Navigation – Plan du site

L’imagination : une (res-)source bienfaitrice pour la gestion de l’eau ou une traversée trop idéalisée ?

Imagination: a beneficial source for water management or an idealized crossing?
Jacques-Aristide Perrin et Jamie Linton

Texte intégral

1L’appel à l’imagination, en tant que force mobilisatrice pour peupler son esprit d’images mentales, peut revêtir une dimension productive et profitable à la gestion des cours d’eau lorsqu’elle est invoquée et utilisée à bon escient. En cherchant à étendre nos capacités et nos horizons de penser grâce à une faculté d’entretenir des images dans son esprit ou de les ordonner ingénieusement, la voie de l’imagination donne la possibilité de voyager tantôt vers l’ailleurs et l’éventuel, tantôt vers ce qui devrait être, nous interrogeant par là même différemment sur les contours de nos espaces-temps.

2Dès lors, l’imagination peut-elle être cultivée comme une activité féconde, sans être invoquée comme une panacée comprenant alors le risque d’être instrumentalisée et endiguée ? Qu’est-il possible d’imaginer en relation avec les hydrosystèmes (outils, mesures d’aménagement, objectifs, indicateurs, goûts esthétiques…) ? Quelles sont alors les conditions qui pourraient conduire à des futurs fluviaux plus imaginatifs dans des contextes difficiles du point de vue de l’acceptabilité sociale (inondation, restrictions d’usages, considérations éthiques sur la vie du cours d’eau) ? Promouvoir l’imagination peut-il servir de bol d’air aux acteurs de l’eau qui doivent conjuguer au quotidien avec un ensemble de contraintes pour appliquer la dite gestion intégrée ? Ces quelques questions seront développées ci-dessous dans l’introduction des articles de ce numéro thématique que la revue Géocarrefour a bien voulu accueillir.

Les conditions de l’imagination dans le gouvernement démocratique des territoires de l’eau

  • 1 Suite à cet appel à projet, vingt lauréats furent désignés, essentiellement centrés sur l’architect (...)

3L’imagination est connotée positivement du fait de sa proximité culturelle - dans notre monde occidental libéral - avec l’inventivité et l’inspiration. Dans le cadre de pratiques socio-économiques, l’imagination est particulièrement valorisée par la recherche constante de l’innovation et de la disruption capables d’apporter des réponses techniques et technologiques. L’appel à projets intitulé « Ré-inventer la Seine1 », lancé en 2016, illustre cette demande pour créer et lancer des projets originaux. Même si la plupart des candidatures retenues ont privilégié l’aménagement urbain et non les cours d’eau en tant que tels, cette sollicitation ouverte aux mondes scientifiques, de l’ingénierie, de l’architecture, de l’urbanisme et, plus généralement, de la société civile, reflète l’ambition principale attribuée à l’imagination : la créativité.

  • 2 Alors que l’imagination consiste en un effort, individuel ou collectif, d’ordre réflexif invoquant (...)

4Néanmoins, l’imagination reste une faculté difficile à appréhender et peut être diversement interprétée en ce début du 21ème siècle. En ce sens, une expérience imaginative constitue une exploration des imaginaires2 existants et non une pratique débridée sans limites (Durand, 1964 ;;Castoriadis, 1975) : l’exploration est essentiellement intérieure, bien que parfois extériorisée matériellement. L’imagination est ainsi conditionnée par un certain nombre de facteurs.

