Navigation – Plan du site
Articles

La restauration hydromorphologique des cours d’eau ou la difficile articulation des référentiels environnementalistes et territoriaux

The hydromorphological restoration of rivers or the difficult articulation of environmental and territorial references
Virginie Anquetil, Elsa Koerner et Philippe Boudes

Résumés

Les projets ambitieux de restauration hydromorphologique des cours d’eau doivent nécessairement articuler les objectifs écologiques avec les usages, le fonctionnement et l’identité du territoire. Ces projets élargissent ainsi le champ décisionnel et social en mobilisant des référentiels et des logiques d’action spécifiques. Pour les comprendre, nous avons réuni une dizaine de porteurs de projets au cours d’ateliers réflexifs. Si le référentiel environnementaliste est au fondement de la restauration, les dimensions territoriale et participative en constituent les principales conditions de réussite. Pourtant, bien que structurantes dans la trajectoire des projets, ces dimensions n’ont qu’une place interstitielle dans leurs stratégies d’action, traduisant une réflexivité limitée.

Haut de page

Plan

Haut de page

Texte intégral

Les auteurs remercient les techniciens rivière qui se sont investis dans les ateliers, les personnes enquêtées sur le territoire de la Rance des Faluns ainsi que les partenaires financiers et institutionnels du projet Morpheus : l’Agence de l’Eau Loire-Bretagne, la Région Bretagne et le CRESEB. Ils remercient également les relecteurs pour leurs commentaires toujours pertinents.

  • 1 Directive 2000/60/CE du Parlement européen et du Conseil du 23 octobre 2000 établissant un cadre po (...)
  • 2 Loi n° 2004-338 du 21 avril 2004 portant transposition de la directive 2000/60/CE du Parlement euro (...)

1Le réseau hydrographique de la Bretagne est dense et maille finement le territoire, particulièrement dans l’est, où l’altitude est moins élevée que dans l’ouest. Les pressions anthropiques comme l’urbanisation, les travaux d’aménagement hydrauliques ou les pratiques agricoles ont contribué à dégrader les cours d’eau et la qualité de l’eau (Collectif, 2012). Des objectifs de bon état écologique des eaux ont été fixés par la Directive Cadre sur l’Eau (2000)1, dont les principes ont été retranscrits dans le droit français en 20062. La restauration hydromorphologique des cours d’eau est l’une des mesures nécessaires pour atteindre ce bon état écologique, mais son élaboration et sa mise en œuvre sur le terrain demeurent complexes. Elle implique une modification de la forme du cours d’eau pour restaurer ses fonctionnalités, ce qui conduit le plus souvent à reconfigurer les parcelles qu’il traverse. En outre, le retour à plus de naturalité, recherché par ces opérations, a pour conséquences de redonner un plus grand espace de liberté au cours d’eau. Les projets de restauration hydromorphologique sont alors la source de conflits potentiels, dans la mesure où ils modifient la structure des paysages en place et les usages, notamment agricoles. Ces opérations sont d’autant plus contestées qu’elles sont le plus souvent menées par des organismes publics, syndicats de bassins versants ou collectivités territoriales qui, il y a peu, menaient une gestion essentiellement paysagère et hydraulique de ces mêmes cours d’eau (Morandi et Piégay, 2017; Narcy, 2013).

2Les porteurs des projets de restauration, technicien(ne)s rivière, chargé(e)s de mission milieux aquatiques ou animateurs de bassin versant, se retrouvent à l’interface entre des enjeux environnementaux, attachés à la restauration des fonctionnalités écologiques des écosystèmes aquatiques, et des enjeux sociaux et économiques, en lien avec des pratiques et représentations qui conditionne une appropriation différente des cours d’eau, indépendamment de leur omniprésence géographique (Germaine et Barraud, 2013; Lespez et al., 2016). Ils doivent également articuler la prise en compte de l’intérêt général dans la gestion des cours d’eau, avec des préoccupations locales associées à des intérêts particuliers. La confrontation est d’autant plus forte pour les projets de restauration ambitieux d’un point de vue hydromorphologique (reméandrage, remise en talweg, remise à ciel ouvert) qui touchent généralement plus d’usagers et tendent à s’inscrivent dans un projet de territoire global (Girard, 2014; Barraud, 2017).

  • 3 Le projet Morpheus (De la restauration hydromorphologique aux usages des cours d’eau : Prendre en c (...)

3Dans le cadre du programme de recherche « Morpheus »3 à l’échelle de la Bretagne, nous avons engagé avec ces professionnels une collaboration, basée sur une démarche réflexive. Nous cherchons à comprendre comment, depuis l’élaboration des projets de restauration jusqu’à leur mise en œuvre, s’articulent les dimensions sociales, culturelles et politiques avec les exigences environnementales et juridiques auxquelles ces projets doivent répondre. Les échanges exploratoires avec les professionnels ont souligné qu’en élargissant le champ décisionnel et social habituel, les projets de restauration ambitieux nécessitent la mobilisation de ressources et de logiques d’action spécifiques. Selon les porteurs de projet, la mise en œuvre de ces projets souffre d’un manque de légitimité et d’un manque de repères sur la manière d’impliquer et de faire participer les acteurs locaux (élus, agriculteurs, riverains). Ce constat découle de l’ambiguïté de la DCE sur la participation du public aux décisions, étant à la fois prescriptive et vague sur sa mise en application (Ker Rault et Jeffrey 2008; Le Calvez, 2017).

4A la fois dépositaire de l’action publique et professionnel d’interface en constante évolution, le porteur de projet et sa logique d’action sont au cœur de notre questionnement (Grandjou et Mauz, 2007; Mauz et al. 2015; Granjou et al., 2010; Richard-Ferroudji, 2008a). Comment se structure, au fur et à mesure des actions menées sur les cours d’eau, ce cadre d’action ? A quelles tensions ces professionnels doivent-ils faire face pour mener leurs projets ? En quoi un certain impératif délibératif, conduisant à l’adoption d’approches participatives dans les projets, contribue-il à structurer et faire évoluer ce cadre d’action ?

5Dans cet article, nous proposons de définir et de comprendre le cadre d’action des porteurs de projet et d’identifier les mécanismes de réflexivité mis en œuvre, consciemment ou non, par ces derniers. En mobilisant des travaux renvoyant tant à l’analyse de l’expertise (Barbier et al., 2013) qu’à celle de la négociation (Mermet, 1998), nous faisons l’hypothèse que les tensions que ces professionnels connaissent font partie intégrante de leur cadre d’action, et contribuent à structurer leur travail. Dans cette perspective, nous proposons d’identifier ces tensions et de comprendre leur place, leur agencement, au fil du projet de restauration. Afin de mettre les porteurs de projet au cœur de ce travail, nous avons adopté une démarche originale mêlant études de cas et ateliers réflexifs, sur le modèle de l’intervention sociologique. Nous mobilisons les porteurs de projet à la fois sur leur territoire et dans un cadre d’échange avec leurs pairs.

6Nous présentons ci-après les résultats d’un atelier, au cours duquel nous avons présenté aux porteurs de projet une pluralité de discours locaux, issus de l’étude du projet de restauration de la Rance des Faluns à proximité de Dinan (Bretagne). Après avoir présenté notre méthodologie et l’étude de cas sollicitée, nous montrons que les porteurs de projet articulent deux logiques d’action au cours d’un projet de restauration : une logique environnementaliste, d’une part, et une logique territoriale et participative, d’autre part. Chacune de ces logiques d’action questionne l’autre et nécessite de reformuler le projet de restauration : c’est cette reformulation du projet par les techniciens rivière qui nous incite à parler de réflexivité. Cependant, il apparait que le référentiel environnementaliste demeure dominant dans ce processus, ce qui nous incitera à parler en conclusion d’une réflexivité limitée (Bessis, 2008) puisque l’intégration du référentiel territorial et participatif est incomplète.

L’intervention sociologique pour révéler les logiques d’action des techniciens rivière

7Dans cette recherche, nous mobilisons la méthode de l’intervention sociologique. Initialement élaborée par Alain Touraine (1978) dans le cadre de ses recherches sur les mouvements sociaux, l’intervention sociologique présente plusieurs intérêts. D’une part, elle s’inscrit dans le courant de l’actionnalisme, qui considère l’individu et les collectifs d’individus comme moteur du changement social : la compréhension de ce changement passe par l’objectivation et l’interprétation des logiques d’actions individuelles et collectives (Cousin et Rui, 2011). D’autre part, cette méthode s’appuie sur la « capacité réflexive » des acteurs, c’est-à-dire à la fois leur capacité « à rendre compte des actions et des situations dans lesquelles ils s’engagent » (ib. : 514) – i.e. la conscience de la situation –, mais aussi à analyser leur propre système d’action pour leur donner du sens – i.e. la conscience de la conscience. ). Son objectif est de révéler les rapports sociaux, de les analyser et d’identifier ce qui structure les actions des individus.

