Navigation – Plan du site
Articles

Le développement des Hauts de la Réunion par l’élevage bovin laitier : un modèle à bout de souffle

Le développement des Hauts de la Réunion par l’élevage bovin laitier : un modèle à bout de souffle
Yvane Marblé, Claire Aubron et Mathieu Vigne

Résumés

Cet article analyse le développement du territoire des Hauts de l’Île de la Réunion depuis les années 1960 au travers du développement de l’élevage laitier, en sollicitant les concepts d’agriculture comparée et de système agraire. L’Etat a eu un rôle prépondérant dans la mise en place de la filière structurée autour d’une coopérative, la SICALAIT, ainsi que dans l’aménagement du territoire, historiquement dédié à la culture de géranium. Le développement de l’élevage laitier s’est rapidement orienté vers une intensification de la production avec un agrandissement des troupeaux, une gestion moto-mécanisée des prairies et un recours à une quantité importante d’aliments concentrés importés. Il ressort de cette étude que l’élevage laitier réunionnais, malgré ses spécificités, suit la même tendance que celle observée en métropole, posant la question de son développement futur, voire de son maintien dans le territoire du fait d’un nombre d’éleveurs laitiers de plus en plus restreint et d’une contribution à l’autosuffisance laitière locale limitée. Plusieurs pistes de développement sont proposées et mises en perspective.

Haut de page

Texte intégral

1L’élevage bovin laitier français connait une diminution du nombre de ses exploitations depuis déjà plusieurs décennies. Depuis l’instauration des quotas laitiers en 1984 jusqu’à 2015, le nombre d’exploitations laitières est passé d’environ 427 000 (FranceAgriMer, 2016) à 64 000 (données Agreste), soit une diminution de 85% en 30 ans. Les exploitations toujours en place ont, quant à elles, connu une dynamique d’agrandissement structurel, d’intensification fourragère et de concentration géographique (Depeyrot, 2017). Mais malgré une augmentation de la productivité des élevages, les revenus d’une part importante des exploitations laitières plafonnent (IDELE, 2017). Et l’abandon des quotas par l’Union Européenne en 2015, avec pour conséquence une forte instabilité sur le marché, a aggravé la situation économique des éleveurs, fragilisant fortement le tissu d’exploitations et générant une crise à caractère structurel pour le secteur (Trouvé et al., 2016). L’Île de la Réunion, territoire français d’outremer situé à environ 10 000 km de la métropole, ne fait pas exception dans cette dynamique : le nombre d’éleveurs laitiers a diminué de près de 54% depuis 15 ans et la production régionale stagne. Le développement de son secteur laitier présente toutefois des spécificités importantes. Ce territoire a ainsi connu de profonds changements à partir des années 1960 (Laudie-Lecomte, 2003) et l’élevage laitier a fait partie de politiques d’aménagement du territoire, présenté comme un outil de développement plus global et un moyen de lutte contre un exode rural alors important.

2Cochet (2011) définit le développement agricole comme le « processus général de transformations de l’agriculture, inscrit dans la durée, et dont les éléments, causes et mécanismes peuvent être à la fois d’origine endogène et le fruit de différents apports, enrichissements ou innovations exogènes ». En s’appuyant sur ce concept et sur l’approche système agraire proposée par l’agriculture comparée, cet article propose d’explorer le développement de l’élevage dans le territoire des Hauts de la Réunion, situé à plus de 800 m d’altitude, depuis les années 1960 jusqu’à la crise laitière actuelle, qui est ainsi caractérisée. L’article s’interroge ensuite sur la spécificité de cette crise par rapport à la situation métropolitaine puis discute des voies de développement pour un élevage laitier contribuant au développement durable du territoire des Hauts de La Réunion.

Le système agraire ou l’étude du développement agricole

3Notre recherche se base sur l’approche « système agraire », particulièrement adaptée à l’analyse de questions agricoles dans un contexte territorial car elle prend en compte les différents facteurs impliqués (Bainville, 2016). Cette approche fait partie intégrante de l’agriculture comparée qui « étudie et compare les processus de développement agricole dans différentes parties du monde et époques, avec comme objectif double de créer de la connaissance et de l’utiliser dans la conception de projets de développement et de politiques » (Aubron et al., 2016). Le système agraire, concept central en agriculture comparée, est défini comme « l’expression théorique d’un type d’agriculture historiquement constitué et géographiquement localisé » (Mazoyer et Roudart, 2006). Il est composé de deux éléments interconnectés : i) l’écosystème cultivé, comprenant un ou plusieurs écosystèmes et les pratiques agricoles associées et ii) les règles et les relations sociales régissant l’accès aux ressources, la production et le marché. La combinaison des sciences sociales et biotechniques dans un unique cadre d’étude ayant pour objet le développement agricole (Cochet, 2011) constitue ainsi une des principales spécificités de l’agriculture comparée. Cela permet une analyse à différentes échelles (parcelle ou troupeau, exploitation et territoire), ainsi qu’une articulation entre ces échelles. L’approche mise en œuvre est également caractérisée par son caractère systémique, qui souligne l’interaction et l’interdépendance entre les différents éléments à chaque niveau d’analyse. L’analyse systémique aux trois échelles imbriquées permet une compréhension approfondie des mécanismes de différentiation et ainsi d’identifier la diversité des exploitations.

4Notre étude s’appuie sur un travail de terrain effectué de février à août 2017 combinant observations et entretiens semi-directifs auprès des agriculteurs et autres acteurs du secteur agricole, retraités ou en activité (42 entretiens conduits au total), complété par un état de l’art bibliographique et la collecte de données statistiques. Il s’agit d’une méthode itérative : la collecte et l’analyse de données se sont fait conjointement, permettant ainsi de progressivement sélectionner et ajuster le contenu des observations et des entretiens à mener ultérieurement. Ce processus permet de considérer une importante quantité d’informations tout en priorisant progressivement pour que l’étude demeure réalisable (Lacoste et al., 2018).

5Cette étude s’est déroulée en trois étapes : i) le zonage des types de paysages qui permet d’appréhender le milieu biophysique dans lequel les systèmes de production sont insérés ; ii) la collecte d’informations historiques pour caractériser et définir de manière temporelle les systèmes agraires qui se sont succédés, ainsi que les périodes de transition ; iii) la caractérisation des systèmes de production résultants, chacun d’eux correspondant à un ensemble d’exploitations ayant un accès aux ressources et composés de systèmes de culture et d’élevage distinctifs (Cochet, 2011). Un travail de modélisation de la structure et du fonctionnement de chaque système de production a ensuite été conduit, donnant lieu à la construction d’archétypes représentant chaque ensemble d’exploitations et permettant d’évaluer leurs résultats techniques et économiques. Que ce soit pour définir la gamme de surface et de taille du troupeau, la production laitière moyenne par vache ou encore le niveau d’équipement, la construction de chaque archétype s’appuie à minima sur les données collectées dans trois exploitations réelles.

6Nous apportons donc ici une analyse de l’évolution de l’élevage laitier dans un territoire en mettant en lumière les différents types d’exploitation et en articulant les dimensions techniques, économiques et sociales de ces évolutions, éléments essentiels à la compréhension de la crise.

