Navigation – Plan du site
Articles

Les effets socio-spatiaux d’un dispositif résidentiel d’incitation à la mixité sociale. L’exemple de la résidence « kolocations à projets solidaires » de la Cité à Oullins (Rhône)

Social and spatial effects of a residential initiative promoting social inclusion. The example of “kolocation” in La Cité, a flatsharing experience in Oullins (Rhône)
Alexandre Albert

Résumés

Les kolocations à projets solidaires (kaps) sont un dispositif de logement abordable à destination des « jeunes » et plus particulièrement des étudiants. Leur accès est soumis à l’élaboration d’actions sociales dans les quartiers où elles sont installées, tous éligibles à la politique de la ville. Ce dispositif hybride lie donc deux problématiques sociales, semblant créer les conditions d’interactions riches entre ses participants et leur quartier d’installation dans une optique de mixité sociale. L’exemple de la résidence de la Cité à Oullins permet d’interroger les ressorts concrets de la mise en place de ce dispositif.

Haut de page

Texte intégral

1L’objectif de mixité sociale est une antienne des politiques publiques. Terme relevant davantage de l’injonction politique que d’une réalité sociale, il postule que les interactions entre groupes sociaux différents est bénéfique et permet la construction, la reconstruction ou la préservation d’une société inclusive. En creux, cette injonction contient un a priori sur la concentration d’un certain type de populations qui entraînerait des dysfonctionnements ou une faiblesse des liens sociaux, en particulier liés à des considérations ethniques et détournant pour certains les débats des thématiques des inégalités et de la redistribution (Tissot, 2007).

2Les bailleurs sociaux sont des acteurs déterminants et fortement sollicités dans le cadre de la réalisation de cette injonction. Ils tentent d’y répondre de différentes manières : en intégrant des populations pauvres dans des quartiers à populations majoritairement aisées (Bacqué et al., 2010), en tentant de fixer des populations issues de quartiers populaires en position d’ascension sociale dans leurs quartiers d’origine ou enfin en y attirant des populations mieux dotées. Si elles ont pour effet le développement d’une mixité résidentielle, celle-ci ne se double généralement pas d’autres effets pouvant réunir les conditions d’une mixité « réelle », avec par exemple des effets d’évitement de la mixité scolaire très prononcés pour les populations nouvellement installées aboutissant à l’apparition d’isolats socio-spatiaux (Kirszbaum, 2011).

3Les bailleurs disposent également d’un ensemble de dispositifs au sein desquels certains se démarquent par leur caractère « innovant ». C’est le cas par exemple de l’habitat participatif et de ses déclinaisons les plus récentes (Devaux, 2015). Autre élément d’innovation, la mise en place de politiques tentant de rendre les habitants des parcs sociaux acteurs de l’évolution de leurs logements, de leur résidence, voire de leur quartier de résidence. Cette évolution s’inscrit dans une logique de responsabilisation des individus propre aux porosités croissantes de l’action publique ou para-publique aux méthodes managériales -parfois sous couvert de l’intégration de l’impératif participatif (Demoulin, 2016). La nouvelle majorité et son orientation libérale ainsi que l’annonce récente du gouvernement de la baisse du financement des organismes Hlm devrait d’ailleurs accentuer ces tendances.

  • 1 La loi Molle, dite loi Boutin, de 2009, a ouvert le droit à la colocation en logement social pour c (...)
  • 2 Mais dans certaines régions, comme Rhône-Alpes, qui demeure le territoire d’intervention de l’Afev (...)

4Depuis 2012, dans un contexte de diversification de son offre associative, l’Afev a créé le dispositif des « kolocations à projets solidaires » (Kaps). Son principe est de proposer un logement en colocation à loyer modéré à des étudiants, des apprentis, des volontaires en service civique ou de jeunes actifs1. En échange de ce loyer modéré, les participants, appelés kapseurs et majoritairement étudiants, s’engagent à mener des actions sociales dans leur quartier d’installation, tous labellisés Politique de la Ville. L’Afev n’ayant pas les moyens financiers pour acquérir du foncier, elle s’associe à des bailleurs sociaux qui fournissent des logements et assurent leur gestion locative. Les opérations menées se font à la fois par le biais de constructions/rénovations ou de réhabilitations. Elles s’inscrivent spatialement soit sous la forme de résidences ou d’appartements isolés ou répartis de manière diffuse dans un quartier. L’Afev, quant à elle, recrute les kapseurs et encadre les actions sociales entreprises. Si le nombre de places est limité, avec 400 places environ à la rentrée 20162, la démarche est originale.

5Par l’installation d’étudiants, les kaps sont présentés par l’Afev et les bailleurs associés comme un objet générateur de mixité sociale réelle, par le bas, allant au-delà du fait de faire résider côte à côte des populations socialement différenciées. Cela permettrait de dépasser les effets d’interactions faibles entre groupes sociaux, caractérisées par l’indifférence, l’évitement voire le conflit (Chamboredon et Lemaire, 1970 ; Burdèse, 2002, dans le cas des étudiants). Cette proposition originale tendrait donc à éviter de faire des kaps des isolats socio-spatiaux utopiques, dérive parfois soulevée par différents acteurs de l’habitat participatif (Devaux, op. cit.).

6Conçus comme dispositif territorial basé sur la proximité et les incitations aux interactions sociales, les kaps permettent-ils d’établir les conditions d’une mixité sociale entre ses animateurs et les habitants des quartiers d’implantation ?

  • 3 Les résultats présentés ici sont issus d’un terrain spécifiquement dédié au kaps de la Saulaie d’Ou (...)

7Dans le cadre de notre thèse, nous avons particulièrement étudié l’exemple de la résidence de la Cité à Oullins, dans la banlieue Sud de Lyon qui servira ici d’étude de cas afin d’éclairer la problématique que nous nous efforcerons d’interroger3.

8Nous tenterons d’y répondre en présentant dans un premier temps le dispositif des kaps et la définition de ses objectifs par l’Afev. Nous nous attacherons ensuite à décrire le contexte territorial de l’implantation de la résidence de la Cité à Oullins et les premières actions sociales menées. Enfin, nous interrogerons les effets socio-spatiaux du dispositif sur le territoire, à la fois au travers de l’analyse des actions sociales menées et des pratiques habitantes développées par les kapseurs.

Les kaps : un dispositif tentant de lier deux problématiques sociales

9L’originalité de l’objet kaps est qu’il propose à la fois de réduire les inégalités d’accès au logement pour une population en position de fragilité économique, les étudiants, et d’utiliser le logement comme support de déploiement d’actions sociales. Il s’agit ici à la fois de présenter le contexte de création du dispositif et de son développement.

