Navigation – Plan du site
Articles

Le pastoralisme entre mythes et réalités : une nécessaire objectivation - l’exemple des Pyrénées

Pastoralism between myths and realities: a necessary objecttification - the example of the Pyrenees
Corinne Eychenne

Résumés

Face à l’industrialisation de l’agriculture, le pastoralisme montagnard apparaît comme une activité d’élevage ayant su maintenir, en le recomposant, un lien étroit au territoire à travers la valorisation collective des ressources spontanées d’altitude. Malgré la reconnaissance ancienne de l’intérêt des pratiques pastorales pour l’entretien de l’espace montagnard et le maintien du tissu social, éleveurs et bergers se trouvent aujourd’hui confrontés à une montée en puissance d’injonctions exogènes diverses et parfois contradictoires conduisant à des formes d’évaluation et d’assignation sociales. En parallèle, la spécificité des modes de gestion en communs des estives se trouve fragilisé par l’individualisation croissante des dispositifs de soutien de la PAC, qui tend à instaurer des logiques de rente sur des espaces jusqu’alors préservés des logiques spéculatives grâce à la permanence des droits d’usage.

Haut de page

Texte intégral

1« Labourage et pâturage sont les deux mamelles de la France », disait Sully. Comme en écho, la figure du berger et de son troupeau, comme celle de l’auguste semeur, représentent de longue date les symboles de l’ordre éternel des champs et du bon ménagement de la nature. Pourtant, ce début de XXIe siècle a vu émerger des attaques d’abord discrètes puis de plus en plus médiatisées contre un élevage suspecté de concentrer tous les maux de la modernité : épuisement des ressources, pollution, « malbouffe » et sous-nutrition, dérive spéciste, etc. « Haro sur le baudet » : pour notre santé et celle de la planète, il s’agirait a minima de diminuer notre consommation de viande, voire d’y renoncer définitivement, et pourquoi pas abandonner l’élevage lui-même, pour libérer les animaux de toute forme de subordination et d’exploitation. Difficile souvent de faire la part des choses dans cette surenchère idéologique qui mêle tout, sans distinction des modes d’élevage et de consommation, et dans laquelle la parole des éleveurs est singulièrement inaudible. Car être éleveur, c’est d’abord une façon d’être avec les animaux (Salmona, 1994 ; Porcher, 2011), une relation souvent absente des modèles de production animale industrielle, pour la plus grande souffrance des animaux et des hommes, mais toujours vivace ailleurs. Etre éleveur, cela peut également représenter une façon d’être dans son territoire, dans une relation durable et minutieuse à l’espace. Le pastoralisme représente l’archétype de cet élevage ancré au territoire, selon une symbolique puissante associant berger, brebis et grands espaces (figure 1). Eleveurs et bergers se trouvent donc au centre de représentations en tension, entre mythe pastoral et portrait à charge qui touche tout l’élevage sans distinction, et dans lequel ils ne se reconnaissent pas.

2

Figure 1 : Pastoralisme et grands espaces

Figure 1 : Pastoralisme et grands espaces

Source S. Laurent

  • 1 Thèse de doctorat « Les éleveurs et l’estive. Un regard sur l’action collective » (2003) ; programm (...)
  • 2 Travaux d’ateliers, de projets tutorés ou de stages : Master « gestion des territoires et développe (...)

3Dans un contexte de controverses accrues par la question des grands prédateurs, tout le monde a désormais plus ou moins quelque chose à dire sur les pratiques pastorales. C’est bien parce qu’éleveurs et bergers sont soumis à des injonctions diverses et souvent contradictoires qu’il nous a semblé nécessaire d’objectiver la situation de l’élevage pastoral, en nous centrant sur les Pyrénées centrales et orientales, avec une attention particulière portée au département de l’Ariège. Nous appuierons notre propos sur l’ensemble des travaux de recherche que nous avons menés depuis vingt ans autour du pastoralisme pyrénéen1, ainsi que certains travaux d’étudiants2. Nous développerons notre analyse en trois temps. Après avoir présenté les principes de gestion de l’espace montagnard par les communautés traditionnelles, nous analyserons le regard exogène porté sur l’activité pastorale à l’origine d’une double assignation sociale (environnementale et patrimoniale). Dans une dernière partie, nous nous attacherons à mettre au jour les principaux enjeux auxquels sont confrontés aujourd’hui les acteurs pastoraux, notamment pour la permanence des modes de gestion en communs.

L’élevage pastoral et la montagne : une relation organique ?

Le système agro-sylvo-pastoral traditionnel

  • 3 La liste en serait longue mais on retiendra notamment Philippe Arbos en 1922 pour les Alpes, Henri (...)

4Le retour historique nous semble indispensable pour comprendre et discuter certaines représentations dominantes autour du lien entre activité pastorale et territoires de montagne. Les géographes classiques3 ont largement étudié, dans les différents massifs, le système agro-sylvo-pastoral dit « traditionnel », qui a organisé la mise en valeur et l’organisation sociale des montagnes jusqu’à la fin du XIXème siècle. Il repose sur une valorisation fine du milieu montagnard articulant les ressources des différents étages de végétation : fonds vallées, zones des granges dites aujourd’hui « zones intermédiaires », forêts et pâturages d’altitude. Contrairement à la vision moderne de la mise en valeur agricole des vallées de montagne, la priorité est alors donnée à une agriculture de subsistance : il s’agit avant tout de nourrir les hommes. Ainsi, la montagne est cultivée partout où cela est possible, sur les terrains plats ou ménagés par des systèmes de terrasses, dont les traces conservent encore aujourd’hui un caractère emblématique de l’identité paysagère de ces territoires. Dans cette organisation, l’élevage apparaît donc subordonné aux cultures, relégué aux espaces non cultivables, forêts et prairies d’altitude (alpages, estives, « montagnes ») dont l’étendue lui offre cependant une ressource quasi-inépuisable à la belle saison. « A quel point la vie pastorale marque les Alpes françaises de son empreinte, l’indifférence des paysans à l’égard des reliefs où elle ne s’exerce pas en est déjà un témoignage ; les pics et les rochers qui intéressent le touriste ne disent rien à l’indigène ; il ne leur accorde point d’identité définie ; il les a rarement baptisés. Pour lui, les vraies montagnes, les seules auxquelles il convient de réserver un nom, ce sont les vastes étendues gazonnées » (Arbos, 1922, p. 22). La situation est plus tendue en hiver et en intersaison où la ressource est plus rare : pâturage sur les prairies de fauche des zones intermédiaires et surtout vaine pâture sur tout l’espace cultivé, voire vente d’une partie du troupeau aux foires d’automne ou transhumance hivernale en plaine si les ressources s’avèrent insuffisantes. Ainsi, « dans les sociétés traditionnelles, le pâturage n’est pas un espace mais une pratique ; tout le territoire de la collectivité peut être pastoral à un moment ou à un autre du cycle annuel » (Metailié, 1996, p. 189). Bénéficiant de 4 mois d’abondance et de 8 mois de sous-alimentation plus ou moins chronique, vaches, brebis et chèvres affichent des performances zootechniques médiocres, mais cet élevage pastoral traditionnel fournit des productions diversifiées permettant en partie de compléter par des produits laitiers l’alimentation humaine à base de céréales et de légumineuses, mais surtout de fournir du fumier aux cultures et d’alimenter des échanges monétarisés avec la plaine.

