Navigation – Plan du site

Quand science géographique et gestion technique construisent la notion de risque

Une autre lecture des problématiques d’aménagement dans le nord-est de l’agglomération lyonnaise, des années 1930 à aujourd’hui
When geographical science and technical management build the notion of risk. Another reading of development issues in the north-east of the Lyon conurbation, from the 1930s to the present day
Joseph Ghoul, Thierry Coanus et Isabelle Lefort

Résumés

Le Nord-Est de l’agglomération lyonnaise est un espace presque entièrement anthropisé et doté d’une dynamique économique et urbaine positive. Cependant, cet espace aux portes de Lyon est aussi soumis à différentes formes de risques majeurs (inondation, technologique, nucléaire). Cet article s’intéresse à la manière dont la thématique des risques a été abordée et a circulé au sein de deux corpus : les articles de La Revue de géographie de Lyon et un corpus d’entretiens issus d’une enquête menée auprès des acteurs institutionnels en charge de la gestion des risques majeurs sur l’espace en question. Il met en évidence la double construction des risques et selon des modalités différentes, d’une part comme objet de recherche par les scientifiques de la RGL et de l’autre comme objet opérationnel par les agents des services de l’Etat.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 L’enveloppe maximale des inondations du Rhône et de la rivière d’Ain (fig. 1) procède des différent (...)

1L’industrialisation, le développement urbain et économique, puis plus tard la désindustrialisation et la mise en sécurité vis-à-vis des « risques majeurs » se sont succédés de façon processuelle, et sont même parfois entrés en concurrence dans l’aménagement de Lyon et de sa périphérie. Dans le nord-est de l’agglomération en particulier, ces étapes ont configuré un espace, qui, malgré l’existence de nombreuses dynamiques (périurbanisation, développement industriel, tourisme…) et sa proximité avec Lyon, ne dispose pas de véritable cohérence administrative (fig. 1). Le Rhône et ses débordements ont par ailleurs marqué son histoire de crues parfois dévastatrices1 (1840, 1856, 1928, 1944, 1981, 1990) dont les autorités publiques ont tenté de limiter les effets potentiels par des aménagements fluviaux (digues, barrages…). Mais le fleuve a aussi servi de support aux activités industrielles et nucléaires, génératrices, quant à elles, d’aléas technologiques. En outre, l’espace en question a successivement accueilli différentes installations d’envergure qui rayonnent bien au-delà de l’agglomération centre (Grand Parc de Miribel-Jonage, Groupama Stadium, champ de captage des eaux de Crépieux-Charmy, etc.).

Figure 1 : Le Nord-Est de l’agglomération lyonnaise : un espace à enjeux soumis à plusieurs formes de risque

Figure 1 : Le Nord-Est de l’agglomération lyonnaise : un espace à enjeux soumis à plusieurs formes de risque
  • 2 Créée en 1926 avec la publication des travaux de M. Pardé, et devenue périodique en 1927, la revue (...)

2La prise en compte de « risques majeurs » s’est progressivement formalisée, et ce en interaction avec les enjeux socio-économiques de l’aménagement de l’agglomération. Les conditions de dialogue entre logiques de prévention et logiques d’aménagement ont pris plusieurs formes, impliquant nombre d’acteurs au sein d’une pluralité d’instances. Cet article en retrace les processus au sein de deux corpus : le premier, scientifique, se compose de 138 articles de la Revue de Géographie de Lyon (RGL)2, le second, technico-politique, relève d’entretiens semi-directifs menés au printemps 2016 auprès d’acteurs responsables de la gestion des risques dans le nord-est de l’agglomération lyonnaise (DREAL, DDT, gestionnaires d’infrastructures, intercommunalités, etc.).

  • 3 Les guillemets sont conservés afin de garder ce point en mémoire.

3Le terme « risque » n’est pas ici considéré comme qualifiant une donnée de l’espace, mais comme désignant un processus de construction sociale3. L’hypothèse est faite ici qu’en mettant en miroir ces deux corpus, il est possible de saisir l’acception du mot dans la diachronie d’une revue scientifique d’une part, et dans la synchronie de la gestion contemporaine du risque, d’autre part. Pour chacun d’entre eux, l’analyse a cherché à identifier la manière dont la notion est mobilisée, en localisant l’apparition du terme et en retraçant sa circulation pour mettre en lumière les différentes conceptions qui en pilotent l’usage. Ce faisant, l’article identifie des points de similitude et de divergence au sein de ce double processus de construction de la notion.

Cadre conceptuel et méthodologie

Trois positions pour saisir les risques

4T. Coanus (2010) identifie trois postures principales pour appréhender la notion de « risque », chacune d’elles se fondant sur une perspective particulière et offrant aux acteurs qui les emploient des cadres distincts de réflexion et d’analyse.

5La posture objectiviste revient à considérer les risques comme un produit quasi mathématique d’un aléa et d’une vulnérabilité d’un espace au regard d’un danger potentiel. Les « risques » sont supposés exister indépendamment de tout cadre cognitif, ou de toute prise en compte de la façon dont les sociétés ou les individus pourraient aborder la situation. Cette posture est essentiellement portée par les représentants des sciences de la Nature (hydrologie, géologie, écologie…) ainsi que par les professionnels de la gestion des risques (services de l’État et des collectivités, gestionnaires d’infrastructures…). Cette posture conduit généralement à opposer les risques dits objectifs, formalisés via une démarche scientifique par des agents légitimes pour le faire, et les risques dits subjectifs (ou perçus). Ces derniers, forgés par des riverains de la source de danger ou certains médias, seraient le produit de perceptions non valides scientifiquement, et donc réputées déformées, voire erronées.

6La posture culturaliste ne remet pas en cause la précédente : questionnant peu ou pas la définition objectiviste des risques, elle se focalise sur l’appropriation et la compréhension des risques, tels que définis par la posture objectiviste, par les populations riveraines de la source de danger – et donc sur les risques perçus. Les chercheurs, souvent issus de certaines SHS, étudient alors les comportements et les modes de pensée des riverains (leur « culture »). Ils s’attachent prioritairement à mettre en lumière les écarts vis-à-vis des conceptions portées par les autorités scientifiques ou technico-administratives, dans le but de les identifier, puis de les atténuer en proposant des solutions, généralement en termes de communication.

