Navigation – Plan du site
Compte rendu d'ouvrages

Jean-Philippe Pierron, Cyrille Harpet et Philippe Billet, Justice et injustices environnementales

Cécile Ferrieux
Référence(s) :

Jean-Philippe Pierron, Cyrille Harpet et Philippe Billet, 2016, Justice et injustices environnementales, Paris, L’Harmattan, 228 p.

Texte intégral

1L’ouvrage dirigé par Cyrille Harpet, Philippe Billet et Jean-Philippe Pierron contribue utilement à la littérature sur la justice environnementale qui s’étoffe depuis quelques années (Augagneur et Fagnani, 2015 ; Faburel 2010 ; Flipo, 2009). À ne pas confondre avec la publication homonyme (Blanchon et al., 2011), il apporte une réflexion sur la justice environnementale analysée à l’aune des théories de justice sociale. Le rapport entre l’environnemental et le social est au cœur des différentes contributions présentées ici : les inégalités environnementales sont entendues comme des injustices dans la mesure où elles touchent avant tout les populations les plus paupérisées. Ce cumul des inégalités, qui fonde d’ailleurs le mouvement de justice environnementale aux États-Unis à partir des années 1970, constitue donc bien le point de départ des auteurs. Si certains chapitres proposent une réflexion théorique générale sur les modèles de justice sociale à l’œuvre dans le domaine environnemental tandis que d’autres mettent ces derniers à l’épreuve de cas d’étude, tous interrogent la portée mais aussi les limites des dispositifs censés éliminer, du moins réduire, les injustices environnementales.

2Irriguant l’ensemble des chapitres, la discussion sur les modèles de justice environnementale est un point fort de l’ouvrage. Cyrille Harpet revient sur les inégalités environnementales, conçues à partir des liens structurants entre les sociétés humaines et les écosystèmes en tant qu’objet de justice. En ce sens, la justice environnementale se définit bien comme une justice sociale (p. 42), non-réductible à sa seule dimension écologique. En situant le débat sur la dialectique entre égalité et équité, l’auteur défend la notion d’une justice distributive, tenant compte de l’existence de groupes sociaux différenciés (Fraser, 2011) et « consistant à toujours accorder la priorité aux plus défavorisés dans la répartition des biens » (p. 54). Ce débat sur l’équité est prolongé par Bernard Bret dans le deuxième chapitre qui aborde le paradoxe entre l’amélioration du niveau de vie à l’échelle mondiale et la dégradation dans le même temps des problèmes environnementaux. Ce décalage recouvre en réalité des réalités très diverses, qui ne sont pas seulement sociales mais aussi proprement politiques. L’exemple donné de la lutte contre la sécheresse dans le Nordeste brésilien est sur ce point éclairant : les petits propriétaires ou paysans sans terre subissent directement les épisodes de sécheresse contrairement aux gros propriétaires fonciers dont les exploitations bénéficient des aménagements hydrauliques opérés par l’État. La force des inégalités socio-politiques dans la construction des injustices environnementales peuvent être atténuées par des dispositifs d’empowerment, décrits de manière performative parfois, créant des boucles vertueuses entre développement humain, équité et environnement. On lit cependant avec attention la réflexion autour de la complexité des échelles d’intervention sur des objets environnementaux dont les frontières sont rarement claires et stables.

3Dans son chapitre sur les mesures environnementales liées à l’implantation ou l’extension d’infrastructures lourdes, Julie Gobert prend justement un point de vue multiscalaire en resituant les individus et leurs représentations dans des projets d’aménagement plus larges, qui occultent encore trop souvent la façon dont les individus appréhendent subjectivement leur environnement (p. 87). Les mesures mises en place pour réduire les externalités négatives révèlent en effet ce qu’on pourrait appeler des « transactions d’acceptabilité » où les maux environnementaux sont compensés par des aménités plus ou moins commensurables dans d’autres domaines, comme l’emploi ou les services. Le cas d’étude sur la santé en milieu urbain proposé par Virginie Chasles et Béatrice Fervers invite également à analyser avec finesse la question des échelles. Aujourd’hui, les villes donnent à voir de meilleurs indicateurs de santé que les espaces ruraux, étant donné qu’elles abritent les populations les plus favorisées, et donc les moins vulnérables face aux maladies (p. 123-124). Surtout, les inégalités sociales qui demeurent sont aggravées par les expositions environnementales auxquelles sont soumises les populations les plus démunies, souvent reléguées dans les espaces urbains dégradés. Ce cumul des inégalités rappelle que la santé est bien un enjeu de justice environnementale qui croise à la fois le social et le spatial (p. 133).

