Navigation – Plan du site
Articles

Représentations et pratiques de gestion des renouées asiatiques : intègrent-elles les dynamiques à long terme des écosystèmes ?

Representations and management practices of Asian knotweeds: do they integrate long-term dynamics of ecosystems?
Marylise Cottet, Anne Rivière-Honegger, André Evette, Florence Piola, Soraya Rouifed, Fanny Dommanget, Lise Vaudor et Janique Valy

Résumés

Les paysages fluviaux évoluent selon des dynamiques de temps long au regard de l’action environnementale. Leur gestion suppose d’adopter une perspective de long terme qui occasionne, chez les acteurs de l’eau, une grande diversité de représentations concernant les pratiques à adopter. Cet article analyse comment leurs représentations s’articulent avec cette temporalité. Il vise à définir quelles représentations gestionnaires et riverains associent aux renouées asiatiques (Reynoutria spp. [Polygonaceae]), invasives sur les berges de cours d’eau, et aux paysages fluviaux qu’elles forment. Les résultats, issus d’une analyse de corpus documentaire et de questionnaires, montrent que riverains et gestionnaires souhaitent préserver ou restaurer des paysages sans renouées, en particulier s’ils connaissent ces plantes. Ces représentations rendent compte d’un idéal de nature déconnecté de la dynamique actuelle des écosystèmes. Ces résultats invitent à repenser les pratiques de gestion : instaurer une gestion des territoires « à la carte » et mobiliser l’imagination pour « faire avec » ces « nouveaux écosystèmes » intégrant les espèces invasives.

Haut de page

Texte intégral

Une nécessaire attention aux représentations des acteurs de l’eau pour gérer les paysages de demain

1Les paysages fluviaux de demain seront en partie façonnés par la gestion que l’on met en œuvre aujourd’hui. En France, cette gestion s’inscrit dans le paradigme de la gestion intégrée par bassin versant. Instaurée par la loi sur l’eau de 1992, elle « considère que la préservation des usages de l'eau est conditionnée par celle des milieux aquatiques » (Laurent et Hellier, 2011). Elle suppose de fait une prise en compte de l’ensemble des enjeux liés à l’usage et à la préservation de la ressource en eau. Dans cette perspective, elle instaure un processus de décision multi-acteurs (acteurs locaux, usagers et élus) visant à intégrer l’ensemble des points de vue et des intérêts en jeu. Ce principe de gouvernance territoriale place les représentations des acteurs de l’eau au cœur de la démarche. Les représentations sont « une forme de connaissances socialement élaborée et partagée ayant une visée pratique et concourant à la construction d’une réalité commune à un ensemble social » (Jodelet, 1989, p. 53). Elles « nous guide[nt] dans la façon de nommer et définir ensemble les différents aspects de notre réalité de tous les jours, dans la façon de les interpréter, statuer sur eux et, le cas échéant, prendre une position à leur égard et la défendre » (Jodelet, 1989, p.31). Dans la mesure où elles sont étroitement liées à l’action, ces représentations vont fortement influencer la manière de définir le devenir souhaité des cours d’eau et les modalités de gestion jugées efficaces pour y parvenir. La place des représentations est d’autant plus importante, en matière de gestion de cours d’eau, que les connaissances scientifiques relatives au fonctionnement de ces écosystèmes sont encore, à bien des égards, lacunaires. Il est aujourd’hui notamment très difficile de prévoir avec précision les évolutions des hydrosystèmes. Cela est d’autant plus vrai que ces derniers sont soumis à des évolutions qui s’inscrivent dans le temps long, sous les effets conjoints de facteurs naturels et humains (Bravard, 2003). Ils peuvent subir des trajectoires linéaires, cycliques, des effets de seuils empêchant toute réversibilité. Décisions et actions doivent donc s’inscrire dans cette perspective temporelle et composer avec les incertitudes qu’elle occasionne. Or, de tels contextes d’incertitude favorisent une grande diversité de représentations concernant les modalités de gestion à adopter (Pahl-Wostl, 2006) : chacun a sa propre interprétation de la réalité en fonction de son expérience et de ses connaissances. Favoriser l’expression et la mise en débat des différentes représentations concernant le devenir souhaité des cours d’eau est un réel enjeu pour concrétiser l’ambition d’une gestion intégrée de l’eau.

2La gestion des espèces invasives et notamment celle des renouées asiatiques rend parfaitement compte de ces enjeux. Les renouées (i.e. Reynoutria japonica (Houtt.) Ronse Decraene, Reynoutria sachalinensis (F. Schmidt ex Maxim.) Ronse Decraene et l’hybride Reynoutria x bohemica (Chrtek and Chrtkova) sont des plantes herbacées originaires d’Asie (Bailey et Conolly, 2000). Ces espèces à croissance rapide, très répandues en Europe (Bailey and Wisskirchen, 2004), sont fortement envahissantes le long des berges de cours d’eau (Bailey et al., 2009). Leur présence soulève d’importants enjeux liés à la biodiversité (Lavoie, 2017), à l’économie (Robinson et al., 2017), aux usages (accès aux berges, pour les pêcheurs notamment) ou à l’esthétique. La forte empreinte paysagère des renouées, liée notamment à leur taille et à la densité de leur massif, rend ces enjeux particulièrement présents. Les renouées font l’objet d’actions de contrôle relativement intensives par les gestionnaires de cours d’eau qui ont testé de nombreuses méthodes (Delbart et al., 2012), sans qu’aucune d’entre elles ne paraisse totalement efficace. La gestion des renouées représente actuellement un enjeu prioritaire de la politique de l’eau, qui en fait l’une des principales modalités d’action en faveur de la préservation de la biodiversité des écosystèmes fluviaux.

3Les invasions biologiques sont souvent des processus de temps long au regard de l’action environnementale. Leur gestion suppose d’adopter une perspective de long terme, notamment lorsqu’il s’agit d’évaluer les impacts causés par les espèces invasives. En effet, le processus d’invasion biologique n’est pas toujours linéaire dans le temps et l’observation de décalages temporels est fréquente (Crooks, 2005). En particulier, l’intensité des impacts affectant la composition et le fonctionnement des écosystèmes ne peut être appréhendée que tardivement dans la mesure où elle dépend de l’abondance de ces espèces (qui elle-même n’évolue souvent pas de façon linéaire), de notre capacité à les mesurer, ainsi que de la dynamique intrinsèque parfois longue de ces effets (Crooks, 2005). C’est le cas, par exemple, des effets indirects via les modifications de l’habitat ou des relations entre organismes (rupture des mutualismes, etc.). Certaines espèces exotiques envahissantes peuvent ainsi régresser localement après quelques années, voire être remplacées par une autre espèce exotique envahissante (Simpson, 1984; Simpson, 1990). Par ailleurs, Strayer et al. (2006) ont montré que la plupart des études relatives aux effets des espèces invasives se déroulent sur des temps courts et négligent le contexte temporel de l’invasion. Définir une gestion qui s’inscrive dans ces dynamiques de temps long suppose de tenir compte des modifications et des adaptations que subissent les écosystèmes. Des changements évolutifs sont de plus en plus mis en évidence dans les processus écologiques, particulièrement ceux liés aux invasions (Bock et al., 2015 ; Colautti et Lau, 2015). Chez les plantes invasives, a fortiori clonales et pérennes, comme les renouées, la dimension temporelle rejoint la dimension spatiale : plus la plante est introduite depuis longtemps, plus elle a colonisé le paysage ; plus le foyer est ancien, plus il est étendu. Paradoxalement, alors que l’efficacité de la gestion dépend du stade de l’invasion (Simberloff, 2013), les interventions sont souvent tardives : on gère ce que l'on voit et ce qui est bien installé alors qu'une gestion plus efficace s'occuperait des premiers stades de l’envahissement, par l’identification des modes de propagation, la détection et l’élimination précoce des petits foyers (Larson et al., 2011, Meier et al., 2014).

