Navigation – Plan du site
Articles

« Penser comme un fleuve ». Le rôle de l’imagination dans l’agir environnemental : prévision, prospective, rêverie

"Think like a river". The role of imagination in environmental action: forecasting, prospective, reverie
Jean-Philippe Pierron

Résumés

Quelle portée donner à l’invitation à « imaginer une rivière » dans une réflexion sur les pratiques environnementales ? Sollicite-t-elle un nouveau discours de la méthode, plus adapté aux théories et pratiques exigées par la transition écologique ? Au dualisme traditionnel qui fait de la nature notre « autre », la valorisation de l’imagination oppose une attention aux relations et aux partialités vécues avec l’écoumène. Elle rompt avec les rationalisations propres à l’ingénierie et à la gestion environnementale. Mais il faut pour cela montrer que l’imagination dans l’agir environnemental ouvre sur une rationalité métisse. Cette intelligence sensible a ses méthodes, allant de la simulation à la prospective utopique. Elle se met à l’écoute des expériences sensibles de l’écoumène données dans la littérature et les arts, les pratiques sociales, les systèmes sociotechniques, les imaginaires. Il s’agit alors de mettre au point des outils de description des différentes formes de violence environnementale et des chemins de solutions.

Haut de page

Texte intégral

1« Il nous faut apprendre à penser comme un fleuve ». Cette proposition fait écho à l’éthique environnementale nord-américaine d’Aldo Leopold qui, dans son Almanach d’un comté de sables, invitait à « penser comme une montagne ». Cette formulation déroutante décale les perspectives qui d’ordinaire prennent moins le point de vue du fleuve que de ceux qui veulent l’aménager, le maitriser ou l’exploiter. Mais elle est stimulante, précisément parce qu’elle relativise le point de vue anthropocentré des sciences et ingénieries qui prétendent résoudre la crise environnementale avec les mêmes rationalités qui l’ont occasionnée. Valoriser l’imagination au contraire encourage une approche sensible et relationnelle ménageant le fleuve plutôt que l’aménageant. Au-delà de savoir si on a le droit ou non d’intervenir avec la nature, il s’agit de déterminer comment on intervient. Au-delà du droit, il est question d’un style d’agir environnemental.

2Certes, d’un point de vue rationnel, on aura beau jeu de dire qu’« un fleuve ça ne pense pas ; qu’au mieux ça s’écoule ». Nous voudrions montrer au contraire, à l’instar des environmental studies de la collection Thinking with Water (Neimanis, Chen et MacLeod, 2013), qu’une telle invitation reconfigure nos manières de penser. Il s’agit d’imaginer davantage, afin de mieux agir, là où habituellement, un utilitarisme ordinaire ne voit dans l’imagination qu’un défaut, voire un déni de l’agir. Nous voudrions aller au-delà d’une déclaration donnant à l’imagination une place majeure, via l’analogie dans l’invitation à « penser comme », en faisant apparaître un renouveau des méthodes, majeur pour la connaissance et l’agir environnemental. L’imagination ne maintient-elle pas une forme de lien sensible de reconnaissance à l’égard du fleuve, en amont des dispositifs de connaissances, résistant alors aux risques de la réification ? Placer la reconnaissance (celle de la relation mutuelle et celle de la gratitude) avant l’amnésie que cultivent certains dispositifs de connaissances qui ne pense un fleuve que comme une matière étrangère, interroge le type de savoirs que mobilise l’agir environnemental. Comment ceux-ci réarticulent-ils fondamentalement, via l’imagination, dans notre expérience et notre connaissance des milieux, l’espace et le temps individuel, social et cosmique ? L’imagination peut-elle aider à identifier et reconnaitre des connecteurs spatio-temporels explicitant des appartenances de l’humain à son milieu, servant cette fin ? Au rôle de connecteur que joue le calendrier sur le plan temporel, le fleuve, comme la Méditerranée chère à Braudel et à la géohistoire, pourrait-il apporter sa déclinaison spatiale ? Les expériences sensibles d’une poétique de l’eau qui nous augmente, ne contribuent-elles pas à une explicitation plus riche de ce que nous cherchons à être en lien avec l’écoumène ?

3Demander, en imagination, ce que sera ce fleuve dans cent ans, dans mille ans, donne à l’agir humain la modestie de toute confrontation au temps très long. Un cours d’eau n’est pas qu’un débit. Avec lui se déploie une relation originaire de l’humain à son milieu, une connexion spatio-temporelle. Les images et les imaginaires qu’il suscite le manifeste. A l’opposition objectivisme qui ne voit dans le fleuve que des signes à manipuler (longueur, débit, etc.) et subjectivisme qui en fait le prétexte pour des représentations, une poétique de l’eau explicite une connivence qui est une co-naissance. La traversée spatiale se ferait alors trajectivité au sens du géographe Augustin Berque. Penser comme un fleuve réarticulerait l’individuel, le social et le monde dans notre être spatial. Ne nous cosmiciserait-il pas, réinstallant nos bio-graphies, dans des éco-socio-biographies ?

« Quel grand maitre qu’un ruisseau ». Les enjeux d’une écologie poétique de l’eau

4Quel grand maitre qu’un ruisseau disait Bachelard dans sa méditation  sur la force intensificatrice de l’image. La force éducatrice de l’imagination est en effet double. Intensification, et non évasion, elle habite intérieurement par des images qui habilitent. Anticipation, elle ouvre à d’autres éventualités disponibles à la contingence. Un territoire n’est pas qu’une géométrie ; il est aussi une géopoétique. Nous entendons par-là que l’espace est vécu avec toutes les partialités de l’imagination, saturé d’images vives qui le qualifient ou le disqualifient. Cette géopoétique déploie, en y adjoignant la force poétique des images, l’idée d’écoumène développée par Augustin Berque. Elle vise à la fois à se distancier de l’idée de nature trop pensée comme notre autre à partir du dualisme nature/culture, et à la fois de l’idée d’environnement située encore relativement à l’humain qui en serait le centre. Pour Bachelard cela concernait le pays des eaux vives de la Champagne à Bar-sur-Aube. En rêvant (c’est une des modalités possibles de l’imaginer) la rivière, on peut à la fois s’intensifier en mobilisant des images qui nous habitent (l’écoulement, la rêverie des berges, les textures) ; et à la fois anticiper d’autres possibles. En rêvant l’eau, « qu’est-ce qu’on en apprend ? » qui n’est pas « qu’est-ce qu’on lui prend ? » En quoi et comment cet enseignement  de l’imagination renouvelle-t-il alors la compréhension que la modernité occidentale tardive, avec son naturalisme objectivant et son pendant à la toute maîtrise gestionnaire – la gestion environnementale -, a de ce qu’est la connaissance et l’agir environnemental ?

5L'histoire d'un ruisseau, même de celui qui naît et se perd dans la mousse, est l'histoire de l'infini. [...] Toutefois notre regard n'est point assez vaste pour embrasser dans son ensemble le circuit de la goutte… Faibles comme nous le sommes, nous tâchons de mesurer la nature à notre taille ; chacun de ses phénomènes se résume pour nous en un petit nombre d'impressions que nous avons ressenties. Invitant à cet exercice de géopoétique consistant à imaginer l’histoire d’une goutte d’eau, le géographe Elisée Reclus (Reclus, 2005, p. 4) ouvrait déjà aux propos d’Aldo Leopold. Il attendait de l’imagination qu’elle ressensibilise une relation à l’eau souvent réduite au rang de signes à manipuler, de ressource à protéger ou à exploiter dans la maitrise d’une métrique. Une écologie poétique de l’eau intensifie le sens de notre présence au monde des eaux, y compris lorsqu’il s’agit des eaux sales que Bachelard dénonçait comme étant l’œuvre des Attila des sources ! Poétique ne signifie pas joli ou agréable mais expérience d’un sentir profond en image qui se laisse affecter par les états du monde comme le manifeste l’épreuve des eaux usées, sales ou impures (Pierron, 2015). Elle prépare aux responsabilités éthiques et politiques, complétant notre fascination pour le nombre, par un intérêt pour l’image. L’imagination ne serait donc pas nécessairement pathologique dans ses effets de connaissance et de reconnaissance. Réglée, elle pourrait servir de méthode pour faire varier notre compréhension du possible.

