Navigation – Plan du site
Compte rendu d'ouvrages

Alexis Metzger, Jamie Linton, Quand les eaux montent. Mise en patrimoine des crues et des inondations

André Buisson
Référence(s) :

METZGER A., LINTON J. (dir.), 2018, Quand les eaux montent. Mise en patrimoine des crues et des inondations, Paris, L'Harmattan, collection Géographie et cultures, 203 p.

Texte intégral

  • 1 Plusieurs compte rendus analytiques en ont déjà été donnés, lisibles sur l’internet, comme particul (...)

1L’ouvrage propose à la lecture, après une introduction mettant en avant la problématique de recherche de la chaire « Capital environnemental et Gestion durable des cours d’eau », une série d’études de cas sélectionnées dans le monde entier (Inde, Canada, Italie et, bien sûr, France) et dues à des Géographes, Historiens, ethnologues ou sociologues1.

2Ce qui nous semble ressortir de la lecture de chacune de ces études, c’est la question de la mémoire individuelle face, principalement, aux évènements extrêmes que sont les grandes crues et, notamment, la difficulté d’archiver et de conserver cette mémoire. De la perte des repères écrits surgit la confusion. La question survient alors de la nécessité d’inscrire de manière pérenne la trace de la crue dans le patrimoine public, et alors, de quelle manière le faire ? Dans le même contexte, la notion de résilience est développée par plusieurs auteurs, car après la destruction, il faut reconstruire ! Et, comme l’indique fort justement l’introduction, « Mind the Floods! » évoque la nécessité du « vivre avec ». Bien que la crue reste un phénomène temporaire, le plus souvent très bref, la menace d’une récurrence plus forte des évènements extrêmes, liée aux changements environnementaux, nécessite d’inscrire cet aléa dans les nouvelles pratiques de construction et d’urbanisme. Cette nécessaire mutation s’est élaborée notamment après la crue de la Seine et de certains de ses affluents comme le Loing de 2017, avec l’usage de plus en plus répandu des constructions avec des rez-de-chaussée consacrés uniquement aux parkings et garages, aux immeubles sur pilotis, aux passerelles…

  • 2 Tels que voulus par la loi du 30 juillet 2003 qui prévoit en effet de matérialiser les repères.

3La suite s’attache à décrypter plus finement le contenu des études de cas, leurs spécificités. Elles ont été regroupées en trois parties : « Traces et mémoires », « Risques et cultures » et « Transmissions et créations ». La première communication « La mémoire des crues, un patrimoine », a pris, à l’origine, la forme d’un itinéraire pédestre « à la poursuite des traces de la crue qui a eu lieu à Auch le 8 juillet 1977 ». D’une certaine manière, ce texte explicite la problématique de l’ouvrage. La ville basse d’Auch fut alors littéralement coupée en deux par la montée des eaux, traumatisant les habitants. Quarante ans après, les traces de l’eau (les repères des Plus hautes eaux connues : PHEC2) s’estompent lorsque les habitants refont les crépis des façades ou lorsque les maisons touchées alors se dégradent et disparaissent. L’érection d’un monument commémoratif par la municipalité n’a pas rempli auprès des habitants son rôle de mémoire, par l’incompréhension de l’œuvre.

4Cette obsession mémorielle se retrouve dans la plupart des régions inondables : innombrables sont les « témoins » gravés dans la pierre des bâtiments privés ou publics, des églises notamment, relatant l’histoire des violences hydriques au cours du temps, artistiques comme à Rome sur la façade de Santa Maria sopra Minerva au Champ de Mars, ou simples traits horizontaux suivis d’une date laconique dans la plupart des cas. Elle peut se traduire également par des œuvres d’art, souvent réinterprétées au cours du temps, comme, à Rome encore, la fameuse « barcaccia » de la Place d’Espagne, au pied des célèbres escaliers de la Trinité des Monts, dont on dit… qu’elle aurait été sculptée et placée là pour commémorer le déplacement du pape Clément VIII lors de l’inondation de 1598.