L’importance des pratiques collectives

  • 4 Selon Georges Bertrand (1975, p. 91-92), le saltus est « l’ensemble des terrains qui ne sont pas ré (...)

5Si le pastoralisme apparaît comme un principe organisateur des sociétés montagnardes traditionnelles, ce n’est donc pas tant pour ses fonctions strictement productives que par l’ampleur de sa dimension collective. Le « caractère collectif de la vie pastorale est un des caractères fondamentaux de la géographie humaine des Pyrénées, il les oppose fortement à d'autres montagnes françaises » (Chevalier, 1956, p. 327). En effet, les communautés montagnardes ont accès aux ressources pastorales par l’intermédiaire de droits d’usage concédés par les seigneurs et généralement indivis à l’échelle d’une vallée. Les réglementations relatives à l’usage des ressources pastorales, à la défense des droits des communautés contre les appétits pastoraux « étrangers » voire seigneuriaux, à l’organisation du pâturage sur l’ensemble du territoire valléen, qu’il soit privé ou collectif, sont au cœur des mécanismes d’organisation sociale de ces communautés. L’élevage pastoral joue également un rôle de régulation sociale à l’égard des cadets qui, dans les sociétés traditionnelles, constituaient plus ou moins une classe de domestiques sans gages dont la force de travail permettait de faire fonctionner un système très exigeant en main d’œuvre (Cavaillès, 1931 ; Soulet, 1974). Dans les Pyrénées centrales, l’accès aux estives était généralement ouvert à tous et permettait à certains cadets de posséder pour seule richesse un petit troupeau naviguant entre prairies d’altitude estivales et les surfaces de plaine accueillant les troupeaux en transhumance hivernale. Comme partout alors, les surfaces communes se déploient dans le saltus4, « espace des pauvres par excellence, qui peuvent le valoriser sans autre frais que leur travail et leur cheptel » (Poux et al., 2009, p. 26). Mais si les communs pastoraux constituent alors la seule ressource accessible aux pauvres, elle n’en profite d’abord pas moins aux riches. En effet, que l’accès aux ressources communes soit fortement hiérarchisé comme dans l’ouest de la chaine, ou assez librement ouvert comme dans les Pyrénées centrales, les principaux bénéficiaires sont toujours et partout ceux qui possèdent les plus grands troupeaux.

La fin d’un monde

6Dans ce système traditionnel, bien que subordonné aux cultures vivrières, l’élevage pastoral apparaît donc comme un principe organisateur des règles de vie sociales et comme l’un des fondements majeurs qui structurent les liens des communautés à leur territoire. Il agit comme une véritable soupape de sécurité en régulant la paix sociale à l’intérieur des communautés et en structurant les échanges avec l’extérieur. Cet équilibre est ébranlé tout au long du XIXème siècle sous les coups conjugués de la reprise en main de la gestion de l’espace par l’Administration forestière, les atteintes aux usages et une crise démographique sans précédent, qui voit en quelques dizaines d’années la population des montagnes augmenter considérablement avant qu’elles ne se vident de leurs habitants tout aussi rapidement et inexorablement. « D’une montagne surpeuplée "fondée sur l’accumulation du travail d’une population misérable" (M. Chevalier), on était passé à un pays vide d’hommes, à la vie rurale en déclin » (Pailhès, 1996, p. 181).

7Pendant la première moitié du XXe siècle, la décomposition des pratiques traditionnelles modifie profondément la place de l’élevage dans les montagnes des Pyrénées centrales (Balent et Barrué-Pastor, 1986). La pression sur l’espace diminue avec la réduction des effectifs animaux, et notamment la quasi-disparition des chèvres accusées de détruire la forêt. Petit à petit, les réglementations minutieuses élaborées dans un contexte de forte concurrence pour l’accès aux ressources perdent leur importance stratégique voire tombent dans l’oubli. Les cultures vivrières disparaissent peu à peu, les montagnes se spécialisent dans l’élevage. Les anciens champs sont convertis en prés de fauche, les zones intermédiaires difficilement mécanisables sont désormais dévolues au pâturage, voire au parcours lorsque la végétation ligneuse se développe. Plus haut, dans les années 1950, « de rares troupeaux parcourent les immensités désormais désertes des estives » (Chevalier, 1956, p. 818).

La « vache tondeuse » : naissance d’un archétype agri-environnemental et patrimonial

Pastoralisme et entretien de l’espace

8Dans les années 1950, l’agriculture ne reste pas à l’écart du vaste mouvement de modernisation et d’industrialisation qui touche la France et l’Europe. Le modèle promu par les lois d’orientation agricole et la politique agricole commune (PAC) à partir de 1962 fragilise les éleveurs de montagne considérés comme peu compétitifs face aux agriculteurs de plaine. Dans le cadre de la cogestion, les responsables professionnels agricoles refusent toute politique agricole venant en soutien d’exploitations considérées comme non rentables. Ils défendent le modèle d’une exploitation familiale modernisée insérée dans les filières agro-industrielles en cours d’organisation. Dans ce contexte, le recul de l’activité agricole en montagne semble inévitable. Le tourisme, notamment hivernal, apparaît comme le principal moteur de développement pour les régions de montagne, en complément d’une industrie encore active dans certaines vallées.

  • 5 Délégation à l’aménagement du territoire et à l’action régionale créée en 1963.
  • 6 Institut national d’études rurales montagnardes, créé également en 1963.
  • 7 Intégrée à la PAC sous la forme d’indemnité compensatoire de handicaps naturels (ICHN) en 1975.
  • 8 La loi pastorale crée des outils de structuration de l’activité pastorale : groupements pastoraux ( (...)

9L’élevage de montagne est principalement envisagé en termes d’archaïsme et de dégradation des pratiques pastorales. Il apparaît cependant assez rapidement qu’avec le déclin agricole « les friches se développent, les paysages ne sont plus entretenus et les risques d’avalanches augmentent » (Gerbaux, 1994, p. 92). L’idée d’une prise en compte des spécificités de la montagne en matière d’agriculture prend forme peu à peu, grâce à l’action conjuguée de certains représentants de la profession agricole, de la DATAR5 et de l’INERM6 (Charbonnier, 2012 ; Barruet, 1995). La promulgation de la loi pastorale le 3 janvier 1972 et le décret portant création de l’indemnité spéciale montagne7 le lendemain créent les deux piliers de ce qui représente encore aujourd’hui le socle des mesures de soutien à l’élevage montagnard et pastoral. La première peut être envisagée comme une politique de modernisation qui vise à maintenir l’élevage pastoral pour ses fonctions d’intérêt général, en reconnaissant les spécificités des espaces et des pratiques pastorales, notamment dans leur dimension collective8. La seconde, appelée familièrement « prime à la vache tondeuse » est une aide directe attribuée aux éleveurs de montagne pour soutenir leur rôle dans la lutte contre les risques naturels (Eychenne, 2013).

