Navigation – Plan du site
Articles

Les agriculteurs et la rivière : irriguer, regarder, anticiper. Enquête en Côte d’Or, en périphérie de Dijon

Farmers and the river: irrigate, watch, anticipate. Investigation in Côte d'Or, on the outskirts of Dijon
Sandrine Petit et Marie-Hélène Vergote

Résumés

Pour imaginer les rivières de demain, nous proposons de considérer les agriculteurs irrigants comme acteurs légitimes. Par la pratique de l’irrigation, ils ont un rapport particulier aux rivières. Selon eux, les rivières ont été fortement artificialisées pour les besoins de la ville. Ils appréhendent la rivière intégrée à un réseau comprenant des nappes, des réservoirs et des tuyaux, avec des flux d’eau qui circulent. Quand les agriculteurs explorent le futur grâce à une méthode d’imagination créative, la gestion des rivières est décloisonnée. En comparaison avec la planification ou la prospective, l’imagination créative s’affranchit des déterminismes du passé et du présent.

Haut de page

Texte intégral

« L’histoire d’un ruisseau, même de celui qui naît et se perd dans la mousse, est l’histoire de l’infini », Elisée Reclus, 1869, Histoire d’un ruisseau.

Introduction : imaginer les rivières demain, comment et avec qui ?

1Les ruisseaux ont une histoire, ont-ils un avenir et lequel ? La relation de l’homme à son environnement se conçoit aujourd’hui dans un contexte de changement (Mermet, 2005). Si, dans nos sociétés, la nature a été perçue jusqu’à présent comme un cadre plutôt stable, résilient et an-historique (Granjou, 2016), les simulations des effets du changement climatique à l’horizon de quelques dizaines d’années montrent des tendances inquiétantes. Elles projettent une diminution du débit moyen annuel des rivières et laissent augurer une multiplication des situations de tension sur l’eau. Selon la prospective Explore 2070, les débits des rivières seraient en forte baisse de l’ordre de 10 à 40% et aucune des stratégies d’adaptation envisagées ne permettrait de contrecarrer les effets du changement climatique : il faudra rationnaliser les usages de l’eau (Carroget et al., 2017). Les rivières de demain seront-elles de petits ruisseaux ? Quelles conséquences sur les usages et qui s’en préoccupe ? Le climat et ses impacts sur l’eau nous oblige à anticiper l’avenir. Or, bien que la modélisation du climat nous ouvre sur l’anticipation en simulant des situations à venir à l’horizon de 10, 40 ou 100 ans, les alertes des climatologues ne suffisent pas à imaginer collectivement le futur. Pour cela, de nouvelles méthodes de travail sont à expérimenter. Nous proposons ici une exploration sur deux fronts : d’une part l’identification d’acteurs légitimes pour dessiner le futur des rivières et d’autre part, la manière d’aborder le futur des cours d’eau, en postulant la pertinence de l’imagination créative.

2L’article repose sur une démarche de recherche action (Les chercheurs ignorants, 2015) engagée depuis 2015 avec un groupe d’agriculteurs irrigants en Côte d’Or. Elle fait suite à une recherche menée sur la gestion de l’eau en contexte de changement climatique en Bourgogne, avec une attention plus spécifique aux situations de pénurie sur les bassins versants de la Tille, l’Ouche et la Vouge qui traversent le territoire de la métropole de Dijon. Avec les agriculteurs irrigants, nous avons conduit un travail d’anticipation sur l’agriculture irriguée de demain en recourant aux méthodes de créativité. Nous avons également exploré les liens qu’ils entretiennent avec la rivière par le biais d’entretiens.

3Notre propos est ici de considérer les agriculteurs irrigants comme des « acteurs susceptibles de participer à l’imagination et à la construction des cours d’eau de demain »1. Cette proposition ne va pas de soi car elle interpelle la capacité des agriculteurs irrigants à faire valoir un savoir et des représentations sur l’eau et les rivières, et celle des autres acteurs à accepter ce savoir. En effet, les syndicats agricoles majoritaires partenaires de l’Etat dans la cogestion puis dans les concertations autour des politiques agricoles (Colson, 2008) sont associés à la figure d’un lobby puissant. Debril et Thérond (2012) l’illustrent par exemple sur le bassin versant Adour-Garonne, où l’administration en charge de sa gestion peine à faire respecter les débits d’objectifs d’étiage face aux acteurs agricoles qui défendent leurs besoins en prélèvements d’eau. Dans le cas présent, les agriculteurs souffrent des remises en cause de l’irrigation, peinent à se faire comprendre et s’interrogent sur la manière de sortir d’une posture défensive pour restaurer un dialogue constructif avec les associations de pêcheurs, les habitants, les élus. Comment conjuguer au futur la pratique d’une agriculture irriguée alors que les tensions sur les usages dessinent une impasse ?

4Après avoir présenté le terrain d’étude et notre méthodologie, nous avançons que les agriculteurs ont un savoir sur l’eau et ses circulations visibles et invisibles, qui leur confère une place dans les discussions sur le futur des rivières. Ensuite, nous revenons sur la planification inscrite dans les schémas de gestion de l’eau et la vision du futur sous-jacente. Nous la comparons aux résultats de l’atelier d’anticipation basé sur l’imagination créative. Enfin, nous discutons des différentes manières d’approcher le futur, avant de conclure.

Terrain et méthode

Rivières et usages de l’eau autour de Dijon : de l’abondance à la rareté

5La plaine de Dijon résulte de l’assèchement progressif du marais des Tilles au XVIIIe siècle. Auparavant « une vingtaine de villages étaient totalement coupés de Dijon et des autres communes pendant près de six mois. Traverser le marais n’était possible qu’à de rares endroits, le plus souvent en barque » (Ricau, 2015). Ce temps est révolu. Aujourd’hui, les pénuries sont fréquentes. Les bassins versants des trois rivières La Tille, l’Ouche et la Vouge, affluents de la Saône, ainsi que la nappe de Dijon sud, sont classés Zone de Répartition des Eaux et fréquemment soumis à des arrêtés sécheresse, attestant de pénuries (Fig.1). Ils font l’objet de schémas de gestion pour rétablir le bon état des eaux. Si en été, l’eau manque, l’agglomération de Dijon s’approvisionne par pompage dans la nappe de la Saône à une trentaine de kilomètres au sud de Dijon. Les schémas planifient pour les années à venir les prélèvements autorisés pour les principaux usagers (collectivités et syndicats des eaux pour l’eau potable, agriculteurs pour l’eau servant à l’irrigation, industriels) (Vergote, Petit, 2016). Dans le futur, les prélèvements pour l’irrigation ne pourront augmenter. Les schémas d’aménagement et de gestion des eaux ont plafonné les volumes en se basant sur les besoins actuels. Si de nouveaux besoins agricoles émergent, ils ne pourront être satisfaits que par un partage entre irrigants des volumes d’eau destinés à l’agriculture.

