Navigation – Plan du site
Articles

La rivière imaginée. Pourquoi et comment récréer la Rize à Lyon ?

Recreating urban river. The case of Rize, a lost river in Lyon
Alexandre Brun, Hervé Caltran, Llewella Maléfant et Paul Garcias

Résumés

Depuis le milieu du XXe siècle, de grandes villes ont amorcé un processus de reconquête des fleuves. Cette démarche se traduit le plus souvent par le paysagement des berges, rendues aux citadins, et la valorisation immobilière des terrains jadis occupés par des installations industrielles et portuaires. Plus rares en revanche sont les métropoles qui s’essaient à la renaturation des petites rivières urbaines. Dans le cas de la Rize, rivière lyonnaise aujourd’hui enterrée en aval du canal de Jonage, il s’agit d’aller bien au-delà en imaginant un avenir à cette rivière que les ingénieurs d’autrefois ont mis à l’envers : en effet, elle se confond par endroit avec les égouts et ne s’écoule plus dans le Rhône, son exutoire ! Dans cette perspective, un projet d’aménagement a été conçu par une équipe pluridisciplinaire composée de praticiens, d’enseignants-chercheurs et d’étudiants en partenariat avec la Direction de l’Eau du Grand Lyon. À l’issue d’un diagnostic technique et paysager, un tracé a été proposé par l’équipe de recherche en fonction de l’histoire de la rivière et ses usages successifs d’une part, et de l’occupation du sous-sol et de la topographie d’autre part. Tout l’enjeu de ce projet a consisté à travailler simultanément à deux échelles. À l’échelle locale, des enquêtes et des ateliers participatifs ont permis d’instaurer un dialogue avec ceux vivent et travaillent à proximité du tracé ; l’objectif étant de faire évoluer le projet d’une simple évocation à l’aide de panneaux à un programme techniquement robuste et convaincant aux yeux des riverains. À l’échelle du Grand Lyon, il s’agit d’explorer des scénarios jusqu’à présent jugés inimaginables dans l’objectif de créer des continuités à la fois écologiques, sociales et urbaines, de lutter contre les ilots de chaleur, et, de réintroduire des usages de l’eau dans des zones très densément urbanisées.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Un remarquable film documentaire canadien signé Caroline Bacle (Rivières perdues, 2012, d’une durée (...)

1Aux installations éphémères très populaires comme « Paris-Plage » (Lallement, 2008 ; Coëffé, 2010 ; Pradel et Simon, 2012) s’ajoutent désormais des expérimentations urbaines destinées à faire renaitre des rivières disparues (Lasserre et Brun, 2018).1 De Séoul à Yonkers, les opérations de « renaturation » des petites rivières consistent moins à remettre en cause les choix techniques opérés au 19ème siècle sous la pression des hygiénistes et des ingénieurs des travaux publics qu’à imaginer les rivières de demain (Vidal-Naquet, 1993 ; Lévy, 2015 ; Brun et al., 2016 ; ). Les métropoles prolongent ainsi la reconquête de fronts d’eau jadis dévolus à l’industrie, décrite par Boquet (2011) au sujet de Baltimore ou par Rodrigues-Malta (1999) pour Barcelone.

  • 2 Source : http://www.lepoint.fr/insolite/avec-le-street-fishing-la-peche-devient-un-loisir-urbain-te (...)

2Les autorités municipales ont jusque-là tout fait pour domestiquer les petits cours d’eau (Bernhardt et Palmer, 2007 ; Frioux, 2010 ; Ultsch, 2010). En ville, le chevelu hydrographique le plus fin s’est par conséquent largement dégradé (Morley et Karr, 2002). Les inondations provoquées par les rivières urbaines et la fonction de dépotoir à laquelle elles ont longtemps servi expliquent le désintérêt des maîtres d’ouvrage et la crainte des habitants à leur égard. Elles sont de surcroît moins utiles à l’économie urbaine que par le passé : les usages d’autrefois sont relégués en lointaine périphérie ou bien ont disparu en raison du progrès technique. Certains, comme la pêche en ville (street fishing désormais), perdurent néanmoins, mais dans les grands plans d’eau (fleuves, rivière, canaux).2

3À Lyon, d’importants chantiers ont été menés à bien pour tourner la ville vers ses « fleuves » (Gérardot, 2007 ; Bethemont et Pelletier, 1990, Bethemont et Bravard, 2016). Un programme de recherche soutenu par la Direction de l’Eau du Grand Lyon a été mis en place afin d’évaluer les avenirs possibles de rivières sacrifiées sur l’autel du modernisme. Dans ce cadre, un projet de recherche-intervention centré sur la Rize a été mis en place par une équipe pluridisciplinaire composée de praticiens, d’enseignants-chercheurs et d’étudiants pendant deux ans.

4À partir d’un travail minutieux combinant recherches documentaires, enquêtes et terrains, le tracé supposé de la Rize avant les grands aménagements du XIXe siècle, ses usages et ses caractéristiques hydrauliques ont été renseignés. Après quoi, un état des lieux technique de sa partie aval a été réalisé afin de déterminer un nouveau tracé, en fonction de divers paramètres, allant grosso modo de La Part Dieu au Rhône – où la rivière ne se jette plus depuis longtemps. Deux échelles d’analyses ont été privilégiées durant le processus de recherche.

5À l’échelle locale, des enquêtes et des ateliers participatifs ont permis d’instaurer un dialogue avec les habitants, les commerçants et les salariés des institutions publiques et privées bordant le tracé d’une possible future Rize. Le but était de faire évoluer le projet d’une simple évocation à l’aide de panneaux à un programme techniquement robuste et convaincant aux yeux des riverains. À l’échelle du Grand Lyon, il s’agissait d’explorer des scénarios jusqu’à présent jugés inimaginables dans l’objectif de créer des continuités à la fois écologiques, sociales et urbaines, de lutter contre les ilots de chaleur, et, de réintroduire des usages de l’eau en ville. Cependant, à la différence de précédents projets comme le Ruisseau des Planches (Brun et al., 2014) ou même de réalisations récentes (Bièvre en région parisienne, le Pen Ar biez à Lannion, la Corrèze à Tulle, etc.), il s’agit d’un secteur très densément urbanisé situé au centre de Lyon où les contraintes techniques, foncières et sociales sont nombreuses. Et, au reste, l’eau manque puisque la Rize n’existe plus.

