Navigation – Plan du site

Les tentatives de réappropriation des espaces extérieurs dans les cités de logements collectifs. Émergence d’une résidentialisation informelle ? Cas de la ville de Batna (Algérie)

Attempts to reappropriate outdoor spaces in the cities of collective housing. Emergence of Informal Residentialization? Case of the city of Batna (Algeria)
Karima Bendib et Farida Naceur

Résumés

L’habitat collectif en Algérie est caractérisé par des espaces extérieurs dont les maux rappellent indéniablement ceux des espaces publics dans les grands ensembles notamment de France. Face à l’incapacité de l’état Algérien à offrir des espaces extérieurs appropriables par les habitants, ces derniers se prennent en charge en agissant informellement sur l’espace. Par consensus, ils définissent des groupements résidentiels en construisant des clôtures qui parcellarisent l’espace urbain et scellent les bâtiments en enclos résidentiels distincts. Cette nouvelle manière d’habiter l’espace urbain rappelle les préceptes de la résidentialisation. Cette intervention planifiée en France par l’état dans le but de permettre la réappropriation des espaces extérieurs dans les grands ensembles serait-elle en train de se concrétiser d’une façon informelle dans l’habitat collectif en Algérie ? Et dans ce cas, peut-on parler d’une résidentialisation informelle ? Pour rendre compte de cette problématique, nous proposons une étude sur l’habitat collectif à Hamla (Batna, Nord-Est algérien) en adoptant deux méthodes complémentaires : l’observation directe et l’enquête.

Haut de page

Texte intégral

1L’habitat collectif en Algérie est caractérisé par des espaces extérieurs qui se présentent sous forme de surfaces libres et non aménagées, ne suggérant aucune forme d’appropriation. Cette situation a conduit à des dysfonctionnements qui ont fini par stigmatiser ces étendues considérées comme génératrices de violence et d’insécurité. Pour y remédier, des interventions urbaines ont été programmées et réalisées sous forme d’opérations ponctuelles destinées à améliorer l’image de ces quartiers d’habitat. Malheureusement, ces dernières se sont révélées inefficaces et n’ont pu atteindre les objectifs escomptés.

2Face à cette fluidité spatiale inadaptée aux besoins des usagers et au vu de l’incapacité de l’Etat à offrir des espaces extérieurs qui soient appropriables par les habitants, ces derniers, constamment en quête de stratégies d’appropriation (Semmoud, 2007), tentent d’apporter des solutions à leurs problèmes. Pour se réapproprier leur lieu d’habiter, ils construisent, informellement, des clôtures qui sillonnent l’espace urbain et déterminent des groupements résidentiels distincts.

3D’après A. Moles, sur le plan psychologique, la clôture décompose l’espace entre un dedans, cette partie de l’espace où je suis, et un dehors, celle où je ne suis pas, en distinguant l’Ailleurs de l’Ici : « la clôture, la cloison, la partition restent l’outil fondamental de l’appropriation de l’espace » (1976, p. 91). Si la délimitation de l’espace dans l’habitat collectif affirme visiblement le lien étroit qui unit les deux notions « appropriation de l’espace » et « limite », elle rappelle également les préceptes de la résidentialisation dont la matérialisation s’effectue principalement à travers la construction de clôtures et la création d’unités résidentielles définies (Panerai, 2011).

4Vu l’ampleur que prend ce phénomène d’auto-enfermement résidentiel dans les villes algériennes et les effets qu’il engendre sur l’espace urbain, cette similitude « supposée » avec la résidentialisation mériterait d’être interrogée et analysée.

Objectifs et méthodes d’approche

5Il s’agit d’apporter un éclairage sur la question de la réappropriation des espaces extérieurs dans l’habitat collectif en Algérie. Différentes recherches ont été menées sur le sujet notamment par H. Mebirouk (2005) qui, en identifiant de multiples formes de réappropriation des espaces par les habitants, met en exergue l’antagonisme entre espace conçu et espace vécu.

6Le présent travail se propose de rendre compte d’une forme particulière et relativement nouvelle de la réappropriation de l’espace public dans les cités de logements collectifs en Algérie. Il s’agit de la fermeture résidentielle. Aujourd’hui, les habitants ne se contentent plus de s’approprier individuellement l’espace extérieur attenant à l’immeuble en le clôturant, mais s’accordent plutôt à se réapproprier collectivement tout l’espace public de la cité. Ils édifient alors informellement une clôture qui ceinture l’ensemble résidentiel et identifient des accès piétons et automobiles qui sont parfois même contrôlés par un gardien.

7Pour comprendre ce phénomène, une étude de terrain a été menée en s’appuyant sur deux méthodes complémentaires. D’une part, l’observation directe permet de rendre compte de l’état des lieux et de visionner la parcellarisation apparente qui caractérise l’espace urbain, pour enfin relever la structure spatiale qui identifie la cité fermée. Ce morcellement de l’espace urbain rappelle nettement le concept de résidentialisation, tel qu’il a été mis en œuvre dans les opérations de renouvellement urbain en France à partir des années 1990, et dont l’enjeu majeur est de permettre la réappropriation des espaces extérieurs des grands ensembles par leurs résidents : « au travers de la résidentialisation, c'est bien de l’appropriation par les habitants de leur lieu de vie qu’il est question » (Nour, 2007, p. 103). D’où notre questionnement : ce nouveau rapport à l’espace reflète t-il une résidentialisation informelle au moins du point de vue architectural et urbain ?

8D’autre part, l’enquête sur terrain permet de comprendre les comportements en décelant les raisons qui sous-tendent l’auto-enfermement résidentiel et qui reflètent incontestablement de nouveaux besoins de l’habitant. Dans ce contexte, des entretiens exploratoires ont été menés auprès des habitants des cités fermées, ce qui a permis de répertorier leurs réactions à propos de l’objet d’étude. En se basant sur l’étude théorique d’une part et sur ces entretiens d’autre part, nous avons élaboré un questionnaire qui a été distribué en 600 exemplaires. 431 nous ont été retournés. Lors de la saisie, nous avons été obligés d’en éliminer plusieurs, ce qui a réduit le total final à 386 formulaires. Le nombre escompté étant de 407 (selon le calcul relatif à la taille de l’échantillonnage), nous avons estimé que le taux obtenu était suffisant pour répondre aux objectifs de notre enquête.

9Vu que ce sont les chefs de ménage, qu’ils soient hommes ou femmes, qui prennent les décisions concernant la clôture de la cité, ils constitueront donc l’échantillon représentatif. Leur désignation est aléatoire mais doit permettre d’éviter la concentration géographique de la population interrogée. Celle-ci est ainsi composée de 75,13% d’hommes dont la tranche d’âge majoritaire se situe entre 40 et 49 ans et de 24,87% de femmes majoritairement entre 30 et 39 ans. Quant au profil socioprofessionnel, la population interrogée est active avec 50% de fonctionnaires de l’Etat et 28,76% qui travaillent dans la fonction libérale.

10La finalité de la combinaison de ces deux méthodes (l’observation directe et l’enquête) est de lever le voile sur cette nouvelle manière d’habiter l’espace urbain (Vuaillat, 2010), car en choisissant de s’enfermer volontairement, l’habitant porte un nouveau regard sur l’espace et sur la société qui traduit des transformations profondes des modes de vies, des relations sociales et des rapports à l’espace (Billard et al., 2005).