6En Côte d’Or, l’irrigation a émergé à la fin des années 1960 et s’est développée après la sécheresse de 1976. Elle a connu son apogée avec les cultures de betteraves sucrières, brutalement stoppées en 2008 par la fermeture de la sucrerie locale. Les cultures irriguées de légumes plein champ et celles d’oignons ont disparu ou décliné avec le départ ou la faillite des entreprises de transformation. Depuis l’arrêt de ces filières, les surfaces irriguées ont nettement diminué ; elles représentent selon les années de 1 000 à 5 000 hectares soit au maximum 2% de la surface agricole utile du département. Elles concernent aujourd’hui des cultures de pommes de terres, oignons, soja, maïs, plus rarement de céréales. Les rotations agricoles pratiquées sont plutôt longues avec une diversité de cultures (Tab.1). Cela fait de la situation étudiée un terrain particulier par rapport à d’autres secteurs, où irrigation et maïsiculture sont indissociables. L’eau potable reste le principal usage de l’eau sur les trois bassins versants. Sur le bassin de l’Ouche, de l’ordre de 17,5 millions de m3 sont prélevés pour l’eau potable soit 94% du total des volumes prélevés (2009). L’irrigation représente seulement 3% du total. Sur la Vouge et la nappe de Dijon Sud, 70% des prélèvements concernent l’eau potable avec 3,3 millions de m3 et environ 30% l’irrigation (2011). Sur la Tille, l’alimentation en eau potable représente 83% des prélèvements et l’irrigation 11% sur un total de 5,8 millions m3 prélevés annuellement.

Figure 1 : Carte de localisation des bassins-versants

Figure 1 : Carte de localisation des bassins-versants

Une démarche de recherche-action avec les agriculteurs irrigants de Côte d’Or

  • 2 HYdrologie, Changement Climatique, Adaptation, Ressource en Eau en Bourgogne (2012-2016)

7À l’occasion du projet de recherche HYCCARE2, portant sur la gestion de l’eau en contexte de changement climatique, nous avons rencontré puis noué un partenariat avec les membres du conseil d’administration du syndicat des irrigants de la Côte d’Or, comptant 160 adhérents. Il s’agit d’une structure associative qui travaille avec la Chambre d’agriculture de Côte d’or désignée comme organisme unique pour la gestion collective de l’irrigation. À ce titre, elle gère les demandes de prélèvement d’eau des agriculteurs. Des années 1990 à 2000, sous l’impulsion de la loi sur l’eau de 1992, le syndicat des irrigants va structurer les règles d’usage de l’eau en travaillant étroitement avec les services de la direction départementale de l’agriculture et la préfecture. Auparavant, des puits étaient creusés au gré des besoins agricoles. Le syndicat va accompagner la fermeture de puits inutiles et la mise aux normes de ceux restant, l’attribution de volumes d’eau par agriculteur, la pose de compteurs au niveau des pompages, le suivi du niveau des rivières. Une charte des bonnes pratiques de l’agriculteur irrigant a été élaborée et cosignée par l’administration en 2007. Depuis, suite à des épisodes de sécheresse assortis de restrictions, les relations des agriculteurs avec les services de l’Etat et la fédération des pêcheurs se sont progressivement tendues.

  • 3 Méthode du cabinet Mm2i se référant à WA Peterson The art of creative thinking (1964), Vygotsky, su (...)

8Nous avons été interpellées par la difficulté sociale à vivre leur métier qu’expriment ces agriculteurs. Nous avons travaillé avec le collectif du conseil d’administration du syndicat des irrigants, plus investi et leader par rapport à l’ensemble des adhérents du syndicat. En effet, celui-ci est depuis quelques années mobilisé autour de l’adaptation au changement climatique. L’animatrice du syndicat, chargée de projets de la Chambre d’agriculture a invité des experts du changement climatique pour aider les agriculteurs à intégrer ce facteur dans la stratégie des exploitations. Suite à plusieurs échanges avec l’animatrice du syndicat, nous avons proposé de mener une réflexion collective à l’aide d’une méthode d’imagination créative à laquelle nous avons été formées3 (Rollet, 2018). Elle repose sur l’expression de mots ou d’expressions en flux rapide. La spontanéité de l’expression et la quantité de mots sont deux principes de la méthode. Elle stimule la créativité selon un mode analogique. L’analogie, dont la métaphore est un exemple, se distingue du raisonnement logique en faisant appel aux associations qui viennent à l’esprit. Cette rationalité imaginative crée des liens « entre deux ou plusieurs faits, actions ou situations » (Godelier, 2015, p. 56). Le premier atelier de créativité (8/12/2015) a été dédié à l’agriculture irriguée ; le second atelier (23/03/2017) à l’anticipation des pratiques sous contraintes fortes de changement climatique.

9En parallèle, nous avons rencontré les agriculteurs (Tab.1) pour mieux comprendre leurs pratiques et leurs rapports aux rivières. Nous avons conduit en 2017 dix entretiens individuels auprès des agriculteurs ayant participé aux sessions collectives. L’entretien était orienté sur l’évolution des ressources en eau, de la pratique d’irrigation et des relations nouées à cette occasion entre agriculteurs et non-agriculteurs. Par ce biais, nous avons accès aux représentations de la ressource en eau et des rivières. C’est une manière de saisir le « sens que les groupes sociaux attribuent à l’eau et dont ils se l’approprient » (Rivière-Honegger et al., 2014).

Tableau 1 : Age, cultures pratiquées, bassin versant de prélèvement, type d’irrigation, particularité des agriculteurs interviewés

Agriculteur

interviewé

Classe

d’âge

Cultures

Bassin versant

Source et matériel d’irrigation

Particularité

1

< 30

Céleri rave, pomme de terre, oignon, luzerne, céréales

Tille

Puits, enrouleurs

Vente directe

Associés et salariés

2

30-40

Blé, orge, moutarde, soja, pois, féverole, trèfle semence

Tille, Ouche, Saône

Puits, enrouleurs mobiles

Agriculture de conservation et assolement en commun

3

40-50

Cassis, soja, blé, féverole, plantes médicinales

Tille, Vouge

Puits, enrouleur mobile

Conversion en agriculture biologique en 2007 sauf cassis

4

40-50

Maïs, oignons, moutarde, blé, orge, pois

Vouge

Puits, canal, enrouleur, réseau enterré, rampe

Elevage porcin

5

40-50

Colza blé orge tournesol soja pois

Vouge

Etangs, rivière, canal, enrouleurs

Dans structure collective avec assolement en commun

6

40-50

Moutarde, blé, orge et orge semences, soja semence, oignons

Tille

Bassin, puits, enrouleurs, réseau enterré et enrouleur

7

50-60

Blé, orge, colza, maïs, moutarde, oignon, soja

Tille

Puits, bassin, enrouleur, réseau enterré

8

50-60

Blé, orge, colza, pois, moutarde, soja, oignon

Vouge

Bassin, réseau enterré

9

>  60

Blé, orge, colza, pois, oignon

Vouge

Puits, enrouleurs

Viticulture

10

> 60

Blé, orge, colza, oignon

Vouge

Puits, enrouleurs

Les agriculteurs, acteurs légitimes pour imaginer les cours d’eau de demain

  • 4 Etablissement Public Territorial de bassin, en charge du schéma d’aménagement et de gestion des eau (...)

