Skip to navigation – Site map
Articles

« Co-produire ». Repenser l’élevage par les interdépendances entre activités

"Co-producing". Rethinking livestock farming through interdependencies between activities
Nicolas Lacombe

Abstracts

This article proposes analysing the mutations that livestock activities are undergoiong by dealing with the issue of ‘co-products’, and more broadly with the co-production of resources. Based on a survey carried out in different Mediterranean regions, it is proposed to reconstruct the trajectories of productive systems, conceived as a set of activities operating in a network, through interdependent relationships. This research aims to put forward an original analysis framework, both methodological and conceptual, to position ‘co-products’ in relation to issues concerning the circular economy. With this aim, it is proposed to combine several approaches, related to detailing territorial resources, enriching this subject through the recent contributions of industrial and territorial ecology.

Top of page

Full text

1L’élevage a connu une spécialisation fonctionnelle tout au long du XXe s. en raison de l’industrialisation progressive du secteur agro-alimentaire. Les exploitations agricoles se sont, dans cette perspective, engagées dans une trajectoire de sectorisation de leurs activités selon différentes orientations technico-économiques (lait-viande) et donnant lieu à une sélection des aptitudes animales par catégories de races (laitières, allaitantes). Cette spécialisation s’est généralisée à l’échelle de territoires et l’on connait ainsi aujourd’hui la Corse et la Sardaigne pour leurs fromages. Dans l’arganeraie marocaine, un processus analogue est en cours et laisse entrevoir une marginalisation progressive de l’élevage au profit du développement de l’économie de l’huile d’argan, deux activités auparavant complémentaires. Quelle est la nature de ces changements ? N’y a-t-il pas ici un tiraillement qui s’opère entre ces trajectoires technico-productives et des enjeux contemporains liés à la multifonctionnalité de l’agriculture ? Au travers de cette contribution, je propose de mettre en tension deux logiques, liées d’une part à la spécification des ressources territoriales, et d’autre part à la circularité des économies agraires, en m’appuyant sur le cas des coproduits.

2Selon l’ADEME, « un coproduit est une matière, intentionnelle et inévitable, créée au cours du même processus de fabrication et en même temps que le produit principal » (Ademe, 2015, p. 14). Considérés dans la théorie économique comme des externalité de production, les coproduits sont aujourd’hui associés aux enjeux de multifonctionnalité agricole : « les « produits-joints » sont d’abord issus de toutes sortes de complémentarités techniques, nouées au sein de la combinaison productive, qui créent un ensemble de liens directs : entre produits (viande de mouton et laine, huile et tourteau, etc.), entre produits et intrants (céréales et paille, produits de l’élevage et engrais organique, etc.), ou encore entre intrants eux-mêmes (certains types de pesticides liés à certaines semences) » (Mollard, 2002, p. 37).

3L’emploi du terme de « coproduit » connait une réactualisation contemporaine depuis l’avènement de nouveaux enjeux liés au développement de « l’économie circulaire » (EC) (Sauvé et al., 2016) consacrée en 2007 lors du Grenelle de l’Environnement. Ce référentiel de développement fait référence aux pratiques de ré-usage des déchets, à la valorisation des sous-produits, à la génération des matériaux biosourcés. L’EC apparait très souvent comme une nouvelle donne économique visant à concevoir des modèles productifs alternatifs, dits non linéaires, et intégrant la question du bouclage des flux d’énergie dans une perspective environnementale (Arnsperger et Bourg, 2016). Or, si celle-ci met en avant les synergies entre activités de production en donnant une place importante à l’innovation (ex : méthanisation), l’approche historique est rarement mobilisée, alors que pourtant l’analyse empirique montre que ce que l’on qualifie aujourd’hui de « coproduction » s’inscrit en fait dans des réalités bien plus anciennes. En ce sens Sabine Barles a pu montrer en quoi les circularités étaient déjà présentes dans les sociétés industrielles du XIXe s. en prenant le cas des pratiques de requalification des déchets urbains (Barles, 2005). Il apparaît ainsi que la circularité aujourd’hui revendiquée relève finalement plus d’un recouplage entre des activités disjointes, faisant suite à des dynamiques découplage. L’enjeu de ce travail est de positionner la place des coproduits dans le temps, et plus généralement la coproduction de ressources, en retraçant chronologiquement ces différentes phases d’intégration, de marginalisation, et de réhabilitation.

4Pour cela, je propose d’analyser les trajectoires de sectorisation des activités agraires, en m’appuyant sur une recherche doctorale menée entre 2011 et 2015, en Corse, en Sardaigne et dans l’arganeraie marocaine (UR 45 INRA LRDE). (i) La première partie s’attachera à montrer en quoi les différentes formes d’interdépendance entre « produits-liés » ont été progressivement déconstruites par des logiques de spécialisation, étroitement associées à la diffusion de nouvelles catégories sémantiques (ex : élevage ovin laitier). Je montrerai notamment en quoi les modèles productifs, fondés sur des référentiels de type AOP (appellation d’origine protégée), ont induit une « filiérisation » des activités de production, participant à la marginalisation des coproduits. Il est aussi apparu important de montrer en quoi la réhabilitation contemporaine des coproduits, au travers de dynamiques de relance, participe à la définition de coordinations intersectorielles, permettant une possible valorisation conjointe des coproduits. (ii) Cela m’amènera dans une seconde partie à recentrer ce travail sur la question des circularités en m’appuyant sur de nouveaux cas d’étude analysés durant une recherche post-doctorale (UMR 6240 LISA CNRS). J’insisterai sur des situations où la spécification d’une activité (laine, corne, lactoserum, viande caprine) s’appuie sur le ré-usage des déchets d’un autre secteur. L’enjeu est notamment d’aborder l’élevage dans une approche globale, systémique, de manière à proposer de nouveaux cadres d’analyse afin d’identifier des perspectives d’inscription de l’agriculture à l’agenda des politiques relatives à l’économie circulaire. Les Etats Généraux de l’Alimentation ont donné lieu à une large concertation en ce sens, et au titre des rapprochements entre l’INRA et l’IRSTEA, un colloque a été organisé en 2017 dans la perspective de mise en œuvre de la stratégie nationale de bioéconomie. Par cette proposition, il s’agit d’apporter une contribution à la fois méthodologique (échelle pertinente d’analyse, système de représentation) et conceptuelle, en croisant différents champs disciplinaires apportant des éclairages complémentaires.

5Traiter de la question des coproduits suppose de construire un modèle de représentation du système étudié. Le système productif apparaît comme étant être une échelle pertinente d’analyse. Il se définit comme l'ensemble des activités productives fonctionnant en système (en interdépendance, en réseau). Toutefois ceux-ci sont la plupart du temps étudiés à grande échelle, nationale par exemple (Carroué 2013), et j’insisterai ici sur le caractère territorialisé de l’étude menée. A ce titre la notion de Système Productif Localisé (SPL), dérivée des travaux sur le district industriel Marshallien, désigne un groupement d’entreprises situé sur un territoire délimité, où la proximité participe à des échanges matériels et immatériels (Courlet et Pecqueur, 1993). Par ailleurs, « coproduire » renvoie aussi à des situations très hétérogènes et la nature des interactions est très variable selon la délimitation du système étudié. Celles-ci peuvent se matérialiser à l’échelle d’une même exploitation, ou entre activités différenciées mais faisant usage de ressources qui leurs sont communes (partie 1), mais également entre activités distinctes où l’une d’entre elles fait usage des « déchets » d’un autre secteur (partie 2). Afin de traiter de ces enjeux, je croiserai les apports de la géographie économique et de l’écologie industrielle et territoriale. D’une part parce que la première approche intègre la question des territoires et du développement rural (Landel et Sénil, 2009), souvent étrangère à l’industrial ecology, et d’autre part que l’écologie territoriale permet d’envisager les échanges de flux et de matière entre activités conjointes (Buclet, 2017), ce qui n’est pas le cas par exemple dans l’approche dite du panier de bien, privilégiant une entrée économique (rente de qualité territoriale) (Hirczak et al., 2008).