5Il y a là sans doute une volonté politique de s’approprier les évènements, retrouvée dans l’érection du monument d’Auch ou la pyramide de Saint-Jean-le-Blanc (p. 110, fig. 4), très inspirée des monuments aux morts de la Grande Guerre, comme fixant un « patrimoine humain ». En Languedoc, les épisodes extrêmes de type cévenol se traduisent sur les cours d’eau par des noms d’évènements comme les Lézades sur le Lez, les Vidourlades sur le Vidourle (dont témoigne encore l’arche rescapée du pont romain d’Ambrussum)… et la mémoire se fixe sur des panneaux « indicateurs » des hauteurs les plus spectaculaires des crues, comme à Sommières (Gard) où un mur de l’une des rues principales a servi de support sur lequel ont été marquées les hauteurs et dates des dernières crues, dont la plus impressionnante est celle du 9 septembre 2002. Dans la même ville, une association des sinistrés des crues a pris le nom de « Sommières et Vidourle » pour bien montrer l’indissociabilité (mémoire et résilience !).

6« La crue et l’inondation : un patrimoine à valoriser » est consacrée à la Garonne dont on se rappellera le célèbre « que d’eau, que d’eau » du maréchal de Mac Mahon lors de sa visite le 26 juin 1875 ! La communication présente l’exemple de la Maison des gens de Garonne, dont le rôle, comme la Maison des îles du Rhône de Brégnier-Cordon (Ain) sur le Haut-Rhône français, est de conserver et de relater cette adaptabilité des populations riveraines des cours d’eau.

7On peut encore distinguer les zones où la crue est « habituelle », voire attendue, comme elle le fut dans l’Egypte antique. En ces lieux, s’est lentement élaborée une « culture du fleuve ». Ce seront par exemple les plaines de la Loire (« L’inondation et ses traces en Loire moyenne », « Avoir ses terres en zone inondable »), avec ses villages insulaires, ses barques à fond plat, ses pilotis, celles de la Garonne ou de la Saône. La mémoire peut alors « s’encrer » dans la toponymie ; cette science des noms de lieux met ainsi en évidence des « Brotteaux », aujourd’hui quartier recherché de Lyon mais autrefois témoin des pires inondations conjuguées du Rhône et de la Saône en 1840 et en 1856 qui causèrent sa démolition à 80% ; or, brotteaux viendrait de « brouter », pour le bétail, cette prairie végétalisée avec ce qu’en Savoie on nomme « blache », herbe de zones humides.

8En d’autres lieux, la mémoire s’est attachée à des points de repères discrets, comme dans les plaines de la Saône soumises à des crues récurrentes de la rivière, où la crue était réputée s’effectuer en paliers et les habitants avaient mémorisé les « temps de la crue » avec ses seuils : pour les propriétaires (famille Mingret) d’un moulin sur la Veyle à Grièges (Ain), la Saône montait jusqu’à la pierre du seuil d’entrée, où elle faisait une pause avant soit de stopper sa montée, soit d’envahir l’intérieur de la maison, où il fallait alors surélever les meubles (des parpaings étaient prévus pour cela).

9L’étude effectuée en Inde sur le Brahmapoutre (« Vivre avec les inondations, au bord du Brahmapoutre »)3 montre, si cela était encore nécessaire, que la vie au bord du fleuve est à l’origine de la création de savoirs (culture du riz flottant, pêche des poissons lors de la décrue, technique également pratiquée dans les plaines inondables de la Saône, mais dont certains vont à l’encontre des décisions administratives « centrales » (ainsi de la construction de digues, voulues par l’administration anglaise d’abord, indienne ensuite, et contraires à l’intérêt local car favorisant l’érosion des terres cultivables).

10La construction d’un barrage efface au Canada la mémoire de ce savoir (« Mémoire des crues de la rivière des Outaouais (Canada) »), qui s’estompe avec la fuite du temps et dont les témoins, aujourd’hui âgés, ont des difficultés à conserver les images (problèmes liés à l’obsolescence des supports audio-visuels).