  • 9 Et l’inflation du vocabulaire associé : intérêt général, multifonctionnalité, externalités, service (...)

10Cette construction législative peut être considérée comme la première pierre d’une construction symbolique puissante qui fait de l’éleveur de montagne un jardinier de la nature plutôt qu’un producteur de biens alimentaires, bien avant la montée en puissance du paradigme agri-environnemental9 à partir du début des années 1990. Depuis plus de 45 ans, tous les discours de légitimation des dispositifs de soutien spécifiques à l’élevage de montagne, notamment pastoral, reposent sur la reconnaissance des services rendus (voir encadré 1).

Encadré 1 : La reconnaissance publique des services rendus par l’élevage pastoral

Code rural, art.113.2

Créé par Loi n° 72-12 du 3 janvier 1972 relative à la mise en valeur pastorale (dite loi pastorale), art. 1er, modifié par Loi n° 2005-157 du 23 février 2005 relative au développement des territoires ruraux

L'espace pastoral est constitué par les pâturages d'utilisation extensive et saisonnière. Dans les régions où la création ou le maintien d'activités agricoles à prédominance pastorale est, en raison de la vocation générale du territoire, de nature à contribuer à la protection du milieu naturel, des sols et des paysages ainsi qu'à la sauvegarde de la vie sociale, des dispositions adaptées aux conditions particulières de ces régions sont prises pour assurer ce maintien.

Code rural, art.113.1

Créé par Loi n° 85-30 du 9 janvier 1985 relative au développement et à la protection de la montagne (dite loi montagne), art .18, modifié par Loi n° 2005-157 du 23 février 2005 relative au développement des territoires ruraux

Par leur contribution à la production, à l'emploi, à l'entretien des sols, à la protection des paysages, à la gestion et au développement de la biodiversité, l'agriculture, le pastoralisme et la forêt de montagne sont reconnus d'intérêt général comme activités de base de la vie montagnarde et comme gestionnaires centraux de l'espace montagnard.

Plan de développement rural hexagonal (2007-2013),

Mesure 323c relative au pastoralisme pyrénéen

« Le domaine pastoral recouvre de vastes espaces de faible productivité qui sont des territoires naturels fragiles, siège d’une biodiversité floristique et faunistique remarquable et ordinaire. Cette fragilité se traduit également par des risques naturels potentiels dont la prévention passe par la bonne conduite des troupeaux. Le domaine pastoral, facteur d’attractivité territoriale, est devenu un lieu privilégié pour le tourisme rural tout au long de l’année. Il contribue également au maintien des paysages et produit de nombreuses externalités positives. Ce dispositif vise donc à soutenir les actions en faveur du pastoralisme, en privilégiant le caractère multifonctionnel de la gestion pastorale et le bénéfice global qu’elle offre aux zones concernées tout en garantissant l'entretien d'espaces naturels et le développement des zones fragiles. »

Plan de développement rural régional Midi-Pyrénées (2014-2020)

Mesure 7.6.2 relative à l’accompagnement du pastoralisme pyrénéen

Le domaine pastoral, facteur d’attractivité territoriale, est un élément déterminant de diversification des activités économiques en zone rurale notamment pour le tourisme rural tout au long de l’année. Il contribue à l’entretien de l’espace, au maintien des paysages et produit de nombreuses externalités positives. Aussi l’objectif général de cette mesure est de répondre à sa triple vocation, économique, territoriale et environnementale visant à assurer les conditions du maintien et du développement des activités pastorales sur ce massif.

Plan de développement rural régional Midi-Pyrénées (2014-2020)

Cadrage national de la mesure 13 relative aux zones défavorisées

L’ICHN [indemnité compensatoire de handicaps naturels] est une mesure essentielle de soutien à l’agriculture dans les zones où les conditions d’exploitation sont difficiles. En compensant une partie du différentiel de revenu engendré par des contraintes naturelles ou spécifiques, cette aide contribue à maintenir le tissu agricole et économique des territoires menacés de déprise. Le maintien d’une activité agricole viable dans les zones caractérisées par des handicaps (altitude, pente, sols, climat, handicaps spécifiques) est crucial pour la protection de l’environnement et la gestion des ressources naturelles.

  • 10 Le rapport s’intéresse ici à l’économie traditionnelle de semi subsistance principalement concentré (...)
  • 11 C’est bien le même regard qui a conduit à la labellisation UNESCO du site Gavarnie-Mont Perdu au do (...)

11Dans ce contexte, l’ancrage territorial du pastoralisme est généralement envisagé comme une évidence, non en tant qu’activité sociale et productive, mais par ses effets sur l’espace dont il garantirait l’excellence environnementale et l’attractivité touristique. Cette vision dominante est également présente dans le rapport que l’INRA a consacré à l’élevage en Europe en 2016 (Dumont et Dupraz, 2016). Le pastoralisme y est considéré comme l’un des trois modèles productifs exemplaires de la relation entre élevage et territoire, aux côtés des paniers de biens et services et de l’agriculture de semi-subsistance10. La revue de littérature très complète réalisée par les auteurs met au jour deux axes majeurs de la dimension territoriale du pastoralisme : la gestion environnementale des espaces pastoraux et la permanence de savoir-faire traditionnels11. Mobilisant la typologie établie en 2015 par Ryschawy et al., ce rapport réaffirme donc le rôle du pastoralisme de haute montagne dans la fourniture de services de qualité environnementale et patrimoniale, et non de vitalité et de production.

12On peut considérer que la reconnaissance ancienne et constante de son rôle central dans la gestion de l’espace montagnard, traduite en dispositifs de soutien publics, a permis de protéger l’élevage de montagne dans un contexte de mise en compétitivité de l’agriculture. En effet, contrairement aux craintes ayant présidé à la mise en place d’une politique spécifique, le nombre d’exploitations diminue plutôt moins vite en montagne qu’ailleurs (Dobremez et Borg, 2015). Dans les Pyrénées, l’élevage pastoral a mieux résisté que la moyenne des exploitations agricoles, les chefs d’exploitation sont plus jeunes et la dynamique d’installation conserve une certaine vitalité (ACAP, 2011). Pourtant, cette reconnaissance est également source de vulnérabilité pour des éleveurs assignés à un rôle d’entretien du patrimoine naturel et culturel ne prenant pas en compte le fondement même de leur identité professionnelle relatif à la dimension productive de leur activité.