Encadré n° 1 : Matériel et méthode

Ce travail est le fruit de plusieurs enquêtes de terrain, réalisées en Corse, en Sardaigne et dans l’Arganeraie marocaine de 2011 à aujourd’hui. La collecte de données a été réalisée à partir d’entretiens réalisés auprès d’éleveurs, d’artisans, de représentants de la profession (interprofessions, organisations de producteurs, coopératives, laiteries, abattoirs), d’institutions parapubliques (Chambre d’Agriculture, Agence de tourisme, Direction Provinciale de l’Agriculture), sur le long cours en Corse, et au titre de plusieurs séjours dans les autres régions grâce au soutien logistique du centre « Agris Sardegna » et de la DPA d’Essaouira. Il s’intègre dans le cadre de deux projets ANR : MOUVE (2011-2014) et MED INN LOCAL (2013-2018), le premier portant sur l’intensification écologique en élevage et l’autre sur les dynamiques d’innovation dans les arrière-pays méditerranéens. Le traitement des résultats a été réalisé en croisant plusieurs approches : i) Afin de caractériser les interdépendances entre produits-liés, j’ai mobilisé les apports de la zootechnie des systèmes d’élevage afin de retracer l’évolution des itinéraires techniques. ii) A cette approche biotechnique, j’ai combiné une approche institutionnelle afin d’inscrire ces changements dans des trajectoires socioprofessionnelles marquées par une spécialisation des activités, pilotée notamment par le régime des AOP. iii) Dans une perspective diachronique, j’ai ainsi pu comparer les différents terrains en construisant un modèle d’analyse fondé sur trois périodes : celle du couplage, du découplage, puis du recouplage. Ainsi amené à observer les nouvelles formes de solidarités productives qui se dessinent, ce travail a été enrichi d’autres objets d’étude, où coproduire fait référence aux pratiques de ré-usage des déchets de l’élevage. Afin de donner un caractère générique à ces travaux, j’ai complété mon étude empirique au travers du cas Franc-Comtois, par une revue bibliographique, des recherches dans la presse spécialisée, ainsi qu’au travers d’échanges auprès d’experts de l’INAO.

Du découplage au recouplage entre activités connexes 

6Dans cette première partie, je retracerai le fil historique des relations entre produits-liés en proposant une lecture centrée sur la mutation des systèmes productifs. Cela permettra d’inscrire la circularité dans ses dimensions temporelles en insistant sur cette tension permanente entre synergie et fragmentation.

Coproduire, des interdépendances entre activités conjointes

L’interdépendance est l’une des caractéristiques élémentaires des relations entre coproduits. Il s’agira ici de les caractériser en s’appuyant sur l’évolution des systèmes d’élevage, en insistant sur la dimension technique de la circularité.

L’agneau de lait, produit dérivé de l’élevage ovin laitier

  • 1 En 2014, la production d’agneaux de lait en Corse représentait 57 470 têtes soit un potentiel de va (...)
  • 2 La population ovine laitière en Sardaigne était estimée à plus de 3 millions de brebis dans les ann (...)
  • 3 Dans le calendrier agro-pastoral traditionnel, les mises-bas sont organisées à la fin de l’hiver et (...)

7L’enjeu consiste ici à proposer une lecture non sectorielle de l’activité ovine laitière trop souvent réduite à sa seule production fromagère (Brocciu, Pecorino Romano) (Vallerand et al., 2007). L’agneau de lait en est un produit dérivé, inscrit dans les cultures alimentaires locales avec une consommation saisonnée à Noël et à Pâques (Casabianca, 1996) (fig.1). Les éleveurs privilégient des naissances au mois de novembre et entre février et mars pour pouvoir commercialiser durant les fêtes un produit qui obéit à un certain nombre de critères. L’agneau de lait se distingue des agneaux issus des élevages allaitants puisqu’il s’agit d’un animal de conformation légère, pesant entre 4,5 et 7 kg, pour un âge compris entre 30 et 45 jours durant lesquels il est allaité par sa mère1 Pourtant cette combinaison productive a été altérée tout au long du XXe s., période durant laquelle les grandes maisons de Roquefort ont installé leurs premières laiteries en Corse en 1893 afin d’élargir leur bassin de collecte laitière tout en privilégiant des apports de contre-saison (Delfosse et Prost, 1998). De manière analogue en Sardaigne, la commercialisation du Pecorino Romano vers les USA a connu un développement fulgurant grâce au développement du cheptel de brebis laitières sardes2. Les calendriers de production ont alors évolué dans le sens d’un découplage entre activités de production, en raison du dé-saisonnement des troupeaux3. Les enquêtes menées auprès de 13 éleveurs apporteurs-laitiers en Corse montrent que la période des mises-bas se situe aujourd’hui entre septembre et octobre. A défaut de marché local à cette saison, environ 70 % des agneaux sont collectés en vif par les opérateurs sardes qui ont consolidé une chaîne de valorisation dans l’ensemble du bassin méditerranéen, ce qui induit un désancrage territorial du produit (Lacombe, 2018). La dévaluation du prix de l’agneau, payé moins de 3 euros/kilo incite certains éleveurs à les abattre après la naissance pour privilégier la traite à l’allaitement, le lait étant payé en moyenne 1,20 euros/l par les laiteries.

Figure 1 : Campagne de promotion de l’agneau de lait (ODARC)

Figure 1 : Campagne de promotion de l’agneau de lait (ODARC)

Le caractère saisonnalisé de la consommation est un déterminant essentiel du fonctionnement des systèmes d’élevage ovins laitiers.

Coexistence entre collecte et pâturage autour de l’arganier

  • 4 Le Dahir du 4 mars 1925 sur la protection et à la délimitation des forêts d’arganiers reconnait les (...)

8L’Arganeraie est une forêt du Sud-Ouest marocain d’une superficie de 870 000 hectares dont les modes de gestion sont régis par le droit coutumier du fait de la perpétuation des règles d’usage en vigueur4. Les usagers disposent d’un droit de jouissance qui prévoit notamment le pâturage des animaux et la collecte des fruits. On retrouve ainsi deux activités de production essentielles que sont l’élevage caprin, destiné à la vente de chevreaux, et l’oléiculture, qui s’agrègent à l’échelle d’une agriculture familiale tournée vers l’autosubsistance (Chaussod et al., 2005) Les chèvres, dont le cheptel est estimé à 379 000 têtes dans la région d’Essaouira, y pâturent le sous couvert forestier et prélèvent les feuilles et les fruits de l’arganier (fig.2), qui sont collectés en bergerie une fois dépulpés pour en prélever l’huile alimentaire. L’Agdal est une pratique de mise en défens des troupeaux à certaines périodes de l’année (mars-octobre) qui permet de collecter les fruits destinés à la production familiale (Faouzi, 2011). Or ces synergies productives connaissent, depuis les années 1980, une fragilisation. Le développement économique de la filière huile d’argan, tournée vers la valorisation d’une huile cosmétique sur le marché international renouvelle les représentations et usages de la forêt (Simenel et al., 2009). Portée par l’AMIGHA, l’IG prévoit notamment d’interdire la collecte des fruits issus d’une régurgitation animale. Le projet de labellisation du chevreau de l’arganeraie qui avait été déposé par l’Association Nationale Ovine et Caprine (ANOC) auprès des instances publiques a été rejeté en 2010 suite aux avis consultatifs fournis par l’AMIGHA ainsi que les forestiers, au motif des risques induits par le pâturage au regard des enjeux de préservation de l’écosystème arganier (Lacombe et Casabianca, 2015). Ces questions environnementales sont contemporaines du classement en 1998 de l’Arganeraie au titre des « réserves de biosphère », qui conduit vers une dynamique de sanctuarisation de la nature ignorant souvent les processus de domestication.

