Navigation – Plan du site

Désigner, mesurer, réguler : la mise en politique des flux et circulations

Naming, measuring and controlling : the politics of flows and circulations
Romain Garcier, Emmanuel Martinais et Laurence Rocher

Texte intégral

  • 1 Une collection de ces cartes est accessible en ligne : Minard Ch.-J., Tableaux graphiques et cartes (...)

1Charles-Joseph Minard (1781-1870) est connu pour être l’un des inventeurs de la visualisation moderne des données. De l’abondante production de cartes et diagrammes publiée par cet ingénieur des Ponts ressort une série de graphiques tout à fait novateurs qui représentent des mouvements dans l’espace. Dès 1844, Minard invente une représentation, qu’il appelle « tableau graphique », du trafic de voyageurs sur le réseau ferré (Minard, 1862, p. 2). Par la suite, Minard conçoit et réalise de nombreuses représentations cartographiques des flux de marchandises sur le réseau ferré et les voies navigables, des importations de céréales en France [Figure 1] ou de coton en Europe, des quantités de bestiaux amenés par le train pour alimenter Paris1. Ces productions graphiques saisissantes, réalisées avec une grande économie de moyens, possèdent une puissante force d’évocation. Mais ce n’est pas leurs qualités graphiques ou sémiotiques qui nous intéressent ici : c’est ce qu’elles révèlent de l’importance prise au XIXe siècle par la description et l’administration des circulations et de ce que Minard appelle les « mouvements » et que nous appelons les flux.

Figure 1 : Carte figurative des mouvements de provenance des céréales importées en France en 1867 (J-C Minard), Bibliothèque Nationale de France

Figure 1 : Carte figurative des mouvements de provenance des céréales importées en France en 1867 (J-C Minard), Bibliothèque Nationale de France

2Cette importance est rendue manifeste par deux tendances. D’une part, représenter les mouvements comporte un coût cognitif et économique élevé, puisque cela suppose de désigner une réalité mondaine comme un flux ou une circulation, et de constituer une information statistique et géographique sur cette réalité (Palsky, 1996). Au milieu du XIXe siècle, les corps techniques d’Etat, dont Minard est un éminent représentant, sont visiblement enclins à supporter ces coûts. D’autre part, Minard conçoit explicitement la représentation des flux et des circulations comme un élément permettant d’alimenter les débats parlementaires et d’éclairer les choix publics (Minard, 1862) - par exemple, sur les barrières douanières érigées face aux importations, l’investissement dans les canaux ou sur les routes que doivent emprunter les nouvelles voies de chemin de fer. L’œuvre de Minard témoigne ainsi de l’importance prise par les circulations comme objets de gouvernement, comme objets politiques.

3Pour Michel Foucault, c’est au XVIIIe siècle que les circulations sont instituées comme objets de gouvernement. Cette institution exprime un changement dans le mode de gouvernementalité que Foucault attribue à une nouvelle manière d’exercer le pouvoir souverain :

« Le souverain du territoire [est] devenu architecte de l’espace discipliné mais aussi, et presque en même temps, régulateur d’un milieu dans lequel il ne s’agit pas tellement de fixer les limites, les frontières, dans lequel il ne s’agit pas tellement de déterminer des emplacements, mais surtout essentiellement de permettre, de garantir, d’assurer des circulations : circulations des gens, circulations des marchandises, circulations de l’air, etc. » (Foucault, 2004, p. 31).

4Foucault relève en effet que l’action sur les circulations - qu’elle consiste à les désigner, à les connaître, à les faciliter ou à les entraver - est une “technologie de pouvoir” (ibid., p. 50) dont on peut dire qu’elle est essentielle non seulement au contrôle et à la police du territoire, mais aussi, plus fondamentalement, à l’exercice du pouvoir politique. Le pouvoir se manifeste en déterminant ce qui peut ou ne peut pas circuler; en suscitant, en canalisant et en aménageant les circulations. En ce sens, les circulations ne sont pas simplement des mouvements d’humains et de non-humains dans l’espace mais constituent aussi une matérialisation technologique de l’exercice de l’autorité. Et c’est à ce titre que l’analyse de leurs formes, de leurs trajectoires, de leurs quantités et de leurs rythmes permet de dire des choses sur la manière dont le pouvoir est constitué, négocié et exercé.

5Dans ce numéro, le parti pris par les différents auteurs est celui d’une lecture extensive des notions de pouvoir et de politique, puisqu’elles ne sont pas systématiquement ramenées à l’action du souverain, mais au contraire, à l’agir d’une pluralité d’instances publiques, privées, individuelles ou collectives. Le numéro insiste aussi sur le moment et les circonstances où certains flux, certaines circulations deviennent des objets politiques. Ces approches mettent donc les idées de Foucault à l’épreuve de lectures géographiques, historiques ou politistes de situations historiques ou contemporaines impliquant des configurations très variées des circulations et du pouvoir. Un certain nombre des textes qui composent ce numéro sont issus d’une journée d’étude organisée par les jeunes chercheur-e-s des laboratoires Environnement, Ville, Société (UMR 5600) et Triangle (UMR 5206). Ils sont complétés par des contributions proposées par des chercheurs ayant répondu à un appel à articles. Tous les articles s’intéressent aux modalités concrètes de désignation, de quantification et de régulation des mouvements pour tenter de comprendre comment elles contribuent à animer des dynamiques politiques, à alimenter des préoccupations sociales et/ou à façonner des espaces, et ce à plusieurs échelles spatiales (du local au continental).

6Cet article introductif se donne, quant à lui, deux objectifs principaux. Le premier a trait à la nécessité de clarifier la terminologie et les concepts qui sont utilisés pour parler du mouvement en sciences sociales. En effet, il existe une certaine forme d’imprécision terminologique et conceptuelle qui conduit à mélanger dans la description et l’analyse des réalités spatio-temporelles très différentes. Y a-t-il lieu de différencier entre les mobilités, les flux (terme que Foucault n’utilise pas), les mouvements, les circulations, les trajectoires, les transports, les itinéraires ? Peut-on proposer une terminologie cohérente, qui permette de saisir l’ensemble des processus de mouvement dans l’espace ? Le second objectif vise à esquisser un cadre théorique pour faire sens de l’émergence des flux et des circulations comme préoccupations politiques, en explicitant l’expression de “mise en politique” (proposée par Yannick Barthe en 2006) et en revenant sur le processus de désignation que nous voyons apparaître dans toutes les contributions.