Descriptif du dispositif et de son développement

10L’Afev, née en 1992 en région parisienne, intervient principalement dans le cadre d’actions éducatives dans des quartiers populaires. Sa principale action est l’accompagnement éducatif qui consiste en un bénévolat d’étudiant qui accompagne un enfant ou un jeuneune fois par semaine. L’action a des visées à la fois scolaires et éducatives, notamment par des sorties culturelles ou d/l’investissement de parties de l’espace urbain hors des quartiers de résidence. La direction de l’Afev s’interroge dès le milieu des années 2000 sur une éventuelle diversification de ses activités associatives :

Et à partir de 2005-2006, suite aux évènements de banlieue et ainsi de suite, on a essayé d’inventer un nouveau truc. On voulait aller plus loin que le côté, les étudiants viennent deux heures dans un quartier pour des choses qui sont super, la famille tout ça. […] on voulait avoir plus d’importance dans ces quartiers. Tout simplement parce qu’il y avait des quartiers où cela faisait plus de dix ans que l’on intervenait et que tous les ans c’était entre 50 et 100 bénévoles qui intervenaient et […] on s’est aperçus que dans certains quartiers, c’était l’Afev qui était la mieux implantée de toutes les associations, de tous les pouvoirs publics et ainsi de suite.-Entretien co-fondateur de l’Afev

11Le projet s’est construit progressivement, à partir d’un deuxième constat portant sur la faiblesse de l’offre de logement étudiant abordable tant en termes quantitatifs que qualitatifs. L’Afev se met en quête d’un modèle et, par le biais de la fréquentation de divers colloques, rencontre des membres de l’Université Catholique de Louvain-la-Neuve. Sur ses deux sites originaux, celle-ci a créé des logements communautaires dont les membres mènent des actions socio-culturelles dédiées aux étudiants mais aussi aux autres habitants. Convaincue par ce modèle, l’Afev se rapproche d’acteurs de la politique de la ville et notamment de bailleurs sociaux et d’élus qui sont emmenés en séjour dans la ville-campus de Louvain-la-Neuve.

12L’angle politique de la ville et action sociale du projet, qui ne recouvre pas totalement la réalité du dispositif belge, semble à la fois s’expliquer par la culture de l’association et par la nécessité de trouver des fonds auprès des acteurs des montages des projets, à savoir principalement des bailleurs sociaux, parfois sur la demande de municipalités, lorsqu’ils sont communaux.

13En termes de localisation, l’Afev étant une association fédérale et présente dans tous les grands centres urbains français, la plupart voient se développer des kaps. Par ailleurs de petites villes universitaires comme Poitiers accueillent le dispositif. Cependant son importance en termes quantitatifs est faible, la plupart des villes accueillant un projet unique, à l’exception de l’agglomération lyonnaise notamment.

Le logement comme support de l’action sociale et de création de mixité sociale

  • 4 Propos notamment tenus par un des participants à une réunion de bilan de la première année d’action (...)

14Les actions sociales qui doivent être menées par les kapseurs sont pensées comme légères, renforçant l’idée d’une mixité sociale incitative, certains partenaires décrivant les kapseurs comme « des supers voisins »4. Les logements occupés par les étudiants sont pensés comme un pôle de déploiement des actions. A partir du collectif communautaire incarné par la colocation, un deuxième registre de collectif doit donc se construire à travers la réalisation d’actions sociales.

15L’Afev insiste par ailleurs largement sur la différenciation d’effets attendus en fonction du mode d’implantation. Les installations diffuses dans un quartier –à partir d’un ou plusieurs appartements- seraient surtout l’occasion pour les kapseurs d’avoir un rôle de voisins actifs, créant des solidarités basées sur la proximité. Les résidences, du fait des plus grands effectifs mobilisables, seraient à la fois un moyen d’assurer ces solidarités mais également de mener des actions plus diversifiées, à plus grande échelle. Cela pose cependant la question de la délimitation des champs d’action et, surtout, de leur imbrication et de leur pertinence au regard des enjeux du territoire ciblé, surtout si l’on ajoute que la plupart des projets semblent liés à la présence d’opportunités foncières sur un territoire donné, opportunités repérées et soumises par le bailleur.

16L’adaptation de tel ou tel type d’implantation au contexte territorial peut dès lors s’avérer être une reconstruction a posteriori par le collectif d’acteurs à l’origine du projet. Ce n’est cependant pas une règle générale puisque, dans le cas de la résidence construite en neuf dans le quartier du Mistral à Grenoble, le projet s’insère dans une réflexion plus large sur la redéfinition du quartier dans le cadre de l’Anru et est accompagné de la création d’autres structures dans le but de créer de nouvelles centralités dans le quartier.

  • 5 Ecole Nationale des Travaux Publics de l’Etat et Ecole Nationale Supérieure d’Architecture de Lyon.

17Dans ce cadre, le cas de la Métropole de Lyon est intéressant car il compte à la fois des types d’opérations différentes et se localise dans des quartiers aux enjeux urbains très divers, illustrant la variété des enjeux des quartiers labellisés Politique de la Ville. Ainsi, la Saulaie à Oullins, où se trouve la résidence de la Cité, est marquée par un bâti du XIXème dégradé et des bâtiments ponctuellement réhabilités ou rénovés. Les appartements en pied d’immeuble du Tonkin, à Villeurbanne, sont quant à eux intégrés à un quartier de grands ensembles construit sur dalle et bordé par le campus de la Doua. Ceux de Vaulx-en-Velin sont insérés dans une résidence étudiante avec trois appartements pour douze places. Le reste de la résidence est occupé par des studios. Elle fait partie d’un ensemble de trois résidences étudiantes, à deux pas d’un petit campus constitué de deux grandes écoles5. Elle se trouve également au centre d’un quartier marqué par de nombreux projets ANRU et bordé d’un ensemble d’habitat social dégradé. Le point commun des implantations est cependant une forte accessibilité aux réseaux de transport en commun à fortes fréquences et capacités lourds -métro, tramway, trolleybus- qui est une des conditions de l’Afev pour permettre aux étudiants, largement majoritaires, d’accéder à leur lieu d’études. Par ailleurs, les implantations se distinguent par la présence antérieure (au Tonkin, à Vaulx-en-Velin) ou non (à la Saulaie) de l’Afev dans ces quartiers par le biais de l’accompagnement éducatif. Ces différents éléments de contexte ont des effets sur

  • 6 Celle-ci peut cependant être questionnée au regard du caractère temporaire de cette installation, a (...)