4Cette perspective de long terme, si souhaitable soit-elle pour la gestion des paysages fluviaux, signifie toutefois que les choix de gestion soient effectués dans un contexte d’incertitude, laissant une grande place aux représentations individuelles : quelles espèces sont perçues comme « nuisibles » et nécessitent une action prioritaire ? Pour quelles raisons ? Comment agir efficacement ? Ou plus largement, doit-on agir ? Autant de questions qui interrogent les dimensions sociales des invasions biologiques. De telles recherches ont prospéré au cours de la dernière décennie et ont contribué à un examen critique des relations entre les sociétés et les espèces invasives (Barbault et Atramentowicz, 2010 ; Beisel et Lévêque, 2020 ; Head, 2017). L’objectif de cet article s’inscrit dans cette lignée et a pour but de caractériser les représentations que les gestionnaires et les riverains associent aux renouées, et de déterminer dans quelle mesure ces représentations influencent leurs perceptions des paysages fluviaux et de leur gestion. La discussion de cet article traite notamment de la manière dont les représentations des gestionnaires et des riverains sont susceptibles de s’articuler (ou non) avec les dynamiques de temps longs des écosystèmes fluviaux et des implications de ces représentations en termes de gestion.

Méthode : collecte et analyse des données

5Cet article s’appuie sur deux projets de recherche visant à qualifier les perceptions et les représentations des renouées asiatiques par différents types d’acteurs : les projets Renouessance (Riviere-Honegger, Piola (coord.), 2014 ; Riviere-Honegger (coord.), 2012) et Dynarp (Evette (coord), 2014). Les résultats présentés dans cet article émanent de trois jeux de données. Les deux premiers correspondent aux réponses collectées dans le cadre de questionnaires tandis que le troisième repose sur un corpus textuel.

Les questionnaires

6Deux questionnaires (Q1 et Q2) visaient à évaluer les connaissances acquises par les répondants au sujet des renouées ainsi que leurs perceptions de ces plantes (et notamment la manière dont leur présence peut impacter la perception des paysages et la valeur qui leur est associée). A cette fin, les questionnaires étaient structurés selon une première partie composée de questions fermées et ouvertes et d’une seconde partie basée sur un photo-questionnaire (Le Lay et al., 2012). Cette méthode d’enquête vise à recueillir les perceptions paysagères (des notes recueillies à l’aide d’une échelle d’évaluation bipolaire) à partir d’un jeu de photographies. Ces dernières ont été échantillonnées selon des variables de composition paysagère supposées influencer les perceptions (ces variables sont listées dans le tableau 1 pour les deux enquêtes). Le choix de ces variables répond aux hypothèses suivantes. D’une part, la perception d’un paysage envahi dépend de l’empreinte que la plante a dans le paysage (Q1 et Q2, où l’empreinte est traduite respectivement, dans chacun des questionnaires, par la hauteur des massifs et par l’emprise spatiale de l’envahissement ; ponctuel vs linéaire). D’autre part, la perception d’un paysage envahi dépend du caractère natif (ronces) ou exotique (renouée) de la plante (Q2). Les données émanant de ces questionnaires ont été traitées par analyse statistique (analyses quantitatives descriptives et tests paramétriques de type ANOVA pour évaluer d’éventuelles différences de distribution des données collectées auprès de différents échantillons de population). Ces analyses ont été réalisées à l’aide du logiciel R (R Development Core Team, 2017). Concernant la partie photo-questionnaire, les distributions des notes relatives aux différentes compositions paysagères étudiées ont été comparées de manière à identifier un éventuel impact de cette composition sur les perceptions.

  • Le premier questionnaire (Q1), réalisé en 2012, visait à qualifier les perceptions et les représentations des habitants riverains du fleuve Rhône. 136 personnes vivant dans la commune de Vernaison (située dans le département du Rhône, à 15 km en aval de Lyon) ont répondu à l’enquête. Cet échantillonnage s’approche d’un échantillon représentatif de la distribution des classes d’âge de la population communale (on note une légère sous-représentation de la classe la plus jeune (15-29 ans) au profit d’une légère surreprésentation de la classe d’âge la plus avancée (plus de 75 ans).

  • Le deuxième questionnaire (Q2), réalisé en 2016, avait pour but de caractériser les perceptions et les représentations des gestionnaires des environnements situés aux abords de différents types d’infrastructure de transport : des cours d’eau (n=55), des routes (n=103) et des voies ferrées (n=15). Les gestionnaires ciblés dans l’enquête travaillent dans des institutions compétentes pour la gestion des espaces bordant les infrastructures de transport, qu’elles aient un rôle d’orientation, de définition ou de mise en œuvre des plans de gestion : DIR, conseils régionaux, conseils départementaux, EPCI, communes, sociétés d’autoroute, SNCF réseau, sociétés concessionnaires de fleuve, VNF, Agences de l’eau, Syndicats de rivière.

Tableau 1 : Synthèse des protocoles expérimentaux utilisés dans les deux enquêtes

Q1

Q2

1è partie du questionnaire

Questions visant à évaluer les connaissances

des renouées (capacité à identifier et nommer les renouées)

« Connaissez-vous le nom de cette plante ? » (deux photographies d’un massif de renouée (en feuille et en fleur) étaient alors présentées à l’enquêté)

« Dans les photographies qui précèdent [celles présentées dans le photo-questionnaire], une espèce végétale prédomine. Veuillez préciser son nom »

Questions visant à évaluer le degré de satisfaction vis-à-vis de l’action menée à l’égard de la plante

x

«  Etes-vous personnellement satisfait des modalités actuelles d’action à l’égard de la renouée » (échelle de satisfaction de 0 à 10) / « Pourriez-vous préciser vos motifs d’insatisfaction ? »

2è partie du questionnaire (Photo-questionnaire)

Variables de composition paysagère

Présence et taille des renouées

- sans massif (n=4)

- petit massif (n=4)

- grand massif (n=4)

Nature et intensité de l'invasion

- colonisation ponctuelle de renouées (n=3)

- colonisation linéaire de renouées (n=3)

- colonisation linéaire de ronces (n=3)

Questions posées pour évaluer l’impact de la présence des renouées au sein des paysages présentés dans l’enquête

« Ce paysage est-il beau ? »

(Pas du tout / Vraiment très beau)

« Selon vous, sur la photo ci-dessus, est-il nécessaire d'intervenir sur la végétation qui borde cette infrastructure de transport ?

(0 = pas nécessaire/ 10 = vraiment nécessaire) »

Enquêtes par questionnaires menées auprès de riverains (Q1) et de gestionnaires des environnements situés aux abords d’infrastructures de transport (cours d’eau, routes, voies ferrées) (Q2)

Le corpus de texte

  • 1 Une description complète de ce corpus et de son analyse peut être consultée dans l’article publié p (...)