Flux et circulations : quelques éléments de définition

7Depuis les années 1990, le mouvement, au sens le plus général du terme, a attiré l’attention de nombreux chercheurs en sciences sociales. Les travaux pionniers de Roger Brunet et d’Olivier Dollfus (1990), de Manuel Castells sur la société en réseaux (1998) et ceux de John Urry sur la fluidification du monde (2005 [2000]) avaient levé le voile sur les effets induits de la globalisation : l’intensification des mobilités, du mouvement, le développement des interconnexions entre les lieux et les individus recomposent les structures sociales et le devenir des sociétés nationales. Par la suite, des travaux ont analysé les modalités du mouvement des humains, des capitaux et des produits financiers (Dunford et al., 2014), des matières premières, des déchets (Crang et al., 2013; Gregson et Crang, 2015), des idées ou les informations (Saunier, 2014). Attentifs aux formes et aux véhicules des nouveaux mouvements (Ducruet, 2013; Birtchnell et Urry, 2015; Ducruet, 2016), ces chercheurs montrent que le développement des réseaux de transport et de communication nous a définitivement projeté dans l’ère de la mobilité généralisée, dans un monde où les échanges, commerciaux ou non, modifient si substantiellement les interactions sociales qu’elles remettent en cause les concepts mêmes de société (Urry, 2005) et d’État-nation (Jänicke, 2005 ; Jouve et Roche, 2006). L’actualité des enjeux de développement durable, résultant notamment de l’épuisement des ressources naturelles et du changement climatique, a par ailleurs conduit une partie de cette communauté de recherche à tester la robustesse de ces théories dans le champ de l’environnement (Spaargaren et al., 2006).

8Les terminologies employées pour décrire les mouvements sont assez profuses. Le mot le plus employé est certainement celui de « flux ». Dans les sciences de l’espace, le flux désigne d’abord une quantité de choses qui parcourt un réseau : le flux est la composante labile d’une structure plus ou moins pérenne, le réseau, qui véhicule et contient les choses en mouvement. Ce réseau peut être technique (un réseau d’eau, d’électricité ou un réseau informatique par exemple) ou naturel (flux d’eau et de sédiments au sein d’un réseau hydrographique par exemple). Mais le terme de flux peut prendre un deuxième sens : celui d’un collectif d’entités en mouvement entre deux pôles (le point de départ et le point d’arrivée), qui matérialise l’intensité d’une interaction entre ces deux pôles. Dans le cadre des modèles gravitaires en analyse spatiale, on peut penser par exemple aux mouvements d’individus ou de choses qui procèdent de l’interaction entre des corps massifs éloignés dans l’espace - des villes par exemple (Sheppard, 1979). Ici, le réseau est comme euphémisé : ce qui compte pour désigner le flux, c’est l’existence et la matérialisation d’une interaction. Ces deux acceptions principales nous permettent déjà de préciser quelques-unes des caractéristiques des flux.

9Tout d’abord, les éléments en mouvement qui composent le flux doivent être analysés comme un ensemble : le flux matérialise le déplacement unitaire d’un collectif. Deuxièmement, il est possible de donner une appréciation quantifiée de l’importance de ce collectif : le flux possède une intensité, mesurée par unité de temps. Troisièmement, la topologie des flux est généralement assez simple, puisqu’elle suit celle des réseaux ou repose sur l’identification de dipôles, qui permet de donner les bornes des déplacements et éventuellement leur direction (de l’origine O vers la destination D). Les dipôles en eux-mêmes ne sont pas nécessairement rapportés à des localisations géographiques précises : par exemple, parler des flux commerciaux entre la Chine et l’Europe est une facilité de langage qui agrège les flux et les espaces d’origine et de destination pour donner à voir l’intensité des échanges. Comme le précisent Bahoken, Zanin et Grasland, « La donnée de flux correspond à un agrégat dont les caractéristiques individuelles ont été perdues lors de sa construction, de même que le cheminement spatiotemporel entre les origines et les destinations n’est plus connu avec précision » (Bahoken, Zanin et Grasland, 2016, p. 65). C’est au titre de ces caractéristiques que le flux a fait l’objet de réflexions récentes sur les contraintes pesant sur sa représentation cartographique : les travaux de Françoise Bahoken, en tout premier lieu, illuminent les questions théoriques et pratiques posées par la représentation des flux (Bahoken, 2016).

10La notion de circulation, quant à elle, est affectée de significations un peu différentes. De manière générale, la circulation désigne le mouvement en tant qu’il suit une trajectoire, c’est-à-dire qu’il est rapportable à un référentiel spatial. Si la circulation se réfère comme le flux au mouvement, au déplacement, elle emprunte des itinéraires, jalonnés de positions repérables dans l’espace géographique. La circulation n’est pas nécessairement quantifiée mais elle est en revanche toujours positionnée dans l’espace-temps. De ce fait, la circulation décrit les trajets empruntés par des entités en mouvement (comme dans les études de diffusion spatiale, par exemple). En géographie, la circulation constituait un élément essentiel de la géographie humaine de Friedrich Ratzel, qui en fait un ressort de l’expérience existentielle des collectifs humains (Hückel, 1906) : la circulation acquiert sous sa plume une signification quasiment écologique. Cet usage est graduellement tombé en désuétude et c’est même contre lui que Gottmann se positionne quand il remobilise le concept de circulation dans les années 1950, pour en faire un principe d’évolution et d’émergence des territoires (Labussière, 2009). À partir des années 1930, le concept de circulation est cependant principalement employé pour décrire les formes et les moyens (notamment de transport) que prennent les mobilités humaines (comme dans la Géographie des circulations à la surface des continents publiée par Capot-Rey en 1946). Clozier, en 1951, distingue ainsi entre « la géographie de la circulation, qui envisage les modes de transport et leurs relations avec les conditions physiques et humaines » et « la géographie des courants de circulation, qui a pour objet propre les grands mouvements d’hommes et de marchandises qui s’effectuent à la surface du globe » (Clozier, 1951, p. 145) - en d’autres termes, les flux.