Pastoralisme, nature et patrimoine : une double assignation sociale

13Dans les Pyrénées, l’espace pastoral est par essence un espace partagé (Lazaro, 2015 ; Garde et al., 2014), notamment du fait du caractère public de sa propriété qui en interdit, de facto sinon de jure, son appropriation exclusive (Eychenne et Lazaro, 2014). S’y déploient donc des situations de co-présence parfois simultanées, parfois successives, entre usages pastoraux, forestiers, de loisir, de nature, etc. De plus, contrairement à d’autres types d’espaces sur lesquels la privatisation de l’espace est clairement lisible, dans les espaces pastoraux les marqueurs de l’activité agricole sont si discrets qu’ils passent souvent inaperçus. Les éleveurs et les bergers sont donc contraints à réaffirmer voire renégocier régulièrement la légitimité matérielle et symbolique de leurs pratiques sur l’espace. La nécessité de cette remédiation est d’autant plus prégnante qu’ils ont désormais à faire avec des acteurs qui n’ont généralement aucun lien avec un monde de l’élevage qu’ils méconnaissent.

  • 12 Plus de 35 ours en 2017 (une quarantaine sur le massif) sur 17 unités pastorales.

14Les controverses autour de la présence de l’ours dans les Pyrénées centrales sont particulièrement exemplaires de cette construction symbolique associée à l’élevage pastoral. L’Ariège présente à ce titre un terrain d’analyse particulièrement intéressant puisque sa partie est a été très fortement touchée dans les années 2000 et que sa partie ouest (Couserans) concentre à l’heure actuelle la grande majorité des ours du massif12 et par incidence des attaques et des pertes. Il ne s’agit pas ici de procéder à une analyse détaillée d’une situation de conflit intense depuis plus de 20 ans mais bien de mobiliser des éléments d’analyse permettant d’éclairer la question de la place du pastoralisme dans les territoires de montagne. Selon une première vision, radicale, portée explicitement par certaines associations engagées en faveur de la présence des prédateurs, la question ne se pose pas véritablement en termes de cohabitation, mais s’inscrit plutôt, comme l’ont analysé Brisebarre et Lebaudy (2017), « dans un contexte social favorable au rewilding, la re-naturation des territoires, un préalable idéal à la prolifération de la faune sauvage ». Selon cette approche, la légitimité des acteurs pastoraux dans la gestion des territoires de montagne est directement contestée, d’autant plus que leur rôle dans la fourniture de services environnementaux est clairement remis en cause : « Il est donc faux de dire qu'aujourd'hui, le pastoralisme est un rempart contre la fermeture des milieux car ces derniers se referment de toute façon très massivement partout. Et c'est souvent une bonne nouvelle du point de vue de la biodiversité et de la remise en place naturelle d'écosystèmes allant vers un état aussi complet que possible (ongulés rééquilibrés par les prédateurs), autonomes et fonctionnels, rendant par définition de nombreux services à la société (multifonctionnalité de la forêt) » (FERUS, 2017, p. 6).

  • 13 A l’exception de l’usage du fusil bien sûr, largement pratiqué autrefois et aujourd’hui interdit.

15Moins radicale, la défense d’une possible cohabitation entre pastoralisme et grands prédateurs met en évidence une confrontation entre une représentation exogène et une représentation endogène du rôle du pastoralisme sur le territoire, à travers notamment la figure du « bon » éleveur (et/ou berger) pastoral. Dans ce modèle, au regard des éléments évoqués précédemment, les éleveurs se trouvent confrontés à une double assignation sociale. D’une part, puisqu’ils sont reconnus et soutenus pour leur rôle de protection des milieux naturels, il paraît légitime aux partisans de la réintroduction des ours qu’éleveurs et bergers adaptent leurs pratiques en conséquence, selon des procédures définies indépendamment de leurs pratiques pastorales effectives. D’autre part, ces mêmes pratiques pastorales sont d’autant plus ignorées, voire remises en cause, qu’elles sont envisagées comme des dégradations d’un système pastoral traditionnel érigé en modèle. Ainsi les éleveurs seraient-ils responsables de la prédation sur leurs animaux au double motif d’un abandon de pratiques ancestrales censées protéger les troupeaux13 et du refus de mettre en œuvre des méthodes nouvelles ayant les mêmes objectifs. Nulle place dans ce modèle pour la parole et les pratiques d’éleveurs considérés comme bornés et archaïques : « Pour ceux qui considèrent que les normes auxquelles doivent être référées les façons d’agir ou de penser des éleveurs (…) leur sont extérieures, ces transformations sont simplement des dégradations : les éleveurs font moins bien qu’il le faudrait ce qu’on leur a dit de faire, et non pas autrement » (Darré, 1996, p. 56).

  • 14 Le domaine dans lequel les évolutions sont peut-être les plus spectaculaires concerne le métier de (...)

16Au-delà même de la question des prédateurs, la mise en patrimoine du pastoralisme conduit également à une forme de muséification voire de folklorisation de l’activité, sans prise de conscience que le monde pastoral a lui aussi changé depuis le XIXe siècle, au même rythme que l’ensemble de la société14. On attend donc des éleveurs de montagne qu’ils se conforment au rôle de préservation de la nature et du patrimoine culturel qui leur est assigné et au nom duquel ils sont soutenus par les dispositifs publics, tout en leur déniant toute capacité à décider et agir par eux-mêmes. Finalement, à l’heure de la montée en puissance d’un paradigme de l’empowerment, le regard porté sur les éleveurs pastoraux et leurs bergers ne semble pas si éloigné de celui de l’Administration forestière du XIXe siècle qui a conduit à déposséder les communautés montagnardes des Pyrénées françaises de leur responsabilité dans la gestion de leur espace de vie et de production (Becat, 1996).

17Il y a donc un véritable enjeu à dépasser les clichés afin de comprendre les formes actuelles des systèmes pastoraux des Pyrénées centrales et analyser l’évolution des liens entre pastoralisme et territoires.

Les enjeux du maintien des dynamiques collectives

Le renouvellement des modes de gestion en communs

  • 15 La spécialisation agricole a conduit à la cristallisation en montagne de deux modèles d’élevage trè (...)
  • 16 En 2003, en montagne, les aides représentaient 190 % du revenu des éleveurs ovins et 170 % du reven (...)
  • 17 Dans les Hautes-Pyrénées, le modèle est assez différent avec le maintien d’un nombre plus important (...)
  • 18 A ce titre, la charte de la montagne basque est une démarche exemplaire de réflexion autour du mult (...)
  • 19 Grâce aux financements du PSEM, entre 2007 et 2012 sur l’ensemble du massif : le nombre de pâtres e (...)