  • 4 L’expression « construction du risque » pourrait également s’entendre comme désignant le processus (...)

7La troisième posture, dite constructiviste, considère que les pratiques et représentations de tous les acteurs, quels qu’ils soient, contribuent à une construction individuelle ou collective du « risque ». Elle « consiste à définir le risque non pas comme un objet quasi matériel, […], mais comme une représentation, […], (c’est-à-dire le) produit d’une activité mentale, individuelle et collective, qui vise à anticiper un futur plus ou moins proche par une opération de projection » (Coanus, Duchêne, Martinais, 2004, p. 20). La définition de ce qui fait « risque » est alors indexée aux dynamiques socio-territoriales touchant un espace donné. De même, elle dépend de la manière dont un danger particulier est identifié et caractérisé par les acteurs en présence. Pour les tenants de cette posture, les « risques » n’existent pas indépendamment du contexte urbain, social, politique et historique dans lequel ils sont socialement construits4.

Une revue qui s’inscrit au long cours dans une perspective d’aide à la décision

8Le choix de la RGL s’explique d’abord par la continuité de sa publication et son intérêt pour la région lyonnaise et sa périphérie. En analysant le corpus de la revue, il est possible de suivre les modalités de saisie et l’outillage notionnel dans le champ disciplinaire géographique, ainsi que les principaux projets d’aménagement qui se sont concrétisés (ou non) au cours des décennies, leurs évolutions au regard de choix politiques, ou encore de décisions de protection vis-à-vis de certaines formes de « risque ».

9L’ambition opérationnelle de la revue est signalée dès la préface du deuxième volume de 1926. A. Cholley y explique la volonté d’organiser, à propos du Rhône, de ses affluents et des territoires connexes (le couloir rhodanien, Saône comprise), « une enquête scientifique permanente, susciter des courants d’idées, créer entre les chercheurs et aussi entre les foyers d’activité et de pensée dispersés au long de cet axe rhodanien un organe de liaison efficace » (1926, p. 10). C’est précisément ce positionnement qui rend la revue pertinente pour notre démarche.

  • 5 A titre d’exemple, pour les trente ans de la catastrophe de Feyzin, en 1996, était publié un dossie (...)

10Pour sélectionner et trier les articles afin de constituer le corpus d’analyse, il a été choisi de prendre appui sur des récurrences de thèmes et de mots-clés, en lien avec les dynamiques fluviales ou encore l’environnement. La frise de la figure 2 en rend compte et contextualise ces données vis-à-vis d’évènements politiques, économiques et sociaux auxquels s’adossent les articles publiés5.

Figure 2 ; Chronologie des mots-clés dans la RGL / Géocarrefour

Figure 2 ; Chronologie des mots-clés dans la RGL / Géocarrefour

Cette frise chronologique retrace l’apparition des mots-clés et marqueurs qui ressortent dans es articles sélectionnés. Ils ont été attribués par nos soins après lecture des articles et/ou ont été directement indiqués par les auteurs. On peut lire sur la frise l’apparition comme la disparition de certaines thématiques corrélées à des évènements particuliers (mise en service d’aménagements du Rhône, inondations, catastrophes industrielles, numéros spéciaux de la revue…).

La thématique du risque : une apparition assez tardive dans le temps long de la revue

  • 6 Notons que ce premier usage du terme est différent des définitions actuelles du ministère de la Tra (...)

11Le terme « risque » apparaît pour la première fois dans le quatrième volume, où M. Pardé, à la suite de la crue de 1928, dresse une succession de préconisations à destination des services compétents : « à eux de dire, si étant donnée l’improbabilité du risque et la très faible fréquence de crues aussi démesurées, de nouveaux travaux de protection sont économiquement recommandables »6 (Pardé, 1928, p. 346). Cependant, mis à part ce premier usage, le terme « risque » est absent jusque dans les années 1970. Cette absence constitue en soi l’indice d’une construction sociale, située, de la notion et de son usage, puisque les inondations, les accidents industriels et autres pollutions et dégradations de ressources ont été analysés, documentés et étudiés dans la RGL tout au long du xxe siècle. Pendant cette première période, les géographes s’intéressent aux phénomènes physiques qu’ils cherchent à qualifier et quantifier, dressent les conséquences des inondations, suggèrent des aménagements pour en prévenir la survenue, dans une perspective d’aide à la décision : ses auteurs participent ainsi à une « gestion des risques » qui n’en a pas encore le nom.

  • 7 Cette expression est diffusée en France par P. Lagadec, qui soutient en 1978 une thèse en sciences (...)
  • 8 Ministère de la transition écologique et solidaire, 2009, « Définition générale du risque majeur », (...)

12Mais il faut attendre les années 1980 pour que les directives Seveso (1982, 1996 et 2003), la loi Barnier (1995) et la loi Bachelot (2003) diffusent progressivement en France la notion de « risque majeur »7. Elle est actuellement définie par le ministère de la Transition écologique et solidaire (MTES) comme « la possibilité d’un événement d’origine naturelle ou anthropique, dont les effets peuvent mettre en jeu un grand nombre de personnes, occasionner des dommages importants et dépasser les capacités de réaction de la société »8. Son existence est liée « à la présence d’un événement, qui est une manifestation d’un phénomène » et « à l’existence d’enjeux, qui représentent l’ensemble des personnes et des biens pouvant être affectés par un phénomène ». Parallèlement, c’est à cette période, dans les mêmes années 1980, que la thématique des risques tente de se structurer dans le champ scientifique, notamment du côté des SHS (Gilbert, 2013).

13Dans la RGL, les articles traitant du « risque majeur » apparaissent à la même époque. Trois indicateurs ont été utilisés pour qualifier la posture des chercheurs (fig. 3) : la présentation de l’objet (comment est-il défini ? comment les auteurs se réfèrent-ils aux phénomènes physiques ou aux évènements ? comment sont abordées les notions de danger et de risque ?), la formulation de la problématique et du questionnement ainsi que le positionnement épistémologique de l’auteur, lorsqu’il est exprimé. Ce travail de classification résulte de l’analyse des articles et des métadonnées associées (mots-clés, résumé ou bibliographie).