L’île de la Réunion : une diversité altitudinale de l’agriculture

7L’Île de la Réunion est une île de 2520 km² située dans l’océan indien, en zone tropicale (Figure 1). D’origine volcanique, elle présente un paysage très découpé et est densément peuplée (843 habitants au km²) du fait d’un espace habité réduit à environ 1 000 km², principalement localisé sur la côte. En effet, la présence de deux volcans (dont un culmine à 3 000 m d’altitude), de cirques encaissés et de profondes ravines limite le développement urbain dans le centre de l’île.

Figure 1 : Localisation géographique de l’Île de la Réunion et définition des zones d’études dans les Hauts de l’île

Figure 1 : Localisation géographique de l’Île de la Réunion et définition des zones d’études dans les Hauts de l’île

Carte monde : issue de http://www.thinkstockphotos.fr/​, libre de droit ; carte du bas à gauche : issue de Jauze, 2009 ; carte Réunion élaborée par Jonathan Vayssières, droits partagés

8A côté de l’espace urbain, l’île compte 45000 ha de surface agricole utile dont plus de 55% sont occupés par la culture de canne à sucre (RA, 2010). Les systèmes de production agricole présents sur l’île sont répartis selon un gradient d’altitude : la canne à sucre est cultivée de 400 à 800 m d’altitude tandis que le maraîchage est localisé au-dessus de la canne jusque 1 000 m d’altitude. A partir de 1 000 m d’altitude, les terres agricoles sont quasi exclusivement couvertes de prairies pour l’élevage de bovins (sur une surface d’environ 12 000 ha, représentant 27% de la SAU de l’île).

9Le territoire d’étude correspond aux espaces agricoles de l’île d’altitude supérieure à 800 m, principalement des zones prairiales, où l’élevage bovin laitier s’est développé (voir Figure 1). Il comprend quatre zones : les Hauts de l’Ouest (HO), la Plaine des Palmistes (PdP), la Plaine des Cafres (PdC) et les Hauts de Saint-Joseph (HSJ). Bien qu’elles soient géographiquement séparées et avec des caractéristiques topo-climatiques différentes (Figure 2), l’élevage bovin s’y est développé de manière relativement similaire.

Figure 2 : Caractéristiques climatiques et topographiques du territoire étudié et ses zones contrastées

Figure 2 : Caractéristiques climatiques et topographiques du territoire étudié et ses zones contrastées

La colonisation des hauts de la Réunion et les prémices de l’élevage

10Historiquement, les Hauts de l’île n’ont été colonisés et mis en culture que tardivement, à partir du milieu du 19e s., alors que les premiers habitants de l’île étaient arrivés deux siècles auparavant. A partir de 1870, une crise dans la filière sucrière alors développée dans la partie basse de l’île et le développement de la culture de géranium amena de nombreux colons blancs sur ces terres d’altitude, pour produire de l’huile essentielle de géranium (Defos Du Rau, 1960). Jusqu’au début des années 1960, les Hauts cultivés de l’île au-dessus de 800 m d’altitude étaient recouverts de géranium. Les petits producteurs (les colons) louaient alors des parcelles de 1 à 2 ha à des propriétaires terriens qui possédaient plusieurs dizaines voire centaines d’hectares (généralement organisés « en lanière » depuis la côte jusqu’au sommet des montagnes et incluant donc des parties basses qui n’étaient pas cultivées en géranium). A côté de cette production de géranium, deux types d’élevage étaient alors pratiqués : (i) un petit élevage bovin au piquet produisant viande, lait et surtout fumier pour les cultures vivrières et maraîchères mises en place par certains colons et par les propriétaires qui résidaient dans les Hauts ; (ii) un élevage ovin et bovin extensif (troupeaux de plusieurs dizaines de têtes), produisant essentiellement de la viande, développé par certains propriétaires fonciers de la PdC et des HO, sur des espaces de parcours alors gérés par l’Office National des Forêts. Avant les années 1960, la production laitière occupait ainsi une place limitée dans l’agriculture des Hauts. Certains propriétaires de bovins pouvaient traire leur meilleure vache et récolter un à deux litres de lait qu’ils autoconsommaient, voire vendaient dans le voisinage mais cela restait rare, le lait allant essentiellement au veau. Seuls des agri-éleveurs de la PdP avaient développé une production fromagère et ces « fromages des plaines » étaient vendus jusque sur la côte. Mais pour la grande majorité de la population réunionnaise, qui n’avait jusque-là accès qu’à peu de produits laitiers importés tels que du lait concentré sucré et du fromage étuvé, les produits laitiers ne faisaient pas partis de leur régime alimentaire.

L’élevage bovin laitier comme vecteur de développement (1960-1990)

11Au début des années 1960, l’Île de la Réunion, département français depuis 1946, connut d’importantes tensions sociales dans les Hauts du fait d’un effondrement des cours du géranium couplé à une destruction de la culture par un cyclone (Mayer Jouanjean, 2011). L’Etat français, centralisateur et omniprésent, décida alors de mettre en place un plan de développement endogène pour le territoire en créant la Société d’Aide Technique et de Coopération, la SATEC, avec pour objectif de trouver un revenu de substitution aux producteurs de géranium. Plusieurs SICA ou Sociétés d’Intérêt Collectif Agricoles, sociétés coopératives, furent alors mises en place pour créer ou structurer des débouchés et développer de nouvelles perspectives agricoles. La SICA Lait (ou SICALAIT) fut créée en 1962. Elle regroupait initialement moins de dix producteurs de lait à la PdC où une unité de fabrication de yaourts fut rapidement installée pour transformer le lait collecté. L’intérêt d’une production laitière réunionnaise émanait également des conclusions d’une étude qui recommandait la consommation de produits laitiers à une population locale carencée en protéines. Le premier marché de la SICALAIT fut les écoles primaires, qui mettaient en place la distribution d’un verre de lait par jour et d’un yaourt par semaine. Par ailleurs, une usine de transformation du lait en poudre importé fut mise en place, la CILAM, opérationnelle dès 1966. Au début des années 1970, la SICALAIT acquit des parts à la CILAM et y transféra son unité de transformation du lait frais collecté.

12Plus globalement, la crise du géranium a accéléré une importante réforme foncière qui débuta dans les années 1960 et s’étala jusque dans les années 1980. La Société d'Aménagement Foncier et d'Etablissement Rural ou SAFER, mise en place en 1965, récupéra des propriétés cédées par de grands propriétaires terriens dont les parcelles de géranium étaient alors délaissées, les remembra (passant de lots historiques de 1-2 ha auparavant loués aux colons à des propriétés de 5 à 15 ha) et les distribua à de nouveaux propriétaires, en priorité aux anciens colons, qui y accédèrent grâce à un prêt contracté avec le Crédit Agricole (Benoit, 2015). Suivant les zones et surfaces d’acquisition, deux activités d’élevage leur furent proposées : l’élevage laitier pour une surface entre 5 et 10 ha et l’élevage allaitant pour un foncier de 15 ha et plus. Ce foncier a alors été défriché et converti en pâturages. Ces aménagements fonciers furent généralisés avec la création d’Associations Foncières Pastorales (AFP) au milieu des années 70. Ces AFP, rapidement regroupées en Union des AFP ou UAFP ont encadré les travaux de défrichement réalisés par une entreprise publique et subventionnés à hauteur de 75%. En complément du kikuyu, graminée tropicale déjà présente, l’UAFP importa également des semences de graminées tempérées (comme le ray-grass et le dactyle) que les éleveurs établirent sur leurs parcelles aménagées, lorsque les conditions climatiques le permettaient (au-dessus de 1 000 m d’altitude à la PdC et au-dessus de 1 400 m dans la zone HO).

