Navigation – Plan du site

Aux sources de la construction des territoires : des initiatives sociales et solidaires spatialisées

At the origins of territorial construction: spatialized social and solidarity initiatives
Amélie Lefebvre-Chombart

Résumés

A la croisée de la géographie sociale et de la géographie rurale, cet article analyse la prise d’initiatives sociales et solidaires au sein des territoires et leur inscription au sein d’un maillage territorial. Il examine ainsi la transformation d’individus en acteurs du quotidien, et revient aux fondamentaux de l’appropriation territoriale.

En s’intéressant plus spécifiquement à quatre bassins de vie choisis pour la diversité de leurs caractéristiques rurales, nous mettons en évidence des pratiques territorialisées du quotidien, reflets de sociabilités et de solidarités de proximité aux finalités non marchandes. Ce faisant, les individus peuvent s’approprier l’espace par des usages en dynamisant et développant les cercles de sociabilités : les initiatives sociales et solidaires sont profondément liées aux territoires.

Haut de page

Plan

Haut de page

Texte intégral

1Le territoire est un objet géographique qui « témoigne d’une appropriation économique, idéologique et politique (sociale donc) de l’espace par des groupes qui se donnent une représentation particulière d’eux-mêmes, de leur histoire, de leur singularité » (Di Méo, 1998, p.42). Il est le théâtre de jeux de pouvoirs qui résultent de la coexistence d’acteurs aux intérêts multiples. Le territoire est « une forme spatiale de la société » (Di Méo, 2012, p.157). Cette définition du territoire place ses acteurs au cœur de sa construction. Pour autant, ces acteurs varient dans leur capacité d’action.

2Cet article vise à prendre en considération les acteurs dans toute leur diversité : certains se revendiquent « acteurs » quand d’autres n’ont pas toujours conscience d’être « dans l’action » : l’individu peut être un acteur qui s’ignore. De fait, sans exclure l’action institutionnalisée, la recherche que nous avons menée sur les « initiatives sociales et solidaires » révèle les aspects les moins éclatants de l’action et qui se cachent dans le quotidien de la sociabilité ordinaire.

3Les individus s’impliquent à des degrés divers au sein d’initiatives, tout en y contribuant pleinement. Notre hypothèse est que, même s’ils sont les plus visibles, les acteurs proclamés, revendiqués, ayant les ressources nécessaires (intellectuelles, culturelles, financières, etc.) pour prendre part à la vie des territoires ne sont pas les seuls à agir. L’action ordinaire conduit aussi, sous certaines conditions, à des initiatives sociales et solidaires. Si elle permet d’identifier une part des acteurs des initiatives sociales et solidaires, l’action formalisée ou institutionnalisée n’embrasse pourtant pas pleinement ce qui relève de l’initiative sociale et solidaire. Pour donner à voir les initiatives sociales et solidaires ordinaires, il faut adjoindre à l’analyse les actions plus discrètes du quotidien, les solidarités de proximités non conscientisées par les sociétés locales (Pecqueur, 1992). Notre cadre d’analyse se rapporte à une dynamique de solidarités sociales, comme un « tissu sémantique sans lequel aucune société ne pourrait exister » (Berger et Luckmann, 1986 dans Banos et Candau, 2006, p97).

4Les individus-acteurs sont ici étudiés dans leurs actes au quotidien. Ressentant des besoins, se confrontant à des problèmes ou à une situation qui ne leur convient pas, ils prennent des initiatives et s’approprient leur espace. Ces initiatives, sources de solidarités sociales, sont territorialisantes pour les individus. Comment ces initiatives de proximité contribuent-elles à la construction des territoires ?

5Nous poserons dans un premier temps le cadre théorique et méthodologique qui arrime notre analyse. Puis nous développerons un exemple où les initiatives sociales et solidaires sont portées par des parents d’élèves et habitants de la commune. Ces initiatives s’inscrivent dans un milieu local où l’école et le café occupent des places centrales. Dans un dernier temps, nous nous intéressons au renforcement du maillage social local, hors de l’action municipale. Comment les initiatives sociales et solidaires des parents d’élèves permettent-elles la revitalisation de la commune, caractérisant ainsi un capital social territorialisé ?

La caractérisation d’initiatives sociales et solidaires aux fondamentaux du territoire

6Les initiatives sociales et solidaires seraient portées par les cercles de sociabilités territorialisés. Nous mettons en évidence un maillage d’initiatives, fondamentalement lié au territoire.

Cadre théorique : le champ des initiatives sociales et solidaires

S’approprier et territorialiser : un enjeu individuel et collectif

7« Pour l’homme, rien n’est donné, même pas le plus proche, le plus habituel, le plus familier » (Sansot, 1976, p68). De fait, l’espace qui nous entoure, sur lequel nous vivons, n’est pas lui-même un acquis. Chaque individu doit en faire une forme de conquête personnelle. « L’appropriation de l’espace consiste dans la possibilité de se mouvoir, de se détendre, de posséder, d’agir, de ressentir, d’admirer, de rêver, d’apprendre, de créer suivant ses désirs, ses aspirations, ses projets. Elle correspond à un ensemble de processus psychologiques qui se situent dans un rapport sujet-objet, entre le sujet (individu ou groupe) qui s’approprie l’espace et les objets disposés autour de lui dans la vie quotidienne. Elle associe des pratiques, des processus cognitifs et des processus affectifs. » (Chombart de Lauwe, 1976, p32)

8L’appropriation spatiale mobilise des processus complexes et divers et met en évidence les rapports sociaux dans leurs dimension spatiale (Veschambre, 2002). Elle est toutefois un pré requis au territoire : en « s’appropriant concrètement ou abstraitement (par exemple, au moyen des représentations) un espace, l’acteur territorialise l’espace » (Raffestin, 1980, P129-130). Le territoire est donc un espace approprié par les acteurs.

9L’appropriation d’un espace – ayant une existence sur une échelle de temps différente de celle de l’individu (l’espace nous précède et nous demeure) – nécessite des ajustements. « S’approprier un espace construit ou, dans notre cas, en construction consiste déjà à pouvoir ajuster l’espace-objet et l’espace représenté, ce qui donne une impression de familiarité cognitive, et à pouvoir associer le désir à la représentation et à l’utilisation des objets dans l’espace, ce qui donne une impression de familiarité affective » (Chombart de Lauwe, op. cit., p.28). La construction de familiarités fait partie du processus d’appropriation : « si vous ne modifiez pas la chose, elle vous demeure extérieure, elle existe à côté de vous, mais si vous la modifiez, si vous la tourmentez pour qu’elle vous réponde et pour qu’elle se façonne à votre contact, ce n’est plus la chose que vous rencontrez mais une nouvelle réalité qui vous ressemble » (Sansot, op. cit., p.74). Il s’agit donc de « faire soi » un espace qui ne l’est pas d’emblée, pour le rendre plus proche. L’appropriation permet donc aux individus de rendre l’espace plus « vivable » , de s’y sentir mieux à travers leurs usages.

10Ainsi, « considérer le territoire sous l’angle de la dimension spatiale de la société, c’est-à-dire comme produit de l’action collective et non comme simple résultat de l’action étatique (territoire stato-centré), c’est définir le territoire comme produit de la dynamique des acteurs sociaux » (Séchet et Keerle, 2007, p.12). De plus, ces cadres préexistants influencent les jeux d’acteurs. Concevoir le territoire comme fruit de la dynamique de tous les acteurs laisse la place à leur créativité.

11Ainsi, les rapports sociaux sont centraux au sein de ces dynamiques. Ils se rapportent à tout ce qui compose la vie sociale d’un individu : les rapports entretenus aux autres, consensuels ou conflictuels, voire neutres, formels ou informels. Le territoire est ainsi la « concrétisation spatiale de l’implication des individus dans un lieu donné » (Glon et Renard, 1998, p.99).