11L’exemple le plus intéressant, à nos yeux, est celui de l’Alsace (« La valeur patrimoniale des inondations ») dont les habitants ont perdu la mémoire écrite des crues de la fin du 19e s du fait de l’occupation allemande. L’obligation de parler la langue allemande et de l’écrire en gothique, la perte des archives liée aux destructions, sont à l’origine de ce trouble, et toutes les remarques des gens interrogés tournent autour d’une inondation de 1910 qui est en fait celle de la Seine à Paris ! Pour autant, on sait que de longue date, le Rhin a été endigué (dès l’époque romaine sur certains tronçons) et instrumentalisé pour la défense en période de guerre, avec le recours à l’inondation des terres, comme ce fut encore le cas, certes sur le tronçon aval, lors de la Seconde Guerre mondiale.

12Or, la mémoire des crues s’efface, comme l’a déjà montré l’article sur le Gers à Auch : destruction des points de repère, oubli progressif, effacement des « archives ». « Explorer la nature changeante des archives d’inondation » fournit l’exemple d’une entreprise anglaise de sauvegarde de ces archives personnelles, en grand danger du fait de l’évolution des supports (photographies sur plaques de verre, sur papier, films VHS…).

13On voit ainsi que l’histoire de la relation entre l’homme et le fleuve à propos des épisodes de crue tourne autour de deux opposés : la frayeur et l’accoutumance , le second suivant bien évidemment le premier, avec la mise en place dans le collectif d’une culture de l’inondation, incluant la prise de risque dans la production d’une richesse, tout comme les anciens Egyptiens avec leurs « nilomètres » (expérience reprise sur le Bas-Rhône, à Fourques, avec le Rhônomètre, après les inondations de 2003) (Langumier et Verdier, 2015).

14Avec la dernière communication « Patrimoine, héritages modernes et dimension créatrice des inondations », qui tient lieu, dans une certaine mesure, de conclusion, les différents éléments du livre sont repris, et notamment celui de la dimension positive de l’inondation. Pour avoir marqué les esprits, la crue a laissé son empreinte et dans les lieux et dans les consciences… on se prend à regretter que, pendant des années, on n’ait pas tiré la leçon du passé. Cela aurait permis d’éviter les dévastations récentes, alors que la densité de la population imposerait des règles de prudence accrues, déjà connues des anciens Romains, car on ne peut s’empêcher de faire référence aux bornes érigées à l’époque romaine pour délimiter le lit majeur du Tibre et cataloguées par J. Le Gall (1953), qui donnaient aux juristes des arguments face aux occupations illégales.

Haut de page

Bibliographie

LANGUMIER J. et VERDIER L., 2015, « Sécurisation des digues et dispositifs de « culture du risque » : une alliance originale sur le delta du Rhône dans un contexte post-catastrophe », Géocarrefour [En ligne], 90/3 | 2015,. URL : http:// journals.openedition.org/geocarrefour/9898 ; DOI : 10.4000/geocarrefour.9898

LE GALL J., 1953, Le Tibre fleuve de Rome dans l'Antiquité. — Idem, Recherches sur le culte du Tibre. Paris, Presses Universitaires de France.

Haut de page

Notes

1 Plusieurs compte rendus analytiques en ont déjà été donnés, lisibles sur l’internet, comme particulièrement Christiane Peyronnard | Juil 20, 2018 | Géographie des risques |  

2 Tels que voulus par la loi du 30 juillet 2003 qui prévoit en effet de matérialiser les repères.

3 Du même auteur, E. Crémin, « Les temples de l’Inde moderne » : un grand barrage dans un lieu saint de la Narmada (Madhya Pradesh), Géocarrefour, vol. 84/1-2 | 2009 : https://journals.openedition.org/geocarrefour/7252

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

André Buisson, « Alexis Metzger, Jamie Linton, Quand les eaux montent. Mise en patrimoine des crues et des inondations », Géocarrefour [En ligne], 92/1 | 2018, mis en ligne le 14 septembre 2018, consulté le 16 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/geocarrefour/10852

Haut de page

Auteur

André Buisson

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Géocarrefour

Haut de page
  • OpenEdition Journals