Quand les géographes parlent du risque

De 1927 aux années 1970 : des approches descriptives des inondations

  • 9 Dans le volume 86/3-4 de Géocarrefour, I. Lefort (2011) relève l’importance du Rhône dans la recher (...)

14Le Rhône est un objet central de la géographie lyonnaise, thématiquement traité de façon très diverse9. Durant les premières années de la revue, l’accent est mis sur l’hydrologie du fleuve, son régime, ses niveaux d’eau, sur les réserves de matériaux qu’abritent ses lits, sur son aménagement et la navigation, ainsi que sur les crues et inondations (Guillemain, 1934 ; Desaunais, 1938). En 1929, M. Pardé (cité par A. Allix, 1930) alerte avec vigueur quant à la nécessité de reprendre les études hydrométéorologiques, interrompues faute de crédits : « A notre avis, jusqu’à la fin du monde civilisé, désormais, on devrait, pour toute rivière importante, calculer les débits journaliers et les publier ». A. Allix poursuit en soulignant que « toute restriction, non imposée par des raisons scientifiques, qui pourrait être faite dans la série des observations actuellement poursuivies, serait une négligence dangereuse, pour ne pas dire coupable » (Allix, id., p. 97-98). En effet, l’insuffisance en matière de données contribue à produire des représentations erronées, car trop simplistes, du comportement du fleuve

15Jusque dans les années 1940, les auteurs, principalement géographes, traitent des crues ou des inondations qui ont touché les espaces riverains du Rhône. L’approche est principalement descriptive, tantôt détaillant les conditions physiques de débordement du fleuve (hauteur d’eau, débits, profil du Rhône…), tantôt attribuant aux phénomènes une valeur plus dramatique. Ainsi, dans un article relatif aux crues de 1924, M. Pardé (1927) fait mention des précipitations qui ont conduit à la crue : « Ajoutons, pour compléter le tableau de ce cataclysme, qu’une véritable exubérance de manifestations électriques l’accompagna partout. […] Certes, cette région n’ignore pas les excès du climat méditerranéen, mais personne sans doute n’imaginait qu’il put comporter un écroulement aussi apocalyptique des cataractes célestes ». Ailleurs, M. Pardé qualifie la crue de « véritable chaos », de « catastrophe » ou encore de « cataclysme ».

16Les chercheurs se concentrent alors sur les perturbations climatiques et l’influence des conditions météorologiques sur la montée des eaux. De nombreux d’articles méthodologiques proposent des protocoles d’étude et les mettent ensuite en application (Fischer, 1930, 1931).

17A partir des années 1940 et jusque dans les années 1970, les auteurs évoquent les inondations en s’attachant aux phénomènes physiques, de facto de manière objectiviste, sans interroger les représentations que peuvent en avoir les populations touchées, ni les gestionnaires opérationnels. Ils retracent de manière quasi chronologique le déroulement des crues, en passant d’une commune inondée à l’autre (ampleur des dégâts, effets sur les communes aval, etc.). Ces études s’appuient généralement sur une multitude de données physiques (hauteur d’eau, pluviométrie, débit, étiage…).

18Par la suite, des années 1970 au début des années 1980, peu d’articles traitent des inondations. Cet écart peut s’expliquer par l’absence de crue importante du Rhône, mais aussi par l’inflexion vers une « géographie générale » qu’a prise la revue aux alentours des années 1960 : cette spécialisation laisse moins de place à la pratique d’une géographie régionale (Lefort, 2011).

À partir des années 1970 : les problématiques environnementales s’imposent aux logiques techniques

19À la fin des années 1970, apparaissent les préoccupations environnementales : certains articles traitent du rôle des nouveaux acteurs en charge de la pollution (Houssel, 1973 ; Ravier, 1979), d’autres résument les premières études écologiques et d’impact environnemental en Rhône-Alpes (Tombal, Bris, Linder, 1979 ; Savey, 1992), d’autres encore s’interrogent sur la préservation des ressources du Rhône ou des milieux riverains (Avocat, 1975 ; Lebreton, Falk, 1980). Ces articles font écho à des projets d’aménagement (liaison Rhin-Rhône, Grand Parc, etc.) ainsi qu’à une volonté politique de planification (Plan Rhône, bilan écologique d’espaces anthropisés, etc.). Les géographes questionnent le rôle des perturbations anthropiques sur les milieux et contestent les aménagements planifiés sur le Rhône. J.-P. Bravard (1982) rend ainsi compte de la vive controverse relative au projet de barrage de Loyettes (Ain) qui, malgré son inscription dans le plan de développement territorial au début des années 1970, finira par être abandonné.

  • 10 Il faut noter, dans le cas du Haut-Rhône, le rôle joué, à partir des années 1970, par les acteurs u (...)

20Le début des années 1980 marque ainsi le début d’une période de planification et de réflexion plus globale sur le Rhône. Les programmes interdisciplinaires en environnement (PIREN), lancés par le CNRS pour chaque grand fleuve, ont pour objectif d’en étudier le fonctionnement et de fournir une aide à la décision, tout en promouvant la recherche appliquée à l’environnement10. Les géographes de la RGL participent ainsi au PIREN du Haut-Rhône (Roux, 1982). G.-C. Ravier (1982) propose une méthodologie pour cartographier les zones submersibles de l’agglomération lyonnaise, alors novatrice dans la prévention des inondations. Les cartes produites ont des fins réglementaires et serviront de base aux futurs Plans de Prévention des Risques d’inondation (PPRi).