11Dans le présent article, qui s’inscrit dans un travail de recherche, nous insisterons sur le premier volet qui consiste à attirer l’attention sur les caractéristiques architecturales et urbaines de cette nouvelle forme d’habiter pour éventuellement déceler ce que ce phénomène puise des principes spatiaux de la résidentialisation. Pour vérifier notre hypothèse, la ville de Batna en Algérie, et particulièrement le nouveau pôle urbain Hamla 1 et 2, constituera le terrain d’étude sur lequel porteront nos investigations.

L’habitat collectif en Algérie : une conception moderne à l’image des grands ensembles 

12L’objectif de toute conception architecturale est de satisfaire les besoins des usagers en faisant de l’espace conçu un espace appropriable, autrement dit un espace vécu qui engendre des pratiques initialement prévues par le concepteur « au regard des documents qui attestent la production de l’espace, il semble toujours que tout soit prévu et à quelques corrections près, l’engendrement des pratiques soit bien la contrepartie nécessaire et suffisante de l’aménagement des lieux » (Raymond, 1976, p. 81-82).

13Malheureusement, la ville d’aujourd’hui, issue de la ville moderne, offre des espaces qui contestent franchement cette théorie. En voulant corriger les défauts de la ville industrielle, l’urbanisme moderne aspirait pallier le désordre apporté par le machinisme en instaurant l’idée que la ville se base essentiellement sur quatre fonctions : habiter, travailler, circuler et cultiver le corps et l’esprit. La charte d’Athènes définit alors les critères de la ville moderne où le logement est privilégié, la rue corridor bannie et la nature largement introduite dans les villes. Après la Seconde guerre mondiale, les grands travaux de reconstruction des villes et l’urgence du logement ont entrainé une application massive des principes de la charte d’Athènes, notamment à travers l’émergence des grands ensembles : tours et barres de logements identiques sont construites un peu partout dans le monde et l’Algérie n’y échappa pas.

14À l’aube de l’indépendance, l’Algérie, guidée essentiellement par des urgences de crise de logements, opte pour le modèle « grands ensembles » comme moteur de son urbanisation. Ce modèle d’habitat, adopté par les pays développés et notamment la France, est ainsi considéré comme symbole de modernité. Mais il offrait surtout une solution miracle à un pays en plein développement et extension. Construits rapidement et à bas prix, les grands ensembles d’habitat collectif dénommés ZHUN (Zones d’Habitat Urbain Nouvelles) prolifèrent alors dans les périphéries des villes algériennes donnant naissance à des banlieues étrangères aux tissus anciens. Marquant une rupture significative aussi bien avec la structure urbaine qu’avec l’image du tissu existant, les ZHUN génèrent les mêmes problèmes que les grands ensembles.

La crise des espaces extérieurs dans les grands ensembles et dans l’habitat collectif en Algérie

15Marqués par un urbanisme de barres et de tours, les grands ensembles se caractérisent par l’immensité de leurs espaces publics. Inspirés des préceptes de l’architecture moderne, ces espaces libres devaient permettre la rencontre, le lien social et les loisirs, répondant ainsi à la vision urbaine et hygiéniste des concepteurs modernes : « l’urbanisme dit moderne est fondé sur l’idéal d’une ville verte et ouverte, faite de bâtiments disposés librement dans un ‘‘libre’’ espace collectif, continu et omniprésent » (Guigou et Lelevrier, 2004, p. 32). Cependant, ces grandes étendues se sont rapidement dégradées pour devenir des espaces abandonnés qui non seulement ne suscitent l’intérêt de personne mais qui inspirent aussi et surtout un certain danger. D’ailleurs, ces vides indéterminés semblent en partie responsables des « maux » des grands ensembles voire de l’échec de l’architecture fonctionnaliste : « l’échec de l’architecture et de l’urbanisme modernes est dû, pour résumer, à l’incompréhension du contexte urbain, à la priorité accordée aux objets plutôt qu’aux tissus intercalaires » (Jencks, 1979, p. 11).

16Face à cette situation, les réflexions s’orientent, à partir des années 1980, vers l’analyse des « espaces publics modernes » des grands ensembles. L’importance de la conception et de l’aménagement des espaces extérieurs dans la qualité de vie de ces quartiers s’affirme et suscite, dès lors, maintes critiques. Dans ce contexte, A. Faure (1996) précise que la qualité de vie d’un quartier, son urbanité, ne se résume pas dans les logements, le bâti, ou encore les équipements, mais se construit également au niveau de l’ensemble des « vides » qui constituent les grands ensembles. Ces espaces libres apparaissent alors aux yeux des professionnels comme « l’atout des grands ensembles » : peut-être vides mais loin d’être « vides de sens » (Hatzfeld et Moutton, 2006).

17Paradoxalement, à l’heure où ce modèle d’habitat est fortement critiqué, l’Algérie l’adopte comme modèle type reproduisant ainsi les inconvénients qu’il génère. Rappelons que si les dysfonctionnements des espaces extérieurs de l’habitat collectif en Algérie évoquent ceux des grands ensembles, ces derniers, véhiculant un modèle culturel occidental, se sont révélés inappropriés et en rupture totale avec le modèle culturel traditionnel de la population algérienne, contraignant ainsi les habitants à adopter de nouvelles stratégies d’appropriation au niveau de leurs logements (Tebib, 2008).

18À l’image de l’espace public des grands ensembles, les espaces extérieurs dans l’habitat collectif en Algérie se présentent sous forme de grandes surfaces libres, non structurées et qui ne permettent aucun sens d’orientation. Inadaptés aux besoins des habitants, ces vides urbains, quand ils ne sont pas abandonnés, sont sujets à de multiples interventions donnant naissance à différents modes de réappropriation des espaces extérieurs, souvent basés sur des détournements d’usages voire des contournements de normes (Mebirouk, 2005). Comme l’attestent les différentes recherches sur le sujet (Mebirouk, op. cit., Kerdoud, 2005), cet état de fait concerne toutes les villes algériennes, dont la ville de Batna qui constitue notre cas d’étude.

L’habitat collectif à Batna où les tentatives de réappropriation des espaces extérieurs

  • 1 Ces tentatives concernent principalement la réappropriation des espaces extérieurs attenants aux lo (...)

19L’appropriation des espaces extérieurs dans l’habitat collectif à Batna a fait l’objet de plusieurs recherches qui ont mis en exergue les tentatives perpétuelles des habitants en vue de se réapproprier ces espaces1. Relevant de dimensions diverses, ces modes de réappropriation signent l’écart apparent qui se creuse entre l’espace conçu et l’espace vécu. Dans ce papier et afin de répondre aux objectifs sus-cités, l’accent est mis sur la dimension spatiale de la réappropriation de l’espace, ce que F. Navez-Bouchanine (1997) appelle l’appropriation matérielle et qu’elle définit comme une appropriation qui laisse des traces physiques à travers le marquage. Ce « marquage trace » (Veschambre, 2004) est concrétisé par une structuration de l’espace et une redisposition des choses ou objets (Fisher, 1983). Et c’est justement cette structuration de l’espace qui nous importe dans ce présent article.

