Navigation – Plan du site
Compte rendu d'ouvrages

Magalie Reghezza-Zit et Samuel Rufat (dir), Résiliences. Société et territoires face à l’incertitude, aux risques et aux catastrophes

Isabella Tomassi
Référence(s) :

REGHEZZA-ZIT M. et RUFAT S. (dir), 2015, Résiliences. Société et territoires face à l’incertitude, aux risques et aux catastrophes, Londres, Iste éditions, 242 p.

Texte intégral

1Au tournant des années 2000, après avoir mis en avant le concept de vulnérabilité, issue de la politisation des études sur les risques et les catastrophes pendant les années 1970, la gestion des risques s’est enrichie d’une nouvelle notion, celle de résilience. Celle-ci a permis de renouveler la manière de concevoir la relation entre la société urbaine et les risques (naturels ou technologiques) dans un contexte de changement climatique, de forte incertitude et de multiplication des catastrophes. Au moment où l’on croyait avoir maîtrisé les aléas naturels grâce à la technique, celle-ci révélait ses impensés et la fragilisation qui l’accompagne. Parfois vue comme le versant positif de la vulnérabilité, la résilience est une notion intégratrice et d’acception assez large qui concerne non seulement les capacités d’un groupe social ou/et d’un territoire (ou, plus largement, d’un système socio-technique, écologique, etc.) à faire face à une catastrophe, mais aussi ses facultés à se relever de cette perturbation pour en faire une « opportunité ». Le traitement extensif de la résilience quant à sa portée dans les sciences humaines, comme dans les sciences cognitives et biologiques et l’ingénierie, et l’abondance de définitions et d’usages dans la littérature internationale ne laissent pas la notion à l’abri de la confusion quant à son origine et à ce qu’elle transmet véritablement (Kelman, 2018).

2Depuis l’analyse des risques, la prévention, la protection, la réduction de la vulnérabilité, le retour à la normale et jusqu’à la reconstruction post-catastrophe, les méthodes et les pratiques de gestion des risques intègrent la notion de résilience. La question est de savoir si mobiliser cette notion a des effets méthodologiques dans les études et des effets sur les pratiques de prévention des risques et de réduction de la vulnérabilité, si elle est utilisée à propos ou si derrière l’ambiguïté se cache un « mauvais » usage. L’ouvrage recensé, paru en 2015, vient faire le point de manière critique sur cette notion à partir du séminaire de recherche « Résiliences urbaines » qui s’est tenu à l’Ecole normale supérieure de Paris entre 2009 et 2013, sous la responsabilité de Magalie Reghezza -Zit et Géraldine Djament-Tran.

3Enthousiasme euristique ou interdisciplinarité

4Le livre se structure en une série d’interventions qui étoffent la notion de résilience à partir de sa définition en passant par de cas d’études qui montrent bien la multiscalarité, parfois problématique, du recours à la résilience, enrichie d’un corpus de références très copieux. Il s’agit d’abord de faire le point sur le caractère polysémique de cette notion qui se prête aux usages les plus divers : on la retrouve dans le langage des spécialistes des disasters studies aussi bien que dans les programmes des organismes internationaux et des politiques publiques, aux échelles globale et continentale, et jusqu’à l’échelle nationale. Mais aussi de donner à voir sa capacité à faire dialoguer sciences de l’environnement et sciences humaines et sociales dans un afflux de problèmes méthodologiques, opérationnels et épistémologiques. Si cette notion reste controversée et sa définition encore débattue, onze chapitres, confiés à quatorze contributeurs, permettent au lecteur de paramétrer l’usage de cette notion et ses conséquences opératoires et politiques.

5« Ceci n’est pas un concept ! »

6Le premier chapitre (Reghezza-Zit, Provitolo et Lhomme) est consacré à la définition de la résilience, tant du point de vue de son origine dans la construction disciplinaire en psychologie que de son usage en écologie, qui a donné à voir la dynamicité adaptative face aux aléas des systèmes complexes. C’est seulement avec le passage au cindynique (chapitre 2, Provitolo et Reghezza-Zit) que cette notion s’est chargée de positivité face au concept de vulnérabilité, lié à la faiblesse et l’incapacité d’un système. En réalité les deux notions sont compréhensibles dans un modèle de dépassement, celui de « vulnérabilité résiliençaire » (Provitolo, 2012) qui permet de conceptualiser les deux moments dans une continuité temporelle jusqu’à la phase de réaction qui intègre le modèle de panarchy (Gunderson, Holling, dir. 2002). Celui-ci propose une analyse multiscalaire de la résilience dans une perspective systémique qui sera la ligne de conduite du reste de l’ouvrage. Dans le chapitre 3 (Djament-Tran), au vu de la nécessité de se positionner dans l’espace et dans le temps pour pouvoir l’appréhender, la résilience est considérée comme un problème scalaire tant porté à déterminer le « moment » du dépassement de sa possibilité qu’à se situer dans des dynamiques liées au découpage politico-administratif. Une considération d’autant plus importante si on la rapporte aux aléas globaux imposés par la mondialisation.