Figure 2 : Pâturage aérien des arganiers

Figure 2 : Pâturage aérien des arganiers

Le caractère « grimpeur » des chèvres est sélectionné par les éleveurs, permettant aux animaux de prélever les fruits sur l’arbre à certaines périodes de l’année

Cliché N. Lacombe

9Dans cette première perspective on peut considérer que la circularité renvoie à des agencements techniques rendant possible la construction de complémentarités entre plusieurs activités ou produits. La spécification de l’une des productions peut participer à déconstruire ces synergies de par l’évolution des systèmes d’élevage qui en résulte.

Trajectoire sociotechnique des systèmes productifs

10La circularité renvoie bien souvent à des dimensions techniques liées à l’évaluation des flux d’énergie et de matière au sein d’un système. Elle mérite une analyse spécifique appliquée à l’agriculture et à l’élevage en combinant une approche institutionnelle. En effet la spécialisation agraire a eu pour corollaire la consolidation de filières d’activité, mode d’organisation qui apparait en de nombreux points antagoniques avec l’idée de circularité, qui ne peut ainsi s’envisager que par des coordinations intersectorielles.

Sectorisation des activités agraires

  • 5 Jobert et Muller font référence à un découplage entre « référentiel sectoriel » et « référentiel gl (...)
  • 6 Une relation verticale s’établit entre éleveurs et laiteries et opère ainsi une nouvelle division s (...)
  • 7 Dans sa théorie des systèmes sociaux, Luhmann fait référence à la différenciation profonde des acti (...)

11Ces dynamiques de découplage entre activité de production, participant à la marginalisation des coproduits, sont le fruit d’un processus de sectorisation des activités5. Il faut par-là entendre la différenciation d’un sous-système social (Moine, 2006) (laitier, oléicole), au sein duquel se configure un réseau professionnel organisé autour de l’une des productions. En Corse, ces changements se sont manifestés par une reconfiguration de l’élevage, passant d’une production fermière, vers une production étroitement associée au fonctionnement des laiteries6. Dans le cas marocain, ces changements sont le résultat de l’émergence des coopératives féminines qui se substituent au mode d’organisation familiale des activités (Romagny et Guyon, 2009). Que l’on pense à l’ILOCC en Corse, à la Fim’argane au Maroc, ces deux interprofessions représentent les différents secteurs de production associés à la production laitière et liée à l’huile d’argan. Les mobilisations engagées positionnent ici les acteurs dans un cadre relationnel au sein duquel un produit de référence devient l’objet essentiel des actions collectives. Cette sectorisation est associée à des dynamiques autoréférentielles7 (Luhmann, 1990), dans la mesure où les acteurs élaborent des normes qui leur sont propres et qui participent à la disqualification des coproduits. L’introduction de l’insémination artificielle, de la synchronisation des chaleurs ou encore les calendriers de collecte du lait sont des artefacts techniques visant à orienter les systèmes de production dans une perspective laitière mais qui sont mis en œuvre sans intégrer la question de la valorisation des agneaux de lait. Cette dynamique se retrouve également dans le cas de l’Arganeraie où les représentations véhiculées par les acteurs de l’huile d’argan opèrent un détournement vis-à-vis des pratiques de gestion forestière (fig.3). L’interdiction de collecte des fruits régurgités par les chèvres, la dénonciation de la contribution du pâturage à la dégradation des arganiers témoignent de cette déconstruction des interdépendances entre activités conjointes.

Figure 3 : Campagne de sensibilisation diffusée par l’AMIGHA (AMIGHA)

Figure 3 : Campagne de sensibilisation diffusée par l’AMIGHA (AMIGHA)

Le syndicat de défense de l’appellation « huile d’argane » diffuse aujourd’hui des messages incriminant les éleveurs, ce qui participe à introduire de nouvelles représentations des usages de la forêt défavorables à l’élevage

L’inter-sectorialité comme forme de ré-encastrement

  • 8 Ces deux organisations de producteurs, représentant des apporteurs laitiers auprès de l’interprofes (...)
  • 9 Cette association est représentée par des élites rurales dont la légitimité auprès des autorités pu (...)
  • 10 La région de Haha constitue une délimitation géographique s’appuyant sur un milieu humain, la tribu (...)

12Si dans la partie qui précède ont pu être mis en avant des formes de découplage entre activités conjointes, on assiste aussi, en observant la trajectoire des systèmes productifs, à des dynamiques de recouplage, pilotées par des agencements intersectoriels (Roux et al., 2006). J’ai analysé à ce titre les dynamiques de relance engagées par les opérateurs regroupés autour des projets d’IGP en Corse et en Sardaigne. Depuis les années 2000, l’AREO agit en faveur de la revalorisation de l’agneau de lait au côté du groupement de la société des caves8. En Sardaigne, le CONTAS est l’organisme de défense et de gestion de l’IGP « Agnello di Sardegna », issu d’un regroupement entre éleveurs, abatteurs et opérateurs de conditionnement. D’une part, on assiste au développement de filières de surgélation qui permet de reporter la consommation en été auprès de la population touristique. Par ailleurs, le développement de produits de découpe et de préparations culinaires répondant à de nouvelles pratiques de consommation permet de démocratiser l’usage du produit dans le temps. Au travers de ces deux types d’innovation, on observe le développement d’une stratégie de flexibilité au regard du fonctionnement des systèmes d’élevage (Chia et al., 2008), permettant de s’émanciper des contraintes liées à la saisonnalité. Si la situation est tout autre dans le cas de l’Arganeraie, ne peut-on pas voir dans le conflit une forme de proximité entre acteurs (Mormont, 2006), en mesure de produire des médiations entre ces deux secteurs d’activité ? Ces interactions dépassent le cadre autoréférentiel propre à chacun des usages et introduisent de nouveaux enjeux relatifs à la gestion des écosystèmes. Depuis 2010, « l’ Association des éleveurs de la région de Haha »9 élabore une nouvelle version du projet de manière à mieux intégrer les pratiques d’élevage (Agdal) au sein du cahier des charges tout en resserrant l’aire géographique à une micro-région où ces deux activités cohabitent depuis des millénaires10.

13La circularité fait référence non seulement à une approche technologique, mais également à la capacité d’un système à définir des coordinations entre activités conjointes. Elle renvoie ainsi à une dimension institutionnelle, qui suppose de décloisonner les identités professionnelles plurielles, afin de rendre possible leur coévolution.

L’ancrage territorial au pluriel : enjeux de gouvernance territoriale

  • 11 Le Plan Maroc Vert, approuvé en 2008, vise à rétablir un équilibre entre le développement de l’agro (...)