13Par ailleurs, la génétique des troupeaux évolua. Alors que les bovins traditionnels, dits « péi », étaient issues de croisements entre des zébus et des races bovines à orientation lait (brune des Alpes, hollandaise) ou viande (limousine, charolaise) et avaient pour la plupart un rendement laitier faible, la SICALAIT importa par bateau 150 vaches de race hollandaise au début des années 1970. Celles ayant survécu au transport furent distribuées aux éleveurs, à un prix subventionné et pouvant être financées par la contraction d’un prêt au Crédit Agricole. La diffusion de l’insémination artificielle participa également à cette évolution génétique.

14Cependant, le remembrement des parcelles lié à la réforme foncière laissa de côté une partie des anciens colons. Le territoire des Hauts fut alors touché par un exode rural vers la côte, accentué par le déséquilibre de développement entre les deux territoires. Une politique de grands travaux de développement (infrastructures, services publics) avait été mise en place dans les Bas de l’île depuis les années 1960 alors que dans les Hauts ce développement était encore quasi-inexistant. En effet, il n’y avait alors que peu d’écoles et de routes et l’accès à l’électricité était loin d’être généralisé. Pour résorber ce déséquilibre, toujours sous l’égide de l’Etat, un Commissariat à l’Aménagement des Hauts fut créé et en 1978 un Plan d’Aménagement des Hauts fut développé, apportant des pistes de développement pour les Hauts et dans lequel tous les secteurs (éducation, formation et économie) furent abordés (Bridier, 1981). Pour le volet agricole, le plan préconisait d’augmenter la production agricole locale en se basant sur des exploitations familiales, l’objet étant l’emploi et l’agriculture l’outil. Dans le secteur laitier, les actions amorcées dans les années 1960-1970 furent renforcées et accélérées dès le début des années 1980. De nouveaux éleveurs laitiers et allaitants s’installèrent sur tout le territoire étudié grâce à l’accès à du foncier, toujours issu de la réforme foncière et de la déprise due à l’arrêt du géranium.

15En parallèle, les éleveurs étaient appuyés par les conseillers agricoles des coopératives, de la Chambre d’Agriculture, des UAFP ou encore de la SAFER dans le développement de leur élevage. Le message d’alors était l’intensification de la production laitière, notamment via l’augmentation du rendement laitier par vache. La SICALAIT avait comme objectif d’accroître chaque année sa collecte de lait, de manière à permettre à terme l’autosuffisance laitière de l’île. C’est dans cette optique qu’elle mit en place un atelier d’élevage de génisses en 1982, destiné à faciliter le développement des troupeaux laitiers existants et la création de nouveaux troupeaux. Cet atelier, géré et financé par la coopérative, permettait de soulager les éleveurs de l’élevage de leurs génisses. Il servit également de plateforme d’évolution génétique du cheptel réunionnais, les génisses étant majoritairement inséminées avec des semences en race pure Holstein. La création en 1984 de l’URCOOPA, coopérative d’approvisionnement en aliments concentrés importés pour le bétail, fut un tournant dans l’alimentation des vaches : les éleveurs adoptèrent rapidement l’apport systématique de concentrés dans les rations du fait de l’accès facilité à ces aliments et du gain de production obtenu par leur utilisation. La collecte du lait, jusqu’alors faite quotidiennement, évolua à deux collectes par semaine avec la mise en place de tanks à lait soit individuels en exploitation soit communs, suivant l’accès à l’électricité. En parallèle de la filière laitière, la production bovine allaitante se développa également, l’aménagement des prairies bénéficiant aux deux productions. Les éleveurs allaitant se distinguent cependant des éleveurs laitiers par le foncier en prairies qu’ils disposent, souvent plus important, en cohérence avec des pratiques d’élevage plus extensives (moindre recours à la distribution d’aliments).

16Ces évolutions techniques furent également rendues possibles via l’accès à différentes subventions. Dès 1982 la filière laitière fut réunie autour d’une interprofession (l’Association Réunionnaise Interprofessionnelle pour le Bétail et les Viandes ou ARIBEV) qui gérait les fonds d’intervention. Pour le secteur laitier il s’agissait du fonds de développement de l’élevage laitier, le FODELAIT, alimenté par les cotisations des importateurs, des transformateurs et des éleveurs ainsi que par des subventions publiques. Le rôle du FODELAIT visait, via un soutien du prix du lait payé aux éleveurs, à compenser les coûts de production et de collecte élevés à la Réunion. En parallèle, le FODELAIT gérait les plans de développement laitier mis en place dès 1984 avec le concours financier de la Région (Mandret et al., 2000), plans qui prenaient en charge entre 75 et 80% des montants totaux d’acquisition d’animaux et d’investissement dans des équipements. Guidée à l’époque par sa recherche d’autosuffisance laitière, la Réunion échappe au système des quotas mis en place en 1984 en Europe qui sera appliqué en métropole. A partir de l’intégration en 1992 de l’île de la Réunion dans les régions ultrapériphériques (RUP) européennes, le secteur agricole de l’île bénéficia d’aides de la politique agricole commune via le programme POSEIDOM (désormais POSEI, qui finance en partie le FODELAIT).

Trajectoires récentes (1990-2017) : un tissu d’exploitations fragile

17A partir de la fin des années 1980, la taille des troupeaux des exploitations laitières livrant leur lait à la SICALAIT tend à s’accroitre. Pour traire ces troupeaux plus grands, les éleveurs – une fois raccordés à l’électricité – installèrent des salles de traite (la traite se faisait jusqu’alors manuellement puis au pot trayeur), avec stockage du lait dans des tanks réfrigérés individuels et collecte par des camions dans chaque exploitation.