18Malgré un certain nombre d’héritages des pratiques traditionnelles, l’élevage pastoral s’est profondément modifié depuis les années 1970. Les Pyrénées centrales et orientales se sont spécialisées dans l’élevage allaitant extensif ovin et bovin. Contrairement au modèle fromager15 présent dans d’autres massifs, le système « viande » ne repose sur aucune valorisation des spécificités des modes de production montagnards et pastoraux (Eychenne, 2014). Les élevages sont insérés dans des filières verticales, la majorité des veaux et des agneaux produits en montagne partent à l’engraissement dans des ateliers intensifs spécialisés. Il y a donc une forme de déterritorialisation de la production, peu compétitive face à la concurrence de plaine. La résistance économique de ces élevages repose sur une forte dépendance aux aides de la PAC16, et s’accompagne généralement de logiques d’agrandissement, en lien avec les dynamiques de déprise. Dans les Pyrénées, la diminution brutale et intense de la population ayant d’abord touché l’est de la chaîne, c’est dans les Pyrénées-Orientales, l’Aude et l’Ariège que l’on rencontre les exploitations les plus grandes et les plus extensives, parfois à la limite de pratiques de ranching. La montagne, loin d’être envisagée comme une source de qualification et de distinction des produits, permet l’accès à des ressources pastorales peu coûteuses par l’intermédiaire de droits d’usage ou de mise en valeur collective du foncier à travers des associations foncières pastorales (AFP). Dans un contexte de faible concurrence foncière, droits d’usage et AFP ont permis de soutenir l’installation d’éleveurs hors cadre familial dans les années 1980, première génération de « néo-ruraux » à s’installer en montagne17. En estive, la relance pastorale favorisée par la loi de 1972, avec l’appui des services de développement pastoral, a favorisé l’émergence d’un « modèle pastoral » qui se décline différemment selon les départements mais qui comporte des grands traits communs. Partout, la dimension collective est encore aujourd’hui le fondement de la gestion du domaine pastoral pyrénéen. A l’ouest, les collectivités propriétaires des surfaces pastorales (communes ou commissions syndicales pour les terrains indivis) ont conservé en propre ce rôle de gestionnaire, qui leur permet d’intégrer les questions pastorales dans une approche plus transversale et territoriale de la gestion des espaces d’altitude18. Dans les Pyrénées centrales et orientales, cette gestion collective est désormais prise en charge par les éleveurs eux-mêmes, organisés en groupements pastoraux. Dans tous les cas, la référence aux droits d’usage permet de structurer les modes d’accès à la ressource, privilégiant les éleveurs de haute montagne y compris néo-ruraux, et permettant de maintenir les espaces pastoraux d’altitude à l’écart des logiques d’individualisation et de spéculation foncière. Au niveau technique, la modernisation pastorale a conduit à une augmentation de la taille des troupeaux en estive, souvent en ouvrant l’accès aux estives à des éleveurs ne bénéficiant pas de droits d’usage. L’augmentation du cheptel moyen a permis de financer dès les années 1980 des postes de pâtres salariés, de plus en plus souvent extérieurs à la société locale, et des travaux d’amélioration pastorale (cabanes, clôtures, parcs, points d’eau, ...). Soutenu dans le cadre du second pilier de la PAC depuis les années 2000, ce modèle de développement pastoral a fait l’objet d’une reconnaissance accrue dans le cadre du Plan de soutien à l’économie de montagne (PSEM) mis en œuvre à partir de 2007 dans le massif des Pyrénées et reconduit dans le cadre de la PAC 2014-202019.

  • 20 « Les villageois ont choisi de conserver l’institution de propriété communale comme base pour l’uti (...)

19Ainsi, la résistance du pastoralisme pyrénéen repose-t-elle sur l’articulation étroite entre éléments de permanence liés à la gestion collective des ressources pastorales et évolution des systèmes socio-techniques. Dans ce cadre, il nous semble important d’insister, à la suite d’Elinor Ostrom20 sur le fait que les pratiques actuelles ne peuvent être envisagées simplement comme des survivances ou des dégradations de pratiques anciennes mais bien comme une adaptation permanente des modes spécifiques de gestion des communs pastoraux, qui reposent sur une relation particulière à l’espace et à la communauté des usagers, distincte de ce qui se joue sur les espaces agricoles privés.

Les effets ambigus de la réforme de la PAC de 2014

  • 21 On nomme « portefeuille » la référence définie en 2015 du nombre de DPB activables chaque année par (...)
  • 22 La convergence interne vise à harmoniser progressivement, à l’échelle nationale, les montants unita (...)

20Paradoxalement, la réforme de la PAC de 2014, en renforçant le soutien à l’élevage de montagne et aux espaces pastoraux, vient percuter cet équilibre. En effet, l’attribution de droits à paiements de base (DPB) sur les surfaces d’altitude introduit une forme de rente individuelle sur les surfaces collectives. En effet, la France a choisi de ne pas attribuer les DPB aux gestionnaires collectifs, mais de les rapatrier dans les « portefeuilles »21 individuels des éleveurs transhumants, les surfaces activables étant ensuite calculées chaque année au prorata temporis des UGB estivées. Sans entrer ici dans le détail des calculs, nous pouvons en retenir plusieurs éléments défavorables aux dynamiques collectives. Dans un premier temps, au moment de la définition des références individuelles en 2015, certains éleveurs ont cherché à maximiser leur portefeuille en augmentant le nombre d’animaux estivés ou la durée de transhumance. Compte-tenu des surfaces totales généralement très élevées des estives, ce que l’on qualifie généralement par euphémisme une « optimisation » peut avoir un impact très important sur le montant annuel des aides directes perçues par chacun, d’autant plus que les montants par hectare augmentent chaque année du fait de la convergence interne22. Par ailleurs, les modes de calcul des hectares théoriques attribués chaque année aux éleveurs transhumants contribuent à figer les situations puisque l’on peut considérer en forçant (très peu) le trait, que toute modification dans les effectifs transhumants ou tout accueil ou départ d’un éleveur conduit à diminuer le total des DPB perçus sur l’estive. In fine, on peut considérer que la mise en œuvre des DPB sur les estives à partir de 2015 a introduit un bouleversement majeur dans la relation des éleveurs aux espaces d’altitude. D’un point de vue strictement fourrager, à l’instar de l’ensemble des ressources pastorales spontanées, les espaces d’altitude étaient considérées comme marginaux face aux surfaces intensifiées de plaine, ils constituaient la seule richesse des éleveurs de montagne. Parce qu’ils génèrent des DPB, ces espaces deviennent source de richesse monétaire et non plus uniquement pastorale. La volonté d’accéder ou de maintenir l’accès à cette rente produit de nouvelles formes de concurrence dans l’accès aux espaces pastoraux, qui fragilise le fonctionnement collectif des estives et les hiérarchies traditionnelles liées aux droits d’usage.

