Navigation – Plan du site
Compte rendu d'ouvrages

Pascal Marichalar, Qui a tué les verriers de Givors ?

Thomas Zanetti
Référence(s) :

MARICHALAR P., Qui a tué les verriers de Givors ?, 2017, Paris, La Découverte, 251 p.

Texte intégral

1En explorant le cas des anciens verriers de Givors, Pascal Marichalar aborde indirectement, ou sans le dire formellement, le rapport d’une société locale à la pollution des sols, et la manière dont la mise en visibilité de celle-ci s’intègre à une démarche collective de résilience et à une demande de justice sanitaire et environnementale.

2Tout au long des 8 chapitres de l’ouvrage, et après un prologue où il rapproche son cas d’étude d’un autre scandale de santé publique (le procès Eternit à Turin), l’auteur se livre à « une enquête sur une enquête » (p. 16), celle menée par les anciens verriers de Givors, constitués en association, pour comprendre l’impact de leur travail sur leur santé. Cette prise de conscience est complexe, renvoyant à la contradiction du groupe professionnel entre la défense de l’emploi et les problématiques environnementales et sanitaires, que les travailleurs ont tendance à refouler et à invisibiliser.

3Revenant sur son travail de terrain, l’auteur considère que « l’association de Givors constituait un poste d’observation extraordinaire pour comprendre comment la société s’accommode de la mise en danger des travailleurs » (p. 16). Le travail de P. Marichalar doit ensuite beaucoup à un informateur local, Laurent Gonon, ancien imprimeur à la retraite, syndicaliste et figure centrale du combat des verriers, qui dispose d’abondantes archives sur la verrerie.

4En empruntant à plusieurs reprises le registre sémantique du roman policier (titres de chapitres et de sous-chapitres : « scène de crime », « usual suspect », « meurtriers sans visage »), l’auteur retrace donc le parcours des verriers, de la création de la verrerie au milieu du 18e siècle au combat des anciens travailleurs pour la reconnaissance de leurs maladies professionnelles, qui se poursuit encore aujourd’hui.

5Sacrifié sur l’autel de la productivité par le groupe Danone qui cède la verrerie à une multinationale via des montages financiers et l’intervention d’un fonds d’investissement, l’usine ferme définitivement ses portes en Janvier 2003. Les syndicats jettent d’abord leurs forces dans la sauvegarde de la verrerie. Une fois celle-ci confirmée, ils se battent pour le reclassement des salariés, pour la réindustrialisation du site et la création d’emplois. Certaines de leurs revendications aboutiront, comme l’obtention d’un local pour héberger l’association des anciens verriers de Givors. Elle se consacre d’abord à la question des reclassements, à la gestion de la mutuelle et au prolongement des sociabilités ouvrières. Une initiative de valorisation mémorielle, à travers la création d’un musée, est également évoquée, alors que l’ensemble du site est promis à la démolition. Elle restera sans suites.

6Puis, le président de l’association apprend en 2005 qu’il a un cancer, dont il décèdera 7 ans plus tard. Mais ce n’est qu’à partir de 2009 que les anciens verriers s’interrogent sur les liens entre leur activité professionnelle passée et leurs problèmes de santé. P. Marichalar relate cette progressive prise de conscience collective, où des ouvriers d’abord réticents à admettre l’impact de leur travail -harassant mais source de fierté et d’utilité sociale- sur leur santé, vont s’engager dans une démarche d’épidémiologie populaire (Brown, 1992). Une première étude sanitaire réalisée par l’association révèle un taux anormalement élevé de cancers chez les anciens verriers.

7L’hypothèse que la verrerie a empoisonné ses « hommes » devient encore plus crédible après la publication d’un diagnostic environnemental du site. C’est alors le sol qui va parler et agir comme instrument de révélation. Il est en effet fortement pollué (arsenic, hydrocarbures, cuivre, plomb), ce qui impose des restrictions d’usages pour l’avenir du site. Cette mise en visibilité de la pollution des sols va renforcer celle du lien entre les maladies des verriers et leur ancien travail. Si ces substances cancérigènes sont présentes dans le sol, c’est qu’il est fort probable qu’elles aient été utilisées dans le cadre de la fabrication du verre. Les verriers y ont alors vraisemblablement été exposés.