10En 2009, l’EPTB4 Saône-et-Doubs, qui gère le bassin versant de la Tille commandite une étude sociologique pour mieux cerner les liens entre l’eau et les habitants. Elle montre une rupture cognitive : « un grand nombre d’habitants ont une faible connaissance de l’eau et de son circuit local. Ils ne savent pas d’où elle vient, ne savent pas où elle va » (Amara, Chemery, 2011). Les habitants de Dijon et de sa périphérie ne semblent pas se soucier de l’état des rivières qui sillonnent le territoire de l’agglomération, l’Ouche, la Vouge, la Tille, pourtant fragiles. L’eau et la rivière ne créent pas de communauté entre « les gens liés par l’écoulement des eaux » (op.cit.). Les habitants montrent davantage d’intérêt pour « une ressource fondamentale » à l’échelle de la « planète » (op. cit). L’eau moderne et globale (Linton, 2010) supplante des eaux qui ne sont plus appropriées à une échelle locale. Face au desserrement des liens, un des enjeux majeurs est la réappropriation du fleuve par ses riverains (Rivière-Honegger et al., 2014).

11On peut penser que, dans le cas des agriculteurs irrigants, seconds usagers en volumes prélevés, les liens à l’eau sont moins ténus que pour la population en général. En effet, ils ont des choses à dire sur l’eau qui circule. Dans leurs représentations, trois traits se dégagent. D’abord les rivières sont aménagées pour les besoins de la ville et des infrastructures. Les agriculteurs font état de formes d’artificialité forte des rivières et de circulations d’eau modifiées. Par ailleurs, ils ont un rapport instrumenté à la ressource qu’ils appréhendent en réseau et en flux. Ils ont enfin un rapport sensible à la rivière et, d’après l’atelier mobilisant la créativité, l’évolution de la ressource est une de leurs préoccupations.

Des aménagements qui dénaturent

12Dans tous les entretiens, les agriculteurs ont évoqué, mêlée à leur histoire, la transformation des rivières dans le cadre d’aménagement d’infrastructures. Création d’autoroutes, de conduites de gaz, établissement de zones d’activités, de station d’épuration, ces aménagements ignorent la vie de la rivière, s’imposent à elle comme aux agriculteurs. Dans l’agglomération de Dijon, en 2015, en compensation de la perte de terres agricoles due à l’aménagement de la zone d’activités de Champaison, des agriculteurs regroupés en association syndicale autorisée ont obtenu la création d’un bassin d’une capacité de 220 000 m3, collectant les eaux de pluie des toitures et des parkings. Une fois épurées, ces eaux servent à l’irrigation et au maintien du débit de la rivière Le Champaison. Les aménagements routiers ont aussi perturbé les flux d’eau, et les agriculteurs font avec ces nouvelles circulations :

  • 5 La nappe de Dijon Sud est également une ressource pour l’agglomération de Dijon. Elle est touchée p (...)

« En 1988 l’autoroute de contournement Est de Dijon a été implantée en creusant très profondément, beaucoup trop profondément dans la nappe de Dijon sud5, […] et le flot qui est parti n’a jamais été reconstitué, ils ont essayé d’étancher, en mettant de l’argile, l’eau avait pris son chemin […] le débit [du canal de la Cent-Fonts] a diminué d’au moins 30 % en permanence[…]; dans le même temps que ce percement de nappe, il y a eu l’artificialisation de sols à Gevrey Chambertin et cette artificialisation de sols a conduit à surcharger la Cent-Fonts, […] ça ravinait et ça entraînait des fines qui se sont déposées dans la Cent-Fonts ; petit à petit, envasement de la Cent-Fonts, […] ».

13Les agriculteurs évoquent aussi des circulations artificielles comme le rejet des eaux des stations d’épuration qui influent sur le débit des rivières :

« Après […] c’est des rivières qu’on a, qui s’appellent le Chairon, le fossé du milieu […] c’est ce qu’ils appellent la Boïse […], la Boïse, elle est beaucoup alimentée par la station d’épuration de Gevrey-Chambertin » ;

  • 6 Poncey-les-Athées est un pompage situé au sud de Dijon dans la nappe de la Saône, il permet au Gran (...)

« L’Ouche elle est assez constante parce qu’ils pompent à Poncey Les Athèes6 ; ça fait le tour […] ça monte à Dijon et après ça redescend l’Ouche par la station en fait. L’Ouche elle est alimentée par la Saône ».

14Ce qui fait rivière de ce qui ne fait pas rivière tient à des aménagements ou à des réalités administratives, comme dans le cas du Layer, fossé intermittent devenu rivière :

« Le Layer il passe au bout, il est classé rivière, mais il n’a jamais été une rivière. […] c’était sur la base d’un petit ru qui drainait un petit peu l’eau du coin, [...], puis il a été recreusé quand il y a eu l’autoroute, pour emmener de l’eau de l’autoroute, donc, aujourd’hui on a un Layer qui fait 2 mètres de profondeur ».

15Les rivières dont les agriculteurs parlent sont transformées et appropriées par d’autres, pour les besoins de la ville et de son développement, sans attention ni soin. L’artificialisation des rivières traverse tous les entretiens. Les aménagements sont présentés comme contre nature ou allant contre le bon sens (Petit, 2015).

Des représentations fondées sur les flux d’eau, la rivière en réseau

16Les agriculteurs parlent de rivières, de puits, de nappes, de niveaux et flux d’eau. Un agriculteur irrigant est un technicien expert en hydraulique. Il manie et maîtrise la notion de puits artésien, il gère des installations techniques pour pomper l’eau puis l’acheminer par un réseau de tuyaux pour irriguer ses parcelles. Il calcule un temps d’arrosage avec un débit donné en équivalents de millimètres de pluie. Il réfléchit sur les techniques permettant de retenir l’eau dans les rivières et dans les sols, pour qu’elle ne parte pas trop vite en aval. L’eau est en mouvement et « il faut la ralentir » nous disent les agriculteurs constatant que désormais l’eau va vite, trop vite. Ils sont particulièrement attentifs aux flux alors que les négociations autour de la gestion publique de l’eau portent sur une répartition des volumes à prélever (Vergote, Petit, 2016). Ils ont une conception dynamique de l’eau plutôt que statique.

17L’usage de l’eau est associé au soin aux plantes, leur épargnant excès ou manque d’eau : drainer les prairies qui inondent pour pouvoir les mettre en culture, ou à l’inverse irriguer les cultures sensibles à la sécheresse. Un irrigant souligne qu’il préfère la bonne pluie qui donne un arrosage homogène dans les meilleures conditions ; il irrigue pour garantir l’issue de sa récolte. Soulignons que l’irrigation contribue à l’identité professionnelle : irriguer c’est être courageux, pour déplacer les enrouleurs la nuit et savoir faire face à de multiples problèmes car l’appareillage technique faillit fréquemment (fuites, pression, panne).

  • 7 Suite à la fermeture de la sucrerie d'Aiserey, les anciens bassins ont été reconvertis pour stocker (...)