8Notre démarche s’inscrit dans une recherche collaborative visant à favoriser un co-apprentissage par les acteurs et les chercheurs des postures de chacun, ce qui doit amener à termes à la formalisation de repères méthodologiques partagés collectivement. La co-analyse de situations d’action nécessite une symétrie et une réciprocité dans les rapports, dont la résultante est une « zone écotone, […] un espace d’interprétation partagée » (Vinatier et Morrissette, 2015 : 152 ; Laplante, 2005). L’enjeu pour le chercheur est alors de construire des outils théoriques lui permettant de comprendre les logiques d’action et l’environnement social des porteurs de projet et de leur en livrer une analyse qui alimentera leur réflexivité. En identifiant les types de savoirs sur lesquels sont fondés ces logiques d’action, comment ils se constituent et se structurent dans l’action, il est alors possible de construire avec les porteurs de projet un référentiel commun, au sein duquel chacun pourra trouver des ressources pour sa pratique dans son territoire d’action.

Constitution d’un groupe de porteurs de projet de restauration

9La mise en œuvre de l’intervention sociologique commence par la constitution d’un groupe d’une dizaine de porteurs de projet de restauration, que nous avons réunis lors d’ateliers réflexifs, en juin et en septembre 2017.

  • 4 Centre de Ressources et d’Expertise scientifique sur l’Eau en Bretagne. Le CRESEB est partenaire du (...)
  • 5 Les cellules ASTER (Animation et de suivi des travaux en rivières et milieux aquatiques) accompagne (...)

10Pour constituer ce groupe, nous nous sommes appuyés sur le réseau du CRESEB4 et les cellules ASTER5 des départements d’Ille et Vilaine, du Morbihan, des Côtes d’Armor et du Finistère. Un appel a été lancé lors d’une journée de présentation du projet de recherche en avril 2017 auprès de tous les bassins versants de Bretagne. A la suite de cette journée les porteurs de projet volontaires ont été sollicités pour un premier atelier. L’avantage de cette méthode de recrutement est que le groupe est constitué d’acteurs ouverts à la démarche réflexive et collective, et motivés et prêts à s’impliquer sur plusieurs ateliers.

11Les membres du groupe ont en commun des expériences, un engagement et des logiques d’actions mais évoluent aussi dans des environnements socio-professionnels et des contextes diversifiés. Cette diversité recouvre à la fois leur contexte institutionnel (Tableau 1Error: Reference source not found), leur localisation géographique (bassins versants répartis sur plusieurs départements de Bretagne) et le contexte environnemental et socio-économique du bassin versant (notamment la pression foncière, l’état des cours d’eau, l’existence de conflits locaux en lien avec des projets de restauration et la qualité de l’eau).

Tableau  : Contexte institutionnel des porteurs de projet présents aux deux premiers ateliers réflexifs

1er Atelier

Juin 2017

2ème Atelier

Septembre 2017

Syndicat mixte de Bassin Versant

3

4

Syndicat intercommunal de Bassin Versant

1

Intercommunalité

1

2

Autres : Parc Naturel Régional, association préfigurant un PNR

2

2

Total

7

8 (dont 3 nouveaux)

Premier atelier réflexif : cadrage des questionnements

12Lors du premier atelier, nous avons interrogé la manière dont les porteurs de projet eux-mêmes perçoivent leur cadre d’action et la manière dont les projets de restauration hydromorphologique ambitieux questionnent leurs pratiques. Ils ont débattu sur leurs méthodes de travail, les enjeux auxquels ils font face et les difficultés qu’ils rencontrent. Trois axes se sont dégagés de ces discussions. Le premier concernait les méthodes de conduite de projet, en particulier les approches participatives dont les définitions sont peu formalisées. Un deuxième axe concernait les implications des projets dits « ambitieux », à savoir le temps plus long consacré à la concertation qu’à la conception technique du projet, ainsi que le questionnement nécessaire du cadre fixé par les contrats territoriaux. Enfin, un troisième axe concernait la construction de la légitimité du projet et de son porteur, les projets ambitieux reposant moins sur une légitimité technique et scientifique que sur la construction d’un « projet de territoire partagé ». Ces axes ont fourni les bases de la préparation d’un second atelier et nous a permis également d’identifier un cas d’étude à partir duquel conduire la démarche réflexive.

Étude de cas : la remise en eau de la Rance des Faluns

13Quatre territoires d’étude se sont dégagés des discussions : nous avons ciblé nos efforts sur le cas de la remise en eau de la Rance des Faluns pour des raisons logistiques (proximité de Rennes, disponibilité du porteur de projet) et de temporalité (des discussions informelles entre les riverains et le porteur étaient en cours).,

14Situé sur le territoire du SAGE Rance-Frémur, dans les Côtes d’Armor, ce projet est porté conjointement par deux acteurs institutionnels : Cœur Emeraude, association préfigurant un futur Parc Naturel Régional dont la Rance constitue la colonne vertébrale, qui assure la mise en œuvre technique ainsi que l’animation de la concertation pour le compte de Dinan Agglomération, qui assure la maîtrise d’ouvrage du projet.

15La Rance des Faluns se trouve dans le bassin versant de la Rance, qui prend sa source à Collinée dans le département des Côtes d’Armor. Ce cours d’eau a la particularité de se situer en aval d’un ouvrage important : le barrage de Rophémel, exploité par la Collectivité Eau du Bassin Rennais (Figure 1). Mis en service en 1937, ce barrage était destiné à la production d’électricité et a acquis à partir de 1970 une fonction de réserve d’eau potable pour le bassin rennais. En 1953, le Syndicat de la Basse Vallée de la Rance a été créé, avec pour mission de construire un chenal à l’aval de la retenue de manière à absorber les lâchers hydroélectriques (deux turbines de 13,5 m3/s), à l’origine d’inondations. D’une largeur de quinze à vingt mètres pour six mètres de hauteur, ce chenal était régulièrement entretenu (curage) par le syndicat avant que ces compétences ne soient transférées à Dinan Agglomération.

Figure  : Carte du réseau hydrographique et des cours d’eau concernés par le projet de restauration de la Rance des Faluns : la Vieille Rance et la Rance chenalisée

Figure  : Carte du réseau hydrographique et des cours d’eau concernés par le projet de restauration de la Rance des Faluns : la Vieille Rance et la Rance chenalisée

16Le lit initial de la Rance est finalement devenu le lit secondaire sur 5 km, l’essentiel des flux d’eau passant par la Rance chenalisée. Au fur et à mesure du temps cette Rance chenalisée s’est incisée alors qu’à l’inverse le vieux lit se chargeait de sédiments (Figure 2Error: Reference source not found). Cette situation a conduit à la déconnexion totale des deux cours d’eau. Le projet de restauration consiste à remettre en eau ce vieux lit. Il est donc prévu de construire un ouvrage répartiteur sur le chenal, pour y rediriger l’eau des lâchers (Figure 1). Cet ouvrage doit pouvoir résister aux débits importants des lâchers hydroélectriques tout en évitant de provoquer des débordements trop importants à l’aval. Par ailleurs, l’ouvrage devra permettre de réguler le débit restant dans le chenal pour maintenir un débit réservé (270 litres par seconde) et un débit pour l’irrigation (certains exploitants ont un droit d’irrigation dans le chenal). En équilibrant ces débits, l’objectif est de restaurer une vie aquatique dans les deux lits, chose impossible avec l’intégralité des lâchers hydroélectriques qui perturbaient trop fortement les milieux.

  • 6 Cette étude fait l’objet d’une publication spécifique, actuellement en cours de soumission, à parti (...)

17Un travail de recherche a déjà porté sur ce projet de restauration. Il visait à comprendre comment les approches dites participatives répondent à un besoin de légitimation de l’action publique6 : sur quoi repose la légitimité du projet aux yeux des acteurs locaux ? En quoi les approches participatives peuvent constituer une réponse et quelles formes prennent-elles dans le déroulé du projet ? Une quinzaine d’entretiens ont été menés auprès d’élus locaux, des techniciens en charge de la mise en œuvre du projet, et de riverains, dont la plupart étaient agriculteurs en activité ou à la retraite. Il était demandé aux enquêtés de retracer la chronologie du projet de restauration du cours d’eau, ce qui passait souvent par la reconstitution de l’histoire du cours d’eau lui-même. Ils exprimaient ce qu’ils avaient compris du projet, ses implications pour le territoire et les évolutions qu’il avait pu engendrer sur les relations entre acteurs. L’ensemble des entretiens ont été enregistrés et intégralement retranscrits. C’est sur la base de ce matériau que nous avons construit le deuxième atelier réflexif avec le groupe de porteurs de projet.