18L’examen de documents internes et de promotion de l’Afev ainsi que différents entretiens menés auprès de ses salariés montrent que pour l’association, le statut d’habitant des kapseurs est censé permettre une horizontalité des rapports avec les autres habitants. Les kapseurs ont intériorisé cette incantation car ils revendiquent dans leur grande majorité cette position d’habitant à part entière6. Cette horizontalité est théoriquement conçue comme un moyen d’échapper à la logique pourvoyeur d’actions sociales-bénéficiaires. Elle est vue comme un moyen de favoriser une co-construction des actions sociales à partir de l’impulsion des kapseurs favorisant en retour l’empowerment des habitants.

19L’Afev part également du constat que les liens sociaux sont marqués, dans les quartiers populaires, par leur anomie ou qu’ils tendraient vers une telle situation. Et pourtant, tout un pan de la littérature s’intéressant aux « effets de quartier » souligne au contraire la richesse des interactions sociales de ces quartiers, qui s’articule autour de la dialectique du quartier comme ressource et contrainte (Authier et al., 2007).

20Le volet « actions sociales » du dispositif des kaps rejoint de plus un élément de l’évolution des métiers de bailleurs sociaux –ou du logement en général- qui consiste en une conception élargie du logement, intégrant le bien au sein d’un panel de services associés (Hammouche, 2011).

21Par ailleurs, là où d’autres actions à visée éducative de l’Afev, notamment l’accompagnement éducatif, sont décrites comme pouvant avoir des effets à long terme sur la réduction ou l’atténuation des inégalités, le rôle des kapseurs est davantage celui d’une médiation sociale. Cependant, l’Afev tend à confondre ces deux ambitions et à perpétuer cette recherche de réduction des inégalités, en particulier au travers de son dessein d’empowerment des habitants. On peut avancer que cette fusion s’explique en partie par la forte capacité de l’Afev à s’imprégner des discours du politique. En effet, elle opère une jonction entre certains d’entre eux (mixité sociale, donc, mais aussi faiblesse de l’offre de logements abordables pour les « jeunes », déficit d’engagement des « jeunes », faiblesse des liens sociaux dans les quartiers populaires…). Ce faisant, l’association construit un objet qui, à partir d’une juxtaposition de problématiques que l’action publique cible, en propose une gestion intégrée et systémique à leur « résolution ».

22Ainsi, sur le site dédié à la présentation des kaps, on peut déceler plusieurs éléments de cette vision :

Ainsi, les étudiants initient et impulsent des fêtes de quartier, de voisins, de l’école… qui souvent n’existaient pas ou plus dans le quartier. L’impact des étudiants se fait sentir en termes de vie sociale du quartier, de lien humain, de « vivre ensemble ».-kolocsolidaire.org, consulté le 25.01.2017

23Par bien des aspects, les arguments de l’Afev et la vision de l’habiter prônée à travers ce projet font largement écho à ceux de « l’habiter autrement » (Devaux, 2015 op. cit.) ou encore à des initiatives des classes moyennes dans l’animation socio-culturelle dans les années 1970 (Ion, 1990). Ils s’en différencient cependant par au moins un aspect : d’une part la présence des kapseurs est, par nature, temporaire (un à trois ans) ce qui peut menacer la pérennité des projets ; c’est d’ailleurs aussi le cas des partenariats entre les bailleurs et l’Afev -à Oullins, le partenariat de trois ans (2014-2017) n’a ainsi pas été renouvelé par le bailleur. La présentation du contexte territorial de l’implantation de la résidence de la Cité à Oullins, et des premières actions qui y sont menées l’année de son inauguration, permettent d’éclairer l’application concrète du dispositif.

La résidence de la Cité à Oullins : mise en contexte et déploiement du dispositif kaps

24Cette application doit être questionnée en regard du contexte territorial et de la configuration actorielle du projet. A partir de ces éléments, le lancement et la définition opérationnelle des actions sociales ont dû être définis.

Le quartier et le montage du projet

25La commune d’Oullins est située au Sud de Lyon et la résidence se trouve à la bordure Nord-Est d’un quartier paupérisé, la Saulaie (fig. 1), qui a vu son classement en Quartier Politique de la Ville (QPV) confirmé pour la période 2015-2020. Des chiffres de 2009 permettent de relever son caractère paupérisé, en particulier par rapport au reste de la commune d’Oullins :

Tableau 1 : Indicateurs sur les revenus et le logement dans le QPV de la Saulaie en regard d’Oullins et de la Métropole de Lyon

Tableau 1 : Indicateurs sur les revenus et le logement dans le QPV de la Saulaie en regard d’Oullins et de la Métropole de Lyon

Figure 1 : Eléments de localisation du quartier et principaux territoires d’actions des kapseurs

Figure 1 : Eléments de localisation du quartier et principaux territoires d’actions des kapseurs

Conception et réalisation : Auteur sur AI CS2, 2017 / Fonds de carte : Géoportail/IGN libre de droits

26Le quartier est marqué par une forte empreinte paysagère de son histoire industrielle et l’assemblage d’un vieux bâti dégradé du XIXe s. et de petits îlots rénovés à différentes périodes (années 1960 à 2010). Le QPV est délimité par la rivière de l’Yzeron, au Nord, par l’autoroute A7 et le Rhône à l’Est et la voie de chemin de fer sur son troisième côté. On peut noter une forte vacance commerciale, particulièrement dans la rue Pierre Sémard, parallèle à l’Yzeron, et dont plusieurs bâtiments insalubres ont été détruits récemment. Le quartier est donc marqué par des effets de coupures matérielles, morphologiquement très repérables. Malgré le récent raccordement au reste de la commune dans le cadre de la création de la station de métro d’Oullins (2014) et la suppression du passage à niveau entre le quartier et le centre-ville, remplacé par un pont ferroviaire, le quartier demeure identifié comme une entité séparée du reste de la commune. Cet état de fait semble marquer une certaine inertie des territorialités des habitants à l’intérieur de ce quartier paupérisé, marquant un temps d’adaptation à cette nouvelle accessibilité. Par ailleurs, les bouleversements urbains attendus et subis, notamment avec les travaux sur plusieurs axes de voierie, de ce raccordement inquiètent certains habitants, notamment les commerçants. D’autres enjeux s’articulent également autour de la potentielle valorisation foncière du quartier et de son contrôle, avec la préemption de certains terrains par la Métropole pour préserver la présence des habitants actuels :