11Cette rapide analyse laisse entrevoir pourquoi les deux concepts de flux et de circulations sont complémentaires en géographie et dans les sciences sociales : s’ils décrivent le mouvement de collectifs de choses, ils insistent sur des dimensions différentes - la quantité et l’interaction pour l’un, la spatialité et la temporalité pour l’autre. Dans ce numéro, ces deux concepts caractérisent une très grande variété d’objets et de contextes, mettant en regard des circulations humaines (des piétons à Albi, des habitants de Jakarta, de Lyon, de plusieurs pays africains) avec des flux matériels très divers (l’eau des canaux de Provence, le gaz russe, l’électricité en Europe, les marchandises en Zambie, les déchets en France)... Toutes ces contributions éclairent, dans des contextes, à des époques, et selon des disciplines variées ce que nous avons choisi d’appeler la « mise en politique » des flux et des circulations.

Mettre en politique les flux et les circulations

12La notion de « mise en politique » est passée dans l’usage commun pour désigner certains processus de saisie de questions sociales ou techniques par le politique. Une rapide recherche révèle que dans les années récentes, bien des choses ont été « mises en politique » : le développement durable (Daniel, 2015), les services environnementaux et écosystémiques (Antona et al., 2012), la biodiversité (Deverre et de Sainte Marie, 2008), les jardins collectifs urbains (Mousselin et Scheromm, 2015), la nature néo-calédonienne (Faugère, 2008) – parmi de nombreuses autres choses. Curieusement, le terme ne fait jamais l’objet d’une définition à bords francs et il ne constitue pas en lui-même un horizon problématique : le concept semble avoir l’évidence des choses partagées. Ce qui est questionné, ce n’est pas le concept de « mise en politique » ou son usage, mais les processus qu’il enveloppe.

13Or, le concept a une histoire. Tel qu’il a été proposé originellement par le sociologue Yannick Barthe, il est très précis et distinctif. Dans sa thèse et le livre qui en est tiré (paru en 2006), Barthe éprouve le besoin de parler de mise en politique pour décrire et analyser ce qu’il observe – à savoir, la transformation rapide d’un sujet technique (la gestion des déchets nucléaires) en objet politique à l’extrême fin des années 1980. La mise en politique, c’est le processus « d'accès à l’espace politique » d’une cause, d’un sujet technique, d’un problème social qui relevait jusque-là d’un traitement non politique. La mise en politique diffère de la politisation, « entendue comme inscription dans un registre partisan » (Barthe, 2010, p. 92). Elle diffère également de la mise sur agenda qui désigne la construction puis la saisie d’un problème social par l’action publique : là où la mise sur agenda revient à constituer un enjeu comme objet de politique publique, la mise en politique correspond au transfert délibéré d’un sujet d’une arène technique à une arène politique par un double mouvement de publicisation d’une part et d’ouverture au débat de l’autre. La mise en politique constitue une stratégie délibérée de certains acteurs, qui ne sont pas nécessairement gouvernementaux : elle consiste à utiliser les ressources du politique pour dépasser les limites de la problématisation technique. La mise en politique permet de susciter et d’organiser des formes de délibération sur des sujets qui relevaient jusqu’alors d’autres champs et d’arriver ainsi à une forme de décision – ou même, comme l’écrit Barthe, « d’indécision ».

14Ce propos un peu théorique peut être utilement rapporté au contexte qui l’a vu naître : le cas des déchets nucléaires. Entre les années 1960 et les années 1980, un consensus émerge au sein de la communauté des atomistes pour faire du stockage géologique en couche profonde des déchets radioactifs de haute activité la solution technique préférentielle. Ce consensus se fonde sur ce que Barthe appelle des « irréversibilités », c’est-à-dire des choix techniques sur lesquels il ne semble plus possible de revenir : la solution technique de référence, discutée dans des cénacles experts, a pour vocation de s’imposer sans réelle discussion politique. C’est précisément l’impossibilité pour cette décision de s’imposer au public à la fin des années 1980 qui lance le processus de mise en politique : « Non seulement le traitement politique du problème des déchets nucléaires s’impose quand il n’y a plus rien à décider sur le plan des orientations techniques mais, d’une certaine manière, il s’impose parce qu’il n’y a plus rien à décider » (Barthe, 2006, p. 95). La mise en politique est alors un moyen de sortir de l’impasse créée par la gestion technicienne du problème des déchets radioactifs. Elle permet de faire émerger des solutions et des concepts que les techniciens avaient écartés, par exemple, celui de « réversibilité » du stockage de déchets en couche géologique profonde.

15Cet usage précis du concept de « mise en politique » nous paraît receler de riches possibilités pour comprendre le moment et les circonstances où les flux et circulations échappent à la problématisation technique pour devenir des enjeux politiques et publics. Comme nous allons le montrer dans les paragraphes qui suivent, trois dimensions apparaissent incontournables pour rendre compte des processus de « mise en politique » spécifiques aux flux et circulations. Tout d’abord, la désignation d’une circulation, d’un flux comme faisant problème est une dimension essentielle de sa “mise en politique” : il s’agit de comprendre comment, de manière généralement contingente, tel flux est désigné par un ou des acteurs sociaux comme devant faire l’objet d’un traitement spécifique et/ou d’une action publique. Cette désignation, conçue comme un processus de mise en visibilité, s’accompagne en général d’une représentation et d’une quantification des flux et des circulations considérés. Ces activités de quantification et de représentation (cartographiques ou statistiques) consistent à produire et à diffuser de l’information relative à ces mouvements et, ce faisant, contribuent à les cadrer et à les normaliser. Enfin, diverses formes d’institutionnalisation jouent un rôle essentiel dans la « mise en politique ». Repérables aux effets de « mise en administration » visant, à travers des organismes, des politiques, des mesures dédiées, à réguler les flux, elles entraînent des formes de création, de captation, de distribution des ressources associées au mouvement des objets et des humains dans l’espace et par là-même opèrent, des (re)distribution de pouvoir.