5Le recours à l’imagination suppose le respect d’un droit humain, pour tout un chacun, d’imaginer les réponses aux défis de la construction d’un avenir durable pour l’humanité. En rapport avec les cours d’eau et la maîtrise des risques afférents, nous pouvons mentionner les pollutions, l’aggravation ou augmentation des cas d’inondations, les craintes quant à la survenue de guerre de l’eau suite à des pénuries et des aléas hydrologiques ou encore la perte irréversible de biodiversité présente dans les milieux aquatiques. Ce droit humain suppose qu’il soit promu et respecté malgré les inégalités existantes entre les individus d’une même société ou entre sociétés. La portée de l'imagination dépend en grande partie de la capacité (matérielle) d'agir des individus. Il faut être en mesure de pouvoir (et idéalement apprendre à) stimuler son/ses imaginaire(s). Rien n'appauvrit autant l'imagination que des fléaux tels que la pauvreté, les crises alimentaires et l’absence de conditions adéquates pour l’instruction à tout âge de la vie. Il demeure alors parfois un défi politique de démocratiser cette faculté pour en reconnaître la diversité et les bienfaits sociétaux de telle sorte que les capacités d’une minorité (puissante et bien dotée économiquement, foncièrement et culturellement) ne demeurent pas nécessairement hégémoniques lors de la concrétisation de ce droit à l’imagination. Finalement, cet enjeu démocratique soulève la question de savoir qui a le droit et le pouvoir d'exercer son imagination pour l'avenir.

6L’effectivité des conditions d’un droit à l’imagination rend possible une capacité d’émancipation face aux récits dominants comme un optimisme technique béat ou une angoisse catastrophiste envers l’avenir. Ces récits, plus ou moins connus, conscients et intentionnels, sont en mesure parfois de formater notre capacité à élaborer des réponses, mais également d’anesthésier ou de limiter l’imagination. En effet, lorsqu’ils sont énoncés à souhait, ils constituent des modèles de pensée/conduite qui peuvent autant nous conditionner que nous aider à former une opinion sur les problèmes actuels lorsque nous sommes en capacité de nous en affranchir par esprit critique. L’imagination peut être saisie comme un vecteur potentiel de changement de société pour faire émerger, créer, soutenir et diffuser des pratiques qui participent à la construction d’un monde plus équitable autant entre les sociétés et les groupes sociaux qu’entre les humains et les autres espèces vivantes. Un travail recourant à l’imagination peut ainsi permettre momentanément de s’extirper de grands récits pour en développer ou faire connaître d’autres, les discuter et créer à partir de cette diversité les conditions des possibles souhaités.

L’imagination comme vertu pour un devenir désirable des cours d’eau

7En plus des contraintes socio-politiques sur l'imagination, subsistent en même temps ce que l'on pourrait appeler d’autres contraintes, cette fois-ci socio-naturelles. La mission du gouvernement des cours d’eau peut se résumer à l’ambition de penser ce que doivent être ces cours d’eau ou, plus pragmatiquement en termes de gestion, ce qu’ils peuvent être au regard de ce qu’ils sont aujourd’hui. Dès lors, cette gestion relève d’un projet spatio-temporel mouvant avec des cours d’eau qui ne peuvent être parfaitement transformés, façonnés ou composés à souhait du fait de leurs caractères vivants, puissants, insoumis, variables au gré des saisons. Ce caractère récalcitrant de ladite ‘nature’ se manifeste notamment avec les inondations malgré la présence de digues, les quelques accidents de barrages dans le monde ou le caractère parfois infructueux de projets de re-méandrisation. En même temps, le projet de maîtrise de la ‘nature’ n’est plus aussi prégnant que dans les siècles et décennies précédentes pour des raisons liées à la fois à l’évolution des connaissances scientifiques et aux attentes sociétales concomitantes à un tournant écologique (Germaine et Barraud, 2013), nouveau paradigme de gestion des cours d’eau. Ce que peuvent et doivent être ces possibles en rapport avec les cours d’eau peut ainsi varier selon la temporalité et les espaces concernés.

  • 3 « Sans la curiosité, sans la réceptivité à l’inattendu, sans l’attention nourrie de savoir et d’exp (...)