18Concernant les pratiques d’alimentation, la productivité (ou valorisation) des prairies fut augmentée (ou améliorée) avec le développement de la conservation du fourrage sous forme d’ensilage, initialement en vrac puis enrubanné. Cette technique permit le report de fourrage, ainsi disponible durant la saison hivernale au cours de laquelle la pousse de l’herbe est réduite. Son développement fut rendu possible par un nouveau travail d’aménagement foncier coordonné par l’UAFP (rasement de buttes, nivellement…) visant à transformer les terrains qui avaient été convertis en pâturages au cours de la période précédente en prairies de fauche moto-mécanisables. Les éleveurs se regroupèrent en CUMA et commencèrent à investir dans des équipements de récolte (tracteurs, faucheuse, enrubanneuse…) alors subventionnés à 75% en achat collectif. L’accessibilité des prairies et une pente modérée dans la parcelle sont cependant nécessaires pour récolter le fourrage avec des équipements moto-mécanisés et les élevages au parcellaire découpé ou très pentu, concentrés dans la zone HO, continuent d’exploiter au pâturage la plupart de leurs prairies, toujours non mécanisables. Ces élevages laitiers se distinguent également des autres par la surface dont ils disposent : à taille de troupeau similaire les élevages laitiers de la zone HO possèdent en moyenne un parcellaire deux fois plus important que celui des élevages laitiers des autres zones, ce qui leur permet d’avoir un chargement animal plus faible et une gestion fourragère faisant plus de place au pâturage. A contrario, dans les autres élevages, la prairie de fauche est devenue dominante, voire unique pour les plus grands d’entre eux : certains distribuent aujourd’hui toute l’alimentation à l’auge et ont abandonné le pâturage, élevant ainsi presque trois fois plus de vaches laitières par hectare que les exploitations maintenant le pâturage (voir Tableau 1). L’autre facteur de différenciation est la capacité des exploitations à investir dans les équipements moto-mécanisés pour l’enrubannage d’herbe. Une partie des exploitations est parvenue à investir, parfois initialement à travers une CUMA, et dispose aujourd’hui d’une chaîne de récolte d’enrubannage complète – les plus grands élevages se distinguant par le nombre et la puissance des tracteurs (types d’élevage n° 1, 3 et 4, Tableau 1). Les petites exploitations n’ont pas été en mesure de réaliser l’ensemble de ces investissements et disposent uniquement d’une partie des équipements, qu’elles peinent à renouveler (type d’élevage n° 2, Tableau 1). Elles font alors appel pour l’enrubannage aux deux entrepreneurs agricoles intervenant sur le territoire des Hauts. Pour compléter la ration de fourrages, les éleveurs achètent des résidus de canne à sucre et du foin de chloris (Chloris gayana) produits dans la région côtière. Déjà mobilisé au cours de la période précédente, l’autre ressort majeur de l’intensification des élevages laitiers est le recours aux achats d’aliments concentrés importés depuis l’Europe et l’Amérique du Sud et vendus uniquement par l’URCOOPA, qui représentent environ la moitié de la ration en poids de matière sèche quel que soit le type d’élevage laitier (Tableau 1). Ces achats, plus que les consommations de capital fixe en équipements et bâtiments, sont le principal facteur explicatif des résultats économiques obtenus en termes de valeur ajoutée nette : dans les conditions actuelles de prix du lait et des concentrés, celle-ci est en effet négative pour tous les types d’exploitations laitières considérés. Le corollaire est la dépendance extrêmement forte des éleveurs vis-à-vis des subventions. Ces dernières viennent d’abord compenser la valeur ajoutée nette négative avant de générer un revenu – revenu qui est d’ailleurs pour la plupart modeste, voire très faible pour les petites exploitations (inférieur à 20 000 € par an par actif familial, Tableau 1).

Tableau 1 : Caractéristiques générales et résultats économiques des systèmes de production bovine actuels

1. Elevages laitiers avec pâturage

2. Petits élevages laitiers

3. Elevages laitiers de taille moyenne

4. Grands élevages laitiers

5. Elevages allaitants naisseurs

6. Elevages allaitants naisseurs engraisseurs

Zones de présence

HO (PdC & HSJ)

PdP, PdC & HSJ

PdC & HSJ (PdP)

PdC

HO, PdC & HSJ

PdC

Actifs

2 actifs familiaux, aide familiale pour la traite

1.5 actifs familiaux

2 actifs familiaux + 0.5 actif familiale ou salarial

2 actifs familiaux + 1 actif familial ou salarial

1.5 actifs familiaux

2 actifs familiaux + 0.5 actif familial ou salarial

Foncier (ha prairie)

% prairie fauche

41 – 50

10%

13 – 16

95%

16 – 25

90%

31 – 40

100%

35 – 50

0%

45 – 90

20%

Taille troupeau (nb vaches)

45 – 55

24 – 45

45 – 70

90 – 115

39 - 55

45 - 90

Chargement (nb vaches / ha)

1.1

2.7

2.8

2.9

1.1

1

Niveau déquipement

Aire alim. 55 pl.

Traite 2x6

2 tracteurs (110 et 130 cv)

Equip. ensilage compl.

Etable 50 pl.

Traite 2x4

2 tracteurs (80 et 110 cv)

Equip. ensilage partiel

Etable 50 pl.

Traite 2x6

3 tracteurs (110 et 150 cv)

Equip. ensilage compl.

Etable 110 pl.

Traite 2x10

4 tracteurs (80, 130 et 150 cv)

Equip. ensilage compl.

1 complexe contention

1 tracteur (130 cv)

4 complexes contention

2 tracteurs (110 et 130 cv)

1 bât. engrais. 42 pl.

Production moy. par vache (L lait / lactation)

6500

5500

7500

7000

-

-

Type de fourrage dominant

Pâturage

Ensilage d’herbe

Ensilage d’herbe

Ensilage d’herbe

Pâturage

Pâturage

Qté concentrés (kg MS / vache / j)

10

12

16

14

0

0

% conc. dans ration (kg MS)

49

51

53

53

0

0

Estimation du nb d’élevages

< 10

30

25

3

240

< 10

Résultats économiques annuels (k€)

Surf min

Surf max

Surf min

Surf max

Surf min

Surf max

Surf min

Surf max

Surf min

Surf max

Surf min

Surf max

Valeur ajoutée nette 1 / actif

-33

-37

-32

-36

-19

-22

-27

-28

-27

-36

-17

-22

Revenu agricole

/ actif familial 2

16

24

7

15

13

33

20

34

8

15

29

49

Dépendance aux subventions (% RA)

370

300

670

420

370

230

340

250

460

360

170

150

1 La valeur ajoutée nette mesure la richesse créée par le système de production dans les conditions actuelles de prix. Elle est égale à la valeur totale de la production (produit brut) de laquelle sont déduits les intrants et services entièrement consommés dans l’année (consommations intermédiaires) et l’usure annuelle des équipements et bâtiments de durée pluriannuelle (amortissements économiques).

2 Le revenu agricole ou RA correspond à la part de cette valeur ajoutée nette qui rémunère le travail des agriculteurs, une fois que les transferts aux différents agents ayant le cas échéant contribué à l’accès aux moyens de production ont été déduits (propriétaire de la terre, salariés, banque, Etat). Les subventions correspondent à un transfert de valeur ajoutée nette au profit des agriculteurs et sont donc ajoutées à la valeur ajoutée nette pour calculer le revenu.

19Les élevages allaitants, bien que plus extensifs (surtout dans le cas des élevages allaitants naisseurs), obtiennent également des valeurs ajoutées nettes négatives car le produit qu’ils dégagent est bien plus faible que celui des éleveurs laitiers et ils sont ainsi tout aussi dépendants des subventions (Tableau 1). Quelques éleveurs laitiers se sont diversifiés avec un élevage hors-sol (porcin ou avicole, dans deux zones : PdP et HSJ). La mise en place d’un nouvel atelier d’élevage est le plus souvent fait pour installer leurs enfants sur l’exploitation, à défaut d’agrandir le cheptel laitier. Ces productions ne nécessitent que peu de foncier (env. 1 ha) et les éleveurs laitiers, avec leurs prairies, sont en mesure d’épandre les effluents produits. Toutefois, leur dépendance totale vis-à-vis des importations d’aliments constitue une source de fragilité. Par ailleurs, ces élevages sont plus enclins à faire l’objet de plaintes de la part des riverains pour nuisances olfactives.

