Navigation – Plan du site
Articles

Une colonisation de l’imaginaire du fleuve ? Réflexions sur l’engagement de groupes « bourgeois » dans le devenir du cours d’eau à Chennai, en Inde du Sud

A colonization of the imagination of the river?Reflections on the engagement of "bourgeois" groups in the future of the watercourse in Chennai, South India
Karine Hochart

Résumés

En décembre 2015, des inondations frappent la ville de Chennai, en Inde du Sud, et ravivent le débat sur le devenir de deux rivières urbaines, la Cooum et l’Adyar. Loin de la figure du fleuve indien sacré, ces cours d’eau, dépourvus de significations religieuses, sont restés historiquement en marge du développement de la ville. L’inondation révèle le fleuve des possibles. Plusieurs groupes d’intérêt « bourgeois » s’emparent alors de la question environnementale pour promouvoir leurs visions du fleuve à venir. À travers un examen des liens entre les imaginaires et les actions de ces élites sur l’Adyar, cet article rend compte des rapports de pouvoir exercés via des imaginaires fluviaux dominants, témoignant d’un mode de planification urbaine informel, infra-étatique, s’immisçant à l’échelle du quotidien.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Les noms des enquêtés ont été modifiés.
  • 2 Ce groupe à visée patrimoniale, créé en 2015, s’inscrit dans le cadre des activités de la Madras We (...)

1En octobre 2016, près d’un an après les inondations qui ont touché la ville de Chennai, en Inde du Sud, le « Chennai Water Forum » était organisé par le Goethe Institute - l’institut culturel allemand - pour discuter du devenir des cours d’eau. Invité pour présenter sa position sur la valeur patrimoniale des cours d’eau, Vidyadhar1, écrivain et historien, fondateur du groupe « Cooum a Cultural Mapping »2, a fait polémique en soutenant que les rivières de Chennai « ne pourraient jamais être restaurées », et qu’il était « inutile de perdre [son] temps » sur ces questions. Insistant sur leur caractère saisonnier, il rappelle que l’insuffisance du débit constitue l’obstacle majeur à la restauration écologique. Ses propos défaitistes et inattendus, aux antipodes des objectifs du séminaire, sont restés sans écho. Ils ont toutefois contribué à lever le voile sur les représentations antagonistes des cours d’eau à Chennai, suscitant une interrogation quant à leur définition. Vidyadhar revendique la proximité qu’il entretient avec la rivière et sa connaissance intime du territoire : « J’ai passé des journées à arpenter les cours d’eau à Chennai, est-ce que ces gens les ont déjà vu ? » D’un autre côté, les initiatives du Goethe Institute, soutenues par les autorités publiques, sont motivées par une injonction à la gestion environnementale qui s’est accrue à la suite des inondations. À travers ces divergences de regards sur les cours d’eau et leur devenir, c’est une confrontation de savoirs sur le territoire qui se dessine, avec d’un côté l’espace de l’expérience et du vécu et de l’autre celui de la planification et de la gestion. Face à une partition des relations au territoire finalement relativement classique, cette recherche emprunte une voie singulière, l’entrée par les rapports de pouvoir.

  • 3 Il s’agit d’une thèse en cotutelle entre l’Université François-Rabelais de Tours et l’Université An (...)

2En m’appuyant sur mes travaux de thèse3, je propose une réflexion sur les liens entre les imaginaires et les engagements de groupes dominants dans le devenir des cours d’eau. Compte tenu de la pluralité des relations des habitants aux cours d’eau à Chennai, quels imaginaires du fleuve sont légitimés ? Comment ces groupes d’élites sont-ils susceptibles d’infléchir le devenir des rivières ?

3Dans la lignée des recherches sur le rôle de l’environnementalisme des classes supérieures dans la gouvernance urbaine (Follmann, 2016 ; Baviskar, 2011a ; Arabindoo, 2010), cet article entend enrichir le débat d’un travail empirique porté sur les imaginaires de groupes dominants. L’objectif est ainsi de contribuer à l’intelligibilité des dynamiques de pouvoir qui entourent la question du devenir de la rivière Adyar à Chennai, à travers une mise en perspective des représentations et des actions d’élites organisées en groupes d’intérêt. Il s’agit d’élites -au pluriel- concentrant à la fois un capital culturel, social et symbolique, dont le profil sera développé plus loin. Par « groupes d’intérêt » (Offerlé, 1998), j’entends des groupes privés de la société civile se distinguant du militantisme mais pouvant faire pression sur les décideurs politiques en vue de satisfaire leurs intérêts spécifiques.

4Mon attention porte sur deux de ces groupes - Clean Adyar Initiative (notée CAI) et Cooum : a cultural mapping (CCM) – dont les activités sont liées aux cours d’eau. Le CAI se compose de membres du Madras Boat-Club pratiquant l’aviron et impliqués dans la restauration écologique de l’Adyar tandis que le CCM est une association visant à la documentation des rivières dans une approche patrimoniale. Alors que les deux cours d’eau de la ville, l’Adyar et la Cooum, sont communément désignés par le terme Cooum (nom du cours d’eau principal arborant aujourd’hui un sens péjoratif) et considérés comme des nalas (drain en hindi), une minorité d’élites les perçoit comme des rivers (traduit ici par fleuve). Quelles sont alors les implications de l’attribution d’une étiquette « fleuve » aux cours d’eau de Chennai ? Développée en filigrane dans cet article, la question de l’appellation se révèle un enjeu symbolique au cœur de luttes d’appropriation.

  • 4 30 à 40% des eaux usées de la ville sont estimées être déversées dans les cours d’eau. Le rapport d (...)

5Quelques précisions sur la nature de ces rivières permettent de mieux comprendre cette discussion. Naissant dans le village du même nom à 70 kilomètres de Chennai, le Cooum traverse l’agglomération sur 32 kilomètres. Le barrage de Kesavaram, en amont, dévie une grande partie de la rivière, réduisant considérablement son débit à son entrée dans la ville. L’Adyar prend sa source près du réservoir Chembarambakkam et se déploie sur quelques 42 kilomètres. Alimentée essentiellement par les pluies de moussons, son débit varie fortement, impliquant une alternance de périodes d’assèchement et de crue. En traversant Chennai, ville de 4,9 millions d’habitants (9 millions dans la région métropolitaine), ces rivières se transforment en déversoirs des eaux usées domestiques et industrielles4. S’ils se jettent effectivement dans la mer (de manière discontinue pour l’Adyar), ces cours d’eau pourraient être qualifiés de fleuves ; toutefois, l’expression «rivière urbaine » semble plus à même de traduire la réalité de ces petits cours d’eau saisonniers, quasi-exclusivement urbains et largement pollués.

Imaginaires du fleuve et « environnementalisme bourgeois »

6L’entrelacement séculaire des relations entre individus et fleuve et la puissance poétique de l’eau (Bachelard, 1993) expliquent sûrement la part d’imaginaire et de fantasme, ou d’aversion, que suscite l’évocation du fleuve. De tout temps, le fleuve a fait l’objet de représentations ambiguës et contradictoires (Ultsch, 2010). Il est façonné par des rationalités, techniques et imaginaires (Pierron et al., 2007) qui, en modifiant les usages et générant des conflits sociaux, entrent en jeu dans le domaine politique. Savoirs sur l’eau et paysages fluviaux sont intimement imbriqués : l’élévation de l’expertise dans la gestion du fleuve au cours du temps a grandement contribué à valoriser une approche techniciste du fleuve aux États-Unis et en Europe (Castonguay, Evenden, 2012). Aujourd’hui, la profusion de projets de requalification des rives urbaines atteste d’une volonté de placer le fleuve comme élément structurant des projets urbains (Romain, 2010), vecteur de construction identitaire conciliant enjeux esthétiques et paysagers. Mais la réplication à l’échelle mondiale de ces projets teintés d’occidentalo-centrisme questionne : assiste-t-on à une uniformisation des modes de faire la ville à travers la « reconquête » (Gérardot, 2004) du fleuve urbain ?

