en trois phases à partir de 2014. La première année correspond à la mobilisation des partenaires du projet afin qu’ils définissent les thématiques essentielles et questions prioritaires au regard des enjeux du quartier. La deuxième phase, de 18 mois, correspond au développement des modèles. La dernière phase, au test des résultats.

La force symbolique de l'élaboration technique de la plateforme

  • 10 Journée d’échange scientifique MUG, Mission Gerland, Lyon,14 avril 2016
  • 11 Délibération n° 2014-4510, op. cit.

24Le discours des promoteurs des solutions systémiques est axé sur la performance, sur la rationalisation des choix. Un expert de l'entreprise The Cosmo Company (encadré n°3) l’explique en parlant de la gestion urbaine : « On touche du doigt les limites de l'homme en termes de connaissances et de traitement de l'information, il faut optimiser pour pouvoir rationaliser les choix (…) On peut dépasser les capacités humaines par le calcul10. » Ces références au corps humains ne sont pas liées au hasard puisque cette start-up réalise des modèles au profit de l’industrie pharmaceutique. Cela inspire aussi la Métropole de Lyon, pour qui le projet MUG doit « s’inspirer de la modélisation biologique du vivant pour instancier différents paramètres urbains (mobilité́, énergie, démographie, émissions de gaz à effet de serre, etc.)11. » Dans le contexte du quartier de Gerland, cette évocation de l’activité pharmaceutique symbolise l’industrie de pointe, symbole de modernité.

Encadré n°3 : Portraits de start-ups

La start-up ForCity a été créée fin 2013, à l'initiative de deux ex-cadres de Veolia, François Grosse (Direction générale de Veolia environnement) et Thomas Lagier (Recherche et Innovation). Son but est de développer des plateformes de modélisation permettant de fournir un support de réflexion pour la gestion des flux et les opérations d'aménagement. Elle exerce ses activités en France et notamment à Hong Kong, Dubaï, Singapour.

The Cosmo Company est créée en 2010. Michel Morvan, son actuel président, a été responsable de l'innovation de Veolia Environnement. Dès 2011, elle prend part au programme d'accompagnement Veolia Innovation Accelerator lui permettant de développer des partenariats avec Veolia Environnement. L'entreprise édite des logiciels qui proposent des solutions de modélisation et de simulation de systèmes complexes, dans les domaines de l'industrie pharmaceutique, de la planification urbaine, des réseaux énergétiques et de transports.

  • 12 ForCity, Présentation du projet Modélisation urbaine de Gerland - projet EcoCité Gerland.

25L’approche systémique défendue par le mandataire du projet, c’est-à-dire l’entreprise ForCity, est illustrée ici par un schéma réalisé à partir des entretiens menés avec l’ensemble des parties prenantes de MUG (fig. 4). Selon la start-up, les enjeux urbains se regroupent en quatre ensembles12, le territoire, l'économie, les Utilities et l'environnement. Les dimensions peuvent se recouper, comme l'eau, l'énergie et les déchets qui sont schématiquement présentés dans les catégories environnement et utilités. De même, l'usage du sol, les emplois et la population sont considérés comme des enjeux de territoire et d'économie.

Figure 4 - La vision systémique de la gestion urbaine par ForCity

Figure 4 - La vision systémique de la gestion urbaine par ForCity

ForCity, Veolia, Smart City - ForCity - Plaquette publicitaire, 2016

26Ce schéma révèle le travail de conceptualisation réalisé dans les phases amont de l'élaboration de la plateforme. Il montre un fonctionnement théorique plus qu’empirique. Il est étonnant de constater que, par exemple, le domaine du bâtiment est un enjeu de territoire et d'utilities, mais qu'il n'a pas d'impact en matière d'environnement et d'économie. De même, la santé est seulement considérée du point de vue environnemental, ce qui semble surprenant lorsque l'on connaît l'importance de l’industrie pharmaceutique à Gerland. Selon ce schéma, qui a vocation à être reproduit dans d'autres villes, les relations entre les enjeux urbains sont parfois simplifiées, parfois exagérées.

Les stratégies industrielles inhérentes à la modélisation des systèmes complexes

  • 13 En particulier dans le domaine des transports (Gardon, 2011).