20L’évolution de l’alimentation combinée avec celle de la génétique a ainsi permis un accroissement progressif du rendement laitier par vache, qui dépasse maintenant les 7 000 L par lactation dans les élevages de taille moyenne et grande distribuant 16 et 14 kg de concentrés par vache et par jour en moyenne (Tableau 1). Le nombre de vaches laitières sur l’île s’étant lui aussi accru entre 1980 et 2000 (Figure 3), cela s’est traduit jusqu’en 2006 par une croissance sans précédent de la production laitière collectée à la Réunion (Figure 4), qui a permis à l’île d’atteindre un degré d’autosuffisance en produits laitiers de l’ordre de 40% (Agreste, 2017).

Figure 3 : Evolution du nombre de vaches laitières et allaitantes sur l’île, de 1980 à 2016

Figure 3 : Evolution du nombre de vaches laitières et allaitantes sur l’île, de 1980 à 2016

Données RA, SICALAIT et Chambre d’Agriculture

Figure 4 : Evolution du nombre d'exploitations avec bovins, avec vaches laitières et celles collectées par la SICALAIT et évolution de la quantité de lait collectée par la SICALAIT, de 1970 à 2016

Figure 4 : Evolution du nombre d'exploitations avec bovins, avec vaches laitières et celles collectées par la SICALAIT et évolution de la quantité de lait collectée par la SICALAIT, de 1970 à 2016

Données RA et SICALAIT

21La transformation de cette production locale est assurée à l’heure actuelle par deux opérateurs : la CILAM, filiale de la SICALAIT et de l’URCOOPA, et SORELAIT, transformateur privé installé à La Réunion depuis 1989. Les produits développés par ces deux transformateurs, à savoir du lait UHT, des fromages, glaces, ou encore yaourts sont ensuite vendus et distribués dans les supermarchés de l’île, sous des marques distinctes – les plus emblématiques étant Piton des Neiges et Yoplait pour la CILAM et Danone pour SORELAIT. Environ 30% des besoins en lait de ces opérateurs sont couverts par le lait local tandis que les 70% restants le sont par de la poudre de lait importée.

22L’autre élément structurant de la dynamique laitière réunionnaise est la diminution du nombre d’exploitations, et ainsi du nombre d’emplois directs, qui est tout aussi spectaculaire que la croissance de la production (Figure 4). Celle-ci n’est pas nouvelle : le nombre de producteurs laitiers est en diminution depuis les années 1960 du fait de l’arrêt progressif des petites exploitations historiques, que le PAH n’est pas parvenu à enrayer, les actifs étant partis dans les Bas, ou, à partir de 1989, étant devenus bénéficiaires du RMI. A partir des années 1990, la différence avec la période précédente est que cette absence de reprise concerne des exploitations jeunes qui sont issues des réformes foncières et du PAH. Plusieurs mécanismes, parfois combinés, sont à l’œuvre dans cette érosion : i) la non transmission des petites exploitations aux descendants : les revenus dégagés par ces éleveurs, inférieurs au SMIC et à peine supérieurs au RSA (Tableau 1), n’incitent pas à la reprise et sont insuffisants pour investir dans un agrandissement qui permettrait d’augmenter le revenu ; ii) les difficultés d’accès au foncier pour les moyennes exploitations : dans la logique productive actuelle, celles-ci ont besoin de s’agrandir pour se maintenir. Les capacités d’investissement plus importantes de ces exploitations par rapport aux précédentes (voir Tableau 1) se heurtent pour certaines aux faibles disponibilités en terres motomécanisables pour la production d’ensilage d’herbe et pour d’autres à la concurrence de l’urbanisation (PdP, Plaine des Grègues et certaines parties de la PdC) et iii) les faillites d’exploitations avant l’âge de la retraite des éleveurs : elles ont été fréquentes au cours des années 2000 et, en plus des revenus faibles, pourraient être pour certaines en lien avec des problèmes sanitaires faisant suite à l’importation de génisses laitières en 2003, qui a introduit une nouvelle maladie dans les élevages (Rhinotrachéïte Infectieuse Bovine ou IBR).

23En lien avec la disponibilité de foncier moto-mécanisable pour l’intensification des prairies, cette évolution de production se matérialise différemment dans les quatre zones de collecte laitières, avec une perte de vitesse pour certaines (PdP et HSJ) ou une stabilité (HO) voire un essor (PdC) pour d’autres (Figure 5). La PdC, avec sa déclivité et son urbanisation limitées, s’impose ainsi comme le « bassin laitier » de l’île, produisant ainsi 72% du lait collecté par la SICALAIT en 2016.

Figure 5 : évolution de l’importance de chaque zone de collecte, de 1984 à 2016

Figure 5 : évolution de l’importance de chaque zone de collecte, de 1984 à 2016

En % ; données ARIBEV

24A l’échelle de l’île, si l’agrandissement et l’intensification des exploitations laitières qui parviennent à poursuivre leur activité a permis de maintenir la production laitière jusqu’en 2006, ce n’est plus le cas à partir de cette date : la collecte de lait a chuté de 26% entre 2006 et 2013 et stagné les trois années suivantes (Figure 4). Avec 67 exploitations livrant du lait, en difficultés économiques pour une partie d’entre elles en lien avec leur petite taille, le modèle de développement des Hauts de la Réunion par l’élevage laitier apparaît aujourd’hui à bout de souffle, tant dans sa capacité à créer de l’emploi qu’à maintenir la production laitière de l’île à moyen terme.

Une crise spécifique ?

25La filière laitière réunionnaise présente la particularité d’avoir été mise en place très récemment, à partir d’une production laitière marginale. L’élevage laitier à l’île de la Réunion, à l’exception de la PdP avec sa tradition fromagère, n’a ainsi émergé que depuis 50 ans à peine, alors que dans d’autres régions de la métropole comme le Jura, les premiers lieux de transformation fromagère datent du 13e s. Globalement, c’est à la fin de la Seconde Guerre Mondiale que la collecte de lait se développe dans toutes les campagnes françaises (Ricard, 2015). En outre, les coopératives laitières métropolitaines ont été mises en place dans des bassins laitiers historiques (Ricard, 2014), alors que celle de la Réunion a été installée dans un contexte initial de très faible production. Les produits laitiers ne faisant par ailleurs pas partie des habitudes alimentaires des réunionnais, le marché des produits laitiers (lait en brique, yaourts et fromages) de l’île a été développé sur la base d’une consommation préalable quasi nulle.

26En lien peut-être avec ce développement agricole relativement récent, les Hauts de la Réunion n’ont pas connu, à la différence d’autres régions françaises, de mouvement de revendications venant de la base rurale pour faire évoluer la situation agricole du territoire (Baré, 2000). Les grandes évolutions agricoles des Hauts de La Réunion, et tout particulièrement le développement de l’élevage laitier, apparaissent ainsi avoir été structurées essentiellement par les politiques mises en place par l’Etat français (et l’Europe à partir des années 1990) et par l’appui technique de la filière d’élevage orienté vers l’augmentation de la production laitière de l’île via l’intensification. Parmi toutes les actions qui ont été mises en œuvre, la plus originale est probablement le Plan d’Aménagement des Hauts des années 1980. Il s’agit à la fois d’une vaste réforme foncière et d’une politique d’aménagement de l’espace par l’implantation de prairies sur 10 000 hectares. Le paysage de prairies de montagne tropicale qui en résulte, pourtant très caractéristique et produit peut-être le plus évident du modèle de développement de l’élevage réunionnais, n’est que très peu investi par les différents acteurs locaux (éleveurs, collectivités, coopérative, tourisme, parc national, etc.). Cela constitue une différence avec les régions d’élevage de montagne de la métropole, qui mettent fréquemment en avant le rôle de l’élevage dans l’entretien des paysages (Alavoine-Mornas et Madelrieux, 2015).