La volonté politique, à la fois de la Métropole et de la ville, c’est bien de faire ce nouveau bout de ville avec les habitants présents ici. […] Au-delà de ça il y a un parc ancien très dégradé qui nécessite une réhabilitation forte, voire même des démolitions[…]; il y en aura certainement d’autres dans les années à venir qui permettront aussi de créer une nouvelle offre de logements, à la fois pour les habitants du quartier mais aussi accueillir une nouvelle population. Parce qu’aujourd’hui ce quartier […] est quand même très précarisé, et l’idée c’est aussi qu’il y ait un effet de rattrapage, qu’il y ait un effet de brassage[…]. - Entretien chargé de projet politique de la ville

27Le temps de latence de l’adaptation au nouveau contexte urbain ont cependant eu comme effet de laisser la Saulaie en marges de modifications de la composition sociale de la ville d’Oullins avec des effets de gentrification, en particulier commerciale de son centre-ville et renforçant l’image dégradée (voire ghettoïsée), car en décalage, du quartier.7

28La résidence kaps de la Cité, élément au sein de ces changements urbains puisqu’inaugurée en septembre 2014, est installée dans le bâtiment de l’ancienne école du quartier. Elle compte 63 places réparties dans des logements allant du T4 au T7. Elle a été décorée (fig. 2) par des élèves de l’école de fresques murales EcohlCité qui fait partie des partenaires au montage du projet, avec l’Afev et le bailleur social Alliade, d’ailleurs peu présent sur ce territoire.

  • 8 une dizaine vivent dans la résidence.

29Le projet est né d’intérêts convergents entre ces acteurs. La création de l’école de peintres muralistes à Oullins a amené à recherche des solutions de logements pour ses étudiants8. Son directeur était en lien avec Alliade car il réalisait des fresques dans leur parc. Au même moment, l’Afev sollicitait Alliade pour devenir partenaire dans la création de kaps.

30Le préau du bâtiment ainsi qu’un petit parking de cinq places est également décoré par des fresques. Chaque locataire dispose d’un espace privatif de 10m² comprenant un lit simple, un bureau surmonté de petites étagères et un placard. La majorité des chambres donnent sur le préau de l’ancienne école et donc, au-delà, sur l’autoroute. Les espaces communs sont un grand salon-cuisine, un à deux cabinets de toilette et une à deux salles de bains.

Figure 2 : Façade de la résidence de la Cité

Figure 2 : Façade de la résidence de la Cité

Source : auteur, 2015

31Le loyer par locataire, est de 250 euros toutes charges comprises et hors déduction des Aides Personnelles au Logement (APL). Le prix moyen en résidence Crous -qu’aucun des kapseurs n’a évoqué comme solution de logement recherchée- est estimé entre 190 euros pour une chambre et 300 euros pour un studio –sachant que les APL sont plus élevées dans le cas d’une occupation en solitaire d’un logement. De plus, d’après les données de l’enquête9 de l’observatoire des loyers de la métropole de Lyon le prix moyen du m² dans le marché privé de l’agglomération était, hors charge, de 11,1 euros en 2015. Pour un T5 de 110 m² dans la résidence, on atteint, charges comprises et pour un logement refait à neuf et en partie meublé, 9 euros le m².

L’encadrement de l’Afev et la mise en place d’actions sociales

  • 10 Dans le cadre de ses nouvelles compétences sur les questions sociales et de l’habitat.
  • 11 Il doit également fournir des pistes des réflexion sur la gestion des kaps à l’échelle de la Métrop (...)

32Afin de lancer la résidence, un salarié à temps plein de l’Afev est financé par la Métropole de Lyon10. Sa mission est principalement11 d’accompagner le lancement de la résidence en formant et d’en encadrer les résidents, et de mettre en réseaux les différents acteurs du quartier, appuyé par trois volontaires en service civique. En termes de contrôle sur les actions, il met en avant la nécessité d’innover afin de toucher des publics qui ne seraient d’habitude pas réceptifs à l’action sociale et culturelle classique. Le dispositif est donc accompagné de moyens humains assez importants, montrant un fort impératif de réussite du lancement. A Oullins, les méthodes de travail sont basées sur une auto-définition par les kapseurs des actions qu’ils souhaitent mener :

[…] on est entrés dans la phase où je les anime pour qu’eux-mêmes soient acteurs. Je veux que mes kapseurs ce soient eux qui fassent les actions. Je pourrais les faire les actions, mais c’est pas ça le but recherché. -Entretien salarié Afev

33Les actions entreprises durant la première année de la résidence jouent sur plusieurs registres qui permettent la mise en réseau des compétences des kapseurs, en particulier en fonction de leurs cursus universitaires mais aussi de leurs hobbies, réinvestis dans les actions, illustrant la constitution d’un collectif à vocations multiples.

34Ces actions peuvent être différenciées au travers du rapport au territoire qu’elles impliquent : certaines peuvent être vues comme déambulatoires, car les actions et opportunités d’actions se jouent dans les circulations que les kapseurs effectuent à l’intérieur du quartier. D’autres relèvent de la création de points de fixation, les kapseurs investissant des lieux précis, support des actions : espaces publics et, très secondairement, privés. Ces deux catégories ont des temporalités différentes : des temps forts de l’action sociale proposée ; et des évènements plus modestes, souvent marqués par une plus grande fréquence. Enfin, une troisième distinction existe entre des actions qui s’appuient ou appuient le tissu associatif local et des actions entièrement à l’initiative des kapseurs. Le tableau ci-dessous permet d’illustrer cette variété en reprenant huit des actions les plus abouties de l’année de lancement :

Tableau 2 : Description de quelques actions menées en 2014-2015

Tableau 2 : Description de quelques actions menées en 2014-2015

Auteur, 2017, Sources : Auteur, 2014

35La mise en place de ces différentes actions sociales pose cependant la question de leur intégration aux problématiques spécifiques et partenariats existants sur le territoire de la Saulaie.

Des effets ambivalents sur le territoire

36L’intégration d’un collectif de nouveaux acteurs sociaux sur un territoire amène à questionner la pertinence de leurs actions ainsi que leur articulation aux enjeux du quartier. De plus, l’imbrication à ces actions d’un volet résidentiel ajoute des interrogations sur les effets de cette imbrication sur la nature des pratiques habitantes développées par les kapseurs dans le quartier. Des effets d’allers-retours se développent entre les actions sociales et les pratiques habitantes qui se nourrissent mutuellement.

L’émergence d’une nouvelle catégorie d’habitants dans le quartier

  • 12 kolocsolidaires.org, consulté le 17.01.2017.

37La question de la légitimité des kapseurs comme acteurs sociaux et animateurs du lien social se lit tout d’abord, du fait de l’imbrication des deux thématiques induites par le dispositif, dans les manières et les perceptions de l’habiter que ceux-ci représentent. Pour l’Afev, « des étudiants dans un quartier, quel qu’il soit, sont porteurs d’une « énergie » et d’une envie de convivialité12 ». Cet extrait met en valeur la croyance de l’association en une mixité impulsée par les étudiants.