21Pour sa part, G.-C. Ravier (1982) souhaite identifier les zones potentiellement inondables sur Lyon et Villeurbanne. Il procède en trois temps : évaluation préalable des « contraintes » en s’appuyant sur différentes études, ce qui lui permet de connaître la probabilité d’occurrence, la gravité et l’origine du danger ; cartographie des lits fluviaux et de la typologie des rives pour spatialiser les crues ; élaboration d’une carte de submersibilité en précisant ses choix graphiques pour correspondre au mieux à une application urbaine (échelle, projection, représentations graphiques…). L’approche est similaire de celles mises en place plus tard par les différents services de l’État en charge de la prévention des inondations. L’objectif est ici de cartographier les zones inondables dans une logique de protection de l’agglomération lyonnaise. De manière plus large, cette initiative entre dans un « projet national de cartographie des “plans d’exposition aux risques naturels prévisibles” » (p. 263). Il est alors fait mention du manque d’information et de la mauvaise coordination des responsables, ainsi que des difficultés dans l’information des populations. Le terme « risque » apparaît bien dans l’article de G.-C. Ravier, mais dans une acception qui se réfère, non sans prudence, aux productions du tout nouveau Commissariat à l’étude et à la prévention des risques naturels majeurs (voir note 7) – soulignant au passage la difficulté d’en déterminer le sens précis : « le concept de ”risque naturel” est lui-même suffisamment complexe pour favoriser toutes les interprétations, notamment quant au degré de danger considéré, à ses limites, aux ”seuils” séparant le risque potentiel et le risque ”actif” (mais mineur), le risque ”diffus” et la “catastrophe” » (p. 263). Au-delà, les inondations quinquennales des années 1981, 1982 et 1983, importantes pour la région, seront bien traitées par la revue mais sur le mode mineur, et très classique, des « chroniques hydrologiques ».

22Par l’intermédiaire des projets de planification et de ces nouveaux « outils de recherche fondamentale et appliquée », la revue réaffirme son rôle d’aide à la décision locale, ce dont J.-P. Bravard témoigne dans l’éditorial du volume 64/4 (1989, p. 190) : « le contenu des articles est révélateur des préoccupations de la géographie lyonnaise et stéphanoise qui est par tradition davantage préoccupée de l’aménagement du territoire, et singulièrement du Rhône, que de dynamique fluviale, qu’elle soit fondamentale ou appliquée ». La portée opérationnelle de la revue est renforcée et les perspectives d’étude du Rhône changent : les chercheurs s’interrogent quant aux interactions avec les villes que le fleuve traverse, à ses paysages, au rôle des acteurs en charge de sa gestion ou encore à ses réserves d’eau. Les crues du Rhône et les inondations qui leur sont consécutives sont ainsi étudiées dans l’optique d’améliorer la protection des zones urbanisées.

  • 11 La thématique du nucléaire revient ponctuellement en 1993 dans un autre article, « Rhône-Alpes, rég (...)

23Notons, en outre, la parution d’un numéro thématique dédié au « nucléaire rhodanien » en 1987, l’année qui suit la catastrophe de Tchernobyl11. Les articles concernent la production d’électricité, les retombées économiques du nucléaire sur l’agriculture. S’y trouvent également des essais de « sitologie », ou encore des monographies sur les transformations des communes « nucléaires ». Les considérations ayant trait aux menaces ou aux risques nucléaires sont évacuées dès l’introduction du numéro : le « débat écologique » y est alors rabattu sur « l’impact visuel des centrales » et sur la « pollution thermique opérationnelle de l’atmosphère et, surtout, de l’hydro-biosphère » (Chabert, 1987, p. 142).

La notion de risque : approches critiques

  • 12 La notion de risque et des usages sont bien plus anciens, notamment dans le champ environnemental ( (...)

24La thématique des « risques » apparaît en tant que telle12 dans le numéro 71-1 de 1996 : « le problème traité ici porte donc sur des situations extrêmes, peu fréquentes mais aux conséquences graves » (Donze, 1996, p. 3) et mobilise plusieurs notions issues des directives-cadre (aléa, probabilité, gravité, risque, enjeux…). Les sujets traités sont divers : un article interroge les relations entre les industries chimiques et le développement urbain, un autre s’intéresse à l’influence des facteurs météorologiques sur la pollution atmosphérique, un autre encore propose une évaluation des risques liés au stockage et transport d’hydrocarbures, etc. Les auteurs illustrent tous un positionnement scientifique de type objectiviste, tenant pour acquise la définition institutionnelle des risques, à l’exception d’un seul qui propose une analyse des démarches de négociation entourant la gestion des risques technologiques (Martinais, 1996).

25Par la suite, les articles traitant des « risques » deviennent plus nombreux (une vingtaine en quinze ans). En 2007, dans le volume 82/1-2 intitulé « Risques : de la recherche à la gestion territorialisée », huit articles interrogent différents registres de la gestion des risques : dialogue malaisé entre gestionnaires et riverains, discours de la presse et représentations qu’elle diffuse... Les géographes y déploient cette fois des positionnements principalement culturalistes. J. Donze signale, en outre, les articles faisant appel à la notion de vulnérabilité (Gleyze et Reghezza, 2007 ; Rufat, 2007), concept qu’il décrit comme « non stabilisé, du moins dans le domaine de la gestion du risque » (Donze, 2007, p. 3). À partir des années 1990-2000, certains auteurs de la RGL ont développé des postures culturalistes, voire constructivistes (fig. 3), par exemple à l’occasion d’une analyse des normes et négociations régissant l’élaboration des PPR – bien que le choix de la posture relève parfois de l’implicite (Moulin et al., 2013).

Figure 3 : Nombre d’occurrences des mots-clés « inondations », « pollution » et « risque » (gauche) et postures adoptées par les chercheurs ayant travaillé sur la thématique des risques (droite)

Figure 3 : Nombre d’occurrences des mots-clés « inondations », « pollution » et « risque » (gauche) et postures adoptées par les chercheurs ayant travaillé sur la thématique des risques (droite)

26L’analyse de ce premier corpus permet d’identifier, d’une part, la chronologie tardive de son apparition alors que les objets liés (inondations en particulier) y sont traités depuis les origines de la revue et d’autre part, un tuilage de postures scientifiques, glissant d’une approche globalement objectiviste à une posture de type culturaliste. Or, durant la même période, les décisions politiques et législatives ont peu à peu construit une définition institutionnelle, celle de « risque majeur ». Le champ politique, qui légifère et réglemente, interfère donc avec celui de la production de connaissances à visée scientifique, dont les protocoles et les méthodes ont paradigmatiquement évolué, passant de saisies purement objectivantes, à des visées intégrant davantage le champ social et ses représentations.

27Un processus analogue de construction de la notion est mis en évidence ci-après dans un corpus de douze entretiens, réalisé au printemps 2016 auprès d’agents des services de l’État en charge de la gestion des risques.