21En effet, les principaux bénéficiaires des aides PAC sur les estives ne sont pas nécessairement les éleveurs ayants droit mais bien ceux qui ont les plus gros troupeaux, donc ceux qui disposent de davantage de ressources hivernales, souvent des éleveurs de plaine ou de piémont. La référence aux droits d’usage maintenue à travers les siècles pour protéger les éleveurs de haute montagne des tentatives de captation exogène de la ressource pastorale se heurte désormais aux références individuelles de DPB définies en 2015. A l’heure où la principale richesse de tous les agriculteurs européens, c’est leur portefeuille de DPB, ces paroles d’éleveur recueillies en 2000 paraissent étrangement datées :

C’est notre richesse, moi je parle des zones de montagne, les cantons, tous les cantons de montagne, c’est notre seule richesse (…). Si un jour on voulait diminuer le nombre de bêtes, moi je dirais, ces gens-là [qui ne sont pas en haute montagne] ils peuvent travailler d’une autre façon, parce que tout le monde n’estive pas, dans la plaine. Nous on peut pas faire autrement, priorité à nous, et puis les autres. Eux ils ont la chance, ils ont tout plat, ils ont des structures d’un seul tenant ceci, cela, c’est leur richesse, ils peuvent faire des céréales (…). Nous, on peut pas, nous la seule richesse qu’on a c’est l’estive, qu’on puisse en profiter le plus possible. »

22Ainsi, un mécanisme de soutien public conçu pour reconnaître et soutenir l’élevage pastoral semble porter en lui-même, par méconnaissance, les germes d’une possible implosion des cadres collectifs ayant permis le maintien de ce type d’élevage pourtant mis à mal pendant plus de 50 ans par le modèle moderniste dominant. Tout se passe comme si la principale force du pastoral avait toujours été sa faible valeur le mettant à l’abri des convoitises. Du fait des flux financier qu’il génère, on peut aujourd’hui se demander s’il saura résister aux logiques individualistes de captation de rente.

De l’importance du maintien des droits d’usage

23Certains signaux faibles laissent cependant apercevoir le potentiel encore transgressif du saltus et de ses cadres collectifs de gestion comme levier pour l’installation. A l’heure actuelle, même s’il répond toujours à certaines attentes de la société, notamment en matière de bien-être animal ou de pratiques douces pour l’environnement, l’élevage pastoral atteint certaines limites. Face aux dynamiques de reterritorialisation de l’agriculture (Rieutort, 2009), son insertion dans les filières industrielles pose réellement question, et les démarches de plus en plus fréquentes dans le domaine de la vente directe ou de la démarcation par la qualité restent très minoritaires. Surtout, ces systèmes extensifs mobilisent des surfaces et des troupeaux de plus en plus importants, qui rendent parfois difficile la reprise par excès de capital et qui surtout bloquent le foncier pour de nouvelles installations. Ainsi, alors que les surfaces en déprise ont pu, pendant des décennies, constituer un réservoir pour l’installation, la montagne est désormais elle aussi confrontée aux problèmes de disponibilité du foncier. Pourtant, les candidats à l’installation sont nombreux, souvent porteurs, par choix ou par nécessité, de projets fortement territorialisés alternatifs au modèle pastoral dominant : petits fruits, maraichage, élevage de granivores, petite transformation fromagère, etc. Une étude récente menée pour l’ADEAR de l’Ariège par un groupe d’étudiants de la licence professionnelle « gestion et animation des espaces montagnards et pastoraux » a permis de mettre au jour un usage nouveau et méconnu des espaces pastoraux collectifs par ces nouveaux agriculteurs installés en haute montagne. Usant de leur droit d’usage, plusieurs d’entre eux associent à leur production principale un petit élevage tout à fait secondaire qu’ils estivent afin de bénéficier d’aides directes (DPB) que leurs très faibles surfaces d’exploitation ne leur offrent que de façon confidentielle. Par les aides directes qu’il génère plus que par la ressource fourragère qu’il offre aux troupeaux, l’espace pastoral se retrouve ainsi à l’heure actuelle dans une situation comparable à celle de toutes les ressources communes d’avant la Révolution : d’abord accaparé par les puissants mais toujours disponible pour les plus modestes, à travers ses modes de gestion collectifs maintenus et réinventés à chaque génération.

Conclusion :

24Dans les représentations collectives, le pastoralisme apparaît comme un idéal-type de l’ancrage de l’élevage dans ses territoires, associé aux traditions et aux grands espaces naturels. Dans un contexte de remise en cause croissante de l’élevage au nom de ses effets environnementaux et de la condition faite aux animaux (et parfois aux hommes qui les élèvent), l’élevage pastoral apparaît comme un havre de paix et de liberté. Pourtant, si cette représentation renvoie évidemment à certains éléments tangibles, elle repose principalement sur une forme de mythification, sans réelle connaissance des réalités et enjeux du pastoralisme actuel. Pour être de « bons pasteurs », éleveurs et bergers sont donc à la fois sommés de demeurer conformes à l’image d’une symbolique pastorale intemporelle et de se porter garants d’une biodiversité ailleurs mise à mal. Fragilisés par ces formes d’assignation sociale, notamment dans le cadre de l’intensification de la présence des grands prédateurs, les éleveurs pastoraux résistent à ces injonctions, et peinent à faire comprendre et reconnaître les spécificités de leur rapport à l’espace et aux troupeaux. La semi-liberté des animaux sur la montagne et la discrétion de la présence humaine, pourtant réelle, sont parfois interprétées comme abandon et absence de care. Le travail du berger, qui parcourt la montagne dès le point du jour pour faire le tour des bêtes est contesté en référence à la figure du pâtre en transhumance cheminant aux côtés de son troupeau groupé. In fine, tout le monde à quelque chose à dire sur les pratiques des éleveurs et des bergers, « placé[s] en position de médiateur[s] (…) entre les groupes sociaux urbanisés et la nature [et] toujours décalés par rapport à nos désirs de campagne » (Rémy, 2007, p. 17).

25Au-delà de ce regard exogène, ce qui fonde la dimension territoriale du pastoralisme tient à la spécificité des ressources mobilisées et au caractère collectif de leur mise en valeur. Figurant parmi les dernières survivances de ressources communes, les surfaces pastorales ont donné lieu à des formes d’organisation pérennes, garantissant une mise en valeur des ressources à l’abri des logiques d’accaparement individuelles. Les dispositifs de soutien actuels, par méconnaissance, fragilisent ces modes de régulation, qui offrent à tous, sur une base territoriale, un accès équitable aux ressources. A l’heure de la montée en puissance des communs, il y a sans doute un enjeu heuristique et politique certain à comprendre et protéger la spécificité de ces modes d’élevage dans leur lien au territoire.

Haut de page

Bibliographie

ACAP, 2013, Bilan du Plan de Soutien à l’Economie Montagnarde 2007-2013 et perspectives 2014-2020. Analyse évaluative : réalisations, résultats et impacts, 43 p., http://draaf.occitanie.agriculture.gouv.fr/Plan-de-Soutien-a-l-Economie-de.