7Collecté en 2012, il est composé de la documentation produite sur les renouées par les gestionnaires impliqués dans la gestion de ces plantes le long du fleuve Rhône en France. Une procédure systématique de collecte a été suivie (recherche sur le web à partir de mots clés et prise de contact directe auprès de toutes les structures de gestion concernées). Au final, 81 documents ont été inclus au corpus. Ces derniers ont été publiés entre 1998 et 2012 et représentent des documents de nature variée : des guides d’identification, des guides de gestion, des journaux spécialisés, des plans de gestion, des plaquettes et des synthèses de journées d’étude1.

8Après une reconnaissance optique des caractères complète (OCR), ce corpus a donné lieu à une analyse statistique textuelle à l’aide du logiciel libre IRaMuTeQ. Une classification descendante hiérarchique (CDH) basée sur la méthode Alceste© a été réalisée : après une première étape de lemmatisation du vocabulaire (simplification du lexique en ne retenant que les entrées de dictionnaire), le logiciel découpe le texte à étudier en unités de contexte élémentaires (u.c.e.), ou segments, de taille réduite (environ deux ou trois lignes). La classification descendante hiérarchique (à chaque pas, la classe la plus grande est divisée en deux) regroupe ces segments textuels en classes, ou mondes lexicaux (Rouré et Reinert, 1993), chacun d’entre eux se différenciant par la distribution de leur vocabulaire.

Résultats

L’influence des connaissances des renouées sur les perceptions paysagères

Chez les riverains

9Les notes d’esthétique attribuées aux paysages fluviaux varient selon que ces paysages accueillent ou non des massifs de renouée (petits ou grands), et que les personnes interrogées soient en mesure ou non de reconnaître et de nommer les renouées lorsqu’on leur présente des photographies de cette plante (l’ANOVA menée sur l’effet des variables « présence et taille des massifs » et « capacité à nommer » sur la note attribuée montrent qu’elles ont toutes un effet significatif sans interaction ; pour la variable « capacité à nommer » F=20.7; df =1; p<0.0001 ; pour la variable « présence et taille des massif » F=10.5 ; df=2 ; p<0.0001, pour l’interaction F=2.2 ; df=2 ; p=0.11 ; Fig. 1). Des comparaisons de moyennes paire à paire montrent que ce sont avant tout les personnes qui ont été capables de reconnaître et de nommer les renouées qui ont une perception très originale des paysages présentant des grands massifs de renouées (Tukey’s test; diff=1.6 ; p < 0.001): ils leur attribuent des notes très significativement inférieures (moy=5) aux personnes qui n’ont pas su reconnaître et nommer les renouées (moy=6,1).

Figure 1 : Distribution des notes données par les riverains enquêtés en réponse à la question « Ce paysage est-il beau ? », selon (1) leur capacité ou non à identifier et nommer la plante, (2) l’emprise des renouées dans le paysage (pas de renouées, petits massifs de renouées et grands massifs de renouées)

Figure 1 : Distribution des notes données par les riverains enquêtés en réponse à la question « Ce paysage est-il beau ? », selon (1) leur capacité ou non à identifier et nommer la plante, (2) l’emprise des renouées dans le paysage (pas de renouées, petits massifs de renouées et grands massifs de renouées)

La ligne verticale indique la moyenne de notes de l’échantillon

Chez les gestionnaires

10On retrouve la même influence de la connaissance chez les gestionnaires. L’ANOVA menée sur l’effet des variables « type de massif » et « capacité à nommer » sur la note attribuée montrent qu’elles ont toutes un effet significatif avec interaction (pour la variable « capacité à nommer » F=11.0; df =1; p<0.001 ; pour la variable « type de massif » F=210.5 ; df=2 ; p<0.001, pour l’interaction F=18.9 ; df=2 ; p<0.001; Fig. 2). Ce sont avant tout les gestionnaires qui ont été capables d’identifier et de nommer les renouées qui ont une perception très négative de ces plantes : la nécessité d’une intervention est jugée très élevée, que l’invasion soit intense et linéaire ou plus ponctuelle. Cette nécessité se fait beaucoup moins sentir dans le cas d’une espèce envahissante non exotique comme la ronce. En effet, pour ceux qui ont pu reconnaitre et nommer la renouée, les notes relatives à la nécessité d’intervention sont significativement plus élevées dans les cas d’une invasion ponctuelle ou linéaire de renouées que dans le cas d’un envahissement par la ronce (Tukey’s test ; « renouée continue » vs « ronce » ; diff = -4.1 ; p<0.0001 ; « renouée ponctuelle » vs « ronce » ; diff=-3.7 ; p<0.0001). Cette différenciation apparaît beaucoup moins nette pour les gestionnaires n’ayant pas su identifier et nommer les renouées présentes au sein des paysages. En effet, le type de massif n’a pas d’effet significatif sur la note (Tukey’s test ; p>0.8 dans les trois cas).

Figure 2 : Distribution des notes données par les gestionnaires enquêtés en réponse à la question « Selon vous, sur la photo ci-dessus, est-il nécessaire d'intervenir sur la végétation qui borde cette infrastructure de transport ? » selon (1) leur capacité ou non à identifier et nommer la plante, (2) l’emprise des renouées dans le paysage (massif linéaire de renouées, massif ponctuel de renouées et massif linéaire de ronces) 

Figure 2 : Distribution des notes données par les gestionnaires enquêtés en réponse à la question « Selon vous, sur la photo ci-dessus, est-il nécessaire d'intervenir sur la végétation qui borde cette infrastructure de transport ? » selon (1) leur capacité ou non à identifier et nommer la plante, (2) l’emprise des renouées dans le paysage (massif linéaire de renouées, massif ponctuel de renouées et massif linéaire de ronces) 

La ligne verticale indique la moyenne de notes de l’échantillon

Caractérisation des discours tenus à l’égard des renouées dans les documents de gestion

11La classification hiérarchique descendante réalisée sur les segments textuels a donné lieu à 5 classes lexicales (Fig. 3). Des exemples de segments textuels classés dans chacune de ces classes sont listés dans le tableau 2. Le dendrogramme réalise une première segmentation divisant les segments textuels en deux parties, chacune d’entre elles ayant une unité sémantique. La première regroupe les classes 1 et 2 (représentant respectivement 13,2% et 24,2% des fragments textuels) et est focalisée sur la « lutte » contre les renouées (il s’agit, dans ces fragments textuels, d’éradiquer ou a minima de faire régresser l’invasion par les renouées) : la classe 2 dresse la liste de l’ensemble des méthodes utilisées, aujourd’hui ou par le passé, pour faire régresser les surfaces colonisées. Sont ciblées à la fois les parties aériennes (tiges) et souterraines (rhizome de la plante). La classe 1 est spécifiquement centrée sur une méthode expérimentale visant à éradiquer la plante : le broyage mécanique des rhizomes. La deuxième partie du dendrogramme regroupe les classes 3, 4 et 5 (représentant respectivement 19,6%, 18,7% et 24,3% des fragments textuels). Elle présente les connaissances disponibles sur l’invasion de la plante, qu’il s’agisse de ses origines, de ses stratégies de colonisation et d’adaptation et/ ou de ses impacts (classe 5). Une place particulière est donnée aux milieux alluviaux présentés à la fois comme l’un des principaux milieux impactés par la colonisation et comme l’un des principaux vecteurs de dispersion lors de crues (classe 4). Enfin, cette seconde partie du dendrogramme présente une vision intégrée des stratégies à mettre en œuvre pour contrôler la plante, depuis les mesures de prévention (information) et de suivi de l’invasion, jusqu’aux mesures de restauration visant à éradiquer ou à réduire l’emprise de la plante (classe 3).