14L’enjeu est ici de mettre en perspective ces résultats en resituant ces travaux dans le champ de la géographie économique, et plus généralement au regard des travaux qui s’intéressent aux relations entre produits et territoires. Cette analyse nous amène à considérer l’inter-sectorialité comme une forme de dépassement des segmentations propres à chacune des filières de production (Epstein, 2015), fondées sur les relations entre un lieu et un produit. Les travaux relatifs à l’ancrage territorial des productions qui ont structuré cette pensée scientifique se limitent bien souvent à une lecture sectorielle et visent à énoncer les liens entre un produit et un territoire par l’entremise des savoir-faire, des conditions de production (Bérard et al., 2004), et ce, dans une perspective de différenciation marchande des produits (Pecqueur, 2006). Nous considérons ici que la spécification d’une ressource territoriale (Colletis et Pecqueur, 2005), peut contribuer à la disqualification de son coproduit. On voit ici apparaitre un tiraillement entre d’une part l’activation d’une ressource et la formulation d’une offre de type « panier de biens » (Hirczak et al., 2008), permettant d’envisager la valorisation conjointe de biens complémentaires. En effet, loin d’entretenir des synergies, les productions conjointes véhiculent souvent des relations concurrentielles. Cela traduit aussi une difficile mise en œuvre des politiques publiques. Le référentiel global de développement encouragée par le Plan Maroc Vert11 accompagne le développement d’une « approche terroir » tout en faisant explicitement référence à la promotion d’un modèle de type « panier de bien », or, on voit que les référentiels sectoriels vont à l’encontre de cette possible cohabitation. Il en va de même en Corse où la politique de développement touristique s’appuie sur la valorisation du patrimoine rural et encourage à la diversification des productions agroalimentaires (fromages, viandes) sans pour autant prendre en compte la disponibilité de ces produits dans le temps. Les enjeux de gouvernance territoriale apparaissent ici essentiels afin de dépasser l’approche sectorielle (Rey-Valette et al., 2014) et envisager des territoires multi-situés (Cortes et Pesche, 2013), faits à la fois de frontières et d’interactions.

15La littérature relative à la spécification des ressources, bien que traitant des interactions entre activités liées à un même territoire est largement marquée par une filiation aux théories du consommateur et à la différenciation économique des productions. En cela elle ne permet d’appréhender les circularités que du seul point de vue des complémentarités marchandes. Afin d’enrichir les perspectives de la géographie agricole et de l’économie rurale, il s’agit maintenant de décentrer le regard vers d’autre objets d’étude nous permettant de compléter cette première analyse en mobilisant d’autres références conceptuelles. Proposant d’étudier des cas où la circularité relève de démarches de requalification des déchets de l’élevage en ressources, l’écologie industrielle et territoriale vendra compléter les apports analytiques de cette première partie.

Vers de nouvelles « symbioses industrielles » dans le secteur de l’élevage

16Cette seconde partie s’appuie sur de nouveaux cas d’études permettant de dresser des perspectives de recherche à propos des coproduits de l’élevage. En reconsidérant l’animal d’élevage, il s’agit d’adopter une lecture fonctionnaliste au travers des usages de la matière, passant du statut de déchet à celui de ressource et offrant alors des pistes de réflexion pour une nouvelle économie de l’élevage.

Circularités dans les usages de la matière animale

17Ce travail nous amène à penser l’animal comme vecteur de ressources plurielles, investies dans différents secteurs d’activités, plutôt que de se centrer sur un préalable qui serait celui du produit fini, et résultant d’une opération préalable de traduction induite par l’économie des qualités.

Le ré-usage des déchets

18Dans cette partie, je propose de dresser des perspectives de recherche sur les coproduits, en réactualisant ces travaux au regard d’enjeux contemporains liés à l’économie circulaire. Le cas des laines, des cornes, du lactosérum ou des viandes de réforme, qui ont longtemps été destinés à certains usages, ont bien souvent été abandonnés au point d’être considérés comme des déchets, voués à l’élimination (Beaune, 1999). Pour autant aujourd’hui, des dynamiques de ré-emploi se font jour, laissant ainsi entrevoir des formes de circularités entre différents secteurs d’activité, en l’occurrence dans le domaine de l’artisanat local et de l’agro-alimentaire. Les déchets de l’élevage constituent ainsi des ressources pour des activités périphériques (Bertolini, 2005), processus que l’on appréhende aujourd’hui du point de vue de la seconde vie des objets (Anstett et Ortar, 2015). La littérature scientifique traitant de ces enjeux trouve un terrain privilégié d’application à propos des déchets ménagers et des filières de recyclage mais les questions agricoles demeurent marginales (Bahers, 2012). L’enjeu est ici d’introduire ce questionnement à propos de l’élevage, afin de mettre en exergue les solidarités productives entre secteurs d’activité connexes. Ces questions se posent avec d’autant plus d’acuité compte tenu de la situation d’insularité de la Corse, où l’autonomie de son secteur productif demeure une priorité du schéma régional de développement économique. Ce document, approuvé en 2016 par l’Assemblée Territoriale de Corse fait une place importante à la fois à la question des déchets mais également au développement agricole et rural, tout en plaçant l’innovation au centre de ces préoccupations.

L’écologie industrielle et territoriale

19Si l’économie des déchets permet d’avoir une lecture sectorielle selon la nature des filières concernées, il s’agit également de proposer une caractérisation de ces écosystèmes productifs à l’échelle des territoires considérés... L’écologie industrielle et territoriale a servi de base pour désigner un mode d’organisation inter-entreprises qui se caractérise par des échanges de flux ou une mutualisation de besoins entre différents secteurs. Cette démarche s’inspire de l’observation des écosystèmes naturels et des collaborations entre espèces de manière mutuellement bénéfique, démarche reproductible à l’échelle des écosystèmes industriels (Diemer et Labrune, 2007). Cela se traduit par des échanges de flux et de matières et le modèle de Kalundborg est cité en référence pour définir une « symbiose industrielle » comme l’utilisation, par une entreprise ou un secteur, de produits dérivés émanant d’une autre entreprise ou d’un autre secteur (Erkman, 2004). L’industrial ecology se concentrant principalement sur les systèmes industriels, un élargissement du cadre d’analyse a par la suite été proposé afin d’inclure une dimension territoriale, permettant de traiter du cas de l’agriculture. On peut citer le modèle d’Aussois, petite ville des Hautes-Alpes dont les flux d’énergie et de matière ont été analysés sur une période de 200 ans en confrontant l’évolution de son modèle agro-alimentaire (Buclet, 2016). Toutefois, ces travaux s’appuient sur une quantification statistique en établissant un bilan énergétique évolutif entre différents systèmes, ce qui n’est pas la perspective choisie. Le choix qui est ici fait vise à évaluer les potentialités liées au développement de circularités entre activités à l’échelle de territoires où différents secteurs tirent mutuellement bénéfice des effets de proximité, génératrices de déchets pour les unes, et réutilisés par d’autres en tant que ressources dans une perspective de spécification de leur production.

L’écosystème productif de l’élevage

20Les trois cas d’étude proposés font référence à différentes fonctions associées à l’usage des coproduits, si l’on pense à l’emploi des cornes et des laines dans le secteur artisanal, à la valorisation des viandes de réforme dans le secteur agro-alimentaire, ou à l’alimentation des porcs charcutiers dans le cas du lactosérum.

Laines et cornes : des matériaux destinés à l’artisanat

  • 12 Une dérogation est admise concernant l’importation de cornes de béliers dans la mesure où le stock (...)

21Si les laines issues des élevages de brebis laitières étaient auparavant utilisées afin de tisser des fibres vestimentaires ou associées à la confection de matelas, elles sont aujourd’hui brûlées par les éleveurs après la tonte. De la même manière, les animaux en fin de carrière sont voués à l’élimination alors que pourtant les cornes étaient utilisées afin de façonner les manches de couteaux et notamment le Cornicciolu (Bianchi, 2002). L’Europe a vu son industrie lainière se déliter durant le XXs. au profit du continent asiatique alors que, parallèlement, le développement de l’élevage en Nouvelle-Zélande et en Amérique du Sud s’est tourné vers des races à laine spécialisées comme la Mérinos (Daumas, 2004). La coutellerie a elle aussi connue une fragilisation semblable avec un abandon progressif de l’artisanat traditionnel. Sa production s’est délocalisée vers la Chine ou le bassin de Thiers à l’heure de la mondialisation et du développement du tourisme en Corse, favorisant la fabrication de contrefaçons de piètre qualité. On assiste pourtant à des dynamiques de relance de l’artisanat (Morucci, 1993), valorisant l’usage des sous-produits de l’élevage. Le travail mené auprès des couteliers en Corse témoigne de pratiques de récupération des cornes auprès des éleveurs. Cette pratique est contemporaine d’une réappropriation de l’origine des fabrications. En 2010, le « syndicat des couteliers corses » a été créé et ses membres ont approuvé une charte de qualité qui favorise l’utilisation de cornes issues de cheptels insulaires de race corse, principalement les boucs, chèvres et béliers (fig.4)12.