6Entre l’épreuve phénoménologique de l’eau rêvée, laquelle rêverie non confondue avec la rêvasserie peut se vivre charnellement avec l’eau que l’on boit, avec laquelle on joue ou en laquelle on nage (Pierron, 2018) - et l’eau objet de positions éthiques et politiques, il y a l’eau instruite par des dispositifs scientifico-techniques ou techno-administratifs qui la modélisent, la simulent, la prospectent. Médiateurs, aménageurs, bâtisseurs, politiques et cultures ne valorisent-ils pas l’importance de l’imagination dans la construction d’un projet collectif/commun de gestion des cours d’eau ? En effet, comment passe-t-on de l’eau rêvée à l’eau valorisée via les forces imaginantes des méthodes ? Sur ce point, la dimension esthétique, de l’architecture ou de l’urbanisme qui scénographie l’eau, mais aussi celle des films qui montrent un futur post-apocalyptique sans eau (ex. The Road), une catastrophe causée par la montée des eaux (ex. Day after Tomorrow) ou l’invention d’une relation politique renouvelée avec l’eau (ex. La ligne de partage des eaux) ne travaillent-elles pas à traduire une poétique en une pratique ?

7Dans notre moment écologique, la simulation, la prévision, la futurologie mises au service d’une « gestion » de l’eau, entrent-elles en concurrence avec la prospective, l’utopie et la rêverie, mobilisant des savoirs expérientiels et les points de vue des acteurs ? La réflexion utopique peut-elle être une méthode pour imaginer le devenir d’un fleuve ? Discipliner la fonction an-archique de l’imagination permet-il d’accompagner la transition écologique? En fonction de « qui » imagine le devenir d’un fleuve (scientifique, ingénieur ou riverain) n’apparaît-il pas autant de visages du fleuve que d’usages différents de l’imagination ?

8Renvoyant à des usages forts variés, géographes, urbanistes, hydrauliciens, praticiens etc. convoquent l’imagination en la mettant au centre de leur intelligence de l’eau. Pourtant, l’agir environnemental, dans notre moment écologique, en faisant une place à l’imagination, apporte une double nouveauté pour la connaissance et pour l’action.

9Dans le champ de la connaissance, une longue tradition intellectuelle a déconsidéré l’imagination au profit de l’entendement. La « folle du logis » donnerait moins le vrai que le vraisemblable. Associer l’imagination à des théories et à des méthodes se justifie pourtant par le fait que l’imagination n’est pas sans règles. Simulation, anticipation, fiction et exercices de pensée sont des exemples traditionnels de ces méthodes (Schaeffer, 1999). Il faut y ajouter la part reconnue aux dimensions affectives, symboliques et empathiques du vécu de l’espace, en plus des représentations, dont la littérature, les arts et les usages ordinaires sont le mémorial.

10Dans le champ de l’action, l’imagination n’est pas nécessairement une évasion de la réalité mais l’exploration d’autres possibles. Avec la transition écologique s’ouvre un régime généralisé de l’imprévisibilité : la « société du risque ». Il exige l’articulation inédite de la décision et de l’image dans des scénarios pour l’action. La planification, la futurologie dans l’apprivoisement de l’avenir, le tiers espace utopique ont une portée éthique et politique mobilisatrice. L’écologie politique use de l’utopie pour contester les modèles dominants et oser des pratiques alternatives, des écotopies. Dans l’action, la force heuristique de l’image fait varier les possibles. Elle réouvre en image ce que nous pouvons clore par nos habitudes, nos fonctionnements et nos modélisations. Il y aurait ainsi des forces imageantes de l’agir.

11Cette part belle faite à l’imagination dans le cadre d’une écologie poétique se justifie par au moins trois présupposés.

Un enjeu anthropologique : le génie écologique est un génie poétique

12Travaillant à métamorphoser le contexte anthropologique au sein duquel la modernité tardive, avec son naturalisme de méthode et de principe qui fait de la nature l’autre de la culture pense et agit, la précarisation environnementale installe une instabilité généralisée (Descola, 2005). L’immuabilité du monde perd de son évidence géo-historique aurait dit Braudel. Se désarticule conceptuellement et psychophysiquement, le temps humain et le temps cosmique – « une hirondelle pourrait ne plus faire le printemps » - ; alors que sur ce socle toute culture construit son « ordre du temps ». La notion d’anthropocène, à l’intersection des géosciences et des sciences humaines, même si elle est controversée, et suspecte de n’être qu’un capitalocène ou un européocène (Malm, 2017), devient notre grand récit. Entendons par là que, si on peut reprocher à cette catégorie de vouloir embarquer toute l’humanité dans une histoire dont les responsables sont essentiellement les occidentaux, elle offre l’avantage de nous rendre conscients de la nécessité de penser les problèmes environnementaux dans une solidarité de fait à l’échelle globale, laquelle appelle une solidarité de projet pour y répondre. L’anthropocène devient le cadre interprétatif au sein duquel se pense la transition écologique et justifie le recours à l’imagination. Les effets de l’anthropisation généralisée accélèrent l’entropie, les grands repères géohistoriques (climat, glaciers, cours des eaux, mers et océans) sont vulnérabilisés. Il s’agit alors d’initier d’autres possibles via la prospective imaginative en scénarisant le temps qui vient. L’imagination remonte le cours de l’entropie, en réinstallant les mutations en cours dans la perspective des changements. Elle lutte contre l’impression inéluctable d’effondrement (cf. J. Diamond) en élargissant les horizons d’attente par les anticipations ou les appropriations. On pense à l’utopie des cités-jardins d’Ebenezer Howard, théoricien anglais, qui proposait une alternative réfléchie et maîtrisée à l’urbanisme affolant dont il était le témoin dans son ouvrage de 1902, Garden City of To-morrow. L’utopie n’est pas ici un déni du réel, mais au contraire un tiers lieu où repenser autrement nos développements. On pense également aujourd’hui à ces hétérotopies que sont les ZAD, Zones d’aménagement concerté dans le langage des aménageurs (ZAC), devenues des « Zones à défendre » dans le langage militant des alternatives citoyennes, et qui évoluent vers des Zones d’aménagements différents, exprimant ainsi une nouvelle lutte des places en re-territorialisant des problématiques alocales (la mondialisation) ! La force critique de l’utopie s’oppose ainsi à l’idéologie du délocalisé.