18La pratique de l’irrigation confère à la rivière une temporalité particulière, celle des usages saisonniers, des aménagements et de la durée des amortissements du matériel (forages, canalisations ou enrouleurs, moteurs à électricité, réservoirs de stockage). Parfois les réservoirs créés pour l’irrigation servent à réalimenter la rivière en été, ainsi le bassin du Champaison, construit pour retenir les eaux de ruissellement de la zone d’activité éponyme, soutient l’étiage du cours d’eau. Le stockage d’eau dans des bassins semble souvent représenter LA solution7, d’autant qu’il permet l’usage de l’eau lors d’arrêtés sécheresse qui limitent les prélèvements dans le milieu.

19Les cultures de l’eau sont renégociées à travers les pratiques socio-techniques incluant les infrastructures (McLean, 2017) : l’aménagement de puits, d’un réseau enterré ou le déplacement d’enrouleurs pour l’aspersion. Le regard porté sur la rivière est technique, de manière à concevoir des extensions de la rivière à travers un réseau de circulation de l’eau, ponctué de réservoirs, allant vers des parcelles cultivées. Rivière et réseau d’eau construit font système (Bédoucha, 2011). La rivière et, de manière plus générale, les ressources en eau sont vues comme un flux qu’il est intéressant de domestiquer (Petit, 2015).

20Le cycle hydrologique des agriculteurs et celui des gestionnaires de l’eau diffèrent. Le concept de cycle hydrologique, à l’épreuve des observations et de l’expérience, ne serait-il pas si robuste (Mollinga, 2011) ? Parfois les agriculteurs ne trouvent pas fondées des restrictions de prélèvements d’eau pour l’irrigation, alors qu’ils constatent des niveaux d’eau inchangés dans la rivière la plus proche ou dans leurs puits. À travers les entretiens conduits, rivière et ressource en eau sont souvent présentées comme abondantes par les agriculteurs même lorsque le type de production change (en agriculture biologique ou conventionnelle, maraîchage ou céréales).

« Quand je pompe je ne fais pas descendre le Layer, j’ai de l’eau en pléthore » ;

« En 2015 il y a eu une sécheresse du printemps à octobre et malgré la forte sécheresse du printemps il y avait de l’eau […]. En 2016, il y a eu beaucoup d’eau au printemps et il y a eu maintien des niveaux jusqu’en arrière-saison. […] Il existe une grosse réserve d’eau sur le secteur ».

21Imprégnée de technique, l’eau garde cependant ses mystères, ceux des lieux des sources et des sourciers qui les révèlent :

« C’est un sourcier qui nous a trouvé les 2 forages, sourcier j’enlèverai presque le ‘u’ car c’était tellement impressionnant ! ».

22Dans le regard des agriculteurs, les rivières ne sont plus ou pas naturelles ; elles sont devenues des hybrides de nature et de technique (Whatmore, 2002 ; Boelens, 2014). Cette représentation se heurte à celle du cadre de la gestion de l’eau. En effet, la directive cadre européenne sur l’eau « définit les conditions de référence d’un système écologique comme celui prévalant en l’absence ou la quasi-absence de perturbations anthropiques » c'est-à-dire en référence à des écosystèmes, en situation de climax, stables (Bouleau et Pont, 2014). Les actions visent alors la restauration écologique en réhabilitant la morphologie perdue des cours d’eau et en recherchant une meilleure continuité écologique. Cela constitue un « nouveau paradigme d’aménagement des cours d’eau » fondé sur une écologie qui intervient sur la structure des rivières dans l’objectif d’une autoréparation des fonctionnalités écologiques (Germaine, Barraud, 2013). Selon cette posture, les agriculteurs irrigants seraient peu légitimes pour parler des rivières dans une perspective d’écosystème, d’autant que, pour eux, les circulations naturelles et artificielles forment un même réseau. Au contraire, la démarche créative souligne leurs préoccupations vis-à-vis de la ressource en eau.

Une préoccupation pour la ressource en eau chez les agriculteurs

23Le premier atelier créatif s’est déroulé autour de la question « A quoi vous fait penser une agriculture irriguée ? » (10/11/2015) Les mots produits ont été organisés en classes par les participants divisés en sous-groupes. Une synthèse a été tirée du croisement des classements des sous-groupes pour dégager les trois préoccupations principales des agriculteurs. La première comprenant le plus de mots, non attendue, ni de nous ni des agriculteurs eux-mêmes, est celle de l’environnement ; puis viennent une identité lourde à porter dans un contexte social tendu, enfin la dimension économique. L’exercice créatif nous dit que pratiquer une agriculture irriguée c’est d’abord travailler avec l’environnement, avec des ressources, dans un climat changeant et en ayant un impact sur l’environnement. Les termes « écosystème », « milieu », « ressources », « rivière », « nappe », etc. ont été prononcés. Chacun des sous-groupes a d’ailleurs créé une classe « environnement » pour ranger les mots. Le terme se retrouve dans trois des sous-groupes, « évolution du climat » dans l’un (Fig. 2). Les termes « respectueuse », « équilibre », « responsabilité », « nappe », « climat », révèlent que l’évolution de la ressource et des rivières compte pour les irrigants. Selon les mots regroupés, cette classe matérialise une préoccupation sur la durabilité de la ressource. Par contraste, en situation de délibération (commission locale de l’eau, cellule sécheresse), ce crédit ne leur est pas accordé. Par l’atelier créatif, ce point de vue est reconnu sans qu’il soit une revendication.

24Lors du second atelier, nous avons suscité les analogies à partir d’une photographie de rivière, demandant aux participants à tour de rôle de dire un mot à partir de cette image (23/03/2017) (Fig.3). L’exercice a inspiré les mots suivants aux agriculteurs : ballade en canoë / nature / fraîcheur / sauvage / cascade / truite / source / irrigation / crue / paisible. Hormis les termes « irrigation » voire « crue », les autres mots renvoient à des représentations de la rivière en tant que paysage sensible fait de loisirs (ballade en canoë, truite), de nature (cascade, source, sauvage, nature) et de bien-être (paisible, fraîcheur). Des évocations qui rejoignent celle la population en général, comme un « idéel » c'est-à-dire un espace de représentations socialement partagées (Godelier, 2015).

25Les agriculteurs ont une culture quotidienne de l’eau (Mc Lean, 2017). Leur regard mêle techniques et expériences sensibles. Par leur expérience de la rivière dans le temps et celle de l’acheminement de l’eau dans l’espace, par leurs capacités créatives, les agriculteurs irrigants nous semblent, au même titre que les autres parties prenantes de la gestion de l’eau, des acteurs légitimes pour participer à l’imagination et à la construction des cours d’eau de demain. De plus, en faisant un exercice de projection, les acteurs ne sont pas figés dans leurs rôles contemporains mais se pensent comme des « acteurs en devenir ». Au sens de Deleuze (Zourabichili, 2002), « devenir » n’est jamais imiter ou assimiler, c’est une autre façon de vivre qui fait fuir l’actuelle. Penser les agriculteurs comme des acteurs en devenir c’est envisager leur rôle, leurs intérêts et leurs activités devenant autres dans des situations futures renouvelées.