27Le positionnement des groupes industriels dans le domaine de la modélisation n'est pas récent. Le recours croissant à cette technologie est étroitement lié à leur rôle dans la gestion des services techniques. Auparavant développée et mobilisée par l'administration13, elle est, à partir des années 1980, employée par les acteurs privés qui profitent de la diffusion de logiciels étrangers (Chatzis, 2011). Dans un contexte de mise en concurrence, la diminution des coûts est capitale pour les entreprises. Les multinationales exerçant leur activité de façon sectorielle (Daniélou, 2013) comme Suez (électricité, gaz, eau, déchets) et Veolia (eau, propreté, transport, énergie), développent alors des outils informatiques (Dupuy, 1992) ayant pour but d'améliorer la rentabilité des réseaux. Mais la modélisation systémique nécessite davantage de compétences informatiques, ce qui pousse certains groupes à coopérer, voire à déléguer cette opération à des start-ups. C'est ce contexte qui conduit à la formation du consortium.

  • 14 Entretien avec le directeur de ForCity le 15 décembre 2015.

28Les premières réflexions sur le projet débutent en 2011. À cette période, le Président et le Directeur général de la start-up Forcity, alors employés par l'entreprise Veolia, mènent des expériences similaires de modélisation systémique à Mexico et Singapour14. Dans le premier cas, des réflexions sont menées pour créer des liens entre les enjeux comme la distribution d'électricité, l'insécurité (éviter les coupures intempestives) et la réalisation d'un tramway en évitant les conflits d'usages (travailler sur le tracé). Au même moment, Singapour produit la même demande liant plusieurs dimensions de la gestion urbaine. Dès cette époque, Veolia et EDF collaborent à plusieurs reprises sur ces mêmes questions de modélisation urbaine. L'écosystème créé pour l’élaboration de la plateforme MUG est donc particulièrement favorable.

29Cette origine industrielle du projet MUG et les liens interpersonnels entre les fondateurs des deux start-ups (The Cosmo Company et ForCity) et les services de Veolia facilitent les coopérations. Des formes d'accords gagnant - gagnant sont favorisées par ces parcours individuels. Les liens sont parfois si étroits qu'une ambiguïté sur l'identité de l'entreprise chargée de créer la plateforme peut apparaître15. Veolia et EDF apportent un savoir-faire dans des secteurs particuliers. Par exemple, la multinationale est l'entreprise qui bénéficie de la délégation de service public en matière de gestion de l'eau et de l'assainissement dans la métropole lyonnaise. De leur côté, les start-ups apportent leur capacité à innover et à porter un discours sur la prise en compte du territoire.

30Au-delà des savoir-faire, les opérateurs traditionnels apportent leur stabilité et des processus de travail établis, quand les start-ups prennent des risques et testent davantage de produits. Le montage opérationnel du projet MUG illustre ce type de complémentarité et montre que le système d'acteurs est traversé par une multitude de stratégies industrielles. Ainsi, la prise en compte des flux dans la plateforme MUG relève de logiques économiques et d’ambitions locales privées. Les intérêts industriels, fruits d’une collaboration antérieure entre des groupes privés (EDF et Veolia par exemple) et avec des entités territoriales (Veolia et la Métropole) sont déterminants. Ils illustrent une cohérence du système d'acteurs, lequel fait émerger l'idée d'une rationalisation de l'action publique par la modélisation systémique.

La diffusion de l'idée d'une rationalisation de l'action publique

  • 16 Délibération n° 2014-4510, op. cit.
  • 17 Entretien avec un chargé de projet de la Métropole de Lyon le 14 décembre 2015

31Dans une volonté de rendre optimal son fonctionnement, la collectivité exige que la plateforme apporte des réponses sur le développement économique, la qualité de vie, l’intégration sociale et le fonctionnement global de la ville16. L'objectif de la rationalisation de l'action publique par la technologie est autant présente chez l'acteur privé que public : « la promesse de MUG, c'est quand même de coupler l'économie, l'habitat, les transports, l'énergie, la voirie, la propreté… on y va joyeusement. D'habitude, le plus souvent, on couple deux choses, par exemple avec une entrée énergie17. » Le dispositif organisationnel est ici important dans la mesure où la Mission Gerland s'empare de son rôle de relais de terrain pour promouvoir cette logique de quartier.

