Navigation – Plan du site

Martine Berger et Jean-Louis Chaléard (dir), Villes et campagnes en relations, Regards croisés Nords-Suds

Bernard Bret
Référence(s) :

BERGER M. et CHALEARD J.-L. (dir), 2017, Villes et campagnes en relations, Regards croisés Nords-Suds, Paris, Karthala, 299 p.

Texte intégral

1 Si la ville et la campagne ont longtemps été opposées, les mutations socio-économiques en cours bouleversent les rapports des sociétés et de leurs espaces, produisant un brouillage des catégories spatiales traditionnelles. Elles obligent à revisiter une dichotomie qui s'estompe et qui laisse place à un gradient dont témoignent les termes de périurbanisation, d'exurbanisation, de rurbanisation, entre autres.

2 Tel est le sujet de ce livre issu d'un colloque. Martine Berger et Jean-Louis Chaléard y organisent des regards croisés qui analysent des situations dans les Nords comme dans les Suds, le pluriel invitant dans les deux cas à dépasser la lecture réductrice d'un monde divisé en deux et à prendre en compte sa diversité et sa complexité. Il demeure que, dans une première approche, le Nord et le Sud gardent leurs caractéristiques respectives. C'est ce que montre Martine Berger pour le Nord. L'urbain et le rural y sont restés longtemps deux réalités clairement distinctes et, pour cette raison même, liées entre elles. Mais, à partir des années 1970, la périurbanisation a amoindri leur capacité explicative. Aujourd'hui, la mondialisation, l'essor des métropoles et la généralisation des mobilités, changent de nouveau la donne. Les multi-appartenances spatiales et sociales (p. 21) font que les territoires deviennent des mosaïques instables où partout se manifeste l'urbain à des degrés divers. S'agissant des pays du Sud, où la population rurale est encore fort importante, Jean-Louis Chaléard rappelle les taux d'urbanisation très inégaux selon les pays et l'explosion urbaine génératrice d'immenses agglomérations. Alors que la ville y a été souvent dénoncée comme porteuse d'une modernisation signifiant en réalité exploitation du monde rural, les relations ville-campagne sont devenues plus complexes et le rôle dynamiseur de l'urbain est davantage pris en compte. La mondialisation est aujourd'hui le contexte dans lequel s'exprime le processus urbain dans les Suds, non seulement parce que certaines formes nées dans les Nords (la rurbanisation, la diffusion de modes de vie citadins dans les campagnes) s'y propagent, mais aussi parce que les migrations vers les pays du Nord y produisent des flux financiers lourds de conséquences dans l'économie et les formes de consommation.

3 Le ton étant donné par ces introductions, l'ouvrage offre des études de cas : sans pouvoir ici rendre compte de toutes, on reprendra les quatre thèmes qui structurent l'ouvrage. Le premier concerne les rapports entre les systèmes d'activités et les mobilités. Il mentionne au Sénégal (A. Ndao et J. Lombard pour le bassin arachidier, N. Dia-Ndiaye et O. Ninot pour le Ferlo) l'interdépendance de la ville et de la campagne, et explique, en Espagne les profils très divers des néo-ruraux (chapitre de G. Tommasi sur la Sierra de Albarracin, comportant un tableau très éclairant p. 101)). Dans le cas des populations Kanak de Nouvelle Calédonie, faut-il penser avec G. Pestana et P. Pantz que la mobilité de la population et les orientations données à l'aménagement après les Accords de Matignon remettent en cause le modèle centre-périphérie hérité de l'époque coloniale, avec Nouméa comme centre et la Brousse comme périphérie ? Certes, et c'est heureux, il s'opère un certain rééquilibrage du territoire. Mais, penser que le caractère passe-partout d'un tel modèle montre autant son caractère simpliste que sa pauvreté dès que l'on aborde la complexité des phénomènes (p. 86), n'est-ce pas faire une lecture simpliste du modèle, sinon même faire erreur sur ce qu'est un modèle ? En l'occurrence, la configuration du modèle change parce que changent les formes et l'intensité des inégalités sociales. Interpréter ces changements est évidemment utile, mais le modèle centre-périphérie lui-même ne perdrait sa vertu heuristique que si disparaissait le pouvoir des dominants sur les dominés… Autant dire, à condition que la métaphore géométrique ne soit pas mal comprise, qu'il reste pertinent pour lire dans l'organisation de l'espace la traduction des faits sociaux.