8A l’aune des espoirs et des attentes, l’imagination des futurs désirables des cours d’eau peut s’attacher à l’ensemble des éléments qui configurent aujourd’hui la gestion et le gouvernement des cours d’eau. Le cadre décrit par le cycle hydro-social (Linton et Budds, 2014) rend compte des processus impliquant la co-production des cours d’eau et de la société : il revient à considérer les processus socio-naturels, en évolution constante selon les changements climatiques, hydrologiques, technologiques, politico-juridiques et culturels. Lorsqu’interviennent le droit et la faculté d’imaginer les cours d’eau, quelques-uns de ces éléments ou leurs interrelations peuvent alors être modifiés. Par exemple, le pouvoir de l’imagination porterait sur les finalités d’un cours d’eau, comme sa fonction, les limites de ses espaces, la priorisation de ses usages, l’encadrement des activités (de loisirs, économiques…) qui en dépendent ou encore la définition des grandes orientations et plans de gestion. Notons également que la voie de l’imagination peut s’intéresser, en plus des fins, aux moyens qui permettent de les mettre en œuvre : de fait, la sérendipité3 pour les découvertes en sciences, le développement de techniques ou l’élaboration de dispositifs peuvent faire intervenir des raisonnements imaginatifs en faisant appel à un esprit d’initiative et de liberté, à des intuitions, voire au hasard.

Pratiques pour stimuler l’imagination en rapport avec les fleuves, les rivières et les ruisseaux

9Pour réaliser la capacité de chacun d’imaginer les cours d’eau et les espaces attenants, l’exploration des possibles peut s’effectuer au travers de plusieurs procédés : s’inspirer de l’ailleurs pour puiser quelque part de l’imagination (géographie culturelle de l’imagination), revenir dans le temps ou l’anticiper (géographie historique de l’imagination), prendre conscience des imaginaires dominants liés à des pouvoirs ou à des formes d’autorité pour s’en libérer. D. Harvey (2010, p. 187) ne dit pas autre chose, lorsqu’il s’interrogea sur les conditions d’une utopie nécessairement critique pour éviter sa dégénération : « comment récupérer l’histoire, la tradition, la mémoire collective, ainsi que le sens de l’appartenance et de l’identité qui les accompagnent ». De manière à développer cette forme d’utopie émancipatrice ou des stratégies alternatives aux imaginaires dominants, il convient de réfléchir aux pratiques qui mobilisent l’imagination.

  • 4 Comme l’indique Paul Ricœur, « l'idéologie et l'utopie opèrent toutes deux à trois niveaux. Là où l (...)

10Qu’elle soit stimulée par des exercices d’apprentissage, utilisée lors de productions mises en valeur par la suite pour attiser le débat, ou encadrée par des dispositifs participatifs ou créatifs, l’accès à l’imagination est, dans les discours institutionnels, très valorisé. Son processus d’émergence dans la gestion de l’environnement, sous la forme de cartes mentales, de psychanalyse urbaine, d’ateliers pluri-disciplinaires ouverts à la science-fiction et à la prospective, est à l’œuvre. Ces pratiques semblent intéressantes à analyser pour étudier autant leurs résultats (dessins, discours, films, études anticipatrices…) à l’aune de l’imagination, que leurs effets en termes d’utopie4.

11L’imagination détient une force mobilisatrice qui pousse à entreprendre, à penser l’ailleurs, ses lieux et ses contours : elle peut assurément servir, par un voyage en pensée, à sortir des chemins battus ou de certaines pratiques de recyclage de l’action publique (Lascoumes, 1996). Inversement, elle peut aussi être promue pour donner l’impression de vouloir changer une situation, pour servir des individus, et être utilisée in fine comme un gadget pour mieux borner l’imagination, voire même favoriser l’ignorance et la capturer pour limiter en quantité et en qualité les imaginaires. Par conséquent, l’imagination peut être à double tranchant selon comment elle est considérée, utilisée et promue. L’intervention de l’imagination pose ainsi la question de son institutionnalisation, du contexte dans lequel elle se produit en lien avec les rapports de pouvoir, l’équilibre accordé entre les parties-prenantes pour éviter les asymétries (de hiérarchies entre groupes sociaux, entre disciplines, entre types de savoirs et d’expertise, entre imaginaires…). Pour une démarche satisfaisante pour le plus grand nombre, l’ingéniosité est aussi nécessaire compte tenu de budgets limités, de calendriers serrés, d’évaluations qui contraignent la liberté des acteurs, des incertitudes des sciences souvent mal acceptées…

