Navigation – Plan du site

Paul Arnould (éd.), Les géographies de Tintin

André Buisson
Référence(s) :

ARNOULD P. (éd.), 2018, Les géographies de Tintin, Paris, CNRS éditions, 270 p.

Texte intégral

1Qui est donc Tintin ? Tous les « tintinophiles » vous le diront : Tintin est né de la plume de Georges Rémy le 10 janvier 1929… et tout au long de 23 albums (et un 24ème inachevé), sur près de 50 ans, depuis le Pays des Soviets, le Congo et l’Amérique jusqu’à celui des Picaros, en pantalons de golf puis en jeans, Tintin a parcouru quatre continents (encore qu’en vol pour Sidney, il n’ait jamais atteint l’Australie), plus la Lune ! A l’image de son « papa », Tintin est, et restera pour tout le monde, LE reporter du Petit Vingtième, supplément du jeudi au journal belge Le Vingtième siècle. Pour autant, s’il a fait de Tintin un globe trotter, Hergé ne fut lui-même jamais un grand voyageur (J. Langlois, préface : « Le monde selon Tintin »).

2Après avoir vu une floraison d’études paraître dans les années 2000, 2017 aura été une nouvelle « ’année Hergé », avec une exposition à Paris au Grand Palais, et l’ouvrage dirigé par Paul Arnould, issu d’un colloque tenu par la Société Française de Géographie. Ce livre contient vingt communications, pour un total de 22 chapitres, une préface et une postface. Pour les organisateurs de ce colloque, désirant apporter leur pierre à l’édifice, tous étaient bienvenus : les tintinophiles, les tintinolâtres, tintinopathes et même les tintinophobes ! (P. Arnould, Introduction, Pourquoi « Les Géographies de Tintin»).

3Ce livre est passionnant, car comme tous les jeunes de 7 à 77 ans, chacun de nous s’est approprié le personnage de Tintin, son indéfectible amitié avec son chien Milou, avec le capitaine Haddock, le professeur Tryphon Tournesol, les Dupondt, Bianca « LA » Castafiore et le château de Moulinsart.

4Tintin a-t-il eu conscience de faire de la géographie ? Ou, pour être plus exact, Georges Rémy, RG, Hergé, son père, en écrivant pour lui des récits sur fond de voyages, a-t-il contribué à diffuser des connaissances en Géographie ? Et puis, bien sûr, le doute : Hergé a-t-il tout inventé ? Une lecture attentive montre ainsi ses sources d’inspiration, dans les BD antérieures, comme les Pieds Nickelés (qui, eux, sont largement tombés dans l’oubli !).

  • 1 Albert Algoud, 2004, Le Haddock illustré, L’intégrale des jurons du capitaine Haddock, Tournai, Cas (...)

5Chacun des auteurs a, suivant son angle de vue, disséqué la totalité des albums. Il en résulte une « mise en fiches » de l’œuvre, et cela donne des comptages, des statistiques, des diagrammes, des camemberts… Par exemple, Tintin visite 20 pays, les 23 albums comportent 156 références musicales, le capitaine Haddock jure plus de 220 fois1… Voilà donc Tintin mis à nu, dévoilé ! A chaque page de ce livre, au moins un détail exaspérant : ces albums, on les a lus, et relus ! Pourtant, pourquoi est-on passé à côté ? Ce livre vous obligerait presque à tout relire, pour vérifier, par exemple, dans l’Oreille Cassée, qu’il y avait bien une grève du port du Havre qui retarde l’embarquement sur le paquebot. Tout le monde sait que, dans L’Île mystérieuse, il y a des caisses de whisky, mais se rappelle-t’on de la marque ? (Loch Lomond !) ; pour chacun d’entre nous, Tintin est indissociable du capitaine Haddock : pourtant, se souvient-on qu’il apparaît pour la première fois, en 1941, dans Le Crabe aux pinces d’or (volume 9 des aventures du jeune héros), comme un ivrogne infréquentable ? que le château de Moulinsart a été acheté avec les royalties encaissées par Tournesol suite à la vente de son petit sous-marin dans Le trésor de Rackham le Rouge ?On comprend que Tintin soit rentré dans les questions du Trivial Pursuit ! Ce qui plait chez lui, c’est que dans chaque détail il est le reflet de la société et de son temps : par exemple, dans les Picaros, juste avant l’atterrissage, on demande aux passagers de l’avion d’arrêter de fumer ! Alors on apprend une multitude de détails, comme par exemple que Tintin mange peu (J.-R. Pitte, p. 158), mais les boissons alcoolisées sont omniprésentes, à commencer par le whisky, alors que le héros « ne boit jamais d’alcool » comme il le répète lui-même.

