Navigation – Plan du site

Thomas Aguilera, Gouverner les illégalismes urbains

Elise Roche
Référence(s) :

AGUILERA T., 2017, Gouverner les illégalismes urbains : les politiques publiques face aux squats et aux bidonvilles dans les régions de Paris et de Madrid, Paris, France, Dalloz,

Texte intégral

  • 1 Prix 2016 de la thèse sur la ville du PUCA et prix 2016 de la Fondation Caritas

1On peut se réjouir que la thèse multi-primée1 de Thomas Aguilera ait fait l’objet d’une publication l’année passée, rendant ainsi accessible (bien qu’à un prix non négligeable) l’une des productions universitaires de qualité de 2015.

2Cet ouvrage dense porte sur le gouvernement des illégalismes, en régions parisienne et madrilène. Comparant ces deux terrains, il contribue aux connaissances sur la gestion des squats et bidonvilles, en proposant une analyse issue des sciences politiques. Il entend répondre à deux questions principales : pourquoi les squats et les bidonvilles persistent-ils, alors même que ces illégalismes viennent contrecarrer l’un des droits les plus choyés dans ces deux pays, le droit de propriété ? Pourquoi le gouvernement des squats et bidonvilles se décline-t-il différemment selon le type d’illégalisme rencontré ? L’ouvrage étudie ainsi les modalités d’une action publique en direction de conduites définies comme indisciplinées, et qui contribue à les catégoriser, les hiérarchiser et les gérer. Il s’agit ici de traiter d’une stratégie, déclinée à partir de l’affirmation d’une direction par la collectivité (le « gouvernement ») et non seulement la recherche d’un équilibre ou d’une absorption de ces perturbations (la « régulation »). Après être revenu sur un bref historique relatif à l’institutionnalisation des politiques en direction des bidonvilles, squats et chabolas en régions parisienne et madrilène, l’ouvrage développe successivement trois hypothèses : (1) les politiques publiques ciblant le logement illégal s’institutionnalisent selon les publics ciblés et à certaines conditions, notamment relatives aux enjeux liés à la mise à l’agenda de ces questions et à leur constitution en tant que problèmes publics ; (2) L’illégalité des bidonvilles et squats est un produit des politiques publiques ; (3) Les squatteurs et habitants de bidonvilles sont partie-prenante de ce gouvernement des illégalismes, en influençant ou en résistant aux politiques publiques.

3Ce faisant, cet ouvrage vient répondre à plusieurs besoins qui se font jour à la lecture de la littérature consacrée aux squats et bidonvilles et des débats publics existants sur la question :

  • il apporte tout d’abord une connaissance de première main sur la « boîte noire » de l’action publique en matière de squats et de bidonvilles, par une enquête de terrain fouillée, nourrie de très nombreux entretiens et d’un travail important sur les sources grises. On se réjouira ainsi de trouver nombre d’éléments factuels rarement mis à disposition sur les stratégies institutionnelles et leurs routines : on retient notamment l’analyse fine des différences de positionnement entre les administrations de l’Etat, et les services de la mairie de Paris, par exemple ; ou encore à la description détaillée du processus de montage du village d’insertion d’Aubervilliers.

  • Cet ensemble de données constitue pour l’auteur une base solide pour fournir un regard critique sur les tâtonnements de l’institutionnalisation des politiques publiques en direction des squats et bidonvilles. Par ces analyses circonstanciées, il éclaire utilement la persistance de situations de mal-logement aux portes de riches métropoles. Il montre notamment bien comment la construction des squats et bidonvilles en tant qu’illégalismes contribue à les laisser hors du champ de l’action publique, dès lors qu’ils demeurent invisibilisés et qu’ils ne sont pas construits en tant que problème public.

  • Le regard de politiste qui guide cet ouvrage présente l’intérêt de saisir en finesse les délicats agencements entre échelon local et national, qui font toute la complexité du traitement de ces illégalismes urbains, manifestations localisées des effets des politiques du logement et souvent également des politiques migratoires. En outre, la portée de l’analyse politique, détaillant les différents mécanismes d’évitement de la mise à l’agenda de ces illégalismes (agenda denial), et de report de la responsabilité d’un acteur à l’autre (blame shifting) outille utilement un regard académique (voire associatif ou militant) pour saisir la complexité des postures institutionnelles et associatives sur le terrain.