6Dans le futur donc, au-delà des waterfront déjà largement ré-urbanisés et du remplacement des réseaux d’eau potable et usées qui s’impose partout à cause des fuites dues à la vétusté des canalisations, les métropoles ouvriront-elles le chantier de la renaturation de milliers de petites rivières aujourd’hui invisibles ? Et si oui, pour reprendre le questionnement de Findley et Taylor (2006) ou encore Carré et al. (2011), dans quelles perspectives exactement ? Québec, qui a lancé une consultation intitulée « Rêvons nos rivières » en 2017 dans le sillage de la renaturation spectaculaire de la basse rivière Saint-Charles (Brun, 2015), s’y essaie actuellement avec succès. Toutefois la remise à ciel ouvert du chevelu hydrographique le plus fin est sans doute commercialement moins rentable que les grandes opérations d’urbanisme fluvial comme celles des docks de Londres décrite par Michon (2001) ou de l’île de Nantes (Chemetoff et Berthomieu, 1999).

7L’article revient tour à tour sur l’histoire chaotique de l’aménagement de la Rize, la démarche et les propositions issues du programme de recherche, avant d’en questionner la faisabilité technique, sociale et économique. Si la restauration des cours d’eau urbains est un sujet de plus en plus étudié (Idarriga, 2010 ; Morandi et Piégay, 2011 ; Flaminio, 2016), l’originalité du travail réside dans l’objet Rize recréé ex nihilo en milieu urbain complètement minéralisé. L’approche couple un volet paysager et écologique à un volet de services écosystémiques ; le tout co-construit avec les populations riveraines. C’est aussi un plaidoyer en faveur d’un projet encore perçu comme utopique, pourtant seul capable d’élaborer un compromis durable entre la pérennisation des ressources et les besoins sociétaux (Lévêque, 2016).

La Rize aval a disparu, et avec elle, ses usages

  • 3 En témoigne un pont à trois arches existait au niveau de l'actuelle Grande Rue de la Guillotière à (...)
  • 4 La géographie et l’histoire de la Rize sont relativement bien documentés (Desgrandchamps, 1937 ; Mo (...)

8La Rize est un ancien bras mort du Rhône ou une ancienne position du Rhône après le retrait d’un glacier Wurmien.Le tracé historique de la Rize chemine vers Lyon, traversait Villeurbanne et se séparait en deux bras au niveau de la Part Dieu. L’un rejoignait le Rhône en aval du pont de la Guillotière et l’autre la Lône de Bechelevin. La largeur du cours d’eau était de 3 à 4 m3. Des assecs sont renseignés en 1812 et 1830 et des crues en 1823, 1840, 1856 (crue historique du Rhône) et 1910. L’urbanisation, l’industrialisation et l’absence d’entretien sont à l’origine de la disparition de la Rize aval.4 En effet, à partir du XIXe siècle, Villeurbanne devient un centre industriel conséquent. Les déversements de déchets dans la Rize augmentent dégradant la qualité de l’eau. À Lyon, faute de dénivelé, l’envasement réduit le débit, que seuls des curages réguliers et le drainage des marais à Décines limitent temporairement. La gestion du débit est alors conflictuelle entre les habitants de la Guillotière et ceux de Villeurbanne accusés de stocker l’eau en amont.

  • 5 Cinq ans plus tard, pour achever les travaux, le projet de couverture fait l’objet d’une déclaratio (...)

9En 1853, la création du syndicat intercommunal de la Rize permet la réalisation d’un nouveau lit artificiel jusqu’à Décines (Belmont, 2015). Cependant son activité tardive n’enraye pas la dégradation de la Rize. En 1862, par arrêté, le Sénateur Vaïsse (préfet du Rhône et maire de Lyon) impose aux riverains, dans l’enceinte des fortifications de Lyon, de curer la Rize ; les parties couvertes étant prises en charge par le syndicat. Le curage reste insuffisant puisqu’en 1875, le conseil municipal de Lyon vote pour couvrir la Rize dans le 3e et 7e arrondissement.5 La construction de l’usine hydroélectrique de Cusset et le creusement du canal d’alimentation, de 1892 à 1899, dans l’ancien bras mort, vont sceller la disparition de la Rize. Un double siphon aménagé en 1896 permet temporairement à la Rize de franchir le canal. L’endommagement du siphon au début du XXe siècle assèche définitivement la Rize au sud du canal de Jonage. Le syndicat de la Rize cesse son activité peu après.

  • 6 La baignade perdure jusque dans les années 1930 en particulier au Trou de la Rize, à la sortie du s (...)

10L’utilisation de la force hydro-motrice n’est pas documentée ; ni la Rize ni la présence de moulins ne figurent sur la carte de Cassini. En revanche, la qualité très peu calcaire des eaux, par rapport à la Saône et au Rhône, a été à l’origine d’activités comme la blanchisserie. Elle se pratiquait dans des lavoirs publics ou privés pour les blanchisseuses professionnelles (rue Chevreul à Villeurbanne et rue Baraban à Lyon). L’industrie textile était également présente. L’eau de la Rize était également utilisée pour rouir puis ferrer le chanvre cultivé sur ses berges (rue de la Ferrandière). Elle servait enfin également à la fabrication d'indiennes et pour la teinturerie. Accompagnant l’activité industrielle, l’extension de quartiers ouvriers explique le développement d’activités de loisirs : bistrots et guinguettes mais aussi pêche et baignade, sur la partie amont de la rivière où l’eau était encore non polluée par les rejets urbains ou industriels.6

Figure 1 : Schéma relatif au rapport entre le bâti et le réseau des rivières urbaines en 1800 à Lyon

[Image non convertie]

Figure 2 : Schéma relatif au rapport entre le bâti et le réseau des rivières urbaines en 1900 à Lyon

[Image non convertie]

Figure 3 : Schéma relatif au rapport entre le bâti et le réseau des rivières urbaines en 2000 à Lyon

[Image non convertie]

11La Rize a également servi d’exutoire pour les eaux usées et de ruissellement comme de nombreuses rivières urbaines à l’époque en France (Vidal-Naquet, 1993 ; Frioux, 2010 ; Fournier et Massard-Guilbaud, 2016) ou en Europe et en Amérique du Nord (Mauch et Zeller, 2008). En 1874, des délibérations du Conseil Général du Rhône préconisent, à Villeurbanne, de récupérer les eaux de ruissellement de la route départementale N°9 qui arrivent place de la Mairie (actuelle place Grandclément) et de les conduire à la Rize. Dans cette commune, le cours d’eau serait plus tard à l’origine de fièvres typhoïdes, en 1893-1894, dans les quartiers des Maisons Neuves et Grandclément. La couverture de la Rize à Lyon a, dès le XXe siècle, résolu les questions de santé publique. En revanche, y compris après sa couverture, des Villeurbannais ont continué à se plaindre, en 1997, d’invasions de rats rue Sainte Cécile et de moustiques rue Baraban.

  • 7 Le syndicat de mise en valeur de la Rize regroupant les communes de Décines, Vaulx en Vélin et Vill (...)
  • 8 Ils s’appuient désormais sur une étude de la qualité des eaux en 2015 porté par le Schéma d’aménage (...)

