Navigation – Plan du site

Hervé Thery, Neli Aparecida de Mello-Thery, Atlas do Brasil, Disparidades e dinâmicas do Territorio

Bernard Bret
Référence(s) :

THERY H. et MELLO-THERY N. A. de, 2018, Atlas do Brasil, Disparidades e dinâmicas do Territorio, Sao Paulo, Edsup (Editora da Universidade de São Paulo), 3e éd, 390 p.

Texte intégral

1Plus d'une décennie après sa publication en français, c'est un très bel instrument de travail que nous offrent, en portugais, les Editions de l'Université de São Paulo, avec la sortie de la troisième édition de l'Atlas do Brasil réalisé par Hervé Théry et Neli Aparecida de Mello-Théry.

2On sait les auteurs spécialistes très avertis du Brésil, et très habiles à construire des cartes montrant le pays dans ses structures fondamentales comme dans ses tendances les plus récentes. Il y a donc de leur part un clin d'oeil paradoxal lorsqu'ils écrivent que ce livre … n'est pas un Atlas, mais un essai sur les dynamiques territoriales (p. 17). Entendons plutôt que ce livre n'est pas seulement un atlas. De fait, les commentaires substantiels font que l'ensemble, cartes et textes, donne, certes, à voir le Brésil, mais aussi à le comprendre. Les auteurs poursuivent leur travail engagé de longue date pour exploiter les abondantes données statistiques fournies par les organismes officiels (l'IBGE – Institut Brésilien de Géographie et de Statistique est le principal, mais pas le seul) et à tirer parti de nombreuses autres sources, toujours originales et parfois inattendues, pour mettre en évidence certains faits ou même les découvrir : la carte dépasse ici sa fonction d'illustration et se fait outil de recherche.

3Dans une architecture inchangée, l'approche des différents thèmes témoigne des changements survenus au cours des dernières années. Présenter d'abord Le Brésil et le monde est l'occasion de montrer, pour reprendre le titre d'un ouvrage récent d'un des deux auteurs, que le Brésil est un pays non pas émergent, mais émergé entretenant avec ses partenaires de multiples relations, économiques, culturelles, diplomatiques. Dès le début (p. 26), les cartes en anamorphose des PIB et des effectifs de population situent le Brésil dans la hiérarchie des Etats, en même temps qu'elles annoncent les hardiesses cartographiques dont l'ouvrage fait volontiers usage par la suite quand cela pousse le lecteur à regarder d'un œil neuf et, du coup, à s'ouvrir à de nouvelles façons de voir et de penser.

4De la construction du territoire, on retiendra surtout qu'elle est allée de pair avec la construction de la nation. C'est déjà l'occasion d'apprécier la méthode des chorèmes, présente dès les éditions précédentes mais ici enrichie, pour saisir les structures essentielles, ce que montre le tableau synthétique sur la genèse du territoire (p. 59). La place croissante qu'il tient dans les inquiétudes actuelles vaut à l'environnement d'occuper un chapitre fortement augmenté, comportant des cartes retravaillées (la carte hypsométrique et la carte géologique sont plus précises que dans les éditions précédentes) ou nouvelles, notamment sur la gestion des milieux, les ressources en eau, en minerais et en énergie, les défrichements par le feu, les périmètres de protection de la biodiversité. Ce thème n'aurait pas grande signification en l'absence des hommes. La question de la population est donc traitée ensuite. On y trouve les passages obligés, mis à jour, sur la répartition des hommes dans l'espace et leurs migrations. S'ajoutent à ces considérations, indispensables mais assez classiques, des données originales qui revisitent la question raciale (le Brésil n'est pas indemne du racisme !) et mesurent les changements religieux (l'essor des évangélistes est un fait culturel et politique d'importance).

5Bien qu'elle n'occupe plus la place qu'elle tenait naguère dans l'économie du Brésil, l'agriculture fait, à juste titre, l'objet d'une longue présentation. Plusieurs faits majeurs ressortent de ces pages. C'est d'abord, confirmant les cartes des éditions précédentes de l'ouvrage, la dynamique de l'espace agricole. Le café est aujourd'hui produit moins à São Paulo, où il a laissé la place à la canne à sucre, que dans le Minas Gerais et l'Espirito Santo. Le soja et le maïs progressent vers le Nord et le Nord-Ouest, comme l'élevage bovin. C'est ensuite le contraste entre la grande exploitation agro-industrielle et l'agriculture paysanne. C'est enfin la violence extrême des rapports sociaux dans le monde agricole : formes d'esclavage dans certains grands domaines de l'intérieur et assassinats. Ces pages impressionnantes ne manqueront pas d'ouvrir les yeux de qui applaudirait naïvement aux résultats du secteur sans prendre en compte les conditions faites à ceux qui y travaillent. Le lecteur attentif aux réalités sociales trouvera même dans la carte de l'indice de probabilité de l'esclavage et la carte de l'indice de vulnérabilité à l'esclavage (p. 184 et 185) une démonstration convaincante que la géographie peut apporter une contribution à la lutte contre cette terrible injustice.