Désigner : instituer les flux comme objets politiques

16La charge politique des flux et des circulations s’exprime tout d’abord dans la façon dont ils sont socialement désignés. Forgé par la sociologie de la déviance, le concept de « désignation » fait référence à la théorie de l’étiquetage (labeling theory) selon laquelle une transgression n’existe pas dans l’absolu, mais résulte d’une réaction sociale qui conduit à l’identifier et à la faire reconnaître comme telle (Becker, 1963 ; Ogien, 2012). Par analogie, on observe que les flux et circulations n’existent pas indépendamment des procédés d’étiquetage dont ils sont l’objet, c'est-à-dire des conventions sociales qui sont élaborées pour les nommer, les représenter, les classer, etc. Comme les faits de déviance à un autre niveau, ils sont en quelque sorte fabriqués par ces actions collectives qui visent à les désigner sous une forme particulière, à des fins de prise de contrôle notamment. De ce point de vue, la désignation peut s’envisager comme un mode de qualification politique qui institue les flux et circulations comme des entités beaucoup plus consistantes que les simples déplacements de matières, de marchandises ou de personnes, qu’ils sont supposés figurer ou symboliser. Ainsi saisis, ils sont reconnus comme autant de problèmes collectifs, deviennent des objets de politiques publiques, des ressources d’action, des cadres de régulation, etc.

17Cet effet instituant de la désignation des flux et des circulations ressort particulièrement bien de la contribution d’Angélique Palle consacrée aux transports d’électricité en Europe. Son texte montre comment l’augmentation de la demande et l’intensification des échanges entre les États membres de l’Union Européenne au début des années 2000 conduisent progressivement les acteurs de l’énergie à ne plus seulement désigner les flux correspondants par leurs caractéristiques techniques, mais également par les conflits qu’ils génèrent. C’est très net pour les contestations locales liées au développement des infrastructures et les décisions nationales susceptibles d’affecter les États voisins en les privant potentiellement d’une ressource essentielle au fonctionnement de leur économie. Plutôt « discrets » par nature, peu médiatisés et neutralisés par la logique de marché, les transports d’électricité gagnent alors en visibilité en même temps qu’ils bénéficient d’un regain d’intérêt des autorités de régulation européennes. De ce point de vue, on note que le processus de désignation qui fait apparaître ces flux comme des enjeux liés à la souveraineté des États (au niveau macro) et la préservation du cadre de vie (au niveau micro) contribue au final à instituer un mode de gestion beaucoup plus politique des réseaux et des relations d’échange entre pays voisins.

18Portant sur un contexte radicalement différent, la contribution de Rémi Desmoulières met elle aussi en évidence cet effet instituant de la désignation des flux et circulations. A partir d’une enquête ethnographique sur les déplacements urbains à Jakarta en Indonésie, Desmoulières analyse la “mise en ligne” des transports par minibus pour montrer que l’inscription de ce service dans des flux régulés et réguliers permet à la fois l’exploitation économique des besoins de mobilité des citadins et l’organisation du milieu des transporteurs qui associe des propriétaires, des équipages (chauffeurs et receveurs) et des institutions coordonnatrices (coopératives et entreprises). Dans un pays marqué par l’absence de système de déplacement centralisé, la mise à disposition du service de transport sur des itinéraires fixes agit finalement comme une sorte de procédé d’étiquetage qui fait exister les lignes de minibus, non pas simplement comme des cheminements tracés sur un espace viaire, mais comme des territoires de régulation politique co-construits par le milieu des transporteurs et les acteurs publics, principalement le gouvernorat de Jakarta. La ligne, en tant que flux institué, contribue alors à limiter les effets de la concurrence inhérente aux systèmes de transports non-centralisés en créant une rente dont les conditions d’accès, négociées avec les propriétaires et coopératives de bus, assurent une rentabilité minimum aux transporteurs qui exploitent le service. La mise au jour de ce système contractuel de rétribution fait d’ailleurs constater à l’auteur que « quand la ligne n’est plus une ressource, elle est dépolitisée ».

19Sur un autre registre encore, le texte de Mathieu Durand, Jean-Baptiste Bahers et Hélène Béraud contribue lui aussi à révéler les ressorts politiques de la désignation des flux et circulations. Il montre en effet comment l’étiquetage des déchets comme matières propices au développement de l’économie circulaire est fortement corrélé à des visions du monde et des modèles d’organisation de la société privilégiant les échanges de proximité, les circuits courts et le bouclage des transferts de matières dans des cadres territoriaux limités. En envisageant les flux de déchets au prisme de l’économie circulaire, l’enjeu est finalement de mettre en correspondance les lieux de gisement avec les centres de recyclage alors que dans la plupart des situations observées, la partie des déchets gérée localement est celle qui a le moins de valeur ajoutée, tandis que la partie la plus facilement valorisable au plan économique a tendance à s’exporter sur des distances parfois considérables. Pour lutter contre ces logiques de marché qui créent des polarisations largement déconnectées des efforts de planification de proximité et de bouclage local des flux, les auteurs proposent alors de réfléchir au développement de stratégies de recyclage et de valorisation plus diversifiées, privilégiant une gestion plus décentralisée et en définitive, plus politisée des déchets.

20Comme d’autres textes réunis dans ce numéro, cette dernière contribution s’attache à décrire la façon dont les flux et circulations sont socialement désignés pour être mis au service de projets politiques portés par des groupes sociaux et/ou professionnels plus ou moins larges. Une partie de ces mêmes articles souligne en même temps le caractère relatif et contextuel de ces désignations. Celles-ci ne sont jamais données une fois pour toute, mais sont continuellement révisées au gré des mobilisations suscitées par les flux et les circulations qu’elles cherchent à instituer. En adoptant des perspectives de long ou de moyen terme, certains auteurs font ressortir le caractère instable, plus ou moins bien contrôlé, des procédés d’étiquetage et des conventions qui les régissent : cela révèle ainsi la dimension proprement sociale et politique des flux et circulations.