13Anthropologiquement, l’invitation à imaginer le fleuve restaure la capacité d’initiative des acteurs. La philosophe Martha Nussbaum, dans sa philosophie du développement, pense ainsi inséparables le développement des sociétés et le souci de la nature. À cette fin, elle donne à l’imagination une bonne place (Nussbaum, 2012). Elle oppose à l’anthropologie tronquée de l’homo oeconomicus réduit à calculer le monde, l’anthropologie relationnelle d’un humain conscient de ses dépendances aux autres et aux milieux. L’imagination est la culture poétique de ces liens avec la nature, y compris dans sa portée émotionnelle, positives (bonheur d’admiration, joie) ou négatives (tristesse, colère). Cette valorisation des sentiments et des émotions rappelle que les raisons de l’agir écologique ne sont pas toutes des raisons mais aussi des sentiments mobilisateurs : la colère prépare des indignations éthiques et l’admiration une habilitation écologique intime. Le génie environnemental est aussi un génie poétique. Cela rompt avec les approches abstraites de « gestion environnementale ». Ces dernières effacent la consistance singulière des territoires, par une gouvernance par les nombres (indicateurs, indices, variables) qui délaisse les approches sensibles et privilégie les approches quantitatives. A contrario, on peut convoquer une intelligence plus relationnelle et sensible, que l’approche planificatrice qui sous-tend la plupart des choix politiques et économiques. La rivière, avant d’être mise en nombre, est d’abord imaginée en relation. Une politique qui soutiendrait une telle intelligence relationnelle trouve ses illustrations dans un Parlement des choses au sens de Bruno Latour, mais aussi dans la récente décision, en Nouvelle-Zélande avec le Whanganui, troisième plus long cours d'eau du pays et en Inde avec le Gange, de les doter du statut de "personnalité juridique", ce qui en fait des entités vivantes en matière de droit.

Un enjeu épistémologique : rationalité et imagination

14Epistémologiquement, notre conception de la rationalité scientifique est issue d’une longue histoire qui a opposé raison et imagination. Elle a déployé une critique de l’imagination conçue comme irrationnelle, inconstante et illusoire. Elle est largement iconoclaste. L’iconoclasme se définit, globalement, comme extinction multiforme de l’imagination symbolique, domestication, refoulement, subordination ou éviction de la pensée « directe » (co-naissance symbolique) par la pensée « indirecte » (du « percept » et/ou du « concept », de l’« imagination compréhensive » par la « Science ») dressant « les longues chaines de l’explication sémiologique et assimilant d’ailleurs ces dernières aux longues chaines de faits de l’« explication positiviste » (Duborgel, 1983, p. 1). Or l’imagination, si elle n’a pas la prise pragmatique avec le réel qu’offre la perception, ni la dimension indirecte de l’analyse conceptuelle distanciée, augmente notre expérience du monde, par l’approfondissement sensible qu’elle en propose. Ce dernier permet des réajustements et de reconsidérer le réel. Contre la partition artificielle opposant l’imagination du côté de l’art, et la raison du côté de la science, on redira que l’imagination en sciences n’est pas qu’un obstacle épistémologique. Outre qu’on y observe des images post-idéatives (les modélisations, l’iconographie scientifique) d’un rationalisme rétif aux séductions de l’image, on s’est depuis les travaux de Gilles-Gaston Granger notamment, rendu attentif à une philosophie du style en sciences et en mathématiques (Granger, 1968). Ce dernier a bien montré que le style joue un rôle dans la construction de l’objet mathématique et scientifique, allant au-delà, mais se situant aussi, dans les choix d’exposition et de présentation des résultats des démonstrations et des notions scientifiques. L’usage de l’image de l’arbre en sciences le montre. La représentation des connaissances sous forme d’arborescence – l’arborescence d’un fleuve et de ses affluents – a ainsi une quadruple vertu : classificatoire, didactique, structurante et normative. En science, la rupture avec les images premières trop empiriques, exerce une ascèse conceptuelle et une contention méthodique de l’imagination mais s’appuie sur une imagination réglée.

15Sur le plan des modèles, la raison subordonne l’imagination mais il demeure de l’imagination dans le travail de l’argumentation rationnelle. Modéliser suppose un travail d’imagination et chaque chercheur développe un style dans ses analyses. Gilles-Gaston Granger l’a démontré à propos du style chez les mathématiciens. Par ailleurs Le trait commun au modèle et à la fiction est leur force heuristique, c’est-à-dire leur capacité d’ouvrir et de déployer de nouvelles dimensions de la réalité, à la faveur de la suspension de notre créance dans une description antérieure (Ricœur, 1986, p. 221). Le travail de l’iconographie scientifique (Dagognet, 1973) le montre aussi. La carte du géographe, par abréviations et articulations (les chorèmes), recrée la réalité à un niveau plus riche. Là est sa fonction heuristique. De même, une modélisation est corrigée par une autre dans un travail de redescription de nouvelles dimensions de la réalité. De plus la connaissance environnementale, dans l’articulation du pluralisme scientifique, fait une place nouvelle à l’imagination qui ouvre des espaces transitionnels de jeu entre les disciplines. Ainsi, l’encouragement aux approches interdisciplinaires par les agences nationales de la recherche, contraint à une collaboration entre sciences de la nature et sciences humaines. Certes, cela engendre des opportunismes pour l’accès aux financements et une répartition douteuse des tâches (aux sciences dites dures la construction des données, et aux sciences humaines de rappeler le contexte). Mais ce pluralisme peut aussi avoir des effets en vue de nouvelles modélisations par des rationalités complexes.

16Il s’agit ensuite de noter que la fiction convoque un autre exercice de l’imagination via les narrations. Un roman sur la Dordogne ou la prise en compte de savoirs expérientiels, c’est-à-dire de savoirs non experts liés à des expériences vécues comme peuvent l’être un savoir de la rivière par les pêcheurs ou les bateliers - redécrivent le milieu de façon sensible et empathique. Elle se distancie des modélisations propres à la modélisation scientifique telle que la conçoivent les sciences de la nature. Autrement dit, là où la modélisation scientifique pour monter en généralisation dé-localise les analyses et les ouvre sur l’avenir, les savoirs expérientiels proposent des formes de généralisations alternatives qui cultivent l’inscription locale et le lien avec le passé (Boltanski, 1991, p. 22).

17La place faite à l’imagination en science relève donc d’une critique interne – améliorer les modélisations par d’autres – et externe – convoquer, avec les descriptions imageantes, d’autres intelligences que la seule rationalité quantitative. La science manipule les choses et renonce à les habiter. Elle s’en donne des modèles internes et, opérant sur ces indices ou variables les transformations permises par leur définition, ne se confronte que de loin en loin avec le monde actuel (Merleau-Ponty, 1964, p. 9). Nuançant toutefois cette idée, la récente philosophie des sciences, qui est embarquée au sein du laboratoire, démontre que les biologistes ne perdent pas contact avec la matière réelle ; qu’au contraire, ils co-créent des structures moléculaires avec leurs corps et toute leur subjectivité. Il y a de la tristesse chez eux à voir les plants arrachés une fois travaillés ou l’expérimentation terminée par exemple (Myers, 2015).