Un objet d’étude peu familier aux sciences sociales

  • 5 Numéro 60, daté de 2013, de la revue Terrain : anthropologie & sciences humaines
  • 6 Journée d’étude, L’imagination environnementale, 17 novembre 2011, Université de Poitiers

12Jusqu’ici, l’imagination a été un objet d’étude assez peu travaillé en sciences sociales alors que la philosophie et la psychologie ont consacré moult études à ce sujet. Il en découle un faible nombre de productions scientifiques en rapport avec des recherches attenant à l’environnement. Nous n’avons ainsi pu trouver, d’une part, qu’une dizaine de références telles que le livre bien connu de L. Buell (1995) en littérature éco-critique, un autre ouvrage du politiste M. De Geus (1999), un numéro spécial sur l’imaginaire écologique5 ou encore une journée d’étude en littérature sur la relation entre l’imagination et l’environnement6. Concernant les cours d’eau, seul un article en langue anglaise (Selman et al., 2010) peut être mentionné.

13Ce faible recours à cette sémantique peut s’expliquer hypothétiquement par le fait que ce terme est mal perçu par les scientifiques attachés à la rationalité. De plus, la référence à l’imagination pour des chercheurs en sciences sociales en mal de scientificité, puisque considérés comme des praticiens de sciences dites molles, est difficile. Indiquons pourtant que les sciences ne sont pas qu’affaire de calculs et d’expérimentations (Holton, 1981) puisqu’elles font toutes appel à des ‘expériences de pensée’ et des raisonnements imaginatifs pour forger des hypothèses. Les traces du positivisme et les soupçons qui pèsent sur les sciences humaines sont toujours difficiles à dépasser.

14En plus de ces appréhensions de la part des scientifiques, nous supposons que le faible recours à cette voie tient aux difficultés d’accéder à l’imaginaire des individus étudiés. Les sciences sociales se démarquent par une préférence pour des approches basées sur les connaissances des acteurs, leurs représentations mentales/sociales (particulièrement en France) et perceptions, leurs discours ou, un peu moins fréquemment de nos jours, leurs idéologies ou structures de pensée. La démarche imaginative semble pourtant complémentaire à quelques-unes de ces approches mais se différencie essentiellement par sa capacité à ne pas se baser seulement sur le réel et le discours. Il s’agit d’exprimer ce que le réel aurait pu être ou doit être avec un jeu mêlant les temporalités (passé, présent et futur), le vecteur spatial (pratiques à d’autres confins du monde, possibilisme) et le psychisme (Guattari et Deleuze, 1980). En effet, l’imagination convoque la multiplicité des visions et des perceptions du cours d’eau à l’aune de nos expériences de vie (souvenirs, images plus ou moins conscientes, perceptions sensorielles), de notre culture (locale, territoriale, nationale, goûts esthétiques, formes d’attachement) et de nos connaissances (savoirs privilégiés et expertises convoquées).

  • 7 En réaction, quelques travaux scientifiques originaux ont été produits à l’instar de l’« activité v (...)

15Tandis que les arts (bandes dessinées, cinéma, peintures, romans d’anticipation et de science-fiction…) semblent être historiquement le medium privilégié pour l’imagination avec une valeur positive accordée à la démarche, il serait intéressant pour les sciences sociales d’investir pour de bon ce champ d’étude, d’autant plus qu’elles pourraient accompagner certaines pratiques de prospective7 et accroître leur niveau de présence dans le débat public sur les enjeux environnementaux.