Figure 2 : Exemple de classement de mots issus du brain storming partant de « A quoi vous fait penser une agriculture irriguée ? », le 08/12/2015

Figure 2 : Exemple de classement de mots issus du brain storming partant de « A quoi vous fait penser une agriculture irriguée ? », le 08/12/2015

Figure 3 : Photographie utilisée pour l’exercice créatif

Figure 3 : Photographie utilisée pour l’exercice créatif

Comment imaginer les cours d’eau de demain en contexte de changement climatique ?

  • 8 Directive cadre européenne sur l’eau de 2000 ; Schémas d’aménagement et de gestion des Eaux (SAGE) (...)

26Le changement climatique existe déjà en Bourgogne avec une température annuelle moyenne augmentée de 1 degré depuis 1987-1988. Les chercheurs en climatologie et en hydrologie anticipent une diminution de la ressource en eau, par accroissement des températures et des phénomènes d’évaporation et d’évapotranspiration (Brulebois et al., 2015). Le changement climatique s’ajoute à d’autres incertitudes pour les activités agricoles, comme les fluctuations des marchés… (Garin et al., 2015). Dans ce contexte, quel devenir des rivières et de la pratique d’irrigation ? Issue des lois sur l’eau8, l’approche gestionnaire de la ressource en eau et des rivières se décline dans des documents de planification à l’échelle de bassins versants de fleuves et de rivières. Nous montrons que cette planification se réfère à des données passées, prenant peu en compte un contexte changeant. Nous la comparons avec les solutions imaginées par les agriculteurs irrigants.

Le futur dans les démarches de planification de la gestion de l’eau

27Les schémas d’aménagement et de gestion des eaux (SAGE) issus de la loi sur l’eau de 1992 visent une gestion équilibrée et durable de la ressource en eau. Les SAGE intègrent des objectifs de gestion qualitative et quantitative de l’eau à l’échelle d’un bassin versant. Ils doivent également considérer les effets du changement climatique. Chaque SAGE comprend une stratégie. Elle date de 2012 pour la Vouge, de 2011 pour l’Ouche et de 2014 pour la Tille. Un grand soin est accordé aux phases préalables de diagnostic aboutissant à la rédaction de deux documents, généralement denses et bien documentés, « l’état initial » et le « diagnostic partagé ». La stratégie repose sur cet état des lieux et des scénarios tendanciels en découlent. Ils envisagent des perspectives avec ou sans la mise en œuvre du SAGE. Les tendances, comme dans le SAGE de l’Ouche, peuvent intégrer des variables que l’on module : la population, la consommation d’eau par habitants, le rendement des réseaux. Ils intègrent les scénarios d’aménagement du territoire et les prévisions démographiques et d’urbanisation du schéma de cohérence territoriale (SCOT) dijonnais. Dans le cas de la Vouge, des prélèvements en hausse sont envisagés car le SCOT prévoit une augmentation démographique liée à une politique de développement des logements. Les scénarios considèrent également les effets des politiques publiques liées à l’eau. Les tendances envisagées reposent sur des données chiffrées notamment en ce qui concerne les prélèvements d’eau par usage de 2003-2009 pour la Vouge, de 2009 pour l’Ouche et la Tille. A partir de ces scénarios, sont formulés des objectifs qui visent à restaurer le bon état écologique et chimique des eaux.

28On peut dire que l’approche du futur telle qu’appréhendée dans les SAGE est tendancielle et résulte d’une mobilisation bien documentée d’indicateurs rétrospectifs. Le futur est envisagé à l’aune du passé, sans incertitude ni variabilité future sur la disponibilité de la ressource (Vergote, Petit, 2016). Ainsi, les gestionnaires de l’eau se basent sur des chroniques de suivi des 10 dernières années pour décrire la ressource en eau de demain et organiser la gestion à l’horizon de 5 à 10 ans (op.cit.). Ce futur est aussi dépendant des temps administratifs qui pilotent la gestion de l’eau selon la durée de schémas et de programmes (Hagel, 2011). En effet, l’élaboration des SAGE s’étend sur plusieurs années, parfois 10 ans. Les procédures longues et la planification ne facilitent pas une gestion adaptative ou des formes d’improvisation (Soubeyran, 2014). Peut-on anticiper l’avenir d’une autre manière ?

Anticipation : quelles pistes ?

29L’irrigation est à double face. Si elle permet une gestion assurantielle des cultures, elle crée en même temps une vulnérabilité socio-technique car les situations sont « perturbées par des événements inattendus » (sécheresse, inondation, conflit d’usages) et « de nouvelles normes » (Billaud et Temple-Boyer 2013, p. 229). Ainsi, le risque ne disparaît pas avec la technicité. Peut-être, est-ce une des raisons pour lesquelles le collectif du conseil d’administration des agriculteurs irrigants a d’emblée adhéré à l’exploration du futur. Précisons que le changement climatique ne fait pas de doute pour eux et que le travail de la terre et les lourds investissements obligent à penser sur le long terme. Ces conditions réunies forgent un cadre propice à un travail d’anticipation du futur.

30Pour aborder le futur, nous avons expérimenté une méthode d’imagination créative avec un groupe d’une douzaine d’agriculteurs irrigants, pour la plupart membres du conseil d’administration du syndicat. Celle-ci propose d’anticiper l’avenir à partir d’une contrainte tellement forte que l’existant ne peut se prolonger à l’identique et qu’il faut concevoir des changements. En l’occurrence, les agriculteurs irrigants ont dû imaginer leur pratique à un horizon de 5 à 10 ans, sous une contrainte de débit des rivières divisé par 10 lors des étiages de mai à août, c'est-à-dire avec des rivières à sec. Auparavant nous avons présenté aux participants différentes tendances d’évolution pouvant jouer sur leur activité composant une sorte d’état des lieux objectivé. Puis, nous avons lancé l’étape créative. Elle consistait à rechercher en sous-groupes toutes les idées associées à la situation de contrainte décrite ci-dessus. Des expressions ont été produites et celles-ci ont été classées en sept pistes de travail. Elles peuvent être regroupées en trois familles. La première correspond à une pratique de l’irrigation comme rapport à l’autre (Billaud, 2013) : création d’un nouveau secteur économique autour de l’eau, communication entre les agriculteurs et la société, et gestion de la ressource. La seconde famille d’expressions concerne l’adaptation et l’évolution des pratiques agricoles avec la recherche de moyens pour sécuriser du revenu en allégeant les charges ou en cultivant des productions à haute valeur ajoutée. Enfin, une dernière catégorie concerne les changements de mode de vie de l’agriculteur qui peut s’orienter vers de nouvelles activités de tourisme ou renoncer à transmettre son métier à ses enfants ; l’arrêt de l’irrigation est aussi perçu comme la possibilité de partir en vacances, d’avoir davantage de loisirs, de rentrer plus tôt le soir. Ces idées nous semblent couvrir un éventail de possibles plus large et plus ambitieux par rapport à la démarche de prospective de l’agriculture en Roussillon face au changement climatique. Dans celle-ci, les stratégies d’adaptation sont, selon Garin et al. (2015), « tactiques » sans bouleversement majeur et sans prendre au sérieux une baisse des volumes d’eau disponibles pour l’irrigation ; elles concernent la production agricole en termes de changement de variétés, de technique et de calendrier et un stockage d’eau accru.