La diffusion de la notion de risque

Les risques majeurs, des construits opérationnels

28Du fait de leur double appartenance au monde technique d’une part (ne serait-ce que par leur formation), et au monde administratif d’autre part, les agents des services en charge de la prévention et de la gestion des risques (DDT, DREAL, CEREMA, MTES…) adoptent assez spontanément une conception objectiviste des risques. Ainsi, une situation dite « à risque » correspond à la simultanéité d’un (ou plusieurs) aléa(s) et d’une vulnérabilité particulière d’un espace vis-à-vis d’un danger. Cette définition est à la base de la mise en place des PPR qui croisent sur un même document les cartes d’aléas et de vulnérabilité d’une commune au regard d’un phénomène particulier (inondation, accident technologique ou nucléaire, etc.).

  • 13 Ainsi, à un moment donné, le report d’un périmètre sur une carte (zonage) représente moins « la réa (...)

29Interrogés sur les modalités de production des PPR, les agents concèdent que les cartes de vulnérabilité sont issues d’un dialogue avec les personnes et organismes associés à leur élaboration, et qu’elles ne sont par conséquent pas « objectives ». Un agent témoigne : « Là, on veut rougir, et la collectivité dit “Non, ici on a un projet. Bleu foncé”, donc on transige, on fait du bleu foncé, mais très “dur”. Parce qu’il n’y a pas de vérité en prévention des risques, il y a des choix, il n’y a pas de vérités avérées. Personne n’a raison ou tort. Il y a un choix et c’est toujours un compromis entre perspective de développement du territoire et sa sécurité ». Les cartographies, qui servent de support à la gestion des risques et se présentent comme l’expression d’une objectivité en la matière (mesure et quantification), résultent ainsi de négociations entre plusieurs parties dont les objectifs peuvent diverger13.

30Les agents de l’État considèrent donc des représentations tierces, prennent en compte les différents acteurs en présence et échangent avec eux. Ils oscillent donc continuellement entre des positions se revendiquant d’une objectivation technique, législative ou réglementaire, et des postures tenant compte d’autres approches. Ils peuvent même envisager des définitions alternatives des risques : le contenu de la notion de « risque » n’est donc pas posé une fois pour toutes, puisqu’il est aussi fonction d’interactions sociales dynamiques.

Le risque majeur vu par les autres gestionnaires : une construction plurielle

31Les acteurs locaux, souvent juridiquement responsables de la sécurité (élus), se réapproprient les « cartes de risque » au regard des enjeux économiques, sociaux et politiques ou des projets d’aménagement dont ils sont les porteurs. Les acteurs communaux comprennent les risques et leur cartographie en termes de contraintes d’aménagement ou de restrictions pour le développement de la commune. Ces acteurs ont souvent tendance à en avoir une saisie très localisée au sein du territoire dont ils ont la charge.

32Les gestionnaires de grandes infrastructures ou d’intercommunalités, quant à eux, ont tendance à concevoir les risques bien au-delà de leurs simples prérogatives administratives. C’est le cas d’un agent de la Métropole de Lyon, qui liste l’ensemble des risques qu’il identifie dans la périphérie de l’agglomération : l’inondation, la pollution des réserves d’eau potable et des nappes phréatiques, le transport de matières dangereuses, les risques nucléaires et plus largement technologiques, le transport des matières dangereuses, etc. Ces nombreuses formes de « risque » lui imposent une vision globale, plus systémique, du fonctionnement de la Métropole.

  • 14 Société publique locale de gestion des espaces publics du Rhône Amont. Cette société est en charge (...)
  • 15 ARS : Agence régionale de santé, antenne du ministère en charge des Affaires sociales et de la Sant (...)

33De même, les agents de la SPL SEGAPAL14 disposent d’une vision systémique de leur site : « On est concerné par la question du risque d’inondation, mais aussi de baignade. Dans la mesure où on a des plages officielles, elles bénéficient d’un suivi de qualité de la part de l’ARS15. On est évidemment aussi attentifs aux risques de pollution et en particulier la remise en eau de la lône de Jonage. […] Alors, ça pose un vrai problème, et il y a aussi des limites de protection de captage. La question du coût a été posée au bureau d’études, avec une analyse de la vulnérabilité du site aux risques de pollution et la prévention du risque de pollution ». Les quatre « vulnérabilités » identifiées correspondent aux grandes vocations portées par les structures gestionnaires du Grand Parc, qui sont respectivement l’écrêtage des crues, l’accueil récréatif de population, la protection de la biodiversité et la préservation du champ de captage des eaux de l’agglomération.

  • 16 L’expression « culture du risque », très utilisée dans le monde de la gestion des cours d’eau, méri (...)

34Ces acteurs, responsables de l’application des documents d’urbanisme et de planification, adoptent une posture objectiviste issue de leurs échanges avec les services de l’État, et ne la remettent généralement pas en question. Mais pour eux, les « risques » et leur prévention sont une priorité parmi d’autres dont il est important d’informer « la population ». Ils s’entendent généralement sur la nécessité de diffuser une « culture du risque »16 à leurs différents interlocuteurs, en particulier aux riverains. Un agent de la DDT de l’Ain témoigne : « On rencontre souvent des blocages et développer la culture du risque, c’est vraiment une politique que l’État doit porter, et il ne peut pas la porter seul. Il lui faut des relais locaux, notamment auprès des élus. C’est un axe sur lequel il faut que l’on insiste et il faut qu’on fasse mieux que ce que l’on fait actuellement. Parce que la population a du mal à s’approprier, à s’acculturer à la présence d’un risque ». Notons au passage que la posture objectiviste conduit à associer « population » et défaut de perception, sans que l’on s’interroge sur la présence de représentations alternatives à celles que proposent les agents de l’État, ni sur leur légitimité éventuelle.

35En outre, les évolutions réglementaires récentes, en particulier la réforme de gestion des milieux aquatiques et de prévention des inondations (GEMAPI) ou l’application de la directive Seveso III, poussent l’ensemble des acteurs à modifier la manière dont ils conçoivent les « risques ». Un agent de la DREAL Auvergne-Rhône-Alpes explique les modifications apportées par la directive Seveso III : « Sur le territoire national, dix à quinze pour cent des [installations classées] Seveso ne le seront plus. Mais pour les nouveaux sites Seveso, des “néo-assujettis” par cette réglementation, il n’y aura pas de PPRT, mais on va s’engager directement avec l’industriel. C’est une évolution de la réglementation. […] On a effectivement un œil différent, même si le potentiel de danger n’a pas évolué. L’appréciation de ce danger a évolué ». Les évolutions réglementaires modifient donc aussi les conceptions que portent et diffusent les agents des services de l’État.