Mesurer : une formulation politique des flux

21Les modalités de saisie, les formes de représentation et les données visant à figurer les flux et circulations constituent des marqueurs importants de leur charge politique, économique et sociale. La mise en chiffres, en statistiques, en diagrammes ou en cartes, qui implique le recours à toutes sortes d’outils de mesure et de quantification, est toujours le produit de cadrages multiples qui traduisent des intentionnalités, des valeurs ou des préférences politiques (Desrosières, 2014). Dans le même temps, ces opérations de saisie et de figuration ne sont pas sans effet sur les pratiques qu’elles induisent ou autorisent. Conçues pour répondre à des visées spécifiques, elles cadrent à leur tour les actions de régulation des flux et des circulations qu’elles mesurent, comme le montrent plusieurs des articles réunis dans le numéro, dont certains prennent comme objet central de leur analyse ces outils et processus de représentation. Ceux-là soulignent notamment que la création ou la modification de catégories de mesure ou d’étalonnage jouent un rôle crucial dans les entreprises de mise en politique.

22La perspective historique adoptée par Louis Baldasseroni pour décrire et analyser les procédés de comptage de la circulation automobile à Lyon au XIXe et XXe siècles illustre particulièrement bien cette dualité des opérations de mesure et de figuration. En retraçant les moments successifs de l’histoire locale de la mesure du trafic dans la ville, l’article montre en effet que le recours à la statistique est à la fois un « instrument de preuve et de gouvernement ». Plus précisément, l’auteur observe que la fluidité et les transformations continues des flux à mesurer, corrélées aux transformations profondes des mondes de l’automobile sur la période considérée, s’accompagnent d’un renouvellement lui aussi continu des techniques de comptage. Mais contrairement à ce qu’envisage le sens commun en pareille situation, ces progrès ou ces évolutions ne sont pas tant conditionnés par le changement de nature des flux que par le contenu et le sens des politiques visant à les réguler. Les dispositifs de comptage de la circulation urbaine créés en réponse aux problèmes d’usure de la voirie, ont évolué en outils de prévention de l’accidentologie, puis de la fluidification de la circulation automobile en réponse aux problèmes naissants de congestion. Ce n’est donc pas l’objet qui conditionne le dispositif statistique, mais bien ses usages sociaux et politiques. Autrement dit, la donnée destinée à matérialiser le flux automobile n’est pas donnée mais construite par les mesures de gestion du trafic mises en place par les autorités locales, un constat qui conduit l’auteur à souligner que l’exercice de la quantification n’exclut pas une « mise en politique qualitative » des mobilités urbaines.

23Cette dualité politique de la mesure apparaît aussi très distinctement dans le texte d’Hélène Blaszkiewicz consacré aux mouvements de marchandises en Zambie. Prenant également le point de vue de l’histoire, elle montre que la mise en politique des flux de matières premières dans cette région de l’Afrique australe résulte de la combinaison de deux modalités pratiques de gestion : d’une part, la construction d’infrastructures de transport visant à renforcer la position centrale du pays dans le système mondialisé de circulation des marchandises ; d’autre part, la collecte de statistiques sur ces mouvements commerciaux effectués en direction ou en provenance des grandes plateformes portuaires du secteur. L’auteure note ainsi que la néolibéralisation des échanges liées aux politiques d’ajustement structurel portées par certaines institutions internationales comme la Banque Mondiale, le FMI et l’OMC, conduit à un changement progressif du statut de ces infrastructures de transport, de moins en moins considérées comme facteurs d’unification nationale et de plus en plus comme « supports de flux économiquement rentables ». Prolongeant l’analyse, elle observe comment cette évolution conduit à une reconfiguration de l’appareil statistique d’État qui tend à privilégier les flux rentables (notamment les circulations de produits miniers comme le cuivre) au détriment de tous les autres qui, perdant en visibilité, ne sont plus en mesure de peser sur les choix politiques en matière d’infrastructure. Autrement dit, le mode de saisie des flux et circulation (mise en chiffres et production de statistiques), en focalisant sur certains transports de marchandises comme le cuivre, traduit une intentionnalité et une volonté politique (satisfaire aux exigences des institutions internationales) qui produit en retour des effets structurels (mise en infrastructure inégale du territoire national).

24Si la mesure des flux et circulations a toujours une visée politique, elle peut cependant échouer à orienter les actions et les décisions dans le sens espéré. Bien que conçue dans un but spécifique, elle ne produit pas forcément les effets escomptés. C’est ce qu’illustrent, chacun à leur manière, les textes d’Elsa Martin sur la régulation des flux piétonniers dans le centre historique d’Albi et de Jérôme Rollin et Clio Hôte sur la modélisation des circulations de matières et de personnes dans le quartier de Gerland à Lyon. Dans le premier cas, Elsa Martin explique que la politique de régulation des espaces touristiques de la ville prescrit un mode de saisie qui repose sur des procédés de qualification des flux piétonniers et leur inscription dans un dispositif normatif visant à limiter les effets de concentration et les conflits d’usage liés à la coprésence dans les même lieux de populations importantes de visiteurs et de résidents. Inspirés de la notion de « capacité de charge » définie par l’UNESCO pour suivre les transformations et effets de la patrimonialisation, les outils de représentation et de suivi peinent cependant à atteindre leurs objectifs dans la mesure où les préférences de ces différents publics restent difficiles à anticiper et représenter “en masse”. Dans ces conditions, les actions de répartition et d’orientation des flux de visiteurs au moyen d’une signalétique matérialisant des itinéraires et circuits touristiques pensés dans une logique de régulation de la sur-fréquentation et d’évitement des conflits, ne produisent pas les effets attendus. Dans le cas du projet de Modélisation urbaine de Gerland (MUG) étudié par Clio Hôte et Jérôme Rollin, les espoirs de rationalisation accrue de la gestion urbaine fondés sur le recours à la modélisation sont en grande partie déçus par l’incapacité des acteurs producteurs de données à se mettre d’accord sur une représentation univoque de la diversité des flux et circulations que l’outil se propose d’agréger. Là encore, la complexité et la labilité des entités à modéliser expliquent ces divergences d’interprétation et ces tentatives de « mises en réel » qui finalement se concrétisent dans des formes incommensurables. La sophistication de l’outil, coproduit par les acteurs traditionnels des réseaux urbains et les acteurs émergents de l’économie numérique, ne parvient pas à répondre à l’utopie d’omniscience des flux, considérés ici dans leur multiplicité.