  • 18 Ibid.

32Mais ces discours masquent une absence de garantie sur le bon fonctionnement de l'outil : « je n'ai pas d'exemples en tête, parce que ce que je connais de la modélisation, ce sont les exemples de Mexico et Singapour que le groupement nous a montrés. On voit bien que là, on est sur des terrains vierges d'une telle importance que la modélisation fait consensus (...) Est-ce que ça va marcher à Gerland où le tissu urbain est constitué ? Ils n'ont pas caché les choses, chaque modèle présente des incertitudes, des imprécisions18. » Malgré cela, les attentes quant à ce nouveau dispositif sont grandes. Pour les plus optimistes des agents, il pourrait permettre de lutter contre des idées reçues ou fausses intuitions, comme l'efficacité du prolongement d'une ligne de métro en termes de réduction de la pollution atmosphérique.

33Ces derniers éléments posent nécessairement la question de l'usage du dispositif technique. L'illusion rationaliste semble en effet s'envoler lorsque l'on envisage son utilisation en situation réelle.

L'illusion rationaliste aux prises avec le réel

34L'élaboration concrète du dispositif, ainsi que les premières réflexions sur les usages possibles de la plateforme laissent entrevoir les failles dans le mythe de la rationalisation de l'action publique : fragilité de la doctrine, désaccord sur la faisabilité de la production, interrogations sur finalités, incertitudes sur la propriété intellectuelle sont autant de difficultés qui mettent à mal l'illusion rationaliste ou qui, au contraire, favorisent un « désenchantement idéologique » (Desage, Godard, 2005).

Du côté du consortium : les incertitudes techniques

  • 19 Karine Dognin-Sauze dans : Agence d'urbanisme de l'aire métropolitaine lyonnaise, Modélisation Urba (...)
  • 20 Entretien avec un chargé de projet à EDF, le 4 janvier 2016
  • 21 Agence d'urbanisme de l'aire métropolitaine lyonnaise, MUG... op. cit.
  • 22 Entretien avec un membre du consortium MUG, décembre 2015

35Les porteurs du projet lui confèrent une capacité à prendre en charge des objectifs abstraits comme la « qualité de vie » et « l'intégration sociale ». Ils témoignent leur volonté d’inscrire et de traiter les problématiques d’inégalités socio-spatiales. Du côté de l’acteur public, le quartier de Gerland étant un lieu de cohabitation entre des publics précaires et des industries de pointe, l’enjeu est de savoir comment atténuer les fractures spatiales, sociales et économiques19. Ce discours laisse apparaître une appréciation territoriale maîtrisée qui tranche avec le vocabulaire abstrait des membres du consortium. Le concept de « vivre ensemble » est mobilisé par un représentant d'EDF20. L'un des dirigeants de ForCity, quant à lui, préfère le terme très générique « d'équilibre social21 » alors que d'autres parlent de « ségrégation sociale » ou de « mixité sociale22 » de façon désordonnée.

Figure 5a – Les fractures : Cité Jardin de Gerland

Figure 5a – Les fractures : Cité Jardin de Gerland

© Rollin, mars 2017

Figure 5b – Les fractures : Parc scientifique Tony Garnier

Figure 5b – Les fractures : Parc scientifique Tony Garnier

© Hôte, octobre 2016

36Les connaissances et les représentations s'opposent assez largement. Du côté de la Métropole, la connaissance territoriale permet de décrire des phénomènes urbains assez finement, sans mobiliser un niveau d'abstraction important ; mais nous avons montré qu'elle nourrissait des objectifs incertains, voire illusoires. Du côté des acteurs privés, en particulier des start-ups, le manque de culture dans le domaine de la gestion urbaine amène à l'emploi de concepts peu opérants ; à l'inverse, leurs capacités techniques et scientifiques dans le domaine de la modélisation imposent un principe de réalité puisque les incompréhensions peuvent être importantes. D’après un représentant de ForCity :

  • 23 Ibid.

