Navigation – Plan du site
Articles

Les représentations sociales du Alto Guadiana (Espagne) : entre eaux superficielles et souterraines. Un obstacle pour imaginer son devenir ?

The social representations of Alto Guadiana (Spain): between surface and underground waters. An obstacle to imagine its future?
Ana G. Besteiro et Anne Rivière-Honegger

Résumés

Imaginer le devenir d’un fleuve n’est pas chose facile mais cela devient un exercice périlleux voire impossible lorsque ce fleuve, issu des zones arides et semi-arides, est intermittent et perd sa condition de fleuve dans ses tronçons souterrains où il se confond avec la nappe phréatique. On donnera ici l’exemple du fleuve espagnol Guadiana, à la fois visible et invisible, superficiel et souterrain, réel et imaginé. Penser ensemble son avenir se heurte aux différences de perception de son présent par les politiques, les scientifiques, les riverains et les usagers et aux conflits larvés que provoquent ces différences. La situation du fleuve Guadiana reflète celle, plus large, des problèmes que rencontre la gestion de l’eau souterraine. Aux difficultés pour quantifier et comprendre le fonctionnement de la ressource s’ajoutent celles de méthodes de gestion inadaptées dérivées de celle des eaux superficielles et des politiques qui oscillent souvent entre laxisme, autoritarisme et invocation à la catastrophe. Les sciences humaines, qui ont jusqu’ici peu investi le sujet, ont sans aucun doute un rôle à jouer pour mieux comprendre les liens et les oppositions actuels des représentations du savant et du profane, du gestionnaire et de l’usager et pour jeter peut-être les bases futures d’un « imaginer ensemble » ?

Haut de page

Texte intégral

1Lorsque l’on parle de fleuves, que ce soit dans des traités spécialisés ou au sein des institutions de gestion et que l’on s’interroge sur leurs représentations, cela fait référence à des cours d’eau qui après leur naissance circulent en surface jusqu’à leur embouchure dans des lits plus ou moins définis. Imaginer l’avenir de ces cours d’eau est un exercice complexe mais possible car il s’appuie sur un présent visible. En revanche, nous nous sommes interrogées sur la possibilité de réaliser ce même exercice dans les régions arides ou semi-arides où les cours d’eau sont plutôt à débit irrégulier, intermittents, voire parfois invisibles sur une partie de leur parcours. Plus particulièrement nous nous sommes intéressées à l’un de ces cours d’eau, le fleuve Guadiana dont les sources et les trajectoires superficielles et souterraines sont controversées lors de son passage par la région espagnole de La Mancha. En effet, on peut désigner le Guadiana à la fois comme un fleuve et comme une formation composite, parce qu’il perd dans ses segments souterrains la nature de fleuve pour intégrer l’aquifère qu’il alimente ici et dont il s’alimente plus loin.

2Bien plus, le Guadiana alterne déjà aujourd’hui des séquences de fleuve réel et de fleuve imaginé. Comment alors imaginer son futur ? La nature ambiguë du fleuve, où les eaux superficielles et les eaux souterraines sont intrinsèquement liées, renvoie à la faiblesse de l’intérêt scientifique et politique pour le monde souterrain de l’eau. L’articulation entre eaux superficielles et eaux souterraines est certainement un angle mort de la gestion des deux eaux, abordé seulement depuis une optique restreinte et mal adaptée, celle des bassins versants. Ceci nous amène à penser que les eaux du Guadiana, parfois fleuve, parfois nappe, aux contours indéfinis et insaisissables, ne sont pas seulement pour une part invisibles physiquement mais qu’il existe des mécanismes de savoir et de pouvoir qui les rendent aussi invisibles idéalement et socialement (Beck, Luginbühl et Muxart, 2006).

  • 1 A.G. Besteiro. Thèse doctorale en préparation au sein du laboratoire EVS, UMR 5600, université Lyon (...)

3Sur la base d’une recherche doctorale en cours menée dans le bassin versant du Guadiana à propos de la conflictualité liée à l’eau1, nous visons avec la présente contribution à mettre en évidence les représentations historiques et contemporaines autour du fleuve et leurs conséquences pour une gestion de l’eau souterraine « soumise » à la notion de bassin versant. Ainsi, nous analysons en quoi les regards portés sur les binômes visible/invisible et superficiel/souterrain du Guadiana par l’administration de l’eau, par les spécialistes scientifiques et techniques, par les riverains et les usagers locaux peuvent contribuer à comprendre les causes de cette soumission. Nous y cherchons aussi les racines des conflits que ces différents regards et formes de connaissance peuvent entraîner.

4Dans un premier temps, nous explorons les modalités de gestion des eaux souterraines, à travers une lecture critique des principales notions auxquelles ces eaux sont associées et de leur traduction en termes de politiques de l’eau. Dans un second temps, nous analysons de manière diachronique les représentations passées et présentes associées à la singularité hydrique du fleuve Guadiana, en nous appuyant sur une bibliographie historique, et une analyse qualitative à partir d’observations directes de terrain et d’entretiens semi-directifs. Enfin, nous produisons une interprétation des représentations sociales « contradictoires » détectées entre les experts de l’eau et le monde profane, qui rendent difficile la perspective d’imaginer ensemble l’avenir des fleuves. Ceci nous amène à une réflexion sur le rôle que les sciences sociales peuvent jouer pour rendre visibles à tous les eaux souterraines dans la question cruciale de la gestion des hydrosystèmes.

Écrire sur l'eau… mais seulement sur l'eau superficielle ?

5Jacques Bethemont (2013) souligne dans un article le paradoxe d'écrire sur l'eau, une matière multiforme et changeante pour laquelle on peut « évoquer à la fois un thème, une occurrence ou une forme et son contraire, voire une métaphore ou une plongée dans l'inconscient ». Mais, il s'avère que la plupart des expressions de l'eau que l'auteur décrit sont uniquement des manifestations superficielles (le marais, la source, le ruisseau, le torrent, la boue, le glacier, le lac ou encore le fleuve). La seule allusion indirecte aux eaux souterraines fait référence aux sources et implique la partie imaginée la plus « négative » du cycle hydrologique : « L'eau, doit remonter des ténèbres, pour équilibrer le soleil » (Bethemont, 2013, p. 67). Les ténèbres, l'au-delà… la proximité peut-être des enfers supposés et de leurs imaginaires ? L’auteur conclut sur ce qu'il appelle l'unité de l'eau englobant les sensations, l'émotion et l'intériorisation universelle qui provoque le regard de l'eau. Mais peut-on parler alors d'unité lorsque le regard ne peut pas se poser sur l'eau parce qu'elle se « cache au sous-sol » et qu'elle est invisible ?

6Si les eaux souterraines restent invisibles à une partie importante de la communauté des chercheurs et des gestionnaires de l’eau, elles sont au contraire visibles pour les usagers, surtout dans les zones arides et semi-arides. Elles ne sont invitées à des forums scientifiques que lorsque des hydrogéologues les représentent par la modélisation, bien plus rarement lorsque les discussions scientifiques portent sur les relations qu'elles entretiennent avec les sociétés et leurs représentations sociales même si celles-ci sont sans doute aussi riches que celles associées aux cours d'eau. Une telle analyse socio-politique devrait en principe ouvrir un champ de recherche stimulant et peu exploré, mais l'intérêt des chercheurs en sciences humaines et sociales pour les phénomènes de surexploitation des aquifères et leurs conséquences sur les systèmes superficiels avec lesquels elles sont en interrelation, reste encore très limité. On peut citer toutefois quelques exemples récents d’études qui interrogent l’interface de l’homme avec les eaux souterraines comme celle menée par Massuel et Riaux (2017) sur les discours associés à la notion de surexploitation des aquifères en Tunisie, les travaux issus de la political ecology de Birkenholtz (2009, 2015) qui font ressortir les relations de pouvoir entre le pompage illimité et les politiques agricoles qui l’encouragent ou le travail doctoral de Fofack (en cours) sur les dynamiques sociales autour de l’extraction des eaux souterraines profondes au Maroc.