12Cette classification montre que plus de la moitié du corpus est consacrée aux actions visant à contrôler les renouées et un tiers est focalisé sur les actions de restauration. Le discours des gestionnaires apparaît donc résolument offensif à l’égard de la plante. Si les impacts occasionnés par la plante sont abordés de manière assez superficielle dans la classe 5 (les discours justifient la nécessité d’agir à l’égard de la plante du fait de ses impacts mais ces derniers sont en pratiques très peu détaillés), les facteurs motivant l’action (pourquoi j’agis) sont très peu explicités. Le contexte territorial de l’invasion et les enjeux qu’elle soulève (sécurité, biodiversité, usage…) ne sont pas abordés.

Figure 3 : Résultats de la classification descendante hiérarchique des segments textuels (plan factoriel F1xF2) ;

Figure 3 : Résultats de la classification descendante hiérarchique des segments textuels (plan factoriel F1xF2) ;

Plus l’occurrence du terme est élevée, plus la taille de la police utilisée pour le représenter est grande

Tableau 2 : Exemple de segments textuels classés dans chacune des 5 classes suite à la CAH

Classe

Acteur ayant produit le discours

Exemple de segment textuel appartenant à la classe

Classe 5

Agence de l’eau

« les espèces exotiques envahissantes sont des espèces animales ou végétales introduites volontairement ou involontairement sur des territoires plus ou moins éloignés de leur aire d’indigénat et dont la prolifération dans des milieux naturels ou anthropisés provoque des changements significatifs de composition » […]

Classe 5

Syndicat de rivière

[…] « espèce végétale originaire d’Asie implantée en Europe au départ dans les jardins, elle s’est installée par la suite dans de nombreux milieux et notamment de façon envahissante le long des cours d’eau posant ainsi de sérieux problèmes » […]

Classe 2

Entreprise

« Epoque de traitement : le plus tôt possible en saison de végétation (fin mars/ avril). L’idéal se situe 15 jours après l’apparition des nouvelles tiges annuelles. Durée de l’opération de traitement chimique : à renouveler sur les repousses deux mois après le premier traitement (mai/ juin). » […]

Classe 2

Région

« Le pâturage peut également prévenir des débuts d’envahissements. La fauche a été expérimentée. Elle semble efficace si elle est répétée 7 à 8 fois dans l’année pendant 4 à 7 ans et si la totalité des tiges fauchées est récoltée et évacuée. »

Classe 1

Association de protection de l’environnement

[Les précautions suivantes, parmi d’autres, doivent être mises en place :] « la restriction des mouvements sur site ; l’interdiction de passage sur les massifs de renouées ; le nettoyage soigneux des pneumatiques des engins et des matériels entreposés avant départ du chantier et l’interdiction d’exportation de quelques matériaux que ce soit ».

Classe 1

Bureau d’étude

« Le compactage devait donc être réalisé avec deux passages d’un engin de type de compacteur à pied de mouton après étalement des matériaux infestés par couches successives de 20 cm d’épaisseur. »

Classe 4

Bureau d’étude

[…] « une dynamique de colonisation des cours d’eau qu’il est possible de contrer. La dynamique d’invasion des cours d’eau est étroitement liée à la dynamique des crues et se fait naturellement de l’amont vers l’aval et de proche en proche sur les réseaux hydrographiques. »

Classe 4

Bureau d’étude

« Le linéaire ainsi cartographié représente 11427 km et est formé des cours d’eau principaux du bassin Rhône Méditerranée Corse. Pour les rivières cartographiées par des relevés spécifiques de terrain, des données complémentaires caractérisant sommairement le tronçon (type d’environnement, pente…) » […]

Classe 3

Entreprise

« Les problèmes les plus importants semblent posés aux gestionnaires des affluents du Rhône qui constituent le préférendum biologique de la renouée en Europe. Aussi, la prévention des infestations, la surveillance et éventuellement, le contrôle des zones infestées nous semble être la seule stratégie de lutte à mettre en œuvre. »

Classe 3

Bureau d’étude

[Certaines méthodes spécifiques ont besoin d’être développées] : « une sensibilisation et une information des acteurs locaux et des bureaux d’études sur la plante, sa dynamique de colonisation le long des cours d’eau et les stratégies de lutte possibles (ex : diffusion d’une plaquette et développement d’un site internet comprenant tous deux la carte d’invasion actuelle) »

Evaluation des pratiques de gestion mises en œuvre par les gestionnaires

13Les gestionnaires interrogés se disent, pour une majorité d’entre eux, insatisfaits voire très insatisfaits des modalités actuelles d’action à l’égard des renouées. Leur degré de satisfaction a été évalué à l’aide d’une échelle de Likert en 10 points. La moyenne de leurs notes s’élève à 2,9/10. Les principaux critères d’insatisfaction sont représentés dans la Figure 4. Les résultats de la classification distinguent trois classes de gestionnaires selon les motifs d’insatisfaction exprimés dans les réponses.

  • Certains gestionnaires (en gris clair) regrettent l’absence, sur leur territoire d’intervention, d’une gestion spécifique aux renouées, traitées au même titre que les autres espèces dans les plans de gestion de la végétation (thème « aucune gestion spécifique »). Ces gestionnaires sont aussi ceux qui se sentent peu concernés (thème « peu concerné »), soit parce que les renouées ne sont selon eux pas présentes sur leur territoire, soit parce qu’ils estiment que la gestion des renouées n’est pas un enjeu prioritaire. Ce type de profil représente une minorité de personnes parmi les gestionnaires interrogés.

  • D’autres gestionnaires (en gris moyen) regrettent une expansion des renouées sur leur territoire, qui semble associée, dans leurs réponses, d’une part à un manque de sensibilisation et d’autre part à un manque de coordination chez les acteurs concernés par la problématique de gestion des renouées. Dans le premier cas, les gestionnaires interrogés estiment que la conduite d’actions de sensibilisation pourrait concourir à une meilleure prise de conscience et une meilleure prise en charge du problème. Un manque d’information est parfois (mais dans une moindre mesure) mentionné chez les personnes qui ont répondu à l’enquête. En de rares cas, les personnes interrogées soulignent l’existence d’un déficit de connaissance scientifique, notamment sur le comportement des renouées à moyen et long terme (ce qui rend complexe les choix de gestion). Dans le second cas, les gestionnaires regrettent un manque de coordination entre les différents types d’acteurs intervenant sur différents territoires. Ils soulignent la faiblesse des retours d’expérience de gestion entre les acteurs qui pourraient pourtant selon eux favoriser une meilleure coordination des actions (il s’agit de ne pas refaire ce qui ne fonctionne pas). Là encore, les gestionnaires ayant ce profil de réponses sont minoritaires.