12Le territoire résulte de l’appropriation de l’espace, il impacte la construction des communautés (Moquay et al., 2005). Il rend possible la vie en société : le territoire se révèle dans son indissociabilité aux individus et de leurs actes sources d’appropriation. Il est le fruit de leurs dynamiques.

Appropriations, maillages et initiatives sociales et solidaires

13Le concept de maillage se rapporte à l’appropriation des individus-acteurs de leur territoire. Il se forge par la mise en projet global de coalescences de sociabilités dans lesquelles les acteurs ont leurs expériences, leurs vécus avec d’autres (Glon et Renard, op. cit.). Ce maillage est donc le fruit de l’appropriation des individus-acteurs du territoire en termes de sociabilités, il forme un tissu sur lequel peuvent émerger et rayonner des projets territoriaux.

14Produit de l’appropriation des acteurs, ce maillage met l’accent sur la participation des individus à la vie de leur territoire, à travers leurs initiatives de sociabilités du quotidien. Ces initiatives sociales et solidaires sont la traduction du besoin des individus de se tourner vers l’autre. Les individus se constituent en collectif, créant ainsi des aires de sociabilités : ces initiatives sociales et solidaires sont au cœur du territoire, constitutives de son maillage. Le maillage est le tissu sur lequel le projet peut s’appuyer pour créer du territoire. Il participe de fait à son appropriation par les acteurs locaux : il est ainsi inhérent à la fabrique du territoire.

15Nous pouvons dès lors exposer la notion d’initiatives sociales et solidaires, en arpenter les contours et découvrir l’étendue du champ qu’elles recouvrent. Elles sont des initiatives collectives d’individus-acteurs, expression spatiale de leurs solidarités sociales (Lefebvre-Chombart, 2017). Elles correspondent ainsi à une forme de citoyenneté de proximité, un engagement des individus témoignant d’une auto-organisation, une créativité et une capacité d’innovation sociale. Elles traduisent l’appropriation territoriale des individus-acteurs, reflétant ainsi des appartenances dont les formes sont diverses. Enfin, étant une forme d’action locale, ces solidarités de proximité participent au maillage du territoire, devenant ainsi le substrat indispensable au développement du territoire.

Schéma 1 : Dynamiques spatiales de l’initiative sociale et solidaire / Émergence

Schématisation des dynamiques spatiales des initiatives sociales et solidaires

16L’individu vit au sein d’un espace. Il peut ressentir des besoins, avoir des aspirations, se confronter à des problématiques, percevoir des manques au sein de son espace de vie. S’appuyant sur ses expériences, son vécu, l’individu peut faire le choix de se tourner vers les autres et d’impulser une initiative ayant trait au quotidien (Schéma 1) : ce premier cercle d’individus devient le foyer de l’initiative sociale et solidaire. Par cet acte, l’individu s’implique au sein de l’espace d’émergence de l’initiative dans une relation de proximité spatiale et sociale.

17Les individus se rencontrent dans un lieu (au sens de Brochot et De La Soudière, 2010 ; Bailly, 1989 ; Debarbieux, 1995) autour duquel se forge le foyer de l’initiative. Ce lieu de réunion peut être simplement la maison de l’un ou l’autre, un café, une bergerie, etc. Ces lieux sont constitutifs d’un « vivre ensemble localisé » , un compromis né d’appartenances multiformes (Sencebé, 2011 ; Sencébé, 2002).

18L’initiative, s’appuyant sur ses individus-moteurs et sur son foyer initial, développe des activités et attire des participants pouvant eux aussi devenir des acteurs du processus (Schéma 2). Ces individus sont reliés à la fois au noyau de base de l’initiative, mais peuvent également entretenir des liens entre participants, grâce à l’initiative. L’ensemble de ce dynamisme forme des aires ou des cercles de sociabilités (Glon et Renard, op. cit.). Ces cercles sont ainsi des constructions sociales et spatiales à un instant T.

Schéma 2 : Dynamiques spatiales de l’initiative sociale et solidaire / Pratiques

Schéma 2 : Dynamiques spatiales de l’initiative sociale et solidaire / Pratiques

19Quand le cercle s’élargit, les lieux où germent les initiatives sociales et solidaires peuvent varier : le lieu de rencontre devient la maison d’un participant (plus grande par exemple), une grange, etc. Ces lieux de réunions peuvent être variés. Il peut aussi y avoir des lieux de manifestation de l’initiative (Schéma 3) : là où elle se construit, où elle est présentée. Ces lieux, tout comme les pratiques, sont vecteurs d’appropriation.

Schéma 3 : Dynamiques spatiales de l’initiative sociale et solidaire / Coalescences

Schéma 3 : Dynamiques spatiales de l’initiative sociale et solidaire / Coalescences

20Les aires de sociabilités sont en perpétuelle reconstruction, car elles sont perméables (Schéma ) : des mouvements centripètes ou centrifuges les traversent. Les contours de ces cercles de sociabilités évoluent donc dans le temps, par exemple au fil de l’intégration/du départ de nouveaux individus dans la dynamique de l’initiative. Les porteurs ou les participants peuvent également évoluer et se retirer de la dynamique (comme indiqué sur le schéma), ce qui aboutit à la recomposition du tissu de relations et transforme l’initiative. Ces cercles de sociabilités sont le reflet des intentionnalités des individus à un moment donné. Ainsi, certaines initiatives évoluent fréquemment tandis que d’autres restent relativement stables ou périclitent : l’échelle est variable et mouvante.

21Enfin, ces cercles de sociabilités en croisent d’autres, formant ainsi des coalescences autour d’individus spécifiques. Ces individus sont alors des personnes-ressources pour ces initiatives. En échangeant entre eux, en formulant ce qu’ils souhaitent accomplir, en cheminant vers l’action, les individus-acteurs (porteurs et participants) s’approprient l’espace. Le maillage et les lieux de rencontre sont deux éléments majeurs de cette appropriation. C’est également le cas des coalescences entre les différents cercles de sociabilités, qui ne sont pas des isolats repliés sur eux-mêmes. Par ces processus, nous passons d’une spatialisation des initiatives sociales et solidaires à leur rôle dans la construction sociale du territoire. Les initiatives sociales et solidaires et leurs coalescences, les maillages d’individus impliqués dans ces sociabilités de proximité du quotidien contribuent à l’existence du territoire et à sa construction.

22Le maillage construit s’appuie sur des initiatives sociales et solidaires. Ces initiatives recouvrent des pratiques plus ou moins éphémères. Cependant, le caractère éphémère d’une initiative n’entraîne pas une destruction instantanée du maillage : la pratique laisse une trace dans l’espace social. Prenons l’exemple d’une aide ponctuelle à un voisin. Si cette pratique ne dure pas dans le temps, elle laisse une histoire entre les deux individus qui ont vécu l’initiative sociale et solidaire : la construction de sociabilités territorialisantes.

23Ce maillage se compose de liens aux intensités variables, plus ou moins persistants et en perpétuelle reconstruction (Tableau 1). Les initiatives sociales et solidaires développent ces liens, transforment les cercles de sociabilités et interpellent les espaces donnés. Les mouvements de croissance et de décroissance s’enchevêtrent dans l’évolution de l’initiative (Tableau 1). De même, les temps de l’initiative ne traduisent pas une évolution mais plutôt des phases que peuvent traverser l’une ou l’autre initiative. En cela, les initiatives sociales et solidaires sont multipolarisantes pour les individus, favorisant le développement de liens entre individus et le développement de trous structuraux : pour Ronald Burt (1992), ces trous structuraux sont une richesse pour les réseaux ou maillages, source de capital social (comme qualité créée dans l’interaction entre individus-acteurs). A ce sujet, l’importance des sentiments d’appartenance doit être relativisée : de simples liens suffisent à l’établissement de relations sociales (Lin, 1995). Cela signifie que les initiatives sociales et solidaires peuvent permettre de nouer des liens entre individus dans le quotidien sans développement de familiarités ou d’affinités.