Les eaux souterraines, une gestion à inventer ?

7Aux eaux souterraines s’applique partout une gestion fondée sur la notion de bassin versant superficiel et des législations mal adaptées à leur fonctionnement (Trottier, 2008), ce qui renforce l’idée d’invisibilité qui pèse sur elles au moins depuis le Moyen Âge, lorsque les hydrauliciens arabes les appelaient déjà les « eaux cachées » (El Faïz, 2005). Tout se passe comme si leur invisibilité les éloignait de la pensée politique : à son invisibilité réelle s’en ajouterait donc une autre, sociale et politique, qui détournerait le regard vers d’autres enjeux (Beck, Luginbühl et Muxart, 2006).

8On pourrait croire que la législation européenne et l’application de la Directive Cadre sur l’Eau (DCE) ouvre une nouvelle ère pour les eaux souterraines en Europe parce qu’elles seraient enfin rendues visibles à la gestion (Petit, 2002), mais la déclinaison de cette législation aux niveaux nationaux montre que bien peu de choses ont changé (Massardier, 2011). La notion de « district hydrographique » de la DCE s’est largement inspirée des bassins versant superficiels et il subsiste une certaine indétermination au niveau des découpages superficiels et souterrains qui entretient l’imprécision et les interprétations multiples (Petit, 2002).

9Cette gestion cloisonnée des eaux superficielles et souterraines et finalement l’oubli de ces dernières sont l’objet de critiques depuis les années 1970 : l'hydrologue américain Nace (1970) suggérait le terme d'« hydro-schizophrénie » (Llamas, 2017), repris ensuite et popularisé par l'hydrogéologue espagnol Ramón M. Llamas (Pizarro Yáñez, 2015). Biswas (1999, p. 8) écrit à ce sujet que « la gestion des eaux souterraines est souvent considérée comme le « cousin pauvre » de l'eau de surface ». Llamas (1977) explique ainsi, que pour faire face à une demande d'eau de plus en plus importante, les planificateurs de la politique hydraulique considèrent exclusivement les projets hydrauliques des eaux superficielles en oubliant les possibilités de couvrir ces besoins totalement ou en complément avec des eaux souterraines (Custodio, 1996).

10Cette prédilection à gérer uniquement les eaux visibles a fait des eaux souterraines un objet méconnu qui continue à provoquer une impression d'incommensurabilité et d’incertitude. Elle donne ainsi le sentiment dominant qu''il n'y pas vraiment de conséquences aux pratiques d'usage et d'exploitation de ce milieu. Cela tient au fait que les pressions sur la ressource inhérente aux actions, elles aussi, peuvent rester invisibles pendant des décennies en raison de la lenteur des flux souterrains comparés à ceux des cours d'eau superficiels (Berger et Roques, 2005). Enfin, leur fonctionnement est jugé capricieux, leurs ressources perçues comme infinies alors que dans les faits ses conditions de gestion peuvent provoquer leur épuisement.

11Dans ces conditions, la plupart des aquifères du monde se sont trouvés en situation de ce que l'on appelle « surexploitation », notion au centre d'un débat scientifique inachevé lancé dans les années 1970. En dépit de la charge de technicisme que la notion semble induire, elle a néanmoins des contours incertains et mal définis. Une extrapolation simpliste et répandue laisse penser que la surexploitation des aquifères se produit lorsque l'extraction est supérieure à la recharge. Cette considération peut sembler conceptuellement adéquate, mais la quantification de la recharge des aquifères est un des problèmes les plus difficiles posés à l'hydrogéologie (UNESCO, 1992 ; Custodio, 1996 ; Anctil, 2017). Cela tient surtout au fait que tous les pays ne sont pas munis de systèmes de mesure fiable des niveaux piézométriques et que les paramètres hydrodynamiques qui caractérisent les aquifères ne sont que des estimations à partir d’un certain nombre d’observations (Delottier, 2017).

12Bredehoeft (2002) soutient que dans la communauté traitant des eaux souterraines persiste l’idée que si l'on peut déterminer la recharge d'un système aquifère, on peut déterminer l'ampleur maximale d’une exploitation durable. Pour Bredehoeft, ce concept est un mythe qui se base sur des mesures hydrogéologiques incertaines, Déclarer un aquifère surexploité est dans les faits une mesure très controversée d’une part, parce qu’il est très difficile de mettre en place des mesures pour y remédier et d’autre part, parce qu'il s'agit de mesures d’un grand impact socio-économique (Pulido Bosh, 2001) qui peuvent multiplier les interdictions et les interventionnismes (Custodio, 1996).

13En dépit de l'indétermination du concept de surexploitation, de nombreuses voix continuent à insister sur les graves problèmes qu'elle provoque (voir par exemple Wada et al., 2010 ; Margat et Van der Gun, 2013 ou les innombrables écrits du chercheur en hydrogéologie R. Llamas, dont Llamas (2017) parmi les plus récents), en se focalisant sur les aspects hydrogéologiques. Comme le signalent Massuel et Riaux (2017), se focaliser sur l'aspect purement hydrogéologique de la surexploitation empêche d’aborder ses aspects politiques, sociaux, techniques, économiques et environnementaux, au point de se demander si sa dénonciation ne se réduit pas à un « dialogue de sourds ».

14Si la gestion des eaux souterraines est largement passée sous silence dans les politiques publiques chargées de l'eau, il n'en est pas de même pour les initiatives locales et privées qui en font usage depuis l'Antiquité (Custodio, 1996 ; El Faïz, 2005). En effet, les facilités qu’offre l'eau souterraine et qui tiennent à son accessibilité (il suffit de creuser ou forer un puits), à sa disponibilité (elle se trouve près des zones de demande même en période de sécheresse), à sa sécurité (moins polluée en général que l'eau superficielle surtout à niveau microbiologique) et à sa rentabilité (elle peut être exploitée avec des petits investissements et sur des petites surfaces) (Petit, 2002 ; Birkenholtz, 2015 ; Actil, 2017) peuvent lui conférer une impression d’eldorado pour les populations locales.

  • 2 « Révolution silencieuse » en raison du manque de symptômes immédiats sur les niveaux phréatiques
  • 3 C'est-à-dire une économie agricole créée par l'utilisation des eaux souterraines et, en Méditerrané (...)

15Comme le soulignait déjà l'Unesco dans une note datant de 1992, les eaux souterraines concernent 95 % des ressources utiles d'eau de la planète, elles sont utilisées pour la boisson par environ la moitié de la population mondiale et 43 % de l’agriculture irriguée en dépend au niveau mondial (Siebert et al., 2010), principalement dans les zones arides et semi-arides (Jakeman et al., 2016). La révolution verte de l’agriculture productive, aussi appelée « révolution silencieuse »2 (Llamas et Martínez Santos (2005) ou « Groundwater Economy »3 (Shah, 2010) basée principalement sur l'exploitation des nappes souterraines, suscite en raison de son usage intensif des eaux souterraines des alarmes proclamant l'appauvrissement des aquifères presque partout dans le monde (voir par exemple, Petit (2004) qui se fait écho de ces alertes). Ces inquiétudes sur l’épuisement des aquifères sont pourtant considérées par certains comme « exagérées, mal documentées, tendancieuses et sensationnalistes [...] qui augurent un futur de pénurie et dégradation sans apporter d’autres solutions qu’étouffer le développement et provoquer des angoisses dans la population en imposant des restrictions injustifiées » (Custodio, 1996, p. 24).