ARBOS P., 1922, La vie pastorale dans les Alpes Françaises, Paris, Armand Colin, 718 p.

ACAP (association des chambres d’agriculture des pyrenees), 2011, Pastoralisme, agriculture et territoires de montagne, vers une stratégie pyrénéenne partagée, 110 p. http://www.agriculturepyrenees.fr/travaux-prospectifs-et-propositions/les-etudes-techniques.html

BALENT G., BARRUE-PASTOR M., 1986, Pratiques pastorales et stratégies foncières dans le processus de déprise de l’élevage montagnard en vallée d’Oô (Pyrénées centrales), Revue géographique des Pyrénées et du Sud-Ouest, T.57, Fasc.3, p. 403-447.

BARRUET J. (coord.), 1995, La montagne observatoire de la biodiversité, CEMAGREF, 293 p.

BECAT J., 1996, Limites et conflits territoriaux, aménagement et gestion traditionnelle et actuelle du territoire : originalité et banalité de l’Andorre, in BRUNET M., BRUNET S., PAILHES C. (dirs.), Pays Pyrénéens et Pouvoirs Centraux (XVIème-XXème siècles), Association des Amis des Archives de l’Ariège, Conseil Général de l’Ariège, T.1, p. 209-232.

BERTRAND G., 1975, Pour une histoire écologique de la France rurale, in DUBY G, WALLON A. (dirs), Histoire de la France rurale, T.1, Paris, Seuil, p. 37-118.

BRISEBARRE A.-M., LEBAUDY G., 2017, Causses et Cévennes : le pastoralisme dans la gueule du loup (1), Revue Sésame, http://revue-sesame-inra.fr/ Dossier loup – 20 juillet 2017

CAVAILLES H., 1931, La vie agricole et pastorale dans les Pyrénées des Gaves, de l’Adour et des Nestes, Paris, A. Colin, 413 p.

CHARBONNIER Q., 2012, 1972, la loi pastorale française, Cardère éd., 141 p.

CHATELLIER V., DELATTRE F., 2005, Les soutiens directs et le découplage dans les exploitations agricoles de montagne, Economie rurale, n° 288, p. 40-56.

CHEVALIER M., 1956, La vie humaine dans les Pyrénées ariégeoises, Paris, Ed. M. Th. Génin, 1061 p.

DARRE J.-P., L’invention des pratiques dans l’agriculture. Vulgarisation et production locale de connaissance, Paris, Karthala, 1996, 194 p., Coll. Hommes et Sociétés.

DOBREMEZ L., BORG D., 2015, L’agriculture en montagne. Evolutions 1988-2010 d’après les recensements agricoles, Agreste les dossiers, n° 26, 144 p.

DUMONT B., DUPRAZ P. (coord.), 2016, Rôles, impacts et services issus des élevages en Europe. Rapport de l’expertise scientifique collective, INRA, 1048 p.

DURAND A., 1946, La vie rurale dans les Massifs volcaniques des Dores, du Cézallier, du Cantal et de l’Aubrac, Ed. CREER (reprint conforme à l’édition imprimerie moderne 1946), 530 p.

EYCHENNE C., LAZARO L., 2014, L’estive entre « biens communs » et « biens collectifs, Revue De Geographie Alpine-Journal of Alpine Research, 102 (2). URL : http://rga.revues.org/2297; DOI : 10.4000/rga.2297

EYCHENNE C., 2013, Quelles incursions du territoire dans l’évolution d’une politique sectorielle ? Discours et représentations autour de l’agriculture de montagne, Sud-Ouest Européen, n° 34, p. 9-20.

EYCHENNE C., 2014, L’agriculture de montagne, de la marginalité au capital d’innovation, in DUGOT P., THUILLIER G. (dirs.), France : les mutations des systèmes productifs, PUM, p. 383-397.

FERUS, 2017, Table ronde pastoralisme : Ferus apporte des précisions, https://www.ferus.fr/actualite/table-ronde-pastoralisme-ferus-apporte-des-precisions

GARDE L., DIMANCHE M., LASSEUR, J., 2014. Permanence et mutations de l’élevage pastoral dans les Alpes du Sud, Revue De Geographie Alpine-Journal of Alpine Research, 102 (2). URL : http://journals.openedition.org/rga/2405; DOI : 10.4000/rga.2405

GERBAUX F., 1994, La montagne en politique, Paris, Ed. L’Harmattan, 168 p., coll. Logiques politiques, ISBN 2-7384-2678-6.

LAZARO L., 2015, Estives en partage : une approche relationnelle des externalités du pastoralisme collectif pyrénéen, Thèse de doctorat en géographie et aménagement, Université Toulouse Jean Jaurès, 2 vol. (329, 293 p.)

METAILIE J.-P., 1996, « L’invention du pâturage ». La naissance du sylvo-pastoralisme et son application en Ariège (1860-1914), in BRUNET M., BRUNET S., PAILHES C. (dirs.), Pays Pyrénéens et Pouvoirs Centraux (XVIème-XXème siècles), Association des Amis des Archives de l’Ariège, Conseil Général de l’Ariège, T.1, p. 189-208.

OSTROM E., 2010, Gouvernance des biens communs. Pour une nouvelle approche des ressources naturelles, Bruxelles, De Boeck, 301 p.

PAILHES C. (dir.), 1996, Histoire de Foix et de la Haute Ariège, Toulouse, Privat, 288 p.

PORCHER J., 2011, Vivre avec les animaux, une utopie pour le 21ème siècle, Paris, La Découverte/MAUSS, 159 p.

POUX X., NARCY J.-B., RAMAIN B., 2009, Le saltus : un concept historique pour mieux penser aujourd’hui les relations entre agriculture et biodiversité, Courrier de l’environnement de l’INRA, n° 5, p. 23-34.

REMY J., 2007, Une illusion bien fondée ? Le groupe des agriculteurs, communication au séminaire CEVIPOF-INRA-CIHEAM, Les Mondes agricoles en politique, 21 p.

RIEUTORT L., 2009, Dynamiques rurales françaises et reterritorialisation de l’agriculture, L’information géographique, 2009/1, vol. 73, p. 30-48.

SALMONA M., 1994, Les paysans français, le travail, les métiers, la transmission des savoirs, Paris, L’Harmattan, 372 p.

SOULET J-F., 1974, La civilisation matérielle d’autrefois, in TAILLEFER F. (dir.), Les Pyrénées, de la montagne à l’homme, 2ème éd., Toulouse, Privat, p. 249-298.