24Ainsi, les pratiques des initiatives sociales et solidaires transforment les maillages, et permettent la construction de territorialités. Ces territorialités sont au cœur du maillage d’initiatives, formé à travers les différentes pratiques des initiatives sociales et solidaires. Des pratiques plus ou moins élaborées qui, une fois achevées, garderont pour trace les territorialités tissées entre les individus.

Tableau 1 : Recomposition du maillage territorial sous l’effet des initiatives sociales et solidaires

Mouvement décrit

Temps de l’initiative

État initial

État initial des liens

Action de l’individu

Effets sur le maillage

Croissance de l’initiative

Avant la prise de l’initiative sociale et solidaire

OU au cours de celle-ci

L’individu entretient déjà des liens avec d’autres.

Préexistants

L’individu entre en relation avec ces mêmes individus à travers l’initiative.

L’initiative permet le renforcement de la relation entre individus par la consolidation des liens.

L’individu ne connaît pas les autres individus.

Inexistants

L’individu prend part à l’initiative et entre en relation sans historique.

L’initiative contribue à la diversité du maillage et à la multiplication des mailles.

Au cours de l’initiative sociale et solidaire

L’individu est partie prenante de l’initiative.

L’initiative développe des relations et des liens entre les individus à des degrés divers

Liens activés

L’individu décide de s’investir davantage dans la dynamique.

L’initiative renforce son emprise territoriale avec l’implication accrue d’un individu.

Décroissance de l’initiative

L’individu décide de se retirer de la dynamique.

L’individu se retire du cercle de sociabilité de l’initiative. Les liens peuvent subsister mais ne sont plus activés par l’initiative.

A la fin de l’initiative (étape non systématique)

Les individus décident ou subissent la fin de l’initiative.

L’initiative disparaît mais la trace des liens reste : soit de manière activée à travers des relations interpersonnelles, soit en dormance.

Des initiatives sociales et solidaires comme capital social territorialisé

25La notion de capacités renvoie aux travaux de l’économie du développement et notamment à l’approche d’Amartya Sen, qui a théorisé, dans ses études sur les libertés et le développement, les capacités (ou capabilités) des individus à se saisir des ressources à leur disposition (Sen, 1999). Appliquée aux territoires, cette base théorique fournit « un cadre d’analyse multidimensionnel qui permet de mesurer l’efficacité des stratégies de développement à l’échelle du territoire à l’aune des capacités territoriales qu’elles développent. » (Dissart, Lallau, Benoit et Loubet, 2011, p.700). En quoi les initiatives sociales et solidaires pourraient permettre aux individus-acteurs de développer leurs capacités à cohabiter, à vivre ensemble ? Nous faisons l’hypothèse d’initiatives constituant un capital social territorialisé pouvant être mobilisé par les individus-acteurs.

26Nous concevons la notion de capital sans la dimension monétaire du terme : son usage est ici subversif à la manière de l’apport fondateur de Pierre Bourdieu qui permet de saisir la place des institutions dans la transmission de capital. Le capital social introduit l’idée d’éléments accumulés et disponibles aux individus, de richesses humaines et sociales liées à la possession d’un réseau durable de relations plus ou moins institutionnalisées (Bourdieu, 1980). Plusieurs éléments ont ici leur importance : les initiatives constituent un capital à disposition des individus-acteurs qu’ils peuvent mobiliser, et dont les potentialités de mise à disposition restent à interroger. Le capital social représente un « ensemble des normes et des réseaux qui facilitent l'action collective et constitue un patrimoine relationnel, soit pour chaque individu, soit pour un groupe. » (Campagne et Pecqueur, 2014, p.231). Putnam souligne que les réseaux sociaux ont de la valeur : « le capital social se rapporte aux relations entre individus, aux réseaux sociaux et aux normes de réciprocité et de confiance qui en émergent. » (Putman, 1998 in Méda, 2002, p.36).Le capital social nous apparait ainsi comme ressource collective. Enfin, Coleman rappelle la liaison du capital social avec la structure des relations sociales dans laquelle est pris l’individu (Coleman, 1988).

27Nous émettons ici l’hypothèse que les initiatives sociales et solidaires constituent un capital social territorialisé : elles sont construites par les individus-acteurs qui peuvent les mobiliser, les utiliser pour leur permettre d’entrer en relation avec d’autres dans un climat de réciprocité (Gardin, 2006). Se faisant, les initiatives sociales et solidaires se posent réellement en objet territorialisé : à l’émanation d’un territoire qu’elles contribuent à forger. En effet, comme nous l’avons déjà évoqué, les initiatives sociales et solidaires ne sauraient exister sans le territoire : les solidarités sociales et ses manifestations, ses composantes et le vécu à l’origine de ces solidarités sont à la base de toute construction spatiale. En avançant ici la notion de capital social territorialisé, les initiatives sociales et solidaires se positionnent en construction du territoire au quotidien.

28En effet, les initiatives sociales et solidaires se posent en interface entre individu et territoire. Dans certains cas, nous pourrions même supposer qu’elles permettent une médiation entre le territoire et ses habitants, c’est-à-dire qu’elles rendent accessible le territoire aux individus – y compris ceux qui n’entrent pas spontanément ou qui éprouvent des difficultés à entrer en appropriation. Territorialisées à différents degrés, ces initiatives constituent un capital social plus ou moins dynamique.

Cadre méthodologique : l’étude de 277 initiatives en région Hauts de France

Le choix de quatre terrains de recensement d’initiatives

  • 1 Une étude sur les classifications existantes en termes d’espaces ruraux nous a permis de dégager de (...)

29Le choix du terrain d’étude devait répondre à deux objectifs : l’analyse d’un espace rural et la possibilité d’observer des initiatives sociales et solidaires. La dimension rurale s’est appuyée sur la typologie des campagnes françaises de la DATAR (2012)1, illustrée d’indicateurs INSEE pour incarner l’étude nationale à la région Nord Pas de Calais – cadre choisi pour notre étude. La dimension dite sociale consistait surtout à choisir des terrains qui nous donneraient à voir des initiatives sociales et solidaires dans une forme de diversité. Deux variables ont été retenues : la présence d’initiatives de l’économie sociale et solidaire et le nombre de commerces et services de proximités.

  • 2 Entendons par « espaces présentant différents visages de ruralités » l’idée d’espaces pris dans une (...)
  • 3 L’étude s’est déroulée avant la fusion des régions Nord Pas de Calais et Picardie.

30Ces deux entrées, rurale et sociale, nous ont permis de travailler des données quantitatives et qualitatives à l’aide d’outils statistiques et de systèmes d’informations géographiques. Nous avons ainsi choisi quatre espaces présentant différents visages de ruralités2. Le choix du périmètre du bassin de vie est venu dans un second temps. Il résulte d’une étude approfondie des 4 zones, où l’occupation du sol, les indicateurs relatifs à la population (santé, services, etc.) ainsi que la présence de l’ESS ont été étudiés. Nous avons analysé quatre échelles d’entrée : le canton, l’EPCI à fiscalité propre, le pays et le bassin de vie, au profit de ce dernier. En effet, par la contextualisation des situations sur nos 4 terrains, nous avons retenu le bassin de vie comme zonage d’étude dessiné par l’accès aux équipements. Quatre bassins de vie nous ont donc servi de terrains d’étude, diversement situés au sein de l’ex-région Nord Pas de Calais3 (Carte 1).