4Les différenciations spatiales et les jeux d’échelle induits sont également traités dans les contributions de Cyria Emelianoff, Isabelle Michallet et Philippe Billet. Les trois auteurs s’intéressent aux dispositifs développés pour atténuer les inégalités entre pays du Nord et du Sud. C. Emelianoff revient sur le concept de dette écologique promu par les pays du Sud pour désigner la dégradation de leur environnement générée par les pays développés (captation des ressources, exportation des déchets, etc.). La dette écologique est au cœur de nombreux dispositifs compensation (aide à la restauration des milieux ou transfert de technologies par exemple) qui reconnaissent la responsabilité des États occidentaux mais ne s’accompagnent pour autant pas d’une remise en cause du développement industriel en vigueur, malgré l’émergence ici ou là de modèles alternatifs (p. 115). I. Michallet prolonge cette discussion sur l’interprétation de la justice environnementale dans le droit international. Prenant acte des revendications des pays du Sud, la Conférence de Rio de 1992 reconnaît « les responsabilités communes mais différenciées des États » et la nécessité de « doser les obligations » (p. 172). Plusieurs exemples concrets comme la Convention sur la diversité biologique ou la Convention sur la désertification donnent corps à ce principe. Si le droit international s’avère prometteur, notamment dans sa promotion de la participation des groupes sociaux, il manque encore d’effectivité ce qu’explique clairement le P. Billet avec l’exemple des transferts de déchets à l’échelle internationale. Censée lutter contre le « dumping écologique » la convention de Bâle de 1989 qui impose aux Etats un mode de gestion « écologiquement rationnel » (traitement des déchets en amont ; réduction des distances de transferts) a une portée limitée par la faiblesse de l’expertise dont dispose les Etats destinataires (p. 161) ainsi que par le manque de financement chronique dont souffre les centres régionaux prévus par la Convention.

5Ces chapitres pointent donc de manière pertinente les enjeux d’une justice environnementale confrontée à des problèmes dont la nature extrêmement variable – et souvent posée de manière trop implicite par les auteurs – les met aux prises avec des jeux d’échelle et d’espace importants. Les dispositifs de traitement des injustices environnementales sont ainsi pris dans des systèmes de contraintes qui auraient mérité des approfondissements, par exemple sur la force des modèles de développement en jeu. On comprend cependant avec intérêt les limites d’une justice environnementale redistributive, issue des théories rawlsiennes de l’équité, dont la logique compensatrice n’apparaît pas à la hauteur des inégalités en jeu. De ce point de vue, l’ensemble des auteurs développent une thèse commune, celle de l’empowerment ou des « capabilités », en s’appuyant sur les travaux d’A. Sen (Sen, 1985).

6Ce thème est plus particulièrement exploré dans le chapitre conclusif. Guillaume Faburel et Pauline Massé reviennent sur les conditions de déploiement d’une justice environnementale davantage transformatrice, dans le cadre de laquelle les individus sont en mesure de faire valoir leur « capacité personnelle d’accéder et de s’impliquer dans les processus socio-politiques, inégalitaires, de la délibération publique » (p. 194). Mais cette approche peine à trouver son prolongement dans des pratiques qui se qualifient pourtant d’environnementalistes. L’exemple des éco-quartiers montre que le référentiel instrumental, technocentré et normatif, reste dominant, au détriment d’une conception de l’environnement comme « stimulation démocratique » (p. 203). En ce sens, les auteurs proposent un modèle qui croise reconnaissance des particularités et renouvellement des formes d’engagement citoyen. Ce modèle renvoie à la notion d’écocitoyenneté proposée par Julie Gobert. C’est sans doute autour de cette piste de recherche (Seguin et al., 2005) que l’on peut souhaiter le prolongement de la réflexion sur la justice environnementale, que cet ouvrage, dont la cohérence d’ensemble est parfois floue (la préface de Catherine Larrère a, en ce sens, toute son importance), permet d’aborder dans toute sa complexité.

Haut de page

Bibliographie

AUGAGNEUR F., FAGNANI J. (dir.), 2015, Revue française des affaires sociales, n° 1-2.

BLANCHON D., GARDIN J., MOREAU S., 2011, Justice et injustices environnementales, Paris, Presses Universitaires de Paris Ouest.

FABUREL G., 2010, Débats sur les inégalités environnementales. Une autre approche de l’environnement urbain, Justice spatiale / spatial justice, vol. 2, p. 102-132.

FLIPO F., 2009, Les inégalités écologiques et sociales : l’apport des théories de la justice, Mouvements, vol. 60, n° 4, p. 59-76.

FRASER N., 2011 (2005), Qu’est-ce que la justice sociale ? Reconnaissance et redistribution, Paris, La Découverte.

SEGUIN M., DE CONINCK P, TREMBLAY F., 2005, Enjeux environnementaux contemporains : les défis de l’écocitoyenneté, Nouvelles pratiques sociales, vol. 18, n° 1.

SEN A. K., 1985, Commodities and Capabilities, Amsterdam, North-Holland.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Cécile Ferrieux, « Jean-Philippe Pierron, Cyrille Harpet et Philippe Billet, Justice et injustices environnementales », Géocarrefour [En ligne], 92/2 | 2018, mis en ligne le 15 décembre 2018, consulté le 18 mars 2019. URL : http://journals.openedition.org/geocarrefour/11337

Haut de page

Auteur

Cécile Ferrieux

Maître de conférences en science politique, AgroParisTech Clermont-Ferrand - UMR Territoires, cecile.ferrieux@agroparistech.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Géocarrefour

Haut de page
  • OpenEdition Journals