La structuration de l’espace

20Il serait plus juste de parler d’une restructuration dans la mesure où l’habitant agit sur un espace « supposé » structuré. Néanmoins, celle-ci s’effectue selon différentes échelles :

À l’échelle de la façade du logement : introversion ou extraversion ?

21Dans ce cas, l’objet de la réappropriation est la façade de l’immeuble qui constitue une frontière entre l’intérieur et l’extérieur tout en soulignant un certain paradoxe : dans son interaction avec l’environnement immédiat, l’habitant du rez-de-chaussée (RDC) tente de répondre à un ensemble d’exigences antagonistes qui se traduisent dans un jeu de fermeture/ouverture constamment à l’œuvre. Cette quête dialectique (Moley, 2003) s’opère de deux manières. La première concerne la fermeture qui se manifeste dans l’obstruction des ouvertures par des barreaux (ceci étant également valable pour les logements des étages supérieurs). Ces derniers protègent non seulement l’espace intérieur mais leurs saillis obligent aussi les passants à s’en éloigner, assurant ainsi la sécurité et l’intimité du logement (Bouchanine, 1997). Quant à la deuxième, elle implique l’ouverture qui se matérialise dans la percée de la paroi extérieure de la façade dont le but est soit à caractère privé, telle que la création d’une entrée privée (avec parfois le rajout de quelques marches en cas de différence de niveaux), soit à caractère public et à but lucratif par la transformation d’un espace intérieur en local de commerce.

À l’échelle de l’espace limitrophe : clôturer l’espace extérieur attenant au logement

22L’acteur principal de ce type de réappropriation est le résident du rez-de-chaussée qui, pour différentes raisons, va user de ses compétences (Korosec-Serfaty, 2003) pour s’approprier l’espace extérieur attenant à son logement. Le marquage sous-entend, cette fois-ci, l’usage exclusif de l’espace (Ripoll et Veschambre, 2005) en établissant une barrière physique qui délimite ce dernier pour permettre son appropriation. Quelque soit le type de matériau utilisé, la clôture de l’espace extérieur attenant au logement traduit un détournement d’usage dont l’acte va du prolongement de la sphère domestique à la privatisation du domaine public (Mebirouk, op. cit.).

À l’échelle de la cité : clôturer l’ensemble de la cité

  • 2 A partir de 1991, suite à l’annulation des élections législatives, une guerre civile éclata, opposa (...)

23À cette échelle, la réappropriation matérielle ne concerne plus uniquement les espaces extérieurs attenants aux logements mais s’étend pour toucher tous les espaces extérieurs de la cité. Etant des espaces libres et non structurés, les habitants vont tenter de les restructurer en établissant des limites physiques entre l’espace public de la cité et l’espace public de la ville. Ils construisent alors de manière informelle une clôture qui ceinture l’ensemble résidentiel et identifient des accès piétons et automobiles munis de portails, avec parfois même une loge de gardien. Historiquement, ce phénomène de fermeture résidentielle a fait son apparition à partir des années 1990, durant la période du terrorisme2.

24D’une manière isolée et géographiquement ponctuelle, l’habitat collectif dans la ville de Batna connait de jour en jour ce phénomène d’auto-enfermement résidentiel. Son intensification est fortement apparente au sein du nouveau pôle urbain Hamla 1 et 2, dont le POS (plan d’occupation du sol) a été élaboré en 2006 dans le cadre du report de croissance de la ville. Dans ce pôle, la fermeture résidentielle a donné naissance à des ensembles définis chacun par la clôture qui l’entoure. Juxtaposés, ces derniers parcellarisent l’espace urbain et créent ainsi une nouvelle structure urbaine, renvoyant une image d’enclos résidentiels qui identifie une nouvelle manière d’habiter l’espace urbain.

La fermeture résidentielle : pour une éventuelle réappropriation des espaces extérieurs dans l’habitat collectif. Les cas de Hamla 1 et 2 à Batna

Contexte politique, Situation géographique

25À l’instar des villes algériennes, la ville de Batna a essayé de répondre au besoin toujours croissant en matière de logements, en établissant un programme ambitieux dans le cadre de la révision du PDAU (Plan Directeur d’Aménagement et d’Urbanisme) effectuée en 2005. La concrétisation des perspectives de développement ayant été limitée par différentes contraintes, les autorités locales décident de proposer la création de deux nouveaux pôles urbains, Hamla et Fesdis, dont le premier est à caractère résidentiel alors que le deuxième est à caractère scientifique.

26Situé à la périphérie Sud-Ouest de la ville de Batna, sur le prolongement du quartier de Kéchida d’une part et dans la commune de Chaaba d’autre part, le pôle urbain de Hamla permet une importante offre foncière à travers le transfert de 417 hectares de terrains agricoles en terrains urbanisables. L’objectif est de désengorger la ville de Batna en cernant la crise du logement. Pour cela, le pôle urbain a été créé sous forme de POS pour accueillir 40000 habitants (SCU, 2010). Il a été initialement réparti en deux POS (Hamla 1 et 2), auxquels s’est ajouté un troisième POS (Hamla 3) et alors qu’un quatrième est toujours envisagé (fig. 1).

27

Figure 1 : Localisation géographique de Hamla 1, 2 et 3 relativement à la ville de Batna

Figure 1 : Localisation géographique de Hamla 1, 2 et 3 relativement à la ville de Batna

Source : Plan directeur d’aménagement et d’urbanisme (PDAU, 2012) de Batna, modifié par l’auteure.

  • 3 En Algérie, les recensements sont effectués tous les 10 ans par l’office national des statistiques (...)

28Les deux premiers POS concernent Hamla 1 et 2 et sont communément appelés la nouvelle ville de Hamla, espace qui est habité depuis plusieurs années. Elle s’étend sur une surface de 106,31 hectares et est destinée pour une population estimée à 17500 habitants3 (POS Hamla 1 et 2, 2006). Le plan d’aménagement de la nouvelle ville est composé principalement d’habitat collectif social, d’équipements d’accompagnement et de première nécessité ainsi que d’autres équipements à caractères spécifiques. Conçu dans le cadre du POS, ce plan propose des cités collectives juxtaposées avec des espaces extérieurs ouverts (fig. 2). La hauteur des bâtiments est principalement de R + 4, avec quelques R + 5.

Figure 2 : Le plan d’aménagement conçu de Hamla 1 et 2

Figure 2 : Le plan d’aménagement conçu de Hamla 1 et 2

Source: POS URBA 2012

29Suite à des circonstances que nous ignorons, le plan d’aménagement proposé dans le cadre du POS n’a pas été entièrement respecté, d’où la nécessité d’établir un nouveau plan. Un travail de terrain a donc été mené pour revérifier l’ensemble du plan de masse et redessiner l’état des lieux tel qu’il se présente aujourd’hui. S’appuyant sur l’observation de terrain ainsi que sur des cartes issues de Google Earth, nous avons esquissé le plan d’aménagement réalisé de Hamla 1 et 2. La ville se compose de zones d’équipements distinctes et de cités collectives dont les logements sont occupés depuis plusieurs années, à l’exception de deux bâtiments qui sont toujours en cours de construction (fig. 3).