36Dans le quotidien des acteurs opérationnels, la notion de « risque », présentée dans un premier temps comme « objective », se révèle souvent réinterprétée au regard des enjeux, pratiques ou habitudes qu’ont les acteurs en charge de sa gestion. La posture qu’ils adoptent, loin d’être rigide, oscille entre des conceptions et des définitions annexes, qui en altèrent évidemment le contenu « objectif », tel qu’il procéderait de la seule mesure.

Conclusion

37Cette mise en perspective des deux corpus – l’un diachronique et scientifique, l’autre contemporain et technico-politique – éclaire l’évolution des modalités de prise en compte des « risques » dans le cadre des pratiques d’aménagement. Alors même que la RGL se positionnait dès les années 1920 à l’interface de la science et de l’action, le terme « risque » n’y apparaît que dans les années 1970, avec sa montée en puissance dans le champ législatif au début des années 1980. Cette chronologie éclaire la nécessité de prendre en charge la notion via une posture de type constructiviste.

38Symétriquement, dans le champ de l’action opérationnelle, même si les outillages, en particulier cartographiques, participent d’une essentialisation du « risque » qui pourrait entériner ou conforter une définition de type objectiviste, les matériaux de l’enquête révèlent un jeu de négociations qui influe sur la définition et l’usage du terme.

39Malgré le projet d’aide à la décision que porte la revue et l’importance du rôle des aménageurs dans la définition des « risques », les deux sphères étudiées entrent peu en interaction. Si les chercheurs de la RGL et les services de l’État participent, pour ce qui les concerne, à la définition et la gestion des risques, une certaine distance subsiste entre les questionnements des deux champs.

  • 17 Comme tentent de le faire des dispositifs d’action de la Zone atelier bassin du Rhône (ZABR), qui p (...)
  • 18 Les modalités d’élaboration de la notion de risque, et donc le contenu de cette dernière, varient é (...)

40La confrontation des savoirs, essentielle à la dialectique entre aménagement et gestion des risques, resterait alors à organiser et à consolider17. La polysémie relative du terme « risque », comme l’incapacité de la posture objectiviste à s’imposer à tout coup, notamment aux acteurs non spécialistes, favorisent blocages et malentendus. Dès lors, une condition préalable pour un dialogue renouvelé entre gestionnaires des risques, scientifiques d’obédiences diverses18 et acteurs non spécialistes, pourrait résider dans une conscience plus claire de l’inévitable pluralité des postures possibles – postures qui, chacune à leur manière, « construisent » les risques.

Haut de page

Bibliographie

ALLIX A., 1930, compte rendus, Les Études rhodaniennes, vol. 6, n° 1, p. 97-99.

AVOCAT C., 1975, « La Dombes, milieu naturel ou milieu en équilibre  ? Introduction à une éco-géographie de l’espace dombiste », Revue de géographie de Lyon, vol. 50, n° 1, p. 35-58.

BLESIUS J.-C., 2013, « Discours sur la culture du risque, entre approches négative et positive. Vers une éducation aux risques ? Étude comparée du Québec et de la France », Géographie et cultures, n° 88, p. 249-265.

BRAVARD J.-P., 1982, « Le barrage de Loyettes, nature ou énergie de pointe  ? », Revue de géographie de Lyon, vol. 57, n° 3, p. 287-290.

BRAVARD J.-P., 1989, « Éditorial », Revue de géographie de Lyon, vol. 64, n° 4, p. 190.

CHOLLEY A., 1926, « Préface », Les Études rhodaniennes, vol. 2, p. 9-10.

COANUS T., 2010, « Conclusion générale. Risques et territoires : food for thought », in Coanus T., Comby J., Duchêne F., Martinais E. (dir.), Risques et territoires. Interroger et comprendre la dimension locale de quelques risques contemporains, Paris, Lavoisier, p. 427-443.

COANUS T., COMBY J., DUCHÊNE F., MARTINAIS E. (dir.), 2010, Risques et territoires. Interroger et comprendre la dimension locale de quelques risques contemporains, Paris, Lavoisier, 480 p.

COANUS T., DUCHÊNE F., MARTINAIS E., 2004, « Risques, territoire et longue durée : vers une “société du risque” », Les Annales de la recherche urbaine, n° 95, p. 20.

DECROP G., GILBERT C., 1993, « L’usage des politiques de transition : le cas des risques majeurs », Politiques et management public, vol. 11, n° 2, p. 144-157.

DESAUNAIS A., 1938, « La crue de l’Ain et de la Valserine en octobre 1935 », Les Études rhodaniennes, vol. 14, n° 1, p. 89-92.

DONZE J., 1993, « Rhône-Alpes, région nucléaire », Revue de géographie de Lyon, vol. 68, n° 1, p. 17-31.

DONZE J., 1996, « Éditorial  : Le risque  : une nouvelle approche des rapports entre la ville et l’industrie », Revue de géographie de Lyon, vol. 71, n° 1, p. 3-6.

DUCHENE F., MOREL-JOURNEL C. (dir.), 2004, De la culture du risque Paroles riveraines à propos de deux cours d’eau périurbains, Éditions de l’Aube, Paris, 170 p.

FISCHER J., 1930, « L’élaboration d’une étude d’hydrologie fluviale », Les Études rhodaniennes, vol. 6, n° 4, p. 427-449.

FISCHER J., 1931, « Le régime du Rhône en 1928 », Les Études rhodaniennes, vol. 7, n° 4, p. 403-430.

FRESSOZ J.-B., 2012, L’apocalypse joyeuse. Une histoire du risque technologique, Paris, Éditions du Seuil, coll. « L'Univers historique », 319 p.

FRESSOZ J.-B., PESTRE D., 2013, « Risque et société du risque depuis deux siècles », in Bourg D., Joly P.-B., Kaufmann A. (dir.), 2013, Du risque à la menace. Penser la catastrophe, Paris, Presses Universitaires de France, p. 19-56.