Figure 4 : Couteaux de type « Cornicciolu »

Figure 4 : Couteaux de type « Cornicciolu »

La réaffirmation de l’identité de la coutellerie corse s’appuie sur la valorisation du couteau de berger, le type « Vendetta » étant considéré comme une « invention » issue du récit romancé de la Corse

Cliché N. Lacombe

  • 13 La Résidence d’Artiste est une initiative menée par la Fondation de l’Université de Corse visant à (...)

22Les enquêtes réalisées en Sardaigne rendent compte d’un processus assez semblable de revalorisation des laines locales. Les artisans sardes perpétuent un héritage lié à la réalisation de tapis traditionnels en valorisant également l’emploi des colorants naturels issus des plantes locales (Serra, 2014) (fig.5). Plus récemment, les initiatives menées rendent compte d’une utilisation des laines pour fabriquer les panneaux d’isolation thermique (Marzeddu et al., 2015). En Corse, le délitement du tissu artisanal encourage au développement d’innovations comme la résidence d’artiste13 qui s’est déroulée en 2018 avec pour ambition de proposer de nouveaux produits et usages de la laine (tentures verticales, tapis, housses d’ordinateurs, chaussettes).

Figure 5 : Atelier de création « Tessile Prof.Canas »

Figure 5 : Atelier de création « Tessile Prof.Canas »

Les brebis corses et sardes sont des races dites jareuses, dont la toison a un caractère piquant, ce qui explique le choix en Sardaigne de privilégier la production de tapis aux créations vestimentaires

Cliché N. Lacombe

La valorisation des viandes de réforme dans le secteur agro-alimentaire

  • 14 Le dispositif d’enquête portant sur les pratiques de consommation a permis de distinguer les modes (...)
  • 15 Le syndicat a impulsé une dynamique de revalorisation des viandes caprines dans un contexte de cris (...)

23Si les fromages constituent la production la plus représentative de l’élevage caprin, les viandes occupent aussi une place grâce à la valorisation des cabris de lait (Lacombe et al., 2012). A l’heure actuelle, la viande de chèvre adulte n’est pas valorisée, comme c’est aussi généralement le cas en France continentale, sa consommation étant principalement réservée au continent africain. Les entretiens menés auprès de bouchers et de leurs clients14 témoignent pourtant d’anciennes pratiques de consommation en ragout, ou sous forme de viande séchée (Misgiccia) (Pesteil, 2008), mais également associée à la fabrication de produits charcutiers comme le saucisson de chèvre. Actuellement la fin de carrière des animaux se traduit par leur élimination dans les centres d’équarrissage. A défaut de chaîne de valorisation, les chèvres ne transitent que de façon très résiduelle par les abattoirs (1685 têtes en 2016 pour une population caprine de 38 870 individus). Or l’amélioration technique des élevages appelle à l’introduction de nouveaux référentiels de production associés au renouvellement du troupeau par l’introduction de chevrettes (15 %). Cela passe par la conception d’une filière de valorisation des viandes de réforme intégrant également la valorisation des brebis. Au titre du programme exceptionnel d’investissement voté en 2002, il est prévu la création d’un abattoir spécifique aux petits ruminants, dont la fonction serait notamment associée à la valorisation des viandes de réforme. Les initiatives en Corse qui vont en ce sens restent résiduelles et sont associées à la confection de saucisses et de merguez mais les actions menées par le syndicat caprin de la Drôme montrent un réel engouement de la profession notamment au regard des opportunités offertes par leur valorisation en circuits courts15. Pour autant, il s’agit d’une viande maigre dont la transformation en produits charcutiers appelle à des assemblages avec du gras de porc. C’est par là envisager la possibilité de trouver des synergies entre deux secteurs d’activité puisque chez les producteurs charcutiers régionaux, le gras de porc est traité en tant que déchet.

L’usage du lactoserum dans la finition des porcs charcutiers

  • 16 Association de défense et de promotion des charcuteries et salaisons IGP de Franche-Comté : Interpr (...)

24La Franche-Comté est une région historique de production fromagère. On y produit le Comté qui bénéficie d’une AOP et dont le volume de production annuel est le plus significatif en France avec environ 60 000 tonnes. C’est un fromage de vache au lait cru collecté par les fruitières (Delfosse, 2007) qui mutualisent les apports de différents producteurs. Au cours du processus de fabrication, s’opère une décomposition entre les matières solides et liquides. Le lactosérum constitue un résidu de la production laitière obtenu à partir du chauffage du lait par effet de coagulation. Il est composé d’eau, de sucres et de protéines et n’entre pas dans la fabrication des fromages obtenus à partir du caillé. Les pratiques anciennes témoignent du rôle que le sérum a pu jouer en vue de l’engraissement des porcs et aujourd’hui à des fins de finition des produits charcutiers, même si bien souvent le « petit lait » était traité en tant que déchet (Boichard, 1979). Cet usage trouve un renouveau qui est encouragé par l’interprofession porcine et l’A2M16, grâce à laquelle des accords de partenariat ont été conclus avec la filière Comté en vue de l’approvisionnement en lactoserum. Plusieurs secteurs de la production porcine valorisent ainsi ce mode d’alimentation pour stabiliser les caractéristiques de leur production, et notamment le porc de Franche-Comté IGP et l’emblématique saucisse de Morteau IGP (Fumey et Bérion, 2010). Cela témoigne d’une réelle co-valorisation par la conception de transversalités entre secteurs d’activité pluriels. Cette interaction se matérialise aujourd’hui par la création d’un lactoduc. Il s’agit d’un pipe-line enterré de 9 km qui permet de collecter le lactoserum issu de la filière Comté. Cette initiative est née du regroupement de trois coopératives structurées autour des Ateliers Porfins. La SARL collecte 10 millions de litres de petit lait destinés à l’engraissement des porcs. Cela permet par ailleurs de renforcer l’image et la notoriété de la filière comté qui s’inscrit là dans une perspective de développement d’une économie verte.

Ecologie des interactions entre filière(s) et territoire

25Dans un article paru en 2017 dans la revue Les Cahiers de l’Agriculture (Madelrieux et al., 2017), les auteurs s’intéressent aux interactions entre filières et territoires en s’appuyant sur les travaux menés en écologie territoriale. La déterritorialisation des systèmes de production est mise en avant comme étant la concrétisation d’un modèle économique dépendant de l’usage de ressources extérieures. Si les auteurs s’appuient sur un cadre d’analyse fondé sur une filière agricole spécifique afin d’analyser ces processus, je propose ici de remobiliser ces contributions en abordant la question de l’intersectorialité, en traitant des trois dimensions énoncées (ancrage, dépendance, empreinte) :

L’ancrage se caractérise par un usage des ressources locales et les liens qui s’établissent entre plusieurs activités. Dans les régions étudiées le modèle des AOC témoigne d’une forme d’ancrage d’un produit à un lieu. En cela la mobilisation des ressources locales dans le cas de la production fromagère et oléicole est avérée (race, matière première, etc.). Pour autant, ce modèle s’agence dans un assemblage d’acteurs de type sectoriel qui écarte souvent la seconde entrée liée aux liens entre activités. Un « produit phare » efface, marginalise l’existence et la valorisation de son coproduit. Le modèle de développement associé à l’ancrage territorial des productions n’encourage ainsi pas nécessairement à la valorisation de la diversité des patrimoines locaux, à défaut de prise en compte des interdépendances au sein d’un système productif. Elle induit souvent un désancrage entre activités connexes puisque le secteur de la coutellerie a recours à des ressources exogènes a défaut de prise en considération des coproduits par le secteur de l’élevage. Toutefois les deux dimensions tendent à être aujourd’hui combinées comme en témoigne la charte de qualité des couteaux corses, ou encore l’usage des laines locales, témoignant de circularités entre activités de production.