Le fleuve indien : sacré, pollué et instrumentalisé ?

7En Inde, le contraste entre valeurs spirituelles du fleuve et défis environnementaux ne font que compliquer les tentatives de rendre ces dynamiques intelligibles. L’ouvrage d’Harit Joshi et Anne Viguier (2014), Villes et fleuves en Asie du Sud ouvre la voie sur la complexité des significations du fleuve dans la culture indienne et interroge sur les possibilités d’approches paysagères ou patrimoniales du fleuve. La pluralité et la superposition de visions issues de traditions différentes sur le fleuve rend toute conclusion hasardeuse. Les travaux réalisés jusqu’alors révèlent une forme de polarisation des représentations du fleuve indien, oscillant entre le fleuve sacré et le fleuve pollué, considéré essentiellement sur le plan environnemental. Il semble que peu de recherches abordent la relation quotidienne des habitants aux fleuves urbains indiens, bien que les dynamiques socio-spatiales sur les espaces riverains dans les métropoles fassent l’objet de travaux récents. À Delhi, la rive de la Yamuna, espace « entre-deux » (Sharan, 2016) perçu comme l’arrière-cour pour la majorité des habitants, est devenue une nouvelle frontière du développement urbain (Follmann, 2015 ; Baviskar, 2011b). Parmi les projets de développement des fronts d’eau en Inde, le cas du fleuve Sabarmati à Ahmedabad est le plus célèbre et controversé, dénotant l’aspiration à la fabrique d’une ville « durable » de classe mondiale (Pessina, 2012). Cette ambition conduit à un mode de gouvernance par l’esthétique (Ghertner, 2011) redéfinissant la légitimité des pratiques. Les rives urbaines, à travers les projets d’embellissement, sont des lieux privilégiés de l’expression de ce mode de gouvernance.

Aspirations bourgeoises

  • 5 Une revue de littérature sur cette question dépasserait le cadre de cet article. Je renvoie ici aux (...)

8La mise en œuvre de ces projets d’aménagement des fronts d’eau urbains s’accompagne souvent de multiples formes d’exclusion des populations autochtones (Coelho, Raman, 2010, 2013), accentuées dans un contexte indien fortement imprégné d’une culture de l’éviction5. Si l’instrumentalisation de la nature urbaine pour la reconfiguration du territoire au profit des dominants n’est pas un phénomène nouveau (Castonguay, Evenden, 2012), il s’est toutefois intensifié sous les effets de la néolibéralisation. En Inde, l’analyse critique des rôles et de l'impact des classes moyennes dans la planification s’est progressivement imposée, comme le dénote l’usage croissant de la notion « d’environnementalisme bourgeois » dans les recherches urbaines (Arabindoo, 2010, 2011 ; Follmann, 2016 ; Baviskar, 2011a). Introduit par la sociologue Amita Baviskar (2011a), l’environnementalisme bourgeois désigne un schème de pensée des classes moyennes indiennes selon lequel la nature est perçue comme un décor urbain réservé à une élite. Cette approche se couple à des considérations hygiénistes et esthétiques résonnant avec un discours environnemental dominant sur la propreté et la pollution. Ceci transparaît dans les politiques d’embellissement opposant le green (écologique) au brown agenda (social) et privilégiant le premier sur le second (Dupont, Ramanthan, 2007). L’environnementalisme bourgeois entend rendre compte de l’écart entre le précepte et la pratique, cette double intrication caractéristique de la pensée environnementale des classes moyennes : les individus s’investissent dans des actions citoyennes environnementales alors que leurs modes de consommation intensifs portent préjudices à l'environnement (Baviskar, 2011a). Le renforcement de l’intérêt pour cette notion reflète certainement des changements de modes de concevoir la ville en Inde, avec des aspirations d’une classe sociale plus prégnantes dans les pratiques urbanistiques. Toutefois, celle-ci demeure une notion émergente qui gagnerait à être étayée empiriquement. Mawdsley (2004) rappelle que les classes moyennes urbaines indiennes sont un construit complexe et hétérogène dont on peut difficilement tirer des conclusions générales sans opérer de réductions simplistes. Malgré l’importance des travaux réalisés sur la gouvernance par les projets urbains, les rôles, les motivations et imaginaires des classe moyennes et supérieures dans les dynamiques actuelles restent un pan méconnu de la recherche urbaine indienne. C’est dans l’optique d’éclairer cette zone d’ombre que se place cette contribution.

9Inspirée des travaux de Sylvain Guyot et Pauline Guinard (2015) sur l’imaginaire territorial en Afrique du Sud, je définis l’imaginaire du fleuve comme « ce qui est à la rencontre de la mobilisation d’un corpus d’images [du fleuve][...] diversifiées par leur forme (visuelle ou mentale) ou leur intentionnalité ([...]utopie, dystopie) d’une part, et de l’imagination appliquée à un territoire réel (capacité d’invention, de recréation etc.) d’autre part » (ibid. :70). Les imaginaires se distinguent ici des représentations, images intériorisées que les habitants ont des cours d’eau de Chennai, en ce qu’ils comprennent une forte capacité d’invention. Intégrant une variable spatio-temporelle, l’imaginaire peut en ce sens mobiliser l’image d’un fleuve de l’ailleurs, d’hier, d’aujourd’hui ou du futur. Son application au territoire réel est associée à un résultat jugé plus ou moins positif par l’individu, selon des scénarios dits utopiques ou dystopiques (ibid.).

Une enquête avec photo-elicitation

  • 6 30 entretiens ont été conduits auprès d’acteurs variés : résidents à proximité ou non du cours d’ea (...)

10Cet article s’appuie sur les résultats d’une enquête menée depuis 2015. L’observation in situ lors de séjours prolongés sur le terrain – trois périodes de 6 mois de janvier 2015 à mai 2017 – constitue la source principale d’informations recueillies par le biais de l’imprégnation. Les rivières urbaines de Chennai - la Cooum et l’Adyar – ont constitué le fil conducteur de l’enquête et orienté les choix d’interactions. Une série d’entretiens semi-directifs6 puis avec photo-elicitation, méthode « basée sur l’idée simple d’insérer une photographie dans un entretien de recherche » (traduction) (Harper, 2002 : 13) ont complété, corroboré ou réorienté les hypothèses inférées au cours de l’investigation. Les photographies ont été sélectionnées en vue de représenter le fleuve dans sa diversité, le corpus rassemble alors : des images des cours d’eau de Chennai (dans et hors la ville), des fleuves peu anthropisés (Amazone, Nil), un fleuve avec barrage (Kaveri), des fleuves urbains occidentaux aménagés (Tamise, Seine, South Platte River à Denver, Capibaribe à Recife) ainsi que des fleuves urbains indiens (Le Gange et la Sabarmati). Cette méthode, non dénuée de biais ni d’une forme d’artificialité (en ce qu’elle vise précisément à appréhender des imaginaires à partir d’images), a toutefois permis de libérer la parole des enquêtés, suscitant des commentaires sur les supports imagés. Quelques résultats obtenus à l’aide de cette méthode seront présentés ici.

  • 7 L’apport en eau a reposé essentiellement sur les réservoirs des temples et le système de eris, imbr (...)
  • 8 Il conviendrait de s’attarder sur l’évolution historique de la relation ville-rivière à Chennai sou (...)