Figure  : Photographies du vieux lit de la Rance :

un cours d’eau qui s’est envasé

un cours d’eau qui s’est envasé

mais qui a gardé des potentialités biologiques et paysagères

Deuxième atelier réflexif : confronter les porteurs de projet aux discours locaux

18Ce second atelier, d’une durée de 3 heures, avait pour objectif d’exposer au groupe les résultats de l’enquête réalisée sur le projet de la Rance de Faluns. Les entretiens menés nous ont permis de formuler deux axes de réflexions D’abord, un tel projet de restauration met en tension différentes formes de savoirs : savoirs experts, techniques et scientifiques propres aux porteurs du projet ; savoirs non experts, propres aux acteurs du territoire avec qui ils sont en contact (élus et riverains notamment). Les souvenirs et les expériences relatés par certains enquêtés donnent une place importante à la subjectivité dans la constitution de ces savoirs. Ces tensions conduisent les porteurs de projet à ajuster leur logique d’action initiale pour intégrer cette subjectivité.

19Pour confronter les porteurs de projet à ces discours locaux, nous leur avons donc proposé d’analyser collectivement des extraits d’entretiens sur le territoire de la Rance des Faluns. Cette démarche avait pour finalité d’engager les participants dans une réflexivité individuelle et collective, de les amener à formaliser la nature des rapports sociaux qu’ils entretiennent avec ces interlocuteurs mais aussi la manière dont ces rapports sociaux peuvent perturber le déroulement du projet. Ce faisant, nous avons mis en œuvre une spécificité de l’intervention sociologique : celle de confronter les acteurs à des interlocuteurs, entendus comme des « figures sociales » qui appartiennent à l’environnement social quotidien des acteurs. Cette confrontation permet de révéler la nature de rapports sociaux qui ne sont pas lisibles par une observation participante (Cousin et Rui, 2011 : 515).

Invitation de personnes extérieures au groupe de porteurs de projet

  • 1

20Afin d’aider les porteurs de projet à exprimer leur position, à structurer leur discours et à questionner la conduite du projet, trois chercheurs en géographie sociale et en géomorphologie fluviale ainsi que le coordinateur du CRESEB7 ont été invités à participer à ce deuxième atelier. Ces personnes ont une réflexivité et un discours critique sur les savoirs scientifiques et techniques mobilisés pour légitimer les projets de restauration, leur origine et leurs relations avec des formes de savoirs plus subjectives (cf. Dufour et Piégay, 2009). Elles connaissent le projet de recherche mais pas les axes dégagés lors du premier atelier, ni l’étude de cas de la Rance des Faluns et ont découvert le déroulé de l’atelier en même temps que les porteurs de projet.

Constitution des corpus d’extraits d’entretiens

21Nous avons sélectionné cinq entretiens parmi les quinze réalisés avec les principaux protagonistes du projet de remise en eau de la Rance des Faluns. Il s’agissait principalement d’élus, d’agriculteurs et de riverains de la Rance, certains cumulant parfois plusieurs statuts (Tableau 2), et d’un technicien du SAGE (Schéma d’Aménagement et de Gestion de l’Eau).

22Ces entretiens ont été choisis parce qu’ils présentaient une diversité de visions du cours d’eau et de positionnements par rapport au projet de restauration. L’entretien avec le technicien du SAGE abordait lui aussi ces thématiques, avec un discours plus critique, soulignant les enjeux sous-jacents du projet, à savoir la question de l’état de référence et les incertitudes quant aux risques d’inondation.

23Nous avons ainsi constitué deux corpus d’extraits d’entretien : le premier (corpus A) regroupant des extraits des cinq entretiens relatifs à la thématique de l’histoire du cours d’eau ; le deuxième (corpus B) regroupant des extraits des cinq entretiens relatifs à une critique des solutions techniques proposées dans le projet. Ces thématiques et les statuts des enquêtés n’ont pas été précisés aux participants de l’atelier qui ont découvert les textes sans a priori sur l’identité et le statut des enquêtés (ceci à l’exception du technicien porteur du projet qui a reconnu les interlocuteurs). Suivant notre consigne, ce dernier a respecté l’anonymat des enquêtés durant tout l’atelier.

Tableau  : Statuts des personnes enquêtées et dont les discours ont servi de support aux discussions de l’atelier

Elu

Agriculteur

Riverain

Technicien (SAGE)

Entretien 1

X

X

X

Entretien 2

X

X

Entretien 3

X

X

Entretien 4

(ancien élu)

X

Entretien 5

X

Temps de réflexion individuel

24Au début de l’atelier, un temps de réflexion individuels était demandé aux participants. Sur une feuille, chacun devait répondre de manière succincte, à deux questions ouvertes, relatives à la définition de la restauration et de sa mise en œuvre : Que signifie pour vous la restauration d’un cours d’eau ? De quelles conditions dépend la bonne réussite d’un projet ?

25Chaque personne faisait figurer ses initiales en haut de la feuille, pour que nous puissions recouper les réponses individuelles avec celles des sous-groupes que nous avons constitués par la suite et distinguer les porteurs de projet des personnes invitées.

26Une analyse de contenu a été réalisée à partir des textes écrits par chacun des participants. Le principe est de repérer des thèmes à partir de deux critères : la signification-même des mots choisis (critère sémantique) et le champ lexical (qui renvoie à la catégorie plus générale dans laquelle un signifiant s’inscrit). Tout le texte est ainsi codé (Tableau 3), les thèmes sont comptés à chaque occurrence. Il est alors possible de calculer le nombre d’occurrence d’un thème par rapport à l’ensemble des occurrences. Les fréquences n’ont été calculées que sur la base des réponses des porteurs de projet, nous n’avons pas inclus les réponses des personnes invitées.

Tableau  : Exemple de codage des réponses pour la question « Que signifie pour vous la restauration d’un cours d’eau ? »

Texte brut

Texte codé

Thèmes

Restaurer les fonctionnalités du cours d’eau (hydrauliques, pollutions, etc.)

Restaurer le caractère « naturel »

Lieu d’accueil des espèces endémiques (restauration des habitats)

Restaurer [rest] les fonctionnalités [Fc] du cours d’eau (hydrauliques [Hyd], pollutions [qual] [Dys], etc.)

Restaurer [rest] le caractère « naturel » [Nat]

Lieu d’accueil [Hab] des espèces endémiques [Vaq] (restauration [rest] des habitats [Hab])

[rest] : restaurer

[Fc] : fonctionnalités

[Hyd] : hydrologie et hydraulique

[qual] : qualité de l’eau

[Dys] : dysfonctionnement

[Nat] : naturalité du CE

[Hab] : habitat, milieu

[Vaq] : vie aquatique

Travail collectif

27Après avoir présenté le contexte et les enjeux principaux du projet de la Rance des Falun, trois groupes de quatre à cinq personnes ont été constitués. Chaque groupe était constitué de deux à trois porteurs de projet et une à deux personnes invitées. Le corpus A, a été distribué aux deux premiers groupes et le corpus B au troisième groupe. Chaque groupe disposait d’une heure pour lire les extraits et discuter autour d’une trame de question, distribuée sous forme écrite et rendue à la fin de l’atelier : Sur quel(s) enjeu(x) les individus portent-ils leur attention ? Comment en parlent-ils ? Quelles sont les contradictions/convergences entre les discours ? En quoi les visions exposées peuvent être problématiques pour la réussite du projet ?

Restitution du travail collectif

28Durant la dernière heure de l’atelier, chaque groupe a restitué à l’oral son analyse puis une discussion collective s’est engagée avec l’ensemble des participants.

29Les trois heures d’ateliers ont été enregistrées, seule la restitution finale a été retranscrite. Au cours des discussions des groupes, nous avons observé les premières réactions après la lecture des extraits, les évolutions de positionnements de chacun des membres des groupes. Nous demandions aux groupes d’identifier par écrit les principales convergences et divergences qui avaient pu émergé au cours des discussions.

D’une conception écologique à l’intégration territoriale de la restauration : émergence de deux logiques d’action

30L’analyse thématique menée à partir des réponses individuelles aux questions « Que signifie pour vous la restauration d’un cours d’eau ? » et « De quelles conditions dépend la bonne réussite d’un projet ? » révèle l’émergence de deux logiques d’action. Une première logique repose sur les fondements scientifiques de la restauration et est dominée par un référentiel environnementaliste. Une seconde repose sur les dimensions participatives et territoriales de la restauration, considérées comme des conditions de réussite des projets.

Le référentiel environnementaliste au fondement de la restauration des cours d’eau

31Les réponses à la question sur la signification de la restauration ont fait ressortir 25 thèmes, que nous avons regroupé en 4 familles thématiques () :

  • 8 Pour faciliter la compréhension, les thèmes sont indiqués en italique et les mots-clés qui s’y rapp (...)