  • Enfin, la dernière classe (en gris sombre) concerne les gestionnaires qui déplorent que l’action mise en œuvre n’induise pas une éradication totale de la plante. Soit la présence de la plante, bien que stabilisée ou réduite, est jugée insatisfaisante ; soit la réapparition de la plante, suite à une action de gestion qui l’avait fait momentanément disparaître, est source d’insatisfaction. Plus généralement ces gestionnaires se plaignent d’un manque de solutions de gestion efficaces. Il est aussi souligné que les méthodes de gestion utilisées sont susceptibles d’engendrer une dispersion des renouées (exemple : fauche), engendrant de fait une action contre-productive. Dans ce thème, la définition de l’efficacité est subjective et est laissée à l’appréciation du gestionnaire (éradication totale ou stabilisation ou régression). Au manque de techniques efficaces s’ajoute un manque de moyens, financier et humain, incompatible avec le caractère contraignant et chronophage des méthodes de gestion jugées les plus efficaces. Au final, les gestionnaires appartenant à cette classe se sentent dépassés face à l’ampleur de l’expansion des renouées. Ce sont eux qui sont les plus nombreux au sein de notre échantillon de répondants.

Figure 4 : Résultats de l’ACM (analyse des correspondances multiples) menée sur les raisons évoquées par les gestionnaires pour expliquer leur insatisfaction à l’égard de la gestion actuelle des renouées :

Figure 4 : Résultats de l’ACM (analyse des correspondances multiples) menée sur les raisons évoquées par les gestionnaires pour expliquer leur insatisfaction à l’égard de la gestion actuelle des renouées :

(a) répartition des variables (i.e. les raisons évoquées) dans le plan factoriel (axe 1 ; axe2) ; (b) répartition des individus dans le plan factoriel (le groupement des individus en 3 classes, issu d’une classification ascendante hiérarchique, est représenté à l’aide des niveaux de gris)

Discussion

Une homogénéité de perceptions et de représentations entre les acteurs de l’eau

14Les résultats de ce travail pointent une forte similarité des jugements exprimés par les gestionnaires et les riverains pour estimer la valeur qu’ils associent à différents paysages fluviaux colonisés de manière hétérogène par les renouées. En effet, le fait de savoir identifier et nommer les renouées amoindrit la valeur esthétique associée aux paysages fluviaux chez les riverains, et augmente, chez les gestionnaires, l’envie d’intervenir sur la végétation qui borde les cours d’eau. Une valeur négative est donc associée aux renouées par les personnes qui la reconnaissent, qu’ils soient riverains ou gestionnaires. Cette homogénéité des perceptions et des représentations associées aux renouées conforte certaines études antérieures ayant pointé une telle communauté de jugement envers les espèces invasives entre différents acteurs, qu’ils soient experts ou non-experts (Fischer et al., 2014 ; van der Wal et al., 2015). Ces résultats remettent en cause l’idée selon laquelle les experts seraient plus normatifs dans leurs jugements que les non-experts (Buijs et Elands, 2013 ; Ernwein et Fall, 2015). Ils tendent à montrer que la normalisation de la valeur associée aux paysages est moins liée au profil de l’acteur qu’aux connaissances qu’il a du paysage et des attributs qui le composent, et notamment ici, des espèces invasives. A cet égard, ce travail s’inscrit dans la lignée de travaux scientifiques antérieurs en soulignant l’influence très structurante de la connaissance dans la construction des perceptions et des représentations associées aux paysages fluviaux (Kenwick et al., 2009 ; Le Lay et al., 2012 ; Cottet et al., 2013). L’information diffusée au sujet de la plante est susceptible d’avoir influencé les perceptions et les représentations des acteurs et par là même, de contribuer à leur normalisation (Ernwein et Fall, 2015). En effet, nos travaux ont montré que les différents documents de gestions, qu’ils soient à destination du public (plaquette, lettres d’information, journaux…) ou des professionnels de la gestion (guides techniques, rapports…) tenaient un discours résolument offensif à l’égard des renouées. Une attention particulière mérite donc d’être portée au contenu du message véhiculé par les campagnes d’information dans la perspective d’une gestion intégrée et durable des paysages fluviaux. Cette attention est d’autant plus importante que le développement de l’information est identifié comme une piste prometteuse pour améliorer la gestion des invasives (Shackleton, 2015).

Des représentations mises à l’épreuve par les pratiques de gestion

15Les représentations mises en évidence dans ce travail d’enquête rendent compte d’un idéal de nature qui est, à bien des égards, compromis (Tassin and Kull 2015). Les personnes interrogées souhaitent maintenir ou restaurer des paysages fluviaux sans renouées, tels qu’on les connaissait il y a plusieurs décennies et tels qu’ils sont appréciés. Les représentations des acteurs de l’eau s’appuient sur des états de références historiques dont plusieurs travaux de recherche ont montré qu’ils sont un mythe, inaccessible, compte tenu des dynamiques environnementales, et des seuils irréversibles qui ont souvent été franchis (Bravard, 2003 ; Dufour et Piégay, 2009). La lutte systématisée contre les espèces invasives (celle qui vise à éradiquer toutes les invasives d’un territoire donné) peut être liée en un sens au refus d’un changement global pourtant inéluctable (Crutzen, 2006). Ainsi, l’éradication des renouées à grande échelle est aujourd’hui hors de portée. Ce refus peut s’expliquer en partie par un conflit d’échelle entre le temps des dynamiques environnementales et le temps de l’action environnementale. Le temps de l’environnement est le temps long, celui d’une évolution globale, de l’anthropocène (Crutzen, 2006). Tandis que le temps de l’action est le temps court, celui de l’expérience humaine, de la planification et de la vie politique. Ce décalage entre ces échelles de temps est difficile à concilier (Cash et al., 2006) : il faut prendre des décisions et agir aujourd’hui sans savoir ce dont demain sera fait. Appliquées à la gestion des paysages fluviaux, les perceptions et représentations d’un état de référence historique conduisent à des situations parfois stériles. Les difficultés insurmontables de gestion mentionnées par les gestionnaires dans l’enquête, leur sentiment de débordement, actent le fait que les pratiques de gestion actuelles ne sont plus compatibles avec la réalité environnementale. Ces pratiques doivent évoluer, de même que les représentations qui leur donnent naissance (Abric, 1994).

Imaginer les paysages fluviaux de demain : ces « nouveaux écosystèmes » dont la gestion est à réinventer

16La transformation rapide des paysages sous l’effet des changements locaux et globaux, et notamment l’implantation d’espèces non-natives au sein des paysages historiques, ébranle les fondements de la conservation et de la restauration, lesquels s’évertuent à maintenir les caractéristiques des biotes et des écosystèmes qui prévalaient dans le passé (Hobbs et al., 2009). Un véritable débat a émergé à l’aube des années 2010 dans le monde scientifique, opposant différentes perspectives (Hobbs, 2013). La première acte la tendance d’une évolution irréversible et propose en retour la reconnaissance de l’existence des « nouveaux écosystèmes » (au sens de novel ecosystem) et en apporte une théorisation (Hobbs et al., 2014). Ces écosystèmes sont définis comme « des écosystèmes modifiés par des facteurs anthropiques (changements dans les conditions hydrologiques, nutritives, physiques ou biotiques) au cours de temps historique ou actuel, qui modifient considérablement le fonctionnement des écosystèmes » (Truitt et al., 2015). Plutôt que des stratégies de gestion qui consistent à « lutter contre », voire à « tolérer » (Truitt et al., 2015), les auteurs proposent d’imaginer de nouveaux usages associés à ces nouveaux écosystèmes et à leurs paysages associés, composés en partie de plantes allochtones : il s’agirait dès lors de « faire avec » et d’envisager les différents services qu’ils sont susceptibles de rendre à la société. A cette première perspective s’oppose une seconde ; celle qui défend fermement les principes fondateurs de l’écologie de la conservation et de la restauration et maintient que tout écart à ces principes serait préjudiciable aux écosystèmes (Simberloff, 2015). Cette critique s’appuie notamment sur l’idée qu’il n’existe aucune preuve qu’un écosystème donné ne puisse être restauré et que les obstacles sont avant tout d’ordre économiques et politiques et non techniques ou scientifiques. Donner du crédit aux thèses qui soutiennent l’émergence inévitable des nouveaux écosystèmes encouragerait la tendance déjà à l’œuvre de reporter les politiques de prévention et les ressources qui leur sont allouées pour trouver une solution durable aux problèmes environnementaux.