27La structuration de la filière laitière réunionnaise fait apparaître le rôle prépondérant d’un acteur, la SICALAIT. En effet, celle-ci est largement impliquée dans l’amont, la collecte et l’aval des élevages. Au niveau de l’amont, elle possède des magasins d’approvisionnement en agrofournitures et elle partage avec d’autres coopératives agricoles de l’île la présidence de l’URCOOPA, le fournisseur d’aliments. De plus, elle a le monopole de la collecte de lait et les éleveurs sont normalement tenus par contrat de lui livrer la totalité de leur production. Pour ce qui est de l’aval, elle possède des parts à la CILAM qui transforme la majorité du lait frais local. Enfin, sa participation à l’interprofession ARIBEV lui permet de peser sur la gouvernance de la filière. Cette structuration a permis à la SICALAIT de jouer un rôle clé dans le développement laitier et l’évolution des pratiques d’élevage à la Réunion. Le fait qu’il n’y ait pas eu de mise en place de quotas de production a été par exemple un signal lancé aux éleveurs pour s’agrandir et intensifier leur production.

28Bien que l’élevage laitier réunionnais présente des similitudes avec le modèle de production « breton », orienté vers l’intensification de la production et son intégration en filières (Gambino, 2014), il est cependant caractérisé par une intensification qui est encore plus poussée qu’en Bretagne. Ceci s’explique du fait d’un recours accru aux concentrés achetés (600g/L de lait contre 128 à 166 g/L en Bretagne d’après IDELE 2015) qui à la Réunion se substituent en partie à l’herbe et au maïs ensilage utilisés en Bretagne. Si d’après cette étude, les évolutions de l’élevage n’altèrent pas les capacités productives de l’environnement des Hauts pour les activités d’élevage – suggérant par là qu’il n’y a pas de composante environnementale à la crise laitière – d’autres travaux soulignent les impacts potentiels négatifs de l’intensification de l’élevage à la Réunion pour l’environnement global comme les consommations d’énergie fossile ou local via les excédents azotés très importants (Vayssières et al., 2009 ; Nidumolu et al, 2011 ; Vigne et al., 2013).

29La diminution du nombre d’exploitations laitières n’a rien de spécifique à la Réunion, même si elle apparaît très préoccupante du fait du faible effectif de départ (Figure 4). Ce processus de « développement inégal » (Mazoyer, 1982) est à l’œuvre depuis les années 1960 en France et plus largement en Europe. Il s’explique par la diminution des prix aux producteurs en termes réels, elle-même générée par l’accroissement de la productivité du travail en agriculture permise par la moto-mécanisation (Charroin et al., 2012) : à chaque étape de ce processus, seule une partie des exploitations disposent de moyens suffisants pour investir dans des équipements, s’agrandir et ainsi faire face à la baisse des prix, les autres exploitations, plus petites et insuffisamment soutenues par les subventions, étant éliminées (Mazoyer, 1982 ; Garambois, 2011). La reconstitution de l’évolution des prix réels reportée dans la figure 6 permet de préciser ces mécanismes à l’échelle de la Réunion et d’aller plus loin dans la comparaison des conditions de prix avec la métropole.

Figure 6 : évolution des indices de prix du lait payé aux éleveurs et des concentrés achetés depuis 1982, en métropole et à La Réunion

Figure 6 : évolution des indices de prix du lait payé aux éleveurs et des concentrés achetés depuis 1982, en métropole et à La Réunion

Base 100 en 2010 ; données ARIBEV et URCOOPA pour les prix à la Réunion, FAOSTAT pour les prix du lait en métropole, Agreste pour les prix d’achat des concentrés en métropole, INSEE et Banque mondiale pour l’inflation

30Deux phases peuvent être distinguées : de 1982 à 2001 et depuis 2002. En 1984, les quotas laitiers sont instaurés en Europe et, jusqu’en 2001, ils permettent un maintien relatif des prix du lait (l’indice passe « seulement » de 140 à 120). La Réunion, qui est à l’époque guidée par sa recherche d’autosuffisance laitière, échappe au système des quotas et on assiste à une dégradation plus forte du prix réel du lait par rapport à la métropole (l’indice diminue de 140 à 100 sur la même période). Les élevages laitiers réunionnais sont ainsi contraints de s’agrandir pour maintenir leur niveau de revenu. Le sursaut de l’indice du prix du lait à La Réunion de 1993 à 1995 correspond à la mise en place d’un plan de reprise de l’élevage laitier avec, entre autres, un soutien ponctuel des prix. Le secteur était alors en crise du fait de l’arrêt de nombreux producteurs laitiers et d’une diminution du lait collecté. Depuis 2002, le prix du lait en métropole se dégrade plus sur le long terme qu’au cours de la période précédente, et devient très variable. Cela s’explique par la situation du secteur laitier européen, qui connaît un accroissement des volumes de lait produits en prévision de la sortie des quotas, supprimés en 2015, soumettant dès lors le secteur laitier européen aux variations des cours mondiaux. La situation réunionnaise est quelque peu différente sur cette deuxième période et globalement moins défavorable pour les producteurs qu’en métropole. Bien que les variations du prix du lait suivent l’allure de celles de la métropole, elles sont en effet atténuées par les différents mécanismes de paiement du lait et de subventions propres à la filière laitière réunionnaise. L’autre caractéristique de cette deuxième période est l’évolution des prix d’achat des concentrés, qui deviennent variables et connaissent une tendance haussière sur le moyen terme. Là-aussi, des subventions spécifiques à la Réunion et gérées par l’interprofession permettent semble-t-il d’atténuer les variations de prix à la hausse pour les éleveurs réunionnais, mais comme ceux-ci sont plus dépendants de ces achats, ils sont fortement fragilisés.

Conclusion

31Le développement laitier de La Réunion est récent. Il a été mis en place en remplacement de la culture du géranium via une intensification de la conduite de prairies tropicales d’altitude et un recours croissant à des concentrés importés, principalement dans le cadre d’un vaste plan d’aménagement et en bénéficiant de subventions importantes. Le secteur est organisé autour d’un opérateur de collecte unique qui structure l’ensemble de la filière et il apparaît pour toutes ces raisons comme original à bien des égards. La crise que connaît actuellement le secteur laitier réunionnais, visible notamment à travers la diminution du nombre de fermes, présente des similitudes avec celle de la métropole. Elle trouve ses origines dans la dégradation des prix réels du lait et le processus continu qui lui est associé de sélection des exploitations – plus grandes et plus équipées – qui parviennent à se maintenir. Plusieurs facteurs en jeu à La Réunion semblent toutefois renforcer cette crise : le faible effectif de fermes, leur dépendance vis-à-vis des achats de concentrés qui les rend très sensibles aux variations de prix et pose des problèmes environnementaux et l’absence de création de richesse dans les conditions actuelles de prix qui rend impératif le versement de subventions. Le développement voire le maintien de l’élevage laitier à La Réunion semble donc de plus en plus compromis si l’orientation du secteur n’est pas rediscutée. Sa logique de substitution d’une production locale aux importations (Bonnal et al., 2003) est contestable du fait d’une importation massive de concentrés et d’une couverture des besoins en produits laitiers par la production locale limitée (Agreste, 2017).