32La première famille fait référence au fonctionnement et au dysfonctionnement du cours d’eau. Elle regroupe le thème de la fonctionnalité, du dysfonctionnement et les différentes dimensions concernées par ces fonctionnalités (par exemple Hydrologie, Qualité de l’eau, Vie aquatique8, etc.).

33La deuxième famille se rattache aux références techniques qui définissent le cours d’eau idéal. Nous y trouvons le thème de la Naturalité, de l’Equilibre, de l’Autonomie et de la recherche d’un certain Etat du cours d’eau.

34La troisième famille décrit l’action entreprise et sa finalité. Nous retrouvons le thème de la Restauration, au sens de « retour à » une réalité antérieure (avec par exemple l’usage des verbes « rétablir », « redonner », « rendre » etc.), le thème de l’Aménagement, de l’Amélioration, de l’Evaluation.

35Enfin, la dernière famille recouvre la dimension humaine de la restauration, à savoir les Usages, les Acteurs, la Sociologie et les Liens avec la société.

36Les familles relatives aux fonctionnalités et à la finalité de la restauration sont les plus représentées (respectivement 40 et 37 % des occurrences). Les références à un cours d’eau idéal (15%) et à à la dimension humaine de la restauration (7%) sont moins représentées.

37Avec cette première question sur la définition de la restauration, nous interrogeons les prescriptions du métier de porteur de projet, mais aussi la vocation même de la restauration, exprimée sous forme de finalités et de sens de l’action. La conception écologique est dominante et appuyée par un compartimentage des différentes dimensions du cours d’eau.. Cette conception écologique est apparue à partir des années 1990 et est devenue dominante à partir des années 2000 dans la continuité de la DCE ( Morandi, 2014; Morandi et Piégay, 2017). Elle prend appui sur les avancées de la recherche scientifique sur le fonctionnement des cours d’eau. Le terme de fonctionnalité en est un des concepts structurants. Néanmoins une ambiguïté subsiste relativement à la référence qui est prise pour restaurer ces fonctionnalités. Un glissement s’est opéré depuis la restauration d’un état historique, précédant la perturbation, vers une restauration des processus hydromorphologiques qui redonnent au cours d’eau autonomie, résilience et équilibre dynamique (Morandi et Piégay, 2017). Ce basculement dans les références mobilisées apparaît clairement dans la famille « cours d’eau idéal », qui traduit une vision intégrant des processus, des modèles de fonctionnement, et considère le cours d’eau dans sa globalité (composantes physique et biologique réunies). Cela permet d’expliquer la place également prépondérante du référentiel technique et scientifique dans les réponses des porteurs de projet. Il correspond à des compétences attendues en termes d’expertise objective sur l’état des cours d’eau et sur les formes d’action à engager (Richard-Ferroudji, 2008b). Ces conceptions expertes et environnementalistes définissent la restauration de cours d’eau de manière intrinsèque et fondent sa légitimité : une légitimité rationnelle-légale, qui s’impose comme un acquis (Grandjou et Mauz, 2007), découlant directement des obligations imposées par la DCE.

Figure  : Familles thématiques et fréquences des familles apparues dans les réponses à la question « Que signifie pour vous la restauration d’un cours d’eau »

Figure  : Familles thématiques et fréquences des familles apparues dans les réponses à la question « Que signifie pour vous la restauration d’un cours d’eau »

(% du nombre d’occurrences, total de 67 occurrences)

La définition de l’ambition de la restauration pour construire la légitimité sociale et politique du projet

38L’analyse des réponses sur les conditions de réussite d’un projet de restauration devait éclairer les conceptions du déroulement des projets. Elle a fait émerger trente-deux thèmes au total, dont treize communs avec la première question, que nous avons regroupés en sept familles thématiques (Figure 4).

Figure  : Fréquences des familles thématiques apparues dans les réponses individuelles à la question « De quelles conditions dépend la bonne réussite d’un projet de restauration ? »

Figure  : Fréquences des familles thématiques apparues dans les réponses individuelles à la question « De quelles conditions dépend la bonne réussite d’un projet de restauration ? »

(% du nombre d’occurrences, N=78)

39Trois familles thématiques apparues avec la question précédente sont à nouveau présentes mais occupent une place minime :

40La famille des dimensions du cours d’eau, correspond à une forme résiduelle de la famille décrivant les fonctionnalités, apparue dans la question précédente. En effet, sa composition a changé : le thème de la Fonctionnalité n’apparaît plus, et seules quelques dimensions du cours d’eau réapparaissent (Habitat, Vie aquatique, Hydrologie, par exemple).

41La famille des finalités de la restauration s’est réduite à trois thèmes : Restauration, Amélioration et Aménagement.

42La famille relative au cours d’eau idéal est elle aussi réduite à la Résilience du cours d’eau, qui correspond au processus d’ajustement fluvial (Bravard, 1998), qui traduit la forme, l’espace et le temps de la réponse fluviale face à une perturbation. Cette famille associe le thème du Dysfonctionnement et le thème de l’Equilibre.

43Ces familles renvoient à ce qui constitue la réussite d’une restauration, notamment la restauration d’un équilibre du cours d’eau, une amélioration du milieu biologique, et une efficience des travaux d’aménagement réalisés. Elles ne renvoient donc pas aux conditions de cette réussite.

44Les autres familles, plus fréquemment évoquées, renvoient, elles, à des conditions de réussite du projet de restauration :

45La famille de la trajectoire du projet (32%) qui regroupe des thèmes qui donnent une image complète du déroulement d’un projet de restauration : Connaissance (des enjeux), DiagnosticAmbition (définition de), Financement, Action , Evaluation (des actions). Le thème Evaluation a été utilisé au sens de « suivi » soit d’indices ou de paramètres spécifiques, soit des actions de manière générale.

46La famille des approches participatives (22%) correspond à une diversité d’interactions sociales et de liens qui peuvent exister entre le projet, le porteur de projet et le territoire (par exemple : Conciliation, Concertation, Acceptation, Co-construction, Communication, Implication, Appropriation, Intégration, Compréhension, Clarification).

47La famille des dimensions du territoire (19 %) correspond à des éléments dont il faut prendre connaissance en amont du projet : l’Historique, les Usages, les Acteurs, les Visions de ces acteurs. Celle-ci va de pair avec la famille relative aux dimensions spatio-temporelles de la restauration (14%). Elle correspond à l’évocation d’une spatialité (« territoire », « bassin », « site », « amont-aval »), ou d’une temporalité (« en amont », « tout au long », « initial », « moyen et long terme »). Evoquées ensemble, ces familles marquent l’incarnation de la restauration dans son territoire, comme préalable à sa réussite.

48Un basculement s’est alors opéré entre les réponses aux deux questions, entre les fondements de la définition de la restauration et sa mise en œuvre effective : l’expertise scientifique et de la légitimité rationnelle-légale sur lesquelles est basé le référentiel environnementaliste, lui-même au fondement de l’action de restauration, ne suffisent pas à garantir la réussite du projet. D’autres dimensions sont mobilisées par les porteurs de projet : le déroulé du projet, le territoire et la participation des acteurs locaux.

49Ce basculement peut s’expliquer par l’évolution des professions dédiées à la surveillance et à la gestion des milieux naturels et aquatiques (Bouleau et Gramaglia, 2015; Granjou et al., 2010; Richard-Ferroudji, 2008b). Ces derniers auteurs font également part d’un glissement progressif d’un rôle d’expert naturaliste à un rôle de médiateur. Leur travail consiste à articuler un impératif scientifique, qui légitime les savoirs scientifiques, considérés comme acquis, avec un impératif délibératif qui valorise le processus de discussion et de « formations des volontés » en tant que tel (Blondiaux et Sintomer, 2002; Manin, 2002) . Cette articulation prend la forme d’une tension à la fois dans la « situation d’action » (proximité à la nature versus proximité aux acteurs), dans les compétences requises (techniques versus relationnelles) et dans la légitimité (scientifique versus procédurale) (Granjou et al., 2010 : 3).

50Les dimensions du territoire mises en avant dans les réponses à cette deuxième question montrent cependant que ce n’est pas tant une légitimité procédurale qui est recherchée, mais une légitimité sociale et politique du projet. La posture scientifique et rationnelle-légale, représentée par les fonctionnalités et les dimensions du cours d’eau, qui légitime l’action de restauration, n’est en revanche pas suffisante pour la réussite de cette dernière. La multi dimensionnalité du territoire d’action des porteurs de projet participe donc à la reformulation et à la légitimation progressive du projet.

51Ces résultats nous amènent à dire que les dimensions territoriale et participative structurent une logique d’action spécifique. Deux logiques guideraient ainsi l’action des porteurs de projet : une logique territoriale et participative est mobilisée pour la mise en œuvre du projet alors que celui-ci est fondée sur une logique environnementaliste. Dans la suite de l’atelier, nous avons confrontés les porteurs de projet à des discours locaux sur le projet de la Rance des Faluns, exprimant une pluralité de visions du cours d’eau, d’usages et de souvenirs. L’analyse collective de ces extraits d’entretiens révèle à nouveau ces deux logiques d’action et montre qu’elles n’occupent pas la même place dans le cadre d’action des porteurs de projet.