8Le dévoilement de la pollution des sols va conforter les verriers dans leur démarche de résilience, dans le sens où ils vont mobiliser leurs mémoires individuelles et collectives pour prouver le lien de causalité entre leur profession et leurs pathologies. Ce processus est largement initié par Laurent Gonon, qui profite de la permanence hebdomadaire de l’association pour interroger les verriers et qui mène parallèlement des recherches sur les produits utilisés dans l’usine. La mise en visibilité de la pollution des sols, des effets du travail sur la santé et de la lutte de l’association passe enfin par l’investissement du dernier symbole matériel de la verrerie, l’une de ses cheminées. Au départ condamnée à la destruction, elle sera finalement sauvegardée en raison du coût nécessaire à sa dépollution. L’association va ainsi pouvoir associer cette dernière trace à leur lutte et obtiendra qu’une plaque y soit apposée en hommage aux verriers décédés et à leur combat pour la reconnaissance des maladies professionnelles.

9L’auteur retrace de manière très détaillée et très incarnée la mobilisation des anciens verriers pour faire reconnaître l’origine professionnelle de leurs maladies, puis le long combat juridique qui les oppose à leur ancien employeur et aux autorités de santé publique. Malgré des soutiens dans les milieux politiques, scientifiques et médiatiques, les obstacles sont nombreux et le déni de justice manifeste. Plusieurs procès ont ainsi eu lieu, et si des victoires individuelles ont été obtenues par les verriers, l’origine professionnelle des maladies n’a jamais été reconnue collectivement. L’état actuel du dossier des verriers de Givors rappelle la « tradition d’impunité des crimes industriels » (p. 220). Mais le travail de mise en visibilité engagé par l’association peut également permettre d’améliorer les conditions de travail et de réduire les risques sanitaires dans les verreries encore en activité, alors que les dirigeants des usines cherchent à invisibiliser les accidents du travail.

10L’injonction à la résilience, qui s’apparente le plus souvent à une culpabilisation des individus et des territoires, sommés d’endosser la responsabilité de leurs échecs, est donc ici réappropriée par un groupe social défavorisé et ne fait sens qu’à travers une lutte collective et une résistance à la domination économique, sociale, juridique et politique dont ils sont victimes. Le cas des verriers de Givors démontre que la « résilience » peut être une notion opportune si on ne la réduit pas à « la promesse d’un horizon radieux » (Rufat, 2011) et si on ne la vide pas de toute signification politique.

11L’auteur rend compte du combat des verriers de manière ethnographique. Ce choix a pour vertu indéniable de confronter les émotions et la subjectivité du chercheur à son objet d’enquête (Volvey, Calbérac et Houssay-Holzschuch, 2012 ; Guinard et Tratnjek, 2016). La nature de ce dernier est telle qu’il paraît impensable pour tout chercheur de ne pas être impliqué humainement et émotionnellement, au-delà de la démarche scientifique. La conclusion de l’ouvrage traduit cet engagement de l’auteur aux côtés des verriers et la dénonciation de la dégradation des conditions de travail pour les classes populaires et pour une proportion croissante de la population, au profit des classes dirigeantes et en raison de la trop faible protection apportée par les autorités publiques.

12Cela se fait au prix d’un texte essentiellement descriptif et basé sur les matériaux empiriques, les apports théoriques et critiques de l’ouvrage étant eux limités, même si l’auteur prend soin de rapprocher son cas d’étude d’autres mobilisations sanitaires en contexte industriel. Enfin, si on ne peut douter de l’attachement de l’auteur à son objet et aux personnes rencontrées, on peut néanmoins regretter que leur parole ne soit finalement que peu présente dans l’ouvrage. Si les entretiens (une cinquantaine, dont 31 auprès d’anciens verriers) ont été nombreux, on aurait apprécié qu’ils soient plus valorisés par des citations dans le texte. Il n’en demeure pas moins que la lecture de l’ouvrage de P. Marichalar est à la fois révoltante, émouvante et porteuse d’espoirs.

Haut de page

Bibliographie

BROWN P., 1992, Popular epidemiology and toxic waste contamination: lay and professional ways of knowing, Journal of Health and Social Behavior, vol. 33, n° 3, p. 267-281.

GUINARD P., TRATNJEK B., 2016, Géographies, géographes et émotions. Retour sur une amnésie… passagère ?, Carnets de géographes, n° 9.

VOLVEY A., CALBERAC Y., HOUSSAY-HOLZSCHUCH M., 2012, « Terrains de je. (Du) sujet (au) géographique », Annales de Géographie, p. 441-461.

RUFAT S., 2011, Critique de la résilience pure, <hal-00693162>

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Thomas Zanetti, « Pascal Marichalar, Qui a tué les verriers de Givors ?  », Géocarrefour [En ligne], 92/2 | 2018, mis en ligne le 15 décembre 2018, consulté le 18 mars 2019. URL : http://journals.openedition.org/geocarrefour/11358

Haut de page

Droits d’auteur

© Géocarrefour

Haut de page
  • OpenEdition Journals