25Comme plusieurs autres textes composant ce numéro, ces quatre articles signalent que les actions de régulation reposent le plus souvent sur des activités préalables de figuration et de quantification. De façon moins attendue, les mêmes textes montrent aussi que la nature labile et mobile (dans le temps et l’espace) des objets circulant, qu’ils soient matériels ou humains, contraint fortement ces opérations de cadrage, de mesure et de connaissance. Le gouvernement des flux et des circulations impose le recours au chiffre, à la statistique, à la modélisation ou à la carte, faisant de la métrologie une dimension à la fois déterminée par et déterminante de leur prise en charge politique.

Réguler : une question de pouvoir

26Quels que soient les contextes et les objets analysés, l’intervention d’institutions dotées d’une autorité régulatrice apparaît comme un aspect récurrent de la prise en charge politique des flux et des circulations. Les créations et transformations de structures ad hoc sont souvent l’élément le plus visible de ces processus de « mise en administration ». Ceux-ci sont particulièrement prégnants dans les services en réseau, dans le domaine de l’énergie (électricité, gaz) et des services urbains (eau, chauffage, assainissement), où interviennent de multiples autorités de régulation (des tarifs, de l’accès à la ressource) ainsi que de nombreux opérateurs (de production, de transport, de distribution), publics ou privés, parfois en position monopolistique. La régulation par l’infrastructure demeure alors un mode dominant de gouvernement et une ressource de pouvoir évidente, la vitesse et la fluidité (qu’il s’agisse de l’eau, des véhicules automobile, des marchandises...) sont recherchées en vue d’une mobilité optimisée, tandis que se créent des hiérarchies entre espaces connectés (souvent qualifiées de désenclavés) et espaces périphériques (Castells, 1998).

27Mais comme nous l’avons vu précédemment, les flux ne se ramènent pas uniquement au parcours d’un réseau et les circulations en tant que telles font advenir des formes de gouvernement et de constitution de pouvoir singulières, indépendamment des réseaux qui les supportent. Les entreprises de captation de flux diffus (de la mobilité humaine, des déchets, ou encore les « flux urbains »...) donnent lieu à des formes inédites de cadrage ou de régulation, comparables aux efforts de captation et de « concentration d’une ressource diffuse » décrits par Olivier Labussière à propos des gaz houillers dans les anciens sites miniers lorrains (Labussière, 2016).

28Les formes de régulation des flux canalisés et des flux diffus reposent toutes deux sur des systèmes de rétribution financière et de constitution de rentes, y compris sous des formes illégales. La maîtrise physique, juridique et économique des infrastructures, qu’il s’agisse de transports d’énergie, de marchandises ou de personnes, apparaît alors comme une ressource considérable pour capter tout ou partie des rentes économiques liées à la circulation et en contrôler la redistribution. De ce point de vue, les flux constituent de puissants vecteurs de diffusion du néolibéralisme, en particulier dans les régions du monde où les structures étatiques peinent à s’opposer aux prises de pouvoir et de contrôle des opérateurs économiques.

29Plusieurs contributions à ce numéro envisagent ainsi l’institutionnalisation des flux comme le produit de luttes de pouvoir entre les Etats qui cherchent à les contrôler et les firmes internationales qui en tirent profit. C’est le cas par exemple de l’article d’Emmanuel Chauvin, Nora Mareï et Jérôme Lombard qui s’intéresse à la circulation des hommes et des biens en Afrique du Nord, de l’Ouest et du Centre à partir d’une réflexion mobilisant des objets très divers, depuis les grandes infrastructures de transport de marchandises, sujettes à une normalisation internationale, jusqu’aux mobilités humaines quotidiennes. Ils détaillent les enjeux économiques et stratégiques de la connexion aux flux mondialisés qui s’intensifient mais se distribuent de manière inégale entre les acteurs et entre les territoires, et ce faisant créent ou renforcent des hiérarchies spatiales. Le soutien aux grandes infrastructures (ferroviaires, portuaires et aéroportuaires, routières) se traduit par une privatisation des flux. Les auteurs montrent comment une « administration privée des flux » conduit à redéfinir la (faible) place des Etats qui se mobilisent autour des questions de risque et de sécurité. Ils décrivent ainsi les rapports de pouvoir qui se nouent autour de ces flux et la capacité des acteurs à s’adapter rapidement aux circulations mondialisées et à en contourner les règles.

30De façon comparable, la contribution de Sophie Hou montre comment le contrôle de l’infrastructure de transport du gaz permet à l’État Russe de rendre conforme l’organisation du secteur à ses intérêts propres et de capter, par la même occasion, la totalité de la rente économique qui lui est associée. Deux moments sont décrits de ce point de vue : la constitution du monopole de Gazprom lié au développement de l’infrastructure dans la partie occidentale du pays ; l’ouverture à une concurrence mesurée dans la période plus récente qui correspond aux tentatives d’extension du réseau vers l’Est dans l’idée d’exploiter de nouvelles ressources. Ce sont ainsi deux formes de gouvernement par les infrastructures qui se succèdent sur fond d’une régulation réformée des marchés gaziers et de remise en cause du monopole de Gazprom sur l’exportation de gaz.