Une première logique d’action articulant un référentiel environnementaliste dominant avec une pluralité de référentiels locaux

52La retranscription des restitutions des trois groupes permet d’analyser les résultats d’une réflexion collective, plus argumentée et structurée qu’à l’échelle individuelle. Chaque groupe a analysé les discours locaux au prisme du référentiel environnementaliste, le positionnant comme un cadre d’interprétation dominant.

La restitution des groupes

L’origine du projet et la référence historique

Le premier groupe (corpus A) a commencé sa restitution en constatant que les discours des enquêtés ne montrent « pas d’opposition franche au projet ». Ces derniers mobilisent des souvenirs, des usages et des savoirs empiriques sur la vie du cours d’eau (anguilles, moules, alluvions). La chenalisation de la Rance a une légitimité dans les discours, puisqu’elle avait permis de régler le problème des inondations, accentuées par les lâchers hydroélectriques du barrage de Rophémel. Selon les enquêtés, la remise en eau de la « Rance historique » et le maintien du chenal sont complémentaires.

Le groupe a toutefois souligné deux aspects problématiques. D’une part, la référence historique choisie pour restaurer la vieille Rance est ambigüe et les enquêtés ne sont pas tous d’accord sur sa localisation. D’autre part, sans remettre en cause le projet de restauration, les enquêtés ne semblent pas comprendre l’origine du projet et en particulier les fonctionnalités et les enjeux ciblés. Les enquêtés ont donc compris la finalité du projet (la remise en eau de la Rance) mais pas son origine précise. La mobilisation de savoirs empiriques, d’usage, de la mémoire ne servait donc pas à contrer le projet mais à lui donner du sens, par rapport à une réalité historique. Les porteurs de projet n’ont pas retrouvé dans les discours le référentiel environnementaliste qui avait permis la formalisation de ce projet. Ce décalage de référentiel s’est cristallisé autour de la question de l’entretien futur du cours d’eau. Pour les enquêtés, l’absence d’entretien de la ripisylve et l’envasement du cours d’eau est un signe de dysfonctionnement ; la remise en eau permet de relativiser ce problème en rétablissant un fonctionnement qu’ils ont connu en tant qu’exploitants agricoles riverains et en leur redonnant, au moins de manière symbolique, une capacité d’action sur l’entretien des berges. Les porteurs de projet ont adopté une posture critique face à cette thématique de l’entretien, évoquant « un gros boulot pédagogique à faire sur ce qu’est un cours d’eau et comment on l’entretient » pour éviter les « désillusions » et pour garantir « l’efficience des actions ».

Savoirs lacunaires et diagnostic non partagé 

53Cette posture défensive s’est plus nettement retrouvée dans le deuxième groupe (corpus A). Son analyse interrogeait la validité des discours sur la forme et le fond, à partir des compétences scientifiques et des expériences de chaque membre du groupe sur leur territoire. Par exemple, la question de « l’enjeu inondation » était selon eux discutable puisqu’il n’y avait que des parcelles agricoles. Il s’agissait plutôt d’une simple « montée des eaux ». Les savoirs empiriques et les souvenirs des enquêtés sont évoqués mais c’est leur caractère lacunaire, incomplet ou imprécis qui est mis en avant. De manière paradoxale, c’est notamment la lecture des propos de l’animateur du SAGE qui a conduit à souligner ces « approximations scientifiques ». Pensant être face à un riverain qui emprunte un vocabulaire technique pour émettre des critiques sur le projet, les porteurs de projet ont exprimé une certaine méfiance, voire une remise en cause de leur légitimité et de leur capacité professionnelle.. Ces ensembles de remarques sur les compétences des porteurs de projet ont été associés au « scepticisme » et à la « peur du changement », positionnant le discours des enquêtés sur un registre émotionnel en décalage avec la rationalité scientifique qui donne sa légitimité au projet. Le groupe a conclu surl’absence de diagnostic partagé dans les discours, ce qui leur paraissait problématique pour la réussite du projet puisque source de possibles « désillusions », voire de possibles conflits.

Résurgence du modèle traditionnel d’entretien des cours d’eau

54Le dernier groupe a analysé le corpus B, où les enquêtés évoquent les dimensions techniques et financières du projet et les solutions alternatives à celui-ci. S’ils ont constaté une adhésion au projet, il existait pour eux une opposition entre les « usages traditionnels » et les « modifications qui peuvent incomber suite à la mise en place d’un tel projet ».

55Une « double nostalgie » se dégage des discours des enquêtés : la nostalgie du passée ressentie par « ceux qui avaient connu l’ancien cours d’eau naturel » (la vieille Rance) et la nostalgie révélée par l’abandon partiel de la Rance chenalisée, une « nostalgie de la nature propre, bien entretenue » que les enquêtés regrettent déjà. Ces deux nostalgies étaient problématiques pour le groupe car elles opposent une naturalité maîtrisée et une autonomie de fonctionnement prônée par la restauration. Elles soulignent l’un des paradoxes du projet : celui de restaurer un cours d’eau naturel qui va accueillir des débits artificiels, tout en entretenant la Rance chenalisée comme un cours d’eau alors qu’elle est d’origine anthropique.

Une tension entre référentiel environnementaliste/référentiel local

56Cette analyse collective révèle une différenciation forte, de la part des porteurs de projet, entre le référentiel environnementaliste à la pluralité de référentiels locaux . Le référentiel environnementaliste est la clé de lecture mobilisée par les porteurs de projets dans l’analyse qu’ils font des discours des enquêtés. Cependant, en se limitant à ce référentiel, les techniciens rivière ne parviennent pas à intégrer les paradoxes intrinsèques au projet et les incertitudes qui en découlent : ils qualifient alors de « peur du changement » les réaction des riverains pour dépasser cette dissonance entre les référentiels, plaçant les référentiels locaux sur un registre émotionnel et par-là potentiellement irrationnel, que le référentiel environnementaliste est dans l’incapacité de prendre en charge.

57En effet, le référentiel environnementaliste s’appuie sur les avancées scientifiques et l’expertise technique, et est au fondement de la restauration des cours d’eau, conception écologique exigée par la DCE. Les référentiels locaux, eux, reposent sur un ensemble de pratiques et représentations du cours d’eau actuelles, des souvenirs et des projections sur le devenir du cours d’eau, qui constituent des « savoirs d’usage » (Nez, 2011). Ces savoirs individuels peuvent se structurer à l’échelle collective, par le biais de mises en commun, de confrontations et de synthèses. Ils peuvent être qualifiés de locaux dans la mesure où ils émergent dans un registre de proximité géographique, politique ou communicationnelle (entre élus et usagers) et sociologique (ressemblance entre élus et usagers, certains ayant plusieurs casquettes) (Sintomer, 2008).

58Cette opposition entre référentiels ne permet pas la constitution d’une « communauté de confiance débattante » (Clayes-Mekdade et al., 2009 : 108) laquelle doit être basée sur un lien de confiance et sur la réalisation d’un apprentissage, au sens d’un « processus qui permet d’avoir prise intellectuelle sur un objet » (ib.). Ce processus d’apprentissage nécessite un lien de confiance, qui s’appuie sur deux éléments (ib.) :

59un certain « degré d’information partagée entre les membres de la communauté de confiance », autrement dit un « savoir commun minimum » ;

60une « reconquête mémorielle duale », ou une appropriation réciproque de la « mémoire longue », détenue par les locaux et constituant les dimensions du territoire (usages, acteurs, visions, historiques) et la « mémoire courte », détenue par les porteurs de projet et qui constitue la sphère technique et scientifique du projet.

61Cette mémoire courte est séquencée par plusieurs étapes : connaissance, diagnostic, ambition, financement, action, évaluation. Suivant cette logique d’action, les étapes de diagnostic et d’évaluation sont stratégiques et dominent (Qu’est-ce qui dysfonctionne dans le cours d’eau ? Que doit-on restaurer ? La restauration a-t-elle amélioré les fonctionnalités du cours d’eau ?). La restriction de ce champ décisionnel à des expertises techniques et scientifiques explique le caractère exclusif, voire « excluant » du processus participatif (Clayes-Mekdade, Leborgne, et Ballan 2009) mis en place au début du projet : les personnes légitimes pour participer à la décision ne peuvent être que des experts techniques capables d’évaluer la faisabilité du projet. La communauté de confiance débattante est donc limitée à ces seules personnes expertes.