12Aujourd’hui, la Rize prend sa source au lieu-dit « la Petite Camargue » au nord de la commune de Décines-Charpieu. Elle traverse les communes de Vaulx-en-Velin et Villeurbanne en longeant le canal de Jonage dans lequel elle se jette via deux bras. Un projet intercommunal, baptisé « Les bords de la Rize » est initié à partir d’étude engagée par la Mairie de Vaulx-en-Velin et des partenaires institutionnels et associatifs (Vigneron et Degardin, 2002). Ce projet porté, en 1990, par un organisme créé pour l’occasion7, n’a pas été totalement réalisé si bien que de nouveaux projets ressurgissent périodiquement…8

  • 9 Dans le prolongement d’un atelier d’urbanisme, le programme de recherche pluridisciplinaire PR[eau] (...)

13Que reste-t-il de la Rize ? Sur la commune de Villeurbanne, un lit asséché subsiste sous la forme d’un ouvrage sous forme d’un dalot enterré, très rarement à l’air libre, à sec ou servant localement pour l’écoulement des eaux usées. Sur la partie aval, à partir du quartier de la Part Dieu, les aménagements successifs de la ville et la construction des réseaux techniques souterrains ont effacé physiquement toutes traces de la Rize. Son souvenir demeure cependant inscrit dans la ville et chez certains habitants. Elle donne son nom à des équipements publics, à des rues ou des immeubles d’habitations encopropriétés. Les usages de la Rize ont évolué avec la qualité de son eau. Ils ont disparu ou ont été relégués en périphérie ou encore reportés sur d’autres cours d’eau. Depuis quelques années, des associations et les collectivités cherchent à réintroduire des usages de l’eau en ville : tout est à réinventer à commencer par le cours d’eau lui-même. C’est une « nouvelle » Rize qui a été imaginée.9

14L’objectif principal est de montrer en quoi une « nouvelle » Rize, si modeste soit-elle, peut à nouveau être utile à la ville en employant la méthodologie du projet. En effet, à l’échelle métropolitaine, une telle continuité fait converger des stratégies encore cloisonnées dans la mesure où elles relèvent de services différents (urbanisme, gestion des eaux, santé publique, paysage, espaces publics) et donne davantage d’épaisseur à des plans dénués d’actions précises (plan climat…). À l’échelle de la ville, elle greffe des quartiers ou des îlots jusque-là déconnectés les uns des autres : elle participe physiquement à ce que l’architecte italien Bernardo Secchi (2010) appelle la « porosité urbaine ».

15L’objectif du projet de recherche, on l’aura compris, n’était donc pas de revenir sur les débats et les conflits engendrés par les opérations de renaturation à partir de l’analyse de discours, comme ont pu le faire Barraud et Germaine (2017) dans le contexte spécifique des petites rivières du nord-ouest de la France, ou avant eux Haghe et Carré (2008) au sujet des stratégies à adopter pour les petites rivières urbaines en région parisienne. L’équipe s’est d’emblée positionnée comme force de proposition, à la manière des anthropologues qui pratiquent une immersion dans l’organisation en vue de conduire une intervention, c’est-à-dire d’accompagner ou de susciter une transformation de l’organisation (Aggeri, 2017).

Figure 4 : le tracé supposé de la Rize et le parcours choisi pour sa recréation entre la Part-Dieu et le Rhône

[Image non convertie]

Un projet réajusté au fil des enquêtes, des ateliers participatifs et des contraintes techniques

16La Rize a connu deux grandes périodes. La première, celles des usages, relève des stratégies « privées » d’utilisation de la ressource (ménages, agriculteurs, industriels). La seconde, celle de la « bétonisation », relève des stratégies publiques (élus, ingénieurs de l’État, communauté « technique »). La troisième, celle de la « réparation », s’ouvre et renvoie autant aux acteurs publics (État, métropole, agence de l’eau) qu’aux acteurs privés (associations, riverains). Pour imaginer la future rivière, outre les aspects techniques, des membres de l’équipe ont donc cherché à mobiliser des riverains ou des usagers du quartier, et à comprendre quelles pouvaient être leurs attentes vis-à-vis d’un projet qu’ils n’avaient pas imaginé – l’eau n’étant, pas plus ici qu’ailleurs en France, une priorité, excepté en période de crise (inondation par exemple).

17Dès lors, le projet, qu’il faut bien qualifier d’urbain, n’a cessé d’évoluer au fur et mesure de nouveaux acquis (modélisation hydraulique, résultats d’entretiens ouverts auprès de techniciens et de aménageurs du Grand Lyon…) et au fil des échanges qui ont jalonné le processus de production (plans, programmation urbaine et paysagère). Le dispositif méthodologique repose sur 5 séquences : la recherche du tracé historique, l’analyse des coûts et des bénéfices des différents parcours possibles, puis la sectorisation du parcours retenu en dressant un diagnostic minutieux, l’élaboration de scénarios d’aménagement et la mise en cohérence du projet.

18Le but n’est pas de faire une grande fontaine en forme de rivière, au lit bétonné, alimentée par de l’eau potable, mais bien de recréer système au lit perméable autorisant un échange d’eau entre la rivière et la nappe du Rhône. Artelia, le bureau d’études, s’est donc penché sur le versant hydraulique du projet, c’est-à-dire les possibilités d’alimentation en eau de la Rize ainsi que sur le dimensionnement du cours d’eau pour le temps sec, pour le temps de pluie, les moyens de limiter les inondations, le diagnostic de l’occupation du sous-sol, la perméabilité des sol, etc. Le dimensionnement maximal de la Rize a été effectué pour une période de retour de 10 ans avec des débits calculés prenant en compte l’infiltration du sous-sol. Les caves, les vides-sanitaires et les trémies ont été prises en compte dans la limite des connaissances actuelles ; les plans de recollement n’étant, par exemple, pas toujours actualisés (Artélia, 2015).

19Dès les premières esquisses, la dimension sociale s’est révélée être décisive pour la suite du projet, que la Direction de l’Eau voulait « participatif » pour paraphraser Verdier et Gautry (2009). De façon à favoriser les allers retours entre vision technique urbaine et analyse sociale, le travail avec ceux qui vivent et ou travaillent dans le périmètre d’étude s’est déroulé sur deux années. La première année a d’abord servi à examiner le souvenir laissé par la Rize (nom de rue, mémoire entretenue par des associations locales, etc.). Les archives communales de Lyon, de Vaulx-en-Velin et de Villeurbanne, les archives départementales du Rhône et divers ouvrages ont permis de préparer les enquêtes et de mieux comprendre les ressorts de l’aménagement de la Rize et de ses abords (Brisebras et Mazuyer, 2015).