Carte 1 : Localisation des quatre bassins de vie choisis au sein de l’ex-région Nord-Pas-de-Calais

Carte 1 : Localisation des quatre bassins de vie choisis au sein de l’ex-région Nord-Pas-de-Calais

Conception : A. Lefebvre, réalisation J. Domont (TVES), 2017

31Cet article est tiré d’un travail de terrain de près de deux ans, mené dans le cadre d’une thèse de géographie sociale. Après une première phase exploratoire pour aboutir à une première construction de la notion d’initiatives sociales et solidaires au sein de deux espaces test, nous avons arpenté nos 4 terrains à travers plusieurs prismes : observations participantes, presse locale (86 articles) et entretiens semi-directifs (43 entretiens de visu et 27 entretiens téléphoniques). 51 communes ont été enquêtées (sur 114 communes composant les bassins de vie). Une interrogation principale a guidé ce travail : comment les initiatives sociales et solidaires se déploient-elles au sein de ces quatre espaces, et comment y révèlent-elles leurs dimensions territorialisées ?

L’analyse de données issues d’une recherche exploratoire

32L’analyse s’est articulée au sein de ces quatre terrains, des lieux de vie des individus dans leur quotidien. Les terrains ont permis le recensement de 277 initiatives identifiées comme de potentielles initiatives sociales et solidaires. Cet inventaire reflète des dynamiques locales à un instant T, avec une immersion forte au sein des terrains. L’exhaustivité n’a pas été recherchée car elle ne constituait pas un objectif de ce travail : de nombreuses initiatives n’ont pas été détectées au sein de ce recensement. Il s’agissait en effet de nous concentrer sur les liens de ces initiatives au territoire, pour les caractériser. Notre posture au cœur des territoires, dans un travail d’observateur du quotidien, nous a introduite à l’étude de dynamiques sociales et spatiales complexes.

33Nous avons construit une grille d’analyse des initiatives, au sein de laquelle les maillages territoriaux ont été décortiqués. Cette grille d’analyse (Error: Reference source not found) est élaborée grâce aux informations récoltées sur le terrain. Elle se construit en trois niveaux :

  • le premier représente les différentes entrées par lesquelles nous avons élaboré nos questionnaires. Tous les entretiens ont été analysés en niveau 1. L’objectif était de confirmer (ou infirmer) les catégories du niveau 2, et en trouver de nouvelles.

    • 4 Ont notamment été analysés :

    le niveau 2 est donc construit à la fois par des recherches bibliographiques4, et par l’analyse des données en niveau 1. Toutes les catégories ont été modifiées, pour aboutir à un niveau 2 renouvelé. Au sein du niveau 2, toutes les données de terrain sont filtrées, triées et analysées : entretiens, mais aussi presse, appels téléphoniques, sources diverses.

  • le niveau 3 est composé de « résidus » , c’est-à-dire des dimensions d’intérêt sur lesquelles nous nous attarderons particulièrement. Une même information est ainsi à travers plusieurs niveaux d’analyse.

Tableau 2 : Construction d’une grille d’analyse multi-niveaux des initiatives sociales et solidaires

Priorité

Niveau 1 : Entrées

Niveau 2

Niveau 3 : focus

 

 

Dimensions

Modalités (ou sous dimensions)

Élémentaires

QUOI

Pratiques/Actions menées

Activités

Objectifs/projet

Trajectoire, objectifs

Adaptations par rapport au projet

Projets (avenir)

inscription sociétale

TERRITOIRE

Spécificités territoriales

Degré de territorialisation

Dimension exemplaire

Représentations

Sentiments, subjectivité

Rural

Inscription en local

Effets territoriaux

Services rendus au territoire

Acteur public : mairie, intercommunalités, État, Europe

Tensions/divergences

Spécifiques

QUI

Partenaires

Projets en partenariat

Réseaux

Appartenance à des réseaux

Rapports à l’écosystème régional de l’ESS

Participants

Porteurs

Leader, figures

Population cible

Mobiles de la participation

Contreparties (pas forcément financière)

Participation

impacts chez les personnes

Rapports affectifs

ORIGINE

Impulsion

Mobiles

Transformations par rapport au projet

Personnes

Temporalité

Court, Moyen ou Long Terme

FORME

Dimension juridique

Sphère

Structure

règles adoptées

Dimension économique

Vie financière

contrepartie (pas forcément financière)

Envers les participants

Autres

DIVERS

Carnet de terrain

remarques complémentaires ou contextuelles

Sources

correspondances Journal Officiel

34Le tableau 2 présente le processus qui conduit d’une grille d’entretien à une grille d’analyse. La grille d’analyse finale est donc une extraction des niveaux 2 et 3, croisés en fonction des questionnements de notre enquête. Les 277 initiatives y ont été analysées. A l’issue de ce travail, nous choisissons dans ce papier de présenter une des études de cas, qui permet une focalisation sur une dynamique d’initiatives sociales et solidaire mettant au jour les dynamiques spatiales caractérisées en première partie.

L’association « Sur les bancs de l’école » à Vertain : une initiative au cœur d’un maillage socio-territorial

35Nous choisissons dans ce papier d’illustrer les dynamiques territoriales révélées par l’enquête sur les initiatives sociales et solidaires à travers un exemple emblématique : la commune de Vertain (Nord) et les initiatives autour des enfants. Nous justifierons dans un premier temps ce choix, puis nous analyserons la recomposition du maillage local par les initiatives sociales et solidaires.

Une initiative impulsée par des habitants confrontés à plusieurs besoins

36Vertain est une commune du département du Nord, de l’arrondissement de Cambrai et du canton de Caudry. Elle appartient au bassin de vie de Solesmes, et à la communauté de communes du Pays Solesmois (CCPS).

Une école, deux classes : la fragilité d’une petite école de village

37Deux écoles existaient auparavant dans la commune (une par sexe), qui ont été créées successivement en 1902 et 1912. Elles ont été regroupées en 1968 en école mixte, tout en conservant les deux sites pour chacune des classes. La taille de cette école est une fragilité : les effectifs sont faibles avec une quarantaine d’enfants répartis en deux classes. Si l’école a toujours connu des cours multi-niveaux, une diminution du nombre d’enfants pourrait la menacer de fermeture selon les parents d’élèves. Cependant, il est intéressant de remarquer qu’un élu n’estime pas l’école particulièrement menacée. La préoccupation vis-à-vis de l’avenir de cette école est donc subjective et dépendante des liens entretenus à l’école : si des habitants s’en sont souciés, ce n’est pas le cas de la mairie. D’autre part, ce point met en relief que la fermeture de l’école n’est pas le seul motif de la mobilisation des parents d’élèves.

Un café-rencontre, repère au sein du village

38Le café est localisé au croisement entre les deux rues de l’école du village. Depuis la fermeture des nombreux estaminets, ce café est le seul qui perdure dans la commune, et le seul commerce en activité. Ce lieu s’est construit au fil du temps. Sa gérante le tient depuis 1984. La transmission de ce commerce et l’attachement aux lieux qui s’est construit à travers sa gérante maintient ce café en place (Photo 1).

Photo 1 : Photographie prise à l’occasion des 30 ans du café, 2014 5

Photo 1 : Photographie prise à l’occasion des 30 ans du café, 2014 5
  • 6 La Voix du Nord, 04/09/2015
  • 7 La Voix du Nord, 04/09/2015
  • 8 La Voix du Nord, 04/09/2015

39Ce café est notamment décrit comme un lieu de sociabilités : « Le café, c’est un repère Le jeune d’un docteur rencontre ici l’enfant d’un ouvrier. Tout le monde se rencontre6 » , raconte la gérante7. Le café se veut être une ressource pour les initiatives locales. Une nouvelle fois, la gérante y est pour beaucoup. « Toujours partante pour mettre la main à la pâte pour toutes les initiatives qui naissent dans le village, [la gérante] n’a plus qu’un rêve : transmettre tout ce qu’elle a appris » 8.