62Par ailleurs, l’enquête menée sur la Rance des Faluns (Koerner, 2018) montre que malgré leur exclusion du champ décisionnel, les acteurs locaux enquêtés avaient rattrapé le contenu du projet, sans que des savoirs communs n’aient réellement pu se structurer. Cela explique l’apparente incompréhension de l’origine du projet et le non partage du diagnostic et des solutions techniques. Par ailleurs, l’appropriation réciproque des « mémoires » n’a pas eu lieu : l’expression d’une mémoire longue a été interprétée par les porteurs de projet comme problématique pour le projet car source de désillusions, et les acteurs locaux reconstituaient plus facilement l’histoire du cours d’eau que celle du projet de restauration (ib.).

Une logique territoriale et participative pour dépasser les décalages de référentiels

63Malgré l’affirmation d’un référentiel environnementaliste dominant, , les porteurs de projet ont cherché à interroger les décalages entre celui-ci et et les référentiels locaux, pour les expliquer mais aussi les dépasser pour garantir la réussite et l’efficience des actions. Ils ont ainsi convoqué spontanément un référentiel participatif (comment le projet a été communiqué, présenté) et territorial (comment le projet a été approprié localement). Cette nécessité de réaliser des ajustements, par la pédagogie, révèle une seconde logique d’action. Celle-ci s’exprime au cours de l’atelier à travers le récit du projet de la Rance des Faluns par son porteur, à la demande du groupe. Parce qu’elle n’est pas au fondement de la restauration comme l’est le référentiel environnementaliste, sa spécificité est d’occuper une place interstitielle dans la trajectoire du projet.

64A la suite des restitutions des groupes, une discussion s’est engagée spontanément entre les porteurs de projet. Face au décalages de visions entre les discours des enquêtés et les ambitions techniques du projet, les participants ont interrogé le porteur du projet de la Rance des Faluns sur la manière dont le projet avait été conduit et présenté aux acteurs locaux. Ce dernier s’est alors exprimé et les questions du groupe l’ont amené à revenir sur le récit du projet.

Le récit du projet par son porteur

65Celui-ci fait état d’évènements non prévus dans la gestion initiale du projet. A l’origine, seule l’étude de faisabilité était prévue dans le Contrat territorial. A la suite d’un diagnostic montrant les potentialités écologiques du vieux lit de la Rance, cette étude devait conduire à l’élaboration de solutions techniques pour rediriger une partie des débits du chenal vers l’ancien lit, avec la difficulté de devoir réguler ces débits pour que la puissance des lâchers hydroélectriques ne vienne pas détruire les habitats et inonder les parcelles riveraines à l’aval. Selon le porteur de projet, cette étude de faisabilité devait être réalisée « en catimini », sans concertation, la stratégie du porteur de projet étant de ne pas communiquer sur le projet tant qu’il n’y a pas de certitude sur sa faisabilité technique.

Irruption de la dimension affective et des représentations locales dans le projet

66Au moment de la signature du Contrat territorial, des riverains ont sollicité un élu local, qui s’avérait être aussi le président de la Commission locale de l’eau. Cette demande locale d’agriculteurs riverains de la Rance reposait sur des souvenirs d’enfance, L’un de ces agriculteurs émettant le souhait de « revoir couler de l’eau avant sa mort » donnant au projet une dimension affective. L’élu local a relayé cette demande et la remise en eau est devenu une priorité. Le groupe projet, initialement technique, s’est élargi en impliquant les élus des quatre communes concernées. Cet élargissement du groupe coïncide avec un portage plus politique du projet.

Découverte d’usages non identifiés au préalable

67Certains élus étant agriculteurs, des informations sur le projet ont circulé de manière informelle. Des agriculteurs avaient pris l’habitude de prélever dans ce débit réservé et une erreur administrative avait tacitement donné une légalité à ces prélèvements. Informés du projet, les riverains ont revendiqué leur droit d’irrigation dans le chenal. Cette irruption d’un usage jusqu’alors inconnu de l’équipe technique, a perturbé le projet sur un plan technique, puisqu’il fallait ajouter un débit d’irrigation au débit réservé du chenal. Ces usages ont déplacé les considérations techniques vers la prise en compte des intérêts de agriculteurs riverains, élargissant ainsi le champ décisionnel.

Décalage entre le discours/savoir technique et expert

68Les agriculteurs riverains ont été associés au projet et ils ont été conviés à la restitution des résultats de l’étude de faisabilité par le bureau d’étude. Cette réunion a pris un tournant dramatique, puisque les agriculteurs, mis en présence d’un discours essentiellement technique et pointu, ont exprimé leur mécontentement. Alors que certains s’apprêtaient à quitter la réunion, l’animateur et les élus présents ont tenté de recadrer les discussions avec un « langage commun » expliquant la finalité du projet, partagée par tous : la remise en eau de la Rance. Ce décalage entre un discours expert et les savoirs empiriques des exploitants riverains a occasionné des incompréhensions et des craintes, ce qui a temporairement mis en difficulté le projet, jusqu’à ce qu’une visite de terrain et des échanges informels ne remettent les choses à plat.

69Ce récit montre comment la logique d’action dominante, s’appuyant sur un référentiel environnementaliste, a été mise à l’épreuve au cours du projet. Expliquant ces rebondissements par une « vie du projet » ou un « effet tam-tam » sur lesquels ils « n’ont pas du tout la main », les participants à l’atelier reconnaissent la place importante des « négociations interstitielles » dans la trajectoire du projet. Ces négociations ont lieu ponctuellement et dans les « interstices » du processus décisionnel officiel (Mermet 1998). Il s’agit « d’ajustements de points de vue rapides, qui s’insèrent dans des séquences du processus de décision qui ne sont pas forcément marquées par la négociation » (ib. : 158). Il existe donc une seconde logique occupant une place plus interstitielle, mobilisant les dimensions territoriale et participative.

Une tension entre dimension participative et dimension territoriale

70La dimension participative correspond à un processus organisant et régulant des interactions sociales, à l’échelle individuelle, collective et territoriale. La finalité du processus peut évoluer au cours du projet dans la mesure où le champ décisionnel évolue lui aussi. Parmi les différentes formes que peuvent prendre ce processus participatif, la négociation semble particulièrement appropriée pour décrire cette seconde logique d’action et les tensions qui la structurent (Mermet, 1998; Allain, 2012). En effet, selon Mermet (1998), une situation de négociation se définit par la recherche d’un accord et la prise en compte de divergences de points de vue. La négociation constituerait donc un moyen de dépasser les décalages et tensions entre référentiel environnementaliste et référentiels locaux, et d’ajuster le projet de restauration initial (Dziedzicki, 2016).

71Une négociation se caractérise par une modalité, c’est-à-dire la forme qu’elle prend (organisation de réunion, rencontres informelles, groupes de travail etc.) et/ou par un modèle, c’est-à-dire une stratégie qui consiste à placer la négociation au centre du processus décisionnel (ib.). Dans le récit du projet de la Rance des Faluns, si la négociation n’était pas une modalité au départ, elle n’était pas non plus un modèle. Le processus décisionnel était réduit à sa dimension technique et n’était pas prévu pour prendre en compte des divergences de points de vue, ou de référentiels. Une part de négociation s’est invitée au processus lorsque les élus ont positionné le projet comme une priorité du contrat territorial et que les agriculteurs riverains ont revendiqué leur droit d’irrigation. L’identité paysagère, l’attractivité touristique, les usages agricoles, l’attachement affectif et les risques d’inondation se sont agrégés aux enjeux écologiques initiaux du projet de restauration. La négociation s’est donc d’abord imposée comme modèle en élargissant le champ décisionnel, la communauté débattante et la temporalité du projet. Puis elle a jalonné la trajectoire du projet dans ses modalités (sorties de terrain, réunions, dialogues informels).

72Cette imposition de la négociation comme modèle puis comme modalité traduit une appropriation progressive du projet par les acteurs locaux. Lorsque le projet de restauration entre en résonnance avec des intérêts individuels, collectifs ou territoriaux, celui-ci connaît des reformulations (Emery et al., 2013; Couix et Gonzalo-Turpin, 2015). Le cadrage initial du projet change alors sous l’effet de dynamiques socio-politiques du territoire, qui interrogent les règles de la décision (Qui prend la décision ? Qui compose la communauté débattante ? Quelles modalités de négociation ?), les formes de légitimités, les enjeux de pouvoirs mais également la structuration progressive des savoirs locaux (Mermet 1998; Nez 2011). C’est « l’effet tam-tam », autrement dit les échanges informels sur le territoire, qui a conduit à la revendication d’un droit d’irrigation mais aussi à la structuration progressive des savoirs locaux et de la mémoire longue du territoire. Ainsi structurés, ces savoirs ont pu être mobilisés ensemble face aux savoirs experts du référentiel environnementaliste lors de la restitution de l’étude de faisabilité, conduisant le porteur de projet à mobiliser la mémoire longue du territoire pour interpeller les participants sur l’existence d’un souhait partagé : celui de revoir couler de l’eau dans la Rance.