6Hergé met en scène chacune des aventures, dès l’illustration de couverture, notamment celles qui donnent le plus à réfléchir : Les bijoux de la Castafiore, car la totalité de l’intrigue – telle un huis clos - se passe sans quitter Moulinsart (le château et son parc) ! et les bijoux ont été volés, non par la troupe de romanichels pourtant bien stigmatisés, mais par une pie ! Ou bien Le Secret de la Licorne et le Trésor de Rackham le Rouge, qui nous mènent à la recherche de l’ancêtre, mais caché, et oh combien prestigieux ! Par les messages cryptés dans les astres, c’est à un voyage ésotérique qu’ils nous convient, mêlant la précision géographique à la cartographie astrologique.

7Comme l’écrit Olivier Roche dans sa postface « La lorgnette des géographes » (p. 251 sq.), la lecture des aventures de Tintin permet d’aborder le « merveilleux géographique ». Il voyage « dans une géographie imaginaire, mais crédible » (R. Nattiez, p. 151). Tour à tour pilote de sous-marin (requin) et de fusée, il a marché sur la lune (« un petit pas pour l’homme… » et, comme Neil Armstrong, il part en sautillant dans l’apesanteur) et sur l’île mystérieuse (qui ressemble beaucoup à l’île d’Or près du Cap Dramont (Var).

  • 2 « Villes d’Amérique Latine, plus grande que leurs problèmes », Géocarrefour, 1999/4

8Tintin voyage en touriste, le guide ou le prospectus d’agence de voyage à la main, comme par exemple dans le Sceptre d’Ottokar (« Géographe et touriste »), dilettante ou vacancier, en croisière (Les cigares du Pharaon viennent interrompre sa croisière vers l’Extrême Orient…). Lorsque des évènements interviennent, il se change en enquêteur et, comme par hasard, devient le témoin de son temps et des malheurs de l’époque, car Hergé diffuse à travers son héros un certain nombre de messages. Visitant deux fois, à quarante ans d’intervalle, le même pays (dans L’Oreille Cassée et Les Picaros), il observe l’évolution de la capitale, Los Dopicos puis Tapiocapolis, cette ville d’Amérique Latine moderne dont on ne doit pas faire voir les bidonvilles2. A travers Tintin, Hergé dénonce : les trafics de tous ordres, armes, esclaves, drogue ; les évènements politiques (n’oublions pas qu’il rédige plusieurs albums sous l’Occupation allemande, même s’il corrige un peu ses premières opinions dans les éditions suivantes de certains albums), l’Anschluss (Le sceptre d’Ottokar), les dictatures, le colonialisme (Tintin au Congo)… Pour s’affranchir et faire passer ses messages, il invente des pays (13 dont huit sont visités par Tintin, et un tellement bien décrit, la Syldavie, que les chercheurs tentent encore aujourd’hui de savoir à quel pays des Balkans il correspond !). Traversant l’histoire sur près d’un demi-siècle, Tintin est le témoin de l’évolution rapide des technologies de la période : de l’automobile, entre Tintin au Congo et Tintin chez les Picaros, de l’avion, du train, du bateau.

9Au final, les Géographies de Tintin forment un recueil foisonnant : chacun des auteurs a « exploré » Tintin à sa manière, ethnographique, psychanalytique, géographique, historique, gastronomique, musicale, affective… tout en gardant pour le héros un regard d’enfant ! Bref, un ouvrage à lire pour redécouvrir Tintin (on sort de ce livre pour se précipiter dans les albums de Tintin et vérifier tout ce qu’on a oublié de ce trésor !), qui devient maintenant, depuis une vingtaine d’années, un sujet d’études possédant, comme tous les grands thèmes, sa bibliographie plus qu’honorable (réunie p. 258 à 264).

Haut de page

Notes

1 Albert Algoud, 2004, Le Haddock illustré, L’intégrale des jurons du capitaine Haddock, Tournai, Castermann ; du même auteur, Dictionnaire amoureux de Tintin, 2016, Paris, Plon.

2 « Villes d’Amérique Latine, plus grande que leurs problèmes », Géocarrefour, 1999/4

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

André Buisson, « Paul Arnould (éd.), Les géographies de Tintin », Géocarrefour [En ligne], Comptes rendus inédits, mis en ligne le 04 octobre 2018, consulté le 22 octobre 2018. URL : http://journals.openedition.org/geocarrefour/10919

Haut de page

Droits d’auteur

© Géocarrefour

Haut de page
  • OpenEdition Journals