18Sur le plan des méthodes qui abordent la « nature », la domination des sciences de l’ingénieur privilégie une intelligence qui décode des indices, délaissant les usages, les images et les imaginaires, approches sensibles et compréhensives jugées décoratives. L’empire du signe néglige l’importance des traces. La gouvernance de l’eau par les nombres valorise les indicateurs, délaissant d’autres expériences, dont les partialités vécues dans les images de l’eau. Or la sociologie des chiffres rappelle qu’un chiffre masque les choix et valorisations qui présidèrent à son élaboration. Le chiffre est une traduction d’une expérience de l’eau. D’un côté il traduit des savoirs expérientiels, une expérience écobiographique intime de l’eau. De l’autre, il sert l’expérimentation protocolisée et unidimensionalisante du laboratoire d’une eau sans qualité. Les qualités sensibles de l’eau y disparaissent au profit de ses propriétés physiques ou chimiques. Sans doute que le programme épistémologique qui nous attend aujourd’hui, et que la relecture du pragmatisme de J. Dewey inspire, est de remettre en cause cette constitution des modernes qui opposait expérimentation et épreuve en inventant des espaces et des dispositifs de discussion et de partage où elles se rencontrent. On pense notamment à la volonté des démocraties de lutter contre l’expertocratie en initiant de tels espaces transitionnels. Faire sa part à l’imagination et aux imaginaires, distincts des « représentations » qui fonctionnalisent les images, conteste donc le prestige normatif du chiffre. Il veut restituer une épreuve sensible du milieu. Un batelier ou un pêcheur n’a pas la même expérience de l’eau qu’un hydraulicien. Aussi, entre expérience et expérimentation, l’expertise est-elle le lieu de conflits des interprétations de l’eau puisqu’elle peut être expertise scientifique ou expertise d’usage. Ces enjeux de méthode ont des conséquences, notamment éducatives. Les méthodes très analytiques et segmentées, exportées dans les sciences de l’ingénieur et les techniques, sont aussi à la source des problèmes qu’il s’agit de combattre. De ce point de vue, la volonté de prise en compte des « humanités » dans les formations techniques et scientifiques redit que l’eau n’est pas que l’objet d’analyses systématiques mais aussi d’enquêtes systémiques et poétiques. D’autant plus que celui qui étudie le milieu écologique fait partie de ce milieu. L’activité rationaliste n’est pas séparée de la dimension existentielle qu’engage l’acte d’imaginer comme l’ont montré B. Latour ou D. Haraway. Il se redit là que le chercheur le plus rigoureux et impartial n’ignore pas qu’il est des enjeux d’existence sous les enjeux de connaissance. Une manière de formuler cette banalité difficile (comme toute banalité) est de dire que toute technique qui « prend » fait milieu, et ne se laisse pas dès lors partager entre moyens - supposément neutres - et fins - supposément indépendantes des moyens. C’est ce qu’a bien démontré Bruno Latour dans La fin des moyens. Les sciences et les techniques ne sont pas de simples intermédiaires transparents mais des médiations qui façonnent nos relations aux autres, à soi et au monde. Ce que nous sommes, ce que nous faisons et projetons n'est pas indépendant de ces médiations. Nos sciences et techniques, loin d'être indépendantes de nos usages, incorporent des scénarios, des anticipations de leurs prises sur nous, le monde et les milieux de vie dans lesquelles elles sont destinées à fonctionner. 

Un enjeu éthique : l’imagination comme faculté du possible pratique

19L’agir environnemental est confronté aux effets irréversibles et imprévisibles de l’anthropisation. La crise écologique en prend dramatiquement la mesure dans la figure du stress hydrique, faisant également face à la grande imprévisibilité des décisions à venir. Laisser l’indétermination du temps à venir retentir dans ses effets pratiques, tel est le rôle éthique de l’imagination. Ainsi le renouveau du questionnement éthique, via l’éthique environnementale, s’est-il concentré sur une éthique du futur. Que faire lorsque l’on ignore les conséquences de l’action, remplaçant la prévention relative à des risques connus, par la précaution relative à des risques inouïs ? L’imagination nous sensibilise parce qu’elle nous esthétise. Elle permet que nous parvenions à croire ce que nous savons du risque environnemental. Sa force anticipatrice fait passer d’un modèle intellectualiste de la décision (décider c’est calculer des risques) à un modèle volontariste (décider c’est discerner, opter et vouloir arbitrer). Elle met en présence du présent et d’une responsabilité pour les générations futures. Le principe de précaution, par exemple, intègre, en imagination, l’anticipation des risques inconnus dans le choix éthique et politique. Enfin, la prise de décision publique en contexte de grande incertitude (démocratie écologique) mobilise une innovation pratique dont nous sommes les contemporains. Il en est ainsi avec la démocratie participative et ses méthodes : focus group, conférences de consensus, forum hybride, etc. (Callon, 2001) ; mais aussi pour d’autres modèles politiques explorés en écologie politique (l’ecological democracy de Robyn Eckersley ou la social ecology de Muray Bookchin).

L’imagination et ses méthodes

20Si on trouve qu’une place à l’imagination narrative est excessive, on doit se poser une question simple mais majeure : comment les savoirs et l’ingénierie peuvent-ils prétendre solutionner une crise environnementale s’ils s'efforcent de protéger une « nature » modélisée et abstraite inexistante au niveau concret de leurs applications ? L’imagination n’est pas fantasque. Il est des usages réglés de l’imagination qui corrigent profondément le caractère anesthésiant des savoirs et savoir-faire de la gestion environnementale. Elle peut avoir ses méthodes et imaginer un fleuve s’explicite en nouvelles méthodologies. Mais il ne suffit pas de parler de méthodes convoquant l’imagination pour consacrer une nouveauté.

21Certains usages méthodologiques de l’imagination prolongent la rationalité instrumentale à l’origine de la crise environnementale. La formule des géomètres « on raisonne juste sur des figures fausses » rappelle que l’activité rationnelle la plus pure, convoque l’imagination. Mais au mieux, pour ses vertus didactiques, ou comme support visuel à la concentration. L’image y demeure un pis-aller, n’étant pas une idée ! Dans le même esprit, la gestion environnementale convoque l’imagination. La planification, exercice de l’imagination, convoquée par la rationalité néolibérale (la théorie des jeux mobilise davantage les règles formelles –game- que la créativité –play-) pour piloter le changement (logique de durabilité faible). L’imagination y est contrôlée par une modélisation standardisée – les représentations visuelles en camembert et autres supports de power point -, servant une gestion administrative des ressources déterritorialisée.

  • 1 Pour l’étude d’un cas intéressant où le prévisionnisme et le prospectivisme se côtoient, cf. Hurley (...)

22Mais on peut convoquer tout autrement l’imagination. Résistant à sa réduction utilitariste, l’imagination re-sensibilise une relation à la nature, que la gouvernance par les nombres, ce nouveau dispositif de pouvoir ou cette nouvelle biopolitique néolibérale qui gouverne le vivant comme aurait dit Foucault, anesthésie. Elle n’applique pas des procédures mais déploie des variations imaginatives –empathie, sens du singulier, attention, partialité choisie-. Ce faisant, elle restaure les acteurs d’un territoire, dans leurs capacités d’initiative et leur créativité pratique. L’eau n’y est plus une ressource mais l’autre nom d’une appartenance à la Terre pour les créatures de la soif que nous sommes (logique de durabilité forte). L’imagination bridée du prévisionniste n’est pas l’imagination vive du prospectiviste. C’est cette dernière qui nous intéressera1.

23Les liens de l’imagination et de ses méthodes se déclinent en des enjeux de proche (années), de moyen (générations) et de long terme (longue suite des générations voire davantage).