31Dans la même veine, Alexandre Gaudin s’intéresse à l’administration de l’infrastructure de production d’énergie hydroélectrique et d’irrigation du Sud-Est de la France sur la deuxième moitié du XXe siècle (1950-2000). Il expose un mode de gouvernement par les infrastructures proche de celui décrit dans le précédent article (l’entreprise publique contrôlée par l’État), mais pour montrer que dans le contexte provençal il s’agit moins de constituer une rente dans une logique de marchandisation de l’eau (et accessoirement de déposséder les territoires concernés comme dans les deux cas précédents) que d’élaborer des principes de régulation ajustés aux enjeux locaux et aux acteurs qui les portent. Deux moments sont là aussi envisagés : celui du gouvernement par la redistribution de la rente hydroélectrique (1950-1970) et celui de gouvernement par la normalisation des pratiques d'arrosage (1970-2000). L’auteur décrit une « mise en économie de l’eau » à travers la définition et la distribution de cette rente hydroélectrique, laquelle repose sur une « mise en équivalence des flux d’eau, d’énergie et d’argent ». Bien que non exclusifs, car le même flux peut être turbiné plusieurs fois et redistribué à plusieurs bénéficiaires (collectivités, groupes d’irrigants), les choix concernant la mise à disposition de la rente associée sont source de tensions entre différents usages et territoires (production énergétique, irrigation et alimentation des villes littorales).

32Le rôle des réseaux de transport humains dans l’organisation politique de l’espace urbain est abordé dans plusieurs contributions de ce numéro. A partir du cas de la desserte en transport en commun de la ville de Vaulx-en-Velin, Antoine Lévêque rend compte d’un processus de mise en politique qui se manifeste par l’attention portée à des flux (les habitants d’espaces périphériques) et à des réseaux (de bus puis de tramway) par des acteurs politiques (des élus locaux) dans le cadre de la construction intercommunale (de l’agglomération lyonnaise). Les élus de Vaulx-en-Velin revendiquent une meilleure desserte en transport en commun de manière à améliorer la connexion aux espaces centraux de l’agglomération de quartiers (et de populations) considérés comme relégués. L’infrastructure comme vecteur d’une circulation facilitée est alors envisagée au regard de son potentiel de connexion et de désenclavement d’espaces périphériques. Si cela semble une constante des réseaux de transport, voire d’autres types de flux, Antoine Lévêque nous montre combien elle fait l’objet d’une mise en politique qui ici prend la forme d’une politisation explicite et évolutive, à travers une évocation des reformulations successives de la question des transports en banlieue.

33Loin d’ambitionner de vouloir présenter un tableau exhaustif des travaux de recherche qui tendent à révéler la portée politique des flux et des circulations, ce numéro de Géocarrefour entend finalement mettre en évidence, grâce à la diversité des entrées par lesquelles est abordée cette question, les multiples terrains que peuvent investir les sciences sociales pour tenter de mieux comprendre de quoi et par qui sont “faits” les objets en mouvement et les phénomènes de déplacement appréhendés en tant que flux et circulations. Au-delà des concepts de politisation, de mise à l’agenda ou de publicisation, la notion de « mise en politique » (Barthe, 2006) permet de renouveler l’analyse de l’accès à l’espace politique d’enjeux ou d’objets jusqu’alors invisibilisés, ignorés ou routinisés par la technique. Les analyses développées dans ce numéro montrent que, lorsqu’il s’agit d’objets s’apparentant à des flux et à des circulations, la « mise en politique » implique trois phénomènes imbriqués qui ont trait à leur désignation, à leur mesure et à leur régulation. Analyser la prise en charge de ces objets en mouvement au regard de ces trois mécanismes permet de dépasser une compréhension des flux exclusivement centrée sur les réseaux qui les véhiculent et ouvre le regard à la diversité des formes prises par le mouvement dans le monde contemporain et à son importance politique et économique. L’observation attentive des attributs matériels et des trajectoires spatiales des objets permet alors de saisir par quels moyens et à travers quelles circulations ils sont constitués en ressource (Garcier et al., 2017).

Haut de page

Bibliographie

ANTONA M., BONIN M., BONNIN M, HRABANSKI H., et LE COQ J.-F., 2012, Dossier : Émergence et mise en politique des services environnementaux et écosystémiques, Vertigo, vol. 12, n°3, en ligne.

BAHOKEN F., 2016, Contribution à la cartographie d’une matrice de flux, Thèse de doctorat de géographie, Université de Paris 7, https://halshs.archives-ouvertes.fr/tel-01273776

BAHOKEN F., ZANIN Ch. et GRASLAND C., 2016, D’une cartographie de flux à une cartographie du mouvement. Aspects sémiologiques, Cartes et Géomatique, vol. 229-230, p. 65-74.

BARTHE Y., 2006, Le Pouvoir d’indécision : la mise en politique des déchets nucléaires, Paris, Economica, 2006, 239 p.

BARTHE Y., 2010, Cause politique et « politique des causes » : la mobilisation des vétérans des essais nucléaires français, Politix, vol. 91, n°3, p. 77-102.

BECKER H. S., 1963, Outsiders. Studies in the Sociology of Deviance, New York, Free Press, 179 p.

BIRTCHNELL T. et URRY J., 2015, The mobilities and post-mobilities of cargo, Consumption, Markets & Culture, vol. 18, n°1, p. 25-38.

BRUNET R. et DOLLFUS O., 1990, Mondes nouveaux, Paris, Belin, 480 p.

CAPOT-REY R., 1946, Géographie de la circulation sur les continents, Paris, Gallimard, 332 p.

CASTELLS, M., 1998, L'Ère de l'information. Vol. 1, La Société en réseaux, Paris, Fayard, 613 p.

CLOZIER R., 1951, Géographie de la circulation, L’Information géographique, 15/4, p. 145-149.

CRANG M., HUGHES A., GREGSON N., NORRIS L., et AHAMED F., 2013, Rethinking governance and value in commodity chains through global recycling networks, Transactions of the Institute of British Geographers, vol. 38, n°1, p. 12-24.

DANIEL J., 2015, La mise en discours et en politique du développement durable dans l’espace caraïbe, Nature Sciences Sociétés, vol. 23, n°3, p. 280-288.