On rejoint ici une seconde dimension liée cette à la question des dépendances. Les secteurs d’activité qui pourraient faire usage des ressources connexes issues de l’élevage ont recours à des intrants extérieurs alors que pourtant les contextes d’insularité étudiés témoignent d’une attention vive en faveur de l’autonomie de leur écosystème productif. Si l’on a pu souligner l’existence de pratiques de récupération des laines et des cornes, dans bien des cas, à défaut de prise en considération des sous-produits de l’élevage, les opérateurs s’agrègent à des filières d’approvisionnement extraterritoriales. Dans ces contextes de dépendance, l’ancrage territorial des coproduits est rendu fragile et parvient difficilement à s’agréger à un modèle économique fondé sur la valorisation du lien à l’origine, centré notamment sur le développement d’un tourisme culturel. Mais les dépendances peuvent aussi s’envisager en termes de co-évolution. Les secteurs de production associés à la valorisation d’un produit-phare traversent, pour certains, des crises structurelles qui en fragilisent la permanence. Dans ces contextes de transition, la valorisation des coproduits peut être l’une des solutions permettant de favoriser la résilience des activités d’élevage à l’échelle intersectorielle (auto-renforcement).

On peut alors aborder la troisième dimension liée à la question de l’empreinte environnementale. La mobilisation conjointe de l’utilisation des ressources locales et de la valorisation de liens entre activités connexes permet d’envisager l’émergence d’une économie verte de l’élevage. Le modèle franc-comtois combine ces deux dimensions de l’ancrage territorial en se référant à la fois à la différenciation territoriale de la production fromagère, mais également à la promotion de circularités intersectorielles. Dans cette configuration, on observe un bouclage des flux d’énergie et de matière où les déchets d’un secteur font l’objet d’une valorisation par une activité connexe (charcutière). Si l’on peut appréhender cette économie verte grâce au ré-emploi des résidus de l’élevage, c’est aussi au travers de l’usage des coproduits que cette transition s’opère. Les coproduits ont des aptitudes technologiques plurielles qui peuvent être orientées vers la fourniture de services écologiques. Dans cette perspective, il y a lieu de se référer à l’économie des fonctionnalités. Si traditionnellement on connait l’usage des cornes et des laines tournées vers la fabrication de produits artisanaux, des solutions technologiques de retraitement des matériaux permettent de réaliser de nouveaux produits. En Sardaigne, un renouveau est apporté au travers d’une filière de valorisation des laines à destination de l’écohabitat. La corne fait aussi l’objet d’une attention nouvelle et au-delà de son emploi dans la coutellerie, il est également possible de faire usage de ses résidus ou des cornes déclassées pour la fabrication d’engrais verts.

Conclusion et perspectives

26L’analyse historique portée au travers de cette recherche montre que les coproduits occupent une place variable dans le temps. On peut identifier trois périodes principales :

  • Préindustrielle d’une part, où les sociétés agraires valorisent la diversité des ressources et les synergies entre elles dans des contextes d’autosubsistance et de différenciation des fonctions de l’agriculture.

  • La période industrielle témoigne d’une spécialisation par secteurs d’activité au sein de sociétés inscrites dans la mondialisation, qui conduit à des situations de découplage où les coproduits sont plus assimilables à des sous-produits ou des déchets.

  • Enfin une troisième période, post-industrielle, où malgré des situations de fragmentation et de différenciation des groupes sociaux, de nouvelles formes de combinaisons et arrangements productifs se consolident entre activités connexes, avec une progressive dé-spécialisation.

27Cette réalité est particulièrement vraie dans les territoires marqués par une dialectique entre différenciation et singularité, qui se matérialise par des trajectoires d’ancrage territorial des systèmes de production. On constate en effet que le lien à l’origine y connait une diffusion hétérogène auprès de différents secteurs d’activité, ce qui amène à définir des liens nouveaux, de nature circulaire, entre les entreprises, mobilisant des attributs partagés ou échangeant des intrants spécifiques. On quitte ici la sphère linéaire traitée à propos de la qualification d’un produit, ses caractéristiques propres, afin d’envisager les ressources de manière redistributive. Le cas de la saucisse de Morteau illustre cette réalité dans la mesure où la spécification des fabrications s’appuie sur le régime de production défini dans l’AOP Comté, dont le secteur charcutier retire un avantage concurrentiel. Cela conduit également à une hybridation des référentiels de développement puisque la dimension écologique se superpose à la dimension territoriale des systèmes productifs (Metereau et Figuière, 2014 ; Torre et Zimmerman, 2015). La proximité géographique introduite dans les logiques d’approvisionnement permet en effet de limiter l’usage d’intrants extérieurs, tout en favorisant le recyclage de matériaux pour lesquels l’élimination représente un coût économique et environnemental. Dans cette perspective, les approches par la spécification des ressources territoriales, et celles véhiculées par l’EIT méritent d’être croisées de manière à appréhender l’élevage non pas spécifiquement du point de vue des produits finis, mais aussi des cultures techniques associées à leur élaboration et des co-ressources qu’elles génèrent (fig.6).

Figure 6: Modélisation d'un système de production de type circulaire

Figure 6: Modélisation d'un système de production de type circulaire

Cette représentation schématique illustre les échanges de flux et de matières entre différents secteurs d’activité connexes, basés sur le ré-usage des déchets de l’élevage

Conception N. Lacombe

28Cela nous conduit à repenser l’élevage de manière contemporaine dans sa capacité à répondre à plusieurs fonctions productives, en revisitant le fonctionnement des systèmes de production afin de dépasser l’approche sectorielle. Cette transition appelle à des formes de coordinations intersectorielles comme mode de redéfinition du lien entre des activités à la fois interdépendantes, mais autonomes les unes des autres.

Top of page

Bibliography

ADEME, 2000, Les coproduits d’origine végétale des industries agroalimentaires, Ademe Editions, 76 p.

ANSTETT E. et ORTAR N., 2015, La deuxième vie des objets. Recyclage et récupération dans les sociétés modernes, Pétra (Editions), 210 p.

ARNSPERGER C., et BOURG D., 2016, Vers une économie authentiquement circulaire, Revue de l'OFCE, (1), p. 91-125.

BAHERS J.-B., 2012, Dynamiques des filières de récupération-recyclage et écologie territoriale : l’exemple du traitement des déchets d’équipements électriques et électroniques en Midi-Pyrénées, Thèse de doctorat en Géographie-Aménagement de l’espace. Université de Toulouse Le Mirail.

BARLES S., 2005, L'invention des déchets urbains : France, 1790-1970, Seyssel, Editions Champ Vallon, 304 p.

BERARD L., MARCHENAY P., DELFOSSE C., 2004, Les « produits de terroir » : de la recherche à l'expertise, Ethnologie française, 34(4), p. 591-600.

BEAUNE J.-C., 1999, Le déchet, le rebut, le rien, Editions Champ Vallon, 240 p.