20Près de quarante personnes ont été enquêtées sur la base d’un questionnaire semi-directif dans les 3e et 7e arrondissements de Lyon dans des espaces publics localisés à proximité du futur tracé. Le questionnaire a été bâti autour de 3 objectifs pour déterminer le niveau de connaissance et, disons-le, d’intérêt, de la Rize, pour identifier la fréquentation de possibles berges de la Rize, et, en simplifiant beaucoup, pour évaluer de la perception sociale de l’eau. Principal résultat : la Rize est méconnue puisque moins de 8 % des personnes interrogées en ont entendu parler et ce sont essentiellement des personnes de plus de 60 ans. Par la suite, l’idée de renaturer la Rize a été testée lors d’une réunion publique au conseil de quartier Paul Bert. Il s’agissait de prendre note des attentes et propositions de participants avant même d’esquisser le projet. Les participants se sont prononcés à partir de supports graphiques donnant à voir quelques options. Le projet est considéré comme une utopie car l’idée de restauration renvoie à un retour à un milieu naturel, logiquement jugé impossible en milieu urbain. Les participants imaginaient plutôt la création d’une ballade urbaine sur le tracé historique de la Rize, jalonné de panneaux explicatifs.

21La deuxième année a été consacrée à la conception du projet. Des esquisses de projets ont été réalisées par l’architecte de l’équipe avec l’appui du bureau d’études et d’étudiants en urbanisme. Les attentes des habitants et utilisateurs de la rue Chevreul dans le 7e arrondissement – un secteur clef pour le projet en raison de sa localisation (proximité des quais du Rhône), de sa portée symbolique (université dédiée à l’innovation) et des disponibilités foncières – ont alors été analysées (Pena et al., 2016). Après quelques tests rue Chevreul pour s’assurer de la bonne compréhension des questions par les enquêtés, l’enquête et des focus groupes se sont déroulés pendant 2 mois auprès de 120 personnes avec des supports graphiques (planches de plans masse, photomontages, images de références) pour visualiser les quatre scénarios du projet à savoir, un, une « rivière canal » minéralisée avec une importante végétation ; deux, une « rivière spectacle » avec lumières ou sonorités ; trois, une « rivière naturelle » ; quatre, un espace naturel « sans rivière ».

22L’idée présentée a soulevé un fort engouement des personnes interrogées car les trois quarts se disent favorables ou très favorables au projet et 54 % des individus optent pour le scénario rivière canal végétalisé. La moitié des personnes envisageraient plutôt un cours d’eau d’une largeur oscillant entre 2,5 et 3 m, les autres sont partagés entre une largeur plus petite (1-1,5 m.) ou plus grande (4-5 m.). En revanche, pratiquement tous indiquent que la présence d’un cours d’eau est reposante, esthétique, en somme nécessaire, dans un milieu urbain. Les réponses obtenues durant l’enquête ont permis d’améliorer chacun des scénarios de départ. À l’issue de l’enquête un atelier participatif a été mis sur pied, de manière à inclure des propositions des riverains dans les scénarios, 25 personnes ont été accueillies à l’Université, rue Chevreul : ce fût un temps fort de la démarche ne serait-ce qu’en raison des débats entre les participants !

23La mobilisation des acteurs s’est faite par invitation téléphonique des personnes préalablement enquêtées, pose d’affiches (chez les commerçants, à l’hôpital…), dessins à la craie sur le sol pour les familles et porte à porte pour les commerçants. Deux ateliers identiques ont été montés dans une salle interactive avec des espaces thématiques (montage vidéo, présentation du projet sur panneaux, maquettes 3D et vidéo dans isoloir). Chaque participant a été sollicité pour voter pour l’un des scénarios, dessiner son scénario idéal puis s’exprimer dans l’isoloir seul face à la camera pour donner son avis. Le scénario de la « rivière canal » (très) végétalisée est le préféré des participants. S’il fallait résumer, leur message est le suivant : « réintroduire la nature d’accord mais à condition qu’elle soit compatible avec les usages quotidiens de la rue ».

24Les commerçants soulèvent à juste titre le problème du report des stationnements, que la place accordée à la Rize supprimerait. Mais la majorité s’est dite favorable ou très favorable aux propositions, une fois celles-ci détaillées et présentées (maquettes, planches A0, etc.). En effet, l’espace apparaîtrait plus convivial et naturel, lui confiant ainsi un caractère original pour des promenades urbaines (notamment le week-end durant lequel la rue est calme). Certains bâtiments publics pourraient également être remis en lumière et le cadre urbain plus esthétique. Les interrogations les plus fréquentes relèvent du risque d’inondation des sous-sols des habitations, des mauvaises odeurs et des moustiques, en référence à la darse du quartier Confluence. Les enquêtes et les ateliers montrent combien les aménagements du Rhône et de la Saône font référence, à savoir un cours d’eau non pollué, entretenu et facilement accessible via à un aménagement des berges et qui fait office d’espace de détente entre nature et urbain ; autrement dit c’est un espace public.

Figure 5 : proposition n°2 pour le secteur Chevreul, la préférée des participants aux ateliers de 2016.

[Image non convertie]

  • 10 Voir https://inpn.mnhn.fr

25Le volet écologique et géomorphologique a été réajusté après le choix du scénario (Carpezat, 2017). À partir du projet dessiné par les urbanistes et le bureau d’étude, les forces tractrices s’exerçant sur les berges et sur le fond du lit en période de crue ont été calculées en suivant les préconisations de Lachat, 1999). Elles ont permis de définir une taille de granulat pour le fond du lit et des caractéristiques d’inclinaison, de matériaux des berges et des pieds de berges ainsi que la végétation à planter pour assurer la stabilité du cours d’eau (Adam 2008, en référence au projet GeniAlp, 2013). Les propositions d’essences végétales ont été discutées avec les urbanistes et des techniciens du Grand Lyon. Le choix d’un peuplement piscicole à installer s’est fait à partir des caractéristiques physiques du projet (zone cyprinicole) et de la qualité des eaux attendues (pollution potentielle). Enfin, afin d’assurer une connexion avec le Rhône, une passe à poissons a été dimensionnée à partir du guide technique de Larinier, Courret et Gomes (2006). Une identification des potentielles espèces végétales et animales invasives a été faite sur la base de l’inventaire national du patrimoine naturel du Muséum d’histoire naturel.10 Il en résulte un projet assurément utopique de « nouvelle » Rize, et non de renaturation tel que le concept a été défini et expérimenté par exemple en aval de la rivière Saint-Charles dans la basse ville de Québec (Brun, 2015).