30

Figure 3 : Le plan d’aménagement réalisé de Hamla 1 et 2

Figure 3 : Le plan d’aménagement réalisé de Hamla 1 et 2

Source : Bendib, 2017

Impact de la restructuration spatiale édifiée par les habitants sur l’espace urbain de la ville

Parcellarisation de l’espace urbain

31Le plan d’aménagement existant de la ville présente un espace urbain totalement restructuré. La restructuration a été établie par les habitants de la ville : ces derniers déterminent des groupements résidentiels en construisant des clôtures qui relient plusieurs bâtiments. La parcellarisation de l’espace urbain a donc donné naissance à des enclos résidentiels juxtaposés et distincts, tout en soulignant la différence entre les espaces extérieurs de ces derniers et l’espace public de la ville (fig. 4).

32

Figure 4 : Tracé des clôtures dans l’espace urbain de Hamla 1 et 2.

Figure 4 : Tracé des clôtures dans l’espace urbain de Hamla 1 et 2.

Source : Bendib, 2017

Le dimensionnement des enclos résidentiels

33La fermeture résidentielle concerne tous les bâtiments habités de la ville, à l’exception de deux bâtiments qui sont en cours de construction. Un enclos résidentiel désigne des bâtiments de logements collectifs reliés par une clôture qui scelle l’ensemble en unité résidentielle définie. Cette dernière est ponctuée par des accès piétons et automobiles avec la présence parfois d’une loge de gardien. À l’intérieur du groupement, les espaces extérieurs, qui sont constitués d’espaces verts, de parkings, d’aires de jeux généralement non aménagées et parfois de terrains de sport, sont ainsi privatisés.

34La parcellarisation de l’espace urbain a donné naissance à 46 enclos résidentiels nettement circonscrits qui affichent différentes dimensions (fig. 5), d’où le questionnement suivant : comment se définit le périmètre ? L’enquête a révélé que 43,3% des personnes interrogées considèrent que le tracé de la clôture est défini en regroupant les bâtiments construits par le même promoteur. Sachant que la réalisation des logements collectifs dans la ville a été attribuée à plusieurs promotions immobilières sous forme de projets ponctuels, il en résulte que le regroupement des cités se fait suivant cette logique, d’ailleurs certains ensembles affichent les noms des promoteurs sur leurs accès principaux. En outre, 21% considèrent que la clôture est construite de façon à regrouper un nombre limité de bâtiments, ce qui a donné naissance à un grand nombre de petits groupements juxtaposés. D’un autre côté, 7,2% des enquêtés estiment que la localisation du tracé se fait en assemblant les bâtiments entourés de voirie, c'est-à-dire relativement à l’îlot. Pour le reste, soit 28,5% de l’échantillon, ils disent ne pas savoir comment le tracé de la clôture a été localisé.

35Pour avoir un aperçu sur les tailles des groupements, nous avons opté pour une classification en fonction du nombre de blocs contenu dans chacun d’entre eux (sachant que le nombre d’étages est généralement de R+4).Le plus petit groupement se compose de 3 blocs alors que le plus grand en contient 26 (fig. 5).

Figure 5 : Nombre de blocs dans chaque enclos résidentiel.

Figure 5 : Nombre de blocs dans chaque enclos résidentiel.

Source : Bendib, 2017

36Cela donne trois types d’enclos résidentiels que nous appellerons petit, moyen et grand groupement, sachant que les petits concernent ceux dont le nombre de blocs se situe entre 3 et 8 (type A), que les moyens contiennent entre 9 et 16 blocs (type B), et que les grands groupements comportent 17 blocs et plus (type C) (fig. 6).

Figure 6 : Typologie des groupements.

Figure 6 : Typologie des groupements.

Source : Bendib, 2017

37La typologie proposée nous donne le résultat suivant : le nombre total des groupements étant de 46, il y a 18 petits groupements (39%), 24 groupements moyens (52 %) et 4 grands groupements (9%). Nous constatons ainsi que les enclos résidentiels dans la ville de Hamla sont majoritairement composés de petits et de moyens groupements, ce qui a pour conséquence une parcellarisation accentuée de l’espace urbain.

Les loges de gardiens

  • 4 Source : entretien avec l’auteure, 15 septembre 2017

38Sur 46 groupements, 27 possèdent des loges de gardiens (59 %) alors que 19 n’en possèdent pas (41%) (fig. 7), d’où un questionnement sur la présence ou l’absence de celles-ci. Selon les entretiens effectués avec les habitants des cités qui ne sont pas équipées de loges, ils déclarent qu’« il est impératif d’en construire et que que ce retard est dû à un désaccord temporaire qui concerne surtout les frais et auquel ils espèrent y remédier4 ». Les loges sont généralement situées du côté des accès mécaniques, ce qui suppose que les gardiens sont censés surveiller et vérifier toute voiture accédant au groupement. Se présentant sous forme de cabanons de 7 à 9 m2 de surface, elles sont construites en maçonnerie, généralement peintes et bénéficient parfois même d’un traitement particulier.

39

Figure 7 : Localisation des groupements ayant des loges de gardiens.

Figure 7 : Localisation des groupements ayant des loges de gardiens.

Source : Bendib, 2017

Exemples d’enclos résidentiels

40Pour avoir un aperçu des groupements résidentiels de la ville de Hamla, nous choisirons aléatoirement un exemple de chaque type (fig. 8) sans pour autant les considérer comme échantillons représentatifs, mais uniquement comme des exemples qui peuvent nous renseigner sur l’aspect surtout architectural d’un enclos résidentiel. Si les groupements affichent différentes tailles, ils présentent du point de vue urbanistique et architectural des similitudes telles que le type de clôture qui scelle les bâtiments en unité résidentielle, un accès mécanique unique pour le groupement (tout autre accès mécanique est condamné) auprès duquel se trouve un accès piéton et à proximité duquel est construite, éventuellement, une loge de gardien (fig. 9, 10 et 11).

Figure 8 : Localisation des groupements choisis.

Figure 8 : Localisation des groupements choisis.

Source : Bendib, 2017

41Les clôtures sont généralement matérialisées par des grilles métalliques d’une hauteur oscillant entre 2,20 m et 2,80 m. Parfois, les façades principales, d’où s’effectue l’accès automobile, affichent une clôture avec un soubassement en maçonnerie. Dans tous les cas, cette limite physique marque la séparation entre l’espace public de la ville et l’espace résidentiel sans pour autant empêcher la visibilité de l’extérieur. L’accessibilité automobile étant limitée sur un seul côté, elle fait de l’intérieur résidentiel un cul de sac dont les rues ne sont plus des axes traversants et ne peuvent donc servir de raccourci. Dans certains enclos, une pancarte, collée sur le portail mécanique, rappelle que le parking est réservé aux résidents de la cité. Les accès piétons sont, en revanche, généralement présents sur plus d’un côté, certainement pour faciliter l’accès des habitants à leurs logements en leur évitant de contourner le groupement (fig. 9, 10 et 11).

  • 5 D’après les entretiens menés, les résidents des groupements font souvent appel au même promoteur po (...)
  • 6 Le terme homogénéité spatiale n’est pas utilisé dans le sens positif et désigne ici la similitude e (...)

