Navigation – Plan du site

Alain Musset (dir.), 7 routes mythiques. Quand l’Histoire se mêle à la légende

André Buisson
Référence(s) :

MUSSET A. (dir.), 2018, 7 routes mythiques. Quand l’Histoire se mêle à la légende, Paris, A. Colin, 160 p.

Texte intégral

1Alain Musset dirige un petit ouvrage d’une présentation très originale : l’étude de sept routes « mythiques » dans une mise en page associant un texte de présentation ou de synthèse à une illustration qui fait appel au croquis ou à la BD. Ces sept routes sont des axes structurants qui, chacun à son tour ou à sa manière, ont contribué à la construction politique ou psychologique de l’espace ; il s’agit de la via Appia, des chemins de Saint Jacques, des routes de la soie, du Chemin de l’Inca, de la Route 66, de la Route Nationale 7 et de Paris-Roubaix. Les auteurs des chapitres sont tous des spécialistes du tracé et de l’époque concernée et l’ouvrage comporte une bibliographie en fin de volume (rien, en revanche, sur la RN 7).

2On pourrait remonter aux origines, c’est-à-dire à celui qui a imaginé la route. Dans un ouvrage original et précurseur, Pierre Fustier (1968) avait écrit que l’Homme avait créé la route en suivant l’animal. L’époque prise en compte par les auteurs réunis autour des « 7 routes mythiques » est la période historique, voire contemporaine (encore que !). On a, alors, dépassé le temps de l’imaginaire (encore que la voie Domitienne – en Languedoc- soit la lointaine descendante de la voie Héracléenne), au profit de la rationalité politique !

3Le livre débute par l’examen de la Via Appia. Maria Cecilia d’Ercole et son illustrateur, Antonio Mlinaric, s’attachent à décrire cette voie romaine, la plus ancienne connue à sortir du territoire de Rome. Elle fut tracée par les bons soins du censeur Appius Claudius Caecus pour rejoindre Capoue dès 312 avant notre ère,. Prolongée plus tard jusqu’à Brindisi par Bénévent, elle est jalonnée de monuments illustres, de l’auberge du Domine Quo Vadis et des catacombes des saints Sébastien, Callixte et Domitille, aux portes de Rome, à l’Arc de Trajan à Bénévent (en oubliant d’en citer des centaines !). L’auteure appelle à la rescousse les écrivains et poètes Stace, Cicéron et Horace pour décrire cette voie et la chanter en vers ou en prose.

4Toujours dans la vieille Europe, qui fournit la majorité des exemples étudiés dans ce livre, le Moyen-Âge fournit un autre cas d’importance, un faisceau de routes convergentes vers le tombeau de Saint Jacques le Majeur à Santiago de Compostella en Galice, présenté par Nathalie Cerezales et Olivier Balez. Redécouvert opportunément au début du IXe siècle, le tombeau du Saint fournit, comme l’apparition du Labarum à Constantin lors de la bataille du Pont Milvius en 312, aux souverains espagnols l’argument de la Reconquista. Aujourd’hui « les » chemins de Saint-Jacques, camino frances sur le tracé espagnol, voient défiler dès le printemps des centaines de milliers de marcheurs (qui ont succédé aux Jacquets, ces « marcheurs de Dieu » chers à P.A. Sigal (1974), célèbres comme Paolo Coelho ou Jean-Christophe Rufin, ou le plus souvent anonymes) partis chercher une rencontre ou un long moment de solitude.

5Quittant l’Europe vers l’Asie, les routes de la soie, sous la plume de François-Bernard Huyghe et le pinceau d’Edith Chambon, nous ouvrent la porte du lointain Orient. Suivant sans doute d’ancestraux itinéraires caravaniers, des routes des épices terrestres ou maritimes, elles sont déjà figurées sur la fameuse Table de Peutinger à l’époque romaine. Il fallait alors plus d’un an pour franchir les 7000 km de cette route, mais des ambassadeurs chinois sont signalés à la cour de l’empereur Auguste. Vient ensuite l’époque médiévale et la fermeture de ces routes pour un temps, jusqu’aux ambassades de la famille vénitienne des Polo et la rédaction du très fameux Devisement du monde sous la dictée de Marco en 1298.