« Dans le projet MUG, la Métropole dit que les problématiques de ségrégation sont importantes à intégrer, qu'elles soient subies ou volontaires. Le Grand Lyon nous a indiqué qu'il fallait consulter huit personnes en interne sur ce sujet. Lors de la réunion avec elles, il y a eu une séance langue de bois formidable : "il n’y a pas de ségrégation, il y a l’égalité pour tous". Pour contourner cela, nous allons voir des experts nationaux sur le sujet. Mais dans tous les cas, pour faire une modélisation sur ce type de sujet, il faut s’accrocher23. »

  • 24 Entretien avec un chargé de projet à EDF, le 4 janvier 2016

37L'intégration d'enjeux et de critères désignés comme « mous », c'est-à-dire subjectifs et non quantifiables, engendre une certaine perplexité. Du côté d'EDF, les spécialistes insistent sur le fait que modélisation urbaine et enjeux sociaux sont peu associables : « On ne sait pas modéliser des critères sociaux. La modélisation apporte des éléments pour essayer de quantifier un peu ces grandes questions sociales, dans ses grandes tendances, mais ça ne serait pas crédible si EDF disait l’inverse24. » De ce point de vue la modélisation peut essayer d’intégrer certains critères, mais pas l’intégralité de l’enjeu flou du « vivre ensemble ». Face à l’ensemble de ces difficultés et incompréhensions, la doctrine de la Métropole tend à se fissurer.

Du côté de la Métropole : la fragilisation de la doctrine

  • 25 Entretien avec un agent de Grand Lyon, DPDP, le 18 mars 2015.

38La Métropole de Lyon instaure un dispositif organisationnel afin de développer une réflexion sur la façon de modéliser des dynamiques urbaines liées au cadre de vie. La Direction de la Prospective et du Débat Public (DPDP) mène un travail de définition préalable. Cette direction a l’habitude de travailler avec des « veilleurs », experts extérieurs missionnés pour l’investigation et l’analyse ponctuelles de sujets spécifiques. Pour MUG, quatre veilleurs ont été mobilisés pour répondre à la commande25. Ces veilleurs sont des chercheurs en sciences sociales et en économie. Ils ont pour mission de déterminer des indicateurs pertinents permettant de répondre aux exigences de la gestion qualitative urbaine.

39Les travaux de cadrage résument la complexité de la démarche qualitative initiée par la Métropole. Rapidement, les auteurs s’interrogent sur la possibilité de quantifier avec des données adaptées aux systèmes informatiques, des concepts peu définis et subjectifs (Boutaud, 2016 ; Polère, 2016). Aux études sur le « bien-être » et la « cohésion sociale » s'ajoute celle sur la « qualité de vie » portée par l'Agence d'urbanisme de l'agglomération lyonnaise. Celles-ci débouchent sur des pistes méthodologiques : adaptation d'indicateurs existants sur le développement humain ; réalisation d'enquêtes sur les facteurs de satisfaction de vie a priori subjectifs (taux d'emploi, revenu, accessibilité des services, etc.) ; mobilisation des acteurs - experts du territoire. Reste que des problèmes de taille persistent comme la question de la subjectivité du bien-être urbain, l'échelle des enquêtes à mener et de l'évolutivité du système dans un contexte de croissance urbaine.

40À ces questions méthodologiques s'ajoutent des prises de position discordantes au sein même de la doctrine élaborée par la DPDP au sujet de la modélisation urbaine. Par exemple, selon l'un des veilleurs mobilisés, le dispositif technique n'a pas de valeur intrinsèque « La simulation est un discours sur le réel même si elle a des apparences de nouvelle technologie éblouissante d’objectivité technique 26! » Un autre chercheur voit dans la modélisation un outil pour la prise de décision27. Il la définit à partir de sa finalité, ce qui suppose de se concentrer sur les simulations effectuées par la plateforme.

Le flou autour des finalités du dispositif technique

41La mise en place d'instruments correspond à une technicisation de l'action publique ou, tout du moins, à sa dépolitisation (Lascoumes, Le Galès, 2004). Cela suppose une certaine autonomisation des instruments dans l'application d'une politique publique. Mais encore faut-il être en mesure de déterminer la finalité du dispositif. Un des experts de la DPDP rappelle que la modélisation systémique peut avoir plusieurs usages et notamment de démocratie participative où les habitants interviennent dans des simulations, paramètrent le modèle, construisent des scénarios d’aménagement28.

  • 29 Entretien avec un agent de la Métropole, décembre 2015.