73Ainsi, si la trajectoire d’un projet de restauration est en théorie linéaire, celle-ci connaît des perturbations correspondant à un ajustement du référentiel environnementaliste. Ces perturbations se concentrent en particulier durant l’étape de définition de l’ambition du projet de restauration. Plus longue que le diagnostic et aux contours temporels moins définis, cette étape prend appui sur une communauté de confiance débattante qui s’est progressivement élargie pour intégrer les acteurs locaux, leurs savoirs, leur mémoire et leurs intérêts. Cette étape comprend elle-même plusieurs phases, décrites par les porteurs de projet au début de l’atelier : définir la « crédibilité du projet de travaux », « clarifier les objectifs de la restauration », « intégrer la restauration dans l’aménagement du territoire ». Dimension participative et dimension territoriale sont en tension dans la mesure où la négociation, en tant que modèle et modalité d’organisation et de régulation sociale (Allain, 2004) est confronté aux dynamiques socio-politiques locales, qui contribuent à reformuler le projet et à modifier le champ décisionnel, la communauté débattante et la temporalité (Barbier et Larrue, 2011).

Conclusion

74A travers une méthodologie originale mobilisant la réflexivité des techniciens rivière, nous avons mis en évidence deux logiques d’action paradoxales mais sans doute complémentaires (Figure 5). La première est dominée par un référentiel environnementaliste, au fondement de l’action de restauration. Par essence, cette logique d’action produit des divergences et des tensions entre le référentiel environnementaliste dominant et une pluralité de référentiels locaux. Ces divergences sont dépassées grâce à une deuxième logique d’action propre à la conduite du projet et qui conditionne sa réussite. Elle articule une dimension participative, qui traduit une posture que le technicien peut adopter, volontairement ou non, pour organiser et réguler ses interactions avec une diversité d’interlocuteurs, et une dimension territoriale, qui correspond aux dynamiques et à la structure socio-politiques locales. Les interactions entre ces deux dimensions sous forme de tension dans le projet étudié contribuent à la reformulation du projet, à l’élargissement du champ décisionnel et de la communauté débattante et, finalement, à donner sa légitimité sociale au projet. Cette ambivalence de logiques d’action rejoint d’autres travaux de recherche (e.g. Barthélémy et Souchon, 2009; Dufour et Piégay, 2009) mais nous avons montré également qu’elles se nourrissent l’une l’autre pour territorialiser le projet de restauration (Micoud, 2015; Germaine et Lespez, 2014).

Figure  : Deux logiques structurant le cadre d’action des techniciens de rivière

Figure  : Deux logiques structurant le cadre d’action des techniciens de rivière

75En effet, si la logique d’action territoriale et participative conditionne la réussite des projets de restauration, elle occupe pourtant une place interstitielle dans les référentiels des techniciens de rivière. Quand bien même une réflexivité individuelle et collective a été engagée au cours de l’atelier, révélant ces deux logiques d’action, le récit de la trajectoire du projet montre que cette seconde logique, fondée sur les dimensions territoriale et participative, n’a été mobilisée qu’a posteriori de la formulation du projet, donc de manière curative, suite à des rebondissements imprévus. On peut dès lors parler d’une réflexivité limitée telle que discutée par Bessis (2008). D’une part, elle est n’apparait pas nécessairement dans le projet, ce qui signifie qu’elle est « activée sous certaines conditions (première limitation) » (ib. : 27). D’autre part, elle interroge la logique d’action environnementaliste « sans jamais s’en affranchir complètement (seconde limitation) » (ib.)

76Cette réflexivité limitée peut s’expliquer par un décalage entre l’inertie des prescriptions de la DCE, qui conditionnent les intitulés de postes et les capacités requises, et l’évolution des prescriptions locales impulsées par les partenaires techniques et financiers des projets (Agence de l’eau, Département, Région, Agence Française pour la Biodiversité). Ces derniers poussent à concentrer les actions sur des projets de restauration ambitieux, qui bouleversent les temporalités, les spatialités et le champ décisionnel habituels. Cette recherche fixe un cadre sur lequel les techniciens rivière pourront agréger des repères méthodologiques déjà existants ou à construire. La dynamique d’apprentissage collectif, au cœur de ce travail, nous paraît être un levier pertinent pour formaliser ces évolutions de la profession, à travers par exemple, la création d’un référentiel métier spécifique.

Haut de page

Bibliographie

ALLAIN S., 2004, La négociation comme concept analytique central d’une theorie de la régulation sociale, Négociations 2 (2), p. 23‑41.

ALLAIN S., 2012, Négocier l’eau comme un bien commun à travers la planification concertée de bassin, Natures Sciences Sociétés 20 (1), p. 52‑65.

BARBIER M., CAUCHARD L., JOLY P.-B., PARADEISE C. et VINCK D., 2013, Pour une Approche pragmatique, écologique et politique de l’expertise, Revue d’anthropologie des connaissances 7, n° 1 (1), p. 1‑23. https://doi.org/10.3917/rac.018.0001.

BARBIER R. et LARRUE C., 2011, Démocratie environnementale et territoires : un bilan d’étape, Participations, no 1 (octobre), p. 67104.

BARRAUD R. 2017, Removing Mill Weirs in France: The Structure and Dynamics of an Environmental Controversy, Water Alternatives 10 (3), p. 796‑818.

BESSIS F. 2008, La théorie de la réflexivité limitée : Une contribution au débat sur l'action entre l'économie des conventions et la théorie de la régulation, Cahiers d'Economie Politique, p. 27-56.

BARTHELEMY C. et SOUCHON Y., 2009, La restauration écologique du fleuve Rhône sous le double regard du sociologue et de l’écologue, Natures Sciences Sociétés, no 17, p. 113‑21.

BLONDIAUX L. et SINTOMER Y., 2002, L’impératif délibératif, Politix 15 (57), p. 17‑35. https://doi.org/10.3406/polix.2002.1205.

BOULEAU G. et GRAMAGLIA C., 2015, From fishing control to environmental control: the evolution of a profession dedicated to aquatic life protection, in I. ARPIN, G. BOULEAU, J CANDAU et A. RICHARD FERROUDJI (eds), Activités professionnelles à l’épreuve de l’environnement, p. 73‑90. Octarès. https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-01166076.

BRAVARD J.-P., 1998, Le temps et l’espace dans les systèmes fluviaux, deux dimensions spécifiques de l’approche géomorphologique, Annales de Géographie 107 (599), p. 3–15. https://doi.org/10.3406/geo.1998.20830.

CLAYES-MEKDADE C., LEBORGNE M. et BALLAN G., 2009, Cadrer la concertation pour construire la confiance ? Arles, Marseille, le Verdon, In MERMET L., BERLAN-DARQUE M. (eds), Environnement : décider autrement : Nouvelles pratiques et nouveaux enjeux de la concertation, p. 97‑115.

Collectif, Eau et agriculture : quels défis aujourd'hui et demain ?, Revue Pour, 2012/1 (N° 213)

COUIX N., et GONZALO-TURPIN H., 2015, Towards a land management approach to ecological restoration to encourage stakeholder participation, Land Use Policy 46, p. 155‑162. http://dx.doi.org/10.1016/j.landusepol.2015.01.025.

COUSIN O. et RUI S., 2011, La méthode de l’intervention sociologique : Évolutions et spécificités, Revue française de science politique 61 (3), p. 513‑532.

DUFOUR S. et PIEGAY H., 2009, From the Myth of a Lost Paradise to Targeted River Restoration: Forget Natural References and Focus on Human Benefits, River Research and Applications 25 (5), p. 568‑581. https://doi.org/10.1002/rra.1239.

DZIEDZICKI J.-M., 2016, Quelles réponses aux conflits d’aménagement ? De la participation publique à la concertation, Participations, no 13 (janvier), p. 145‑170.

EMERY S. B., PERKS M. T. et BRACKEN L. J.. 2013. « Negotiating river restoration: The role of divergent reframing in environmental decision-making ». Geoforum 47, p. 167‑77. http://dx.doi.org/10.1016/j.geoforum.2013.01.008.

GERMAINE M.-A. et BARRAUD R.,2013, Les rivières de l’ouest de la France sont-elles seulement des infrastructures naturelles ? Les modèles de gestion à l’épreuve de la directive-cadre sur l’eau, Natures Sciences Sociétés, no 21, p. 373‑84.

GERMAINE M.-A. et LESPEZ L., 2014, Le démantèlement des barrages de la Sélune (Manche). Des réseaux d’acteurs au projet de territoire ?, Développement durable et territoires. Économie, géographie, politique, droit, sociologie, no Vol. 5, n°3 (décembre). https://doi.org/10.4000/developpementdurable.10525.

GIRARD S. 2014, Les ressorts territoriaux de la gestion de l’eau : le cas de la Drôme (1980-2013), VertigO - la revue électronique en sciences de l’environnement, no Hors-série 20 (décembre). https://doi.org/10.4000/vertigo.15262.