11Capitale du Tamil-Nadu, Chennai, anciennement Madras, est fondée comme comptoir colonial en 1639 et tient son origine de l’implantation du fort St-Georges par les Anglais. La ville se déploie à partir de ce centre en incorporant les noyaux d’habitation préexistants, répartis de manière diffuse sur le territoire autour des principaux temples. Ces premiers villages étaient d’ailleurs installés à distance des cours d’eau. Du fait de leur saisonnalité, les rivières Cooum et Adyar n’ont pas constitué pour les habitants une ressource pérenne en eau7. La colonisation britannique marque ensuite un tournant utilitariste dans la relation ville-rivière à Chennai8 : la Cooum devient navigable, les travaux de construction du canal Buckingham son initiés tandis que les garden-houses anglaises fleurissent sur les rives de l’Adyar, prisée pour sa fraîcheur et son cadre verdoyant. Le Madras Boat-Club, club d’aviron fondé par les colons anglais en 1867 est implanté en 1892 sur la rive nord de l’Adyar (carte 2).

Carte 1- Chennai, limites administratives et hydrographie

Carte 1- Chennai, limites administratives et hydrographie

Hochart, 2018

Carte 2 - Localisation des entretiens

Carte 2 - Localisation des entretiens

Hochart, 2018

  • 9 Régulièrement cité par les autorités publiques comme le parangon d’une restauration réussie, l’éco- (...)

12Aujourd’hui, l’Adyar conserve une tonalité largement élitiste, notable tant dans l’occupation de ses rives (le quartier du Boat-Club connaît le prix du foncier le plus élevé) que dans la portée exclusive des projets de restauration écologique9. Lieux de forts contrastes sociaux, les abords de l’Adyar restent dominés par des espaces privatifs et des quartiers résidentiels aisés. La carte 3 ci-dessous rend compte du profil sociologique des habitants riverains de l’Adyar et situe les projets d’éco-restauration engagés par les autorités publiques. La construction de l’éco-parc Adyar Poonga sur un bras de la rivière en 2008 (sous la pression d’un groupe d’intérêt environnementaliste, Exnora) marque le début du projet d’éco-restauration de l’Adyar et la création de l’agence en charge de la restauration des rivières de la ville, la Chennai River Restoration Trust (CRRT). Le projet complète à ce jour sa deuxième phase sur la zone de l’estuaire (dragage et plantation de mangroves) et ambitionne le nettoyage de l’ensemble la rivière avec un réaménagement des berges (création de stations d’épurations, de réseaux d’assainissement, de pistes cyclables et piétonnes, de parcs etc.) moyennant l’éviction des populations des slums (bidonvilles).

Carte 3 - Les activités le long de l'Adyar - contrastes sociaux et prédominance des institutions

Carte 3 - Les activités le long de l'Adyar - contrastes sociaux et prédominance des institutions

Hochart, 2018

  • 10 Je reprends cette expression militante employée pour désigner les projets de restauration écologiqu (...)

13Alors que l’Adyar concentre déjà les préoccupations environnementales, sa forte médiatisation à la suite de l’inondation n’a fait que renforcer sa place sur le devant de la scène. Espace convoité dont le devenir cristallise les aspirations bourgeoises, elle est le lieu de convergence et d’expression d’un environnementalisme élitiste10, ce qui lui confère cette attention particulière dans l’enquête.

14Véritable rupture d’intelligibilité (Bensa, Fassin, 2002), l’inondation opère une « modification sensible des rapports de force et de la configuration des possibles » (ibid. :7) et provoque l’action au nom du cours d’eau. Renversant les représentations établies sur le cours d’eau, l’évènement a été saisi dans sa portée heuristique. Dans un contexte jusqu’alors caractérisé par l’effacement de la rivière, des groupes d’élites s’emparent activement de la question du devenir du cours d’eau. L’enquête porte alors sur deux groupes d’intérêt – le CCM et le CAI - exprimant un engagement singulier à la rivière.

15Le groupe Cooum : a cultural mapping, créé d’abord sur les réseaux sociaux, vise à la documentation du patrimoine le long des rivières de Chennai. Il se compose d’une élite locale intéressée par l’histoire organisant des sorties patrimoniales thématiques. Malgré l’importance de ce groupe (1700 membres), le nombre d’individus effectivement impliqués est bien plus réduit, et l’enquête repose sur l’expérience de 25 membres actifs. Ensemble hétéroclite, on peut toutefois mettre en évidence quelques traits communs. Originaires de Chennai ou du Tamil Nadu, les membres du CCM manifestent un fort attachement au territoire, qu’ils connaissent et renseignent finement à travers leurs pratiques. Ils sont pour la plupart hindous pratiquants et ne dérogent pas aux obligations sociales telles que le mariage arrangé. Travaillant (ou retraités) dans le domaine de la technologie de l’information, de l’ingénierie ou du journalisme, ils voyagent fréquemment et ont de la famille résidant à l’étranger. Pour autant, ils privilégient entre eux les échanges en tamoul et poursuivent une démarche de valorisation de la culture locale. Leur discours révèle parfois un penchant nostalgique pour l’époque coloniale, visible à travers les lieux qu’ils fréquentent et estiment (le Mylapore Club, le Cosmopolitan club). Les membres du CCM s’apparentent ainsi à une élite culturelle locale dont les pratiques à caractère prosélytique recèlent un potentiel fort de diffusion des valeurs dans la société.

16La Clean Adyar Initiative (CAI), initiée en mars 2016 à la suite des inondations, rassemble des individus engagés dans des actions environnementales envers le cours d’eau. Co-fondée par deux membres du club d’aviron, le Madras Boat Club, l’association compte une dizaine de personnes dont les plus actives en sont également membres. À Chennai, plusieurs groupes ou associations environnementalistes opèrent, souvent indépendamment et selon des approches différentes ; la singularité du CAI réside en sa stratégie d’action en collaboration avec les autorités publiques. Leur capacité à influencer les décisions relatives à l’aménagement de la rivière a d’ailleurs déterminé le choix d’enquête. Au-delà de leurs trajectoires individuelles, les membres de la CAI partagent certaines caractéristiques. Représentant une minorité d’élites issues de la caste des brahmanes, ils jouissent d’un haut niveau d’éducation et d’ouverture sur l’étranger. La double culture dont ils sont imprégnés se reflète dans leurs pratiques quotidiennes (course à pied, aviron), leurs manières de communiquer (usage de l’anglais à l’accent et vocabulaire britannique), leurs centres d’intérêts et dans certaines valeurs (écologie, engagement social). La carte 2 ci-dessus montre, à travers une localisation des entretiens, que les membres du CAI résident plutôt dans les quartiers sud de Chennai tandis que les membres du CCM fréquentent des lieux plus épars dans la ville.

Perspectives habitantes sur le cours d’eau

17Tandis que les relations des habitants aux rivières de Chennai sont empreintes d’indifférence et d’aversion, les inondations bouleversent les cadres établis et ouvrent le champ des possibles, révélant une diversité d’imaginaires du fleuve.

Des rivières mal-aimées

  • 11 Le Madras Club, institution fondée par les anglais en 1832, constitue encore aujourd’hui un lieu d’ (...)

18En premier constat, le terme river ne semble pas coïncider avec la réalité de la Cooum et de l’Adyar. Les réactions des habitants à l’évocation du mot « fleuve » ont été vives et ponctuées de remarques sur l’absence de fleuve : « Mais quel fleuve ? », « des fleuves, j’en ai vu beaucoup mais pas à Chennai ». La Cooum et l’Adyar font l’objet d’une forme d’indifférence dans la culture habitante, en témoigne la manière de s’y référer dans le langage courant. En dépit de leurs spécificités, ces rivières urbaines sont désignées indistinctement par le nom Cooum, arborant le sens de drain malodorant. La confusion est fréquente, et se vérifie indépendamment du niveau d’éducation ; un échange avec une Professeure en architecture, membre du Madras Club11 est tout à fait révélateur. Depuis la terrasse du Club, elle me demande « quel est le cours d’eau que l’on aperçoit », avant de s’hasarder : «le canal ou le fleuve ? » Vinay, membre du CCM, analyse rétrospectivement l’évolution du statut qu’il a attribué aux cours d’eau :

  • 12 Toutes les citations des enquêtés de cet article sont originellement en anglais et ont été traduite (...)