42Or, l'absence de réflexion préalable sur l'utilité de la plateforme MUG est une caractéristique notable du projet. Du côté des acteurs opérationnels de la Métropole, la question reste en suspens : « La Métropole a la jouissance de la plateforme pendant dix ans. Comment on va s’en servir ? On fait quoi avec ? À travers les simulations d’aménagement, on devrait pouvoir savoir si des politiques déséquilibrent l’ensemble urbain. Si c'est le cas, comment on réagit ? Que peut-on faire29? » Lors de l'élaboration de la plateforme, la confrontation avec les usages finaux est ainsi redoutée et l'absence de cadrage initial inquiète. Cela s’explique d’autant mieux que les outils informatiques font l'objet d'appropriations plurielles, en fonction des individus et des contextes d'action (Nonjon, Marrel, 2015). L'absence de cadrage initial de la part de la Métropole est peut-être liée à la dépolitisation du dispositif, mais elle s'explique surtout par une autonomie importante laissée au consortium élaborant le projet.

Conclusion

43Dans le contexte du numérique fleurissant, la modélisation urbaine systémique projetée à Gerland est largement considérée comme un moyen de rationaliser l'action publique. En promettant d'optimiser les choix, de garantir les bonnes décisions, d'anticiper les évolutions urbaines, et, en d'autres termes, de proposer une « rationalité omnisciente », elle semble être un antidote solide au « désenchantement idéologique » traversant les politiques locales. Sur ce plan, la plateforme numérique MUG semble une réussite dans la mesure où elle engendre une diffusion rapide de l'idée d'une action publique rationnelle. Nous avons montré que les raisons, mais aussi les freins à la diffusion de cette idée, apparaissent en détaillant le processus d'élaboration du dispositif technique.

44Pour cela, le cadre d'analyse des instruments d'action publique est particulièrement approprié, d’où notre choix d'adapter la grille de lecture de Pierre Lascoumes (2007) à notre cas. D'une part, le dispositif technique étudié est effectivement présenté par ses auteurs comme un outil permettant de problématiser l'enjeu de la prospective territoriale. En rappelant l'importance du raisonnement systémique et en prenant à bras le corps le défi de la modélisation des comportements sociaux. D'autre part, ces acteurs misent effectivement sur l'injonction sociétale à la prise en charge d'une complexité urbaine. Par leur discours, par la présentation de leurs initiatives à l'étranger et en essayant de bousculer des idées reçues, les promoteurs du projet arrivent à cadrer les représentations sur l'enjeu de la simulation urbaine : dans un monde incertain, l'outil numérique est tout à fait stratégique pour agir rationnellement.

45Toutefois, la cohérence du projet bute sur le dernier critère de définition, c'est-à-dire la conception de l'instrument comme « passage obligé » d'une politique publique. À ce titre, le parti pris méthodologique d'analyser l'élaboration permet de rendre compte de la liberté du consortium d'acteurs privés. La Métropole n'ayant pas de visibilité sur les finalités du projet, elle n'est pas en mesure de cadrer le dispositif technique. Elle s'en trouve alors marginalisée puisque réduite à travailler sur un défi incertain : la prise en compte par la plateforme MUG des enjeux qualitatifs de la ville. À l'inverse, les autres protagonistes ont à gérer la mise en système des modèles classiques, en particulier les modèles de gestion des flux. Ils avancent en terrain connu et maîtrisent soit des compétences informatiques de mise en système, soit des métiers sectoriels précis, ce qui leur permet de gagner une forte légitimité.

46Au final, l'illusion d'une action publique rationnelle est largement liée aux systèmes d'acteurs des projets d'élaboration des dispositifs numériques. Ses promoteurs s'appuient sur une formule simple consistant à considérer que leur outil permet de décomplexifier la ville et la gestion urbaine. Reste que cette formule, quasi mathématique, élabore une équation en oubliant les grandes incertitudes liées aux usages, à l'appropriation, à l'instrumentalisation politique ou encore à l'entretien et à la mise à jour des dispositifs techniques.

Haut de page

Bibliographie

ARAB N., 2014, L’urbanisme en action. Pratiques et innovations, Habilitation à diriger les recherches, Vol. 2., Université Paris-Est.

BECK U., 2008, La société du risque : sur la voie d'une autre modernité, Paris, Flammarion, 521 p.