16Il ne fait aucun doute que le progrès des technologies de perforation et d’exploitation des puits, les aides et subventions de la part des États, le soutien des agences internationales de bailleurs de fonds et la souplesse des législations concernant les eaux souterraines ont permis à l’agriculture de pomper l'eau du sous-sol « sans limites » (Siebert et al., 2010 ; Petit, 2002). Ce scénario, qui provoque dans la plupart des cas des situations conflictuelles, appelle néanmoins de nouvelles formes de gouvernance décentralisée (Birkenholtz, 2015) qui devraient devenir le paradigme dominant de la gestion des eaux souterraines face à une gestion historiquement liée à des institutions et politiques créées pour gérer les eaux superficielles (Birkenholtz, 2009).

17Les logiques actuelles de participation, qui sont censées rapprocher décideurs et usagers, font craindre paradoxalement qu’elles ne servent qu'à éloigner plus encore les gens ordinaires de certains problèmes au lieu de les inciter à les résoudre par eux-mêmes (Brun et Lasserre, 2006). Ainsi, comme le signalent Riaux et al. (2015) ou Ben Nasr (2015) la gouvernance de l'eau souterraine d'irrigation telle qu'elle est pratiquée actuellement par les associations d'irrigants peut sanctionner ceux qui ne développent pas de relations avec le système politique en place, bouleverser les hiérarchies d'accès à l'eau pré-existantes et provoquer des situations d'inégalité parmi les propres utilisateurs (Molinas, 1998). On remarquera un nombre croissant d'études issues de l'économie, qui tentent de mieux comprendre les phénomènes de participation publique et son rôle dans la gestion des eaux souterraines (Petit, 2002, 2004 ; Montginoul et Rinaudo, 2009 ; Rinaudo, 2012 ; Rica et al., 2012 ; Petit et al., 2017).

18L’exemple du fleuve Guadiana montre combien les perceptions des différents acteurs sont influencées par l’existence de ses tronçons souterrains, avec des contradictions entre des populations riveraines qui en perçoivent ou peut-être imaginent la continuité et des gestionnaires qui appliquent des modèles de gestion conçus pour la gestion des eaux superficielles et assimilent ses parties invisibles au chaos. Cet exemple a un double intérêt, celui de montrer le chemin à parcourir pour prendre en compte les contraintes propres des eaux souterraines et en assurer une gestion locale satisfaisante, celui aussi de mettre en évidence que les sciences sociales, jusqu’ici peu présentes sur le thème, en approfondissant les représentations des uns et des autres et en faisant surgir les contradictions ou les conflits latents, ont probablement un rôle plus important à jouer que celui qu’elles jouent actuellement.

Les relations complexes entre le fleuve Guadiana et les aquifères de La Mancha (Espagne)

19On dit que le Río Guadiana, qui part de la région espagnole de La Mancha pour se jeter dans l'Atlantique, est « trois fois fleuve » : Río = fleuve en espagnol ; Guadi = fleuve en arabe et Ana = fleuve en langue pré-indo-européenne. On dit aussi que le Guadiana naît deux fois (fig. 1). Une première fois dans le massif karstique de Campo de Montiel (aussi appelé « aquifère 24 ») dans les Lagunas de Ruidera ; après un parcours de 76 kilomètres, il s'infiltre dans les matériaux sédimentaires de l'aquifère de La Mancha Occidental (aussi appelé « aquifère 23) sans laisser de traces en surface. Une deuxième fois à Ojos del Guadiana, une trentaine de kilomètres plus bas, où il continue son long parcours jusqu'à son embouchure dans l’Océan Atlantique, à la frontière avec le Portugal. La discontinuité paysagère du Alto Guadiana a été pendant longtemps une énigme qui a nourri de nombreuses légendes manchegas au point que le terme guadiana dans la langue espagnole est devenu un adjectif qui fait référence à quelque chose ou quelqu'un qui apparaît et disparaît fréquemment4.

Figure 1. Le réseau hydrographique dans le Alto Guadiana

Figure 1. Le réseau hydrographique dans le Alto Guadiana

20Cette vision d'un fleuve surprenant qui apparaît, disparaît puis réapparaît plus loin est vieille de 2000 ans, apprise à l'école et connue de tous les Espagnols. Elle fait l’objet de controverses scientifiques qui opposent ceux qui assurent que ce fleuve s'enfonce dans le terrain pour réapparaître ensuite et ceux qui affirment que le fleuve qui émerge dans les Lagunas de Ruidera n'a rien à voir avec celui qui naît à Ojos del Guadiana (Alvarez Cobelas et al., 2010).

  • 5 La Confederación Hidrográfica del Guadiana dépendant du Ministère espagnol d’Agriculture, Pêche, Al (...)

21Les deux aquifères du Alto Guadiana (Campo de Montiel ou 24 et Mancha Occidental ou 23) (fig. 2) possèdent des caractéristiques géologiques et hydrogéologiques bien différentes. Tandis que l’aquifère 24 est de nature karstique dont les variations de niveau d’eau souterraine et superficiel (les Lagunas de Ruidera constituent une succession de lacs karstiques connectés les uns avec les autres en forme de chapelet) sont plutôt saisonnières, l’aquifère 23 est constitué de plusieurs couches aquifères sédimentaires plus ou moins perméables et il a été exploité intensivement par l’agriculture et déclaré surexploité de manière provisoire en 1987 par l’organisme de gestion du bassin du Guadiana5 (Llamas, 1993 ; García, 2007) puis définitivement en 1994 jusqu’à nos jours.

Figure 2. L'aquifère 23 ou de « la llanura manchega » et l'aquifère 24 ou de « campo de Montiel »

Figure 2. L'aquifère 23 ou de « la llanura manchega » et l'aquifère 24 ou de « campo de Montiel »

D'après Alvarez Cobelas et al., 2010

22C’est au changement de faciès géologique à l’interface entre les deux aquifères que les eaux du Guadiana en provenance des Lagunas de Ruidera s’infiltrent dans les terrains sédimentaires de l’aquifère 23. C’est donc à propos de ce territoire sans lit superficiel du Guadiana que nous avons enquêté concernant les représentations présentes qu’il évoque et consulté les écrits historiques sur des lectures plus anciennes de ce tronçon de bassin versant sans fleuve visible. Cette supposée disparition temporaire du fleuve et les débats qu'elle continue de susciter soulignent la grande complexité géologique, géomorphologique et hydrologique du Guadiana lors de son passage par la région espagnole de La Mancha (Mejías Moreno et al., 2012).

Le Guadiana : un fleuve atypique décrit du temps des Romains

23Selon Alvarez Cobelas et al. (2010), les premières observations et descriptions connues sur ce phénomène hydrologique singulier remontent à 77 ap. J.-C. et sont le fait de Pline l'Ancien qui décrit, dans le troisième tome de son Histoire Naturelle, le flumen Ana comme un cours d'eau qui « se cache complètement sous la terre […] ». D’après les mêmes auteurs, cette constatation fut reprise au XVIème s. par un diplomate vénitien, Andrea Navaggero, poète et voyageur qui écrit : « le Guadiana va sous terre pendant sept lieues et sort quatre lieues plus loin […] ».

24Par ailleurs, Cervantes en 1615 reprend dans son célèbre roman du Don Quichotte la même interprétation, en faisant du fleuve un écuyer qui pleure l’ensorcellement de ses dames, les Lagunas de Ruidera, par un méchant sorcier.

[...] Guadiana, votre écuyer, pleurant aussi votre disgrâce, fut changé en un fleuve appelé de son nom même, lequel, lorsqu’il arriva à la surface du sol et qu’il vit le soleil d’un autre ciel, ressentit une si vive douleur de vous abandonner, qu’il s’enfonça de nouveau dans les entrailles de la terre. Mais, comme il est impossible de se révolter contre son penchant naturel, il sort de temps en temps, et se montre où le soleil et les gens puissent le voir [...]