17Si les deux perspectives sont éthiquement fondées, le cas de la renouée exposé dans cet article appelle au pragmatisme. L’invasion des renouées est dans certains secteurs trop avancée pour pouvoir être intégralement contrée, et les coûts liés à leur gestion sont très élevés. Les acteurs de l’eau n’auront pas d’autres choix que de « faire le deuil » (Hobbs, 2013) des paysages fluviaux constitués d’assemblages historiques d’espèces. Les gestionnaires interrogés dans l’enquête rendent compte d’un découragement, qui traduit leur échec à restaurer des paysages fluviaux historiques (Robbins et Moore, 2012). Nier leur difficulté revient à les rendre responsables d’un combat perdu d’avance, car en décalage avec la réalité environnementale. La reconnaissance de ces nouveaux paysages fluviaux, composés, entre autres, de renouées, ne signifie pas négliger voire abandonner l’enjeu de la gestion des espèces invasives. Elle permet au contraire d’envisager de nouvelles dynamiques de gestion, plus constructives, plus optimistes. Il s’agit de prévenir de nouvelles dégradations tout en essayant de tirer parti des nouveaux assemblages. On peut penser que cette stratégie du « faire avec » a déjà été initiée par certains gestionnaires qui ont évolué dans leurs représentations et qui considèrent les espèces invasives comme un thème récurrent de leur vie quotidienne (Head et al., 2015). C’est notamment le cas des gestionnaires qui définissent des stratégies d’action territorialisées, priorisées et rationnalisées, tenant compte sur contexte territorial et des enjeux qui entourent les secteurs envahis. Ce réalisme d’une stratégie « à la carte » – c’est-à-dire d’une gestion différenciée – est aussi garant d’une sérénité dans l’action pour tous les agents impliqués, au quotidien, dans la gestion des renouées.

Conclusion

18Notre travail d’enquête pointe l’influence des connaissances sur les perceptions et les représentations des renouées, à la fois chez les riverains et chez les gestionnaires : la présence des renouées dans le paysage est évaluée de manière bien plus négative par ceux qui connaissent les renouées que par ceux qui ne les connaissent pas. On souhaite maintenir ou restaurer des paysages fluviaux sans renouées, tels qu’on les connaissait il y a plusieurs décennies et tels qu’on les apprécie. Ces représentations rendent compte d’un idéal de nature déconnecté de la dynamique des écosystèmes fluviaux et des évolutions qu’ils subissent dans le temps long. Les paysages fluviaux ont évolué dans le passé et continuent à évoluer sous l’effet de facteurs naturels et anthropiques. L’invasion par les renouées est aujourd’hui, dans certains secteurs, trop avancée pour pouvoir être contrée. Ces plantes font désormais partie de nos paysages fluviaux. Il faut en prendre acte et repenser la gestion : abandonner l’idée d’une lutte systématique, source d’épuisement et de d’impuissance chez les gestionnaires ; mettre en place une gestion à la carte, qui tient compte du stade de l’invasion et des enjeux propres au contexte territorial local. Il s’agit peut-être aussi de laisser la place, dans notre imaginaire, à ces « nouveaux écosystèmes », produits de l’interaction millénaire entre les sociétés et les écosystèmes, pour qu’en émerge une représentation plus positive : celle d’une relation basée sur la conscience d’une dépendance mutuelle et sur les services potentiels assurés par ces « nouveaux écosystèmes ».

Haut de page

Bibliographie

ABRIC J. C., 1994, Pratiques sociales et représentations, Paris, PUF.

BAILEY J. p., BÍMOVÁ K., MANDÁK B., 2009, Asexual spread versus sexual reproduction and evolution in Japanese Knotweed s.l. sets the stage for the “Battle of the Clones”, Biol Invasions, 1 mai 2009, vol. 11, n°5, p. 1189-1203. < http://dx.doi.org/10.1007/s10530-008-9381-4 >

BAILEY J. p., CONOLLY A. p., 2000, Prize-winners to pariahs - a history of Japanese knotweed s.l. (Polygonaceae) in the British Isles., Watsonia, 2000, vol. 23, n°1, p. 93-110.

BAILEY J., WISSKIRCHEN R., 2004, The distribution and origins of Faúopia × bohemica (Polygonaceae) in Europe, Nordic Journal of Botany, 1 juin 2004, vol. 24, n°2, p. 173-199. < http://dx.doi.org/10.1111/j.1756-1051.2004.tb00832.x >

BARBAULT R., ATRAMENTOWICZ M., 2010, Les invasions biologiques, une question de natures et de sociétés, Versailles, Editions Quae, 190 p.

BEISEL J.-N., LÉVÊQUE C., 2010, Introductions d’espèces dans les milieux aquatiques. Faut-il avoir peur des invasions biologiques ?, Versailles, Editions Quae, 242 p.

BOCK D. G., CASEYS C., COUSENS R. D., HAHN M. A., HEREDIA S. M., HÜBNER S., TURNER K. G., WHITNEY K. D., RIESEBERG L. H., 2015, What we still don’t know about invasion genetics, Mol. Ecol., mai 2015, vol. 24, n°9, p. 2277-2297. < http://dx.doi.org/10.1111/mec.13032 >

BRAVARD J.-P., 2003, Dynamiques à long terme des systèmes écologiques ou de l’Eden impossible à la gestion de la variabilité, in Quelles natures voulons-nous ? Pour une approche socio-écologique du champ de l’environnement, Paris, Elsevier, p. 133-139.

BUIJS A. E., ELANDS B. H. M., 2013, Does expertise matter? An in-depth understanding of people’s structure of thoughts on nature and its management implications, Biological Conservation, 1 décembre 2013, vol. 168, p. 184-191. < http://dx.doi.org/10.1016/j.biocon.2013.08.020 >

CASH D., ADGER W. N., BERKES F., GARDEN p., LEBEL L., OLSSON p., PRITCHARD L., YOUNG O., 2006, Scale and Cross-Scale Dynamics: Governance and Information in a Multilevel World, Ecology and Society, 30 août, vol. 11, n°2, < http://dx.doi.org/10.5751/ES-01759-110208 >

COLAUTTI R. I., LAU J. A., 2015, Contemporary evolution during invasion: evidence for differentiation, natural selection, and local adaptation, Mol. Ecol., mai, vol. 24, n°9, p. 1999-2017. < http://dx.doi.org/10.1111/mec.13162 >

COTTET M., PIÉGAY H., BORNETTE G., 2013, Does human perception of wetland aesthetics and healthiness relate to ecological functioning?, Journal of Environmental Management, octobre, vol. 128, p. 1012-1022. < http://dx.doi.org/10.1016/j.jenvman.2013.06.056 >