L’impulsion multifactorielle de la dynamique

40L’initiative est née sur la base d’un élan de solidarité. Contrainte d’appliquer la réforme des nouveaux rythmes scolaires, la municipalité peine à mettre en place des activités pour les écoliers, en raison de contraintes budgétaires : « À l’instar de l’ensemble des parents d’élèves, la future présidente de l’association s’inquiète de la situation. Elle fait part de son désarroi à […] la gérante du café de Vertain. « Celle-ci s’est montrée catégorique : si l’école venait à fermer ses portes, elle plierait bagages ! » . C’est le déclic. « Sans établissement scolaire, ni commerce, nos villages sont voués à dépérir ! Il fallait donner un coup de pouce à nos communes. Mais comment ? Je n’en dormais pas » 9 » .

  • 10 Entretien avec une agricultrice, 19/03/2015, Vertain

41La crainte des habitants/parents d’élèves est de voir fuir les élèves vers Solesmes, bourg-centre du canton et commune voisine de Vertain. La proximité spatiale aidant (les lieux sont proches les uns des autres), l’idée germe de créer une association pour mettre en place des activités pour les enfants. Ainsi, partie du constat d’absence d’activités périscolaires, l’initiative se positionne en rapport à des fondamentaux du territoire : sans liants, de nombreux éléments sont menacés : « Sur les bancs de l’école est une association de village hyper dynamique dans le cadre des activités périscolaires. L’objectif est de recréer du lien. La maire ne voulait rien faire donc ils n’avaient pas le choix. Des choses sont faites. Tout le monde y va » 10. Il est intéressant de relever dans les propos de l’agricultrice la situation dans laquelle se trouvaient les groupes : ils ont transformé leur nécessité de trouver une solution pour ces élèves et leur préoccupation pour l’avenir de leur village en impulsion créatrice.

Dynamique territoriale à l’impulsion de l’initiative sociale et solidaire

42Nous relevons ici plusieurs singularités concernant le positionnement spatial des individus dans la dynamique initiale de l’initiative :

  • L’école est à la fois un lieu physique, mais représente également la directrice et le personnel qui y travaillent. S’il ne fait pas partie du bureau de l’association et n’est pas moteur en tant que tel de l’initiative, le personnel de l’école est au cœur des pratiques mises en œuvre par l’association « Sur les Bancs de l’école » . En effet, dans les initiatives qui y sont prises, ce sont les institutrices qui mettent en place les actions et qui développent les pratiques. Cette école et l’aménagement des horaires des élèves sont à la base de toute l’initiative. C’est pourquoi l’école – comme lieu éducatif, lieu de vie, d’échanges, etc. et comme acteur à travers son personnel – peut être considéré comme un moteur de l’impulsion de l’initiative.

  • Le café se présente également comme un lieu physique et comme un porteur à travers sa gérante. Il se trouve impliqué dès l’impulsion de l’initiative et de manière consubstantielle : la préservation du café est un moteur de l’action des individus. Le café est un lieu concerné par l’impulsion de l’initiative, tout comme sa gérante l’est au titre de porteur sans qui l’initiative n’aurait pu exister.

  • Enfin, les parents d’élèves se constituent en collectif pour porter l’initiative. Ils se tournent les uns vers les autres pour affronter la difficulté ensemble. Au sein du collectif se démarquent des individus : c’est le cas de la présidente de l’association. Mais il est important de rappeler que c’est le collectif qui intervient en moteur de l’initiative. La structuration en association loi 1901 ne s’effectue qu’après la dynamique initiale de l’initiative et apparaît secondaire.

Une initiative qui renforce un maillage source d’appropriations

Des pratiques pour les enfants et pour l’école

43Rappelons que nous nous intéressons aux actions des parents d’élèves, qui se sentent concernés par leur village et prennent des initiatives pour en préserver la vie sociale.

44Les pratiques sont mises en place autour des enfants : l’objectif des parents d’élèves est de créer des liens entre les enfants de l’école et la culture. Prenons l’exemple de l’organisation d’un concours de logos pour l’association. Ce concours a été organisé avec les enfants de l’école, 20 dessins d’enfants ont été présentés et affichés sur les murs du café « Chez Betty » . Il y a eu un vote des habitués du café, et un dessin a été sélectionné. Des tee-shirts ont été créés avec ce logo. Cet exemple reflète la force des liens qui unit l’école, le café et l’association. L’action permet de renforcer ces liens, en décloisonnant notamment les lieux de pratiques : cette activité s’organise à l’école, mais est exposée au café.

45L’association met en place des activités en partenariat avec d’autres acteurs locaux (trocante, téléthon, halloween, etc.). Ces pratiques, relativement classiques, relèvent le développement de micro-démarches de sociabilités ancrées dans un contexte territorial. Elles œuvrent à la vie du territoire, le dynamisant et le revitalisant. Elles redonnent ainsi du sens à des activités classiques en permettant aux enfants de se rendre visibles dans la commune, de prendre part à la vie de la commune, de rencontrer des habitants. Les habitants prennent ainsi conscience de l’importance des enfants et de leur présence dans la commune. Ils s’approprient ainsi l’école, partageant la responsabilité de son avenir mais aussi, et plus simplement de sa vie au quotidien. Les habitants de la commune deviennent coresponsables de la vie quotidienne de cette école. Les initiatives sociales et solidaires développées par les parents donnent à ces habitants la possibilité de s’impliquer dans l’école. Ces initiatives ancrent les élèves et l’école dans la commune : elles développent des appropriations.

Une initiative qui évolue dans un socio-système

46Les liens entretenus entre l’école, son personnel, les élèves, les parents, le café, ses clients, sa gérante, des partenaires et des habitants de la commune constituent un socio-système dynamique et évolutif.

Schéma 4 : Des pratiques sociales et solidaires au sein d’un maillage territorial

Schéma 4 : Des pratiques sociales et solidaires au sein d’un maillage territorial
  • 11 Relevons également que d’un schéma à l’autre, certains figurés ont été gommés pour se centrer sur l (...)

47Pour la bonne compréhension du schéma11, il convient de préciser que les formes pleines sont des porteurs des initiatives qui nous intéressent ici : c’est pourquoi dans le -1 aucun individu n’est porteur (les initiatives n’existent pas encore). Les partenaires sont des individus qui vont être associés ponctuellement aux initiatives sociales et solidaires : nous les explicitons ci-dessous. Le foyer de l’initiative est le microcosme à son impulsion. Enfin, les liens établis par les parents rassemblent toute forme de liens développés par eux (et entre eux).

48L’impulsion de l’initiative ne s’appuie pas sur une page blanche. Chaque entité est présentée avec ses propres liens, son vécu au sein du territoire (-1). Des cercles de sociabilités préexistent au sein de la commune : nous avons choisi de représenter ceux construits entre l’école et ses élèves ainsi qu’entre le café et ses clients. Remarquons ici que de nombreux cercles n’ont pas été représentés : celui de l’école avec la mairie par exemple. Il est en de même pour les liens qui relient les individus. Tout au long de ces schémas, nous avons choisi de représenter les liens utiles à notre démonstration et d’effacer les autres.

