Navigation – Plan du site
Compte rendu d'ouvrages

Aurélien Boutaud et Natacha Gondran, L’empreinte écologique

Muriel Maillefert
Référence(s) :

BOUTAUD A. et GONDRAN N., 2018, L’empreinte écologique, Paris, La Découverte, 128 p.

Texte intégral

1Cette nouvelle édition de l’ouvrage nous rappelle l’importance d’identifier et de mesurer l’impact des activités humaines sur l’environnement. L’ouvrage choisit de se positionner sur l’empreinte écologique considérée comme un des marqueurs principaux des empreintes environnementales. Les auteurs, au début de l’ouvrage, déconstruisent le « mythe d’une nature aux ressources infinies » et d’une nature à dominer qui inspire l’imaginaire occidental. L’augmentation du niveau de vie et de l’espérance de vie de ces 50 dernières années ont été obtenues au prix d’un pillage des ressources environnementales, considérées comme infinies. Il faut donc mesurer ces prélèvements, ce que propose l’indicateur d’empreinte écologique, considéré comme un « un indice synthétique de soutenabilité écologique ».

2Il s’agit d’une réédition d’un ouvrage à l’origine sans doute assez pionnier (première édition en 2009), mais dont la thématique est aujourd’hui davantage identifiée, compte-tenu de la diffusion des débats sur les indicateurs environnementaux et les liens entre croissance et bien-être. Néanmoins les auteurs ont enrichi la version précédente d’un nouveau chapitre original sur d’autres indicateurs environnementaux.

3Les deux premiers chapitres posent le décor de la question de la soutenabilité. Le chapitre 3 fournit une définition de l’empreinte écologique. Les chapitres 4 et 5 discutent de la question de la biocapacité de la terre et le dernier chapitre introduit d’autres indicateurs fondés sur la consommation (l’empreinte carbone et eau par exemple).

4Selon les auteurs, le développement soutenable ou durable exige que soient réunies deux conditions : le développement, soit la capacité pour les pays les plus pauvres à sortir de la situation de pauvreté ; la soutenabilité, essentiellement écologique, qui exige une conservation de la capacité biologique de l’environnement naturel. C’est à cette deuxième dimension que s’intéresse l’ouvrage.

5L’empreinte écologique cherche à représenter et mesurer « la quantité de capacité régénérative de la biosphère nécessaire au fonctionnement de l’économie humaine pendant une année et pour une population donnée » (p. 44). Il s’agit ainsi de comparer ce que l’activité humaine prélève et ce qui est disponible sans empiéter sur le capital naturel. Cette « équation » est analysée comme une comparaison entre une offre (biocapacité) et une demande (empreinte écologique).

6Une des difficultés de calcul de l’indicateur tient à la collecte des données à l’échelle des composantes (component based approach) ou à l’échelle macroéconomique (coumpound based approach). Les auteurs choisissent la seconde méthode qui leur semble plus fiable, et c’est à cette échelle qu’ils détaillent la méthodologie de collecte des données. Celles-ci sont exprimées en unité de flux biophysiques (tonnes, volumes, unités énergétiques) (et non en unités monétaires), fournies par différentes bases de données internationales. La normalisation des données s’effectue par une équivalence obtenue par la surface et la productivité. L’empreinte écologique d’une nation est alors calculée comme la « somme de ses empreintes liées à la consommation nette de ressources renouvelables (cultures, produits d’élevage, produits de la pêche, et produits forestiers) auxquelles on ajoute l’empreinte écologique liée aux surfaces urbanisées et aménagées et celles liées aux émissions de CO2 dans la combustion d’énergies fossiles, le tout exprimé en ha globaux (hag) » (p. 68). La comparaison entre empreinte écologique et biocapacité totale permet alors de savoir si on est dans une situation ou non de déficit écologique (appelé ici dépassement).

7L’ouvrage présente les résultats à partir des données 2012, disponibles au moment de la rédaction. Les chiffres pour 2012 sont bien évidemment déjà très inquiétants : ils indiquent un large dépassement de la biocapacité productive (12,2 milliards d’hectares soit 1,7 hag par habitant) de 1,1 hag/hab, ce qui correspond à un besoin calculé dépassant de 65% la biocapacité disponible (2,8 hag/hab de consommation contre 1,7 hag/hab de disponible), sachant que la biocapacité est surestimée et la consommation sous-estimée (p. 68), choix réalisé par les concepteurs de l’indicateur dans un souci « de ne pas paraître alarmiste ». Ce dépassement est lié à la fois à une surconsommation de ressources et à une surproduction de déchets (CO2). C’est en effet notre empreinte carbone qui est la principale cause du dépassement écologique.