CROOKS J. A., 2005, Lag times and exotic species: The ecology and management of biological invasions in slow-motion1, Écoscience, janvier, vol. 12, n°3, p. 316329. < http://dx.doi.org/10.2980/i1195-6860-12-3-316.1 >

CRUTZEN P. J., 2006, The “Anthropocene”, in Earth System Science in the Anthropocene, Springer, Berlin, Heidelberg, p. 13-18. < http://dx.doi.org/10.1007/3-540-26590-2_3 >

DELBART E., MAHY G., WEICKMANS B., HENRIET F., CRÉMER S., PIERET N., VANDERHOEVEN S., MONTY A., 2012, Can Land Managers Control Japanese Knotweed? Lessons from Control Tests in Belgium, Environmental Management, 1 décembre, vol. 50, n°6, p. 1089-1097. < http://dx.doi.org/10.1007/s00267-012-9945-z >

DUFOUR S., PIÉGAY H., 2009, From the myth of a lost paradise to targeted river restoration: forget natural references and focus on human benefits, River research and applications, vol. 24, p. 1-14.

ERNWEIN M., FALL J. J., 2015, Communicating Invasion: Understanding Social Anxieties Around Mobile Species, Geografiska Annaler: Series B, Human Geography, 1 juin, vol. 97, n°2, p. 155-167. < http://dx.doi.org/10.1111/geob.12071 >

FISCHER A., SELGE S., VAN DER WAL R., LARSON B. M. H., 2014, The Public and Professionals Reason Similarly about the Management of Non-Native Invasive Species: A Quantitative Investigation of the Relationship between Beliefs and Attitudes, PLOS ONE, 29 août, vol. 9, n°8, p. e105495. < http://dx.doi.org/10.1371/journal.pone.0105495 >

HEAD L., 2017, The social dimensions of invasive plants, Nature Plants, juin, vol. 3, n°6, p. 17075. < http://dx.doi.org/10.1038/nplants.2017.75 >

HEAD L., LARSON B. M. H., HOBBS R., ATCHISON J., GILL N., KULL C., RANGAN H., 2015, Living with Invasive Plants in the Anthropocene: The Importance of Understanding Practice and Experience, Conservation and Society, 7 janvier, vol. 13, n°3, p. 311. < http://dx.doi.org/10.4103/0972-4923.170411 >

HOBBS R. J., 2013, Grieving for the Past and Hoping for the Future: Balancing Polarizing Perspectives in Conservation and Restoration, Restoration Ecology, 1 mars, vol. 21, n°2, p. 145148. < http://dx.doi.org/10.1111/rec.12014 >

HOBBS R. J., HIGGS E., HARRIS J. A., 2009, Novel ecosystems: implications for conservation and restoration, Trends in Ecology & Evolution, 1 novembre, vol. 24, n°11, p. 599605. < http://dx.doi.org/10.1016/j.tree.2009.05.012 >

HOBBS R. J., HIGGS E., HALL C. M., BRIDGEWATER p., CHAPIN F. S., ELLIS E. C., EWEL J. J., HALLETT L. M., HARRIS J., HULVEY K. B., JACKSON S. T., KENNEDY p. L., KUEFFER C., LACH L., LANTZ T. C., LUGO A. E., MASCARO J., MURPHY S. D., NELSON C. R., PERRING M. p., RICHARDSON D. M., SEASTEDT T. R., STANDISH R. J., STARZOMSKI B. M., SUDING K. N., TOGNETTI p. M., YAKOB L., YUNG L., 2014, Managing the whole landscape: historical, hybrid, and novel ecosystems, Frontiers in Ecology and the Environment, 1 décembre, vol. 12, n°10, p. 557-564. < http://dx.doi.org/10.1890/130300 >

JODELET D., 1989, Les représentations sociales, un domaine en expansion, in Les représentations sociales, Vendôme, PUF, p. 31-61.

KENWICK R. A., SHAMMIN M. R., SULLIVAN W. C., 2009, Preferences for riparian buffers, Landscape and urban planning, vol. 91, p. 88-96.

LARSON D. L., PHILLIPS-MAO L., QUIRAM G., SHARPE L., STARK R., SUGITA S., WEILER A., 2011, A framework for sustainable invasive species management: Environmental, social, and economic objectives, J. Environ. Manage., janvier, vol. 92, n°1, p. 14-22. < http://dx.doi.org/10.1016/j.jenvman.2010.08.025 >

LAURENT F., HELLIER E., 2011, La gestion intégrée, UVED.

LAVOIE C., 2017, The impact of invasive knotweed species (Reynoutria spp.) on the environment: review and research perspectives, Biological Invasions, 1 août, vol. 19, n°8, p. 23192337. < http://dx.doi.org/10.1007/s10530-017-1444-y >

LE LAY Y.-F., COTTET M., PIÉGAY H., RIVIÈRE-HONEGGER A., 2012, Ground Imagery and Environmental Perception: Using Photo-Questionnaires to Evaluate River Management Strategies, in CARBONNEAU P.E., PIÉGAY H. (éd.), Fluvial Remote Sensing for Science and Management, John Wiley & Sons, Ltd, p. 405-429. < http://onlinelibrary.wiley.com/doi/10.1002/9781119940791.ch18/summary >

MEIER E. S., DULLINGER S., ZIMMERMANN N. E., BAUMGARTNER D., GATTRINGER A., HÜLBER K., 2014, Space matters when defining effective management for invasive plants, Diversity and Distributions, septembre, vol. 20, n°9, p. 1029-1043. < http://dx.doi.org/10.1111/ddi.12201 >

PAHL-WOSTL C., 2006, The importance of social learning in restoring the multifunctionality of rivers and floodplains, Ecology and society, vol. 11, n°1, p. 10.

R CORE TEAM, 2017, R: a language and environment for statistical computing, Vienna, Austria, R Foundation for Statistical Computing, < http://www.R-project.org >

RIVIERE-HONEGGER A., PIOLA F. (coord.), 2014, Etude des processus écologiques et sociaux pour optimiser la gestion des espèces invasives. Le cas de la renouée, rapport final, Action 30 du programme 2010-2013 au titre de l’accord cadre Agence de l’eau ZABR, 175 p.

RIVIERE-HONEGGER A (coord.), 2012, Renouessance. Expérimentation en ingénieries écologique et sociale pour optimiser les stratégies de gestion des espèces invasives exotiques. Le cas de la renouée, fiche bilan Programme Ingénierie écologique, CNRS-INEE, 8 p.

ROBBINS P., MOORE S. A., 2013, Ecological anxiety disorder: diagnosing the politics of the Anthropocene, Cultural geographies, 1 janvier, vol. 20, n°1, p. 3-19. < http://dx.doi.org/10.1177/1474474012469887 >

ROURÉ H., REINERT M., 1993, Analyse d’un entretien à l’aide d’une méthode d’analyse lexicale, in Actes du Colloque des secondes journées internationales d’analyse de données textuelles, JADT 1993, Paris, p. 418-428.