7Décliné dans le système-ville, ceci amène (chapitre 4, Pierdet) à mobiliser de nouveau la notion de résilience dans une approche systémique, pour mener une réflexion sur les critères qui permettent de définir un système spatial comme résilient. Le chapitre 5 (Barroca) porte sur l’échelle de l’unité de bâti, qui est exposée aux sollicitations voire aux crises. Les travaux des dernières années sur la planification résiliente laissent entendre que des aspects importants de la résilience sont la prepardness et l’anticipation, ce qui pose de nouveaux problèmes pour un « urbanisme du risque ». Cette partie de l’ouvrage (chapitre 6, Serre) confronte le lecteur avec un cas concret d’applicabilité de la notion de résilience, comme adaptabilité socio-territoriale face à l’émergence de nouvelles menaces inédites (panne du réseau électrique, panne d’internet et nucléaire). L’effet domino, tristement connu comme un des premiers effets imprévus de la crise d’un système, est ici décortiqué à l’aune d’une résilience vue comme une stratégie pour anticiper des scenarii, élaborer des modèles, faire face à l’incertitude, augmenter l’adaptabilité face aux risques dans une vision pragmatiste du problem solving. Ce n’est qu’à partir des années 2000 (chapitre 7, Kergomard) que l’analyse des politiques internationales se concentre sur le défi environnemental que pose la dégradation des milieux de vie. Comme l’auteur le montre bien, la durabilité d’une ville en termes de réduction de la production carbone ne va pas de pair avec une « ville résiliente ».

8Le chapitre 8 (Laganier) met en valeur la connaissance dont un territoire peut disposer a posteriori. Une connaissance, donc, plus opérationnelle, basée sur le REX ou méthode de retour d’expérience pour préparer des stratégies d’atténuation (mitigation) et mettre en place des dispositifs de préparation (prepardness). Deux cas d’étude (chapitre 9, Hernandez, Beucher) nous permettent ensuite de saisir la diversité de la mise en œuvre de la résilience. D’une part, La Nouvelle Orléans, où la notion de résilience s’affiche comme une stratégie de recovery, c’est-à-dire de restauration à la fois matérielle, sociale, politique, économique et symbolique de la ville détruite par l’ouragan Katrina en 2005. D’autre part, Londres et son projet de Thames Gateway, qui se veut résilient dans le sens de la mise en place d’une politique d’aménagement qui vise à absorber un choc futur. La question sur la vulnérabilité et la justice spatiale demeure inchangée, que la politique urbaine soit volontariste ou rationaliste. Le chapitre 10 (Le Blanc) aborde la question de la mémoire. Un ancrage territorial fort (connaissance du lieu, en tant qu’espace vécu, ressenti et habité), associé à une mémoire commune qui constitue la fondation de l’identité, sont pour l’auteur les ingrédients essentiels pour définir la résilience sans recourir à la catégorie de « communauté », souvent trop abstraite ou fantasmée. Pour dépasser le « paradoxe de la résilience », il s’agit de le penser comme un caractère particulier d’un système en co-évolution (Magnaghi, 2003). La question de la conservation et de la pérennisation de la mémoire reste cruciale pour développer une culture du risque et la préparation nécessaire à faire face. L’analyse de la construction politique et symbolique de toute catastrophe permet de penser l’événement et d’en faire une connaissance partagée et orientée vers une résilience proactive.

9Le dernier chapitre, écrit par Samuel Rufat, opère un retour critique et pose une série de questions d’ordre théorique et politique autour de la résilience. Il affirme d’emblée ne pas vouloir considérer la résilience comme un concept mais comme une notion. Une notion ambiguë qui est souvent un « mot valise », parfois une prophétie autoréalisatrice, séduisante et contenant une promesse d’élasticité. A partir du constat que la ville se doit aujourd’hui d’être « résiliente », avec une prolifération de labels et d’index internationaux, il semblerait que, sans remettre en cause les politiques qui rendent vulnérables nos métropoles, nous prenons acte de l’état de catastrophe. Revient ici, centrale, la distinction et l’opérabilité des deux notions de vulnérabilité et de résilience, l’une liée à un niveau collectif d’action en amont des crises pour la réduction des inégalités et de la pauvreté, mais indépendante de celles-ci ; l’autre qui n’est mesurable qu’en aval et permet de déplacer l’action sur l’individu et renvoie à un projet plus « consensuel et intégrateur ». La privatisation de la gestion des risques et des catastrophes creuse un fossé social toujours plus profond : on passe, en somme, à un management de la catastrophe (Langumier, Revet, 2013) qui relève plus de la « gouvernementalité » foucaldienne avec son apparat apte à gérer rationnellement les populations, leurs conduites et leurs comportements qu’à prendre en compte la complexité systémique de la ville et son ensemble de connaissances et de relations.

Haut de page

Bibliographie

GUNDERSON L. H., HOLLING C. S. (eds.), 2002, Panarchy : Understanding Transformations in Human and Natural Systems, Washington DC, Island Press.

KELMAN I., 2018, Lost for Words Amongst Disaster Risk Science Vocabulary ?, International Journal of Disaster Risk Science vol. 9, n° 3, p. 281-291.

LANGUMIER J., REVET S., 2013, Le gouvernement des catastrophes, Paris, Karthala.

MAGNAGHI A., 2003, Le projet local, Editions Mardaga, Hayen.

PROVITOLO D., 2012, La « vulnérabilité résiliençaire », un cadre conceptuel pour les recherches sur les risques et les catastrophes, in Y. LAZZERI, E. MOUSTIER (dir.), Vulnérabilité, équité et créativité en Méditerranée, Presses universitaires de Provence et presses universitaires d'Aix-Marseille, 263 p.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Isabella Tomassi, « Magalie Reghezza-Zit et Samuel Rufat (dir), Résiliences. Société et territoires face à l’incertitude, aux risques et aux catastrophes », Géocarrefour [En ligne], 92/2 | 2018, mis en ligne le 15 décembre 2018, consulté le 22 janvier 2019. URL : http://journals.openedition.org/geocarrefour/11317

Haut de page

Auteur

Isabella Tomassi

doctorante en géographie, aménagement et urbanisme, Université Lyon 2, UMR TRIANGLE isabella.tomassi@ens-lyon.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© Géocarrefour

Haut de page
  • OpenEdition Journals