DESROSIÈRES A., 2014, Prouver et gouverner. Une analyse politique des statistiques publiques, Paris, La Découverte, 256 p.

DEVERRE C., DE SAINTE MARIE C., 2008, Construction scientifique et mise en politique de "la biodiversité". Présentation aux Journées Ecosystèmes COntinentaux et Risques EnVironnementaux (ECCOREV) : la biodiversité, confrontation de différents points de vue, Aix-en-Provence, FRA (2008-04-04). http://prodinra.inra.fr/record/24542

DUCRUET C., 2013, Network diversity and maritime flows, Journal of Transport Geography, 30, p. 77-88.

DUCRUET C.,2016, The polarization of global container flows by interoceanic canals : Geographic coverage and network vulnerability, Maritime Policy and Management, vol. 43, n°2, p. 242-260.

DUNFORD M., LIU W. LIU Z., et YEUNG G., 2014, Geography, trade and regional development: the role of wage costs, exchange rates and currency/capital movements, Journal of Economic Geography, vol. 14, n°6, p. 1175-1197.

FAUGÈRE E, 2008, Mettre en mots, en nombres et en politique la nature néo-calédonienne, Le Journal de la Société des Océanistes, vol. 126-127, p. 153-166.

FOUCAULT M., 2004, Sécurité, territoire, population : cours au Collège de France 1977-1978, Paris, EHESS-Gallimard-Le Seuil, 448 p.

GARCIER R., ROCHER L., VERDEIL E., 2017, Introduction : Circulation des matières, économies de la circularité, Flux. Cahiers scientifiques internationaux Réseaux et territoires, n°108, p. 1-7.

GREGSON N. et CRANG M.A, 2015, From Waste to Resource: The Trade in Wastes and Global Recycling Economies, Annual Review of Environment and Resources, vol. 40, n°1, p. 151-176.

HÜCKEL G.-A., 1906, La géographie de la circulation, selon Friedrich Ratzel, Annales de géographie, tome XV, n°84, p. 401-418.

JÄNICKE M., 2005, Governing Environmental Flows: The Need to Reinvent the Nation State, FFU-report 03-2005, Environmental Policy Research Centre, Freie Universität Berlin.

JOUVE B. et ROCHE Y., dir, 2006, Des flux et des territoires : Vers un monde sans États ?, Québec, Presses de l’Université du Québec, 402 p.

LABUSSIÈRE O., 2009, La norme et le mouvant. Éléments pour une relecture de l’œuvre de Jean Gottmann, Géographie et cultures, n°72, p. 7-24.

LABUSSIÈRE O., 2016, Concentrer une ressource diffuse. Enjeux sociotechniques et politiques de l’exploration du gaz de houille dans le bassin houiller de Lorraine, in GUNZBURGER Y. (dir.), Le projet d’exploitation du gaz de charbon en Lorraine et son intégration dans le territoire, Paris, CNRS Editions, p. 55-76.

MINARD Ch.-J., 1862, Des tableaux graphiques et des cartes figuratives, Paris, Imprimerie de Thunot, 7 p. et 4 planches.

MOUSSELIN G. et SCHEROMM P., 2015, Vers une mise en politique des jardins collectifs urbains. Approche comparée de deux trajectoires municipales à Montpellier et à Lisbonne, Articulo - Journal of Urban Research [Online], numéro spécial 6, DOI : 10.4000/articulo.2685

OGIEN A., 2012, Les théories de la désignation, in OGIEN A., Sociologie de la déviance, Paris, PUF, p. 149-176.

PALSKY G., 1996, Des chiffres et des cartes. Naissance et développement de la cartographie quantitative française au XIXe siècle, Rapport du Comité des Travaux Historiques, Ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, Paris, Mémoire de la section de géographie, n°19, 331 p.

SAUNIER P.-Y., 2004, Circulations, connexions et espaces transnationaux, Genèses, n° 57, p. 110-126.

SHEPPARD E. S., 1979, Spatial Interaction and Geographic Theory, p. 361-378, in GALE S. et OLSSON G. (dir), Philosophy in Geography, Dordrecht, Reidel-Springer, 472 p.

SPAARGAREN G., MOL A., BUTTEL F. H. (eds.), 2006, Governing Environmental Flows: Global Challenges to Social Theory, Cambridge, The MIT Press, 377 p.

URRY J., 2005 [2000], Sociologie des mobilités : Une nouvelle frontière pour la sociologie ?, Paris, Armand Colin, 256 p.

Haut de page

Notes

1 Une collection de ces cartes est accessible en ligne : Minard Ch.-J., Tableaux graphiques et cartes figuratives, Bibliothèque numérique patrimoniale des ponts et chaussées, https://patrimoine.enpc.fr/document/ENPC01_Fol_10975

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Carte figurative des mouvements de provenance des céréales importées en France en 1867 (J-C Minard), Bibliothèque Nationale de France
URL http://journals.openedition.org/geocarrefour/docannexe/image/10362/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 248k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Romain Garcier, Emmanuel Martinais et Laurence Rocher, « Désigner, mesurer, réguler : la mise en politique des flux et circulations », Géocarrefour [En ligne], 91/3 | 2017, mis en ligne le 10 janvier 2018, consulté le 18 juin 2018. URL : http://journals.openedition.org/geocarrefour/10362

Haut de page

Auteurs

Romain Garcier

Université de Lyon, Ecole normale supérieure, 15 parvis René Descartes, BP 7000, 69342 Lyon cedex 07 romain.garcier@ens-lyon.fr

Articles du même auteur

Emmanuel Martinais

Ecole Nationale des Travaux Publics de l’Etat, UMR 5600 Environnement ville société, -RIVES, 3 rue Maurice Audin - 69518 VAULX en VELIN Cedex, emmanuel.martinais@entpe.fr

Articles du même auteur

Laurence Rocher

Université Lumière Lyon 2, Institut d'urbanisme de Lyon, UMR 5600 Environnement ville société, 14 av Berthelot - 69007 Lyon, Laurence.Rocher@univ-lyon2.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Géocarrefour

Haut de page
  • OpenEdition Journals