Chapitre XXIII. Tome 2. L'Ingénieux hidalgo Don Quichotte de la Manche. Miguel de Cervantes, 1615.

25Au XVIIIème siècle, un canal à l'image des voies navigables françaises fut projeté afin d'utiliser l'eau des Lagunas de Ruidera pour l'irrigation et la navigation (Marín Magaz, 2007). Le concepteur du Canal del Gran Prior mettait en doute l'idée du passage souterrain du Guadiana, peut-être, comme le suggère Almagro Costa (2004) pour éviter les critiques qu'auraient pu occasionner la déviation superficielle, par un canal, d'une eau qui pouvait s'infiltrer dans l'aquifère et alimenter le fleuve en aval.

26Les politiciens du XIXème siècle considèrent l'existence de deux fleuves distincts, le Alto Guadiana et le Nouveau Guadiana sans aucune connexion entre eux, position que l’on retrouve chez les géologues de l'Institut Géologique et Minier dans les années 1970, fondée sur plusieurs sondages et recherches hydrogéologiques (Torrrens et al., 1976), en dépit des résultats obtenus en 1932 par Eduardo Hernández-Pacheco, professeur de géologie de l'Université de Madrid. Celui-ci soutenait le contraire : il avait versé un colorant fluorescent dans un puits à une dizaine de kilomètres des Ojos del Guadiana et retrouvé les eaux colorées jaillissant dans les Ojos del Guadiana au bout de trente heures. En 2004, Juan Almagro Costa, ingénieur des Ponts et Chaussées de l’organisme de gestion du bassin versant (Confederación Hidrográfica del Guadiana) défend à nouveau l'hypothèse d'un seul fleuve en affirmant que ladite légende du Guadiana n'est pas fausse et que plusieurs millénaires la soutiennent.

27Plus récemment, des hydrogéologues affirment que l'eau qui jaillit des Ojos del Guadiana ne serait pas exclusivement un Guadiana ressorti des entrailles de la terre, mais aussi la résurgence en surface d'autres rivières qui s'infiltrent également dans le plateau manchego (Arenillas et Sáenz Ridruejo, 1987) en une alternance de zones de décharge ou de recharge de l'eau souterraine. Depuis 1959, date de construction d'un barrage à la sortie des Lagunas de Ruidera, l'eau ne s'étale plus dans les premiers kilomètres du plateau manchego en forme de delta comme cela arrivait avant la construction de cette infrastructure hydraulique. Malgré cela, encore aujourd'hui, lorsque les pluies sont torrentielles et abondantes, les engorgements sont nombreux même s'il n'existe pas un cours d'eau bien défini.

La difficulté de délimiter le tronçon du Guadiana invisible aujourd'hui

28Face à cette controverse, la démarcation du Guadiana n'est pas simple et laisse largement la place à l'interprétation des techniciens et ingénieurs chargés de la matérialisation spatiale du lit majeur et mineur. Cette délimitation est d'ailleurs une des pièces clés de la planification et de la gestion du bassin versant par la Confederación Hidrográfica del Guadiana dans l'exécution de la Directive Cadre sur l'Eau européenne. Elle n'en est pas pour autant incontestable (Méndez, 2017).

29Ainsi, pour le Alto Guadiana, s'ajoute à la délimitation déjà imprécise des masses d'eau souterraines (aquifère 23) une nouvelle incertitude concernant le fleuve superficiel lui-même. Selon nos propres observations de terrain, celui-ci, en général à sec, n'apparaît que rarement en période de fortes pluies (inondations) et son tracé par un bornage en ciment (fig. 3) est composé de points quelque peu aléatoires, dont la succession donne au moins l'illusion de l'existence et de la continuité de l'eau du fleuve.

Figure 3. Une des bornes de la Confederación Hidrográfica del Guadiana, matérialisant les contours imprécis et aléatoires du lit majeur du fleuve Guadiana

Figure 3. Une des bornes de la Confederación Hidrográfica del Guadiana, matérialisant les contours imprécis et aléatoires du lit majeur du fleuve Guadiana

Cliché A.G .Besteiro (mai 2017)

  • 6 Observations du terrain effectuées en Mai 2017, CM 42 entre Alcázar de San Juan y Tomelloso, missio (...)

30Dans le même esprit de réification de ce fleuve invisible, le Guadiana est signalisé avec un marquage routier à des endroits où il n'est pas censé être présent. C'est le cas, par exemple, d'une des routes communales, la CM-42 qui traverse deux fois le Canal del Gran Prior, annoncé comme « Río Guadiana » à l'aide de panneaux de grande taille6. Face à cette ubiquité du fleuve, il est permis de se demander « où est le Guadiana ? » Partout et nulle part (fig. 4). « Qu'est-ce que le Guadiana ? » Ce que chacun veut qu'il soit.

Figure 4. Où est donc le fleuve Guadiana ? Dans une friche ? Dans un champ de luzerne irriguée à l'aide d'un pivot ? Près d'un moulin abandonné ?

Figure 4. Où est donc le fleuve Guadiana ? Dans une friche ? Dans un champ de luzerne irriguée à l'aide d'un pivot ? Près d'un moulin abandonné ?

Image 1000000000000103000000C22810E6BB.png

Clichés A.G. Besteiro (mai 2017)

31Enfin, une autre manifestation de son invisibilité, cette fois d'origine anthropique, se traduit par une troisième résurgence du fleuve qui s'ajoute aux deux autres naissances naturelles décrites ci-dessus. Elle s'opère après une nouvelle disparition du fleuve en aval d'Ojos del Guadiana, en aval des zones humides protégées du Parc National de Tablas de Daimiel dont l'inondation est maintenue artificiellement grâce au barrage de Puente Navarro. Au-delà du barrage, le fleuve disparaît et ne réapparaîtra que quelques dizaines de kilomètres plus loin.

32Le Guadiana court à nouveau en surface en aval des ruines de Calatrava la Vieja, ancienne fortification d'un ordre militaire templier (Orden de Calatrava), connue par ses systèmes sophistiqués de mise en valeur et d'utilisation des eaux du fleuve. Les restes des structures qui soutenaient les roues hydrauliques témoins d’un haut niveau technologique pour l'époque, font supposer un débit important du Guadiana lors de sa fondation par les Arabes d'Al-Andalus au VIIIème siècle (Figure 5). « La maîtrise de l’eau a concerné alors aussi bien l’exploitation des eaux de surface que celle des eaux souterraines » (El Faïz, 2005, p. 223).

33Cette nouvelle disparition puis résurgence du Guadiana au-delà d'une trentaine de kilomètres est causée en partie par les choix de protection de la zone humide du Parc National de Tablas de Daimiel. Cette protection est, là, synonyme d'inondation permanente, ce qui oblige à maintenir fermé l’ancien barrage de Puente Navarro en aval du Parc (Celis et al, 2016). En effet, nous avons pu observer sur place que l'ouvrage hydraulique n'est pas mentionné sur les cartes du territoire du Parc National produites dans les ouvrages de nature. Dans le récit de conservation de la nature que véhiculent les autorités politiques locales ou les groupes écologistes et les promoteurs d’écotourisme, ni l'existence du barrage ni l'absence d'eau en aval du barrage n'ont leur place.

34

Figure 5. Restes archéologiques et reconstruction dessinée d'une des structures hydrauliques ("corachas") qui permettait la prise d'eau du Guadiana et sa conduite à la fortification de Calatrava la Vieja

Figure 5. Restes archéologiques et reconstruction dessinée d'une des structures hydrauliques ("corachas") qui permettait la prise d'eau du Guadiana et sa conduite à la fortification de Calatrava la Vieja

Image 1000000000000103000000C2B40D8C04.png

Clichés A.G .Besteiro (mai 2017)

Et les manchegos, comment imaginent-ils « leur » Guadiana ?