42Architecturalement, les enclos résidentiels se ressemblent, d’ailleurs même la couleur du grillage ne permet pas de distinguer un groupement d’un autre car elle peut être différente au sein du même enclos (fig. 9 et 11). La loge du gardien est également peinte souvent à l’identique pour tous les groupements5 en arborant quelquefois un toit en tuile (fig. 10). En fait, le manque de diversité architecturale qui caractérise les bâtiments a été accentué par la mise en place des clôtures. En effet, l’adoption de ce dispositif physique par les habitants, d’une manière à peu près similaire, a renforcé l’homogénéité spatiale6 aussi bien urbanistique qu’architecturale, rendant ainsi l’orientation dans cet espace urbain difficile pour quiconque voulant s’aventurer dans ce lieu.

Figure 9 : Vues sur la clôture du petit groupement.

Figure 9 : Vues sur la clôture du petit groupement.

Source: clichés de l’auteure, 2017

Figure 10 : Vues sur la clôture du groupement moyen.

Figure 10 : Vues sur la clôture du groupement moyen.

Source : clichés de l’auteure, 2017

43

Figure 11 : Vues sur la clôture du grand groupement.

Figure 11 : Vues sur la clôture du grand groupement.

Source : clichés de l’auteure, 2017

Les fonctions de l’enclos résidentiel

  • 7 Source : entretien avec l’auteure, 23 septembre 2017

44À travers la construction de la clôture, les habitants tentent de se réapproprier les espaces extérieurs de la cité, car ces derniers sont censés accueillir un ensemble de fonctions propres aux résidents. Tout d’abord, le stationnement est une fonction qui est fortement présente : le bâti qui compose les enclos résidentiels étant constitué de bâtiments juxtaposés sous formes de barre, de L ou de U, les aires de stationnement se retrouvent donc localisées au centre du groupement. Dans certaines cités, des habitants préfèrent personnaliser leurs places de stationnement en les marquant soit par des barres métalliques, parfois reliées par une chaine cadenassée (fig. 12-A), soit en construisant un abri couvert (fig. 12-B) comme en témoigne l’une des personnes enquêtées : « Normalement chaque habitant doit garer sa voiture à proximité de son logement ou du moins de son immeuble, malheureusement parfois ce n’est pas le cas car certains se donnent le droit de se garer là où bon leur semble en recherchant de l’ombre par exemple, alors moi j’ai mis cette chaine pour que personne ne puisse utiliser ma place de stationnement7 ».

Figure 12 : Les places de stationnement personnalisées

Figure 12 : Les places de stationnement personnalisées

Source : clichés de l’auteure, 2017

  • 8 Source : entretien avec l’auteure, 14 octobre 2017

45Les jeux sont également une fonction importante, d’autant plus que la grande majorité de la population interrogée (plus de 80 %) a plus de 3 enfants. À l’intérieur des cités collectives clôturées, ces derniers jouent un peu partout dans les espaces extérieurs car les aires de jeux, pourtant initialement programmées, n’ont pas été aménagées et se présentent sous la forme de terrains vierges et vagues (fig. 13-A), à l’exception d’un seul groupement qui arbore une aire de jeux plus ou moins équipée (fig. 13-B). Dans ce contexte, l’un des interviewés précise : « vous savez, moi personnellement, je ne pense pas que les autorités vont équiper ces espaces de jeux et d’ailleurs de quels équipements parle-t-on ? De toute façon, je suis content que mes enfants jouent dans un espace clôturé, ça permet de les protéger8 ». D’ailleurs, à la question de la considération de la clôture comme un moyen de protection, l’argument qui revient le plus fréquemment est celui « des enfants qui jouent à l’intérieur de la cité », avec 78,8% des réponses.

46

Figure 13 : Les aires de jeux

Figure 13 : Les aires de jeux

Source : clichés de l’auteure, 2017

  • 9 Source : entretien avec l’auteure, 07 octobre 2017

47Les espaces verts sont là pour agrémenter la cité, ils sont présents sous forme d’arbres et d’arbustes auprès desquels sont parfois installés des bancs publics (fig. 14-A). Ces derniers invitent à la rencontre et favorisent la création ou le renforcement des relations sociales entre les résidents. Pour la question concernant les activités communes qui, éventuellement, se déroulent dans ces cités fermées, l’importance des espaces verts est évoquée par la modalité « planter des arbres », choisie par 72,8% des répondants. Dans certaines cités, les habitants ne se contentent pas d’entretenir ces espaces mais vont même y construire des éléments décoratifs qui soulignent un marquage spécifique de l’espace (fig. 14-B). Ce dernier semble à la fois témoigner du sentiment d’appartenance au groupement en question et exprimer une volonté de mimétisme voire de concurrence envers les autres groupements « Des campagnes de volontariat sont régulièrement organisées pour le nettoyage et l’entretien de la cité et on a même construit une fontaine au milieu de l’espace vert, et même s’il n’ya pas d’eau ça embellit l’espace, d’ailleurs ça a fait des jaloux dans la cité voisine dont les habitants ont essayé de faire pareil mais le résultat n’est franchement pas fameux9 ».

48

Figure 14 : Les espaces verts

Figure 14 : Les espaces verts

Source : clichés de l’auteure, 2017

  • 10 Source : entretien avec l’auteure, 07 octobre 2017

49Si, à l’intérieur du groupement résidentiel clôturé, les espaces extérieurs sont désormais des espaces collectifs privatifs, une réappropriation individuelle émerge dans certaines cités, notamment chez les résidents des RDC qui n’hésitent pas à s’approprier les espaces extérieurs attenants à leurs logements pour en faire des jardins privatifs. Cette forme de réappropriation est matérialisée par un grillage assez haut qui entoure ces espaces extérieurs (fig. 15-A), ou peut également se présenter sous forme de limites suggérées mais faiblement matérialisées par des plots en bois juxtaposés (fig. 15-B). Dans ce contexte, un habitant qui réside au RDC et qui s’est approprié l’espace extérieur attenant à son logement précise : « les fenêtres sont trop exposées et j’ai voulu protéger l’intimité du logement alors j’ai construit ce grillage pour empêcher qu’on passe trop près des fenêtres et j’ai d’ailleurs planté des arbres, cela permet d’embellir l’entrée de l’immeuble, donc ça devrait arranger tout le monde10 ».

Figure 15 : Les jardins privatifs

Figure 15 : Les jardins privatifs

Source : clichés de l’auteure, 2017

  • 11 Source : entretien avec l’auteure, 22 septembre 2017

50La collecte des ordures ménagères est une tache plutôt prise au sérieux. Elle se présente de trois manières : la première consiste à extérioriser la collecte en déposant les poubelles loin du groupement résidentiel, généralement sur le trottoir le long de la voie principale (fig. 16-A). La deuxième rejoint la première dans l’extériorisation de la collecte mais en situant le lieu de dépose dans l’espace public à la limite de la cité collective (fig. 16-B). Quant à la troisième, elle consiste à intérioriser cette tache en optant pour une ou des situation(s) donnée(s). Dans ce dernier cas, l’emplacement de dépose se situe à un ou plusieurs endroits d’une manière ponctuelle (fig. 16-C) ou auprès des accès y compris ceux qui sont condamnés et que le gardien ouvre au moment du passage du camion de la collecte des ordures (fig. 16-D). Comme le rappelle une personne enquêtée, « on essaye de s’organiser du mieux qu’on peut mais il y a parfois des malins qui déposent leurs poubelles là où il ne faut pas et à mon avis il faut trouver un moyen pour les sanctionner mais je ne sais pas comment11 ».