  • Enfin, on trouve également d’utiles développement au sujet de la construction des squatteurs et habitants de bidonvilles comme des « indésirables » par les politiques publiques. Evitant judicieusement d’aborder le sujet par la « question Rom » qui rétrécirait la portée de son analyse, T. Aguilera permet par cette lecture constructiviste des illégalismes d’expliquer la genèse d’une des approches ethnicisantes les plus répandue au sein des politiques publiques françaises de ces dernières années (Fassin, Fouteau, Guichard, et Windels 2014).

4La comparaison des squats, bidonvilles français et madrilènes, pourrait de prime abord paraître audacieuse, notamment en ce qu’elle réunit sous la même bannière d’« illégalisme » des pratiques et des publics différents. Néanmoins, la comparaison internationale est convaincante : elle donne ainsi l’occasion de sortir du cadre d’analyse franco-français sur le mal-logement, héritier d’une histoire urbaine spécifique croisant le contexte post-colonial et la résorption des bidonvilles dans les années 1960, bien analysée à l’échelle nationale par M.-C. Blanc-Chaléard (2016) et à l’échelle locale dans la thèse passionnante de C. David (2016). Cette approche englobante et constructiviste permet ensuite de rendre visibles les enjeux d’un traitement différencié des illégalismes selon leur nature et leur public, mettant ainsi à distance une lecture strictement juridique de l’action publique en la matière : les squats culturels sont ainsi traités différemment, à Paris, des « squats discrets » de personnes précaires, plus risqués politiquement et moins maîtrisables par la municipalité.

5On pourrait aussi s’interroger au premier abord sur la mobilisation importante d’une littérature politiste qui s’appuie (systématiquement) sur une terminologie anglophone. Pourtant, l’effort de l’auteur pour expliciter chaque mécanisme en le confrontant à ses enquêtes de terrain contribue aussi à donner à cet ouvrage une dimension quasiment pédagogique de vulgarisation des théories politiques relatives à l’action publique. En outre, cette mobilisation ne se fait pas au détriment du reste de la littérature consacrée à la question des bidonvilles, l’auteur s’appuyant largement sur l’ensemble des sources existantes, dans leur diversité, tout en y portant un regard critique (on retient par exemple une utile revue de littérature sur les typologies des squats).

6Bien que touffu, abordant des terrains nombreux et très différents (de la Direction des affaires culturelles de la Mairie de Paris au village d’insertion d’Aubervilliers, à la Canada Real à Madrid), l’ouvrage est organisé de telle sorte qu’une navigation aisée est possible d’un terrain à l’autre, et permet également de saisir les analyses théoriques croisées. Il répond donc autant à des besoins d’informations empiriques sur des terrains précis, qu’à des besoins en matière d’analyses théoriques poussées sur la question des illégalismes et de leur gouvernement.

Haut de page

Bibliographie

BOUILLON F., 2010, Le squatteur, le policier, le juge et le préfet : procédures en actes et classements ad hoc, Déviance et Société, 2010, vol. 34, n°2, p. 175. < http://dx.doi.org/10.3917/ds.342.0175 > (consultation le 21 mars 2016)

BOUILLON F., CHOPLIN A., SCHMOLL C., ZENEIDI D., 2015, « Gérer les indésirables » : dispositifs de mise à l’écart et tactiques de résistance, in Espace et rapports de domination, Rennes, PUR, p. 269‑272.

BLANC-CHALÉARD M.-C., 2016, En finir avec les bidonvilles : immigration et politique du logement dans la France des Trente Glorieuses, Paris, France, Publications de la Sorbonne, 464 p.

DAVID C., 2016, Logement social des immigrants et politique municipale en banlieue ouvrière (Saint-Denis, 1944-1995). Histoire d’une improbable citoyenneté urbaine, Nanterre, Paris Ouest Nanterre la Défense, 700 p.

FASSIN E., FOUTEAU C., GUICHARD S., WINDELS A., 2014, Roms et riverains. Une politique municipale de la race, Paris, La Fabrique, 227 p.

LEGROS O., VITALE T. (éd.), 2011, Roms migrants en ville : pratiques et politiques en Italie et en France, Géocarrefour, 14 septembre 2011, vol. 86, n°1, < http://geocarrefour.revues.org/8220 > (consultation le 25 avril 2017)

Haut de page

Notes

1 Prix 2016 de la thèse sur la ville du PUCA et prix 2016 de la Fondation Caritas

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Elise Roche, « Thomas Aguilera, Gouverner les illégalismes urbains  », Géocarrefour [En ligne], Comptes rendus inédits, mis en ligne le 27 juin 2018, consulté le 18 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/geocarrefour/10531

Haut de page

Droits d’auteur

© Géocarrefour

Haut de page
  • OpenEdition Journals