35En 2010, dans l’un des derniers ouvrages à avoir été écrit par de grands connaisseurs des hydrosystèmes de La Mancha (Alvarez Cobelas et al, 2010) il était projeté d'interroger dans le dernier chapitre l'intérêt de la société manchega à conserver et protéger ces espaces humides face à la surexploitation des nappes phréatiques. Malheureusement, les auteurs n'ont pas développé le chapitre et se sont contentés de poser la question à la fin de l'ouvrage sans y répondre. Est-ce dû à la peur de relayer et de faire écho à des positions non recevables par les institutions à la charge de la gestion de l'eau à La Mancha ? Ou l’absence d'études en sciences sociales pour étayer les réponses à la question ? Probablement les deux !

36Dans le cadre de l’enquête menée dans La Mancha entre octobre 2015 et mai 2017, 55 acteurs manchegos ont été interrogés : ingénieurs, techniciens et dirigeants de la Confederación Hidrográfica del Guadiana, experts et chercheurs en hydrogéologie, en écologie aquatique et en géographie étudiant la zone, personnels et dirigeants des espaces humides protégés dans cette zone, représentants des associations d’agriculteurs d’irrigation locaux, agriculteurs de petite et grande taille, promoteurs écotouristiques, représentants des principales associations de protection de la nature locales ou nationales et autorités régionales concernées par la gestion de l’eau. Une partie du guide d’entretien a été consacrée à faire parler du Río Guadiana, Aux dires des acteurs manchegos, deux tendances opposées se dessinent fortement.

37D'une part, ceux pour qui la légende du Alto Guadiana correspond à une réalité de terrain et qui imaginent un fleuve non seulement dans sa dimension spatiale longitudinale mais aussi dans sa composante verticale. Pour eux, les limites de ce fleuve tridimensionnel sont diffuses puisqu’il n'existe pas un cours d'eau identifié clairement, ni au niveau superficiel ni au niveau souterrain (le lit majeur superficiel ne se dessine pas habituellement sur le terrain sauf dans les moments des grandes inondations et ce qu'ils jugent être des « courants d'eau souterraine » n'ont aucune ressemblance avec une rivière souterraine telle qu'on en trouve dans les zones karstiques). Il s'agit de personnes ayant une connaissance intuitive et empirique du terrain, des acteurs d'un certain âge qui ont travaillé les terres (ou ont fait travailler d'autres personnes sur ces terres) depuis leur jeune âge. Des agriculteurs pour qui la continuité des eaux superficielles-souterraines du Guadiana est naturelle et va de soi :

« Le Guadiana pour nous, par ici, dans cette zone que nous sommes en train de parcourir, ici c'est l'endroit où il se cache, le Guadiana. Nous l'avons ici, sous terre… Ici, c'est la partie par où il passe le Guadiana souterrain et il y a toujours eu plus d'eau dans cette partie-là... » (Petit agriculteur sur l’aquifère 23, 54 ans)

« Dans les années 90, lorsque nous avons arrosé énormément nos cultures, nous avons extrait tellement d'eau que tout était inondé, nous faisions remonter le Guadiana souterrain pour le faire devenir superficiel » (Agriculteur sur l’aquifère 23, 51 ans)

« Quand il a plu beaucoup dans les années 2000, toute l'eau qui venait du Guadiana, de las Lagunas de Ruidera s'infiltrait dans la plaine manchega, puis réapparaissait à Daimiel, dans les Ojos del Guadiana… Quand il pleut un peu moins, le Guadiana s'infiltre avant d'Argamasilla d'Alba. Ce n'est pas quelque chose qui survenait dans le temps, non, ça se passe maintenant » (Grand propriétaire terrien, sur l’aquifère 24, 60 ans)

« Moi, je détecte les courants d'eau (souterraine) et mon pendule, lorsque le courant est trop large, devient fou (il oscille très rapidement) c'est ainsi que je peux dire où perforer les puits, quand les courants sont les bons… Lorsque le fleuve court, tout le terrain se remplit d'eau et l'eau remonte à la surface, parce que j'avais un terrain dans un fond qui séchait en été, mais si le fleuve venait (les eaux souterraines montaient) tout montait, et comment ! » (Sourcier traditionnel et petit agriculteur, sur l’aquifère 23, 80 ans)

« Le Guadiana est très large, c'est à dire que le Guadiana est ici-même en dessous. Ça c'est clair. Les courants passent par dessous et nous savons plus ou moins la zone par laquelle elles passent, et dans la zone où passe le Guadiana il n'est pas nécessaire de chercher l'eau (souterraine), Tu peux percer n'importe où, tu auras de l'eau parce qu'elle va par dessous. L'aquifère 23 est le Guadiana, il est le Guadiana. C'est à dire qu'effectivement, pour moi le Guadiana naît deux fois» (Agriculteur moyen, sur l’aquifère 23, 59 ans)

« Les Lagunas de Ruidera sont le Guadiana sans aucun doute. La naissance du Guadiana est en amont des Lagunas, dans le fleuve Pinilla, puis, les Lagunas sont un élargissement du fleuve Pini... du fleuve Guadiana ». Ensuite on a toujours dit que le Guadiana se cache. Dans les années prospères (où il pleut abondamment), il n'y a pas de déconnexion du Guadiana, superficiel et souterrain. Mais, quand il pleut moins, il se produit une déconnexion des eaux et le fleuve se dessèche… » (Représentant des irrigants de l'aquifère 24, lui-même aussi agriculteur, 46 ans)

38Ces descriptions presque visuelles d'un fleuve en trois dimensions, dont la partie la plus visible est intimement unie à la partie souterraine invisible, dont l'une ne peut se comprendre sans l'autre et vice-versa, contrastent avec le discours d'un autre groupe d'acteurs du territoire, plus liés à la connaissance technique ou scientifique, qui considèrent que la légende de deux naissances du Guadiana n'est justement qu'une légende. Ils ne voient pas de sens à un Guadiana « souterrain » et vont se reporter presque toujours à des études faites par des collègues hydrogéologues ou ingénieurs qui en dénient l'existence pour valider leur point de vue de déconnexion des eaux souterraines et superficielles :

  • 7 On considère que les motillas remontent à l’Âge de Bronze dans La Mancha : des peuplements fortifié (...)

« Dans quelques cartes archéologiques toute la zone centrale du bassin du Haut-Guadiana apparaît comme une zone vide, et ce n'est pas comme ça que ça se passe. Il y a une infinité de motillas7 en La Manche. Pour moi, le Guadiana est l'axe vertébral de la nation-motilla. On a toujours dit que le Guadiana apparaissait et disparaissait mais ce n'est pas vrai parce que cela pourrait signifier une unité qui n'existe pas. Il y a deux Guadianas, si l'on peut dire. La zone de Ruidera n'est pas associée à la culture des motillas, c'est un système isolé. A Ruidera il s'agit d'un autre fleuve qui n'a rien à voir avec les motillas. Là-bas ce sont des eaux très differentes qui n'ont pas de saisonnalité et tout ça va générer un autre type de culture » (Ecologue, 55 ans)

  • 8 « Secarral » : terrain très sec à connotation négative par la pauvreté et le manque de vie qu’il re (...)

