Navigation – Plan du site
Compte rendu d'ouvrages

Régis Barraud, Marie-Anne Germaine (coord.), Démanteler les barrages pour restaurer les cours d’eau. Controverses et représentations

Sylvain Rode
Référence(s) :

Barraud R., Germaine M.-A. (coord.), 2017, Démanteler les barrages pour restaurer les cours d’eau. Controverses et représentations, Versailles, Editions Quae, 240 p.

Texte intégral

1L’idée de supprimer des ouvrages en travers sur les cours d’eau n’est pas nouvelle, non plus que les premières expériences de démantèlement. Pour autant, une politique publique structurée visant à la restauration de la continuité écologique des cours d’eau a vu le jour en France durant les années 2000 sous l’impulsion d’un nouveau contexte réglementaire (Directive cadre sur l’eau – DCE – de 2000, transcrite en droit français en 2006 par la loi sur l’eau et les milieux aquatiques – LEMA). Mise en œuvre par l’État et ses services ou émanations (Directions départementales des territoires et de la mer, Onema, Agences de l’Eau), cette politique publique s’incarne notamment dans le démantèlement des barrages et des seuils, envisagés comme autant d’obstacles au transit sédimentaire et aux migrations des poissons et contribuant ainsi à la dégradation écologique des cours d’eau.

2C’est à l’analyse des débats et conflits suscités par ces opérations de restauration de la continuité écologique des cours d’eau qu’est consacré l’ouvrage Démanteler les barrages pour restaurer les cours d’eau, comme le souligne bien son sous-titre Controverses et représentations. Paru en 2017 dans la collection « Update Sciences & Technologies » des éditions Quae sous la direction de deux enseignants-chercheurs en géographie, Régis Barraud et Marie-Anne Germaine, cet ouvrage est issu d’un programme de recherche intitulé « Représentations des paysages et de la nature dans les petites vallées de l’ouest de la France face aux projets de restauration écologique » financé par l’Agence nationale de la recherche. Il propose une analyse approfondie du changement de paradigme à l’œuvre dans la gestion des rivières en France, en privilégiant une « approche critique de l’application des politiques publiques » (p. 13). Les coordinateurs explicitent leur positionnement scientifique en introduction : il s’agit pour eux et à la suite d’autres travaux, notamment nord-américains, « de s’interroger sur les aspects sociaux et territoriaux induits par la restauration écologique » (p. 22), laquelle s’avère éminemment conflictuelle. Cette politique publique à finalité écologique est donc ici questionnée de manière critique au prisme de ses dimensions sociales et territoriales. Les usages, les représentations, l’attachement des habitants (riverains, propriétaires) aux cours d’eau aménagés, sont ainsi au cœur des analyses des auteurs – pour leur grande majorité des enseignants-chercheurs en géographie, mais aussi en paysage ou en aménagement et urbanisme – des onze chapitres constituant l’ouvrage, mettant en évidence les discordances multiples qui traversent la politique de restauration écologique des cours d’eau, et en expliquant la conflictualité.

3Si l’ouvrage est structuré en trois grandes parties (Partie I. « Passé/présent : l’aménagement hydraulique, un héritage encombrant ? » ; Partie II. « Le projet de restauration écologique à l’épreuve des représentations sociales et des usages des vallées » ; Partie III. « Les vallées en projets »), ses onze chapitres peuvent se rattacher à deux grandes catégories.

4La majorité des chapitres (sept sur onze) est constituée d’études de cas détaillées de petites rivières du nord-ouest de la France (Clain, Vire, Aubance, Layon, Léguer, Aulne, Moine). Chacun de ces chapitres éclaire un aspect particulier de la question de la restauration écologique des cours d’eau : importance des héritages et du patrimoine, évolution des politiques de gestion des rivières, appropriation des fonds de vallées par les propriétaires de moulins, attachement au paysage de la rivière canalisée et à ses usages, articulation du projet de restauration écologique et du projet de paysage urbain.