31Les expressions produites dessinent des rivières aux flux chaotiques qui nécessitent une gestion transversale où l’eau doit être retenue ou récupérée : « de nouveaux projets de recherche pour récupérer l’eau » ; « la condensation est une solution » ; « améliorer les sols et leur capacité de rétention » ; « les crues sont exploitées et on gère les surplus ». Le futur imaginé contient des solutions ou des perspectives optimistes par exemple celles d’un rapprochement agriculteurs et pêcheurs autour des rivières, ou encore la campagne imaginée « apporte de nouveaux services » aux urbains exténués par les chaleurs trop fortes en ville. Les pistes traduisent également des inquiétudes autour d’un métier sans perspectives : « expliquer à nos concitoyens le drame vécu » ; « je conseille à mes enfants une autre activité ». Le futur envisagé sans irrigation signifie une rupture car comme nous le disait à propos de l’irrigation l’un des agriculteurs interviewés « Ça date peut être de mon père…Donc… je me rappelle de gamin… l’utilisation du matériel d’irrigation donc on peut dire qu’on a toujours irrigué… Du jour que l’agriculture a commencé à se développer quoi, je veux dire. ».

Le futur imaginé et le futur déterminé

32Pour traiter des enjeux du climat, le sociologue B. Latour (2015) a choisi, aux côtés de ses essais, la voie de la fiction. Ainsi, il a monté avec des étudiants une pièce de théâtre figurant, avant l’heure, les négociations de la 21e conférence des parties (COP) sur le climat. C’est par la science-fiction que E. Conway et N. Oreskes (2014) nous projettent en 2093 dans un nouveau monde transformé par le réchauffement climatique. Cette prospective fiction écrite par des historiens des sciences emprunte une autre voie pour alerter. La fiction et l’imagination créative côtoient rarement les approches scientifiques. D’ailleurs nos disciplines, géographie et sciences de gestion, traitent peu du futur, une frange incertaine où les méthodes usuelles achoppent. « Les temporalités gisent encore dans les profondeurs mal explorées de la recherche environnementale sur les marges indécises entre l’épistémologie et la méthode », nous disent Bertrand C. & G. (2002). Traiter du futur des rivières suppose pour le géographe d’articuler des temporalités « aussi distinctes que celles caractérisant les systèmes naturels, d’une part, et les systèmes sociaux, d’autre part » pour aboutir à « un temps trouvé qui est celui du phénomène étudié entre le naturel et le social » (Robic et Mathieu, 2001). Si l’environnement réclame une « méthode de complexité avec un grain d’utopie qui permet de voir large et loin à l’échelle de la question posée » (Bertrand, 2002), la manière d’aborder le futur reste en suspens dans la discipline et l’imagination n’est pas convoquée pour cela.

33En sciences de gestion, le futur, comme un horizon stratégique, est appréhendé selon deux logiques : éviter ce qui n’est pas souhaité ou faire advenir ce qui est recherché. Le recours à l’imagination est certes reconnu dans le domaine de l’innovation, mais celle-ci est mobilisée à travers un outillage méthodologique et conceptuel tel que la théorie concept-knowledge (Hatchuel et Weil, 2003), pour accompagner et améliorer la conception de produits nouveaux (Mougenot, 2008). Dans un domaine de gestion spécifiquement tourné vers le futur, la prospective stratégique, où les outils ont aussi pour utilité de stimuler l’imagination (Godet 2001, p. 18), le dessin du futur demeure issu d’un processus peu élucidé. L’imagination reste la propriété d’individus ou de collectifs, constatée a posteriori et peu problématisée.

34Dans l’expérience rapportée, l’imagination est une activité interprétative du futur, invitant les agriculteurs irrigants à penser librement. La créativité explore un espace entre le présent connu et l’inconnu imaginé (Aznar, 2005). C’est là que se trouvent des idées en germe non encore exprimées et qui peuvent être sources d’innovation et d’anticipation. Les « images mentales » ne sont pas dans la pensée mais de part en part de la pensée (Sartre 1936 cité par Godelier, 2015). Pour Godelier (2015), l’imaginé est ce qui existe ailleurs, qui n’existe plus, ou qui existera certainement dans l’avenir. Le rôle et la puissance de l’imagination sont de « rendre présents à la conscience des faits passés ou transporter le sujet dans un avenir qui n’existe pas encore » (Ibid., p. 53). Le futur imaginé n’est pas l’imaginaire, ce qui ne peut et ne pourra jamais exister selon M. Godelier. Il n’est pas « hors sol », il s’articule avec un passé et un présent dont il faut éclairer le sens.

35Pour L. Mermet (2005), il faut multiplier et diversifier les travaux sur les états futurs de l’environnement, pour en améliorer sa gestion. « Gérer l’environnement, c’est intervenir pour infléchir les dynamiques futures de systèmes socio-écologiques », c'est-à-dire avoir une démarche active par rapport à l’avenir (op.cit.). Pour cela, il propose une méthode de prospective environnementale avec deux principes, l’analyse des « conjectures » et un travail mené en « forum ». Les futurs ne sont pas donnés mais construits par notre imagination et deviennent des conjectures (De Jouvenel, 1964). L’imagination créative et la prospective se défendent d’être des prédictions ou des prévisions. Elles cherchent toutes deux à imaginer des futurs grâce à l’intelligence collective se déployant dans des groupes aux participants divers apportant des points de vue contrastés. Elles se démarquent cependant. La prospective est une démarche logique avec des hypothèses causales, et non analogique comme la créativité. Elle peut inclure une rétrospective de l’objet traité permettant une projection linéaire de tendances passées ou présentes. Un soin est apporté à la définition d’un jeu de variables, pour la plupart chiffrées. Leur combinatoire permet de dégager des scénarios. Certains sont tendanciels, d’autres de rupture, construisant des continuités ou des discontinuités avec le présent. L’anticipation par la créativité est aussi informée car elle est précédée d’une phase d’imprégnation du contexte illustré par des tendances quantifiées. Mais, dans l’imagination créative, la causalité n’est pas recherchée, au contraire il s’agit de s’en extraire pour trouver des solutions innovantes. L’approche est davantage causale dans la prospective car elle cherche à comprendre les conjectures et leurs mécanismes, tandis que l’imagination créative veut dégager les signaux faibles ouvrant vers des solutions. Ces différentes méthodes ne font pas abstraction du présent et du passé. « Demain sera-t-il le prolongement d’aujourd’hui et donc d’hier ? » (Colonomas, 2014, p. 95). Face aux incertitudes de l’avenir, ces démarches donnent des repères. Elles achoppent cependant à considérer la dynamique propre de la nature (Granjou, 2016), c'est-à-dire le temps de la rivière, avec son passé, son présent et son avenir. « Plus nous courons après le futur, (…) plus il nous surprend » et il faut se résoudre à ce que les prédictions soient inexactes (Colonomos ; 2014).

Conclusion : imaginer ensemble les rivières de demain

36Alors que la complexité et l’incertitude nous semblent croissantes, quelles sont les ressources cognitives et organisationnelles dont nous disposons pour les traiter (Billaud, 2013) ?