24Les enjeux proches concernent l’attitude eu égard aux biens en eau actuellement disponibles. Ils se rendent attentifs à l’innovation théorique, éthique ou institutionnelle d’autres pratiques environnementales (de l’écologie militante à une sobriété écologique intégrée : ex. la désimperméabilisation des villes qui consiste à accueillir et recueillir les eaux de pluie plutôt que de s’empresser de les évacuer). Ils activent la tension entre biens marchands (prestations, revenus, ressources) et bien non marchands (services écosystémiques, soin, patrimoine, et plus largement les communs). Sur le plan théorique, les enquêtes sociologiques, ethnologiques, géographiques s’envisagent alors comme une collecte des imaginaires de l’eau pour constituer un atlas ou un répertoire de ces imaginaires. Ainsi, imaginaires, conduites et arts de faire avec l’eau constituent ce que Michel de Certeau appelait « une invention du quotidien ». Ils explicitent comment se déploie un nouvel ethos à l’égard de l’eau dans une écogestualité. L’écogestualité exprime bien plus qu’un conformisme social écologiste. Elle épèle un nouveau style de vie à partir de la conscience de la précarité de la ressource en eau. Elle intègre la réflexivité éthique et le retentissement d’une imagination de l’eau dans un art de vivre. S’inaugurent ainsi des manières d’agir inédites, réveillant le plan des habitudes par un autre champ d’actions (des toilettes sèches aux toitures végétalisées ; des économiseurs d’eau à un redéploiement des voies navigables). Ils témoignent d’une aspiration au changement dans la relation au milieu dans un désir d’harmonie humain/rivière par exemple. Une aspiration mobilise une expérience de soi – écologie en première personne - ; des relations aux autres dans une écologie sociale ; et une relation singulière avec les milieux – écologie. Elle s’explicite dans des images, des signes et des symboles partageables. Telle sera l’intelligence sensible, par exemple, des riverains rêveurs, des collectionneurs d’objets ayant trait à la rivière, ou bien celle des métiers de l’eau. Les imaginaires de l’eau configurent un style d’existence faisant d’un pays de rivière une expérience partiale. Mais l’inventivité concerne aussi le renouvellement des pratiques de prise de décision, dans une volonté, à côté de l’expertise de laboratoire, de restituer aux expertises d’usage une légitimité. D’autant plus que l’expertise opère souvent comme un nouvel argument d’autorité dans la décision publique. Y répond, en démocratie, pour éviter le poids de l’expertise et de l’administration une créativité mettant en place, en plus de la démocratie représentative, d’autres pratiques démocratiques (le collectif à côté de l’association ; la conférence citoyenne ; la possibilité d’une participation démocratique renouvelée, etc.).

25Les enjeux à moyen terme exigent de clarifier les concepts de la discussion publique afin d’éviter les malentendus, les démagogies ou les peurs. Le rôle que peut y jouer l’imagination, est double : il est intensification de la présence au milieu et anticipation. L’intensification, dans l’agir environnemental, porte sur la capacité de conviction de l’imagination. Elle sensibilise aux enjeux « insensibles » car contre-intuitifs de la crise écologique (les micropolluants dans l’eau potable ; les microparticules de plastique dans l’océan). Elle répond à la question : comment parvenir à croire ce que nous savons ? (Dupuy, 2005) L’imagination littéraire ou des plasticiens, par la dimension affective, émotionnelle et empathique, sensibilise en laissant retentir en images l’épreuve d’une appartenance à la nature. Cette présence imageante à l’eau engage, au-delà d’une « communication empirique » des intérêts utilitaires  sur les milieux aqueux ; et d’une « communication rationnelle » d’entendement à entendement portant sur des savoirs de l’eau désimpliqués, une « communication existentielle » (Jaspers, 1986, p. 305). Cette dernière épelle l’expérience partagée d’une vulnérabilité attachée au milieu écologique (stress hydrique, rareté de la ressource). Cette communication existentielle mobilise la dimension active d’une poétique de l’eau chez les acteurs (eau et scénographie, arts, etc.) et la conscience de nos dépendances. Ainsi, pour prévenir des inondations, la scénographie et les arts peuvent être mis à contribution. L’a fait, par exemple, pour la Loire, le pOlau (http://polau.org), pôle des arts urbains avec une action de sensibilisation à Tours intitulée « Jour inondable ». Le pOlau a invité le collectif artistique La Folie Kilomètre à proposer une expérience grandeur nature : une marche atypique à travers la « ville inondable ». La fonction imageante approfondit la relation sensible à l’eau en augmentant iconiquement le soi écologique. La poétique, étymologiquement activité créatrice attentive au pouvoir d’initier, l’exprime alors qu’elle échappe aux concepts. L’écologie de l’eau est aussi le bien des poètes. Sur le plan de l’anticipation, diverses attitudes dominent l’agir environnemental : culpabiliser, apeurer, sensibiliser et espérer. L’imagination se fera « heuristique de la peur » chez Hans Jonas, anticipation de la catastrophe dans le « catastrophisme éclairé » de Jean-Pierre Dupuy, sensibilisation singularisante et imaginante pour Günter Anders méditant toutes les formes de télé-meurtres (la bombe nucléaire en est le paradigme), ou espérance c’est-à-dire optimisme qui a connu les larmes de la souffrance des injustices sociales et environnementales pour le pape François dans sa récente encyclique Laudato si. La seule tâche morale décisive aujourd’hui, dans la mesure où tout n’est pas encore perdu, consiste à éduquer l’imagination morale, c’est-à-dire à essayer de surmonter le « décalage », à ajuster la capacité et l’élasticité de notre imagination et de nos sentiments à la disproportion de nos propres produits et au caractère imprévisible des catastrophes que nous pouvons provoquer, bref, à mettre nos représentations et nos sentiments au pas de nos activités (Anders, 2002, p. 304).

26Mais l’imagination a aussi une force anticipatrice. Elle donne consistance à ce qui n’est pas encore en y voyant le lieu du possible. Elle sert alors une clarification de la décision et de l’intelligence de l’action. Paul Ricœur, préfaçant un numéro de la revue Esprit consacré à la prospective observait déjà que les sociétés industrielles à développement continu cherchent à régler leur développement sur la prévision et le calcul. … Nous sommes dans des sociétés qui prospectent leur avenir et, en le prospectant, le planifient de multiples façons (Ricœur, 1966, p. 178). Entre prévision et prospective se décline l’éventail de ces multiples façons. Une tâche éthique est donc de renforcer les capacités d’une intelligence de l’agir en travaillant sur les capabilités, dirait Martha Nussbaum. A cette fin, le déploiement d’institutions encourageant une imagination pratique ouverte à la pluralité de scénarios possibles, permettant d’apprivoiser une situation – peut être précieux. Se situer eu égard à l’incertitude n’est pas neutre éthiquement. Prévoir pour planifier, ou laisser sa part à la prospective ouvre sur des compréhensions du choix éthique bien différentes : science ou initiative ; déduction ou délibération.

  • 2 Le futurologue se propose de projeter dans l'avenir l'état actuel du monde, c'est-à-dire d'en drain (...)

27Cette relation à ce qui n’est pas encore relève de ce qu’Aristote nommait les futurs contingents. Elle active une sagesse pratique en contexte de risque. L’accélération du changement rend la prévision à moyen terme nécessaire, si l’on pense à l’annonce de la réduction des débits des fleuves d’un tiers d’ici 2040 pour l’exemple du Rhône, ou à très long terme dans le cas de l’enfouissement des déchets nucléaires et à leur gestion sur des milliers d’années voire davantage. On peut, en planifiant, réduire les incertitudes, identifiant des invariants dans l’ordre de la nature et dans l’ordre social. Il y aurait de l’objectivable et du stable, dessinant les tendances à venir. Le mettre au jour assure une stabilité par la connaissance (fiabilité technique des prévisions du côté des sciences) et l’apprivoisement de l’avenir (confiance éthique et contrats). A l’intersection entre le discours scientifique et le discours de l’action, l’imagination sert de médiation pour aménager ce qui vient. Cette sagesse pratique qui anticipe se présente dans des pratiques bien identifiées, sous la rubrique générale de la futurologie2. Elle se fera simulation, planification, prévision ou prospective.