Principales caractéristiques techniques du projet de « nouvelle » Rize

26Le projet consiste à creuser, à partir du quartier de la Part-Dieu, un lit pour la Rize sur un tracé proche de son tracé historique pour un écoulement gravitaire. Le fond du lit n’est pas bétonné pour favoriser les échanges nappes rivières et le développement d’une faune hyporhéïque. L’espace disponible dans le lit majeur est végétalisé et accessible au public. La confluence entre la Rize et le Rhône est aménagée pour la rendre franchissable par les poissons et la faune aquatique. Les études de dimensionnement en prenant comme bassin versant la voirie dans laquelle circulera la Rize et les toitures des bâtiments immédiatement riverains, montre qu’un lit de 2 m de large, pour environ 1,4 m de profondeur permet de gérer une pluie de période de retour 10 ans. La présence de bâtiments à proximité du tracé (parkings, bibliothèque, hôpital) pompant des eaux souterraines de façon structurelle ou les utilisant pour la géothermie montre qu’un débit minimal peut être mobilisable hors période de pluie pour alimenter en eau la Rize à partir de l’aval dans un premier temps.

27Moyennant un choix de recréation de la Rize alternant entre ciel ouvert et souterrain, en fonction de l’espace disponible et des contraintes de la trame viaire, les dimensions calculées sont tout à fait acceptables dans l’environnement urbain. Un fond de lit avec des particules d’environ 30 mm permet à ces dernières de résister aux forces d’arrachement en période de crue. Les forces tractrices s’exerçant sur les berges sont également relativement faibles, si bien qu’un mélange d’herbacées et de graminées est suffisant pour stabiliser les berges en cas de crue. La rue Chevreul, relativement large et bordée en grande partie par des bâtiments publics (université et hôpital) a fait l’objet des premières esquisses. Ses caractéristiques, rue commerçante, à usage de stationnement, et à contre-pente pour l’écoulement des eaux (exhaussements du quai pour limiter les inondations du Rhône) en font un modèle particulièrement intéressant.

28Dans ce secteur, rappelons-le, très densément urbanisé, la restauration d’un régime hydraulique variable (étiage, crue), d’un fond de lit non bétonné favorisant la création d’une zone hyporéïque et les échanges nappes-rivière, ainsi que l’installation de végétaux, aideront le processus épuratoire des eaux de pluie par la rivière. Par ailleurs, un écosystème fonctionnel avec de l’eau courante est susceptible d’abriter les prédateurs de certaines espèces indésirables liées à l’eau. Une étude menée par la direction de l’eau du Grand Lyon a montré, dans les ouvrages végétalisés de gestion des eaux pluviales, une absence du médiatisé moustique Tigre, présent dans la Métropole lyonnaise. Une des explications est la présence de libellules prédatrices des moustiques. Dès lors que des écosystèmes sont reconstitués, des objectifs complémentaires de protection de biodiversité peuvent être imaginés à condition de contrôler les espèces invasives nombreuses en région lyonnaise (Renouée du Japon, Silure Glane, etc.).

29La rivière est réfléchie comme un possible climatiseur de la ville grâce à l’évaporation de l’eau et l’évapotranspiration des arbres. Or la lutte contre les ilots de chaleur urbains est un enjeu stratégique à l’échelle métropolitaine : sans se substituer aux actions de sensibilisation prévues au titre du plan climat, le projet les complète opportunément. La « nouvelle » Rize rendrait de multiples services éco-systémiques, entendus ici comme les bénéfices que les êtres humains tirent des écosystèmes. Le projet de « nouvelle » Rize conforterait l’évolution récente du rapport d’influence mutuelle entre eau et société (Linton, 2017).

Les facteurs qui conditionnent la mise en œuvre

  • 11 Certaines espèces piscicoles comme le chevesne, la carpe commune et le silure sont néanmoins relati (...)

30La représentation idéalisée mais bien souvent réelle du cours d’eau autour de la ville, le structure de l’amont, sauvage, naturel, propre, à l’aval domestiqué, urbanisé et sale. La Rize ancienne illustre parfaitement cette représentation. Dès le XIXe siècle, la Rize a rendu des services aux manufactures riveraines et à la ville en expansion (évacuation des déchets, des eaux pluviales et de la blanchisserie). L’activité autour de la Rize s’est sectorisée par métier à l’échelle des rues. Puis, l’urbanisation a repoussé en amont les activités de loisirs (guinguettes, pêche) et les activités émergentes comme la baignade qui nécessitent une eau « propre ».11 Cette « centrifugation » de la nature par l’expansion de la ville a été décrite par Mc Harg (2006). Seul l’assainissement (évacuation des déchets et des eaux) perdure de nos jours au point que la Rize a été remplacée par un réseau d’assainissement à Lyon.

31Dans le cadre du projet, l’assainissement est encore mobilisé. Son rôle se cantonnerait cependant uniquement à assurer une gestion alternative des eaux de pluie : c’est la partie « propre » de l’assainissement puisqu’elle ne concerne que les eaux pluviales non souillées (Chocat, 2014). Les eaux de pluie retourneraient directement à la rivière en respectant un cycle naturel sans passer par le système d’épuration. L’alimentation de la Rize par les eaux d’exhaure et, de façon périodique, par les eaux pluviales, faciliterait une inversion de la sectorisation de la rivière. Les lieux de loisirs, de bien-être extérieur à la ville, en amont du cours d’eau, pourraient être aujourd’hui réintégrés dans son centre, dans des espaces qui participent à la structuration du quartier ou de la rue.

  • 12 Voir par exemple http://www.maire-info.com/environnement-developpement-durable/eau-et-assainissemen (...)

32Ces choix techniques inédits interrogent les services urbains et l’organisation métropolitaine (Cossais, Sibeud, 2017). Il n’est plus question de penser la complexité d’un espace par une spécialisation des tâches et des métiers « en silo » (propreté, espaces verts, communication, voirie…). De nouveaux modes de fonctionnement des services sont à imaginer, agents et services doivent, comme l’espace, devenir « multifonctionnels ». La recomposition du paysage intercommunal et l’évolution des compétences relatives à la gestion des eaux, précipitée par la GEMAPI, ouvrent de nouvelles perspectives – même si de nouvelles dispositions législatives et réglementaires pourraient être mises prochainement en œuvre.12

Figure 6 : La nature même du projet et sa localisation dans un milieu très densément urbanisé supposent une démarche différente de celles suivies jusqu’à présent

[Image non convertie]

33La « nouvelle » Rize est à l’initiative de services techniques de l’eau en collaboration avec des universitaires et un bureau d’études privé. Cependant, c’est bien l’imaginaire de la population qui est sollicité et conditionne l’expérimentation « grandeur nature ». Comment, du reste, impliquer des élus sans l’adhésion de la population ? La mobilisation de la population est donc indispensable de ce type de projet alliant volets écologiques, paysager et social, tant en France (Flaminio et al., 2016) qu’à l’étranger (Eden et Tunstall, 2006) : les exemples sont nombreux de la basse Saint-Charles à la Saw Mill River. Rien à voir donc avec les opérations menées en milieu rural (Veyle, Tille-Ouche, Léguer, Drugeon, etc.), où ce sont principalement les négociations entre les gestionnaires de l’eau (Onema, Eptb, Epage…) et les agriculteurs, les propriétaires riverains et les opérateurs (hydroélectricité) qui ont été déterminantes, même si les associations de protection de la nature ont par endroit accompagné le processus. Les contraintes foncières sont également sans commune mesure !