32Face à cette situation, l’absence d’émergence d’alternatives sur le territoire réunionnais interroge et gagnerait à être étudiée par d’autres travaux. La structuration de la filière laitière réunionnaise l’explique peut-être en partie. Depuis la mise en place de la SICALAIT, il semblerait que l’accroissement de la production laitière non limitée par un quota ait été privilégié, relayant souvent au second plan la recherche de l’augmentation de la valeur ajoutée dans les élevages. Pourtant la réduction des consommations d’intrants ou de capital fixe sont des solutions pertinentes pour y parvenir. L’augmentation du prix du litre de lait permise, par exemple, par la vente directe, la transformation ou la mise en avant de la qualité des produits type « à la ferme » sont également des solutions envisageables, à condition que ces produits de niche intéressent suffisamment de consommateurs pour que la production puisse être pleinement valorisée. Au fil du temps, seules quelques exploitations ont développé des ateliers de transformation fromagère et elles n’ont pas créé d’émulation auprès des autres éleveurs car le rapport entre le travail investi et le revenu dégagé était peu intéressant. En outre, le fait que les éleveurs adhérents de la SICALAIT ont pour obligation contractuelle de livrer la totalité du lait produit à la coopérative limite les tentatives individuelles de valorisations alternatives. La conversion en agriculture biologique est quant à elle freinée par le coût beaucoup plus élevé des aliments issus de l’agriculture biologique, une chaîne de transformation jusqu’à présent inexistante, mais également des débouchés incertains.

33L’émergence de systèmes d’élevage laitiers herbagés basés sur une gestion fine de prairies d’association graminées-légumineuses et de plus petits troupeaux pourrait diminuer les besoins en concentrés mais également replacer l’animal laitier sur le territoire à l’instar du travail réalisé par certains réseaux dans l’Ouest de la métropole (Garambois et Devienne, 2012), l’élevage laitier réunionnais étant désormais majoritairement cantonné aux abords des étables. Ce type d’élevage renouerait avec la politique initiale du Plan d’Aménagement des Hauts, à savoir la création d’emplois et la valorisation du territoire des Hauts par les prairies. L’accès au foncier pourrait cependant être un facteur limitant, dans un territoire où les terres agricoles sont de plus en plus limitées du fait d’une urbanisation croissante dans certaines zones et qui se traduit par un prix élevé à l’hectare (plus de 10000 €). Le foncier devrait ainsi être un des points centraux d’un nouveau plan de développement des Hauts et les nouvelles pratiques d’élevage devraient être accompagnées soit d’aides dédiées à l’entretien du paysage ou à l’environnement, soit de l’élaboration par les transformateurs de produits laitiers de plus haute qualité, soit du développement de la vente directe. Cette dernière voie de commercialisation pourrait être appuyée par les communes où l’élevage laitier est présent, qui la mettraient en avant dans leur plan touristique et replaceraient ainsi l’élevage laitier dans le développement global de leur territoire. Cependant, au vu de la structuration actuelle de la filière, l’émergence de ces initiatives ne pourra se faire que si elles sont encouragées par la SICALAIT. Les expériences conduites en métropole par les réseaux d’éleveurs travaillant sur le pâturage ou au sein de certaines démarches qualité portant sur des produits laitiers gagneraient à être mobilisées pour aborder cette transition.

Haut de page

Bibliographie

AGRESTE, 2017, 2007 – 2016 : la part de la production agricole locale se maintient sur le marché du frais, mais les importations continuent leur progression, Agreste La Réunion n°104, 4 p.

ALAVOINE-MORNAS F., MADELRIEUX S., 2015, Coopératives laitières : facteurs de maintien de l’élevage laitier en montagne ? Revue de Géographie Alpine, n°103-1, 15 p.

AUBRON C., NOËL L., LASSEUR J., 2016, Labor as a driver of changes in herd feeding patterns: Evidence from a diachronic approach in Mediterranean France and lessons for agroecology, Ecological Economics, July 2016, vol. 127, p. 68–79. < http://dx.doi.org/10.1016/j.ecolecon.2016.02.013 >

BARÉ J.-F., 2000, Comment parler de la réforme foncière à la Réunion ? Quelques points d’une étude en cours, Le monde rural à la Réunion : mutations foncières, mutations paysagères, p. 300.

BENOIT G., 2015, Cinquante années de politique agraire et d’aménagement du territoire dans l’île de La Réunion, Annales des Mines-Responsabilité et environnement, FFE, p. 51–55. < http://www.cairn.info/resume.php?ID_ARTICLE=RE1_079_0051 >

BONNAL P., PIRAUX M., FUSILLIER J.-L., GUILLUY D., 2003, Approche de la multifonctionnalité de l’agriculture à la Réunion, rapport CIRAD, 89 p.

BRIDIER B., 1981, L’élevage bovin réunionnais : des systèmes de production à dominante élevage bovin dans les Hauts de l’île. Diagnostic, Chambre Départementale d’Agriculture de la Réunion, 89 p.

CHARROIN T., VEYSSET P., DEVIENNE S., FROMONT J.-L., PALAZON R., FERRAND M., 2012, Productivité du travail et économie en élevages d’herbivores : définition des concepts, analyse et enjeux, INRA Productions Animales, vol. 25, n°2, p. 193–210.

COCHET H., 2011, L’agriculture comparée, Paris, Quae. (Indisciplines). 159 p.

CNIEL, 2017, L’économie laitière en chiffres, 196 p.

DE CAMBIAIRE J., 1983, La certitude du développement : une référence mutualiste à la Réunion, Paris, Atya Edition, 286 p.

DEFOS DU RAU J., 1960, L’île de la Réunion : étude de géographie humaine, Institut de géographie, Faculté des lettres, 756 p.

DEPEYROT J.-N., 2017, Base de données ADEL et changements des exploitations laitières françaises, (NESE). Paris, France, Centre d’Etudes et de Prospective,

FRANCEAGRIMER, 2016, Évolution des structures de production laitière en France. Dernière image sous le régime des quotas laitiers, (Les études de FranceAgriMer). FranceAgriMer,

GAMBINO M., 2014, Les mutations des systèmes productifs français : le modèle breton, à revisiter, France : les mutations des systèmes productifs, p. 371-382

GARAMBOIS N., 2011, Des prairies et des hommes - Les systèmes herbagers économes du Bocage poitevin : agro-écologie, création de richesse et emploi en élevage bovin, Thèse de doctorat, Paris, AgroParisTech, 463 p. + annexes p.