28La simulation n’est pas nécessairement un outil d’aide à la décision, mais peut l‘être (du simulateur de consommation d’eau aux simulations de montée des eaux). Sa finalité peut être purement spéculative, étudiant les résultats d’une action sur un élément sans réaliser l’expérience. Exercice de l’imagination, elle s’est généralisée via l’interface numérique et les simulateurs, occupant l’espace tiers entre l’idée et la réalité, le concept et la conception. La simulation joue avec des formes possibles, sans le passage par l’expérience, coûteuse, aventureuse et dangereuse – si l’on simule une inondation, un cours de rivière à l’étiage durablement bas ou l’effondrement d’un barrage. L’étymologie du mot « simulacre » le suggère. Il y a dans la simulation un processus mimétique (Buell, 1995). Mais comment comprendre cette mimesis, convoquée dans les approches dites biomimétique, pour penser la prise en charge de l’eau ? Telle est la ville-éponge ou sponge city expérimentée dans la ville de Lingang à la périphérie de Shanghai qui pourrait absorber et réutiliser au moins 70% des eaux de pluie grâce aux toits couverts de plantes, composés de briques spéciales susceptibles de boire l’eau, de la conserver puis de l’évaporer aux temps chauds, produisant un rafraîchissement de l’air. La simulation n’est pas qu’une copie de la réalité à l’instar du miroir. Elle opère un travail de reconfiguration, d’invention ou de re-présentation d’un état de la réalité dont elle fait varier les possibles. Dans la simulation, l’imagination n’est pas sans règles. Elle est contrôlée et s’exerce via les variables mathématiques ou algorithmiques – des modélisations - auxquelles on délègue le soin de compter, contrôler la contingence. Utilisant une distinction de Gaston Bachelard, nous dirons qu’avec un simulateur nous sommes dans le cadre d’une imagination formelle – faire varier des formes au sein d’une technique de formalisation – et non d’une imagination matérielle attentive aux partialités vécues avec la matière « eau ». Dans le cadre de l’imagination formelle, on traite des informations, on manipule des signes – des data ou, disent plus justement les québécois, des « données massives » – mais pas des traces. Le simulateur numérique développe des potentialités d’analyses ou de variations de forme en déléguant à l’ordinateur la tâche du traitement des données. On étudiera ainsi des vortex, des solitons en hydrodynamique, des phénomènes ondulatoires, etc. Mais ce traitement des données a également un impact. Il anesthésie notre expérience du milieu naturel, réduisant notre exposition sensible à la contingence qui fait pourtant de l’épreuve du milieu une épreuve du monde unique. L’eau a des qualités sensibles du point de vue expérientiel ; elles deviennent propriétés physiques pour l’expérimentation scientifique qui en fera des données. Aussi mobilise-t-on le jeu (avec les simulateurs ludiques) pour redonner à ces données, le statut de médiation sensible d’une expérience3. La simulation pourra être prospective à des fins de décision en vue de la planification qui coordonne des actions entre des successeurs sur un temps long.

29Prévision et prospective. Prévision et prospective aident à la décision, faisant une place à l’imagination très différente. La prévision se caractérise par une approche sectorisée, quantifiable et repose sur une solution de continuité dans le temps. Telle est la prévision météorologique qui permet la navigation aérienne. La prospective est, quant à elle, marquée par une approche globale, une alliance du quantitatif et du qualitatif. Elle porte son attention aux discontinuités ou aux ruptures. Aussi, inviter à « imaginer le devenir d’un cours d’eau » est une rupture, privilégiant la prospective à la prévision. Il résiste aux contraintes épistémologiques et aux options normatives implicites au modèle propres à la « science de l’action ». La prospective déploie des scénarios explorant, dans un « libre jeu des facultés », des réponses inédites. À cette méthode qui appartient davantage aux économistes, économètres, statisticiens et prévisionnistes, est souvent opposée celle des scénarios, davantage développée et utilisée par les prospectivistes suivant un parti pris élémentaire : mieux vaut une approximation grossière mais juste plutôt qu’une prévision très fine mais erronée4. En exagérant, le modèle intellectualiste de la prévision prend argument des régularités observées, des actions déjà faites pour déterminer des constantes et prédire des conséquences. Le modèle volontariste de la prospective, laissant sa place à l’imagination, ne confond pas ce qui sera avec ce qui a été. Il reconnait la contingence et la surprise liées aux conséquences à long terme et à la délibération. La prospective ne prédit pas l’avenir comme s’il était déjà fait. Elle aide à le construire. Relativement aux choix éthiques à faire, l’expert, ici, n’en sait pas plus que le citoyen. Gaston Berger, philosophe de la prospective, suggérait que L'avenir est conçu comme le temps des choses à faire par opposition au passé - temps des choses faites (Piganiol, 1969, p. 551).

30L’avenir est incertain du point de vue de la connaissance mais il est le lieu d’une exploration de l’imagination et de la volonté qui peut, par l’action libre lui donner forme. Les scénarios (DATAR, Juin 1975) du GIEC, au point d’articulation du scientifique et du politique, de la prospective et de la décision, entre science climatologique et imagination de la décision publique, explorent non la prévision saisonnière ou la prévision décennale (prévision du climat sur une période de trois à trente ans) mais prospectivement l’horizon 2100 (Guilyardi, 2015, p. 99), ce qui en politique est une temporalité inédite à assumer, comme le concept de « démocratie écologique » le rappelle.

31Les enjeux à long terme mobilisent l’imagination pour élucider les choix globaux de société. L’utopie mobilise le grand temps du monde par le tiers espace de l’imagination. Elle rénove notre compréhension de ce que signifie être humains sur la Terre (Berque, 1996) installant dans une temporalité vaste de mille ans et plus pour le souci éthique et politique des « générations futures », de 10000 ans pour l’homo sapiens, de 200000 ans pour les hominidés. Nous avons là, nous en avons bien conscience, un mélange de niveaux discursifs. L’« être humain sur la Terre » est une catégorie phénoménologique qui décrit ce qui signifie être-là ou habiter. Elle ne relève pas des catégories historiques ou préhistoriques. L’humain du phénoménologue n’est pas le contemporain de l’homo sapiens du paléontologue. Néanmoins c’est parce que l’explicitation de l’existant spatial se décline historiquement et géographiquement qu’il nous parait possible d’oser le rapprochement. Il permet d’ouvrir large l’éventail des possibles en imagination dans des choix tels que la création ou non d’un barrage dans une vallée, l’articulation d’une autre manière de vivre avec l’eau en ville. Plus avant que la prospective, telle est la fonction d’ouverture de l’utopie. L’utopie n’est pas qu’une pathologie politique (Revue Esprit, 1966). Elle ouvre en imagination un tiers lieu reconfigurant notre possible. Elle explore d’autres voies que la nécessité routinière, offrant au projet politique une dilatation temporelle. Ici, les expertises de laboratoires n’en savent pas plus que chacun d’entre nous. La gestion des déchets radioactifs ouvre déjà sur la prise en compte de temporalités inouïes pour l’action. Les scénarios à venir de montées des eaux des océans ouvrent à de telles perspectives. Le travail de la fiction-politique qui imagine la fin de l’imagination avec l’extinction de l’espèce humaine explore aussi cette voie (Colebrook, 2015). Cette entreprise est inédite pour les affaires humaines auxquelles la crise écologique impose de se demander quel sera leur semblant d’éternité sachant leur précarité. L’utopie d’une société de la sobriété heureuse interroge une nouvelle alliance avec l’eau à l’heure du stress hydrique.