49Le -2 fait un focus sur un temps territorial particulier, celui de la prise de l’initiative. Il occulte à ce titre tous les liens secondaires entretenus par les individus, pour se focaliser sur le moment précis de l’impulsion. Remarquons que la position spatiale des parents s’est modifiée : ils sont devenus un collectif rassemblé autour de la prise d’initiative. Ils s’inscrivent à ce titre dans un système avec l’école et son personnel, le café et sa gérante. Ces trois pôles se mobilisent pour la prise de l’initiative initiale, comme entité géographique.

50Le -3 présente les doubles mouvements générés par l’initiative :

  • Les liens en orange sont générés par les initiatives sociales et solidaires. Ils renforcent le maillage préexistant mais viennent aussi développer de nouveaux liens. Ces liens sont la matrice pour la construction d’un nouveau cercle de sociabilités, qui s’additionne aux autres.

  • D’un autre point de vue, l’initiative se trouve appropriée par les individus. Autrement dit, les individus développent des appropriations par l’initiative. Prenons l’exemple de parents qui s’installent à Vertain : l’initiative leur permet de faire connaissance avec d’autres parents ou avec le café et ainsi de s’intégrer au sein du territoire. Au travers de ce cas concret, nous voyons se développer des appropriations.

51Notons dans le -3 que des individus peuvent choisir de rester en marge de l’initiative : la contribution au renforcement du maillage n’est pas systémique ou automatique. La puissance des liens qui unissent les individus dépend de chacun. De même, si le lien appartient au vécu des individus, il n’est pas pour autant éternel : les liens se font et se défont selon les choix individuels et collectifs.

52Enfin, le -4 représente la perméabilité et l’évolutivité du cercle de sociabilités créé : ainsi, des partenaires s’associent provisoirement aux initiatives. Prenons l’exemple d’une éleveuse de chèvres qui se tient à disposition pour accueillir les élèves et proposer des activités en lien avec son élevage. Nous voyons que le cercle se transforme pour accueillir ces nouveaux partenaires, qui développent eux-mêmes des liens avec différents éléments de la dynamique (école, café, etc.). Remarquons que nous avons effacé de nombreux individus pour une bonne compréhension du schéma : ils sont toujours présents dans la dynamique, même s’ils ne sont pas ici représentés.

Une initiative qui génère un vivre ensemble à Vertain

Une nouvelle association au sein d’un maillage associatif préexistant

  • 12 Entretien avec la présidente, 19/04/2015, Vertain

53L’enjeu pour l’association est de se faire connaître et accepter auprès de la population. Ainsi, par exemple pour « la Trocante/Halloween, on prévient les gens en avance pour ne qu’ils soient pas méfiants » 12. Cette association aux pratiques originales et parfois innovantes ne s’intègre pas facilement localement : » les gens disent que ça ne va pas durer longtemps » (ibid.). Il faut rappeler ici que la présidente de l’association (qui est un des moteurs des initiatives sociales et solidaires) est une néo-rurale. La gérante du café vient elle-même d’une autre commune, quand bien même son parcours et son implication l’ont fait adopter par les habitants les plus anciens. S’il y a un véritable défi en termes d’acceptation locale, le rassemblement des habitants autour de la préservation du socio-système constitue l’essence même de l’initiative.

  • 13 Entretien avec un conseiller municipal, 12/09/2017, Vertain

54Soulignons que les individus-acteurs du territoire font le choix de la solidarité et dessinent un avenir commun pour l’école et le café. Cette solidarité prend la forme de multiples pratiques du quotidien, dont le maillage créé par la dynamique autour de l’association Sur les bancs de l’école est un terreau porteur : « Le Père Noël passe chez Betty. à l’école, s’ils vendent des cases, on sait qu’on va les retrouver chez Betty » 13.

55Cela nous introduit à une dimension fondamentale de l’initiative sociale et solidaire : le maillage créé favorise l’instauration d’un environnement favorable à la prise d’initiatives du quotidien, qui améliorent la vie des habitants du territoire. Elle permet ainsi le bien-être sur les territoires, en activant des moteurs du vivre-ensemble – à savoir des arrangements du quotidien qui facilitent la vie.

La gérante du café : le rôle clef d’une personne multipolarisée

  • 14 Entretien avec un conseiller municipal, 12/09/2017, Vertain

56« C’est quelqu’un d’intouchable à Vertain. Elle ne doit pas avoir beaucoup d’ennemis. […] La mairie essaie de ne pas aller sur les platebandes de [la gérante]. C’est quelqu’un qui s’investit » 14. On pourrait parler d’individu multipolarisé, qualifiant des individus incontournables et aux implications multiples. C’est une personne ressource au cœur de coalescences de sociabilités.

57Ces différentes modalités mettent en lumière des initiatives en contact et connectées les unes aux autres. Ce sont les individus qui font le lien entre les initiatives. Ces dernières participent ainsi au développement de ses liens (inhérents à l’action collective qui se construit) et de la construction de proximités. L’enchevêtrement des maillages des initiatives permet aux individus d’être en contact avec des initiatives qu’ils ne connaissaient pas : par exemple, un individu peut entendre parler d’une initiative par un intermédiaire et être ainsi attiré par les pratiques. Nous soulignons ici l’importance d’individus-pivots dans ces initiatives, cet attribut pouvant caractériser un porteur, un participant ou un partenaire.

Discussion : Des initiatives comme capital social territorialisé

Des initiatives en maillage qui permettent des appropriations

  • 15 Entretien avec la présidente, 15/04/2015, Vertain

58L’association souhaite détecter les ressources locales pour des projets avec les écoliers : ses membres identifient des talents ou des richesses locales à mobiliser, « une mine d’or » à révéler15. Par exemple, au sein du village habite une poétesse dont l’appartenance aux lieux est liée à Vertain. Cette villageoise appartient au club du 3e âge. C’est d’abord dans ce club que ses talents sont connus. Les projets des parents d’élèves de valoriser ces « talents locaux » ont amené cette personne à intervenir au sein d’un atelier de l’école.

59Citons également l’exemple de l’ancien maire, féru d’histoire et natif de la commune. Il travaille avec l’école en lien avec les anciens combattants. Il rencontre l’institutrice et les élèves plusieurs fois par trimestre, pour développer des ateliers autour de l’histoire du village. Dans ce cadre, ces élèves ont ainsi participé à un concours régional : plusieurs générations d’élèves qui ont bénéficié de ce partage.

  • 16 Entretien, 19/03/2015, Vertain
  • 17 entretien, 19/03/2015, Vertain

60Enfin, ce tissu d’initiatives nouvelles permet à des individus moins intégrés de territorialiser davantage leurs pratiques. Une éleveuse de chèvres angora à Vertain témoigne de sa difficulté à s’intégrer localement : sa solitude est renforcée par la fermeture de l’autre élevage de chèvre de la région. Sans assistance d’acteurs locaux (mairie, intercommunalité), elle s’appuie sur le réseau national des éleveurs de chèvres angora. Sa clientèle se localise en ville : l’éleveuse cite Lille ou Valenciennes. L’absence de structure locale de soutien renforce son isolement professionnel16. De fait, l’association sur les bancs de l’école se présente comme une possibilité de territorialisation de son activité d’éleveuse. C’est une source d’intégration à la vie de la commune : l’éleveuse organise des visites de son élevage pour les élèves. Elle se met à disposition de l’école, cooptée par l’association avec un autre agriculteur du village17.

Des initiatives et des institutions : du dialogue avec les pouvoirs publics locaux

61Remarquons à présent que nous avons peu traité de la place de la mairie dans ces dynamiques, hormis pour relever des sentiments de méfiance. Les liens entre la mairie et le café et entre la mairie et l’école existent, toutefois les pouvoirs publics semblent prendre peu conscience de la ressource potentielle que pourrait constituer ces initiatives pour le territoire.