19« Je n'ai même pas réalisé que c’étaient des fleuves. Le concept de fleuve à Chennai... Je les ai toujours vus comme des ruisseaux... des ruisseaux de drainage. Je ne les ai jamais considérés comme de véritables fleuves, jusqu'à, peut-être, il y a cinq ans [...] Pour moi qui suis éduqué, je sais qu’Adyar est séparé de la Cooum, mais encore une fois, je n'avais pas visualisé Adyar comme un fleuve. Je pensais que c’était juste un ruisseau. Je ne savais même pas qu'Adyar allait au-delà de Saidapet » (traduction)12

20Cet effacement du cours d’eau se manifeste tangiblement dans sa rupture avec le reste de l’espace urbain. Les rives, largement privatisées et murées, ne permettent pas un accès ni une visibilité sur le fleuve depuis l’espace public, en dehors des ponts, comme l’illustre la carte 4 ci-dessous.

Carte 4- La rivière Adyar, un espace en rupture de l’urbain

Carte 4- La rivière Adyar, un espace en rupture de l’urbain
  • 13 Terme qui peut être traduit par « empiètement ». Ce discours décriant les habitants de slums comme (...)

21Le cours d’eau à Chennai apparaît comme un espace effacé. Pourtant, il est chargé de représentations et d’affects. Le danger est un thème récurrent, et s’exprime dans plusieurs registres : celui lié aux chutes et aux inondations, le risque sanitaire et le danger lié à la fréquentation sociale. Les rivières sont en effet des lieux pratiqués majoritairement par des habitants de classes populaires. Espace vacant au cœur d’une urbanité de plus en plus règlementée, les berges constituent un socle sur lequel se déploie un éventail d’activités informelles. Toilettes à ciel ouvert ou décharge pour les débris de construction, c’est aussi un espace voué à des pratiques quotidiennes comme le lavage du linge. Quelques pêcheurs s’aventurent encore, en dernier recours, dans l’estuaire de l’Adyar. Il arrive que la rivière et ses rives soient aussi utilisées pour les loisirs : le volley-ball, le cerf-volant ou la baignade n’en sont que quelques exemples. Mêlant représentations du cours d’eau et préjugés sociaux, ces pratiques sont souvent amalgamées dans un discours sur l’encroachment13 associant la pollution à la présence des bidonvilles.

22Ces représentations s’accompagnent parfois de fortes émotions de dégoût ou d’aversion pour les cours d’eau, comme le laisse transparaître le récit d’une habitante :

23« Je ne le regarde même pas... Je détestais ! [...] le moment où il [Cooum] arrive à Chennai... mort ! Quand il traverse ce pont, je détestais parce que c’est sale… Si le Cooum est là, alors ça pue. Donc, tu vois, c’est vraiment repoussant pour moi ! »

24À la question du sentiment qui les anime à la vue des cours d’eau de Chennai, les personnes interrogées répondent se sentir tristes ou déprimés, exprimant parfois la honte, le regret ou le mal-être: « Je me sens très mal... Très mal que rien de concret n'ait été fait pour sauver les rivières, et nous restons, vous savez, des spectateurs muets de ce qui nous arrive ! » Un membre du CCM insiste sur la culpabilité qui l’envahit à la vue de l’Adyar : « La honte vient à l'esprit, mon inaction en tant que citoyen me revient... que je laisse mourir cette rivière comme ça, je n'ai rien fait pour la récupérer [...] C'est déprimant ! » Ces témoignages montrent comment la rivière agit comme un miroir de l’inaction du répondant. C’est ce sentiment d’impuissance conjugué à une approche défaitiste que beaucoup d’enquêtés expriment en tristesse. Certains vont même jusqu’à faire leur deuil du fleuve, comme Vidyadhar, du CCM, qui avoue se sentir « terriblement triste » mais se reprend, ajoutant qu’il sait « mieux que quiconque qu'il n'est pas possible se remettre » de cette situation.

L’inondation : du nala au fleuve

25En décembre 2015, des inondations dévastatrices paralysent la ville de Chennai et provoquent plus de 500 morts, engendrant des répercussions significatives. D’abord, les fortes pluies de novembre ont entraîné un regain d’intérêt des habitants pour la rivière. Nombre d’entre eux se sont rendus sur les ponts pour admirer les eaux vives de l’Adyar, mentionnant avec fierté qu’ils n’avaient « jamais vu l’eau ainsi ». Ce moment d’euphorie a pris la forme d’une véritable célébration du retour du fleuve, le mouvement de l’eau marquant une période de renouveau et d’espoir : « le fleuve est revenu à la vie ! » Dotée de nouveaux attributs, l’Adyar est finalement reconnue comme fleuve, et ce de manière consensuelle : « Maintenant, la rivière de Chennai est belle ! Grâce à la pluie ! Avant la rivière était terrible... ce n'était pas une rivière ! » De simple ruisseau de drainage, l’Adyar devient une « proper river », se rappelant comme un véritable fleuve au milieu de l’urbanité. Ce changement momentané du statut conféré à l’Adyar témoigne du caractère circonstancié des relations des habitants au cours d’eau. Celles-ci ne sont d’ailleurs pas linéaires mais le produit d’interactions multiples : c’est l’assemblage de facteurs qui contribuent à définir - à et pour un moment donné - cette relation (Callon, Law, 1997). Le bouleversement des représentations du fleuve est résumé dans la formulation d’un enquêté, membre du CCM : « [l’inondation] a montré : « Are, da ! » », expression tamoule spécifique que l’on pourrait traduire par « Je suis un fleuve, mon gars ! ». Reprise d’une célèbre réplique de film prononcée par Rajinikanth (acteur tamoul célèbre) adaptée au fleuve, l’énoncé signifie ici qu’après une longue période de déconsidération pour le fleuve, ce dernier a montré qui il était vraiment et qu’il devait être pris au sérieux. Le fleuve -et la nature- deviennent alors des personnages dotés d’esprit de vengeance et de capacité d’action. Dans une perspective Latourienne, on pourrait qualifier le fleuve d’actant au sens où il provoque l’action (Latour, 1994), mettant en visibilité les porte-paroles du fleuve.

  • 14 Par exemple, une publication du CAI sur les réseaux sociaux interroge « le point commun entre Paris (...)

26L’écart entre les représentations négatives des rivières de Chennai et celles du « vrai fleuve » interroge ces imaginaires sur lesquels reposeraient la définition du fleuve. Trois figures se distinguent alors. D’abord, celle du fleuve urbain de l’ailleurs, pérenne avec des eaux vives, qui renvoie souvent à un fleuve aménagé à l’européenne avec des parcs et des espaces de loisirs (en témoigne les références à la Seine et à la Tamise, notamment dans le discours affiché du CAI14). On retrouve ensuite le fleuve sacré associé à la mythologie (avec des allusions au Gange mais aussi aux grands fleuves de la région Tamoule - Kaveri, Vaigai - en particulier auprès du CCM). Enfin, la troisième figure dépeint dans une vision romantique le fleuve de l’époque coloniale (mobilisée plutôt par les membres du CCM). Ces figures, dont les traits sont ici volontairement exagérés, ont été construites à partir des idées récurrentes dans les entretiens ; en réalité, l’image du fleuve dans l’esprit des habitants prend des formes hybrides, plurielles et parfois contradictoires, mêlant imaginaires exogène et allogène. Ci-dessous, quelques photographies commentées par les enquêtés renseignent le contenu de ces imaginaires.