6Quittant l’Ancien Monde au profit du Nouveau, Sébastien Jallade et Laurent Maffre nous présentent le Qhapac Nan, ou Chemins de l’Inca. Ce sont trente mille kilomètres de chemins, de coursières, d’escaliers jusqu’à des altitudes improbables et des lieux aujourd’hui pour la plupart perdus et pour certains, comme le Machu Picchu, en péril parce que fréquentés par trop de touristes ! Paradoxe du monde contemporain !

7Au nord du continent américain, fantasme des rockers et des bikers de toutes origines, la Route 66 relie Chicago à Los Angeles. Décrite par Alain Musset et Frank Margerin, elle a été patrimonialisée pour les Français par Johnny (Halliday) et Eddy (Mitchell). A l’origine, c’est l’une des routes de la colonisation américaine, prolongée en même temps que la Frontier progressait vers l’Ouest, renumérotée 66 parce que le double 6 porte bonheur ! Steinbeck en avait fait sa « Mother Road » dans son chef d’œuvre Les Raisins de la Colère. Elle est, avant tout, la route des nostalgiques des Fifties (p. 114).

8Retour dans l’Ancien Monde. Pour les Français contemporains, la RN 7 a souvent bercé notre enfance, avec ses bouchons entre le domicile et la Côte d’Azur des vacances du mois d’août… nous avons tous joué au jeu des « 1000 Bornes », Charles Trenet nous a égayé (« on est heureux, Nationale 7 ! »). Et pourtant, elle est, elle aussi, historique, héritière des routes royales et impériales entre Paris et Nice et a déjà suscité de nombreuses études (Niélas, 2014). Thierry Dubois (auteur et illustrateur) nous guide le long de ce ruban longé par des emplacements prestigieux, comme le restaurant des frères Troisgros à Roanne.

9Enfin, et pour célébrer « l’enfer du Nord » cher aux cyclistes, la route Paris-Roubaix par Eric Wittersheim et Gilles Trévessin, nous mène à la rencontre des gueules noires, mais aussi de hauts lieux d’histoire, comme la bataille de Bouvines en 1214. Ce patrimoine régional, avec les douloureux pavés de la tranchée d’Arenberg, rappelle ce que la France populaire doit à la création de ce monument de l’effort cycliste en 1896.*

10La lecture de ce livre procure, par le choix et la variété des illustrations (chaque article a son propre illustrateur), un agrément constant : qu’il nous rappelle des lieux déjà visités ou des espaces à voir, il est un appel au voyage. Le sérieux des recherches présentées nous montre également que la route, quelle qu’elle soit, n’est pas une construction anodine : d’Appius Claudius Caecus à Philippe Auguste ou à Emile Zola, l’Histoire est chaque fois au rendez-vous de la Géographie.

Haut de page

Bibliographie

FUSTIER P., 1968, La route: voies antiques, chemins anciens, chaussées modernes, Paris, A. et J. Picard.

NIÉLAS T., 2014, Histoire de la Nationale 7 : de l’Antiquité à la route des vacances, Paris, Pygmalion.

SIGAL P.-A., 1974, Les marcheurs de Dieu : pèlerinages et pèlerins au Moyen Age, Paris, Armand Colin. 

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

André Buisson, « Alain Musset (dir.), 7 routes mythiques. Quand l’Histoire se mêle à la légende », Géocarrefour [En ligne], Comptes rendus inédits, mis en ligne le 04 juin 2018, consulté le 15 août 2018. URL : http://journals.openedition.org/geocarrefour/10473

Haut de page

Droits d’auteur

© Géocarrefour

Haut de page
  • OpenEdition Journals