38Toujours est-il que les différentes actions montrent que par le biais d’un investissement individuel ou collectif, les kapseurs qui se saisissent des injonctions du dispositif construisent un rapport intense au quartier de résidence qui s’accompagne d’effets de mixité. Mesurer celle-ci s’avère cependant difficile car renvoyant12 à des micro-logiques de « couture » socio-spatiale. La mise en place de ces actions, en imposant la fréquentation et l’appropriation de différents lieux, favorise la création d’ancrages forts, souvent mis en valeur par les kapseurs en regard de leurs expériences résidentielles antérieures :

Sèvres [sa ville d’origine NDLR] c’est une ville plutôt bourgeoise, […] c’est très familial ou très senior. Donc je vivais pas dans ce quartier, j’habitais là mais c’était pas un endroit où je pouvais sortir ou rencontrer des gens. Et c’était aussi une des raisons pour lesquelles le kaps ça me motivait. Parce que je connaissais pas mes voisins… Enfin je savais qui étaient mes voisins dans l’immeuble mais on n’avait pas des rapports amicaux et dans le quartier je connaissais personne. - Entretien avec une kapseuse

39Cette intensité peut aussi s’expliquer par la configuration de ce quartier, qui de par sa petite taille et ses paysages est une sorte de village à la ville, favorisant ainsi le développement de proximités.

40Malgré l’horizontalité des rapports souhaitée par l’Afev et les kapseurs, ceux-ci sont bien considérés par les habitants comme des « étudiants » -du fait de l’identification de leur bâtiment, de leur âge, de leur habillement différent de celui de la majorité des habitants... Les actions peinent à sortir du schéma pourvoyeur d’action sociale-bénéficiaires que le dispositif entend surpasser. L’asymétrie entre kapseurs et populations du quartier, malgré toutes les velléités des kapseurs et de l’Afev pour l’atténuer, est pourtant à la base du ciblage des personnes choisies pour participer au dispositif.

41Cela s’explique par la double projection opérée par l’Afev : d’une part elle cible des « jeunes » majoritairement étudiants, projetant sur eux les stigmates de la réussite, d’un capital culturel élevé, rendant légitime pour agir dans une optique de travail social ; de l’autre, et du fait même du premier point évoqué, la population des quartiers ciblés, au-delà du caractère englobant qui lui est accolé et de quelques affinages de définition des attentes basés sur des critères flous d’âge ou de genre, est dès le départ placée dans une position d’infériorité, à la fois culturelle mais également dans sa capacité d’action. Une dichotomie s’opère renvoyant à deux manières différentes de catégoriser les habitants : d’une part les kapseurs comme habitants éclairés, de l’autre une acception du terme habitant renvoyant à l’idée d’exclusion et de passivité (Neveu dans Bacqué et Sintomer, 2011).

  • 13 Le busing est né aux Etats-Unis. Il consiste à envoyer étudier les enfants d’un quartier défavorisé (...)

42La catégorisation à l’origine du dispositif contribue à cette asymétrie, marquée spatialement par la résidence. De par son historique (ancienne école du quartier, fermée pour que les élèves participent à partir du CE1 à un dispositif de busing13) et son aspect clinquant, la Cité entraîne une mise en scène des inégalités de qualité de logement entre les kapseurs et les autres habitants ; il entretient également un sentiment de dépossession, accentué par la résidentialisation du bâtiment (fig. 2) alors que cette pratique est absente du reste du quartier. Tout cela se joue dans le contexte de fortes mutations urbaines aux marges du quartier.

  • 14 L’usage des salles communes est en fait principalement dédié aux réunions des kapseurs, à des évène (...)
  • 15 L’action « repas international » qui voulait organiser des repas partagés consacrés à des spécialit (...)

43A cela s’ajoute l’absence de local permettant l’accueil des habitants dans la résidence, contrairement à celle de Grenoble14. Cette absence, combinée à des règles strictes d’utilisation et d’accès à la résidence, a rendu la mise en place de certaines actions difficile15. L’arrière-cour du bâtiment et son préau sont eux-mêmes fermés par le bailleur à l’organisation d’éventuels évènements pour des raisons de sécurité.

  • 16 Deux habitants d’ailleurs intégrés à des actions des kapseurs et membres actifs de la composante as (...)

44La fermeture de la résidence disqualifie également les pratiques de voisinage résidentiel -partager un café, discuter sur le pas de la porte- pourtant présents parmi les axes du dispositif. En effet, au cours de nos entretiens nous n’avons pu retrouver que deux habitants16 fréquemment invités à la résidence pour ce type de sociabilités. Cette situation est accentuée par la localisation de la résidence, entre un gymnase et un commerce et séparée du reste du quartier par une rue à la circulation très importante.

45Enfin, la résidence crée un collectif de vie basé sur un certain entre-soi qui crée des circulations multiples entre appartements, facilitées par la fermeture du bâtiment. Pour certains, cela crée des effets de repli au sein de celui-ci, par rapport au quartier et aux autres parties de la ville. Cet effet est renforcé par l’arrivée récente à Lyon de la plupart des kapseurs, la résidence jouant alors une fonction refuge dans un nouveau cadre de vie.

46Cependant, les effets d’appropriation, notamment des espaces extérieurs de la résidence sont eux-mêmes fortement découragés par le bailleur :

[...] j’ai l’impression qu’Alliade tient beaucoup à l’image de la résidence à ce qu’on peut dégager donc aux façades, à ce que tout reste vraiment très propre alors que nous on est des étudiants donc on peut pas vivre dans le contrôle… Si on a envie de fumer par exemple, on passe des cendriers sur la fenêtre et pour eux c’est inconcevable… ils enlèvent nos cendriers par exemple. -Entretien avec une kapseuse.

47Le bailleur met en avant son expérience des résidences étudiantes pour expliquer cela :

En termes de vie sociale, on est extrêmement vigilant, perçus comme des empêcheurs de tourner en rond… [...] Parce que quand vous occupez un logement à six ou sept, vous êtes tentés de mettre des choses sur les coursives, vous êtes tentés de stocker un peu des choses à l’extérieur […]. Et ça pour le coup on le sait par expérience de la gestion de résidences classiques, dès lors que vous laissez un peu d’élasticité dans le respect du règlement intérieur ça part tout de suite à vau-l’eau. -Entretien avec le responsable du pôle locatif étudiant d’Alliade Habitat.