Figure 16 : L‘emplacement de dépose des ordures ménagères

Figure 16 : L‘emplacement de dépose des ordures ménagères

Source : clichés de l’auteure, 2017

  • 12 Source : entretien avec l’auteure, 14 octobre 2017

51Enfin, plusieurs cités collectives sont censées bénéficier d’un terrain de sport commun, pourtant trois groupements en abritent un à l’intérieur de la clôture. Cette situation a provoqué des conflits entre les habitants qui estiment qu’un tel équipement ne peut être la propriété d’un seul groupement, ce qui a obligé les habitants de l’enclos contenant le terrain à déplacer la clôture de manière à extérioriser ce dernier. Comme l’évoque un habitant, les tensions liées à l’usage du terrain de sport devraient s’apaiser : « maintenant que le terrain est à l’extérieur du groupement, il sera utilisé équitablement et personne ne se croira prioritaire sur les autres comme c’était le cas avant12 ».

La fermeture résidentielle dans l’habitat collectif : émergence d’une résidentialisation informelle ?

La résidentialisation : de quoi parle t- on ?

52Néologisme des années 1990, cette pratique urbanistique admet plusieurs définitions, ce qui en fait une notion assez floue. La résidentialisation peut ainsi être définie selon ses objectifs, ses principes, ses caractéristiques, son site d’intervention, sa portée, etc. Néanmoins, l’ensemble des définitions se rejoignent autour d’un caractère commun : étendre la sphère des habitants au-delà du strict appartement pour qu’ils se sentent davantage chez eux autour de leurs logements. C'est dans cette optique, précise P. Panerai (2007, p. 88), que la résidentialisation se propose d’apporter aux habitants « des espaces extérieurs, au-delà de cette sphère privée, qui soient directement appropriables ».

53De par l’appellation du concept, le terme résidentialisation renvoie au mot résidence qui sous-entend différentes significations. Selon P. Landauer (2002, p. 109) « "Résidentialiser", au lieu de réhabiliter ou de requalifier, signifie que l’on cherche à introduire les valeurs et les codes de la "résidence" dans l’habitat social ». Alors quels sont les atouts de la résidence susceptibles d’être transposés aux grands ensembles ? Et comment vont-ils être appliqués concrètement sur ce modèle ?

54Passer de la notion du « grand ensemble » massif, uniforme et anonyme à la notion de « résidence » suppose une réduction d’échelle, pour que celle-ci devienne plus « familière » (Certu, 2009, p. 12). Spatialement, il s’agit de regrouper et de découper les immeubles en unités résidentielles, sachant que la notion d’« unité résidentielle » a été inventée par P. Panerai (2011), l’un des principaux théoriciens et défenseurs de la résidentialisation. Le découpage peut se faire par groupe d’immeubles, par immeuble ou par cage d’escalier selon les cas. Cela permet de clarifier le statut public ou privé des espaces extérieurs. Chaque unité est circonscrite par une clôture, ponctuée par des accès définis qui sont souvent contrôlés par un système de sécurisation associé à un dispositif de gardiennage, donnant ainsi naissance à des « espaces résidentiels » dédiés aux habitants de la « résidence ».

55L’unité résidentielle offre un espace défini, plus facile à gérer et qui intègre des fonctions programmées, faisant de cette dernière une unité de vie qui pousse les habitants à s’approprier l’espace résidentiel. Il s’agirait par-là de les mobiliser sur l’amélioration de leur vie quotidienne et collective, de créer entre eux des réflexes de solidarité et un sentiment de responsabilité à l’égard des espaces communs. Ainsi, la résidentialisation contribuerait à produire des formes de régulation sociale : sécurisation, usages des espaces collectifs, « civilité » (entretien, tranquillité, intégrité des lieux), relations de voisinage… (Chediac, 2009).

56En se référant aux caractéristiques physiques de la notion de « résidence », le concept de « résidentialisation » aspire à puiser toutes les valeurs sociales et symboliques qui s’y rapportent. Ainsi, au-delà de la définition spatiale et opérationnelle, la résidentialisation recouvre bien d'autres acceptions. Selon C. Grenier, de l'Union sociale pour l'habitat (USH), elle articule de multiples enjeux : des enjeux de qualité urbaine, de gestion et d'usage de l'espace, de sûreté et de sécurité, et de changement de la vie sociale d'un quartier (Certu 2009).

Conclusion

57L’habitat collectif en Algérie est caractérisé par des espaces extérieurs dont les problématiques rappellent ceux des espaces publics dans les grands ensembles notamment de France. Ces surfaces libres qui sont supposées faciliter la rencontre entre les habitants ne sont que des « vides », régulièrement accusés de générer de la violence et de l’insécurité et créant ainsi une situation d’urgence à laquelle l’Etat se doit de répondre.

58En France, dès 1970, la crise des espaces extérieurs dans les grands ensembles a suscité l’intérêt de différents acteurs : chercheurs, aménageurs et politiciens soulèvent alors la question de la désappropriation de ces espaces. Pour remédier à cette situation, la politique de la Ville engage des programmes de réhabilitation. Principalement axés sur les logements, ces programmes n’ont pu aboutir aux résultats escomptés (David, 2001). À la fin des années 1990, la résidentialisation s’affirme comme l’une des principales composantes du renouvellement urbain dont l’un des enjeux majeurs est de permettre la réappropriation des espaces extérieurs des grands ensembles par leurs résidents. En 2011, le bilan des opérations de résidentialisation, concernant dix projets de rénovation urbaine, estime que cette action est globalement positive tout en étant génératrice de nouvelles exigences (CSTB, CES de l’ANRU, 2011).

59En Algérie, l’émergence de l’habitat collectif sous forme de ZHUN remonte aux années 1970 et continue à proliférer jusqu’à nos jours. Dans le nouveau contexte économique, Batna, comme toutes les villes algériennes, aspire à se hisser au rang des grandes villes par la qualité de son image urbaine et la diversité de ses services. En ce qui concerne l’habitat, différents programmes d’intervention ont été menés dont ceux qui traitent la question de l’amélioration de l’image urbaine que renvoient les ensembles d’habitation implantés un peu partout dans la ville. Des opérations de réhabilitation, de rénovation et de requalification ont alors été réalisées. Mais elles se sont réduites à des interventions ponctuelles, généralement limitées à un travail en surface et qui s’avèrent incapables de pallier les dysfonctionnements des espaces extérieurs dans l’habitat collectif.

60Face à l’incapacité de l’Etat à offrir des espaces extérieurs qui soient appropriables par les habitants, ces derniers se prennent en charge en agissant de manière informelle sur l’espace. Pour se réapproprier ces vastes surfaces, les habitants vont les restructurer en établissant des limites physiques entre l’espace public de la cité et l’espace public de la ville. Par consensus, ils définissent des groupements résidentiels en construisant des clôtures qui parcellarisent l’espace urbain et scellent les bâtiments en enclos résidentiels distincts.