« Ici plein de communes n'ont pas de fleuve et par conséquent ils ne peuvent avoir aucun type d'attachement ni rien de tout ce qui arrive dans des autres endroits où tu as un fleuve très beau et où ils aiment l'avoir et le soigner et ils s'y baignent… Ici c'est une autre chose. Ici, il y a des surfaces énormes ou il n'y a pas de Guadiana... c'est un“secarral”8 » (Ex-directeur scientifique de la Réserve de Biosphère de la Mancha Húmeda, 49 ans)

« Le fleuve Guadiana n'est pas les Lagunas de Ruidera, le fleuve a plusieurs origines. Les Ojos del Guadiana sont une source de l'aquifère 23 mais ce n'est pas le Guadiana qui s'infiltre, il est très clair que le fleuve ne s'infiltre pas et ne réapparaît pas ensuite. Je pense qu'aujourd'hui nous sommes sûrs parce que les scientifiques apportent des données techniques et des recherches sérieuses. Aujourd'hui c'est clair, malgré cette légende que tout le monde a étudié à l'école, qui dit que le Guadiana apparaît et disparaît… En tout cas, l'eau souterraine est très complexe, les agriculteurs pensent que cette eau est à eux parce qu'ils ont la terre et ils pensent que l'eau qui est au sous-sol est aussi à eux (Directeur d'une zone protégée à l'intérieur de la Réserve de Biosphère La Mancha Humeda, 43 ans »

39A ces deux représentations dominantes s'ajoutent quelques autres : « un fleuve maltraité, très aménagé et artificialisé qui survit grâce à l'argent public » (Chargé de mission d'une ONG environnementaliste, 48 ans), « une conjonction d'intérêts, un laboratoire social gigantesque » (Représentant d'une antenne espagnole d'une autre ONG internationale, 56 ans) « un bassin si sec, et pourtant abritant une richesse archéologique et historique associée à l'eau si importante » (Historien de l'environnement, 47 ans), autant d'approches sans doute fondées mais qui soulignent l'imprécision des contours des perceptions du fleuve Guadiana.

De multiples lectures mais une seule manière d'en assurer la gestion

40On peut lire le Guadiana de plusieurs manières et toutes coexistent. Ce sont parfois des lectures temporelles qui aident à comprendre le fleuve avec un passé de richesse autour de l'eau (souterraine) en contraste avec un présent de sécheresse (superficielle) ; aussi des lectures spatiales diverses où chacun et chacune définit « son » Guadiana. Pour certains, « leur » Guadiana est celui qui naît dans les Lagunas de Ruidera, disparaît et renaît une deuxième fois, pour d'autres, « leur » Guadiana serait seulement celui des Ojos del Guadiana. Celui qu'ont décrit les Romains n'était sûrement pas le même que celui décrit à partir du Vème siècle où les inondations et zones humides peu profondes étaient la règle (Almagro Costa, 2004). Il s’agit donc de confrontations anciennes et nouvelles entre plusieurs visions historiques et de l'espace d'un fleuve qui, par exemple, naît en autant de lieux que les représentations sociales auxquelles on l’associe (le Guadiana naît dans mon village, un village qui peut être Ruidera, Villarrubia de los Ojos ou Daimiel…).

41Au regard des représentations multiples, actuelles et passées, horizontales et verticales, expertes et profanes, le Guadiana se dessine comme un fleuve contrasté : un courant d’eau superficiel interconnecté avec un courant d’eau souterrain pour les riverains qui en font le même fleuve, mais une déconnexion pour les experts qui doivent proposer les modèles d’aménagement et de gestion sur le modèle de découpage de bassin versant superficiel. Cette gestion du bassin versant superficiel est plus attractive politiquement parce qu'elle produit des signes visibles de progrès et projette de manière ostensible les capacités de l'État (Birkenholtz, 2015). Mais elle renforce l’invisibilité des eaux souterraines et favorise les puits illégaux et les pratiques individualistes de consommations sans une régulation effective.

42Face à cette dissymétrie des pouvoirs, les discours prédominants, ceux des experts qui conseillent et des décideurs politiques qui agissent, s'appliquent uniquement à renforcer des actions qui mettent en valeur l'eau superficielle, il convient de s’interroger sur les raisons politiques qui font que les États détournent le regard des eaux souterraines, selon une stratégie que certains auteurs qualifient de « laisser faire » (Ameur, 2017) mais que nous préférerons appeler « ni faire ni laisser faire ». Penser que l’oubli des eaux souterraines est dû à une « mauvaise gestion », comme le suggèrent les hydrogéologues, revient à éluder les vraies questions qui se posent et que l’on évite prudemment d’aborder.

43L’encouragement systématique des utilisateurs (irrigants pour la plupart) de l’eau souterraine en leur facilitant les moyens nécessaires pour le développement d’une agriculture d’irrigation intensive rend peu probable que les États oublient par « étourderie » ou par manque d’intérêt la quantité si importante d’eau souterraine qui sera mobilisée. Tout au plus pourrait-on parler d’acte manqué, qui masque une intentionnalité politique et technique, un moyen de faire valoir son pouvoir en tant que garant d’une matière essentielle comme l’eau, instrument par ailleurs de contrôle territorial.

44De par leurs qualifications des ressources superficielles et leurs projets hydrauliques, les hydrologues et les ingénieurs ont sans doute réussi à combler un espace de connaissance qui constitue selon Campubrí (2017) l’échelon organisationnel entre les citoyens et les élites économiques et politiques. Un pareil développement d’une hypothétique gestion « active » des eaux souterraines ne conviendrait peut-être pas aux intérêts créés et à la poursuite d’une mission hydraulique déguisée porteuse de nouvelles formes de gestion de l’eau (Buchs, 2016). Ne pas faire grand-chose (ou ne rien faire du tout) pour améliorer les techniques de gouvernance de l’eau souterraine ouvre une large place aux discours officiels de pénurie et de crise de l’eau (superficielle) et aux sempiternelles solutions d’ingénierie (superficielle). Ne pas laisser faire (ou faire semblant de faire) le transfert de la gestion de l’eau souterraine aux communautés d’usagers permet à la fois de ne pas perdre le contrôle de l’eau et de la terre et de ne pas donner l’impression qu’il y pourrait y avoir de l’eau en quantité suffisante pour toutes les activités économiques, sociales et environnementales dont les sociétés se prévalent.

45Même si elle est difficile à définir, la « bonne » gestion ou exploitation « rationnelle » des aquifères est systématiquement interprétée en opposition à l’exploitation incontrôlée et anarchique qui semble régner en apparence. Cette « bonne » gestion se présente comme le résultat d’une rationalité technique basée sur l’identification et la quantification détaillée des éléments des bilans hydriques et sa modélisation numérique (Custodio, 1996). A l’opposé, le transfert de pouvoir de l’État vers les populations locales est jugé dangereux (Ribot, 2002) pour les États et leurs corps d’ingénieurs qui « résistent à la perte de contrôle qu’ils exercent » (Ameur, 2017, p. 29).

46Quelles que soient les réalités hydrogéologiques et hydrologiques des bassins à prédominance souterraine tels que celui du Guadiana étudié ici, l’apport des sciences sociales, avec leurs questionnements, leurs méthodes et leurs approches théoriques pour déchiffrer les multiples lectures des hydrosystèmes dans leur globalité et leur complexité, apparaît évident. Pour décrire des régions comme celle de La Mancha, la littérature grise abonde, mais de façon symptomatique seules les sciences naturelles, avec des chiffres et des calculs souvent sujets à caution, s’intéressent aux phénomènes conflictuels liés à la gestion de l’eau souterraine. L’étude des représentations sociales, des vécus, des ressentis, des émotions et des opinions ne serait-elle pas une base de travail plus féconde pour l’« imaginer ensemble » ?

Haut de page

Bibliographie

ANCTIL F., 2017, L'eau et ses enjeux, Louvain-la-Neuve, Ed. De Boeck, 244 p.

ALMAGRO COSTA J., 2004, Las huellas del Guadiana, Madrid, Organismo Autónomo de Parques Nacionales, Ministerio de Medio Ambiente, 223 p.