4 Analyser le contact entre l'urbain et le rural est le second thème. M. Berger et alii y analysent un Ouest francilien qui s'affirme face à la capitale, cependant que S. Berroir et alii montrent comment les coopérations intercommunales consolident, au Nord de la métropole, des polarités permettant une certaine émancipation par rapport à Paris. Demeurent les concurrences pour l'usage du sol et donc la place à y donner à la nature et à l'agriculture, et donc aussi la façon dont y sont traitées les conséquences sociales. A Mumbai et Nairobi (F. Landy), la création de parcs donne ainsi la priorité à la sauvegarde d'espaces protégés, non sans conflits avec certaines populations lésées par ce choix, les éleveurs Maasai à Nairobi et les citadins pauvres à la recherche d'un lieu où construire un abri à Mumbai. Dans le thème suivant, plusieurs auteurs traitent de l'intérêt croissant pour l'agriculture urbaine et périurbaine dans sa fonction productive, récréative et environnementale. En réaction contre le modèle agro-industriel, elle fait une large place au bio, privilégie les circuits courts et modifie du coup les relations entre la ville est ses alentours.

5 Dernier thème et non le moins important, l'action des pouvoirs publics est enfin abordée. A. Beuf montre la gravité de la fracture entre les villes et les campagnes en Colombie et comment la politique conduite pour entraîner ces dernières dans une dynamique de développement met en tension la grande entreprise et la petite paysannerie. La région Midi-Pyrénées (L. Barthe et alii) et le périurbain de Toulouse, pour leur part, donnent à voir la multiplication des zonages administratifs et, liées à eux, des représentations que les habitants se font de leur espace. Rejoignant l'observation de M. Berger sur l'émergence d 'une identité périurbaine dans l'Ouest francilien, S. Bonnin-Oliveira voit dans les recompositions territoriales en cours la reconnaissance de la capacité des espaces périurbains à faire territoire (p. 250).

6 Un ouvrage de ce type vaut par ce qu'il apporte d'informations, de réflexions et d'analyses, ici nombreuses, mais aussi par les questions qu'il pose et les pistes qu'il ouvre dans un débat qui reste ouvert. Géraud Magrin et Monique Poulot le disent clairement dans la conclusion. Ils y constatent le désir de ruralité au sein même du monde urbain et notent que la multi-appartenance quasi généralisée des habitants aux deux milieux et la ruralisation de la ville aboutissent à ce que, aujourd'hui et contrairement à naguère, faire rural devient mode et moderne (p. 279). Pareil constat n'est-il pas paradoxal, voire provocateur, au moment où le débat politique, du moins en France, décrit une campagne qui serait délaissée et sacrifiée au profit des métropoles supposées être seules capables de tirer la croissance et d'assurer le succès du pays dans la mondialisation ? Certes, le discours sur la marginalisation des campagnes oublie trop souvent qu'en nombre absolu, les problèmes sociaux sont d'abord urbains. Il demeure que l'image du rural véhiculée par lui est fort éloignée de celle, positive, donnée par nos auteurs. Sans doute est-ce parce que, dans le langage courant, le rural renvoie à deux réalités bien différentes. Pour beaucoup de citadins, il évoque les aménités environnementales qu'ils ont perdues en ville et qu'ils veulent retrouver ou reconstituer dans les périphéries urbaines. Pour certains ruraux, il est la dureté d'un territoire éloigné des services publics et vécu par les plus pauvres comme un espace de relégation. Ce sont là autant de raisons pour que des regards croisés s'enrichissent mutuellement et aident à définir les politiques d'aménagement susceptibles d'améliorer les conditions de vie des populations, à la ville comme à la campagne, et aussi, bien évidemment dans cet entre-deux parfois mal défini où ces deux réalités entrent en contact, se transforment et produisent comme par hybridation un territoire d'un type nouveau.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Bernard Bret, « Martine Berger et Jean-Louis Chaléard (dir), Villes et campagnes en relations, Regards croisés Nords-Suds  », Géocarrefour [En ligne], Comptes rendus inédits, mis en ligne le 04 mai 2018, consulté le 13 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/geocarrefour/10409

Haut de page

Droits d’auteur

© Géocarrefour

Haut de page
  • OpenEdition Journals