GARAMBOIS N., DEVIENNE S., 2012, Les systèmes herbagers économes. Une alternative de développement agricole pour l’élevage bovin laitier dans le Bocage vendéen ? Economie Rurale, n°330-331, p. 56-72

IDELE, 2017, Des systèmes d’avenir pour le lait de vache français, (Economie de l’élevage). IDELE, CNE, FranceAgriMer,

IDELE, 2015, Systèmes bovins lait – cas concret 2014 en Bretagne, Institut de l’Elevage, 50 p.

JAUZE J.M., 2009, Avant-propos, Les Cahiers d’Outre-Mer, n°245, p. 1-4.

LACOSTE M., LAWES R., DUCOURTIEUX O., FLOWER K., 2018, Assessing regional farming system diversity using a mixed methods typology: the value of comparative agriculture tested in broadacre Australia, Geoforum, March 2018, vol. 90, p. 183–205. < http://dx.doi.org/10.1016/j.geoforum.2018.01.017 >

LAUDIE-LECOMTE N., 2003, Le compromis agricole réunionnais : mutation sectorielle et construction territoriale à l’Île de la Réunion, Thèse de doctorat en économie du développement agricole, agro-alimentaire et rural, Montpellier, Ecole Nationale Supérieure Agronomique, 1037 p.

MANDRET G., HASSOUN P., PAILLAT J.M., TILLARD E., BLANFORT V., 2000, L’élevage bovin à la Réunion : synthèse de quinze ans de recherche, Edition CIRAD, 350 p.

MAYER JOUANJEAN I., 2011, L’île de La Réunion sous l’œil du cyclone au XXème siècle. Histoire, Société, et catastrophe Naturelle. - document, Thèse de doctorat en histoire contemporaine, Université de la Réunion, 473 p. < https://tel.archives-ouvertes.fr/tel-00780487/document >

MAZOYER M., 1982, Origines et mécanismes de reproduction des inégalités régionales de développement agricole en Europe, Économie rurale, 1982, n°150‑151, p. 25‑33. < http://dx.doi.org/10.3406/ecoru.1982.2879 >

MAZOYER M., ROUDART L., 1997, Histoire des agricultures du monde : du néolithique à la crise contemporaine, Paris, Seuil, 534 p.

NIDUMOLU U.B., LUBBERS M., ALARY V., LECOMTE P., VAN KEULEN H., 2011, A discussion support model for a regional dairy–pasture system with an example from Réunion island, Journal of Agricultural Science, n°149, p. 663-674.

RA, 2010, Recensement Général Agricole, département La Réunion < http://daaf.reunion.agriculture.gouv.fr/Les-chiffres-par-commune >

RICARD D., 2014, Les mutations des systèmes productifs en France : le cas des filières laitières bovines, Revue Géographique de l’Est, vol. 54, n°1‑2, 26 p.

RICARD D., 2015, La coopération laitière dans la montagne française : Héritages, diversité des structures, dynamique du mouvement, Revue de Géographie Alpine, n°103‑1, 13 p. < http://dx.doi.org/10.4000/rga.2739 >

TROUVE A., DERVILLE M., GOUIN D.-M., POUCH T., BRIOT X., FINK-KESSLER A., KROLL J.-C., LAMBARE P., RAT-APSERT O., 2016, Étude sur les mesures contre les déséquilibres de marché : Quelles perspectives pour l'après quotas dans le secteur laitier européen ? Rapport d’étude pour le MAAF et FranceAgriMer, 283 p.

VAYSSIÈRES J., GUERRIN F., PAILLAT J.M., LECOMTE P., 2009, GAMEDE: A global activity model for evaluating the sustainability of dairy enterprises. Part I. Whole-farm dynamic model, Agricultural Systems, n°101-3, p. 128-138.

VIGNE M., VAYSSIÈRES J., LECOMTE P., PEYRAUD J.-L., 2013, Pluri-energy analysis of livestock systems – A comparison of dairy systems in different territories, Journal of Environmental Management, September 2013, vol. 126, p. 44–54. < http://dx.doi.org/10.1016/j.jenvman.2013.04.003 >

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Localisation géographique de l’Île de la Réunion et définition des zones d’études dans les Hauts de l’île
Légende Carte monde : issue de http://www.thinkstockphotos.fr/​, libre de droit ; carte du bas à gauche : issue de Jauze, 2009 ; carte Réunion élaborée par Jonathan Vayssières, droits partagés
URL http://journals.openedition.org/geocarrefour/docannexe/image/10865/img-1.png
Fichier image/png, 156k
Titre Figure 2 : Caractéristiques climatiques et topographiques du territoire étudié et ses zones contrastées
URL http://journals.openedition.org/geocarrefour/docannexe/image/10865/img-2.png
Fichier image/png, 142k
Titre Figure 3 : Evolution du nombre de vaches laitières et allaitantes sur l’île, de 1980 à 2016
Légende Données RA, SICALAIT et Chambre d’Agriculture
URL http://journals.openedition.org/geocarrefour/docannexe/image/10865/img-3.png
Fichier image/png, 8,9k
Titre Figure 4 : Evolution du nombre d'exploitations avec bovins, avec vaches laitières et celles collectées par la SICALAIT et évolution de la quantité de lait collectée par la SICALAIT, de 1970 à 2016
Légende Données RA et SICALAIT
URL http://journals.openedition.org/geocarrefour/docannexe/image/10865/img-4.png
Fichier image/png, 22k
Titre Figure 5 : évolution de l’importance de chaque zone de collecte, de 1984 à 2016
Légende En % ; données ARIBEV
URL http://journals.openedition.org/geocarrefour/docannexe/image/10865/img-5.png
Fichier image/png, 7,9k
Titre Figure 6 : évolution des indices de prix du lait payé aux éleveurs et des concentrés achetés depuis 1982, en métropole et à La Réunion
Légende Base 100 en 2010 ; données ARIBEV et URCOOPA pour les prix à la Réunion, FAOSTAT pour les prix du lait en métropole, Agreste pour les prix d’achat des concentrés en métropole, INSEE et Banque mondiale pour l’inflation
URL http://journals.openedition.org/geocarrefour/docannexe/image/10865/img-6.png
Fichier image/png, 14k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Yvane Marblé, Claire Aubron et Mathieu Vigne, « Le développement des Hauts de la Réunion par l’élevage bovin laitier : un modèle à bout de souffle », Géocarrefour [En ligne], 92/3 | 2018, mis en ligne le 15 décembre 2018, consulté le 22 juillet 2019. URL : http://journals.openedition.org/geocarrefour/10865 ; DOI : 10.4000/geocarrefour.10865

Haut de page

Auteurs

Yvane Marblé

Doctorante au CEMOI à l’Université de La Réunion, rattachée à l’UMR SELMET au CIRAD et affiliée à l’Institut Français de Pondichéry (IFP) CIRAD Pôle Elevage, 7 Chemin de l’IRAT, 97410 Saint-Pierre, Île de la Réunion yvane.marble@cirad.fr

Claire Aubron

Professeure Montpellier SupAgro, UMR SELMET 2 Place Pierre Viala, 34060 Montpellier, France métropolitaine claire.aubron@supagro.fr

Mathieu Vigne

Chercheur CIRAD Pôle Elevage, UMR SELMET 7 Chemin de l’IRAT, 97410 Saint-Pierre, Île de la Réunion mathieu.vigne@cirad.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© Géocarrefour

Haut de page
  • OpenEdition Journals