Navigation – Plan du site
Compte rendu d'ouvrages

Nathalie Ortar, Elisabeth Anstett (dir.), Jeux de pouvoir dans nos poubelles. Economies morales et politiques du recyclage au tournant du XXIe siècle

Laurence Rocher
Référence(s) :

ORTAR N., ANSTETT E. (dir.), 2017, Jeux de pouvoir dans nos poubelles. Economies morales et politiques du recyclage au tournant du XXIe siècle, Paris, Editions Petra, 224 p.

Texte intégral

  • 1 auteure notamment de The Ethics of Waste (2006).

1Deuxième ouvrage paru dans la collection Matière à recycler (Editions Petra), « Jeux de pouvoirs dans nos poubelles », coordonné par Nathalie Ortar et Elisabeth Anstett, s’intéresse aux « Economies morales et politiques du recyclage au tournant du XXIe siècle ». La collection, créée en 2015 et dirigée par Elisabeth Anstett et Nathalie Ortar, a pour vocation d’accueillir des travaux de sciences humaines et sociales dont l’objet est de « documenter et d’analyser les pratiques, les logiques et les discours qui président à la disqualification comme à la requalification des déchets » (Ortar & Anstett, 2017). L’ouvrage « Jeux de pouvoir dans nos poubelles » rassemble des contributions issues d’une journée d’étude de l’atelier Deuxième vie des objets organisée en 2015 à l’occasion de la venue de la sociologue australienne Gay Hawkins1, qui signe le premier chapitre de l’ouvrage. Composé de dix chapitres, il remplit pleinement l’objectif de contribuer à « rendre visible la vitalité des recherches conduites sur les questions de récupération ou de recyclage, et plus généralement dans le champ des discard studies » (Ortar & Anstett, 2017, p. 7). En effet, il donne à voir la richesse et la variété des approches disciplinaires, des objets et des contextes qui peuvent être mobilisés pour décrypter « les économies morales sur lesquelles sont adossées les pratiques liées aux restes ou aux déchets » (Ortar & Anstett, 2017, p. 9). Les auteurs, chercheurs en sociologie et anthropologie, mais aussi en géographie, en philosophie, en aménagement du territoire, en histoire de l’art, rendent compte de pratiques, de principes et d’idéologies relatifs à des matériaux singuliers, observés dans plusieurs pays d’Europe et d’Amérique. Chacun s’attache à analyser avec rigueur et pertinence les représentations et motivations inhérentes à diverses formes d’engagement envers les matières résiduelles, qu’elles soient collectives ou individuelles, répondant en cela à l’invitation des coordinatrices de l’ouvrage à contribuer à la « compréhension des cadres normatifs qui sous-tendent les diverses manipulations de restes et de déchets » (Ortar & Anstett, 2017, p. 8).

2Gay Hawkins propose de penser les matières résiduelles comme « actant politique » à travers la notion de « matériau politique », c’est à dire de les considérer non comme des objets passifs, mais comme étant « dotés de capacités politiques constitutives » (Hawkins, 2017, p. 17). Ce premier chapitre présente l’intérêt d’offrir au lectorat français un aperçu synthétique et très clair de ses travaux, représentés à travers trois cas : le développement du recyclage qui institue le recyclant comme nouvelle identité éthique ; les controverses matérielles suscitées par l’interdiction des récipients en polystyrène expansé à New York ; les futurs expérimentaux créés par la réutilisation des bouteilles en PET dans les aires routières en Californie pour le recyclage des eaux usées. A travers ces situations, toutes porteuses à leur manière de nouvelles réalités ontologiques du déchet, Gay Hawkins démontre avec force le rôle actif des déchets dont le « statut ontologique et les effets matériels ne sont pas fixes ou acquis à l’avance » (Hawkins, 2017, p. 18) mais quelque chose d’institué, résultat de relations multiples.

3Les deux chapitres qui suivent effectuent une utile déconstruction de la notion de responsabilité élargie du producteur (REP), en mettant au jour les contradictions inhérentes à ce principe pourtant annonciateur d’une forte ambition morale.

4Romain J. Garcier et Fanny Verrax montrent l’origine et la difficile transposition d’un principe moral en dispositif technique et réglementaire. Prenant pour preuve les faiblesses de l’écoconception et des objectifs de recyclage (inaptes à prendre en compte certaines ressources critiques), ils pointent les limites de ce dispositif et son incapacité à « moraliser le rapport aux déchets ». En qualifiant la REP de « dispositif déresponsabilisant », ils sont rejoints par Jean-Baptiste Bahers qui illustre la mise en oeuvre de ce principe à travers la filière des déchets électriques. Il montre comment les dispositifs de recyclage reposent, de manière « contradictoire et paradoxale », à la fois sur une culpabilisation du consommateur et sa déresponsabilisation. Absout par sa contribution financière, le consommateur est finalement encouragé à non seulement à consommer mais aussi à abandonner des objets rapidement obsolètes pour alimenter des flux qui bénéficient à divers acteurs tels que les éco-organismes ou les entreprises d’insertion, lesquels se trouvent d’ailleurs en situation de concurrence autour de cette ressource.