6L'industrie et les services pèsent aujourd'hui d'un poids plus conséquent que l'agriculture dans l'économie nationale. Le Sudeste y joue le premier rôle, et surtout l'état de São Paulo. Pour ce qui est de la fabrication elle-même, les cartes donnent à voir néanmoins une certaine déconcentration géographique, illustrée ici par la construction automobile. En revanche, le système bancaire confirme la ville de São Paulo comme la métropole dotée d'un pouvoir de commandement sans égal. Les aires d'influence des places financières pour les dépôts à terme (p. 213) le montrent sans ambiguïté. Outre que la ville de São Paulo domine et réduit à une faible étendue ce que se partagent Rio de Janeiro, Belo Horizonte et Curitiba, l'intérieur de l'état de São Paulo compte de nombreuses villes moyennes qui ne sont pas écrasées par leur capitale estaduale et qui exercent une fonction bancaire locale non négligeable. Le phénomène dépasse les frontières paulistes, mais ne se vérifie pas du tout dans le Centre-Ouest, le Nordeste et le Nord (l'Amazonie). Là, Brasilia et les capitales estaduais exercent leurs fonctions bancaires à une échelle relativement réduite et sans disposer autour d'elles de petites villes relayant leur action d'animation économique. Il est permis de voir dans ce phénomène le contraste entre, d'une part, une périphérie proche du centre national et entraînée dans son sillage et, d'autre part, une périphérie plus lointaine où les centres régionaux se heurtent à des freins socio-économiques faisant obstacle à la diffusion spatiale de la croissance. Cette inégalité du territoire brésilien apparaît sans surprendre dans les nombreuses cartes concernant l'armature urbaine et les réseaux. Thème classique de la géographie du Brésil, mais classique parce que d'une importance majeure, les inégalités qui apparaissent sur les cartes sont expliquées d'une façon approfondie dans les commentaires écrits. On retiendra que leur maintien n'empêche pas que leurs configurations se modifient avec le temps (l'ouvrage vise précisément les dynamiques territoriales) et que s'y articulent les inégalités spatiales et les inégalités sociales. Ce n'est pas le moindre des mérites de ce travail que de toujours se situer dans le socio-spatial, ou, pour dire les choses autrement, dans le géographique au sens plein du mot. C'est pourquoi, après avoir mesuré les inégalités selon la production, l'ouvrage poursuit en analysant les inégalités selon la consommation. Le revenu est évidemment la donnée de base, complété par d'autres informations : le niveau d'éducation, l'équipement des domiciles, l'espérance de vie et la mortalité infantile… autant d'indicateurs et d'autres qui se confirment mutuellement. L'indice de développement humain municipal (p. 318) confirme le gradient de développement opposant le Brésil où, en moyenne (mais la moyenne ne doit pas cacher les fortes inégalités sociales internes), on vit relativement bien (Sudeste, Sud et Centre-Ouest) et le Brésil où, toujours en moyenne et avec les mêmes réserves, on vit plutôt mal. Mais, comme il faut comparer selon les lieux, il faut voir aussi comparer leurs évolutions dans le temps. Le fait important est alors que le Nordeste a beaucoup progressé à partir des années 1990, réduisant les écarts inter-régionaux. Il faut y voir le résultat de la politique conduite par le Président Luiz Inacio Lula da Silva et la Présidente Dilma Rousseff, en particulier pour l'éducation et la santé.

7Il est donc très cohérent avec ce qui précède que l'ouvrage se termine par des considérations relevant directement de la géographie politique : les transferts financiers de l’État fédéral et des états fédérés vers les municipes, les périmètres d'intervention dans les régions aux fins d'aménagement, la Bolsa Familia, le programme Minha Casa Minha Vida, les territoires protégés (notamment en faveur des populations indigènes) et d'autres programmes ayant des conséquences croisées sur les lieux et sur les hommes. Voilà qui donne du Brésil l'image d'un pays doté de potentiels considérables et où, finalement, tout dépendra des choix politiques qui seront retenus : pour bien comprendre le Brésil d'aujourd'hui et concevoir les choix possibles pour demain, cet Atlas s'impose ainsi comme un outil précieux.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Bernard Bret, « Hervé Thery, Neli Aparecida de Mello-Thery, Atlas do Brasil, Disparidades e dinâmicas do Territorio », Géocarrefour [En ligne], Comptes rendus inédits, mis en ligne le 03 novembre 2018, consulté le 15 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/geocarrefour/11195

Haut de page

Droits d’auteur

© Géocarrefour

Haut de page
  • OpenEdition Journals