Navigation – Plan du site

Collectif « Des plumes dans le goudron », Résister aux grands projets inutiles et imposés

Natacha Gondran
Référence(s) :

Collectif Des plumes dans le goudron, 2018, Résister aux grands projets inutiles et imposés – De Notre Dame des Landes à Bure, Paris, Editions textuel, Collection « Petite encyclopédie critique », 155 p.

Texte intégral

1Le collectif « Des plumes dans le goudron » a de l’à-propos. Au moment où il achevait la rédaction de son ouvrage, le gouvernement décidait d’abandonner plusieurs grands projets d’infrastructures : d’abord le projet d’aéroport de Notre Dame des Landes puis, quelques mois plus tard, celui du projet autoroutier A45, entre Lyon et Saint-Etienne. Mais comme le collectif l’écrit dans son introduction, ces décisions ne doivent pas être « l’arbre qui cache la forêt ». Anahita Grisoni, Julien Milanesi, Jérome Pelenc et Léa Sébastien vont nous aider à y voir plus clair dans cette forêt des résistances aux « Grands Projets Inutiles et Imposés » (GPII). Revendiquant la pluralité de leurs disciplines, de leurs statuts sociaux (femmes, hommes, maîtres de conférence, chercheurs précaires, etc.), mais aussi de leurs sources bibliographiques (du Petit livre noir des Grands Projets Inutiles aux rapports de la Cour des Comptes), ces quatre auteurs proposent un cadre éclairant sur les luttes écologiques.

2Le premier chapitre retrace l’émergence du mouvement social, décentralisé, qui regroupe, sous une bannière commune, différents objets de lutte, menées sur plusieurs territoires européens, sous le terme de « Grands Projets Inutiles et Imposés » (GPII). Ces projets ont pour caractéristiques un coût très élevé, financé dans le cadre de partenariats publics-privés, d’être souvent entachés d’affaires de conflits d’intérêt voire de corruption, et de parfois présenter des études d’impact minimalistes. Ils sont généralement envisagés sur des territoires ruraux ou péri-urbains considérés comme « périphériques par les décideurs ».

3Le deuxième chapitre remet en cause le qualificatif de « NIMBY » utilisé par les ingénieurs et aménageurs pour disqualifier les mouvements de contestation qui s’opposent aux projets qu’ils portent et dont ils doivent promouvoir « l’acceptabilité sociale ». Le terme « NIMBY » vient des années 70, quand des propriétaires, issus de la classe blanche, refusaient les constructions de projets d’intérêt collectif aux abords de leur jardin arrière (« Not In My BackYard ») pour les reléguer dans des espaces défavorisés. Depuis les années 90, cette représentation montre ses limites et de nombreux auteurs jugent aujourd’hui qu’il serait pertinent d’arrêter de disqualifier les mouvements d’opposition avec cette expression trop simpliste. En effet, les mouvements d’opposition portent aujourd’hui des préoccupations citoyennes bien plus larges et morales que la seule défense d’intérêts personnels. Les opposants ne peuvent plus être considérés comme des « ignorants à convaincre ». La notion de « résistance éclairée », proposée par Léa Sébastien, donne une autre grille d’analyse à ces mouvements sociaux qui peuvent être considérés comme initiateurs de débats démocratiques, lieux de développement de liens sociaux, vecteurs d’attachement au territoire et de positionnement politique.

4Le troisième chapitre de l’ouvrage est central, au sens propre comme au figuré. Il pose la question de la définition de l’intérêt général et de la crise que connait actuellement cette notion. Peut-on encore invoquer un intérêt général unique sur lequel tout le monde serait d’accord ? Ne faudrait-il pas plutôt identifier des intérêts généraux, c’est-à-dire différentes conceptions de l’intérêt général ? Les mouvements de contestation remettent ainsi dans le débat différentes questions souvent évitées : l’intérêt général pour quoi (pour la croissance économique ou pour la préservation des ressources naturelles ?), pour qui (dans une logique de mondialisation ou de relocalisation des activités ?), comment (en conservant les ressources existantes, ou en compensant leur destruction, avec une vision technophile ou techno-critique) ? Les différentes visions de l’intérêt général sont intimement liées à la notion de progrès. Pour un opposant rencontré par les auteurs : » Le progrès, c’est d’utiliser ce qu’on a, et surtout de préserver ce qui reste à préserver ».