32Ce temps long de l’imagination, outre l’utopie, est concentré dans les imaginaires culturels, les dispositifs techniques et artistiques qui cultivent de grandes images poétiques. L’articulation de la vie des hommes avec leurs milieux dans le sensible des images mentales et matérielles (architecture, littérature, etc.) figure une entente propre. En effet, l’imagination à l’œuvre dans le rapport aux fleuves et à l’eau se lit aussi dans les fruits matérialisés des œuvres de l’imagination. On situe souvent l’imagination du côté de l’avenir, l’opposant à la mémoire. Mais l’imagination se fait aussi mémorial ou patrimoine. Objets techniques et savoir-faire sont la mémoire vive d’une imagination nourrie des relations des hommes et de l’eau. Photographies, objets de collectionneurs, phénoménologues non professionnels des rives comme le sont les promeneurs ou les pêcheurs sont les gardiens de cette inventivité technique imaginant une relation à la rivière ou au fleuve. Les analyses concernant les relations entre imagination et objet technique, notamment celles liées à l’eau, sont éclairantes sur ce point (Simondon, 2012), que ce soit le barrage comme objet technique ou les bateaux des rivières et des fleuves. Gabares, toues, futreaux… sont des bateaux de rivières ou de fleuves. Ces bateaux traditionnels en bois, inspirés des drakkars (de 700 à l’an 1000), sont à fond plat, pour mieux se jouer de la faible profondeur du fleuve. La technique de construction de la barge de la Loire est une imagination en acte. Sur elle se concentre une étude visant l’obtention de l’objet flottant le plus dynamique et stable qui soit pour naviguer sur ce fleuve sauvage. Sa forme, qui a beaucoup à voir avec celle des poissons qui fréquentent ce fleuve, n’est pas un hasard. Le travail de l’imagination n’est pas ici de copier dans un rapport modèle/copie la forme externe du poisson. Patiente découverte, elle est la rencontre de gestes créateurs ajustés progressivement aux contraintes d’un milieu. Elle n’impose pas violemment une forme mais la profile par reconfiguration et autonormativité, ce qui suppose une attention singulière à la relation eau/objet flottant. Un bateau « traditionnel » tient la mémoire longue d’une innovation technique qui, par sélection progressive, souvent multiséculaire, se stabilise en une forme. Le travail de l’imagination est ici celui d’un processus créateur, fruit d’une autorégulation nullement abstraite. Entente de l’homme et de l’eau, sa forme capte l’intuition de gestes créateurs, autorégulés, découvrant patiemment les propriétés intrinsèques d’un objet navigant idéal (Barrier, 1986). Nos objets techniques à venir, progressivement par autorégulation, résisteront à la tentation hypertélique imposant sa forme abstraite déterritorialisée. Une tentation guette la circulation planétaire mondialisée et unidimensionnalisée des systèmes techniques (barrage, pont, voire de circulation). Inversement, les systèmes techniques, apprivoisant l’imaginaire du milieu, pourront inventer un dispositif technique mature et individué. L’exemple des ponts ou ouvrages d’art intégrant, en leur structure même leurs effets sur les zones humides, les passages d’animaux (ex : le crapauduc ; les passerelles à saumon), la prise en compte des intérêts des acteurs environnants (discussion avec les bien nommés riverains sur les nuisances ou les dimensions psychosociales ; prise en compte des intérêts des acteurs non humains par la médiation de leurs représentants, etc., ) illustre un objet technique concret, marque d’une imagination en acte.

33La littérature, enfin, explore la contingence dans la partialité des images rêvées. Entretiens phénoménologiques sur l’épreuve de l’eau et littérature disent un apprivoisement mutuel des humains et de la nature. Les arts sondent en imagination le noyau fondamental en lequel germine l’entente propre d’une culture avec le milieu5. Elle s’explicite dans de grandes images poétiques qui épèlent les tendances longues d’une culture. Le caractère foisonnant des images de l’eau présentent dans les romans, la poésie, les journaux, mais aussi les arts plastiques, la publicité, les réseaux numériques trouve dans la classification des imaginaires de l’eau leur cohérence, restituant la dimension qualitative d’un vécu de l’eau. Cette habilitation de la force des images de l’eau et de leur logique légitime un point de vue singulier sur l’eau. Celui d’une écologie en première personne valorisant un savoir expérientiel et relationnel sur l’eau. Gilbert Durand a ainsi repéré trois grandes structures de classification isotopique des images, épelant trois façons de se rapporter à l’eau (Durand, 2016). Elles opèrent comme des constellations génératrices de sens, associées à des expériences corporelles engagées dans leurs relations à l’eau. Elles prédéterminent trois grands types de logiques conceptuelles, non référées à des positions ethnocentrées, mais à des structures de l’imaginaire. La structure héroïque est basée sur les principes de séparation, d’exclusion, de contradiction dont la grande séparation entre eau pure et eau sale, eau naturelle et artificielle. Jaillir, sourdre, fertiliser sont les verbes de l’imaginaire d’une eau domptée et maitrisée. La structure mystique a pour principes fondamentaux l’analogie, la ressemblance, la fusion. Les images d’emboîtement, d’enveloppement, d’intimité (coupe) en sont l’expression. Refléter, désaltérer, se baigner, plonger mobilisent la symbolique d’une eau où l’on s’immerge jusqu’à la fusion. Enfin, la structure dramatique mobilise les tensions présentes dans les expériences de l’eau. Le schème de base qui en rend compte est celui de « lier » ou « relier » dans les images de l’éternel retour, du progrès. Couler, tanguer, naviguer (ramer, surfer, glisser dans la symbolique de la barque, de la navigation ou de la nage) redisent ce jeu équivoque d’apprivoisement de l’eau (Pineau, 2001 ; Pierron, 2015). La littérature et les arts, en cultivant de telles images qui disent l’essentielle tonalité de l’être au monde, sont en rupture radicale avec les approches instrumentales. Si ces dernières mettent en circulation des objets, des idées ou des expressions esthétiques dans les réseaux du monde capitaliste ou de la société de marché, l’expérience esthétique, quant à elle, laisse retentir en soi jusqu’à se laisser habiter par elles, des épreuves pathique et esthétique du monde qui constituent une poche de résistance à l’instrumentalisation. Elles valorisent l’épreuve incomparable d’un milieu dans l’image. A l’impartialité conçue dans l’abstraction des chiffres, la grande image oppose une partialité vécue, suivie dans sa singularité même. La rêverie de l’eau a sa méthode pour, qu’en image, s’approfondisse et s’explicite une aspiration à être avec l’écoumène.

Conclusion

34L’exercice consistant à imaginer une rivière sollicite l’imagination dans la construction épistémologique de nos choix éthiques et politiques. Il mobilise, au sein d’une anthropologie naturaliste occidentale qu’on ne saurait réifier, d’autres schèmes théoriques et pratiques que l’instrumentalisation ou la protection. Il contribue ainsi à infléchir, subvertir et, peut-être, métamorphoser l’utilitarisme dominant de nos modes d’administration et de gestion de l’environnement. Pour le dire avec Amartya Sen et Martha Nussbaum, mobiliser l’imagination dans le cadre de l’agir environnemental promeut une conception intégrale, et non instrumentale, du développement durable. Faire une telle place à l’imagination modifie la « base informationnelle de jugement » (Sen, 1990) qui préside à l’évaluation de ce qu’est un développement, s’affranchissant de la donnée instrumentale chiffrée (Rey, 2016). Cette dernière est incapable de rendre compte de la richesse qualitative de notre expérience de l’eau et des opportunités sociales qu’elle engage. Mobiliser l’imagination soutient une conception éthique qui refuse de s’assimiler à une science du calcul des meilleurs moyens à allouer (les indicateurs de pilotages), comme le font les modèles économiques standards dans la gestion environnementale. L’éthique s’envisage comme un art d’arbitrer les diverses finalités engagées dans une situation en tenant compte de différentes temporalités, y compris à long terme. L’imagination éthique pose une approche plurielle et délibérative des fins : la prise en compte des affiliations à un milieu ou du point de vue des générations futures.