BOUTAUD A., 2016, Mesure le bien-être à l'échelle d'un projet urbain ? Un tour d'horizon des méthodes de quantification du bien-être social, Métropole de Lyon, Direction de la prospective et du dialogue public, 27 p. www.millenaire3.com

BULLE N., 2006, Modèle et sciences humaines, in S. MESURE, P. SAVIDAN (dir.), Dictionnaire des sciences humaines, Paris, PUF, p. 781-784.

BRUNNER R.D., ASCHER W., 1992, Science and Social Responsibility, Policy Sciences, 25/3, p. 295-331.

CHATZIS K., 2011, La modélisation des déplacements urbains en France depuis les années 1980 ou la domination progressive du champ par le secteur privé, Flux, 3/2011 (n°85-86), p. 22-40.

CHLOUS-DUCHARME F., GOURMELON F., ROUAN M., 2008, Modélisation et jeu de rôles sur l’île d’Ouessant : questions de sociologie, Socio-logos [En ligne], 3 | 2008, URL : http://socio-logos.revues.org/2112

CLARENCE E., 2002, Editorial. Technocracy reinvented: the new evidence based policy movement, Public Policy and Administration, 17/3, p. 1-11.

COLLECTIF ComMod, 2005, La modélisation comme outil d'accompagnement, Natures Sciences Sociétés, n°13, p. 165-168

COMMENGES H., TOMASONI L., SEIGNEUR Ch., BONIN O., LEURENT F., BONHOMME C., DEROUBAIX J.-F., 2016, L’expertise est-elle soluble dans la modélisation intégrée ?, dans NÉMERY J.-C. et THURIOT F. (dir.) Les instruments de l’action publique et les dispositifs territoriaux, Paris, L’Harmattan, p. 59-74.

COUTARD O., LÉVY J.-P. (dir.), 2010, Écologies urbaines, Paris, Economica-Anthropos, 371 p.

DANIÉLOU J., 2013, L’art d’augmenter les villes, (pour) une enquête sur la ville intelligente, Paris, PUCA, 92 p.

DEBIZET G., 2011, L'évolution de la modélisation des déplacements urbains en France 1960-2005. Le poids de l'organisation institutionnelle des transport, Flux, 3/2011 (n°85-86), p. 8-21.

DELAHAYE J.-P., La ségrégation urbaine est-elle une fatalité, Pour la science, 1-2006, p. 90-95.

DELARC M., ROLLIN J., 2017, Meubler Paris. Professions et innovations dans le domaine du mobilier urbain, Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne] URL : http://cybergeo.revues.org/27987

DESAGE F., GODARD J., 2005, Désenchantement idéologique et réenchantement mythique des politiques locales, Revue française de science politique, vol. 55, n°4, p. 633-661.

DUPUY G., 1992, L’informatisation des villes, Paris, PUF, 127 p.

DOUAY N., La numérisation des dispositifs de participation de la Mairie de Paris, Netcom, 30 - 3/4, p. 249-280.

GARDON S., 2011, Modéliser la ville ? La difficile modélisation de la gestion du stationnement en France dans les années 1950 et 1960, Flux, 3/2011, n° 85-86, p. 51-61.

GIDDENS A., 2004, Les conséquences de la modernité, Paris L’harmattan, 192 p.

GRISET P., THIERRY B., 2011, Histoire de la modélisation des réseaux techniques, Flux, 3/2011, n°85-86, p. 4-7.

HALPERN C., LASCOUMES P., LE GALÈS p. (dir.), 2014, L'instrumentation de l'action publique. Controverses, résistance, effets, Paris, Presses de Sciences Po, 520 p.

« Histoire de la modélisation des réseaux techniques », Flux, dossier spécial, 3/2011, n°85-86, 126 p.

LANCELOT B., 1985, La gestion automatisée des réseaux d’assainissement : une analyse d’un processus d’innovation technique, Thèse de doctorat en Sciences et techniques de l’environnement, Université Paris Val de Marne, 237 p.

LANGLOIS P., BLANPAIN B., DAUDÉ É., MAGéo, une plateforme de modélisation et de simulation multi-agent pour les sciences humaines, Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne] URL : http://cybergeo.revues.org/27236

LASCOUMES P., 2007, Les instruments d’action publique, traceurs de changement : L’exemple des transformations de la politique française de lutte contre la pollution atmosphérique (1961-2006), Politique et Sociétés, 262-3, p. 73–89.