  • 13 La fermeture résidentielle est un phénomène qui s’intensifie de jour en jour touchant toutes les co (...)
  • 14 En nous informant sur la question auprès des organismes concernés, on nous a répondu qu’il n’y a pa (...)

61La restructuration spatiale établie par les habitants a donné naissance à une nouvelle configuration urbaine et architecturale. Si l’intensification du phénomène est fortement visible à Hamla, sa prolifération est également omniprésente dans les quartiers d’habitat de la ville de Batna et de toutes les villes algériennes13où la parcellarisation et la délimitation de l’espace urbain deviennent la règle de composition urbaine mise en œuvre par les habitants. Suite à l’absence de l’Etat qui reste sans réaction face à cette situation14, la ville est progressivement façonnée au gré des envies et des besoins de ses habitants.

62Quelles que soient les raisons qui sous-tendent l’auto-enfermement résidentiel, il est évident que les habitants ressentent, visiblement, la nécessité de clôturer le lieu où ils résident. Cette nouvelle manière d’habiter l’espace urbain reflète des désirs particuliers qu’ils ne peuvent satisfaire qu’au sein de ce type d’habitat fermé. S’agit-il d’un besoin de sécurité ? D’exclusivité de l’usage ? Voire d’exclusion de l’autre ? Ces diverses logiques, dont la liste n’est pas exhaustive, se profilent derrière l’auto-enfermement résidentiel et traduisent un nouveau rapport aussi bien avec l’espace qu’avec la société.

63En tentant de se réapproprier ces espaces, les habitants s’inspirent, sans le savoir, des principes de la résidentialisation. Cette intervention, planifiée en France par l’Etat dans le but de permettre la réappropriation des espaces extérieurs dans les grands ensembles, serait-elle en train de se concrétiser d’une manière informelle dans l’habitat collectif en Algérie ? Et, dans ce cas, peut-on parler d’une résidentialisation informelle ? Dans tous les cas, l’Etat Algérien devra prendre en considération cette nouvelle traduction spatiale de l’habiter pour peut-être l’intégrer comme solution aux problèmes des dysfonctionnements des espaces extérieurs dans les cités de logements collectifs. Ce faisant, l’antagonisme entre espace conçu et espace vécu sera réduit et l’espace planifié, répondant aux besoins de ses usagers, sera, enfin, respecté.

Haut de page

Bibliographie

BILLARD G., CHEVALIER J. et MADORE F., 2005, Ville fermée, ville surveillée. La sécurisation des espaces résidentiels en France et en Amérique du Nord, Rennes, PUR, 220 p.

BOUCHANINEF.N., 1997, Habiter la ville marocaine, Paris, L’Harmattan, 316 p.

CERTU – Cete Sud-Ouest – 2009, La résidentialisation, Dossier bibliographique, 60 p.

CHEDIAC S., 2009, A la maison dans mon HLM… La résidentialisation comme dispositif de rénovation urbaine, Revue Métropoles n° 5. Version numérique :http://metropoles.revues.org/

CSTB, le futur en construction Université Paris-Est Laboratoire de Sociologie Urbaine Générative, CES de l’ANRU, juin 2011, Evaluation de la qualité urbaine de dix projets de rénovation urbaine, synthèse, 21 p.

DAVID J., 2001, Politique de la ville : chronologie, Revue française des affaires sociales, n°3, p. 15-22. Version numérique :https://www.cairn.info/revue-francaise-des-affaires-sociales-2001-3-page-15.htm

FAURE A., Collectif, 1996, Entre les tours et les barres. Restructurer les espaces publics des grands ensembles, Lyon, Certu-Div, 205 p.

FISHER G. N., 1983, Le travail et son espace : de l’appropriation à l’aménagement, les pratiques de l’espace, Paris, Dunod, 95 p.

GUIGOU B., LELEVRIER C., juin 2004, La résidentialisation : genèse et effets attendus d’une pratique d’aménagement, Rapport de Recherche, Ministère de la Culture et de la Communication, Tome I, 118 p.

HATZFELD H., MOUTTON Y., 2006, Les espaces libres, atouts des grands ensembles, éditions du Certu, coll. “Écoles d’architecture”, 144 p.

JENCKS Ch., 1979, Le langage de l’architecture Post- Moderne, Academy, Paris, Denoël, 136 p.

KERDOUD N., 2005. Bengladesh ou Medina ? Espaces urbains périphériques et représentations : deux exemples à Annaba et à Guelma (Algérie), Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], Aménagement, Urbanisme, document 327, URL : https://journals.openedition.org/cybergeo/3000

KOROSEC-SERFATY P., 2003, L’appropriation, in Dictionnaire de l’habitat et du logement, Paris, Armand Colin p. 27-30. Version numérique : http://www.perlaserfaty.net/texte4.htm

LANDAUER P., 2002, Urbanisme et sécurité, in Rapport Peyrat. Habiter, Cohabiter, La sécurité dans le logement social, Paris, Secrétariat d’Etat au logement, 175 p., p. 108-113.

MEBIROUK H., ZEGHICHE A. et BOUKHEMIS K., 2005. Appropriations de l’espace public dans les ensembles de logements collectifs, forme d’adaptabilité ou contournement de normes ?, Norois, vol. 195, n°2, p. 59-77, https://www.cairn.info/revue-norois-2005-2-page-5.htm.

MOLES A., 1976, Aspects psychologiques de l’appropriation de l’espace in appropriation de l’espace, in KOROSEC-SERFATY P. (éd.), Actes de la 3ème conférence internationale de psychologie de l'espace construit, Strasbourg, 650 p., p. 84- 99

MOLEY Ch., 2003, Entre ville et logement, en quête d’espaces intermédiaires, Paris, La Villette, 180 p. Version numérique http://www.culture.gouv.fr/mpe/recherche/pdf/R_433.pdf.

NOUR E., juillet 2007, Adapter la gestion urbaine de proximité, in Certu, ville de Grenoble, dir., La résidentialisation en questions, 176 p.

PANERAI P., avril 2011, Qualité et sûreté des espaces urbains, in PUCA Programme d’expérimentation Cahier n°2 – Atelier de Nantes, 32 p.

PANERAI P., juillet 2007, La résidentialisation, transformation ou fin du modèle des grands ensembles. Les principes de la résidentialisation au service du projet, in Certu, Ville de Grenoble, dir., La résidentialisation en questions, 176 p., p. 87-90.

POS Hamla 1 et 2, 2006, De l’extension de la ville de Batna (route de Hamla), phase finale approuvée par la délibération n° 77/2006 datée du 16/12/2006 selon le n° 94 URBA Batna.

RAYMOND H., 1976, Quelques aspects théoriques et pratiques sur l’appropriation de l’espace in appropriation de l’espace, in KOROSEC-SERFATY P. (éd.), Actes de la 3ème conférence internationale de psychologie de l'espace construit, Strasbourg, 650 p., p. 76- 83.

RIPOLL F. et VESCHAMBRE V., 2005, Introduction. L’appropriation de l’espace comme problématique, Norois, n°195, vol. 2. URL : http://journals.openedition.org/norois/477

SCU, avril 2010, Schéma de cohérence urbaine de la ville de Batna- URBACO- Batna.