GRANDJOU C. et MAUZ I., 2007,Un « impératif scientifique » pour l’action publique ? Analyse d’une compétition pour l’expertise environnementale, Socio-logos . Revue de l’association française de sociologie, no 2 (mars). https://socio-logos.revues.org/893.

GRANJOU C., MAUZ I. et COSSON A., 2010, Les travailleurs de la nature : une professionnalisation en tension, SociologieS, décembre. http://sociologies.revues.org/3296.

KOERNER E., 2018, Etude de cas de la Rance des Falluns. Rapport dans le cadre du projet Morpheus. Agrocampus Ouest, 25 p.

LAPLANTE B., 2005, Cheminement éthique d’un chercheur engagé en recherche collaborative, Revue des sciences de l’éducation 31 (2), p. 417‑40. https://doi.org/10.7202/012763ar.

LE CALVEZ C., 2017, Les usagers confrontés à la restauration de la continuité écologique des cours d’eaus de petits cours d’eau de l’ouest de la France : approche en région Bretagne, Université de Rennes 2.

LESPEZ L., GERMAINE M.-A. et BARRAUD R., 2016, L’évaluation par les services écosystémiques des rivières ordinaires est-elle durable ?, VertigO - la revue électronique en sciences de l’environnement, no Hors-série 25 (août). https://doi.org/10.4000/vertigo.17443.

MANIN B., 2002, L’idée de démocratie délibérative dans la science politique contemporaine. Introduction, généalogie et éléments critiques. Entretien avec Bernard Manin, Politix 15 (57), p. 37‑55.

MAUZ I., G. BOULEAU, J. CANDAU, A. RICHARD-FERROUDJI, et Institut national de recherche en sciences et technologies pour l’environnement et l’agriculture, éd. 2015. Activités professionnelles à l’épreuve de l’environnement. Toulouse, France: Octares, DL 2015.

MERMET L., 1998, Place et conduite de la négociation dans les processus de décision complexes : l’exemple d’un conflit d’environnement, in FAURE G. O., MERMET L., TOUZARD H. (eds), La négociation, situations et problématiques, Paris, Nathan.

MICOUD A., 2015, D’une restauration hydraulique et écologique à un territoire de projet : le cas du Haut-Rhône français, From a scheme of ecological and hydraulic restoration to the formation of a political force : the case of the Upper-Rhone in France, Natures Sciences Sociétés 23 (2), p. 109‑19.

MORANDI B., 2014, La restauration des cours d’eau en France et à l’étranger : de la définition du concept à l’évaluation de l’action, ENS Lyon.

MORANDI B. et PIEGAY H., 2017, Restauration de cours d’eau en France : comment les définitions et les pratiques ont-elles évolué dans le temps et dans l’espace, quelles pistes d’action pour le futur ? » juillet 2017. http://www.onema.fr/sites/default/files/pdf/CPA2017-Restauration-chrono.pdf.

NARCY J.-B., 2013, Regards des sciences sociales sur la mise en oeuvre des politiques de l’eau. ONEMA.

NEZ H., 2011, Nature et légitimités des savoirs citoyens dans l’urbanisme participatif ». Sociologie, no4, vol. 2 (décembre). https://sociologie.revues.org/1098.

RAULT Ker, Ph A., et JEFFREY P. J., 2008, Deconstructing Public Participation in the Water Framework Directive: Implementation and Compliance with the Letter or with the Spirit of the Law?, Water and Environment Journal 22 (4), p. 241‑49. https://doi.org/10.1111/j.1747-6593.2008.00125.x.

RICHARD-FERROUDJI A., 2008a, L’animateur de bassin versant : Insuffler vie à une communauté de l’eau | Cosmopolitiques, Cosmopolitiques, no 17, p. 139‑52.

RICHARD-FERROUDJI A., 2008b, L’appropriation des dispositifs de gestion locale et participative de l’eau : Composer avec une pluralité de valeurs, d’objectifs et d’attachement, Paris, EHESS.

SINTOMER Y., 2008, Du savoir d’usage au métier de citoyen ?, Raisons politiques n° 31 (3), p. 115‑33.

TOURAINE A., 1978, La voix et le regard, Paris, Seuil.

VINATIER I. et MORRISSETTE J., 2015, Les recherches collaboratives : enjeux et perspectives, Carrefours de l’éducation, no 39 (juin), p. 137‑170.

Haut de page

Notes

1 Directive 2000/60/CE du Parlement européen et du Conseil du 23 octobre 2000 établissant un cadre pour une politique communautaire dans le domaine de l'eau

2 Loi n° 2004-338 du 21 avril 2004 portant transposition de la directive 2000/60/CE du Parlement européen et du Conseil du 23 octobre 2000 établissant un cadre pour une politique communautaire dans le domaine de l'eau

3 Le projet Morpheus (De la restauration hydromorphologique aux usages des cours d’eau : Prendre en compte la multiplicité des discours, des attentes et des pratiques) est financé par la Région Bretagne et l’Agence de l’Eau Loire-Bretagne en partenariat avec le Centre de Ressources et d’Expertise sur l’Eau en Bretagne, pour une durée de deux ans (mars 2017- mars 2019).

4 Centre de Ressources et d’Expertise scientifique sur l’Eau en Bretagne. Le CRESEB est partenaire du projet Morpheus, il anime et coordonne le transfert des résultats de la recherche vers les acteurs de la gestion de l’eau et des milieux aquatiques. Le CRESEB nous a activement aidé pour constituer le groupe de techniciens de rivière.

5 Les cellules ASTER (Animation et de suivi des travaux en rivières et milieux aquatiques) accompagnent la mise en œuvre des actions en faveur des milieux aquatiques dans le cadre des SAGE et des contrats territoriaux de bassin. Elles ont également un rôle de veille technique et animent un réseau des porteurs de projets de restauration de milieux aquatiques. En Ille et Vilaine, ce rôle est assuré par l’Etablissement Public Territorial de Bassin de la Vilaine.

6 Cette étude fait l’objet d’une publication spécifique, actuellement en cours de soumission, à partir d’un premier rapport d’étape (Koerner, 2018)

7

8 Pour faciliter la compréhension, les thèmes sont indiqués en italique et les mots-clés qui s’y rapportent entre guillemets.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure  : Carte du réseau hydrographique et des cours d’eau concernés par le projet de restauration de la Rance des Faluns : la Vieille Rance et la Rance chenalisée
URL http://journals.openedition.org/geocarrefour/docannexe/image/10540/img-1.png
Fichier image/png, 134k
Titre un cours d’eau qui s’est envasé
URL http://journals.openedition.org/geocarrefour/docannexe/image/10540/img-2.png
Fichier image/png, 1,6M
Titre Figure  : Familles thématiques et fréquences des familles apparues dans les réponses à la question « Que signifie pour vous la restauration d’un cours d’eau »
Légende (% du nombre d’occurrences, total de 67 occurrences)
URL http://journals.openedition.org/geocarrefour/docannexe/image/10540/img-3.png
Fichier image/png, 60k
Titre Figure  : Fréquences des familles thématiques apparues dans les réponses individuelles à la question « De quelles conditions dépend la bonne réussite d’un projet de restauration ? »
Légende (% du nombre d’occurrences, N=78)
URL http://journals.openedition.org/geocarrefour/docannexe/image/10540/img-4.png
Fichier image/png, 74k
Titre Figure  : Deux logiques structurant le cadre d’action des techniciens de rivière
URL http://journals.openedition.org/geocarrefour/docannexe/image/10540/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 26k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Virginie Anquetil, Elsa Koerner et Philippe Boudes, « La restauration hydromorphologique des cours d’eau ou la difficile articulation des référentiels environnementalistes et territoriaux », Géocarrefour [En ligne], 92/1 | 2018, mis en ligne le 06 juillet 2018, consulté le 17 juillet 2018. URL : http://journals.openedition.org/geocarrefour/10540 ; DOI : 10.4000/geocarrefour.10540

Haut de page

Auteurs

Virginie Anquetil

Agrocampus Ouest UMR CNRS 6590 Espaces et Sociétés 65, rue de Saint-Brieuc CS 84215 35042 Rennes Cedex virginie.anquetil@agrocampus-ouest.fr

Elsa Koerner

Agrocampus Ouest UMR CNRS 6590 Espaces et Sociétés 65, rue de Saint-Brieuc CS 84215 35042 Rennes Cedex elsa.korner@agrocampus-ouest.fr

Philippe Boudes

Agrocampus Ouest UMR CNRS 6590 Espaces et Sociétés 65, rue de Saint-Brieuc CS 84215 35042 Rennes Cedex philippe.boudes@agrocampus-ouest.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© Géocarrefour

Haut de page
  • OpenEdition Journals