5Les contributions suivantes nous amènent au plus près des pratiques quotidiennes des groupes sociaux et des lieux où se jouent la mise au rebut et la récupération. Les déchetteries, envisagées par Fanny Pacreau comme les nouveaux lieux de la gestion des déchets (porteurs de vertus et de lexiques renouvelés), en remplacement des anciennes décharges (chargées de valeurs subversives), se présentent comme un lieu privilégié où observer les « morales des restes » en actes. Fanny Pacreau y constate la concurrence entre la récupération informelle et le recyclage officiel, pour conclure sur la coexistence de la « dictature du tri et [de la] criminalisation de la récupération » (Pacreau, 2017, p. 92). Linda Gonzalez-Lafaysse analyse l’évolution de la perception des activités de récupération à travers la figure du chiffonnier au long du 20e siècle, nous conduisant des préceptes de Le Play jusqu’à ceux de l’économie sociale et solidaire actuelle. Tout en mettant en évidence la perpétuation d’une morale judéo-chrétienne associant la réutilisation des restes et l’accès à l’emploi, elle nous donne à voir de subtiles oscillations entre la marginalisation, voire la répression des activités de récupération et la reconnaissance de leur utilité sociale. Autre contexte : la région métropolitaine de Buenos Aires marquée par la crise du début des années 2000, où la transformation de la représentation des groupes de récupérateurs est abordée dans deux contributions qui mettent en évidence le rapport, qui se manifeste dans l’espace urbain, entre les déchets et la crise économique et sociale. Sebastian Carenzo explique que les activités de récupération, caractérisées par l’informalité et la précarité, ont fait l’objet de « formalisations professionnelles » suite à la mobilisation des cartoneros et parallèlement à une reconsidération des détritus comme matières recyclables. Mariano D. Perelman décrit le changement de perception de la récupération informelle (circujeo) et de ses acteurs à la faveur d’une représentation environnementale devenue dominante et instituant la figure des recuperadores urbanos.

6Dans des contextes politiques, géographiques et sociaux très divers, ces contributions décrivent des logiques d’appropriation des matériaux très directement déterminée par la valeur marchande des restes en question. Elles montrent les tensions qui se nouent à propos de la propriété des matériaux détritiques et se cristallisent avec la formalisation de circuits de recyclage. Mais il est aussi question dans cet ouvrage de cas où la valeur donnée aux objets se joue sur d’autres registres, que l’on pourrait qualifier de plus subjectifs. Ainsi, Stavroula Pipyrou fait état des représentations associées à la (non) réutilisation des vêtements de seconde main dans le sud de l’Italie, étroitement liée à la position sociale des utilisateurs, dessinant une « géographie des vêtements et de la valeur » (Pipyrou, 2017, p. 149). Denis Blot relate une observation des opérations de « nettoyage de la nature » dans le Nord de la France et en Wallonie qu’il classifie selon que ses participants sont motivés par une morale hygiéniste (ou domestique) ou environnementale. En s’intéressant à ces investissements autour du « déchet sauvage », il nous conduit au plus près de la définition de Mary Douglas, c’est à dire du déchet comme objet qui n’est pas à sa place. L’ouvrage se clôt avec la contribution de Déborah Laks sur la récupération en art, initiée par les nouveaux réalistes dans les années 1960 et telle qu’elle évolue au gré des préoccupations sociétales de surconsommation et de crise environnementale.

7Sans nécessairement y faire référence explicitement, chacun des neuf chapitres fait écho à la proposition introductive de Gay Hawkins de saisir les logiques, idéologies et pratiques formant des « morales des restes » en se démarquant de la condamnation morale implicite ou explicite dont les déchets sont l’objet. Si l’on peut regretter l’absence d’un propos conclusif, la succession des contributions fonctionne parfaitement. On chemine avec bonheur dans des contextes, des époques, des sociétés, des objets et des registres très différents à travers des approches qui convoquent tantôt les règles de droit, des pratiques relevant d’économies de la précarité, les dispositifs techniques ou encore l’art. Chacune de ces entrées renseigne de manière originale des engagements moraux et politiques singuliers, pour former un ensemble cohérent d’appréhension des « économies morales de la récupération ». Preuve s’il en est que les déchets et les restes se présentent non seulement d’inépuisables analyseurs du social mais que, comme le souligne Gay Hawkins en faisant référence à Isabelle Stengers, leur omniprésence « force la pensée ». Il reste à souligner la grande richesse d’un ouvrage qui représente une contribution importante à la recherche sur les déchets, les restes et la récupération, notamment en balisant de manière convaincante l’approche par les économies morales et politiques. Il a en outre le mérite d’engager le dialogue entre les travaux, principalement anglophones, qui reconnaissent les déchets ou les restes comme un champ à part entière - les discard studies- et la recherche francophone –et hispanophone- qui voit se multiplier les travaux qui se rapportent à ces objets (sans toutefois constituer un champ identifié)... tout en suscitant l’attente d’une troisième parution de la collection Matière à recycler !

Haut de page

Notes

1 auteure notamment de The Ethics of Waste (2006).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Laurence Rocher, « Nathalie Ortar, Elisabeth Anstett (dir.), Jeux de pouvoir dans nos poubelles. Economies morales et politiques du recyclage au tournant du XXIe siècle », Géocarrefour [En ligne], 91/3 | 2017, mis en ligne le 09 janvier 2018, consulté le 17 juillet 2018. URL : http://journals.openedition.org/geocarrefour/10359

Haut de page

Droits d’auteur

© Géocarrefour

Haut de page
  • OpenEdition Journals