34Un tel projet pose aussi le problème de ses coûts et de son financement. De nouveaux modèles économiques sont alors à explorer autour du service rendu. Ainsi, par exemple, les bâtiments et parkings souterrains disposent aujourd’hui de deux solutions pour gérer les eaux d’exhaure et les eaux de géothermie. La première consiste à les rejeter après pompage dans le réseau unitaire, avec tous les inconvénients connus (surcharge, eaux claires parasites) et à payer une redevance à la collectivité. La seconde est une réinjection de l’eau dans la nappe, avec également des inconvénients (modifications des températures, perte de rendement géothermiques, modification des niveaux piézométriques…) et des coûts de fonctionnement d’entretien des systèmes de réinjection.

35La collectivité pourrait proposer de récupérer les eaux d’exhaure moyennant une redevance moins importante que celle pour rejet dans le réseau unitaire. Cette redevance dédiée pourrait financer tout ou partie un service public d’entretien de la Rize. Mais, à l’évidence, ce type de projet n’aura pas les retombées économiques comparables à celles qu’ont pu avoir les constructions de quartiers fluviaux comme Lyon Confluence, dont les appartements et les locaux sont assez commodes à commercialiser. Par conséquent, les investisseurs privés ne seront pas parties prenantes au titre de la promotion immobilière : ils pourraient toutefois être indirectement intéressés par la solution qu’offre la Rize pour les eaux d’exhaure par exemple.

Artères et arbre, deux vecteurs pour renouveler l’imaginaire sur l’hydrosystème urbain.

36L’argumentaire des projets de restauration des cours d’eau urbains est désormais bien rôdés et les images qui sont convoquées par les porteurs de projets sont souvent les mêmes (paysage apaisé, continuité urbaines et sociale, etc.). A contrario, peu d’images collectives ou d’analogies sont encore attachées aux cours d’eau urbains, lesquels forment un réseau largement souterrain. Deux images, nécessaires pour comprendre la relation entre petites rivières et ville, sont proposées ici. La première est l’artère, qui confond la ville à un organisme vivant. La seconde est celle de l’arbre.

  • 13 William Harvey (1578,1657) médecin ayant mis en évidence les lois de la circulation sanguine.

37Les villes sont bâties et conçues par analogie au corps humain, avec ses fonctions de consommation, de production de déchets, le tout articulé autour de réseaux. Les principes des hygiénistes et les références à Harvey13 sont ancrés dans les services techniques et ceux de la planification urbaine. Les fleuves et les grandes rivières ont servi de voies de communication, irriguant économiquement la ville. Cette dernière s’en est détournée avec le déclin du transport fluvial. Seules les agglomérations particulièrement exposées aux inondations ou dont l’eau du robinet est tributaire de la qualité des eaux des fleuves ont eu tendance à s’en préoccuper. Les petits cours d’eau, circonscrits au territoire urbain ou périurbain, ont été utilisés comme de simples exutoires véhiculant les déchets à l’extérieur, en aval de la ville. Ils sont, en ce sens, assimilés aux veines du système sanguin : analogie complètement appropriée par les techniciens en charge de la gestion de l’eau ! Changer d’échelle, en resituant la ville dans son bassin versant, permet a contrario de se référer au système sanguin artériel – qui, lui, amène des ressources à la ville, et ce, alors que le battement artériel n’est pas sans rappeler celui des cours d’eau lors des crues et étiages. La renaturation impose de reconstituer un espace de liberté non urbanisé à la rivière, notamment théorisé par Mc Harg (2006) qui plaide pour une planification écologique.

38Dicks (2015) suggère que la ville doit être pensée comme une forêt et les bâtiments des arbres, en s’appuyant sur le principe de bio mimétisme. Le système que forment les petits cours d’eau urbains peut également être imaginé comme un arbre, le cours principal assimilé au tronc et les affluents aux branches. Cette image, facile à populariser, demande alors de remettre à l’air libre les cours d’eau enfouis, mais surtout de reconnecter les affluents à leur exutoire. En effet les confluences sont le plus souvent busées, perchées et complètement ignorées dans l’urbanisme opérationnel. Pour preuve, leur prise en compte dans le quartier confluence à Lyon, n’est que très récente. Les capacités étonnantes des arbres comme régulateur de climat, protecteur des sols, facilitateur du cycle de l’eau, support de vie (Wohlleben, 2018) font parfaitement écho aux fonctions et services éco-systémiques d’un cours d’eau.

Conclusion

39S’intéresser aux petits affluents urbains suppose de dépasser la représentation linéaire du cours d’eau principal, avec la seule dimension amont aval. L’hydro-système renvoie aussi à la dimension latérale des affluents des rives droite et gauche. Par conséquent, les opérations d’urbanisme fluvial qui se limitent aux fronts d’eau sont nécessaires mais insuffisantes : c’est un travail d’acupuncture urbaine, un concept emprunté à l’architecte-urbaniste Jaime Lerner (2014), qui nous attend dans les prochaines décennies.

40Bien au-delà de l’aménagement des grands axes fluviaux donc, la recréation de cours d’eau totalement disparus en hyper-centre urbain en est à ses débuts. Les intérêts sont multiples et réels en particulier au regard de la santé publique. Cependant, les questions soulevées par ces projets le sont tout autant. En effet, la recréation d’un cours d’eau est la version écologique du mythe de Franckenstein. La Rize est morte, la collectivité envisage de la recréer. Pour éviter la fin tragique du personnage de Mary Shelley, comment éviter de créer un monstre hideux (inondation, eau stagnante, moustiques, espèces invasives) ? Comment la faire aimer par la population (cadre de vie, bien être, liens sociaux autour du nouvel espace) et par les services techniques (facilité de gestion) ? Le coût, le droit, l’acceptation sociale sont les prochaines étapes à aborder d’un chantier de très long terme.

Haut de page

Bibliographie

ADAM P., DEBIAIS N., MALAVOI J.-R., 2007, Manuel de restauration hydromorphologique des cours d’eau, Paris : Agence de l’eau Seine Normandie, Biotec, 64 p.

AGGERI K., 2017, La recherche-intervention: fondements et pratiques, in A la pointe du management. Ce que la recherche apporte au manager, Paris, Dunod, p. 79-100, 2016. hal-01230457

ARTELIA, 2015, Tracé de la Rize – Lyon 3ème et 7ème arrondissement. Rapport de Phase 2 : faisabilité technique, Grand Lyon-UMR 5281 CNRS.