5Outre ces différentes études de cas, toutes très instructives, l’ouvrage propose d’utiles mises en perspectives nationales et internationales permettant une appréhension large des enjeux et contradictions de la politique publique de restauration écologique des cours d’eau. Le chapitre 7 (rédigé par Régis Barraud et Caroline Le Calvez) analyse ainsi l’argumentaire diffusé à l’échelle nationale par les opposants au démantèlement d’ouvrages en France, en identifiant sept pôles argumentatifs : « la défense des droits (propriété, riveraineté, droits d’eau) » (p. 136) parfois sous-tendue par « une peur de la collectivisation des fonds de vallée » (p. 136), « le coût de la restauration écologique » (p. 138), « le rôle bonifiant de l’ouvrage » (p. 138) bien entretenu, les « dimensions patrimoniales des moulins à eau » (p. 139), « le potentiel économique du moulin » (p. 139), les « fonctions et services rendus par les moulins à eau à la société » (p. 139) et enfin « la dimension technocratique et antidémocratique de la mise en œuvre de la restauration de la continuité écologique » (p. 140). Le chapitre 10 (rédigé par Régis Barraud et Marie-Anne Germaine), lui aussi à l’échelle nationale, se centre sur l’enjeu de la « production d’électricité renouvelable de proximité » (p. 180) via la petite hydroélectricité et les espoirs qu’elle suscite de refaire des fonds de vallée des espaces productifs. Dans un contexte marqué par d’importantes ambitions nationales en matière de développement des énergies renouvelables, les tenants du développement de la petite hydroélectricité l’érigent en solution actuelle et pertinente. Pourtant, un certain nombre d’acteurs – associations environnementales et de pêche – sont farouchement opposés à « la réhabilitation productive des moulins à eau » (p. 190) pour en faire des centrales hydroélectriques. Les principaux arguments mis en avant par ces opposants à la petite hydroélectricité sont la faiblesse de son potentiel de production électrique et ses nuisances sur la qualité des cours d’eau. On retrouve en filigrane de ce conflit un motif récurrent et fortement structurant des conflits qui émaillent nombre de projets d’effacement d’ouvrages en travers : « la confrontation de deux modèles de rivières, celui de la rivière aménagée d’une part et celui de la rivière sauvage d’autre part » (p. 145). Le chapitre 11 (rédigé par Ludovic Drapier, Laurent Lespez et Marie-Anne Germaine) propose quant à lui une comparaison des projets de démantèlement d’ouvrages entre les États-Unis, le Royaume-Uni et la France, mettant ainsi en exergue les spécificités françaises, en particulier le rôle central des acteurs de l’Etat et une « logique de durcissement de la réglementation dans le domaine de la continuité écologique, non exigée par la DCE » (p. 210). Selon les auteurs, une telle approche réglementaire, technocratique et descendante pourrait expliquer les difficultés d’appropriation de ces projets de restauration de la continuité écologique des cours d’eau par les acteurs locaux, comme cela s’observe pour d’autres politiques publiques environnementales. En opposition à ce modèle, les États-Unis et le Royaume-Uni privilégient une logique de projets concertés d’arasement d’ouvrages, faisant davantage de place aux acteurs locaux et associatifs et ne se limitant pas à la question du rétablissement des continuités écologiques.

6Abstraction faite de quelques petites erreurs factuelles (p. 20 sont évoqués les « services décentralisés de l’État » au lieu des services déconcentrés – DDTM – et p. 183 la loi relative à la transition énergétique pour la croissance verte est datée de 2016, alors qu’elle date en réalité du 17 août 2015 – loi n°2015-992), la richesse et la qualité des analyses de cet ouvrage doivent être soulignées. Il remplit parfaitement la mission assignée par ses coordinateurs d’une analyse critique de l’application de la politique publique de restauration de la continuité écologique des cours d’eau mise en œuvre « non pas en laboratoire, mais dans des lieux habités et appropriés » (p. 13). Sont ainsi mis en évidence les représentations et modèles paysagers au fondement des visions des tenants et des opposants de la restauration écologique des cours d’eau ainsi que les multiples tensions existant « entre l’attachement aux lieux et leur transformation par la restauration écologique » (p. 216). Réduites à « des approches techniques exclusivement naturalistes » (p. 161) et largement déconnectées des usages de la rivière et des attachements multiples aux paysages et aux lieux, les opérations d’ingénierie écologique sont interprétées comme un échec « de la mise en œuvre de la gestion intégrée de l’eau et des dispositifs de concertation » (p. 217).

7L’ouvrage ne se limite toutefois pas à ce registre critique, mais s’inscrit aussi dans une logique constructive d’aide à la décision. Le chapitre 8 (rédigé par Marie-Anne Germaine et Arnaud Chilou) rend ainsi compte d’un travail de « diagnostic élargi et partagé des sites hydrauliques » (p. 145) mené en partenariat avec le Syndicat Mixte de la Vallée de la Vire. L’enjeu est d’intégrer dans les diagnostics, en plus des critères environnementaux, les dimensions sociales et économiques afin de dépasser les oppositions binaires entre deux modèles de rivière et de faire dialoguer les différents acteurs en présence. Faisant écho à l’ambition formulée en conclusion générale par les coordinateurs de contribuer « au débat public par la mise à disposition de connaissances et de méthodes » (p. 214), il s’agit là de favoriser une gestion plus intégrée et plus concertée des cours d’eau. Pour cela, on ne peut que souhaiter que cet ouvrage soit diffusé parmi les différentes institutions en charge de la politique de l’eau en France. Ce livre s’adresse ainsi à un large public, aussi bien praticien qu’universitaire (enseignants-chercheurs en géographie, aménagement, paysage, environnement et leurs étudiants – plutôt déjà un peu familiarisés avec les politiques publiques de gestion des cours d’eau, même si l’ouvrage en rappelle de manière pédagogique le cadre réglementaire ainsi que les principaux acteurs et outils). Nul doute que tous trouveront dans ce volume riche et stimulant matière à réflexion.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sylvain Rode, « Régis Barraud, Marie-Anne Germaine (coord.), Démanteler les barrages pour restaurer les cours d’eau. Controverses et représentations », Géocarrefour [En ligne], 92/1 | 2018, mis en ligne le 20 mars 2018, consulté le 16 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/geocarrefour/10373

Haut de page

Auteur

Sylvain Rode

Université de Perpignan Via Domitia, Département Géographie et Aménagement, UMR 5281 ART-Dev sylvain.rode@univ-perp.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Géocarrefour

Haut de page
  • OpenEdition Journals