48On voit ici que le choix de la résidentialisation et du contrôle des modes de vie par le bailleur renvoient à son expérience de résidences étudiantes classiques -voire à son cœur de métier, l’habitat social- pour lesquelles l’ouverture vers l’extérieur et les porosités aux quartiers d’installation ne sont pas centrales.

49Malgré ces différents effets, notamment la dépossession ressentie dans un premier temps par les habitants, la résidence s’est peu à peu intégrée au quartier, intégration rendue plus facile par les actions sociales et les pratiques habitantes intenses menées par une bonne part du collectif des kapseurs. Ceux-ci, malgré l’asymétrie des rapports introduits par les énoncés du dispositif et les écarts statutaires sont globalement perçus positivement et avec bienveillance et enthousiasme par les habitants du quartier.

Des actions sociales discutées

50A partir de cette relative fermeture résidentielle, qui influe sur la nature de la mixité instaurée, les kapseurs doivent pourtant mettre en place des actions sociales. Du fait de l’arrivée dans un territoire où l’Afev n’intervenait pas auparavant, c’est surtout la visibilité auprès des habitants et la mise en réseau aux autres acteurs associatifs et sociaux qui a été travaillée. La connaissance et la reconnaissance du dispositif sont pensées comme un préalable aux effets de mixité recherchés.

51Par exemple, le journal édité par les kapseurs joue à la fois le rôle de relais des actions construites mais propose également aux habitants de participer à certaines rubriques spécifiques. L’identification de personnes ressources au sein du quartier est un autre point important du lancement du projet, passant par la mise en relation aux principaux acteurs associatifs et commerçants dont les locaux peuvent d’ailleurs devenir des supports d’action.

52Des actions, d’abord pensées comme des tentatives d’approche de certaines populations deviennent au fur et à mesure des actions en elles-mêmes, perdant donc au fil du temps leur rôle d’amorce de changement des rapports sociaux dans le quartier. Ainsi, partant du constat d’une faible représentation des femmes dans les espaces publics, un groupe de kapseurs organise hebdomadairement des jeux de quilles devant l’école du quartier. Cette action a pour but de se rapprocher des mères du quartier, certains kapseurs discutant avec elles pendant que leurs enfants jouent avec d’autres. Face au succès de cette activité, les kapseurs décident de la diversifier en proposant d’autres activités sportives aux enfants. Ainsi, tous les dimanches des activités sportives sont proposées, sur des temporalités que la professionnalisation de l’action sociale exclut. Si certains des enfants touchés sont ainsi associés à d’autres actions, ce n’est pas le cas des mères de famille qui n’en sont plus un public central ni un groupe avec lequel on tente d’interagir. L’action se perpétue mais une partie de son rôle premier est donc évacuée. Cet exemple illustre cependant aussi la capacité d’improvisation et de redéploiement des kapseurs sur d’autres publics plus faciles à capter.

53Par ailleurs, certaines actions des kapseurs semblent entretenir des stigmatisations du quartier et de ses habitants. Si l’on prend l’exemple du film documentaire réalisé sur le thème de la mémoire du quartier de la Saulaie, il est assez intéressant de noter comment celui-ci fait ressurgir une lecture misérabiliste. L’isolement, l’histoire des crues qui touchaient régulièrement le quartier, l’insistance sur la rupture qu’a constitué dans son peuplement l’installation d’une cité de transit y sont ainsi mis en avant. L’identité, la cohérence et les frontières du quartier semblent cristallisées au travers du film, malgré les effets d’ouverture signalés plus haut. Il présente toutefois l’intérêt d’avoir été réalisé après consultation d’habitants et de membres d’associations du quartier ce qui peut conférer une certaine validité sur le vécu et le ressenti des habitants sur leur lieu de vie et illustre les efforts de prise de contact avec le territoire et ses acteurs. Mais cela montre également l’enfermement du dispositif dans un territoire institutionnel davantage que vécu.

54Les kapseurs interviennent également auprès d’une association de jardin partagé, en assurant des permanences pour recueillir du compost. Or, ce jardin est soumis à des tensions entre habitants du quartier et habitants d’autres parties d’Oullins qui le fréquentent. Un habitant, très impliqué dans les associations de la Saulaie, confie notamment ne pas s’entendre avec la présidente, trop directive, qui vient « de l’autre côté » d’Oullins. Cet exemple montre comment certaines actions renvoient à des conflits de légitimité entre différents types d’habitants, renvoyant aux difficultés de la mixité sociale.

55De plus, les kaps sont intégrés dans des quartiers en Politique de la Ville. Ceux-ci sont loin d’être des déserts associatifs. Dès lors le risque d’une juxtaposition à d’autres dispositifs est important. Le contexte du quartier et la présence d’initiatives déjà nombreuse est d’ailleurs pointée par certains kapseurs :

Après est ce que dans le quartier ça a une utilité d’être autant… […] Parce qu’il y a beaucoup d’associations qui sont présentes et donc du coup je me demande si c’est vraiment très utile d’avoir fait une résidence ici. Je sais qu’à Toulouse, j’y suis passée, ils sont 60 aussi, il y a plusieurs immeubles collés, […] et le quartier est vraiment hyper grand […] Et là ça a du sens parce que c’est vraiment difficile, les gens se croisent pas forcément… […]. Tandis qu’ici il y a vraiment des lieux où les gens peuvent se retrouver […]. Donc au final les gens se connaissent, il y a déjà un lien qui est là, il y a des acteurs associatifs il y a plein de trucs. Donc nous on essaye plus de faire du renforcement -Entretien avec une kapseuse

56Cet aspect, dans le cadre d’une certaine impréparation et d’une faiblesse de communication au sujet de l’installation des kaps à Oullins, soulève chez les partenaires associatifs et sociaux présents différentes interrogations sur le rôle précis des kapseurs. Elles sont accentuées par le caractère expérimental des kaps qui ne permet pas de donner une définition claire du rôle que ceux-ci doivent assumer, entre travail et médiation sociales. Elles sont également accentuées par le refus de kapseurs de s’insérer dans certains dispositifs, par crainte d’être instrumentalisés et de perdre leur autonomie dans la définition de leurs champs d’action. Le salarié de l’Afev renforce cette impression de flou en tentant de proposer une co-construction avec les partenaires de la définition du rôle et des modes d’action des kapseurs.

[…] aujourd’hui, les kaps on a pas encore modélisé… précisément. Pourquoi ? C’est logique, on en est qu’au début. […] Aujourd’hui je te dis que c’est plutôt ce genre d’action que je vois pour le kaps et on peut en rediscuter au mois de juin et si ça se trouve… un an de recul […], deux ans de recul, je te dirais peut-être autre chose et c’est au bout de trois, quatre, cinq ans que l’on saura à peu près ce que c’est… - Entretien salarié Afev

57Les doutes sur l’investissement réel et la mesure de celui-ci sont également importants. Selon le salarié de l’Afev, il y aurait un tiers des kapseurs pleinement investis, un tiers qui suivraient ceux-ci et un tiers en réalité très éloignés des actions.