LASCOUMES P., LE GALÈS, P., 2004, Gouverner par les instruments, Paris, Presses de Sciences Po, 370 p.

LASCOUMES P., SIMARD L., 2011, L’action publique au prisme de ses instruments, Revue française de science politique, vol. 61, n°1, p. 5-22.

LATERRASSE J., 1988, Un réseau de télétransmission pour les réseaux urbains ? Étude fictive du cas d’une grande agglomération française, Cahier n°10 du Groupe Réseaux de l’ENPC, Compte-rendu de la journée du 3 février 1988, p. 80-100.

MATHIEU N., SCHMID A.-F., 2014, Modélisation et Interdisciplinarité. Six disciplines en quête d'épistémologie, Paris, Quae, 348 p.

NONJON M., GUILLAUME M. (dir.), 2015, Gouverner par les architectures informatiques, Gouvernement & action publique, vol. 04, n°2, 177 p.

PEYNICHOU L., ROLLIN J., 2016, Connecter la ville numérique au territoire : l’apport des sciences sociales, Métropolitiques, 29 avril 2016. URL : http://www.metropolitiques.eu/Connecter-la-ville-numerique-au.html

POLÈRE C., 2016, La cohésion sociale cinq modalités de construction d'indicateurs de cohésion sociale, Métropole de Lyon, Direction de la prospective et du dialogue public, 40 p. www.millenaire3.com

PUMAIN D., 2000, Printemps de la modélisation, Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne]. URL : http://cybergeo.revues.org/7198

RAMADIER T., 2010, La géométrie socio-cognitive de la mobilité quotidienne : distinction et continuité spatiale en milieu urbain, Habilitation à diriger des recherches en Psychologie, Université de Nîmes, 117 p.

VARENNE F., SILBERSTEIN M., 2013, Modéliser & simuler. Epistémologies et pratiques de la modélisation et de la simulation, Paris, Éditions Matériologiques, 974 p.

VOIRON-CANICIO C., 2005, Pour une approche systémique du développement durable, Développement durable et territoires [En ligne], Dossier 4 | 2005. URL : http://developpementdurable.revues.org/261

Haut de page

Notes

1 Nous remercions Jean-Pierre Lévy et les coordinateurs de ce numéro pour leurs conseils et suggestions.

2 Dans les domaines du changement climatique, des prévisions météorologiques, dans les process de production industrielle, etc.

3 Site de la Mission Gerland : http://www.lyon-gerland.com/un-territoire-durable-et-dinnovation/chiffres-cles/ consulté le 23 mars 2017.

4 Entretien avec le directeur de ForCity le 15 décembre 2015

5 Lancée par le Ministère de l’égalité des territoires et du logement en octobre 2008 à l'issue du Grenelle de l’environnement, la démarche ÉcoCité permet de financer des projets d’investissement.

6 La participation de l'État s'élève à 511 538 €, celle du Grand Lyon à 950 000 €, les fonds privés à 3 368 542 €, pour un total de 4 830 080 € (Délibération n°2014-4510 du Conseil de communauté du Grand Lyon, 13/01/2014).

7 Commissariat général à l'investissement, Investissements d'avenir : cahier des charges Villes de demain - volet 1, octobre 2010, p. 4.

8 Délibération n°2013-3945 du Conseil de Communauté du Grand Lyon, 27/05/2013.

9 Délibération n° 2014-4510, op.cit.

10 Journée d’échange scientifique MUG, Mission Gerland, Lyon,14 avril 2016

11 Délibération n° 2014-4510, op. cit.

12 ForCity, Présentation du projet Modélisation urbaine de Gerland - projet EcoCité Gerland.

13 En particulier dans le domaine des transports (Gardon, 2011).

14 Entretien avec le directeur de ForCity le 15 décembre 2015.

15 Le site Internet de Veolia intègre une présentation la plateforme de ForCity : http://www.veolia.com/middleeast/our-services/vision-360/forcity-urban-planning-modelling Consulté le 25 mars 2017.