Des initiatives sociales et solidaires se développant en marge des pouvoirs publics

  • 18 entretien avec un conseiller municipal, 12/09/2017, Vertain

62Concernant les activités péri-éducatives, la mairie met en place un PEDT (projet éducatif territorial), avec des activités périscolaires. Il n’y a pas de lien entre l’association Sur les bancs de l’école et les Nouvelles Activités Pédagogiques (NAP). La mairie a répondu à son obligation de mettre en place des nouveaux rythmes par des arrangements : heures supplémentaires d’un professeur, bénévolat ou embauche de contrats d’avenir. Pour un conseiller municipal, l’école n’est pas menacée de fermeture. Il décrit un paysage scolaire installé depuis longtemps, avec une école qui a accueilli les élèves de Romeries (avec la fermeture de l’école de la commune voisine), des classes qui ont toujours été multi-niveaux (même si elles étaient trois auparavant), et l’accueil d’une quarantaine d’élèves18.

  • 19 entretien avec un conseiller municipal, 12/09/2017, Vertain

63Pour autant, les liens entre la mairie et l’école sont qualifiés de bons, et les investissements se font en bonne intelligence : « ils ne demandent pas grand chose, donc ça va » 19. Cela concerne notamment les investissements immobiliers ou les projets de l’école (voyages, etc.). La mairie n’est pas inquiète quant au maintien de l’école. La mobilisation de l’association n’est donc pas uniquement liée à cette préoccupation du périscolaire mais à d’autres facteurs dont la volonté de s’impliquer localement pour faciliter la vie sociale de proximité.

Un capital local qui n’évolue pas en ressource territoriale

  • 20 entretien du 12/09/2017, Vertain

64Le conseiller municipal interrogé semble ne pas avoir conscience des effets locaux de cette initiative, des propos qui confortent les ressentis de l’association vis-à-vis de l’attitude de la mairie à leur égard. Plus généralement, en matière de vie territoriale, ce conseiller relate la difficulté de faire sortir les gens, une association faisant office de comité des fêtes en perte de vitesse, et des nouveaux habitants qui ne se déplacent pas. La mairie les met à l’honneur lors des vœux en leur fournissant un guide des nouveaux arrivants, mais la participation déçoit. C’est ainsi que ce conseiller perçoit sa commune comme un « village dortoir » 20. Ainsi, nous observons des décalages entre élus et parents d’élèves..

65L’élan procuré par les initiatives étudiées procure un nouveau dynamisme au territoire, permettant le renouvellement ou la réactivation d’appropriations : les initiatives sociales et solidaires contribuent au renforcement des liens entre individus (tels que nous les avons caractérisés au sein de nos schémas, de manière visible ou discrète). La mairie reste à l’écart, considérant peu les potentielles retombées territoriales. Ainsi, nous n’observons pas de spécification de ce qui pourrait devenir une ressource territoriale (au sens de Pecqueur et Gumuchian, 2007). Les nouvelles initiatives confortent les maillages locaux, développent des services pour habitants, écoliers, mais n’évoluent pas en ressource territoriale : elles ne sont pas activées comme telles par les institutions en place (notamment la mairie).

En conclusion : un service comme capital social territorialisé

66Nous avons exploré les spatialités des initiatives sociales et solidaires en trois temps : nous penchant tout d’abord sur les espaces construits et préétablis des initiatives, nous avons observé leur déploiement avant de nous intéresser aux dynamiques d’appropriations au sein des maillages territoriaux.

67Les initiatives sociales et solidaires sont des pratiques de solidarités sociales, qui n’ont pas de finalité marchande, tout en pouvant émerger dans le marchand ou le non marchand. Ces pratiques élémentaires du quotidien émanent d’individus se tournant vers les autres. Ces individus font face à des besoins ou des difficultés et s’organisent pour y répondre. Les initiatives sociales et solidaires témoignent de leur créativité, de leurs expérimentations, de leurs arrangements face à des situations qui ne leur conviennent plus. Elles émergent en marge de champs plus conventionnels. L’exemple présenté ici transcende les contours de l’association Sur les Bancs de l’École, du devenir de l’école et de la mise en place d’activités périscolaires. La dynamique initiale s’est construite autour d’une réflexion sur la préservation d’une école et d’un café, étroitement liés l’un à l’autre et au territoire en général. Les individus ont fait le choix de la territorialisation, en impulsant des initiatives où l’école et le café tirent des bénéfices conjointement.

68Ce choix transforme les cercles de sociabilités : le développement des liens entre individus par les initiatives crée un maillage, constitutif d’un capital social territorialisé. Ce capital est construit par de nombreuses initiatives sociales et solidaires, comme autant de démarches de sociabilités très ancrées dans le quotidien. Ce service se place à disposition des individus et de leurs expérimentations : nous caractérisons les arrangements quotidiens que mettent en place les individus pour vivre ensemble. Ces initiatives sociales et solidaires sont fondatrices du territoire, contribuant à le renouveler en articulation avec les institutions en place.

69Les initiatives sociales et solidaires réaffirment ainsi que le territoire est un construit social (Di Méo, 1998 ; Frémont, Chevalier, Hérin et Renard, 1984 ; Raffestin, 1986) et se présentent comme constitutive d’un capital social territorialisé. Ce capital est à la disposition des individus, habitants et acteurs des territoires. Ces derniers pourraient s’y appuyer pour spécifier des ressources territoriales. Dans l’exemple, les institutions publiques n’ont pas pris conscience de ce capital, ou ne souhaitent pas le mobiliser. Ce capital social territorialisé reste en l’état de rhizomes (Glon and Pecqueur, 2016), c’est-à-dire qu’il reflète pour l’essentiel des pratiques souterraines ou discrètes évoluant en marge des institutions. Il contribue pleinement au « vivre ensemble » et reste à disposition des individus-acteurs territorialisés pour leurs projets de développement territorial.

Haut de page

Bibliographie

BAILLY A. S., 1989, L’imaginaire spatial. Plaidoyer pour la géographie des représentations., Espaces Temps, vol. Géographie, état des lieux. Débat transatlantique., n°40–41, p. 53–58.

BANOS V., CANDAU J., 2006. Recomposition des liens sociaux en milieu rural : de la fréquentation d’espaces à la production de normes collectives ? Espaces et Sociétés, n°127, p. 97-112.

BOURDIEU P., 1980, Le capital social. Notes provisoires, Actes de la recherche en science sociales, Vol.31, p. 2-3.

BROCHOT A., DE LA SOUDIÈRE M., 2010, Autour du lieu, Paris, Seuil. (Communications), Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales, 240 p.

BURT R., 1992, Structural holes: the social structure of competition, Cambridge, Harvard University Press, 324 p.

CAMPAGNE P., PECQUEUR B., 2014, Le développement territorial. Une réponse émergente à la mondialisation, Paris, Charles Léopold Mayer, 270 p.

CHOMBART DE LAUWE P. H., 1976, Appropriation de l’espace et changement social, in KOROSEC SERFATY P. (éd.), Actes de la 3e conférence internationale de psychologie de l’espace construit (3rd IAPS), L’appropriation de l’espace, Strasbourg, p. 141–150.

COLEMAN J.S., 1988, Social Capital in the Creation of Human Capital, American Journal of Sociology, vol. 94 (suppl.), p. S95-S120.

DEBARBIEUX B., 1995, Le lieu, symbole et fragment du territoire, Espaces et sociétés, Vol. 80a, n°1, p. 13-36

DI MÉO G., 1998, Géographie sociale et territoire, Paris, Nathan, Fac. Géographie, 317 p.

DI MÉO G., 2012, Femmes, sexe, genre, Espaces et sociétés, n°150, p. 149–163.