BERTOLINI G., 2005, Economie des déchets, Paris, Editions Technip, 188 p.

BIANCHI D., 2002, Les couteaux corses, Crépin-Leblond, 208 p.

BOICHARD J., 1979, Actualité et perspectives de l'agriculture franc-comtoise, Revue Géographique de l'Est, 19(3), p. 349-360.

BUCLET N., 2016, Essai d'écologie industrielle, l'exemple d'Aussois en Savoie, Paris, CNRS Editions, 216 p.

BUCLET N., 2017, Écologie industrielle et territoriale : stratégies locales pour un développement durable, Lille, Presses universitaires du Septentrion, 310 p.

CARROUE L., 2013, La France ; les mutations des systèmes productifs, Paris, Armand Colin, 240 p.

CASABIANCA F., 1996, Viandes : Agneau de lait-cabri, in L'Inventaire du Patrimoine Culinaire de la France. Corse Produit du Terroir et Recettes Traditionnelles, Paris, Albin Michel, CNAC, n° 11.

CHAUSSOD R., ADLOUNI A. CHRISTON R., 2005, L'arganier et l'huile d'argane au Maroc : vers la mutation d'un système agroforestier traditionnel ? Cahiers Agricultures, 14(4), p. 351-356.

CHIA E., LECLERC B., TICHIT M., DEDIEU B., & MOULIN C. H., 2008, L'élevage en mouvement : flexibilité et adaptation des exploitations d'herbivores, Versailles, Quae, 294 p.

COLLETIS G., et PECQUEUR B., 2005, Révélation de ressources spécifiques et coordination située, Économie et institutions, (6-7), p. 51-74.

CORTES G., et PESCHE D., 2013, Territoire multisitué, L’Espace géographique, 42(4), p. 289-292.

COURLET C., et PECQUEUR B., 1993, Systèmes productifs localisés et industrialisation. Industrie et territoire en France, Paris, La Documentation Française, p. 91-102.

DAUMAS J. C., 2004, Les territoires de la laine : histoire de l'industrie lainière en France au XIXe s., Lille, Presses Universitaires Septentrion, vol. 858, 424 p.

DELFOSSE C., 2007, La France fromagère (1850-1990), Mondes ruraux contemporains, Boutique de l’histoire éditions, Université de Lyon-INRA, 271 p.

DELFOSSE C. et PROST J.-A., 1998, Transmission et appropriation des savoirs fromagers : un siècle de relations entre industriels de Roquefort et transformateurs corses, Ruralia [En ligne], 02.

DIEMER A et LABRUNE S, 2007, L’écologie industrielle : quand l’écosystème industriel devient un vecteur du développement durable, Développement durable et territoires [En ligne], Varia.

EPSTEIN R.,2015, La gouvernance territoriale : une affaire d’État : La dimension verticale de la construction de l’action collective dans les territoires, L'Année sociologique, 65(2), p. 457-482.

ERKMAN S., 2004, Vers une écologie industrielle, Paris, Editions Charles Léopold Mayer, vol. 137, 252 p.

FAOUZI H., 2003, L'arganeraie des haha : étude d'un système agraire en mutation (Haut-Atlas occidental, Maroc), Thèse de Doctorat, Nancy 2.

FAOUZI H., 2011, L’agdal dans la dynamique des systèmes agraires des arganeraies des Haha (Haut-Atlas Occidental, Maroc), Études caribéennes, 20.

FUMEY G., BERION P., 2010, Dynamiques contemporaines d'un terroir et d'un territoire : le cas du gruyère de Comté, Annales de géographie, n° 674, p. 384-403.

HIRCZAK M., MOALLA M., MOLLARD A., PECQUEUR B., RAMBONILAZA M., VOLLET, D., 2008, Le modèle du panier de biens. Grille d’analyse et observations de terrain, Économie rurale, Agricultures, alimentations, territoires, (308), p. 55-70

JOBERT B. et MULLER P., 1987, L'Etat en action. Politiques publiques et corporatismes, Paris, PUF, 242p.

LACOMBE N., 2015, Les coproduits entre marginalisation et relance. Le cas des viandes de petits ruminants en élevage méditerranéen, Thèse de Doctorat, Université de Corse Pascal Paoli.

LACOMBE N., 2018, Inventer le marché par la conservation. Le cas des viandes de lait en Corse et en Sardaigne, Techniques & Culture. Revue semestrielle d’anthropologie des techniques, (69), p. 136-147.

LACOMBE N., DELFOSSE C., BOUTONNET J.-P., CASABIANCA F., 2012, L’abattage fermier en Corse : tensions ente normes réglementaires et légitimation d’une pratique socialement acceptée, in 19èmes Rencontres Recherches Ruminants. Presented at 19. Rencontres autour des Recherches sur les Ruminants, Paris, FRA (2012-12-05 - 2012-12-06).

LACOMBE N. et CASABIANCA F., 2015, Pâturer l’arganeraie : Le chevreau face à l’huile d’argan, Techniques & Culture, 63, p. 130-145.

LANDEL P. A., et SENIL N., 2009, Patrimoine et territoire, les nouvelles ressources du développement, Développement durable et territoires. Économie, géographie, politique, droit, sociologie, Dossier 12.

LUHMANN N., 1990, The paradox of system differentiation and the evolution of society, Differentiation theory and social change : Comparative and historical perspectives, p. 409-440.

MADELRIEUX S., BUCLET N., LESCOAT P., MORAINE M., 2017, Écologie et économie des interactions entre filières agricoles et territoire : quels concepts et cadre d'analyse ? Cahiers Agricultures, 26(2), p. 24001.

MARZEDDU G., GIUA M., PAMPIRO, F., 2015, Pannelli destinati all’isolamento termico. Abbinamento sughero–lana, Agris Sardegna, 10 p.

METEREAU R., FIGUIERE C., 2014, Au carrefour de l’écologie industrielle et du Syal. Premiers jalons pour faire progresser la durabilité d’un développement rural localisé, Développement durable et territoires [En ligne], vol. 5, n° 1.

MOLLARD A., 2002, Multifonctionnalité de l’agriculture et territoires : des concepts aux politiques publiques, Cahiers d'économie et de sociologie rurales, (66), p. 27-54

MORUCCI G., 1993, Les Années CORSICADA : Reconquête culturelle et tentative de développement économique 1964-1984, Thèse de doctorat, Université de Corse.

PECQUEUR B.,2006, Le tournant territorial de l'économie globale, Espaces et sociétés, (1), p. 17-32.

PESTEIL P., 2008, Les nourritures de marche : du berger au randonneur (exemples corses), Antrocom, 4(2), p. 125-130.

REY-VALETTE H., CHIA E., MATHE S., MICHEL L., NOUGAREDES B., SOULARD C. T., GUIHENEUF P. Y., 2014, Comment analyser la gouvernance territoriale ? Mise à l'épreuve d'une grille de lecture, Géographie, économie, société, 16(1), p. 65-89.

ROMAGNY B., et GUYON M., 2009, Des souks aux marchés internationaux. La valorisation économique de l’huile d’argan marocaine : un cas d’école des contradictions du développement durable, In Colloque International “Localiser les Produits, 9-11 juin 2009, Paris, UNESCO.

ROUX E., VOLLET D., PECQUEUR, B., 2006, Coordinations d’acteurs et valorisation des ressources territoriales. Les cas de l’Aubrac et des Baronnies, Économie rurale. Agricultures, alimentations, territoires, (293), p. 20-37.

SAUVE S., NORMANDIN D., & MC DONALD M., 2016, Économie circulaire, Montréal, Les Presses Universitaires de Montréal, 192 p.