GILBERT C., 2013, « Quels risques pour la recherche en sciences humaines et sociales ? », in Bourg D., Joly P.-B., Kaufmann A. (dir.), 2013, Du risque à la menace. Penser la catastrophe, Paris, Presses Universitaires de France, p. 219-236.

GLEYZE J.-F., REGHEZZA M., 2007, « La vulnérabilité structurelle comme outil de compréhension des mécanismes d’endommagement », Géocarrefour, vol. 82, n° 1-2, p. 17-26.

GUILLEMAIN C., 1934, « L’or du Rhône », Les Études rhodaniennes, vol. 10, n° 1, p. 92-94.

HOUSSEL J.-P., 1973, « Département du Rhône, Commission de l’environnement, La pollution des cours d’eau dans le département du Rhône », Revue de géographie de Lyon, vol. 48, n° 1, p. 99-101.

LAGADEC P., 1981, La civilisation du risque. Catastrophes technologiques et responsabilité sociale, Paris, Éditions du Seuil, 240 p.

LEBRETON P., FALK P., 1980, « L’axe Rhône-Saône  : éléments pour une analyse prévisionnelle des interactions homme/milieu naturel dans la région Rhône-Alpes », Revue de géographie de Lyon, vol. 55, n° 2, p. 99-128.

LEFORT I., 2011, « Une revue de géographie sur la place lyonnaise  : géographie d’un périodique », Géocarrefour, vol. 86, n° 3-4, p. 201-211.

MARTINAIS E., 1996, « Gestion du risque industriel et conflits territoriaux, le cas de Saint-Fons, commune de l’agglomération lyonnaise », Revue de géographie de Lyon, vol. 71, n° 1, p. 31-44.

MICOUD A., 2015, « D’une restauration hydraulique et écologique à un territoire de projet : le cas du Haut-Rhône français », Natures Sciences Sociétés, n° 23, p. 109-119.

MOULIN E., DEROUBAIX J.-F., HUBERT G., 2013, « La constructibilité des zones inondables ou la négociation territoriale de la règle PPRI », Géocarrefour, vol. 88, n° 3, p. 173-182.

PARDÉ M., 1927, « Les crues de 1924 dans le bassin du Rhône », Les Études rhodaniennes, vol. 3, p. 11-40.

PARDÉ M., 1928, « Les crues du Rhône en décembre 1925 et février 1928 », Les Études rhodaniennes, vol. 4, p. 346.

RAVIER G.-C., 1979, « L’agence de bassin Rhône-Méditerranée-Corse, un outil anti­pollution prometteur pour Rhône-Alpes  ? », Revue de géographie de Lyon, vol. 54, n° 1, p. 39-65.

RAVIER G.-C., 1982, « Le projet de nouvelles zones submersibles de l’agglomération lyonnaise  : un essai de cartographie à finalité réglementaire », Revue de géographie de Lyon, vol. 57, n° 3, p. 241-266.

ROUX A.-L., 1982, « Le Haut-Rhône français  : lieu privilégié d’une recherche interdisciplinaire sur la gestion écologique des ressources en eau », Revue de géographie de Lyon, vol. 57, n° 1, p. 5-6.

RUFAT S., 2007, « L’estimation de la vulnérabilité urbaine, un outil pour la gestion du risque », Géocarrefour, vol. 82, n° 1-2, p. 7-16.

SAVEY P., 1992, « La gestion environnementale du Rhône », Revue de géographie de Lyon, vol. 67, n° 4, p. 285-292.

TOMBAL P., BRIS B., LINDER R., 1979, « Les études d’environnement et d’impact du projet Rhin-Rhône », Revue de géographie de Lyon, vol. 54, n° 1, p. 17-37.

Haut de page

Notes

1 L’enveloppe maximale des inondations du Rhône et de la rivière d’Ain (fig. 1) procède des différentes cartographies produites par les services de l’État. L’élément « État de la connaissance du risque d’inondation » fait la synthèse de documents dont les principaux ont été produits dans le cadre du Plan Rhône (Étude Globale du Rhône) et par la DDT de l’Ain (PPRI). Une cartographie plus précise de l’aléa d’inondation de la rivière d’Ain, lancée fin 2017 par la DDT de l’Ain, est encore en cours.

2 Créée en 1926 avec la publication des travaux de M. Pardé, et devenue périodique en 1927, la revue s’intitule Les Études Rhodaniennes. Elle devient en 1948 la Revue de géographie de Lyon. Si « Géocarrefour » apparaît en sous-titre à partir du premier numéro de 1997, il ne devient titre principal qu’avec le premier numéro de l’année 2000, la mention Revue de géographie de Lyon restant en sous-titre. Dans ce texte et par convention, un sens générique est attribué à l’appellation RGL.

3 Les guillemets sont conservés afin de garder ce point en mémoire.

4 L’expression « construction du risque » pourrait également s’entendre comme désignant le processus par lequel une succession de décisions d’aménagement produit en pratique une situation potentiellement dangereuse (implantation de constructions en zone inondable, endiguement trop rigide d’un cours d’eau susceptible de débordements violents, etc.). Mais l’étude d’un tel processus, parfaitement légitime en soi, et outre qu’elle s’inscrirait dans une perspective de type objectiviste, n’est pas le sujet de cet article.

5 A titre d’exemple, pour les trente ans de la catastrophe de Feyzin, en 1996, était publié un dossier thématique « Risques et pollutions industriels et urbains ».

6 Notons que ce premier usage du terme est différent des définitions actuelles du ministère de la Transition écologique et solidaire (MTES) qui intègre la probabilité aux calculs d’aléas. Ainsi, parler « d’improbabilité du risque » reviendrait, d’un point de vue objectiviste, à produire un oxymore : sans probabilité d’occurrence d’un danger, un risque ne peut pas exister. Notre hypothèse est ici que pour M. Pardé le phénomène physique (ici, l’inondation) n’est pas distingué de la probabilité qu’il se manifeste.