37Si l’on considère le futur comme « un lieu de rassemblement où se rencontrent des individus » (Colonomos, 2014), alors se pose la question : avec qui imaginer les cours d’eau de demain ? Sur un territoire, existent, non pas, une seule eau moderne, mais des eaux plurielles, des significations multiples données à l’eau (Strang, 2004). Il s’agit de rapprocher les sens que les groupes sociaux, agriculteurs, riverains, gestionnaires, attribuent à la rivière pour aller vers une gestion intégrée de l’eau et avoir prise sur un futur commun (Rivière-Honegger et al., 2014). Les lois et documents de planification configurent des futurs désirables mais les futurs imaginés ne sont pas exclusivement la propriété des acteurs de l’Etat (Jasanoff, 2015). Il nous semble qu’aujourd’hui dans l’espace gestionnaire associé aux politiques publiques de l’eau manquent un lieu et un temps pour l’expression des différentes représentations et pour l’imagination des futurs. Nous proposons d’y inclure les agriculteurs irrigants, légitimes par leurs savoirs situés sur les circulations d’eau et leurs expériences de la rivière. De plus, dans une démarche d’anticipation, le rôle et les attentes des acteurs ne sont pas figés et nous avons aussi pensé les agriculteurs comme des « acteurs en devenir ».

38Le futur peut aussi être « un désir de connaissance d’un objet voilé par le statut de l’inconnaissable » (Colonomos, 2014), alors comment l’aborder ? Dans l’expérience rapportée, ce désir s’est traduit dans une mise au travail de l’imagination plutôt qu’une construction de scénarios, une perspective plutôt qu’une prospective, une anticipation plutôt qu’une prédiction ou prévision (Pierron, 2016). Nous avons perçu l’intérêt d’une méthodologie d’imagination créative pour faire émerger des attentes profondes, bousculer les attendus, et « penser l’anticipation autrement qu’en termes de quantification des risques » (Pierron, 2016).

39Dans cette démarche de recherche-action, s’engager auprès des agriculteurs dans l’imagination des rivières de demain nous interroge sur le statut de ce que nous avons produit, probablement une voie d’investigation complémentaire à ce qu’apporte une géographie de l’environnement ou une gestion des risques. Il nous semble que l’on peut qualifier ce qui a été fait d’activité d’interprétation. Cette interprétation permet de mêler différents types de savoirs, des savoirs tacites ou intuitifs qui retrouvent de l’importance, agencés sous la forme d’une intelligence collective suscitée par le travail de groupe où les idées « s’inter-prêtent » (Citton, 2010, p. 37). Parler d’interprétation de situations futures plutôt que de connaissance permet de garder un degré de distance par rapport aux propositions et ne pas oublier le point de vue qui les a construites (op.cit., p. 35). Les agriculteurs livrent plusieurs « interprétations » de la rivière. Les images de nature et de loisirs cohabitent avec le besoin de garantir et maîtriser les flux d’eau alors que leur échappent, la dynamique de la rivière, les décisions des aménageurs ou les prix agricoles fluctuant. Ce temps d’interprétation reste un îlot de sens fragile. La conjoncture économique agricole difficile, la perte de sens qui gagne le métier, le temps capricieux qui menace les récoltes, incitent les agriculteurs au repli et les empêchent de croire aux choix possibles esquissés le temps d’imaginer un autre monde.

Haut de page

Bibliographie

AMARA Y., CHEMERY B., 2011, Enjeux et pistes de travail envisageables pour le bassin versant de la Tille. Gouvernance, territoires de projets et milieux humains, Synthèse stratégique, Contrechamp et Actéon, 9 p.

AZNAR G., 2005, Idées -100 techniques de créativité pour les produire et les gérer, Ed. d’Organisation, 331 p.

BÉDOUCHA G., 2011, Les liens de l’eau, Paris, Versailles, Editions de la Maison des Sciences de l’homme, Versailles, Editions Quae, 688 p.

BERTRAND C. & G., 2002, Une géographie traversière. L’environnement à travers territoires et temporalités, Paris, Editions Arguments, 311 p.

BILLAUD J.-P., 2013, L’individu et le collectif dans le traitement de l’incertitude, in ANCEY V., AVELANGE I., DEDIEU B., Agir en situation d’incertitude en agriculture, Bruxelles, P.I.E. Peter Lang, p. 409-414.

BILLAUD J.-P., TEMPLE-BOYER É., 2013, Prise de risque ou logique assurantielle. L’irrigation sous tension en région méditerranéenne, in ANCEY V., AVELANGE I., DEDIEU B., Agir en situation d’incertitude en agriculture, Bruxelles, P.I.E. Peter Lang, p. 229-251.

BOELENS R., 2014, Cultural politics and the hydrosocial cycle: water, power and identity in the Andean highlands, Geoforum, n°57, p.234-247.

BOULEAU G, PONT D., 2014, Les conditions de référence de la directive cadre européenne sur l’eau face à la dynamique des hydrosystèmes et des usages, Natures Sciences Sociétés, Vol. 22, n°1, p. 3-14.

BRULEBOIS E., CASTEL T., RICHARD Y., CHATEAU-SMITH C., AMIOTTE-SUCHET P., 2015, Hydrological response to an abrupt shift in surface air temperature over France in 1987/88, Journal of Hydrology, n°531, p.892-901.

CARROGET A., PERRIN C., SAUQUET E., VIDAL J.-P., CHAZOT S., CHAUVEAU M., ROUCHY N., 2017, Explore 2070 : quelle utilisation d’un exercice prospectif sur les impacts des changements climatiques à l’échelle nationale pour définir des stratégies d’adaptation ?, Sciences Eaux & Territoires, Vol. 1, n°22, p. 4-11.

CITTON Y., 2010, L’avenir des humanités. Économie de la connaissance ou cultures de l’interprétation ?, Paris, La Découverte, 203 p.

COLONOMOS A., 2014, La politique des oracles. Raconter le futur aujourd’hui, Paris, Albin Michel, 290 p.

COLSON F., 2008, Que reste-t-il de la cogestion État-profession ?, Pour, Vol.1, n°196-197, p. 107-113.

CONWAY E.M., ORESKES N., 2014, L’effondrement de la civilisation occidentale. Un texte venu du futur, Les liens qui libèrent, 120 p.

DEBRIL T., THÉROND O., 2012, Les difficultés associées à la gestion quantitative de l’eau et à la mise en oeuvre de la réforme des volumes prélevables : le cas du bassin Adour-Garonne, Agronomie Environnement & Sociétés, Vol.2, n°2, p. 127-137.

DE JOUVENEL, 1964, L’art de la conjecture. Futuribles, Monaco, Editions du Rocher, 369 p.

GARIN P., ROLLIN D., MATON L., RINAUDO J.-D., RICHARD-FERROUDJI A., CABALLERO Y., 2015, Prospective participative sur l’agriculture du Roussillon face au changement climatique, Agronomie Environnement & Sociétés, Vol.5, n°1, p. 77-86.

GERMAINE M.A, BARRAUD R., 2013, Les rivières de l’ouest de la France sont-elles seulement des infrastructures naturelles ? Les modèles de gestion à l’épreuve de la directive-cadre sur l’eau, Natures Sciences Sociétés, n°21, p. 373-384.