58Il a été possible d’observer, lors d’une réunion de bilan de la première année, que cette hésitation et ces interrogations sur l’investissement réel rendent dubitatifs les acteurs les plus institutionnalisés et aux modèles professionnels les plus établis, renvoyant aux conflits de légitimation récurrents entre professionnels de l’action sociale et bénévoles (Ion, 1990). L’accueil réservé des acteurs les plus institutionnalisés est aussi dû à la faiblesse des informations fournies et de la préparation de l’arrivée du kaps sur le territoire. Il est en revanche notable que les acteurs associatifs bénévoles ont quant à eux un regard beaucoup plus bienveillant et positif sur l’action des kapseurs :

A certains égards, bien évidemment qu’il y a des complémentarités et que les kapseurs vont là où les acteurs ne peuvent pas ou ne veulent pas aller et notamment quand ils produisent des évènements, […] des fêtes le dimanche… […] Ou alors aller tisser du lien social dans le quartier, mais là on est vraiment sur de la couture, sur du micro. […] Après il faut faire attention, quand on arrive sur un quartier aux équilibres, aux partenariats existants, pour pas tout déséquilibrer et pour pas aussi… penser qu’on peut révolutionner les choses du jour au lendemain. […] les kapseurs ne remplaceront jamais les travailleurs sociaux. C’est pas leur rôle.-Entretien chargé de projet politique de la ville

59De plus, les habitants et le centre social, identifiant les kapseurs à leur condition étudiante formulent également des demandes de soutien scolaire, d’abord peu encouragées par l’Afev. En effet, elle propose déjà de l’accompagnement éducatif dans d’autres territoires de l’agglomération et se place dans une optique de différenciation de ses actions associatives. Cependant, la plupart des thématiques ont été définies avant leur arrivée et certaines actions sont régulièrement réorientées. Pour l’année 2015-2016, l’association at décidé de davantage collaborer avec le centre social et certains kapseurs assument des permanences de soutien scolaire au sein de celui-ci. Ce revirement renvoie à la manière dont les kapseurs sont perçus et acceptés au sein du territoire par ses acteurs préexistants. Puis à partir de 2016-2017, l’accompagnement éducatif a été mis en place, à l’image de ce qui était déjà une obligation dans d’autres kaps. L’absence de liens entre le quartier et l’association avant l’installation du kaps a amené à cette décision. Elle semble être un moyen d’acquérir une légitimité auprès d’autres acteurs associatifs, notamment les plus institutionnalisés, à partir d’une action labellisée, éprouvée et régulière. Elle est aussi une manière d’intégrer plus finement le quartier.

Conclusion

60A partir d’une proposition originale de logement abordable à vocation de création de mixité sociale, l’Afev a construit un objet complexe dont les modes d’implantation et les territoires d’installation sont très divers. La résidence de la Cité illustre de nombreux enjeux autour de l’ambivalence des objectifs du dispositif. Au travers d’une imprégnation des postulats de la Politique de la Ville et de la différenciation que l’énoncé du projet crée entre plusieurs manières d’habiter, il paraît créer un différentiel de légitimité entre celles-ci et ne met pas en valeur les extensions socio-spatiales du quartier, au-delà des frontières institutionnelles.

61Au niveau du montage du projet, le choix de localisation de la résidence semble relever d’une opportunité foncière davantage que d’une réelle interrogation sur le contexte du territoire, soumis à des changements urbains. A cela s’ajoute une faible préparation de la venue du projet, autant du point de vue des autres acteurs du territoire et des habitants, que de la mise en place de l’Afev.

62Malgré ces écueils, l’investissement de la majorité des participants est indéniable et permet une appréhension collective et individuelle du quartier faites d’interactions riches et diversifiées, malgré différents effets de coupure marqués par la résidence. Pour les kapseurs, la création d’un collectif, la mise en réseau de compétences pour proposer des actions et les réorienter sont autant d’éléments de leur propre empowerment. Se faisant ils se heurtent comme on l’a vu aux pratiques et conceptions de certains acteurs sociaux du territoire.

63L’ajustement de l’Afev à des demandes des partenaires et habitants illustre une adaptation aux louvoiements inhérents au montage d’un dispositif expérimental. De plus, du point de vue des kapseurs et même si certains évoquent des réserves quant aux effets et moyens du projet, on peut noter un très fort investissement, malgré ces divers dysfonctionnements, et l’apparition d’effets d’ancrages importants chez ceux-ci vis-à-vis de leur quartier. La durabilité du dispositif doit également être interrogée au regard de la contractualisation entre l’Afev et le bailleur, rompue dès l’été 2017 dans le cas de la résidence de la Cité. La gestion des actions sociales est désormais internalisée par le bailleur car celles menées paraissaient trop expérimentales.

64Ce dispositif questionne plus largement la mise en place d’une mixité sociale et reposant sur des énoncés très institutionnels et proches de ceux de la Politique de la Ville. On peut aussi s’interroger sur les effets d’une telle mixité car davantage que sociale, celle-ci serait davantage statutaire avec l’intégration d’étudiants -dont on peut également confronter la pérennité des effets en regard de la présence transitoire de ses animateurs. Pour le quartier de la Saulaie, les bouleversements urbains à ses marges peuvent faire voir les kaps et la mixité qu’ils proposent comme un dispositif d’accompagnement de la transition urbaine, préparant la diversification attendue de sa population en « normalisant » une partie de ses rapports sociaux par des actions sociales.

Haut de page

Bibliographie

AUTHIER J.-Y., BACQUE M.-H. et GUERIN-PACE F. (dir.), 2007, Le Quartier. Enjeux scientifiques, actions politiques et pratiques sociales, Paris, La Découverte, 299 p.

BACQUE M.-H, FIJALKOW Y., FLAMAND A. et VERMEERSCH S. 2010, « « Comment nous sommes devenus hlm ». Les opérations de mixité sociale à Paris dans les années 2000 », Espaces et sociétés n°140-141, p.93-109.

BACQUE M.-H. et SINTOMER Y.(dir.). 2011. La démocratie participative : histoire et généalogie, Paris, La Découverte, 288 p.

BACQUE M.-H. et SINTOMER Y. 2001. « Affiliations et désaffiliations en banlieue. Réflexions à partir des exemples de Saint-Denis et d’Aubervilliers », Revue Française de Sociologie, vol. 2, p. 17–49.