7 Cette expression est diffusée en France par P. Lagadec, qui soutient en 1978 une thèse en sciences politiques consacrée à l’analyse de plusieurs accidents majeurs (Lagadec, 1981). L’expression, quasi fondatrice, est reprise dans l’intitulé même du « Commissariat à l’étude et à la prévention des risques naturels majeurs » (décret du 12 nov. 1981), confié à H. Tazieff (1914-1998). Le Commissariat deviendra ultérieurement la Délégation aux risques majeurs (décret du 10 avril 1984), puis le Secrétariat d’État chargé de la prévention des risques naturels et technologiques majeurs (décret du 7 août 1984), ces deux structures successives étant rattachées au Premier Ministre, toujours sous la direction d’H. Tazieff. Ces structures successives seront à l’initiative d’une abondante activité législative et réglementaire (Decrop, Gilbert, 1993), qui s’achèvera lors de la mise en place du gouvernement de « cohabitation », en 1986 (J. Chirac, Premier Ministre).

8 Ministère de la transition écologique et solidaire, 2009, « Définition générale du risque majeur », Risquesmajeurs.fr, http://www.georisques.gouv.fr/articles/definition-generale-du-risque-majeur [consulté le 15/11/17].

9 Dans le volume 86/3-4 de Géocarrefour, I. Lefort (2011) relève l’importance du Rhône dans la recherche géographique lyonnaise. Elle montre aussi que la thématique fluviale est centrale pour la revue, et ceci dès le départ.

10 Il faut noter, dans le cas du Haut-Rhône, le rôle joué, à partir des années 1970, par les acteurs universitaires, biologistes puis géographes et sociologues, dans le passage d’une vision strictement hydraulique, portée par les ingénieurs (CNR, EDF…), à une approche plus globale, via les notions d’hydrosystème et de patrimoine fluvial. Pour une synthèse, voir Micoud (2015).

11 La thématique du nucléaire revient ponctuellement en 1993 dans un autre article, « Rhône-Alpes, région nucléaire », à l’occasion d’un dossier consacré à « Rhône-Alpes, région industrielle » (Donze, 1993).

12 La notion de risque et des usages sont bien plus anciens, notamment dans le champ environnemental (Fressoz, 2012 ; Fressoz et Pestre, 2013), mais une mise en perspective étymologique et historique sortirait du cadre de ce texte.

13 Ainsi, à un moment donné, le report d’un périmètre sur une carte (zonage) représente moins « la réalité du risque » que l’état d’une négociation (sous forme d'une projection géométrique) dont l’objet est sa qualification : nature de la source de danger, appréciation de l’intensité du phénomène susceptible d’intervenir et des contre-mesures éventuelles, y compris en termes d’aménagement, le tout dans le cadre de scénarios construits de façon systématique mais ensuite hiérarchisés (c’est-à-dire sélectionnés).

14 Société publique locale de gestion des espaces publics du Rhône Amont. Cette société est en charge de la gestion du Grand Parc de Miribel-Jonage

15 ARS : Agence régionale de santé, antenne du ministère en charge des Affaires sociales et de la Santé.

16 L’expression « culture du risque », très utilisée dans le monde de la gestion des cours d’eau, mériterait à soi seule une discussion. En particulier, en donnant l’impression de désigner une qualité collective bien définie, elle fait l’impasse sur les processus complexes, tant individuels que collectifs, qui structurent la relation des riverains au danger potentiel. Par ailleurs et par construction, elle pointe le « défaut de connaissance » des personnes concernées, étant entendu que la connaissance dont il s’agit est construite sur le modèle du savoir scientifique et technique dominant. En particulier, la connaissance « profane » n’y a aucune place Cf. sur ce point Duchêne, Morel-Journel (2004, p. 7-12) ou Blesius (2013).

17 Comme tentent de le faire des dispositifs d’action de la Zone atelier bassin du Rhône (ZABR), qui proposent des lieux d’échange entre scientifiques et acteurs du territoire.

18 Les modalités d’élaboration de la notion de risque, et donc le contenu de cette dernière, varient également d’une spécialité scientifique à l’autre, et ce d’autant plus que la complexité des phénomènes en jeu est grande.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Le Nord-Est de l’agglomération lyonnaise : un espace à enjeux soumis à plusieurs formes de risque
URL http://journals.openedition.org/geocarrefour/docannexe/image/11099/img-1.png
Fichier image/png, 430k
Titre Figure 2 ; Chronologie des mots-clés dans la RGL / Géocarrefour
Légende Cette frise chronologique retrace l’apparition des mots-clés et marqueurs qui ressortent dans es articles sélectionnés. Ils ont été attribués par nos soins après lecture des articles et/ou ont été directement indiqués par les auteurs. On peut lire sur la frise l’apparition comme la disparition de certaines thématiques corrélées à des évènements particuliers (mise en service d’aménagements du Rhône, inondations, catastrophes industrielles, numéros spéciaux de la revue…).
URL http://journals.openedition.org/geocarrefour/docannexe/image/11099/img-2.png
Fichier image/png, 128k
Titre Figure 3 : Nombre d’occurrences des mots-clés « inondations », « pollution » et « risque » (gauche) et postures adoptées par les chercheurs ayant travaillé sur la thématique des risques (droite)
URL http://journals.openedition.org/geocarrefour/docannexe/image/11099/img-3.png
Fichier image/png, 108k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Joseph Ghoul, Thierry Coanus et Isabelle Lefort, « Quand science géographique et gestion technique construisent la notion de risque », Géocarrefour [En ligne], 92/4 | 2018, mis en ligne le 03 novembre 2018, consulté le 19 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/geocarrefour/11099 ; DOI : 10.4000/geocarrefour.11099

Haut de page

Auteurs

Joseph Ghoul

Ecole Nationale des Travaux Publics de l’Etat UMR 5600 Laboratoire EVS-RIVES 3 Rue Maurice Audin 69518 Vaulx-en-Velin joseph.ghoul@entpe.fr

Thierry Coanus

Ecole Nationale des Travaux Publics de l’Etat UMR 5600 Laboratoire EVS-RIVES 3 Rue Maurice Audin 69518 Vaulx-en-Velin thierry.coanus@entpe.fr

Isabelle Lefort

Université de Lyon UMR 5600 Laboratoire EVS-IRG Université Lyon 2 Campus Porte des Alpes 6 Avenue Pierre Mendès-France 69600 Bron isabelle.lefort@univ-lyon2.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Géocarrefour

Haut de page
  • OpenEdition Journals