35Dans le cadre de l’agir environnemental, solliciter l’imagination, la sensibilité et le discernement restaure les capacités d’initiatives des acteurs. Imaginer davantage ouvre à l’inventivité théorique et à l’innovation pratique. Cela développe des méthodes (ballades sensibles, entretiens phénoménologiques, savoirs expérientiels) irréductibles à des procédures mécaniquement applicables. Les acteurs, en réinstallant une dimension qualitative dans les éléments à prendre en compte, pluralisent les réponses possibles plutôt qu’ils ne dupliquent des scénarios déjà identifiés.

36Enfin cette part faite à l’imagination relève d’une intelligence relationnelle et non instrumentale. Elle a besoin, pour se déployer, d’un temps suffisant afin que s’installe entre les acteurs d’un écoumène, d’un bassin versant par exemple, la confiance sans laquelle la prise en compte des points de vue ne saurait avoir lieu. L’imagination comme capacité à maintenir le point de vue du semblable, redonnant à chacun sa place, relève d’un parcours de la reconnaissance. Il permet que s’expriment les perceptions et les sentiments relatifs aux expériences du milieu (de la rivière) et qu’apparaisse une entente propre. Ce parcours ne se fait pas sans luttes pour la reconnaissance car l’entente avec le milieu n’est pas donnée définitivement ; elle est à construire.

ANDERS G., 2002, « Sur la bombe et les causes de notre aveuglement face à l’apocalypse » dans Obsolescence de l’homme [1956], Ed. de l’encyclopédie des nuisances/Editions Ivrea.

BARRIER P., 1986, La mémoire des fleuves de France, Paris, Plon, Collection “Terres de France”.

BERQUE A., 1996, Être humains sur la Terre : principes d’éthique de l’écoumène, Paris, Gallimard, Collection le débat.

BOLTANSKI L., THEVENOT L., 1991, De la justification. Les économies de la grandeur, Paris, Gallimard.

BUELL L., 1995, The Environmental Imagination: Thoreau, Nature Writing, and the Formation of American Culture, Harvard University Press.

CALLON M., 2001, Agir dans un monde incertain. Essai sur la démocratie technique, Paris, Seuil.

DAGOGNET F., 1973, Ecriture et iconographie, Paris, Vrin.

D.A.T.A.R., 1975, La Méthode des scénarios. Une réflexion sur la démarche et la théorie de la prospective, Paris, La documentation Française, Collection Travaux et Recherches de Prospective, n° 59 Juin.

DESCOLA P., 2005, Par-delà nature et culture, Paris, Gallimard.

DUBORGEL B., 1983, Imaginaire et pédagogie, Paris, Le sourire qui mord.

DUPUY J.-P., 2004, Pour un catastrophisme éclairé, Quand l'impossible est certain, Paris, Points/Seuil.

DURAND G., 2016, Les structures anthropologiques de l’imaginaire, Paris, Dunod, 12e édition.

GRANGER G.-G., 1968, Essai d’une philosophie du style, Paris, Armand Colin.

GUILYARDI E. et C., 2015, Que feriez-vous si vous saviez ? Des climatologiques face à la désinformation, Paris, Le Pommier.

HURLEY J., 2017, « Impossible Futures : Fictions of Risk in the Longue Durée »

JASPERS K., 1986, Philosophie : Orientation dans le monde. Eclairement de l'existence. Métaphysique, Verlag-Springer.

MALM A., 2017, L’anthropocène contre l’histoire. Le réchauffement climatique à l’ère du capital, trad. E. Dobenesque, Paris, La Fabrique éditions.

MERLEAU-PONTY M., 1964, L’œil et l’esprit, Paris, Gallimard.

MYERS N., 2015, Rendering Life Molecular: Models, Modelers, and Excitable Matter, London, Duke University Press.

NEIMANIS A., CHEN C. et MACLEOD J., 2013, Thinking with Water, Mc-Gill-Queen’s University Press.

NEUMARK D., Instructions for Being Water : A Performance Score, http://devoraneumark.com/​works/​being-water/​

NUSSBAUM M., 2012, Capabilités. Comment créer les conditions d’un monde plus juste ?, Paris, Flammarion, Climats.

PIERRON J.-P., NOU C. (dir.), 2015, Usée, sale, impure. Rationalités, usages et imaginaires de l’eau, Louvain, Editions EME, collection transversales philosophiques.

PIERRON J.-P. (dir.), 2015, Bachelard et le travail des eaux, Revue Bachelardiana, Naples.

PIERRON J.-P., 2018, La poétique de l’eau. Pour une autre écologie, Paris, ed. François Bourin.

PIGANIOL P., 1969, Introduction : futurologie et prospective, Revue internationale des sciences sociales, « La futurologie », Unesco, Vol. XXI, n° 4.

PINEAU G. dir., 2001, Les eaux écoformatrices, Paris, L’Harmattan.

RECLUS E., 2005, Histoire d’un ruisseau, (1869), Paris, Actes Sud.

Revue Esprit, « Prospective et utopie », n°2, fév. 1966.

REY O., 2016, Quand le monde s’est fait nombre, Paris, Stock.

RICŒUR P., 1986, « L’imagination dans le discours et dans l’action », in Du texte à l’action, Essais d’herméneutique II, Paris, Seuil.

RICŒUR P., 1966, Prévision économique et choix éthique, Revue Esprit, « Prospective et utopie », n°2, fév. 1966.

SCHAEFFER J.-M., 1999, Pourquoi la fiction ?, Paris, Seuil.

SEN A., 1990, Justice: means versus freedoms, Philosophy and public affairs, 19 (2), p. 111-121.

SIMONDON G., 2012, Du mode d’existence des objets techniques [1958], Paris, Aubier/Philosophie.

Haut de page

Notes

1 Pour l’étude d’un cas intéressant où le prévisionnisme et le prospectivisme se côtoient, cf. Hurley, 2017.

2 Le futurologue se propose de projeter dans l'avenir l'état actuel du monde, c'est-à-dire d'en drainer l'évolution, en distinguant ce qui est d'ores et déjà inéluctable et ce sur quoi on peut agir (Revue intern. des sciences sociales, Unesco, vol. XXI, 1969, « La Futurologie » ds Vie Lang. 1970, no 220, p. 391).

3 Halte aux Catastrophes ! Jeu de simulation d'aléas naturels créé par l'ONU/ISDR. http://www.stopdisastersgame.org/fr/home.html ; http://www.georisques.gouv.fr/articles/un-simulateur-de-crues-unique-en-europe-pour-mieux-se-proteger-des-inondations

4 http://www.laprospective.fr/dyn/francais/memoire/texte_fondamentaux/invitation-a-la-prospective.pdf. Hugues de Jouvenel, p. 53.

5 A titre d'exemple cf. Neumark : http://devoraneumark.com/works/being-water/

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Philippe Pierron, « « Penser comme un fleuve ». Le rôle de l’imagination dans l’agir environnemental : prévision, prospective, rêverie », Géocarrefour [En ligne], 92/1 | 2018, mis en ligne le 06 juillet 2018, consulté le 22 juillet 2018. URL : http://journals.openedition.org/geocarrefour/10382 ; DOI : 10.4000/geocarrefour.10382

Haut de page

Droits d’auteur

© Géocarrefour

Haut de page
  • OpenEdition Journals