ÁLVAREZ COBELAS M., CIRUJANO S., MONTERO GONZÁLEZ E. et MORENO PÉREZ M., 2010, El origen del Guadiana, desvelado tras 2.000 años de discusiones, Alcázar de San Juan, Éd. Consorcio Alto Guadiana-CSIC, 88 p.

AMEUR F., 2017, Construction de la surexploitation et reproduction des inégalités d'accès et d'usage des eaux souterraines : cas des exploitations agricoles dans le Saïss (Maroc), Thèse doctorale en Sciences de l'Eau. Institut Agronomique et Vétérinaire Hassan II et Institut des Sciences et Industries du Vivant et de l'Environnement (AgroParis Tech), 161 p.

ARENILLAS M. et SÁENZ RIDRUEJO C., 1987, Guía física de España. Los ríos, Madrid, Alianza Editorial, 386 p.

BECK C., LUGHINBÜL Y. et MUXART T. (dir.), 2006, Temps et espaces des crises de l’environnement, Paris, Quae, collection Indisciplines, 410 p.

BEN NASR J., 2015, Gouvernance et performance de la gestion de l'eau d'irrigation en Tunisie : cas des périmètres irrigués de Nadhour-Zaghouan, Thèse doctorale en Agronomie. Institut National Agronomique de Tunisie. 230 p.

BERGER P. et ROQUES J.-L., 2005, L'eau comme fait social, Paris, L'Harmattan, coll. « Sociologies de l'environnement », 185 p.

BETHEMONT J., 2013, L'eau s'écrit à tous vents, Géocarrefour, Vol. 88, nº1, p. 65-72.

BIRKENHOLTZ T., 2009, Groundwater governmentality : hegemony and technologies of resistance in Rajasthan's (India) groundwater governance, The Geographical Journal, 175 (3), p.208-220.

BIRKENHOLTZ T. L., 2015, Recentralizing groundwater governmentality : rendering groundwater and its users visible and governable, WIREs Water, Vol. 2, p. 21-30.

BISWAS A.K., 1999, Introduction. Water crise : current perceptions and future realities, En : SALMAN, S.M. Groundwater : Legal and Policy Perspectives, Washington D.C., Proceedings of a World Bank Seminar, World Bank Technical Paper, nº 456, p. 1-11.

BREDEHOEFT J.D., 2002, The water budget myth revisited : why hydrogeologists model, Ground water, Vol. 40, nº 4, p. 340-345.

BRUN A. et LASSERRE F., 2012, Introduction, in BRUN, A. et LASSERRE, F. (dir.). Gestion de l'eau : approche territoriale et institutionnelle, Québec, Presses de l'Université du Québec, p. 1-13.

BUCHS A., 2016, La pénurie en eau est-elle inéluctable ? : une approche institutionnaliste de l'évolution du mode d'usage de l'eau en Espagne et au Maroc, Bruxelles, PIE Peter Lang ed., 331 p.

CAMPUBRÍ L., 2017, Los ingenieros de Franco. Ciencia, catolicismo y guerra fría en el estado franquista, Barcelona, Ed. Crítica, 317 p.

CELIS A., CASTAÑOS S., MEDIAVILLA R., SANTISTEBAN J. et DE LA LOSA A., 2016, Un conflicto entre intereses privados y dominio público en el Guadiana : el molino del Navarro en Daimiel (s. XVIII-x.XX). in ALIA MIRANDA F., ANAYA FLORES J., MANSILLA PLAZA L. et SANCHEZ LILLO J. (coord.). II Congreso Nacional Ciudad Real y su provincia. Ciudad Real, Ed. Instituto de Estudios Manchegos-CSIC, p. 513-532.

CERVANTES M. 1615. L'Ingénieux hidalgo Don Quichotte de la Manche. Version française traduite par L. Viardot. Disponible sur https://www.ebooksgratuits.com/html/cervantes_don_quichotte_2.html. Consulté le 20/05/2017.

CUSTODIO E., 1996, Explotación racional de las aguas subterráneas, Acta Geológica Hispánica, Vol. 30, p. 21-48.

DELOTTIER H., 2017, Quantification et réduction des incertitudes associées aux modèles hydrodynamiques de gestion quantitative des eaux souterraines, Thèse doctorale en Hydrologie, Université de Bordeaux Montaigne, 191 p.

El FAIZ M., 2005, Les maîtres de l’eau. Histoire de l’hydraulique arabe, Arles, Actes Sud, 

FOFACK, R., 2018. La société des eaux cachées du Saïss. L’analyse d’un basculement autour de l’extraction des eaux souterraines profondes au Maroc. Thèse doctorale en Sociologie. Université Paris Nanterre, Paris 10.

GARCÍA M. et LLAMAS M. R., 1993, Impacto de los regadíos en la llanura manchega, Ecosistemas, Vol. 5, p. 41-43.

HERNÁNDEZ-PACHECO E., 1932, El enigma del Alto Guadiana (estudio de fisografía y geología agrícola), Revista de los Servicios Social-Agrarios y de Estadística Agrícola Social, Vol. 1, nº 8, p. 851-856.

JAKEMAN A., BARRETEAU O., HUNT R.J., RINAUDO J.D. et ROSS A. (eds.), 2016, Integrated groundwater management. Springer. 762 p.

LLAMAS M. R. et MARTÍNEZ-SANTOS P., 2005, Intensive groundwater use : silent revolution and potential source of social conflits, Journal of Water Resources Planning and Management (sept-oct), p. 337-341.

LLAMAS M.R., 2017, Notas preliminares sobre la evolución de la hidroesquizofrenia en España. Revue électronique Iagua. Disponible sur :

https://www.iagua.es/blogs/m-ramon-llamas-madurga/notas-preliminares-evolucion-hidroesquizofrenia-espana

MARGAT J. et VAN DER GUN J., 2013, Groundwater around the world : a geographic sypnopsis. Leiden, Netherlands CRC Press/Balkema. 376 p. 

MARÍN MAGAZ C., 2007, El hombre y el agua de las Lagunas de Ruidera, Tomelloso, Ed. Soubriet, 386 p.

MASSARDIER G., 2011, Des transferts de politiques publiques en eaux troubles méditerranéennes. Les arrangements territorialisés de la gestion de l'eau, Pôle Sud, Vol. 2, nº 35, p. 7-20.

MASSUEL S. et RIAUX J., 2017, Groundwater overexploitation : why is the red flag waved ? Case study on the Kairouan plain aquifer (central Tunisie), Hidrogeol. J., Vol. 25, p. 1607-1620.

MEJÍAS MORENO M., LÓPEZ GUTIERREZ J. et MARTÍNEZ CORTINA L., 2012, Características hidrogeológicas y evolución piezométrica de la Mancha Occidental. Influencia del período húmedo 2009-2011, Boletín geológico y minero, Vol. 123, nº 2, p. 91-108.

MENDEZ R., 2017, El Estado recupera la propiedad de los Ojos del Guadiana que Franco mandó desecar, El Confidencial autonómico du 12/06/2017.

MOLINAS J.R., 1998, The impact of inquality, gender, external assistance and social capital on local-level cooperation, World Development. Vol. 26, p. 413-431.

MONTGINOUL M. et RINAUDO J.-D., 2009, Quels instruments pour gérer les prélèvements individuels en eau souterraine ? Le cas du Roussillon, Économie rurale, p. 40-56

NACE R. L., 1970, Man's perpetual quest for water. A world approach to the water crisis, Courrier de l'Unesco, juin 1970, p. 4-32.

NAVAGGERO A., Édition espagnole de 1983. Viaje por España (1524-1526). Madrid. Éd. Turner. 144 p.

PETIT O., 2002, De la coordination des actions individuelles aux formes de l’action collective: une exploration des modes de gouvernance des eaux souterraines, Thèse doctorale, Économies et finances, Université de Versailles-Saint Quentin en Yvelines, 411 p.