  • 15 Les photographies sont libres de droit et mises à disposition par CC0 Creative Commons, pixabay.com

Photo : "L'imaginaire des eaux vives ou la rivière inaccessible" 15

Photo : "L'imaginaire des eaux vives ou la rivière inaccessible" 15

27« En ayant grandi à Chennai, on pense qu’avoir une rivière dans une ville est impossible, on a presque fait une croix sur cette idée. On pense que la rivière, c’est quelque chose que tu dois aller chercher dans les bois, en Amazonie ou quelque part... Parce que même dans d'autres rivières, Kaveri ou autres, il n'y a pas d’eau ! On pense qu'une rivière qui s’écoule est quelque chose de lointain, comme une terre magique !» Vinay (CCM)

28« Une rivière doit s’écouler, avec toute sa force... Celle-ci a l'air très sauvage, peut-être à cause de la verdure qui l'entoure! C’est très agréable à regarder, c'est comme ça qu'une rivière devrait être! » Nishta (CCM)

Photo : "Le Gange, figure de l'intégration spirituelle entre ville et fleuve"

Photo : "Le Gange, figure de l'intégration spirituelle entre ville et fleuve"

29« Il se passe beaucoup de choses à Varanasi! [...] Il y a quelque chose de spécial dans cette ville ! Tellement de culture, j'ai vraiment beaucoup aimé ! [...] Tu sais, quand tu vois un corps qui brûle là, tu vois le ciel, tu vois l'eau qui coule [...] ça te fait réaliser à quel point la vie est si impermanente. Je veux dire, quelqu'un ne fait que passer, se déplacer vers un autre monde, mais la vie continue... c'est ce l'eau vous apprend » – Sumedha (CCM)

Photo : "La Tamise, un contre modèle du fleuve"

Photo : "La Tamise, un contre modèle du fleuve"

30« Celle-ci ne ressemble pas du tout à une rivière ! Je ne sais pas pourquoi [...]. Peut-être que ça ressemble à une mer ou à quelque chose, c'est plus ouvert ! » Nishta (CCM)

31« Je ne suis pas trop impressionné par cela, car ils utilisent des rivières à d'autres fins que ce à quoi elles sont destinées. Ça [la roue] n'a rien à faire ici, non ? » Vidyadhar (CCM)

Photo : "La Seine, illustration de la proximité au fleuve"

Photo : "La Seine, illustration de la proximité au fleuve"

32« J'aime la rivière urbaine, en fait ! Je préfère celle-ci. C'est beaucoup plus petit, plus joli et plus mignon ! Et, c'est ce que je veux dire, je pense qu'il y a beaucoup plus de vie qui se passe sur la rivière... C'est plus vibrant ici ! Je veux dire, j'aime marcher le long de cette rivière, j'aime manger à côté de cette rivière... Ce sont des choses que tu ne fais pas du tout ici [le long de la Tamise]. Oui, je suppose qu’on a plus de proximité avec la Seine qu’avec la Tamise » Praveen (CAI)

Desseins habitants, dessin du fleuve

33Comment ces imaginaires du fleuve influencent-ils l’engagement des habitants envers le cours d’eau ? L’exemple des groupes CCM et CAI permet d’appréhender la complexité des rapports des individus à l’action dans le dess(e)in de la rivière.

Utopies et dystopies sur le cours d’eau

  • 16 Sur 23 répondants, 15 ont manifesté du scepticisme quant aux projets de restauration du fleuve anno (...)

34Les habitants adoptent une approche plutôt défaitiste sur le devenir du cours d’eau de la ville et restent sceptiques quant aux projets envisagés. A la question du devenir du fleuve d’ici dix ans, les réponses sont aussi hétérogènes que pessimistes. Une habitante affirme que ce sera « encore pire, que les gens auront empiété davantage sur le fleuve […] si le gouvernement ne fait rien ». Pour Vidyadhar, la réponse est sans appel : « il est impossible de le restaurer ». Si les avis des autres membres du CCM sont moins extrêmes, les énoncés sont tout de même peu emplis d’espoir. Nishta pense que « le fleuve va disparaître. » Minakshee, sans être aussi tranchée, soulève la question de la compatibilité d’un fleuve propre avec l’activité urbaine : « en fin de compte, même si on l’améliore, d’où est-ce que l’eau viendrait ? [...] je pense que quoi que tu fasses… où est-ce que ça part ? Fondamentalement quelque part il y a quelque chose qui ne va pas. La population est si grande que quoi que l’on fasse… Par exemple, nettoyer le Gange, ils disent parce qu’il y a de l’espace, mais tu vois, c’est juste tellement dans la ville, tout doit se passer en dedans… Je ne vois pas… » Les scénarios pessimistes dominent les imaginaires du futur cours d’eau chez les membres du CCM, et la possibilité d’un avenir engageant semble étouffée par la défiance envers les pouvoirs publics. L’énoncé des projets de restauration de la Cooum et de l’Adyar se heurte à une forme de désillusion, la réponse étant globalement la même : « cela fait des années que l’on entend parler de restauration écologique, et rien n’a changé »16

35D’un autre côté, les membres du CAI adoptent une posture résolument optimiste. Karunakar, co-fondateur de l’association Clean Adyar Initiative relate que son approche est « passée de « c’est un cas perdu et on ne peut rien y faire » à croire que si nous faisons tous ensemble juste un petit effort, nous pourrions dans, disons, 7 à 8 ans, voir des poissons à nouveau dans le fleuve. » L’imaginaire du fleuve globalement partagé par les membres du CAI est celui d’un fleuve restauré, dont les rives seraient aménagées avec des parcs, des espaces publics et des allées de promenade. Difficile de faire la part des intérêts particuliers ou collectifs qui motivent ces actions au nom du fleuve. Les discours oscillent entre deux pôles à priori contradictoires : ils aspirent à préserver le fleuve, mais expriment aussi la nécessité de réserver les espaces aménagés à une population éduquée au respect de l’environnement. Praveen, membre du boat-club, évoque ce qu’il projette pour l’Adyar, tout en critiquant la visée environnementale exclusive :

36« Je voudrais une rivière propre, tout le monde aimerait une rivière propre. Mais j'aimerais aussi un espace où, même si tu n'es pas sur l'eau, tu as une sorte d'interaction avec la rivière. Ce n'est pas seulement construire un parc à un endroit quelque part près de la rivière, c'est en fait créer de la vie ! Tu vois, je ne crois pas en ceci : construisons une piste de jogging, construisons un jardin ou ce genre d’absurdités. Je veux dire, les gens vivent dans les villes ! Les gens se déplacent dans les villes tous les jours. Ce n'est pas juste un endroit pour pique-niquer. Je voudrais une rivière qui soit réellement intégrée dans le tissu de la vie... plutôt que de devenir cette chose sacrée qui a besoin de protection, tu sais, c'est de la foutaise ! Oui, il faut que ce soit propre, mais il est tout aussi important, sinon plus, que les gens se sentent fiers de la rivière, et qu’ils gens ressentent de la joie lorsqu'ils interagissent avec la rivière ! »

37La mise en perspective de ces deux groupes révèle des approches pour le moins contrastées. D’un côté les CCM, ne sont pas en mesure d’imaginer un scénario positif. Lorsqu’ils imaginent un fleuve, ils dressent le portrait d’un fleuve toujours évoqué en incompatibilité avec la réalité de Chennai : c’est peut-être alors davantage du rapport à l’action dont il est question ici ? Les membres du CAI, quant à eux projettent un fleuve à Chennai à partir d’imaginaires et de ‘success-stories’ exogènes. La construction de ces scénarios interroge finalement les jeux de pouvoir dans la capacité à décider du devenir le fleuve : qui se donne le droit d’inventer le fleuve et de parler en son nom ? Et comment ces scénarios sont-ils légitimés ?