Recenser les démarches imaginatives dans la gestion des cours d’eau et le gouvernement des territoires de l’eau

16Finalement, l’ambition de ce numéro thématique, et du colloque éponyme qui l’a précédé en juin 2017 à l’Université de Limoges, a été de recenser des démarches imaginatives. Qu’elle soit invoquée, désirée, utilisée, détournée, le recours à cette voie permet d’appréhender sous un angle un peu différent les pratiques relatives à la gestion/au gouvernement des cours d’eau. En questionnant l’utilité et la fertilité de cette voie, nous avons souhaité, à l’interstice des mondes de la recherche et de la gestion, creuser la piste de l’imagination en tant qu’outil participatif.

17Les questions suivantes résument les attentes inhérentes au projet. Comment se servir individuellement/collectivement de l’imagination dans le cadre de la participation publique ? Quelles sont les conditions de succès d’une démarche imaginative au regard de la propension majoritaire à se tourner vers l’expertise professionnelle ? Quelle est la distribution du droit à l’imagination lors de ces démarches et comment s’en servir lors de la prise de décision ? Peut-on identifier les vecteurs de nos imaginaires : images, rêves, savoirs, sciences, souvenirs, techniques, technologies… ? Comment l’imagination peut-elle favoriser la survenue de projet créatif, prospectif, utopique, dystopique, à visée libératoire ?

18Certaines de ces questions sont soulevées dans les articles de ce numéro thématique.

19Jean-Philippe Pierron, directeur de la Chaire industrielle de recherche intitulée Rationalités, usages et imaginaires de l’eau (2012-2015), s’est intéressé au rôle de l’eau comme medium reflétant notre agir environnemental. Ces réflexions philosophiques s’attachent à défendre la puissance de l’imagination dans les pratiques relatives aux cours d’eau. Révélant que l’imagination n’est en rien « un déni » de l’action, il démontre qu’elle participe au contraire à une « approche plurielle et délibérative des fins » permettant de mieux tenir compte « des affiliations à un milieu ou du point de vue des générations futures ».

20Plusieurs articles se sont intéressés à l’imagination en tant qu’outil participatif. Ainsi, Sandrine Petit et Marie-Hélène Vergote ont cherché à entreprendre « une mise au travail de l’imagination » aux côtés d’irrigants de la Côte d’Or. Leur écrit relate cette expérience en atelier qui cherchait notamment à interpréter les situations futures de la gestion de l’eau. Le recours à l’imagination s’effectue alors au travers d’un travail d’anticipation des pratiques d’irrigation.

21De leur côté, Virginie Anquetil, Elsa Koerner et Philippe Boudes rapportent le processus de conception et la réalisation d’ateliers qui réunirent des acteurs impliqués dans des projets de restauration de cours d’eau. Les auteurs révèlent la difficulté de concilier « deux logiques d’action paradoxales et ambivalentes » dans un projet de restauration entre la réalisation des objectifs environnementaux et le besoin de territorialisation. Les ateliers, conçus pour favoriser le débat entre participants, ont stimulé la réflexivité des acteurs qui semble être une étape nécessaire pour questionner le fondement des discours des acteurs.

22Un collectif pluridisciplinaire, composé d’un chercheur (Alexandre Brun), d’une étudiante (Llewella Maléfant)et de praticiens (Hervé Caltran et Paul Garcias), relate les étapes successives de l’élaboration d’un ambitieux projet consistant à faire ré-apparaître, au cœur de la métropole lyonnaise, une rivière délaissée durant les dernières décennies. Suite à un travail d’enquête et à l’organisation d’ateliers participatifs, l’article montre la difficulté d’imaginer ce que doit être la Rize en milieu urbain, compte tenu à la fois des enjeux limités de la restauration en milieu urbain et de l’acceptation de ce « chantier de très long terme ».