GODELIER M., 2015, L’imaginé, l’imaginaire et le symbolique, Paris, CNRS Editions, 280 p.

GODET M., 2001, La boite à outils de prospective stratégique, Cahiers du LIPS, nov., n°5, 102 p.

GRANJOU C., 2016, Sociologie des changements environnementaux. Futurs de la nature, London, ISTE Editions, 189 p.

HATCHUEL A., WEIL B., 2003, A new approach of innovative design: an introduction to C-K theory, Proceedings of the international conference on engineering design (ICED’03), Stockholm, Sweden, p. 109-124.

HAGEL Z., 2011, La gestion quantitative de l’eau : une question implicite entre ville, espaces agricoles et milieux aquatiques, Géocarrefour, Vol. 86, n°3-4, p. 261-269.

JASANOFF S., 2015, Future Imperfect: Science, Technology, dans the Imagination of Modernity, in K. SANG-HYUM, S. JASANOOF (eds), Dreamscapes of modernity. Socio-technical imaginaries and the fabrication of power, Chicago, London, The University of Chicago press.

LATOUR B., 2015, Face à Gaïa. Huit conférences sur le nouveau régime climatique, Paris, La Découverte, 397 p.

LES CHERCHEURS IGNORANTS, 2015, Les recherches-actions collaboratives. Une révolution de la connaissance, Rennes, Presses de l’EHESP, 281 p.

LINTON J., 2010, What is water? The history of a Modern Abstraction, Vancouver, University of British Columbia Press, 333 p.

Mc LEAN J., 2017, Water cultures as assemblages: Indigenous, neoliberal, colonial water cultures in northern Australia, Journal of Rural Studies, 52, p. 81-89.

MOUGENOT C., 2008, Modélisation de la phase d'exploration du processus de conception de produits, pour une créativité augmentée, Thèse de génie industriel, Arts et Métiers ParisTech.

MOLLINGA P., 2011, Book review of STRANG, 2004, The meanings of water, Berg and Linton, 2010, What is water? The history of a modern abstraction, UBC Press., Water alternatives, 4 (3), p. 429-432.

PETIT S., 2015, Au fond de l’eau : histoires sociales et représentations environnementales d’un bassin versant agricole, Territoire en mouvement, revue de géographie et aménagement, 25-26, URL: http://tem.revues.org/2757.

PIERRON J.-P., 2016, Imagination et décision. L’anticipation entre la prospective et la perspective, Revue française d’éthique appliquée, Vol.2, n°2, p. 99-108.

RICAU V., 2015, Histoire des rivières de la Tille et de la Bèze, Rapport AScA, 18 p.

RIVIÈRE-HONEGGER A., COTTET M., MORANDI B., 2014, Connaître les perceptions et les représentations : quels apports pour la gestion des milieux aquatiques ?, Paris, Onema, coll. “Comprendre pour agir”, 180 p.

ROBIC M.-C., MATHIEU N., 2001, Géographie et durabilité : redéployer une expérience et mobiliser de nouveaux savoir-faire, in JOLLIVET M. (ed), Le développement durable, de l’utopie au concept, Paris, Elsevier, p. 167-190.

ROLLET M.-R., 2018, La créativité en équipe, Albigny sur Saône, Les éditions Mm2i, 61 p.

SOUBEYRAN O., 2014, Pensée aménagiste et improvisation, Paris, Editions des archives contemporaines, 264 p.

STRANG V. 2004, The meaning of water, Oxford, Berg Publishers, 274 p.

VERGOTE M.-H., PETIT S., 2016, Du futur à aujourd’hui, mettre la gestion de l’eau sous tension, Développement durable et territoires, [en ligne], 7 (2) URL: http://developpementdurable.revues.org/11327

WHATMORE S., 2002, Hybrid Geographies, London, SAGE Publications, 225 p.

WEICK KE., 1993, The collapse of sensemaking in organizations: the Mann Gulch disaster, Administrative Science Quarterly, Vol.38, p. 628-652.

ZOURABICHILI F., 2002, Deleuze, in ZARADER J.-P. (ed) Le vocabulaire des philosophes, Paris, Ellipses, vol.4, p. 913-914.

Haut de page

Notes

1 Appel à textes : https://geocarrefour.revues.org/10266

2 HYdrologie, Changement Climatique, Adaptation, Ressource en Eau en Bourgogne (2012-2016)

3 Méthode du cabinet Mm2i se référant à WA Peterson The art of creative thinking (1964), Vygotsky, sur l’intelligence sociale, et James Surowiecki (2004) sur la sagesse des foules.

4 Etablissement Public Territorial de bassin, en charge du schéma d’aménagement et de gestion des eaux de la rivière la Tille.

5 La nappe de Dijon Sud est également une ressource pour l’agglomération de Dijon. Elle est touchée par des problèmes de qualité d’eau.

6 Poncey-les-Athées est un pompage situé au sud de Dijon dans la nappe de la Saône, il permet au Grand Dijon de couvrir ses besoins en eau notamment en été. Récemment, des travaux ont permis d’augmenter la capacité de pompage.

7 Suite à la fermeture de la sucrerie d'Aiserey, les anciens bassins ont été reconvertis pour stocker 800 000 m3 d’eau.

8 Directive cadre européenne sur l’eau de 2000 ; Schémas d’aménagement et de gestion des Eaux (SAGE) issus de la directive ; Loi sur l’eau et les milieux aquatiques (LEMA) de 2006

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Carte de localisation des bassins-versants
URL http://journals.openedition.org/geocarrefour/docannexe/image/10475/img-1.png
Fichier image/png, 263k
Titre Figure 2 : Exemple de classement de mots issus du brain storming partant de « A quoi vous fait penser une agriculture irriguée ? », le 08/12/2015
URL http://journals.openedition.org/geocarrefour/docannexe/image/10475/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Titre Figure 3 : Photographie utilisée pour l’exercice créatif
URL http://journals.openedition.org/geocarrefour/docannexe/image/10475/img-3.png
Fichier image/png, 569k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sandrine Petit et Marie-Hélène Vergote, « Les agriculteurs et la rivière : irriguer, regarder, anticiper. Enquête en Côte d’Or, en périphérie de Dijon », Géocarrefour [En ligne], 92/1 | 2018, mis en ligne le 30 juin 2018, consulté le 20 septembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/geocarrefour/10475 ; DOI : 10.4000/geocarrefour.10475

Haut de page

Auteurs

Sandrine Petit

Ingénieure de recherche, géographe CESAER, AgroSup Dijon, INRA, Univ. Bourgogne Franche-Comté, F-21000 Dijon sandrine.petit@inra.fr

Marie-Hélène Vergote

Enseignante-chercheuse en sciences de gestion et chercheure associée I3-CRG, Ecole polytechnique, CNRS, Université Paris-Saclay CESAER, AgroSup Dijon, INRA, Univ. Bourgogne Franche-Comté, F-21000 Dijon marie-helene.vergote@inra.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© Géocarrefour

Haut de page
  • OpenEdition Journals