La proximité comme gage de légitimité

38Les imaginaires territoriaux influencent l’action des individus sur l’espace. A l’instar de Sylvain Guyot et Pauline Guinard (2015 :72), on peut parler d’imaginaires utopiques, qui poussent l’individu à l’action, ou inversement, dystopiques, qui apparaissent en lien étroit avec leur connotation positive ou négative. Une vision dystopique appuierait la non-action, tandis qu’une approche utopique impliquerait des pratiques de transformation de l’espace. Plusieurs mécanismes de légitimation de ces imaginaires sont identifiés, à savoir des procédés par lequel l’individu justifie - auprès des autres et de lui-même – de la mobilisation de tel imaginaire.

39En revendiquant son expérience allogène du territoire, Vidyadhar discrédite les propos soutenant une possible restauration de la rivière, qu’il considère comme extérieurs, mal informés et naïfs : « Aucune de ces organisations ou mouvements pour nettoyer ces rivières ou pour les embellir n’évoque le mot ‘pérennité’. Les rivières ne peuvent être nettoyées sans être pérennes, peu importe l’argent que vous y investissez, ça ne marchera pas ! [...] les gens ne donnent pas d'importance à la vraie chose. Ils donnent de l'importance à ce que sera cette rivière dans dix ans. Ce sera pire, ça ne peut pas être mieux ! Pourtant, la plupart des gars n'ont même pas parcouru 5 kilomètres de cette rivière. Ils l'ont vu un jour ou deux, et ils en parlent... » Selon lui, ces évènements liés à la restauration du cours d’eau contribuent uniquement à masquer le cœur du problème : « ils [le Goethe Institute] ont organisé un programme de trois jours avec un concert de TM Krishna... tout cela vous détourne du problème principal ! Cela vous détourne parce que vous voulez l’emballer bien, vous voulez attirer les foules. » Enfin, un de ses arguments se fonde sur sa connaissance de l’incurie des autorités publiques : «la société civile, en essayant de nettoyer ces rivières et de le mentionner encore et encore vous donnez l'opportunité aux politiciens de gagner plus d’argent ! Vous n'allez pas finir par la nettoyer ! » C’est donc la connaissance intime et située du territoire que Vidyadhar mobilise pour légitimer cet imaginaire dystopique.

40D’autre part, la posture des membres du CAI est tacitement légitimée par leur supposée compréhension des enjeux environnementaux et par son inscription dans la lignée des approches globales dominantes sur le fleuve. Aravind retrace ses motivations à l’origine de la création de la Clean Adyar Initiative : « J'ai toujours été intéressé par les eaux usées, surtout après avoir fait de l’aviron dans l'Adyar. Tu sais, j'avais l'habitude d'avoir ces rêves de la Seine à Paris et les gens qui y rament. [...] Une fois que je suis allé à Delft, je travaillais sur le traitement des eaux usées municipales, sur la nanofiltration et, à mon retour [...], j'avais acquis des connaissances assez décentes sur les eaux usées, un certain niveau de visibilité internationale, un certain niveau de technologique de pointe et puisque j'étais un ingénieur chimiste moi-même, j'ai eu l'occasion de mieux rechercher. [...] Alors j’ai réalisé : je suis si étroitement associé à la rivière et tellement de gens m'ont dit « nous devons faire quelque chose pour la rivière », mais personne ne fait vraiment le premier pas...» Références à un fleuve exogène et au savoir scientifique et technique se conjuguent alors à un sentiment d’attachement à l’Adyar. Parmi ces raisons qui poussent à l’engagement, Praveen insiste sur la proximité physique et affective au cours d’eau : « C'est la proximité à la rivière que vous avez dans la vie. Ce n'est pas juste « si les gens peuvent restaurer le cœur de la Seine à Paris, pourquoi pas l’Adyar ? » Je ne pense pas que ce soit ça... C’est juste le fait de venir sur ce fleuve tous les jours, et soudainement de sentir la puanteur, ou bien les gens qui jettent des débris... Ça vous dérange ! A cause du temps que vous passez à côté d’elle, et en interaction avec elle. »

41Il semble que la proximité soit un argument discursif justifiant aussi bien l’action que la non-action sur le cours d’eau. Or, les postures différenciées entre le CCM et le CAI renvoient à des savoirs sur le fleuve qui s’inscrivent à des échelles distinctes : un savoir allogène construit sur une connaissance du contexte local, face à un savoir global, dominant appuyé sur un langage de l’expertise.

Les dessous d’une domination symbolique et effective

42Si les imaginaires du fleuve sont liés à l’engagement des groupes envers le cours d’eau, comment ceci se réverbère-t-il en termes de pouvoir ? En considérant les modalités d’action différenciées des deux groupes, il ressort des inégalités de rapports de pouvoir dans les décisions relatives à la planification urbaine.

Des modes d’action différenciés

  • 17 Dans un contexte de fort contrôle de la presse, le journal The Hindu publie le 8 décembre 2015 une (...)

43Les membres du CCM, s’ils ne sont pas directement impliqués dans l’action envers la rivière, participent néanmoins à la sensibilisation et à la diffusion de la connaissance du territoire du cours d’eau. La rivière est alors un socle pour leurs pratiques, le mot river mobilisé dans leur discours ayant avant tout vocation à susciter la curiosité. Les membres du CAI privilégient, quant à eux, une approche opérationnelle sur le fleuve. L’évolution des postures de ces groupes d’intérêt s’analyse à l’aune de l’inondation, tournant majeur ayant donné naissance à de forts mouvements de contestation. Il faut souligner que si la catastrophe a eu des répercussions aussi dramatiques, c’est d’abord lié à l’inaction de la Chief Minister de l’époque ayant tardé à donner l’ordre de relâcher les eaux du réservoir Chembarambakkam. Les autorités étatiques ont alors fait l’objet de vives critiques soulignant l’absence de gestion avant, pendant et après la crise. De surcroît, l’attitude opportuniste des politiciens face à l’urgence de la situation17 n’a fait qu’accentuer le climat de défiance des habitants envers les instances étatiques.

  • 18 La société théosophique est une institution internationale à vocation spirituelle. Fondée à New Yor (...)

44À la suite de cet évènement, dans un contexte social caractérisé par la montée d’une responsabilisation citoyenne vis-à-vis de la planification, plusieurs groupes d’intérêt environnemental voient le jour, dont la CAI. Se distinguant du militantisme, les membres de la CAI cherchent à collaborer avec les autorités publiques pour réaliser un projet de restauration de l’Adyar. Aravind insiste en particulier sur la nécessité de se positionner avec -et non contre - le gouvernement, seul à pouvoir accorder des autorisations légales. Les relations privilégiées que les membres du CAI entretiennent avec certains membres de l’agence étatique CRRT leur permettent, par exemple, de négocier des présentations de l’avancée des projets sur le fleuve, en comité restreint. Alors que les projets officiels sont peu accessibles au large public, bénéficier d’informations actualisées leur permet de réagir en manifestant leur opinion. Aussi, lorsqu’ils prennent l’initiative de contacter une entreprise israélienne spécialisée dans la phyto-dépollution, ils jouent un rôle d’intermédiaire entre l’entreprise privée et les instances publiques. En formant une alliance d’institutions, ils espèrent peser davantage dans les décisions : depuis mai 2016, le Madras Boat-Club, la société théosophique18, le Goethe Institute et les autorités publiques à travers la CRRT, ont opéré des rapprochements pour s’aligner sur une stratégie commune. Ce rapport aux institutions relève d’un positionnement stratégique et politique. Aravind souligne par ailleurs l’importance d’obtenir le soutien de l’association World Water Alliances, manière de « gagner de l’attention au niveau international ». Plus récemment, en juillet 2017, Karunakar a été désigné responsable du projet de résilience à Chennai dans le cadre du programme 100 Resilient Cities financé par la fondation Rockefeller. Si l’on peut émettre des réserves quant à la portée du concept de résilience (Arabindoo, 2017), difficile de ne pas noter l’influence plus prégnante de groupes d’élites dans les projets urbains.