23De son côté, Karine Hochart a étudié, au travers de deux cours d’eau qui traversent la ville de Chennai en Inde, « les liens entre les imaginaires du fleuve et les actions des individus au prisme des relations de pouvoir ». Elle montre ainsi comment « le droit d’inventer le fleuve et de parler en son nom » dépend de différentes fictions monopolisées et légitimées par certains groupes d’acteurs spécifiques. L’article illustre à quel point le gouvernement d’un cours d’eau dépend de configurations socio-politiques qui peuvent conduire à la domination d’un récit bien particulier.

24Pour leur part, Ana Besteiro et Anne Rivière-Honegger s’interrogent sur l’invisibilité partielle d’un cours d’eau générant des imaginaires « à cheval entre » des eaux visibles et invisibles. En identifiant deux imaginaires bien distincts (« une vision du système hydrique dans sa globalité et sa complexité » ; « les scientifiques et techniciens qui réfutent cet imaginaire semblent perdre de vue la continuité du système »), les auteures se saisissent de cette controverse sur la visibilité et le système hydrique du fleuve pour nous interpeller face au besoin de travailler une approche intégrant les eaux superficielles et souterraines. Le propre imaginaire des éditeurs-invités de ce numéro thématique est ainsi questionné.

25Enfin, un ensemble de chercheurs (Marylise Cottet et al.), issu de plusieurs institutions de recherche, rend compte de la manière dont les connaissances influencent les perceptions et les représentations à partir d’un cas d’étude français sur les renouées. En stipulant que la présence des renouées (considérées officiellement comme une espèce invasive) dans le paysage est évaluée de manière bien plus négative par ceux qui connaissent les renouées que par ceux qui ne les connaissent pas, les auteurs s’interrogent sur le travail de constitution des imaginaires pour favoriser une « représentation plus positive » des espèces dites invasives qui participent à la composition de « nouveaux écosystèmes ».

26Nous achevons cet éditorial en adressant un grand merci au comité scientifique et aux participants du colloque ‘Si nous imaginons le devenir des cours, ils ressembleraient à…’, particulièrement à Anne Rivière-Honegger pour son appui constant au fil du processus d’organisation et d’édition, à nos interlocuteurs de la revue Géocarrefour que furent Yves-François Le Lay et André Buisson, aux contributeurs de ce numéro pour leurs abnégations, ainsi qu’à la quinzaine de relecteurs anonymes qui auront rendu possible la réalisation de ce numéro spécial. Puisse, par la lecture et la diffusion de ces articles, être encouragé (davantage) le travail imaginatif des chercheurs, des gestionnaires et des praticiens en ce qui concerne le futur des cours d'eau...

Haut de page

Bibliographie

BUELL L., 1995, The environmental imagination: Thoreau, Nature Writing and the formation of American Culture, Harvard University Press, 586 p.

CASTORIADIS C., 1975, L’institution imaginaire de la société, Paris, Le Seuil, 498 p.

CATELLIN S., 2017, L’imagination au laboratoire, Sciences Critiques, URL : https://sciences-critiques.fr/limagination-au-laboratoire/

CHATEAURREYNAUD F., 2013, Regard analytique sur l’activité visionnaire, in BOURG D. (dir.), Du risque à la menace. Penser la catastrophe, Paris, Presses Universitaires de France, p. 287-310.

DE GEUS M., 1999, Ecological Utopias: Envisioning the Sustainable Society, Utrecht, International Book, 319 p.

DURAND G., 1964, L’imagination symbolique, Paris, Presses Universitaires de France, 128 p.

GERMAINE M-A. et BARRAUD R., 2013, Restauration écologique et processus de patrimonialisation des rivières dans l’Ouest de la France, VertigO - la revue électronique en sciences de l'environnement, Hors-série 16, URL : https://journals.openedition.org/vertigo/13583

GUATTARI F. et DELEUZE G., 1980, Mille Plateaux : capitalisme et schizophrénie, Paris, Edition de Minuit, 645 p.