PETIT O., 2004, La surexploitation des eaux souterraines : enjeux et gouvernance, Natures Sciences Sociétés, Vol. 2, nº 12, p. 146-156.

PETIT O., KUPER M., LÓPEZ-GUNN E., RINAUDO J-D, DAODI A., LEJARS C., 2017. Can agricultural groundwater economies collapse ? An inquiry into the pathways of four groundwater economies undes threat, Hydrogeol J. DOI : 10.1007/S 10040-017-1567-3

PLINE L'ANCIEN (Gaius Plinius Secundus), Edition espagnole de 1998, Historia Natural. Libros III-VI. Edition traduite et notée par Fontán A., García Arribas I., del Barrio E. et Arribas M.L., Madrid, Éd. Gredos. 542 p.

PULIDO BOSH A., 2001, Sobreexplotación de acuíferos y desarrollo sostenible, En PULIDO BOSH A., PULIDO LEBOEUF P. A. et CALAHORRA CHORDI J. M. (coord.). Problemática de la gestión del agua en regiones semiáridas, Almería, Instituto de Estudios Almerienses, p. 115-132.

RIAUX J., GIRALDI M. et NOURI H., 2015, Quand l'histoire orale s'invite dans la gestion de l'eau. L'espace irrigué de Kerma (Tunisie), Espaces et Sociétés, Vol. 1, nº 160-161, p. 155-172.

RIBOT J. C., 2002, La décentralisation démocratique des ressources naturelles. Institutionnaliser la Participation Populaire, Washington, Institut des ressources mondiales (WRI), 38 p.

RINAUDO J-D., 2012, Approches économiques de la gestion des eaux souterraines. Mémoire HDR, Economie et Finances, Université Montpellier I, 63 p.

RICA M., LÓPEZ-GUNN E. et LLAMAS M. R., 2012, Analysis of the emergence and evolution of collective action : an empirical case of spanish groundwater user associations, Irrigations and Drainages, Vol. 61 (suppl. 1), p. 115-125.

SHAH T., 2010, Taming the anarchy : groundwater gouvernance in South Asia, London, Routledge, 324 p.

SIEBERT S., BURKE J., FAURES J. M., FRENKEN K., HOOGEVEEN J., DOLL P. et PORTMANN F. T., 2010, Grounwater use for irrigation : a global inventory, Hydrol. Earth Sist. Sci., Vol.14, p. 1863-1880.

TORRENS J., BATLLE A., NIÑEROLA S., GONZÁLEZ F. et CALVÍN J., 1976, Contribución al conocimiento de las relaciones entre los acuíferos del Campo de Montiel y la Llanura Manchega. « La leyenda del Guadiana ». Hidrogeología y Recursos Hidráulicos, Vol.1, p. 398-420.

TROTTIER J., 2008, Water crises : political construction or physical reality ?, Contemporary Politics, Vol.14, nº2, p. 197-214.

UNESCO, 1992, Agua subterránea. Gestión del recurso invisible, Notas UNESCO, Medio Ambiente y Desarrollo, 16 p.

WADA Y., VANBEEK L. P. H., VAN KEMPEN C. M., RECKMAN J. W., VASAK S. et BIERKENS M. F., 2010, Global depletion of groundwater resources, Hydrology and Land Surface Studies, Vol. 37, nº20, p. 1-5.

Haut de page

Notes

1 A.G. Besteiro. Thèse doctorale en préparation au sein du laboratoire EVS, UMR 5600, université Lyon III sous la direction d'A. Rivière-Honegger : "L'eau qui fait conflit, le conflit qui fait ressource. Le cas de deux Réserves de Biosphère en Espagne et au Mexique"

2 « Révolution silencieuse » en raison du manque de symptômes immédiats sur les niveaux phréatiques

3 C'est-à-dire une économie agricole créée par l'utilisation des eaux souterraines et, en Méditerranée, de plus en plus orientée vers la pratique des cultures à forte valeur ajoutée (Ameur, 2017)

4 Selon la RAE (Real Academia Española). http://dle.rae.es/?id=JclA9Vm.

5 La Confederación Hidrográfica del Guadiana dépendant du Ministère espagnol d’Agriculture, Pêche, Alimentation et Environnement.

6 Observations du terrain effectuées en Mai 2017, CM 42 entre Alcázar de San Juan y Tomelloso, mission réalisée avec le soutien de l’université Lyon 3, lauréate de l’appel à candidature 2017 « Mobilité internationale des doctorants – Aires culturelles ».

7 On considère que les motillas remontent à l’Âge de Bronze dans La Mancha : des peuplements fortifiés occupaient des endroits stratégiques tirant parti d'accès à l'eau souterraine et des zones humides qui les entouraient, sur un territoire très plat alternant inondations et périodes sèches.

8 « Secarral » : terrain très sec à connotation négative par la pauvreté et le manque de vie qu’il représente.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. Le réseau hydrographique dans le Alto Guadiana
URL http://journals.openedition.org/geocarrefour/docannexe/image/10438/img-1.png
Fichier image/png, 924k
Titre Figure 2. L'aquifère 23 ou de « la llanura manchega » et l'aquifère 24 ou de « campo de Montiel »
Légende D'après Alvarez Cobelas et al., 2010
URL http://journals.openedition.org/geocarrefour/docannexe/image/10438/img-2.png
Fichier image/png, 318k
Titre Figure 3. Une des bornes de la Confederación Hidrográfica del Guadiana, matérialisant les contours imprécis et aléatoires du lit majeur du fleuve Guadiana
Légende Cliché A.G .Besteiro (mai 2017)
URL http://journals.openedition.org/geocarrefour/docannexe/image/10438/img-3.png
Fichier image/png, 114k
Titre Figure 4. Où est donc le fleuve Guadiana ? Dans une friche ? Dans un champ de luzerne irriguée à l'aide d'un pivot ? Près d'un moulin abandonné ?
URL http://journals.openedition.org/geocarrefour/docannexe/image/10438/img-4.png
Fichier image/png, 416k
URL http://journals.openedition.org/geocarrefour/docannexe/image/10438/img-5.png
Fichier image/png, 103k
Légende Clichés A.G. Besteiro (mai 2017)
URL http://journals.openedition.org/geocarrefour/docannexe/image/10438/img-6.png
Fichier image/png, 157k
Titre Figure 5. Restes archéologiques et reconstruction dessinée d'une des structures hydrauliques ("corachas") qui permettait la prise d'eau du Guadiana et sa conduite à la fortification de Calatrava la Vieja
URL http://journals.openedition.org/geocarrefour/docannexe/image/10438/img-7.png
Fichier image/png, 102k
URL http://journals.openedition.org/geocarrefour/docannexe/image/10438/img-8.png
Fichier image/png, 75k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Ana G. Besteiro et Anne Rivière-Honegger, « Les représentations sociales du Alto Guadiana (Espagne) : entre eaux superficielles et souterraines. Un obstacle pour imaginer son devenir ? », Géocarrefour [En ligne], 92/1 | 2018, mis en ligne le 06 juillet 2018, consulté le 23 juillet 2018. URL : http://journals.openedition.org/geocarrefour/10438 ; DOI : 10.4000/geocarrefour.10438

Haut de page

Auteurs

Ana G. Besteiro

UMR 5600 EVS. Université Jean Moulin Lyon 3, 18, rue Chevreul. 69362 Lyon Cedex 07 agonzalezbesteiro@gmail.com

Anne Rivière-Honegger

UMR 5600 EVS. Université Jean Moulin Lyon 3, 18, rue Chevreul. 69362 Lyon Cedex 07 anne.honegger@ens-lyon.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Géocarrefour

Haut de page
  • OpenEdition Journals