L’engagement et le capital symbolique

45L’entrée en scène de ces acteurs sur le plan environnemental tend alors à modifier les rapports de pouvoir dans la planification urbaine. La capacité d’infléchir la situation des cours d’eau à Chennai, auparavant apanage des instances publiques, compte désormais avec la contribution de groupes d’intérêt affiliés à des institutions, bien que l’autorité publique, via l’agence CRRT, détienne toujours le mot final quant à la réalisation des projets. Comment expliquer cette implication plus marquée des membres du CAI dans la planification urbaine ? L’exemple de ces deux groupes montre que l’engagement procède d’une multiplicité de facteurs : ce ne sont pas uniquement les imaginaires du fleuve qui permettent ce rapport positif à l’action, mais aussi des déterminants socio-économiques. Les références culturelles, le statut social, les possibilités de mobiliser des ressources, la confiance en l’Etat et ses représentants, sont autant de paramètres qui entrent en compte. Pour reprendre des termes bourdieusiens, les modes d’action des groupes sont liés à leur capital social et culturel ; les imaginaires résultent des effets symboliques du capital (Bourdieu, 1987 :160).

Une colonisation de l’imaginaire du fleuve ?

46Au cœur des réflexions sur l’imbrication entre pouvoirs et savoirs sur l’environnement, cette recherche met en perspective l’émergence de groupes d’intérêt sur la scène environnementale et le renforcement d’approches technicistes et scientifiques dominantes sur le cours d’eau. Alors que la notion d’environnementalité proposée par Agrawal (2005) rend compte de stratégies de décentralisation de la gestion environnementale par l’État pour mieux façonner les représentations habitantes sur la forêt de Kumaon, l’exemple développé ici témoigne d’une logique plutôt « ascendante ». À Chennai, la planification de la rivière n’est pas uniquement orchestrée par les autorités étatiques mais émane d’élites organisées en groupe d’intérêt. En s’emparant de la question environnementale et en gagnant l’appui des autorités publiques, les membres du CAI tendent à normer la relation des habitants au fleuve à travers des procédés de légitimation ou de disqualification de pratiques liées au cours d’eau. Cette domination se profile sous différentes formes, les évictions des populations de slums étant seulement l’une des manifestations les plus tangibles. De manière plus insidieuse, le fait de désigner l’Adyar comme un fleuve dans un contexte où il est perçu par la majorité comme un ruisseau relève déjà d’une domination symbolique, au sens où cela induit un type d’action sur le cours d’eau. L’enjeu symbolique autour de la définition s’apparente ainsi à une partie immergée de la lutte d’appropriation, celle qui promeut un mode de connaissance dominant du fleuve, techniciste et basé sur l’expertise, aux dépens de savoirs pluriels et allogènes. Cette recherche met donc en exergue des inégalités de rapport de pouvoir entre les habitants dans le devenir du cours d’eau, partiellement régies par des imaginaires sur la rivière, et dont découlent des inégalités de rapport à l’action. En soulignant le rôle plus prégnant de groupes d’élites dans la planification urbaine, ce travail contribue par ailleurs à éclairer les rouages d’une gouvernance infra-étatique du – et par le - fleuve.

Haut de page

Bibliographie

AGRAWAL A., 2005, Environmentality: Community, Intimate Government, and the Making of Environmental Subjects in Kumaon, India, Current Anthropology, Vol. 46, no. 2, p. 161-190.

ARABINDOO P., 2010, Isolated by elitism: Pitfalls of recent heritage conservation attempts in Chennai, in New Architecture & Urbanism: Development of Indian Traditions, New Delhi, Prashad D., p. 155160.

ARABINDOO P., 2011, ‘City of sand’: Stately Re-Imagination of Marina Beach in Chennai: Stately re-imagination of Marina Beach in Chennai, International Journal of Urban and Regional Research.

ARABINDOO P., 2017, Unprecedented natures? City.

BACHELARD G., 1993, L’eau et les rêves : essai sur l’imagination de la matière, Paris, Corti, 221 p.

BAVISKAR A., 2011a, « Cows, Cars and Cycle-rickshaws: Bourgeois Environmentalists and the Battle for Delhi’s Streets”, in Amita Baviskar and Raka Ray (eds) Elite and Everyman: The Cultural Politics of the Indian Middle Classes. New Delhi : Routledge.

BAVISKAR A., 2011b, What the Eye Does Not See: The Yamuna in the Imagination of Delhi, Economic & Political Weekly, vol. XLVI, n°50.

BENSA A., FASSIN E., 2002, Les sciences sociales face à l’événement, Terrain [En ligne], 38.

BOURDIEU P., 1987, Choses dites, Paris, Edition de Minuit, 228 p.

CALLON M., LAW J., 1997, L’irruption des non-humains dans les sciences humaines : quelques leçons tirées de la sociologie des sciences et des techniques, in Les limites de la rationalité. Tome 1, Jean-Pierre Dupuy et Pierre Livet, p. 99-118.

CASTONGUAY S., EVENDEN M. D., 2012, Urban rivers: remaking rivers, cities, and space in Europe and North America, Pittsburgh, University of Pittsburgh Press, 302 p.

COELHO K., RAMAN N. V., 2010, Salvaging and Scapegoating: Slum Evictions on Chennai's Waterways, Economic and Political Weekly, Vol. 45, N° 21, 22 May.

COELHO K., RAMAN N. V., 2013, From The Frying-Pan to the Floodplain: Negotiating Land, Water And Fire In Chennai’s Development, in RADEMACHER A., SIVARAMAKRISHNAN K., Ecologies of urbanism in India: metropolitan civility and sustainability, Hong Kong.

DUPONT V., RAMANATHAN U., « Du Traitement des slums à Delhi. Politiques de ‘nettoyage’ et d’embellissement », in V. Dupont & G. Heuzé (éds), La ville en Asie du Sud : Analyse et mise en perspective. Purushartha No. 26, EHESS, Paris, 2007, p. 91-131.

DUPONT V., 2008, Slum demolitions in Delhi since the 1990s: An appraisal. Economic and Political Weekly, 43(28), p. 79-87.

DUPONT V., 2011, Création de nomades urbains et appauvrissement. Impact des politiques d'éradication des camps de squatters à Delhi, Revue Tiers Monde, 2010/1, N°201, p. 25-45.

FOLLMANN A., 2015, Urban mega-projects for a ‘world-class’ riverfront – The interplay of informality, flexibility and exceptionality along the Yamuna in Delhi, India, Habitat International, vol. 45, p. 213222.

FOLLMANN A., 2016, The role of environmental activists in governing riverscapes. The case of the Yamuna in Delhi, India, South Asia Multidisciplinary Academic Journal [online], 14|2016.

GERARDOT C., 2004, Les élus lyonnais et leurs fleuves : une reconquête en question, Géocarrefour, vol. 79/1, p. 75‑84.

GHERTNER D. A., 2011, Rule by Aesthetics: World-Class City Making in Delhi, in ROY A., ONG A., Worlding Cities, Oxford, Wiley-Blackwell, p. 279306.

GUYOT S., GUINARD P., 2015, L'art de (ré)imaginer l'Afrique du Sud, L'Information géographique, Vol. 4/79, p. 70-96.

HARPER D., 2002, Talking about pictures: A case for photo elicitation, Visual Studies, vol. 17, n°1, p. 1326.

JOSHI H., VIGUIER A., 2014, Ville et fleuve en Asie du Sud : regards croisés, Paris, Inalco, 181 p. 