HARVEY D., 2010, Géographie et capital : vers un matérialisme historico-géographique, Paris, Syllepse, 280 p.

HOLTON G., 1981, L’imagination scientifique, Paris, Gallimard, 496 p.

LASCOUMES P., 1996, Rendre gouvernable : de la "traduction" au "transcodage". L’analyse des processus de changement dans les réseaux d’action publique, in CHEVALIER J. (dir.), La gouvernabilité, Presses Universitaires de France, p. 325-338.

LINTON J. et BUDDS J., 2014, The hydrosocial cycle : Defining and mobilizing a relational-dialectical approach to water, Geoforum, Vol. 57, p. 170-180.

RICOEUR P., 1997, Idéologie et utopie, Paris, Le Seuil, 410 p.

SELMAN P., CARTER C., LAWRENCE A. et MORGAN C., 2010, Re-connecting with a Recovering River through Imaginative Engagement, Ecology and Society, Vol. 15, n° 3.

Haut de page

Notes

1 Suite à cet appel à projet, vingt lauréats furent désignés, essentiellement centrés sur l’architecture et l’urbanisme à proximité du fleuve de la Seine. L’idée est d’aménager ou de réaménager des sites pour accueillir des projets dits innovants dans le but espéré de renforcer l’attractivité et le rayonnement des territoires concernés.

2 Alors que l’imagination consiste en un effort, individuel ou collectif, d’ordre réflexif invoquant ou mobilisant des images, des sensations ou un/des imaginaire(s), ce dernier peut être considéré comme une tentative de représentation du travail de l’imagination. Un imaginaire peut en outre être partagé par un seul ou plusieurs individus ou collectifs.

3 « Sans la curiosité, sans la réceptivité à l’inattendu, sans l’attention nourrie de savoir et d’expérience du chercheur, sans la liberté d’imaginer une raison à ce qui étonne, point de sérendipité, point de découverte » dans Catellin S., L’imagination au laboratoire, Sciences critiques, 2017)

4 Comme l’indique Paul Ricœur, « l'idéologie et l'utopie opèrent toutes deux à trois niveaux. Là où l'idéologie apparaît comme une distorsion, l'utopie se présente comme une fantasmagorie irréalisable. Là où l'idéologie est légitimation, l'utopie est une alternative au pouvoir en place. La fonction positive de l'idéologie est de préserver l'identité d'une personne ou d'un groupe ; le rôle positif de l'utopie consiste à explorer le possible, les possibilités latérales du réel. Idéologie et utopie illustrent ainsi les deux versants de l'imagination-conservation et invention » dans Ricœur P., Idéologie et utopie, 1997, Seuil

5 Numéro 60, daté de 2013, de la revue Terrain : anthropologie & sciences humaines

6 Journée d’étude, L’imagination environnementale, 17 novembre 2011, Université de Poitiers

7 En réaction, quelques travaux scientifiques originaux ont été produits à l’instar de l’« activité visionnaire » développée par le sociologue F. Chateauraynaud (2013).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jacques-Aristide Perrin et Jamie Linton, « L’imagination : une (res-)source bienfaitrice pour la gestion de l’eau ou une traversée trop idéalisée ? », Géocarrefour [En ligne], 92/1 | 2018, mis en ligne le 06 juillet 2018, consulté le 17 juillet 2018. URL : http://journals.openedition.org/geocarrefour/10632

Haut de page

Auteurs

Jacques-Aristide Perrin

GEOLAB, Université de Limoges jacques-aristide.perrin@etu.unilim.fr

Articles du même auteur

Jamie Linton

GEOLAB, Université de Limoges james.linton@unilim.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Géocarrefour

Haut de page
  • OpenEdition Journals