Navigation – Plan du site
Compte rendu d'ouvrages

Lise Bourdeau Lepage (dir.), Nature en ville. Désirs et controverses

Paul Arnould
Référence(s) :

BOURDEAU LEPAGE L. (dir.), 2017, Nature en ville. Désirs et controverses, Paris, La librairie des territoires

Texte intégral

1 A tout choisir vaut-il mieux travailler sur le bien-être, le bonheur, le plaisir, la danse, la fête… que sur le mal être, le malheur, la mort, la souffrance, les drogues, la pauvreté, les inégalités, la prostitution… ?

2Chaque chercheur est libre du choix de ses sujets d’études. Tous ont leur légitimité. Il est certain que certaines thématiques sont plus chargées de valeurs positives que d’autres.

3A propos de la nature en ville, joie, espérance, espoir, besoins, désirs sont bien sûr à interroger. Ces termes forment le leitmotiv de ce joli petit ouvrage sur la nature en ville. L’amour est même mentionné par deux fois dès les deux premières contributions. Antonio Da Cunha donne le ton dès la première phrase de la préface (p. 6) « La ville et la nature vivent aujourd’hui une belle histoire d’amour ». Lise Bourdeau Lepage enchaine dès le premier intertitre de son introduction (p. 14) » 1 Nature et ville, amour et désamour ». Bigre ! La géographie des émotions est omniprésente ! C’est à la fois sympathique mais aussi un peu « léger ». Mettre le thème des désirs en balance avec celui des controverses montre d’emblée que la nature n’est pas un objet consensuel. Cette grille de lecture binaire, discutable mais efficace, affichée dans le titre de l’ouvrage coordonné par Lise Bourdeau-Lepage ne peut que déboucher sur des descriptions et des propositions stimulantes.

4Mais de quelles natures, de quelles villes, de quels enjeux est-il question dans cet ouvrage ? Où sont les ancrages théoriques sur la question de la nature en ville et quels sont les territoires témoins fournisseurs des matériaux empiriques permettant d’apporter des éclairages nouveaux sur une question à l’ordre du jour des décisions des politiques publiques, des actions des élus, des conceptions des urbanistes, des propositions des architectes, des réalisations des paysagistes et bien sûr des réflexions des géographes, des historiens et de tous les chercheurs en sciences humaines et sociales ?

5Quelle nature ? Peu de réflexions sur ce terme piégé et polysémique. Il s’agit essentiellement des végétaux dans la ville. La vision est considérablement biaisée. Lise Bourdeau Lepage réduisant la nature (p. 15) « …comme étant l’ensemble des éléments végétaux et animaux qui n’ont pas été transformés par l’homme… » en convient mais ne s’en explique guère. Rien donc ou si peu sur les animaux, évoqués en introduction sous leur aspect inquiétant dans un paragraphe joliment intitulé « La face sombre de la nature en ville » (rats, blattes, cafards, pigeons, chiens…) (p. 26), ou plus attirant tels les quelques papillons aventurés dans les espaces verts d’entreprises, représentés par le photogénique Azuré commun, Polyomattus icarus (p. 103). Les papillons sont accompagnés des inévitables abeilles dont on ne voit que les nouvelles ruches (p. 111), qualifiées de « révolutionnaires », surnommées « Flow Hive », aspirant le miel de la ruche sans intervention traumatisante, conçues pour le bien être des butineuses. Bien peu de choses sur l’eau à part les allusions aux aménagements des berges de quelques cours d’eaux français (p. 149). Rien ou presque rien sur l’air (mis à part les allusions à l’îlot de chaleur urbain, (p. 23). Aucune allusion au bruit. Pas de travaux sur le paysage. Le titre de nature est donc à prendre avec circonspection. Il s’agit plutôt du végétal dans la ville. Et pour ce végétal rien ou si peu sur les bienfaits et les mérites respectifs fonctionnels ou esthétiques de l’arbre et de l’herbe envisagés de manière indifférenciée alors que leur place dans les bilans carbones tout autant que dans la structuration des paysages est essentielle.