SEMMOUD N., 2007, Habiter et types d'habitat à Alger, Autrepart, n° 42, p. 163-180 URL www.cairn.info/revue-autrepart-2007-2-page-163.htm.

TEBIB E., 2008, L’habiter dans le logement de type social à Constantine, manières et stratégies d’appropriation de l’espace, Thèse de doctorat en Urbanisme. Université Mentouri, département d'architecture et d’urbanisme, Constantine, 387 p.

VESCHAMBRE V., 2004, Appropriation et marquage symbolique de l’espace : quelques éléments de réflexion, in Actes du séminaire de l'UMR 6590 CNRS, Université d'Angers ESO, p. 73-77

VUAILLAT F., 2010, Une manière d’habiter les villes contemporaines Les ensembles résidentiels fermés et / ou sécurisés à Nantes (France) et à Recife (Brésil), thèse de Doctorat, Université de Nantes, Institut de Géographie et Aménagement Régional, 297 p.

Haut de page

Notes

1 Ces tentatives concernent principalement la réappropriation des espaces extérieurs attenants aux logements par les habitants des RDC.

2 A partir de 1991, suite à l’annulation des élections législatives, une guerre civile éclata, opposant le gouvernement algérien, disposant de l’Armée nationale populaire, et divers groupes islamistes.

3 En Algérie, les recensements sont effectués tous les 10 ans par l’office national des statistiques (ONS). Le dernier recensement général de la population et de l’habitat (RGPH) date de 2008, alors qu’Hamla a accueilli ses premiers habitants vers la fin 2009. À ce jour, il n‘y a donc pas encore de statistiques sociodémographiques officielles disponibles pour ce nouveau pôle.

4 Source : entretien avec l’auteure, 15 septembre 2017

5 D’après les entretiens menés, les résidents des groupements font souvent appel au même promoteur pour la construction de la loge, ce qui expliquerait cette similitude.

6 Le terme homogénéité spatiale n’est pas utilisé dans le sens positif et désigne ici la similitude et la ressemblance.

7 Source : entretien avec l’auteure, 23 septembre 2017

8 Source : entretien avec l’auteure, 14 octobre 2017

9 Source : entretien avec l’auteure, 07 octobre 2017

10 Source : entretien avec l’auteure, 07 octobre 2017

11 Source : entretien avec l’auteure, 22 septembre 2017

12 Source : entretien avec l’auteure, 14 octobre 2017

13 La fermeture résidentielle est un phénomène qui s’intensifie de jour en jour touchant toutes les couches sociales, d’ailleurs des promoteurs l’utilisent pour vanter leurs produits immobiliers comme l’attestent les publicités sur internet qui concernent principalement les résidences fermées de haut standing.

14 En nous informant sur la question auprès des organismes concernés, on nous a répondu qu’il n’y a pas eu de plaintes à ce sujet et que la construction de la clôture n’est pas considérée comme nuisible ni pour la société ni pour l’espace.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Localisation géographique de Hamla 1, 2 et 3 relativement à la ville de Batna
Légende Source : Plan directeur d’aménagement et d’urbanisme (PDAU, 2012) de Batna, modifié par l’auteure.
URL http://journals.openedition.org/geocarrefour/docannexe/image/10699/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 332k
Titre Figure 2 : Le plan d’aménagement conçu de Hamla 1 et 2
Crédits Source: POS URBA 2012
URL http://journals.openedition.org/geocarrefour/docannexe/image/10699/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 452k
Titre Figure 3 : Le plan d’aménagement réalisé de Hamla 1 et 2
Crédits Source : Bendib, 2017
URL http://journals.openedition.org/geocarrefour/docannexe/image/10699/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 532k
Titre Figure 4 : Tracé des clôtures dans l’espace urbain de Hamla 1 et 2.
Crédits Source : Bendib, 2017
URL http://journals.openedition.org/geocarrefour/docannexe/image/10699/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 440k
Titre Figure 5 : Nombre de blocs dans chaque enclos résidentiel.
Crédits Source : Bendib, 2017
URL http://journals.openedition.org/geocarrefour/docannexe/image/10699/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 480k
Titre Figure 6 : Typologie des groupements.
Crédits Source : Bendib, 2017
URL http://journals.openedition.org/geocarrefour/docannexe/image/10699/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 500k
Titre Figure 7 : Localisation des groupements ayant des loges de gardiens.
Crédits Source : Bendib, 2017
URL http://journals.openedition.org/geocarrefour/docannexe/image/10699/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 464k
Titre Figure 8 : Localisation des groupements choisis.
Crédits Source : Bendib, 2017
URL http://journals.openedition.org/geocarrefour/docannexe/image/10699/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 348k
Titre Figure 9 : Vues sur la clôture du petit groupement.
Crédits Source: clichés de l’auteure, 2017
URL http://journals.openedition.org/geocarrefour/docannexe/image/10699/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 348k
Titre Figure 10 : Vues sur la clôture du groupement moyen.
Crédits Source : clichés de l’auteure, 2017
URL http://journals.openedition.org/geocarrefour/docannexe/image/10699/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 344k
Titre Figure 11 : Vues sur la clôture du grand groupement.
Crédits Source : clichés de l’auteure, 2017
URL http://journals.openedition.org/geocarrefour/docannexe/image/10699/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 352k
Titre Figure 12 : Les places de stationnement personnalisées
Crédits Source : clichés de l’auteure, 2017
URL http://journals.openedition.org/geocarrefour/docannexe/image/10699/img-12.png
Fichier image/png, 1,0M
Titre Figure 13 : Les aires de jeux
Crédits Source : clichés de l’auteure, 2017
URL http://journals.openedition.org/geocarrefour/docannexe/image/10699/img-13.png
Fichier image/png, 1,3M
Titre Figure 14 : Les espaces verts
Crédits Source : clichés de l’auteure, 2017
URL http://journals.openedition.org/geocarrefour/docannexe/image/10699/img-14.png
Fichier image/png, 1,1M
Titre Figure 15 : Les jardins privatifs
Crédits Source : clichés de l’auteure, 2017
URL http://journals.openedition.org/geocarrefour/docannexe/image/10699/img-15.png
Fichier image/png, 1,9M
Titre Figure 16 : L‘emplacement de dépose des ordures ménagères
Crédits Source : clichés de l’auteure, 2017
URL http://journals.openedition.org/geocarrefour/docannexe/image/10699/img-16.png
Fichier image/png, 1,9M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Karima Bendib et Farida Naceur, « Les tentatives de réappropriation des espaces extérieurs dans les cités de logements collectifs. Émergence d’une résidentialisation informelle ? Cas de la ville de Batna (Algérie) », Géocarrefour [En ligne], 92/4 | 2018, mis en ligne le 30 août 2018, consulté le 23 septembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/geocarrefour/10699 ; DOI : 10.4000/geocarrefour.10699

Haut de page

Auteurs

Karima Bendib

Maître assistante A, Institut d’Architecture et d’Urbanisme, Université de Batna 1, Batna 05000, Algérie bendib_karima@yahoo.fr

Farida Naceur

Professeur, Institut d’Architecture et d’Urbanisme, Université de Batna 1, Batna 05000, Algérie naceur.farida@yahoo.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© Géocarrefour

Haut de page
  • OpenEdition Journals