BETIN, C. et COTTET-DUMOULIN L. 1999, « Mémoire fluviale, planification stratégique. Le cas d’Oullins dans l’agglomération lyonnaise », Les Annales de la Recherche Urbaine, n°82, p. 118-129.

BURDESE A.-M., 2002, L’étudiant, Le Quartier Populaire : Les Illusions de La Mixité. L’exemple de La Métropole Lilloise, Paris, L’Harmattan, 228 p.

CHAMBOREDON J.-C. et LEMAIRE M. 1970, « Proximité spatiale et distance sociale. Les grands ensembles et leur peuplement », Revue Française de Sociologie, vol.11, n°1, p. 3-33.

DEMOULIN J., 2016, La gestion du logement social. L’impératif participatif, Rennes, PUR, 276 p.

DEVAUX C., 2015, L’habitat participatif : de l’initiative habitante à l’action publique, Rennes, PUR, 394 p.

DRIANT J.-C., LELEVRIER C. et ZETLAOUI J., 2013, Promotion des logements solidaires. Rapport d’évaluation, Rapport pour le fond d’expérimentation pour la jeunesse, thématique logement, Lab’Urba Paris Est Créteil.

HAMMOUCHE A., 2012, Politique de la ville et autorité d’intervention : contribution à la sociologie des dispositifs d’action publique, Villeneuve d’Ascq Presses universitaires du Septentrion, 324 p.

ION J., 1990, Le travail social à l’épreuve du territoire, Toulouse, Privat, 174 p.

ION J., 2005, « Brève chronique des rapports entre travail social et bénévolat. » Pensée plurielle n° 10, p. 49–57.

KIRSZBAUM T., 2011, « Le logement social dans l’impensé de la ville multiethnique », in HOUARD N. (dir.), Loger l’Europe : le logement social dans tous ses États, Paris, La Documentation française, 390 p.

TISSOT S., 2007, L’État et les quartiers : genèse d’une catégorie de l’action publique, Paris, Seuil, 300 p.

VERMEERSCH S., 2004, « Entre individualisation et participation : l’engagement associatif bénévole », Revue française de sociologie, vol. 45, n°4, p. 681–710.

Haut de page

Notes

1 La loi Molle, dite loi Boutin, de 2009, a ouvert le droit à la colocation en logement social pour ces catégories de populations. Le dispositif est cependant beaucoup plus largement investi par les étudiants, notamment du fait de l’intégration de l’Afev au monde universitaire.

2 Mais dans certaines régions, comme Rhône-Alpes, qui demeure le territoire d’intervention de l’Afev malgré sa fusion avec l’Auvergne, l’objectif affiché est de passer à 1000 places d’ici 2020 -155 à la rentrée 2016.

3 Les résultats présentés ici sont issus d’un terrain spécifiquement dédié au kaps de la Saulaie d’Oullins de janvier à septembre 2015 et sont issus d’une enquête mêlant entretiens individuels avec des membres de l’Afev, des kapseurs (une vingtaine), observation d’actions et de réunions de travail et d’entretiens avec le responsable de la politique de la ville à Oullins et avec le bailleur social, Alliade.

4 Propos notamment tenus par un des participants à une réunion de bilan de la première année d’actions du kaps de la Cité.

5 Ecole Nationale des Travaux Publics de l’Etat et Ecole Nationale Supérieure d’Architecture de Lyon.

6 Celle-ci peut cependant être questionnée au regard du caractère temporaire de cette installation, avec un taux de rotation d’environ 50% entre la première et la deuxième année du dispositif.

7 http://www.rue89lyon.fr/2017/10/02/dossier-oullins-nouveau-visage-de-gentrification-lyonnaise/, consulté le 9 décembre 2017.

8 une dizaine vivent dans la résidence.

9 http://www.urbalyon.org/site/QuestionnaireLoyer/, consulté le 6.12.2017

10 Dans le cadre de ses nouvelles compétences sur les questions sociales et de l’habitat.

11 Il doit également fournir des pistes des réflexion sur la gestion des kaps à l’échelle de la Métropole.

12 kolocsolidaires.org, consulté le 17.01.2017.

13 Le busing est né aux Etats-Unis. Il consiste à envoyer étudier les enfants d’un quartier défavorisé dans les écoles des quartiers alentours afin de créer de la mixité scolaire. Cette pratique n’a été développée en France que par quelques municipalités, notamment à la Saulaie où il a été imposé par la mairie en 2003.

14 L’usage des salles communes est en fait principalement dédié aux réunions des kapseurs, à des évènements festifs internes, à la réalisation de leur travail universitaire.

15 L’action « repas international » qui voulait organiser des repas partagés consacrés à des spécialités culinaires étrangères ou régionales a connu un faible succès du fait de l’impossibilité d’accueillir ailleurs que dans les logements des kapseurs les participants potentiels.

16 Deux habitants d’ailleurs intégrés à des actions des kapseurs et membres actifs de la composante associative du quartier.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Tableau 1 : Indicateurs sur les revenus et le logement dans le QPV de la Saulaie en regard d’Oullins et de la Métropole de Lyon
URL http://journals.openedition.org/geocarrefour/docannexe/image/10350/img-1.png
Fichier image/png, 7,7k
Titre Figure 1 : Eléments de localisation du quartier et principaux territoires d’actions des kapseurs
Crédits Conception et réalisation : Auteur sur AI CS2, 2017 / Fonds de carte : Géoportail/IGN libre de droits
URL http://journals.openedition.org/geocarrefour/docannexe/image/10350/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 376k
Titre Figure 2 : Façade de la résidence de la Cité
Crédits Source : auteur, 2015
URL http://journals.openedition.org/geocarrefour/docannexe/image/10350/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 2,7M
Titre Tableau 2 : Description de quelques actions menées en 2014-2015
Crédits Auteur, 2017, Sources : Auteur, 2014
URL http://journals.openedition.org/geocarrefour/docannexe/image/10350/img-4.png
Fichier image/png, 129k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Alexandre Albert, « Les effets socio-spatiaux d’un dispositif résidentiel d’incitation à la mixité sociale. L’exemple de la résidence « kolocations à projets solidaires » de la Cité à Oullins (Rhône) », Géocarrefour [En ligne], 91/4 | 2017, mis en ligne le 12 décembre 2017, consulté le 26 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/geocarrefour/10350 ; DOI : 10.4000/geocarrefour.10350

Haut de page

Auteur

Alexandre Albert

doctorant, UMR 5600 EVS, ENS de Lyon, 5 parvis René Descartes, 69007, LYON alexandre.albert@univ-lyon2.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Géocarrefour

Haut de page
  • OpenEdition Journals