Haut de page

Notes

1 Thèse de doctorat « Les éleveurs et l’estive. Un regard sur l’action collective » (2003) ; programme de recherche PSDR A-GOUTER (agriculture et gouvernance des territoires ruraux, 2007-2010), programme de recherche AFPYR financé par la Région Occitanie (les associations foncières pastorales dans les Pyrénées, 2015-2017), voir https://afpyr.hypotheses.org/

2 Travaux d’ateliers, de projets tutorés ou de stages : Master « gestion des territoires et développement local-Territoires ruraux » (ex. Master « développement des territoires ruraux », ex DESS « aménagement et développement transfrontaliers de la montagne ») ; Licence professionnelle « gestion et animation des espaces montagnards et pastoraux ». Université Jean Jaurès, site de Foix.

3 La liste en serait longue mais on retiendra notamment Philippe Arbos en 1922 pour les Alpes, Henri Cavaillès en 1931 pour les Pyrénées et plus précisément Michel Chevalier en 1956 pour l’Ariège, ou encore Alfred Durand en 1946 pour le massif central.

4 Selon Georges Bertrand (1975, p. 91-92), le saltus est « l’ensemble des terrains qui ne sont pas régulièrement cultivés et qui n’ont pas de couvert forestier continu et fermé. (…) En rapprochant le saltus du pacage, on a simplement voulu mettre en évidence l’existence, entre le champ et la forêt, d’un milieu écologique de transition, instable, menacé tour à tour par la mise en culture et la recolonisation forestière, et qui a enregistré toutes les fluctuations des sociétés et des économies rurales ».

5 Délégation à l’aménagement du territoire et à l’action régionale créée en 1963.

6 Institut national d’études rurales montagnardes, créé également en 1963.

7 Intégrée à la PAC sous la forme d’indemnité compensatoire de handicaps naturels (ICHN) en 1975.

8 La loi pastorale crée des outils de structuration de l’activité pastorale : groupements pastoraux (associations d’éleveurs), associations foncières pastorales (associations de propriétaires) et conventions pluriannuelles de pâturage. Elle s’accompagne du développement d’une véritable ingénierie pastorale, d’abord portée par les services de l’Etat et à l’heure actuelle plus diversifiée.

9 Et l’inflation du vocabulaire associé : intérêt général, multifonctionnalité, externalités, services environnementaux, fourniture de biens publics, etc. A ce sujet, voir Lazaro (2015).

10 Le rapport s’intéresse ici à l’économie traditionnelle de semi subsistance principalement concentrée dans les Pays d’Europe centrale et orientale et les Balkans, il n’aborde pas les nouvelles formes d’agriculture de semi-subsistance développée dans le cadre de modèles militants et alternatifs, que l’on peut rencontrer en Ariège par exemple.

11 C’est bien le même regard qui a conduit à la labellisation UNESCO du site Gavarnie-Mont Perdu au double titre du patrimoine naturel et culturel et celle des Causses et Cévennes en tant que paysage culturel de l’agro-pastoralisme méditerranéen.

12 Plus de 35 ours en 2017 (une quarantaine sur le massif) sur 17 unités pastorales.

13 A l’exception de l’usage du fusil bien sûr, largement pratiqué autrefois et aujourd’hui interdit.

14 Le domaine dans lequel les évolutions sont peut-être les plus spectaculaires concerne le métier de pâtre. Loin de la condition des cadets de famille, les pâtres bénéficient aujourd’hui de conventions collectives. Les cabanes pastorales doivent évidemment être conformes à la réglementation en matière d’eau potable, de traitement des eaux usées, etc. Les gestionnaires d’estive se trouvent également confrontés à de nouveaux besoins comme le souhait du pâtre de pouvoir accueillir conjoint (e) et enfants à la cabane dans de bonnes conditions.

15 La spécialisation agricole a conduit à la cristallisation en montagne de deux modèles d’élevage très différents : transformation fromagère et AOC dans certains massifs (Jura, Vosges, Alpes du nord, Massif central et ouest du massif des Pyrénées) ; élevage allaitant extensif dans les Alpes du sud, le Massif central et les Pyrénées centrales et orientales.

16 En 2003, en montagne, les aides représentaient 190 % du revenu des éleveurs ovins et 170 % du revenu des éleveurs de bovins viande (Chatellier et Delattre, 2005).

17 Dans les Hautes-Pyrénées, le modèle est assez différent avec le maintien d’un nombre plus important d’agriculteurs locaux (très peu d’installations d’éleveurs extérieurs), pratiquant souvent une pluriactivité en lien avec les stations de ski. Les exploitations sont donc encore de dimension modérée (22 ha en moyenne pour les exploitations pastorales du département, contre 50 ha en Ariège et 92 ha dans les Pyrénées-Orientales, (ACAP, 2011)).

18 A ce titre, la charte de la montagne basque est une démarche exemplaire de réflexion autour du multiusage de l’espace montagnard, portée par les commissions syndicales et le programme Leader. Voir : http://www.iholdi-oztibarre.com/fr/economie/lagriculture/la-charte-de-la-montagne-basque.html

19 Grâce aux financements du PSEM, entre 2007 et 2012 sur l’ensemble du massif : le nombre de pâtres est passé de 150 à 480 (de 60 à 220 pour les bergers/vachers salariés) ; une soixantaine de projets de cabanes ont été déposés ; 22 postes d’animation ont été financés et les travaux d’amélioration pastorale ont été aidés à hauteur de 13 millions d’euros (ACAP, 2013).

20 « Les villageois ont choisi de conserver l’institution de propriété communale comme base pour l’utilisation de la terre et d’autres aspects aussi importants de l’économie villageoise. La survie économique de ces villageois a dépendu de leur compétence dans l’utilisation de ressources limitées. On ne peut envisager la propriété communale dans ces configurations comme les restes d’institutions antérieures (…) » (OSTROM, 2010, souligné par nos soins)

21 On nomme « portefeuille » la référence définie en 2015 du nombre de DPB activables chaque année par un agriculteur, à condition d’exploiter un nombre d’hectares équivalent.

22 La convergence interne vise à harmoniser progressivement, à l’échelle nationale, les montants unitaires des DPB perçus par les agriculteurs. Les surfaces de montagne générant des DPB inférieurs à la moyenne nationale, ils vont augmenter progressivement pour se rapprocher de cette moyenne.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Pastoralisme et grands espaces
Crédits Source S. Laurent
URL http://journals.openedition.org/geocarrefour/docannexe/image/10987/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 573k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Corinne Eychenne, « Le pastoralisme entre mythes et réalités : une nécessaire objectivation - l’exemple des Pyrénées », Géocarrefour [En ligne], 92/3 | 2018, mis en ligne le 15 novembre 2018, consulté le 21 juillet 2019. URL : http://journals.openedition.org/geocarrefour/10987 ; DOI : 10.4000/geocarrefour.10987

Haut de page

Auteur

Corinne Eychenne

UMR CNRS 5193 LISST-Dynamiques rurales, Université Toulouse Jean Jaurès, corinne.eychenne@univ-tlse2.fr.

Haut de page

Droits d’auteur

© Géocarrefour

Haut de page
  • OpenEdition Journals