SHACKLETON R. T., MAITRE D. C. L., RICHARDSON D. M., 2015, Stakeholder perceptions and practices regarding <Emphasis Type="Italic">Prosopis</Emphasis> (mesquite) invasions and management in South Africa, Ambio, 1 octobre, vol. 44, n°6, p. 569-581. < http://dx.doi.org/10.1007/s13280-014-0597-5 >

SIMBERLOFF D., 2015, Non-native invasive species and novel ecosystems, F1000Prime Rep, 2 avril, vol. 7, < http://dx.doi.org/10.12703/P7-47 >

SIMBERLOFF D., MARTIN J.-L., GENOVESI p., MARIS V., WARDLE D. A., ARONSON J., COURCHAMP F., GALIL B., GARCÍA-BERTHOU E., PASCAL M., PYŠEK p., SOUSA R., TABACCHI E., VILÀ M., 2013, Impacts of biological invasions: what’s what and the way forward, Trends Ecol. Evol. (Amst.), janvier, vol. 28, n°1, p. 58-66. < http://dx.doi.org/10.1016/j.tree.2012.07.013 >

SIMPSON D. A., 1984, A short history of the introduction and spread of Elodea Michx in the British Isles, Watsonia, p. 1–9.

SIMPSON D. A., 1990, Displacement of Elodea canadensis Michx by Elodea nuttallii (Planch.) H. St. John in the British Isles, Watsonia, vol. 18, n°2, p. 173–177.

STRAYER D. L., EVINER V. T., JESCHKE J. M., PACE M. L., 2006, Understanding the long-term effects of species invasions, Trends in Ecology & Evolution, 1 novembre, vol. 21, n°11, p. 645-651. < http://dx.doi.org/10.1016/j.tree.2006.07.007 >

TASSIN J., KULL C. A., 2015, Facing the broader dimensions of biological invasions, Land Use Policy, janvier, vol. 42, p. 165-169. < http://dx.doi.org/10.1016/j.landusepol.2014.07.014 >

TRUITT A. M., GRANEK E. F., DUVENECK M. J., GOLDSMITH K. A., JORDAN M. p., YAZZIE K. C., 2015, What is Novel About Novel Ecosystems: Managing Change in an Ever-Changing World, Environ Manage, juin, vol. 55, n°6, p. 1217-1226. < http://dx.doi.org/10.1007/s00267-015-0465-5 >

VAN DER WAL R., FISCHER A., SELGE S., LARSON B. M. H., 2015, Neither the public nor experts judge species primarily on their origins, Environmental Conservation, décembre, vol. 42, n°4, p. 349-355 < http://dx.doi.org/10.1017/S0376892915000053 >

Haut de page

Notes

1 Une description complète de ce corpus et de son analyse peut être consultée dans l’article publié par Cottet et al. (2015)

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Distribution des notes données par les riverains enquêtés en réponse à la question « Ce paysage est-il beau ? », selon (1) leur capacité ou non à identifier et nommer la plante, (2) l’emprise des renouées dans le paysage (pas de renouées, petits massifs de renouées et grands massifs de renouées)
Légende La ligne verticale indique la moyenne de notes de l’échantillon
URL http://journals.openedition.org/geocarrefour/docannexe/image/10451/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre Figure 2 : Distribution des notes données par les gestionnaires enquêtés en réponse à la question « Selon vous, sur la photo ci-dessus, est-il nécessaire d'intervenir sur la végétation qui borde cette infrastructure de transport ? » selon (1) leur capacité ou non à identifier et nommer la plante, (2) l’emprise des renouées dans le paysage (massif linéaire de renouées, massif ponctuel de renouées et massif linéaire de ronces) 
Légende La ligne verticale indique la moyenne de notes de l’échantillon
URL http://journals.openedition.org/geocarrefour/docannexe/image/10451/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 764k
Titre Figure 3 : Résultats de la classification descendante hiérarchique des segments textuels (plan factoriel F1xF2) ;
Légende Plus l’occurrence du terme est élevée, plus la taille de la police utilisée pour le représenter est grande
URL http://journals.openedition.org/geocarrefour/docannexe/image/10451/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre Figure 4 : Résultats de l’ACM (analyse des correspondances multiples) menée sur les raisons évoquées par les gestionnaires pour expliquer leur insatisfaction à l’égard de la gestion actuelle des renouées :
Légende (a) répartition des variables (i.e. les raisons évoquées) dans le plan factoriel (axe 1 ; axe2) ; (b) répartition des individus dans le plan factoriel (le groupement des individus en 3 classes, issu d’une classification ascendante hiérarchique, est représenté à l’aide des niveaux de gris)
URL http://journals.openedition.org/geocarrefour/docannexe/image/10451/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 347k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marylise Cottet, Anne Rivière-Honegger, André Evette, Florence Piola, Soraya Rouifed, Fanny Dommanget, Lise Vaudor et Janique Valy, « Représentations et pratiques de gestion des renouées asiatiques : intègrent-elles les dynamiques à long terme des écosystèmes ? », Géocarrefour [En ligne], 92/1 | 2018, mis en ligne le 06 juillet 2018, consulté le 20 septembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/geocarrefour/10451 ; DOI : 10.4000/geocarrefour.10451

Haut de page

Auteurs

Marylise Cottet

Université de Lyon, CNRS, UMR 5600 EVS, ENS de Lyon, 15 parvis René Descartes, BP 7000, 69342 Lyon Cedex 07 France, F-69007 marylise.cottet@ens-lyon.fr

Articles du même auteur

Anne Rivière-Honegger

Université de Lyon, CNRS, UMR 5600 EVS, ENS de Lyon, 15 parvis René Descartes, BP 7000, 69342 Lyon Cedex 07 France, F-69007 honegger@club-internet.fr

Articles du même auteur

André Evette

UR EMGR, Irstea, Université Grenoble Alpes, 2 rue de la Papeterie, BP 76, F-38402 St-Martin-d'Hères, France Andre.Evette@irstea.fr

Florence Piola

Université Lyon 1, Villeurbanne, CNRS, ENTPE, UMR5023, LEHNA, 43 Boulevard du 11 novembre 1918, 69622 Villeurbanne Cedex, France, UMR 5023 "Ecology of Fluvial Hydrosystems", CNRS, Université Claude Bernard Lyon 1, ENTPE, 43 Boulevard du 11 novembre 1918, 69622 Villeurbanne Cedex, France Florence.Piola@univ-lyon1.fr

Soraya Rouifed

Université Lyon 1, Villeurbanne, CNRS, ENTPE, UMR5023, LEHNA, 43 Boulevard du 11 novembre 1918, 69622 Villeurbanne Cedex, France, UMR 5023 "Ecology of Fluvial Hydrosystems", CNRS, Université Claude Bernard Lyon 1, ENTPE, 43 Boulevard du 11 novembre 1918, 69622 Villeurbanne Cedex, France soraya.rouifed@univ-lyon1.fr

Fanny Dommanget

UR EMGR, Irstea, Université Grenoble Alpes, 2 rue de la Papeterie, BP 76, F-38402 St-Martin-d'Hères, France, fanny.dommanget@irstea.fr

Lise Vaudor

Université de Lyon, CNRS, UMR 5600 EVS, ENS de Lyon, 15 parvis René Descartes, BP 7000, 69342 Lyon Cedex 07 France, F-69007 lise.vaudor@ens-lyon.fr

Janique Valy

Université de Lyon, CNRS, UMR 5600 EVS, ENS de Lyon, 15 parvis René Descartes, BP 7000, 69342 Lyon Cedex 07 France, F-69007

Haut de page

Droits d’auteur

© Géocarrefour

Haut de page
  • OpenEdition Journals