LATOUR, B., 1994, Une sociologie sans objet ? Note théorique sur l'interobjectivité, In: Sociologie du travail, 36ᵉ année n°4, Travail et cognition, p. 5587-607.

MAWDSLEY E., 2004, India’s Middle Classes and the Environment, Development and Change, vol. 35, n°1, p. 79103.

OFFERLÉ, M., 1998, Sociologie des groupes d’intérêt, 2e édition. Paris, Montchrestien, 158p.

PESSINA G., 2012, Trying to be ‘Sustainable’ and ‘Global’: Ahmedabad and the Sabarmati River Front Development Project, AESOP 26th Annual Congress, Ankara.

PIERRON J.-P., HARPER C., 2017, Ecologie politique de l’eau : rationalités, usages et imaginaires, Colloque Cerisy.

ROMAIN F., 2010, Le fleuve, porteur d’images urbaines : formes et enjeux, Géocarrefour, vol. 85/3, p. 253‑260.

SHARAN A., 2016, A river and the riverfront: Delhi’s Yamuna as an in-between space, City, Culture and Society, vol. 7, n°4, p. 267273.

ULTSCH J., 2010, Les temporalités de l’interface ville-rivière à travers le cas de Saint-Étienne et du Furan, Géocarrefour, n°3, p. 209‑219.

Haut de page

Notes

1 Les noms des enquêtés ont été modifiés.

2 Ce groupe à visée patrimoniale, créé en 2015, s’inscrit dans le cadre des activités de la Madras Week, festival annuel commémoratif de la fondation de la ville de Madras.

3 Il s’agit d’une thèse en cotutelle entre l’Université François-Rabelais de Tours et l’Université Anna à Chennai. Initiée en 2015, elle s’inscrit dans le programme de recherche ARCUS portant sur l’étude des interactions entre fleuves et formes urbaines à Chennai.

4 30 à 40% des eaux usées de la ville sont estimées être déversées dans les cours d’eau. Le rapport de l’ONG Arappor Iyakkam, « Why Chennai Stinks? Citizens’ effort to understand and solve the Sewage problem » publié en mai 2017 contredit les chiffres officiels : 1 500 millions de litres d’eaux usées seraient générés par jour à Chennai, au lieu des 550 millions de litres avancés par le Chennai Metro Water Supply and Sewerage Board. Les 5 stations d’épuration de Chennai, avec une capacité de traitement de 427 millions de litres par jour, se révèlent donc largement insuffisantes. A cela, s’ajoutent le manque de suivi et de maintenance et les difficultés d’acheminement des eaux usées jusqu’aux centres de traitement situés en périphérie.

5 Une revue de littérature sur cette question dépasserait le cadre de cet article. Je renvoie ici aux travaux de Véronique Dupont (2008, 2011), et Usha Ramathan (Dupont, Ramanthan, 2007) pour une analyse de l’évolution des programmes d’évictions en Inde urbaine.

6 30 entretiens ont été conduits auprès d’acteurs variés : résidents à proximité ou non du cours d’eau, représentants des autorités publiques (CRRT et TNSCB), architectes, étudiants en architecture, membres du CCM et du CAI. Parmi ceux-ci, 8 font recours à la photo-elicitation.

7 L’apport en eau a reposé essentiellement sur les réservoirs des temples et le système de eris, imbrication de lacs semi-artificiels dans la région sud-indienne ayant permis de pérenniser la ressource en eau.

8 Il conviendrait de s’attarder sur l’évolution historique de la relation ville-rivière à Chennai sous l’influence de l’imaginaire fluvial britannique.

9 Régulièrement cité par les autorités publiques comme le parangon d’une restauration réussie, l’éco-parc Adyar Poonga est vivement controversé sur le plan socio-environnemental, considéré comme un projet d’embellissement « anti-pauvre ».

10 Je reprends cette expression militante employée pour désigner les projets de restauration écologique exclusifs réalisés sur la zone de l’estuaire de l’Adyar. Voir le rapport « Save Chennai Beaches Campaign » publié en Janvier 2011 et intitulé « Robbing the Poor: Slum Housing and the Elite Environmentalism of Adyar Poonga »

11 Le Madras Club, institution fondée par les anglais en 1832, constitue encore aujourd’hui un lieu d’activité sociale d’une élite à Chennai.

12 Toutes les citations des enquêtés de cet article sont originellement en anglais et ont été traduites par moi.

13 Terme qui peut être traduit par « empiètement ». Ce discours décriant les habitants de slums comme des « encroachers » (squatters) responsables de la pollution des cours d’eau et des inondations a contribué à légitimer leur éviction.

14 Par exemple, une publication du CAI sur les réseaux sociaux interroge « le point commun entre Paris, Londres, Boston et Chennai », soulignant que « ces villes ont toutes un fleuve qui s’écoule en leur sein et autour duquel elles ont grandi » (22/03/2016)

15 Les photographies sont libres de droit et mises à disposition par CC0 Creative Commons, pixabay.com

16 Sur 23 répondants, 15 ont manifesté du scepticisme quant aux projets de restauration du fleuve annoncés par les autorités publiques, 5 évoquent ces projets avec espoir, et 3 ne se sont pas prononcés.

17 Dans un contexte de fort contrôle de la presse, le journal The Hindu publie le 8 décembre 2015 une satire présentant les membres du parti dirigeant AIADMK distribuant des drapeaux à l’effigie de la Chief Minister aux citoyens en péril sous les eaux.

18 La société théosophique est une institution internationale à vocation spirituelle. Fondée à New York en 1875, ses quartiers généraux furent établis à Chennai. Ils recouvrent aujourd’hui 100 hectares situés sur la rive sud de l’estuaire de l’Adyar.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Carte 1- Chennai, limites administratives et hydrographie
Crédits Hochart, 2018
URL http://journals.openedition.org/geocarrefour/docannexe/image/10586/img-1.png
Fichier image/png, 865k
Titre Carte 2 - Localisation des entretiens
Crédits Hochart, 2018
URL http://journals.openedition.org/geocarrefour/docannexe/image/10586/img-2.png
Fichier image/png, 715k
Titre Carte 3 - Les activités le long de l'Adyar - contrastes sociaux et prédominance des institutions
Crédits Hochart, 2018
URL http://journals.openedition.org/geocarrefour/docannexe/image/10586/img-3.png
Fichier image/png, 3,2M
Titre Carte 4- La rivière Adyar, un espace en rupture de l’urbain
URL http://journals.openedition.org/geocarrefour/docannexe/image/10586/img-4.png
Fichier image/png, 3,6M
Titre Photo : "L'imaginaire des eaux vives ou la rivière inaccessible" 15
URL http://journals.openedition.org/geocarrefour/docannexe/image/10586/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
Titre Photo : "Le Gange, figure de l'intégration spirituelle entre ville et fleuve"
URL http://journals.openedition.org/geocarrefour/docannexe/image/10586/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Titre Photo : "La Tamise, un contre modèle du fleuve"
URL http://journals.openedition.org/geocarrefour/docannexe/image/10586/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Titre Photo : "La Seine, illustration de la proximité au fleuve"
URL http://journals.openedition.org/geocarrefour/docannexe/image/10586/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 162k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Karine Hochart, « Une colonisation de l’imaginaire du fleuve ? Réflexions sur l’engagement de groupes « bourgeois » dans le devenir du cours d’eau à Chennai, en Inde du Sud », Géocarrefour [En ligne], 92/1 | 2018, mis en ligne le 14 juillet 2018, consulté le 18 juillet 2018. URL : http://journals.openedition.org/geocarrefour/10586 ; DOI : 10.4000/geocarrefour.10586

Haut de page

Auteur

Karine Hochart

Doctorante en urbanisme, UMR CITERES, Tours (France), Université Anna, Chennai (Inde) hochartkarine@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

© Géocarrefour

Haut de page
  • OpenEdition Journals