AUTHIER J-Y., GRAFMEYER Y., MALLON I., VOGEL M., 2010, Sociologie de Lyon, Paris, La Découverte, 128 p.

BARRAUD R., GERMAINE M.-A. (Dir.), 2017, Démanteler les barrages pour restaurer les cours d'eau. Controverses et representations, Quae, 260p.

BELMONT A., 2015, Villeurbanne 2000 ans d’indépendance, Glenat, 192 p.

BERNHARDT E.S., PALMER M.A., Restoring stream in a Urbanizing World. Freshwater biology, Vol. 52, n° 4, p. 738-751

BETHEMONT J., BRAVARD J.-P., 2016, Pour saluer le Rhône, Lyon, Libel, 400 p.

BETHEMONT J., PELLETIER J., 1990, Lyon et ses fleuves : des berges perdues aux quais retrouvés, Revue de Géographie de Lyon, Vol. 65/4, 300-307.

BOQUET Y., 2011, Le port de Baltimore dans la compétition interportuaire aux États-Unis : entre déclin et stratégie de niche. Territoire en mouvement. Revue de Géographie et d'Aménagement, Université des Sciences et Technologies de Lille, 2011, 16-35. 

BRISEBRAS M., MAZUYER B., 2015, Opération de renaturation des ruisseaux des Planches et de la Rize à Lyon, mémoire de stage, Université Lyon III.

BRUN A., 2015, The restoration of urban rivers: the example of Saint-Charles River in Quebec, in QUENTIN GRAFTON R., B. WARD M., DANIELL K., NAUGES C., RINAUDO J.-D., WAH CHAN W., Understanding and Managing Urban Water in Transition, Springer, 527-548.

BRUN A., CALTRAN H., GARCIAS P., ALBERTIN J., MALÉFANT L., 2016, Recréer la Rize, une rivière disparue à Lyon : diagnostic et premières orientations, Novatech, 9ème conférence internationale, 28 juin-1er juillet 2016, Lyon, France.

BRUN A., COURSIÈRE S., CASETOU E., 2014, Eau et urbanisme à Lyon : le projet de renaturation du Ruisseau des Planches, Territoire en mouvement Revue de géographie et aménagement [En ligne], 22, URL : http://journals.openedition.org/tem/2475 ; DOI : 10.4000/tem.2475

CARPEZAT, S, 2017, Pr[eau]jet de recreation d’une rivière discrete : La rize. Mémoire de stage, Lyon, Université Lyon III.

CARRÉ C. (dir.), 2011, Les petites rivières urbaines d’Île de France, Agence de l’eau Seine-Normandie, coll. « Programme interdisciplinaire sur l’environnement Seine », vol. 11, 86 p.

CHEMETOFF A., BERTHOMIEU J.-L., 1999, L'île de Nantes, le Plan guide en projet, Nantes, Memo, 95 p.

CHOCAT B., 2014, Pollution des eaux pluviales, de quoi parle-t-on ? Note technique du Graie. www.graie.org

COËFFÉ V., 2010, La plage, fabrique d'une touristi(cité) idéale, L'Information géographique, vol. 74, n°3, p. 51-68.

CONSEIL GÉNÉRAL DU RHONE, 1874, Rapport du Préfet et procès-verbaux des délibérations, sessions d’octobre.

COSSAIS N., SIBEUD E., 2017, Espace d’eau et de nature en ville. Rationalités et imaginaires au sein des collectivités européennes, l’expérience de la métropole lyonnaise, in Ecologie politique de l’eau. Rationalités, usages et imaginaires, Hermann, 587 p.

DESGRANCHAMPS G., 1937, La Rize, secrète rivière, Montluel, Edition du Solitaire.

DICKS H., 2015, Imaginez une ville comme une forêt, une agora comme une clairière. La présence de l’eau dans la ville biomimétique. In écologie politique de l’eau. Rationalités, usages et imaginaires, Hermann, 587 p.

EDEN S., TUNSTALL S., 2006, Ecological versus social restoration ? How urban river restoration challenges but also fails to challenge the science-policy nexus in the United Kingdom, Environment and Planning C: Government and Policy, Vol. 24, p. 661-680

FINDLAY S. J., TAYLOR M. P., 2006, “Why rehabilitate urban river systems?” Area, 38(3), 312-325. DOI: 10.1111/j.1475-4762.2006.00696.x

FLAMINIO S., COTTET M., LE LAY Y.F., 2016, À la recherche de l’Yzeron perdu : quelle place pour le paysage dans la restauration des rivières urbaines ?, Norois, 237, 65-79.

FOURNIER P., MASSARD-GUILBAUD G., eds., 2016, Aménagement et environnement. Perspectives historiques, Rennes, Presses de l’Université de Rennes, collection « histoire ».

FRIOUX S., 2010, Fléau, ressource, exutoire: visions et usages des rivières urbaines (XVIIIème-XXIème), Géocarrefour, vol.85, p. 188-192.

GERARDOT C., 2007, Fleuves et action urbaine : de l’objet à l’argument géographique. Le Rhône et la Saône à Lyon, retour sur près de trente ans de « reconquête » des fronts d’eau urbains, Thèse de géographie et aménagement, Université Lyon 2.

HAGHE J.P., CARRÉ C., 2008, Questioning a new rôle for nature in urban revitalisation through the example of small urban rivers in Paris ; USA-France Workshop on Cities and the environment ; 10-11 Janvier 2008, Fontainebleau.

IDARRAGA F.-L.-F., 2010, Urban river restoration in Colombia. Building and Environment, Science and Technology Department, Politecnico di Milano, 313 p.

JADOT B., 2008, R comme Rize, Villeurbanne mon village de A à Z, Brignais, Edition des Traboules, p. 99-102.

LACHAT B., Le génie végétal, Paris, La documentation Française, 290 p.

LACHAT B., Guide de protection des berges de cours d’eau en techniques végétales, Paris, Ministère de l’Aménagement du Territoire et de l’Environnement, 143 p.

LALLEMENT E., 2008, Paris-Plage : une fausse plage pour une vraie ville ? Essai sur le détournement balnéaire urbain, Géographie et cultures [En ligne], 67 | 2008, DOI : 10.4000/gc.1032

LARINIER M., COURRET D., GOMES P., 2006, Guide pour la conception des passes « naturelles », Rapport GHAAPPE RA.06.05-V1, 66 p.

LERNER J., 2014, Urban acupuncture, Washington DC, Island Press, 160p.

LÉVEQUE C., 2016, Quelles rivières pour demain ? Réflexions sur l'écologie et la restauration des cours d'eau, Paris, Editions Quae.

LÉVY J.,2015, Habiter Cheonggyecheon : l’exception ordinaire, Annales de géographie, n°704, p. 391-405.