DISSART J.-C., LALLAU B., LOUBET F., 2011, Contribution de l’approche par les capacités à l’évaluaton du développement territorial, RERU, vol. 4, p. 681–703.

FRÉMONT A., CHEVALIER J., HÉRIN R., RENARD J., 1984, Géographie sociale, Paris, Masson, 388 p.

GARDIN L., 2006, Les initiatives solidaires. La réciprocié face au marché et à l’Etat, Paris, Editions ERES.

GLON E., PECQUEUR B., 2016, Au coeur des territoires créatifs. Proximités et ressources territoriales, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, Espace et Territoire, 295 p.

GLON E., RENARD J.-P., 1998, Le développement local au service du territoire, in Espaces et sociétés à la fin du XXe siècle. Quelles géographies sociales ?, Caen, p. 97–120.

LEFEBVRE - CHOMBART A., 2017, Initiatives sociales et solidaires et territoires ruraux : étude de cas dans les Hauts de France (Bassins de vie de Bapaume, Hucqueliers, Solesmes et Wavrin, Lille, Université Lille 1, 464 p.

LIN N., 1995, Les ressources sociales : une théorie du capital social, Revue française de sociologie, p. 685–704.

MÉDA D., 2002, Le capital social : un point de vue critique, l’Economie Politique, vol. 2, n°14, p. 36-47.

MOQUAY, P., LARDON, S., MARCELPOIL, E., PIVETEAU, V., 2005, Représentations spatiales et proximité institutionnelle dans les processus de développement territorial, Proximité et changements socio-économiques dans les mondes ruraux, Paris, Editions Quae, p. 201-214.

PECQUEUR B., 1992, Le développement local : mode ou modèle  ? Paris, Syros-Alternatives, 139 p.

PECQUEUR B., GUMUCHIAN H., 2007, La ressource territoriale, Paris, Economica Anthropos, 252 p.

RAFFESTIN C., 1986, Ecogenèse territoriale et territorialité, Espaces, jeux et enjeux, Paris, p. 175–185.

RAFFESTIN C., 1980, Pour une géographie du pouvoir, Paris, LITEC, p. 1201.

SANSOT P., 1976, Notes sur le concept d’appropriation, in KOROSEC SERFATY P. (éd.), Actes de la 3e conférence internationale de psychologie de l’espace construit (3rd IAPS), L’appropriation de l’espace, Strasbourg, p. 67–75.

SÉCHET R., KEERLE R., 2007, Petite histoire de nos délicatesses avec le territoire, September 2007, < http://eso.cnrs.fr/TELECHARGEMENTS/revue/ESO_26/1keerle_sechet.pdf >

SEN A., 1999, Development as Freedom, Oxford, Oxford University Press, 366 p.

SENCEBÉ Y., 2011, Multi(ples) appartenances en milieu rural, Informations sociales, vol. 2, n°164, p. 36–42.

SENCÉBÉ Y., 2002, Les manifestations contrastées de l’appartenance locale, in SYLVESTRE J.-P. (ed.), Agriculteurs, ruraux et citadins. Les mutations des campagnes françaises, Dijon, p. 293–310.

VESCHAMBRE V., 2002, La notion d’appropriation, Norois, vol. 2, n°195, p. 115–116.

Coll., 2003, Dictionnaire de la géographie et de l’espace des sociétés, Paris, Belin, 1033 p.

Coll., 2006, Dictionnaire culturel en langue française, Paris, Le Robert.

Haut de page

Notes

1 Une étude sur les classifications existantes en termes d’espaces ruraux nous a permis de dégager des critères de choix de l’étude de la DATAR, et notamment : sa date de publication, sa construction collaborative et les indicateurs qui la composent.

2 Entendons par « espaces présentant différents visages de ruralités » l’idée d’espaces pris dans une logique globale, où une vision fine et complexe de la « ruralité » a été privilégiée – ce qui aboutit à un grand nombre de terrains choisis (4)

3 L’étude s’est déroulée avant la fusion des régions Nord Pas de Calais et Picardie.

4 Ont notamment été analysés :

Propositions méthodologiques pour mesurer la territorialisation des projets de développement rural, Barbarot, Renard, Vollet, Lépicier 2013

Pratiques solidaires sous l’angle de la territorialité, de Fontan, Noiseux, Silvestro, 2007

Le processus de développement local selon Bernard Vachon (Le développement local, théorie et pratiques), 1993

Tableau de bord des pratiques solidaires, Institut Jean Baptiste Godin, 2013

5 source : https://gabriellegilleron.wordpress.com/2014/10/27/betty-expose-trente-ans-dhistoires-et-danecdotes-dans-son-bistrot/

6 La Voix du Nord, 04/09/2015

7 La Voix du Nord, 04/09/2015

8 La Voix du Nord, 04/09/2015

9 Source : https://gabriellegilleron.wordpress.com/2015/03/31/vertain-les-parents-deleves-investissent-les-bancs-de-lecole/

10 Entretien avec une agricultrice, 19/03/2015, Vertain

11 Relevons également que d’un schéma à l’autre, certains figurés ont été gommés pour se centrer sur la dynamique que nous voulions faire apparaître. Cela ne signifie pas pour autant leur absence.

12 Entretien avec la présidente, 19/04/2015, Vertain

13 Entretien avec un conseiller municipal, 12/09/2017, Vertain

14 Entretien avec un conseiller municipal, 12/09/2017, Vertain

15 Entretien avec la présidente, 15/04/2015, Vertain

16 Entretien, 19/03/2015, Vertain

17 entretien, 19/03/2015, Vertain

18 entretien avec un conseiller municipal, 12/09/2017, Vertain

19 entretien avec un conseiller municipal, 12/09/2017, Vertain

20 entretien du 12/09/2017, Vertain

Haut de page

Table des illustrations

URL http://journals.openedition.org/geocarrefour/docannexe/image/10756/img-1.png
Fichier image/png, 233k
Titre Schéma 2 : Dynamiques spatiales de l’initiative sociale et solidaire / Pratiques
URL http://journals.openedition.org/geocarrefour/docannexe/image/10756/img-2.png
Fichier image/png, 462k
Titre Schéma 3 : Dynamiques spatiales de l’initiative sociale et solidaire / Coalescences
URL http://journals.openedition.org/geocarrefour/docannexe/image/10756/img-3.png
Fichier image/png, 652k
Titre Carte 1 : Localisation des quatre bassins de vie choisis au sein de l’ex-région Nord-Pas-de-Calais
Crédits Conception : A. Lefebvre, réalisation J. Domont (TVES), 2017
URL http://journals.openedition.org/geocarrefour/docannexe/image/10756/img-4.png
Fichier image/png, 329k
Titre Photo 1 : Photographie prise à l’occasion des 30 ans du café, 2014 5
URL http://journals.openedition.org/geocarrefour/docannexe/image/10756/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 2,1M
Titre Schéma 4 : Des pratiques sociales et solidaires au sein d’un maillage territorial
URL http://journals.openedition.org/geocarrefour/docannexe/image/10756/img-6.png
Fichier image/png, 1,7M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Amélie Lefebvre-Chombart, « Aux sources de la construction des territoires : des initiatives sociales et solidaires spatialisées », Géocarrefour [En ligne], 92/4 | 2018, mis en ligne le 12 septembre 2018, consulté le 23 septembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/geocarrefour/10756 ; DOI : 10.4000/geocarrefour.10756

Haut de page

Auteur

Amélie Lefebvre-Chombart

Docteur en géographie, post-doctorante au Clersé (UMR 8019), Université de Lille amelie.lefebvre@chairess.org

Haut de page

Droits d’auteur

© Géocarrefour

Haut de page
  • OpenEdition Journals