6Quelles villes sont convoquées pour soutenir les argumentations ? Des métropoles bien sûr ! A ce petit jeu Paris et Lyon se taillent la place de choix. Elles sont les lieux sur-étudiés par les 22 contributeurs. Tokyo (p. 46-53), Radburn dans le New Jersey, Helsinki et sa cité jardin de Tapiola (p.129-131) (p. 127-128) introduisent des éléments de comparaison stimulants, utiles pour constater ce qui se fait ailleurs qu’en France tout autant que pour hiérarchiser les échelles des travaux. Sept villes bretonnes (Morlaix, Pleyben, Quimper, Quimperlé, Mellac, Auray, Theix) ont droit de cité (p. 56-63). Quimper bénéficie d’une étude de cas décortiquée de façon plus approfondie.

7La question de l’échelle n’est guère abordée alors que l’ouvrage traite de micro-objets de nature comme les pots de fleurs à Tokyo, les bacs potagers ou les chaussettes, les ruchers, les éco quartiers, les espaces des entreprises à l’échelle de l’Ile de France, les berges…

8Quelles références bibliographiques ? Les ouvrages et les articles cités permettent de se faire une belle idée de la richesse des publications dans ce champ de recherche foisonnant. Le choix de placer la bibliographie à la fin de chaque contribution est particulièrement discutable et nous laisse sceptique. Il contribue à renforcer l’impression de fragmentation d’un ouvrage que Lise Bourdeau Lepage essaye de rendre cohérent dans son introduction tout comme dans sa belle préface, sans y parvenir de façon totalement satisfaisante. Il débouche sur des répétitions qui auraient aisément pu être évitées. Au hit-parade des références bibliographiques les plus citées, viennent inévitablement Lise Bourdeau Lepage et Emmanuel Boutefeu. A côté de ces doublons ou de ces triplés on reste sur sa faim face à des manques criants. Pour Lyon, Gilles Clément est ignoré. Le beau travail de Stéphane Autran sur les « infrastructures vertes » est également absent. Au registre des manques, aucune référence aux théories de Le Corbusier ou de Perret. L’arsenal législatif abordé en introduction - et ses sigles proliférants (SCOT, PLU, ALUR… p. 18) - aurait mérité d’être étoffé et présentés dans un encadré et accompagné d’une réflexion sur le sens et la signification de cette boulimie de textes.

9L’illustration est abondante souvent en couleur ce qui est appréciable en fonction du sujet traité. De nombreuses photos ne sont ni localisées ni datées. L’anonymat peut se concevoir pour des jardins ne souhaitant pas être trop ouvertement mentionnés surtout lorsqu’il est question de la question sensible des sols pollués (p. 88). Il est plus gênant pour d’autres images dont la fonction semble plus ornementale et décorative que généralisable et démonstrative.

10Le traitement de l’enquête menée à Lyon, au printemps 2002, auprès de 150 personnes, mais utilisée par deux fois dans l'introduction tout d'abord (p. 19-22) puis dans la communication sur "Pratiques et attentes citadines de nature(s) en ville. Enquête sur les parcs et jardins publics de Lyon" est présenté sous forme d’histogrammes et de « camemberts », les inévitables diagrammes circulaires ; cela introduit une apparence de scientificité mais n’apporte pas de données fortement originales.

11Dans ce foisonnement de contributions on reste souvent sur sa faim. Envie d’en savoir plus, à l’image de cette expérience italienne de la commune de Senigallia, près d’Ancone (p. 143), ou l’on ignore si les aménagements écologiques ont eu des vertus thérapeutiques sur les malades… Rien sur la méthodologie permettant d’effectuer un suivi des effets bénéfiques annoncés sur le plan » émotionnel » de ces aménagements

12La nature en ville est trop abordée sous son versant idyllique. La voix légèrement dissonante de Kaduna Demailly (p. 84), à propos des vacants jardinés, lieux de jeux de pouvoirs et d’exclusion, prêche un peu dans le désert. La « face cachée » de la nature en ville, illustrée également par la question des sols contaminés, est timidement esquissée Le consensus doux l’emporte sans conteste sur les controverses féroces.

13En définitive, un ouvrage patchwork qui fait du bien, truffé de bons sentiments, mais un peu trop lisse à notre goût.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Paul Arnould, « Lise Bourdeau Lepage (dir.), Nature en ville. Désirs et controverses », Géocarrefour [En ligne], 92/1 | 2018, mis en ligne le 22 mai 2018, consulté le 21 août 2018. URL : http://journals.openedition.org/geocarrefour/10414

Haut de page

Auteur

Paul Arnould

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Géocarrefour

Haut de page
  • OpenEdition Journals