LINTON J., 2017, De l’eau moderne aux eaux plurielles, L’évolution de la frontière hydro-sociale. in Ecologie politique de l’eau. Rationalités, usages et imaginaires, Hermann, 587 p.

MAUCH C., ZELLER T., eds., 2008, Rivers in history, perspectives on waterways in Europe and North America, University of Pittsburgh Press, Pittsburgh.

MC HARG I., 2006, Ecological determinism, The essentiel Ian Mc Harg : writings on design and nature, Washington, Island press,

MICHON p., 2001, L'espace public des Docklands : quand le privé fait la ville, Géocarrefour, 76, p. 31-38.

MORANDI B., PIÉGAY H., 2011, Les restaurations de rivières sur Internet : premier bilan, Natures Sciences Sociétés, vol. 19, issue 3, p. 224-235.

MOUSSA J., 1960, La Rize, rivière de Lyon, sur la rive gauche du Rhône, Rive Gauche, p. 13-20.

PENA I., RICHARDOT M., WANG Y., LAPORTE J., 2016, La renaturation de la rivière Rize à Lyon. Analyses et évaluation des propositions urbaines issues du Pr[EAU]Jet Urbain, Mémoire de stage, Lyon, Université Lyon III.

PRADEL B, SIMON G., 2012, Quand le citadin joue au plagiste. Paris Plages, des référents touristiques dans le quotidien urbain, Espaces et sociétés, vol. 151, n°3, p. 69-84.

PROJET GENIALP, Génie Végétal en rivière de montagnes, Saint Etienne, 320 p.

RUSSO P., 1961, Hydrogeologie du cours souterrain du Rhône à Lyon, International Association of Scientific Hydrology, Vol 6, n°:3, p. 38-43.

SECCHI B., 2010, Première leçon d’urbanisme, Marseille, Parenthèses.

TRUCHET G., TABEY J.-P., 2007, L’histoire d’une rivière, la Rize, Rive Gauche, n 182, p. 8-20.

VERDIER P., GAUTRY J.-P., 2009, Le projet urbain participatif, Apprendre à faire la ville avec ses habitants, Gap, Editions Yves Michel.

VIDAL-NAQUET P.-A., 1993, Les ruisseaux, le canal et la mer, les eaux de Marseille, Paris, L’Harmattan, collection « Logiques sociales ».

VIGNERON S., DEGARDIIN F., 2002, Aménager des rivières en ville. Exemple et repère pour le montage d’opération, CERTU, 164 p.

WOHLLEBEN P., La vie secrète des arbres, 2018, Paris, Les Arènes, 336 p.

Haut de page

Notes

1 Un remarquable film documentaire canadien signé Caroline Bacle (Rivières perdues, 2012, d’une durée de 72 minutes, Catbird Productions) retrace l’histoire des rivières urbaines perdues, notamment la rivière Saint-Pierre à Montréal, le ruisseau Garrison Creek

à Toronto, la rivière Tyburn à Londres et la Saw Mill River à Yonkers.

2 Source : http://www.lepoint.fr/insolite/avec-le-street-fishing-la-peche-devient-un-loisir-urbain-tendance-23-05-2011-1333892_48.php

3 En témoigne un pont à trois arches existait au niveau de l'actuelle Grande Rue de la Guillotière à Lyon.

4 La géographie et l’histoire de la Rize sont relativement bien documentés (Desgrandchamps, 1937 ; Moussa, 1960 ; Russo, 1961 ; Roux, 2007 ; Jadot ; 2008). Deux sites internet, l’un alimenté par Grard et l’autre par Bechelvin et Cie permettent également de voir que ce cours d’eau fait l’objet d’un intérêt local.

5 Cinq ans plus tard, pour achever les travaux, le projet de couverture fait l’objet d’une déclaration d’utilité publique le 16 avril.

6 La baignade perdure jusque dans les années 1930 en particulier au Trou de la Rize, à la sortie du siphon.

7 Le syndicat de mise en valeur de la Rize regroupant les communes de Décines, Vaulx en Vélin et Villeurbanne. Le syndicat de mise en valeur de la Rize et le syndicat intercommunal d’aménagement du canal de Jonage ont fusionnés en décembre 2016 avec le syndicat mixte pour l’aménagement et la gestion de l’île de Miribel Jonage. Cette structure a hérité des compétences relatives à l’aménagement et à la valorisation de la Rize et de ses abords.

8 Ils s’appuient désormais sur une étude de la qualité des eaux en 2015 porté par le Schéma d’aménagement et de gestion des eaux de la nappe de l’est lyonnais et une étude hydro-morphologique de 2016.

9 Dans le prolongement d’un atelier d’urbanisme, le programme de recherche pluridisciplinaire PR[eau]JET URBAIN a été conduit de 2014 à 2016 au sein de l’UMR 5281 du CNRS à l’Université Paul Valéry Montpellier 3 en partenariat avec l’Université Lyon 3 grâce à l’appui financier la direction de l’Eau de la Métropole de Lyon et la contribution technique du bureau d’études ARTELIA.

10 Voir https://inpn.mnhn.fr

11 Certaines espèces piscicoles comme le chevesne, la carpe commune et le silure sont néanmoins relativement résistants aux températures « élevées » et à certains polluants.

12 Voir par exemple http://www.maire-info.com/environnement-developpement-durable/eau-et-assainissement/gemapi-une-proposition-de-loi-pour-simplifier-le-transfert-et-lexercicede-la-competence-article-21212.

13 William Harvey (1578,1657) médecin ayant mis en évidence les lois de la circulation sanguine.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Alexandre Brun, Hervé Caltran, Llewella Maléfant et Paul Garcias, « La rivière imaginée. Pourquoi et comment récréer la Rize à Lyon ? », Géocarrefour [En ligne], 92/1 | 2018, mis en ligne le 06 juillet 2018, consulté le 20 septembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/geocarrefour/10430 ; DOI : 10.4000/geocarrefour.10430

Haut de page

Auteurs

Alexandre Brun

Université Paul Valéry Montpellier 3, Département de géographie et aménagement, Site Saint-Charles, Site Saint-Charles Rue Henri Serre, 34090 Montpellier alexandre.brun@univ-montp3.fr

Articles du même auteur

Hervé Caltran

Ingénieur Grand Lyon, Direction de l'Eau, 20, rue du Lac, 69399 Lyon cedex 03

Llewella Maléfant

Urbaniste UMR 5281 CNRS « ART-DEV », Site Saint-Charles, Site Saint-Charles Rue Henri Serre, 34090 Montpellier

Paul Garcias

Architecte-urbaniste, 6 Subleyras, 34000 Montpellier

Haut de page

Droits d’auteur

© Géocarrefour

Haut de page
  • OpenEdition Journals