SERRA C., 2014, La lana sarda : storia e futuro di una preziosa risorsa, Rapport final, projet MED-LAINE.

SIMENEL R., MICHON G., AUCLAIR L., THOMAS Y., ROMAGNY B., GUYON M., 2009, L'argan : l'huile qui cache la forêt domestique De la valorisation du produit à la naturalisation de l'écosystème, Autrepart, (2), p. 51-73.

TORRE A., et ZIMMERMANN J.-A, 2015, ‪Des clusters aux écosystèmes industriels locaux‪, Revue d'économie industrielle, n° 152, p. 13-38‬‬.

VALLERAND, F., DUBEUF, J. P., TSIBOUKAS, K., 2007, Le lait de brebis et de chèvre en Méditerranée et dans les Balkans : diversité des situations locales et des perspectives sectorielles, Cahiers agricultures, 16(4), p. 258-264.

Top of page

Notes

1 En 2014, la production d’agneaux de lait en Corse représentait 57 470 têtes soit un potentiel de valorisation en viande de 378 tonnes équivalent carcasse (SAA 2014).

2 La population ovine laitière en Sardaigne était estimée à plus de 3 millions de brebis dans les années 1980, et connait depuis une diminution significative en lien avec la baisse du prix du lait.

3 Dans le calendrier agro-pastoral traditionnel, les mises-bas sont organisées à la fin de l’hiver et les agneaux commercialisés à Pâques, après quoi les brebis sont montées en estive de la fin du printemps au début de l’automne (A Muntagnera).

4 Le Dahir du 4 mars 1925 sur la protection et à la délimitation des forêts d’arganiers reconnait les droits antérieurs des populations autochtones sur l’usage de la forêt tout en donnant une compétence de police aux services forestiers.

5 Jobert et Muller font référence à un découplage entre « référentiel sectoriel » et « référentiel global » appliqué aux politiques publiques, pour opposer un modèle de segmentation de l’action publique à la transversalité de certains enjeux (Jobert et Muller 1987).

6 Une relation verticale s’établit entre éleveurs et laiteries et opère ainsi une nouvelle division sociale du travail qui se traduit par des formes de dépendance.

7 Dans sa théorie des systèmes sociaux, Luhmann fait référence à la différenciation profonde des activités sociales, pour lesquelles la reproductibilité ne suppose pas d’entretenir d’interactions avec d’autres sphères. C’est un cadre théorique ainsi mobilisé pour désigner le « secteur » comme un cercle, dont les règles de fonctionnement ne supposent pas la prise en compte de celles d’autres secteurs.

8 Ces deux organisations de producteurs, représentant des apporteurs laitiers auprès de l’interprofession, ont développé auprès de leurs adhérents une prestation de collecte et de commercialisation des agneaux de lait.

9 Cette association est représentée par des élites rurales dont la légitimité auprès des autorités publiques mais aussi des éleveurs participe à la reconnaissance des actions menées par l’association.

10 La région de Haha constitue une délimitation géographique s’appuyant sur un milieu humain, la tribu des Haha (Faouzi, 2003).

11 Le Plan Maroc Vert, approuvé en 2008, vise à rétablir un équilibre entre le développement de l’agro-industrie et l’agriculture paysanne. A ce titre, son pilier II, relatif au développement solidaire de la petite agriculture, s’appuie notamment sur le régime des indications géographiques pour faire valoir les productions traditionnelles du Maroc rural.

12 Une dérogation est admise concernant l’importation de cornes de béliers dans la mesure où le stock disponible en Corse reste limité face à l’accroissement du nombre de couteliers et parallèlement les difficultés d’approvisionnement auprès des éleveurs qui demeurent aléatoires.

13 La Résidence d’Artiste est une initiative menée par la Fondation de l’Université de Corse visant à mettre à l’honneur le travail de matériaux insulaires (bois, liège, terre) par des artistes designers grâce à des équipements mis à disposition par le Fab Lab de Corti.

14 Le dispositif d’enquête portant sur les pratiques de consommation a permis de distinguer les modes alimentaires selon différentes catégories d’âge, conduisant à identifier chez les plus anciens des modes de conservation des produits carnés par la voie du séchage.

15 Le syndicat a impulsé une dynamique de revalorisation des viandes caprines dans un contexte de crise laitière à partir de 2005, donnant lieu à des études qualitatives, à la formation des éleveurs, projet aujourd’hui soutenu par la Région Rhône-Alpes par le biais d’un PIDA entre 2012 et 2015.

16 Association de défense et de promotion des charcuteries et salaisons IGP de Franche-Comté : Interprofession porcine qui gère la promotion et la mise en œuvre des SIQO et notamment les IGP « Saucisse de Morteau » et « Saucisse de Montbéliard ».

Top of page

List of illustrations

Title Figure 1 : Campagne de promotion de l’agneau de lait (ODARC)
Caption Le caractère saisonnalisé de la consommation est un déterminant essentiel du fonctionnement des systèmes d’élevage ovins laitiers.
URL http://journals.openedition.org/geocarrefour/docannexe/image/11230/img-1.jpg
File image/jpeg, 48k
Title Figure 2 : Pâturage aérien des arganiers
Caption Le caractère « grimpeur » des chèvres est sélectionné par les éleveurs, permettant aux animaux de prélever les fruits sur l’arbre à certaines périodes de l’année
Credits Cliché N. Lacombe
URL http://journals.openedition.org/geocarrefour/docannexe/image/11230/img-2.jpg
File image/jpeg, 84k
Title Figure 3 : Campagne de sensibilisation diffusée par l’AMIGHA (AMIGHA)
Caption Le syndicat de défense de l’appellation « huile d’argane » diffuse aujourd’hui des messages incriminant les éleveurs, ce qui participe à introduire de nouvelles représentations des usages de la forêt défavorables à l’élevage
URL http://journals.openedition.org/geocarrefour/docannexe/image/11230/img-3.jpg
File image/jpeg, 52k
Title Figure 4 : Couteaux de type « Cornicciolu »
Caption La réaffirmation de l’identité de la coutellerie corse s’appuie sur la valorisation du couteau de berger, le type « Vendetta » étant considéré comme une « invention » issue du récit romancé de la Corse
Credits Cliché N. Lacombe
URL http://journals.openedition.org/geocarrefour/docannexe/image/11230/img-4.jpg
File image/jpeg, 4.2M
Title Figure 5 : Atelier de création « Tessile Prof.Canas »
Caption Les brebis corses et sardes sont des races dites jareuses, dont la toison a un caractère piquant, ce qui explique le choix en Sardaigne de privilégier la production de tapis aux créations vestimentaires
Credits Cliché N. Lacombe
URL http://journals.openedition.org/geocarrefour/docannexe/image/11230/img-5.jpg
File image/jpeg, 2.4M
Title Figure 6: Modélisation d'un système de production de type circulaire
Credits Cette représentation schématique illustre les échanges de flux et de matières entre différents secteurs d’activité connexes, basés sur le ré-usage des déchets de l’élevage
URL http://journals.openedition.org/geocarrefour/docannexe/image/11230/img-6.png
File image/png, 23k
Top of page

References

Electronic reference

Nicolas Lacombe, « « Co-produire ». Repenser l’élevage par les interdépendances entre activités », Géocarrefour [Online], 92/3 | 2018, Online since 15 December 2018, connection on 22 August 2019. URL : http://journals.openedition.org/geocarrefour/11230 ; DOI : 10.4000/geocarrefour.11230

Top of page

About the author

Nicolas Lacombe

Chercheur post-doctorant UMR 6240 LISA CNRS, Chercheur associé à l'UR 45 LRDE INRA nicolas.lacombe34@gmail.com

Top of page

Copyright

© Géocarrefour

Top of page
  • OpenEdition Journals