5Le quatrième chapitre décrit la gouvernance comme outil de dépolitisation de l’aménagement du territoire. Selon le collectif, les outils institutionnels de la gouvernance (enquête ou débat public) sont utilisés pour renforcer la légitimité de la décision publique. L’hypothèse sous-jacente des défendeurs des projets étant qu’il n’existerait qu’une seule décision possible. Les outils d’aide à la décision classiques, tels que les « analyses coûts – bénéfices », tendent ainsi à identifier cette « bonne décision » en remplaçant la délibération politique par un calcul technocratique. Parmi les projets suivis par le collectif, plusieurs ont été déclarés « d’utilité publique » en dépit d’avis défavorables de leurs enquêtes publiques. Cette absence de prise en compte de leur avis dans les procédures officielles fait naître, au sein des mouvements d’opposition, un sentiment « d’impossibilité démocratique » et d’illégitimité des procédures institutionnelles. Cela les amène à utiliser d’autres moyens d’opposition, tels que l’occupation de l’espace par exemple, parfois en dehors de la légalité. On aboutit alors à un blocage : les opposants contestent la légitimité des institutions, les institutions contestent la légitimité des opposants… Et aucune institution démocratique n’est en mesure de proposer une médiation vers une sortie de conflit qui aboutirait à une décision permettant, si ce n’est le consensus, au moins le consentement des différentes parties en présence et engageant le territoire pour des dizaines d’années. Cette non-possibilité d’exprimer les désaccords sur le terrain politique peut mener à la violence. Mais le collectif propose une analyse plus positive de ces mouvements d’opposition : les grands projets offrent à la fois des « sujets politiques » (victimes et acteurs potentiels de la lutte) - ici, les opposants ancrés dans les lieux - et un « objet spécifique » facilement identifiable (les territoires menacés) qui permettent la « repolitisation des enjeux écologiques ». Ainsi, le collectif propose de regarder les mouvements d’opposition comme des « forces de démocratisation participant à la visibilité des divergences ».

6Dans cette optique, le cinquième chapitre, intitulé « le territoire ou comment repolitiser le débat ? », propose de considérer le territoire comme l’espace matériel et symbolique, de socialisation et politisation qui peut jouer le rôle que l’usine a joué au XIXe siècle en tant qu’instrument des luttes. « Les territoires, entièrement ou momentanément occupés, portent les germes de pratiques alternatives au système économique dominant : remise en question de la propriété privée à Notre Dame des Landes, relocalisation de l’économie, économie sociale et solidaire en vallée de Suse, pédagogies alternatives à Stuttgart ». Ainsi, le collectif pose l’hypothèse que les mouvements d’opposition aux GPII offrent aux citoyens l’opportunité de réinvestir la politique. Ces luttes génèrent une reconfiguration des liens sociaux, une acquisition et des échanges de savoirs divers (techniques, écologiques, juridiques, etc.) ainsi que de nouveaux attachements au lieu menacé et des propositions politiques. Elles réinterrogent la place de l’habitant et de son pouvoir sur son espace de vie.

7C’est donc finalement une vision optimiste qui émerge de la lecture de ce vivifiant ouvrage. L’abandon des grands projets inutiles que le gouvernement vient d’acter pourrait être le terreau d’alternatives sur les territoires dont la « résistance éclairée » aux projets concernés a permis de bâtir les fondements. Même si ce projet n’a pas été suivi par le collectif « Des plumes dans le goudron », l’opposition au projet d’A45 dont le gouvernement vient de notifier l’abandon, présente de nombreuses caractéristiques décrites dans l’ouvrage. Espérons que le territoire concerné, entre Lyon et Saint-Etienne, s’engagera dans une telle dynamique. Sans avoir fait l’objet de ZAD et sans être aussi médiatisée que la lutte à Notre Dame des Landes, la coordination des opposants à l’A45 a permis l’émergence, dans les Monts du Lyonnais, d’une vision collective de l’agriculture paysanne privilégiant les circuits courts, des pratiques agrobiologiques pour certains, des discussions avec les élus locaux pour sanctuariser des terres agricoles dans les plans locaux d’urbanisme dans une zone où la pression foncière est forte du fait de la proximité de l’aire urbaine de Lyon… Il sera intéressant, au regard des perspectives ouvertes par cet ouvrage, d’en observer l’évolution.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Natacha Gondran, « Collectif « Des plumes dans le goudron », Résister aux grands projets inutiles et imposés », Géocarrefour [En ligne], Comptes rendus inédits, mis en ligne le 04 novembre 2018, consulté le 12 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/geocarrefour/11223

Haut de page

Auteur

Natacha Gondran

Maître-Assistante HDR UMR 5600 Environnement Villes Sociétés Institut Henri Fayol GEO (Génie de l'Environnement et des Organisations) Mines Saint-Etienne Une école de l'Institut Mines Telecom 158 cours Fauriel - CS 6236 42023 Saint-Etienne Cedex 2 Natacha.Gondran@emse.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Géocarrefour

Haut de page
  • OpenEdition Journals