16 Délibération n° 2014-4510, op. cit.

17 Entretien avec un chargé de projet de la Métropole de Lyon le 14 décembre 2015

18 Ibid.

19 Karine Dognin-Sauze dans : Agence d'urbanisme de l'aire métropolitaine lyonnaise, Modélisation Urbaine de Gerland - Web TV : https://www.youtube.com/watch?v=XxV9teTtxMg. Consulté le 25 septembre 2016.

20 Entretien avec un chargé de projet à EDF, le 4 janvier 2016

21 Agence d'urbanisme de l'aire métropolitaine lyonnaise, MUG... op. cit.

22 Entretien avec un membre du consortium MUG, décembre 2015

23 Ibid.

24 Entretien avec un chargé de projet à EDF, le 4 janvier 2016

25 Entretien avec un agent de Grand Lyon, DPDP, le 18 mars 2015.

26 Arthur Lefèvre : http://www.millenaire3.com/interview/qu-est-ce-que-la-simulation-sociale. Consulté le 22 mars 2017.

27 Frédéric Amblard : http://www.millenaire3.com/interview/modelisation-urbaine-atouts-et-limites-de-la-simulation-agent Consulté le 22 mars 2017.

28 Maxime Frémond : http://www.millenaire3.com/interview/modelisation-urbaine-et-sociale Consulté le 22 mars 2017.

29 Entretien avec un agent de la Métropole, décembre 2015.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 - Localisation du quartier de Gerland à Lyon
Légende Réalisation : C. Hôte, J. Rollin.
URL http://journals.openedition.org/geocarrefour/docannexe/image/10302/img-1.png
Fichier image/png, 426k
Légende © Rollin, mars 2017
URL http://journals.openedition.org/geocarrefour/docannexe/image/10302/img-2.png
Fichier image/png, 36k
Titre Figure 2b – L’urbanisation du quartier : rue Pré Gaudry
Légende © Rollin, mars 2017
URL http://journals.openedition.org/geocarrefour/docannexe/image/10302/img-3.png
Fichier image/png, 30k
Titre Figure 3a – Activités économiques : port Édouard Herriot
Légende © Hôte, octobre 2016
URL http://journals.openedition.org/geocarrefour/docannexe/image/10302/img-4.png
Fichier image/png, 27k
Titre Figure 3a – Activités économiques : projet UrbanGarden
Légende © Rollin, mars 2017
URL http://journals.openedition.org/geocarrefour/docannexe/image/10302/img-5.png
Fichier image/png, 29k
Titre Figure 4 - La vision systémique de la gestion urbaine par ForCity
Légende ForCity, Veolia, Smart City - ForCity - Plaquette publicitaire, 2016
URL http://journals.openedition.org/geocarrefour/docannexe/image/10302/img-6.png
Fichier image/png, 118k
Titre Figure 5a – Les fractures : Cité Jardin de Gerland
Légende © Rollin, mars 2017
URL http://journals.openedition.org/geocarrefour/docannexe/image/10302/img-7.png
Fichier image/png, 53k
Titre Figure 5b – Les fractures : Parc scientifique Tony Garnier
Légende © Hôte, octobre 2016
URL http://journals.openedition.org/geocarrefour/docannexe/image/10302/img-8.png
Fichier image/png, 149k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jérôme Rollin et Clio Hôte, « Le numérique et l'illusion d’un urbanisme rationnel. Le cas de l’élaboration des plateformes 3d », Géocarrefour [En ligne], 91/3 | 2017, mis en ligne le 30 novembre 2017, consulté le 15 octobre 2018. URL : http://journals.openedition.org/geocarrefour/10302 ; DOI : 10.4000/geocarrefour.10302

Haut de page

Auteurs

Jérôme Rollin

Lab'Urba - chercheur associé, Cité Descartes - Bâtiment Bienvenüe - Plot A 14 - 20 Boulevard Newtown Champs sur Marne 77454 Marne la Vallée cedex 2 jerome.rollin@ymail.com

Articles du même auteur

Clio Hôte

Lab'Urba - doctorante Cité Descartes - Bâtiment Bienvenüe - Plot A 14 - 20 Boulevard Newtown Champs sur Marne 77454 Marne la Vallée cedex 2 cliohote@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

© Géocarrefour

Haut de page
  • OpenEdition Journals