8Le premier dépassement estimé date du début des années 1970, en tenant compte de l’évolution du mode de calcul de l’empreinte écologique. Depuis cette date, deux pressions aggravent notre impact écologique : la croissance démographique et l’augmentation de l’empreinte écologique par habitant. Notre empreinte est donc largement corrélée au niveau de développement (avec une empreinte de 8,2 hag/hab pour l’Amérique du Nord et 5,1 hag/hab pour la France contre 1,4 hag/hab pour l’Afrique) et on peut se demander si notre mode de développement, au lieu d’être la solution, n’est pas en fait le problème. Les auteurs esquissent un début de réponse en mentionnant l’équation d’Ehrlich et Holdren concernant le calcul de l’empreinte écologique : notre impact environnemental est le produit de trois facteurs : la population, la consommation par tête et la technologie. Seule la technologie a un effet négatif sur la variable d’impact, ce qui signifie que la soutenabilité repose sur la sobriété démographique, la sobriété de la consommation et le progrès technologique.

9Les pays développés considèrent qu’ils font des efforts pour réduire leur empreinte écologique. Néanmoins, l’élargissement du calcul de l’empreinte écologique aux échanges internationaux montre que ces pays développés (comme la France) peuvent certes se targuer d’une diminution des émissions de GES à l’échelle nationale, mais au prix d’une hausse de l’empreinte carbone à l’échelle internationale. Il se produit donc un effet de transfert des impacts environnementaux par les échanges internationaux.

10De nouvelles empreintes sont aujourd’hui mesurées comme l’empreinte carbone, l’empreinte matérielle ou l’empreinte eau, azote ou phosphore. Toutes vont dans le sens d’un accroissement des impacts de l’activité humaine sur l’environnement, prenant le contre-pied de l’idée qu’une servicisation et dématérialisation des économies pourrait finalement conduire à une augmentation de la soutenabilité des sociétés humaines.

11L’ouvrage montre clairement que tous les indicateurs vont dans le même sens : nous avons dépassé le seuil de soutenabilité, et sommes rentrés dans la zone des rendements décroissants : les suppléments de consommation sont obtenus en consommant plus de ressources. Le mythe d’un lien positif entre développement et environnement (découplage absolu ou relatif par exemple) est clairement contredit, à partir d’un certain seuil de croissance, du fait notamment des exportations de rejets vers des espaces tiers.

12De fait, même si l’ouvrage n’a pas comme objectif de s’interroger sur les causes de l’insoutenabilité de nos sociétés, il propose une critique implicite de nos modes de vie. Néanmoins, cette critique reste assez euphémisée et se cantonne à la dimension écologique, sans vraiment interroger les fondamentaux sous-jacents du modèle économique.

13Or, ce sont bien nos modes de production et de consommation qui sont en cause, et au-delà, ce sont les représentations dominantes du fonctionnement de l’économie qui sont à interroger. De ce point de vue, la position des auteurs reste un peu en retrait de leurs constats précédents : les représentations économiques sont présentées comme des éléments objectifs, non interrogeables, en amont de leurs effets. La représentation des activités humaines à travers la double analogie écologique et marchande proposée dans le chapitre 2 nous semble emblématique de cette posture. Selon nous, cette représentation, quoique très intéressante, peut entretenir une certaine illusion dans la capacité des mondes marchands à concilier économie et écologie.

14L’idée d’origine est empruntée aux travaux de R. Passet qui a historiquement popularisé ces enjeux d’intégration entre sphère économique et environnementale. Avant lui, les débats sur les limites de l’économie s’étaient uniquement centrés sur les liens d’inclusion entre l’économique et le social. Les travaux de R. Passet ont donc, de ce point de vue, élargi les représentations à la sphère environnementale. Néanmoins, l’utilisation qui est faite ici met l’accent certes sur les flux, mais aussi sur leur contrepartie monétaire, tout en l’habillant d’un discours sur l’offre et la demande (on parle d’éconosphère de marché, p. 32). Pourtant, la représentation marchande n‘a rien de cyclique (on parle d’économie linéaire et d’interdépendance des marchés mais non de bouclage), et de surcroît les mécanismes marchands sont loin de réguler l’ensemble du fonctionnement des économies.

15Une analogie circulaire de l’économie n’est clairement pas à chercher du côté des représentations marchandes, mais plutôt du côté de la conception circuitiste propre au modèle keynésien. Cette représentation, qui est au fondement des systèmes de comptabilité nationale, n’utilise pas le marché (la concurrence) comme mode de régulation. Quand on parle d’offre et de demande, dans un tel contexte, on fait référence à un concept global qui n’a rien à voir avec un mécanisme d’équilibration de type marchand : il faudrait d’ailleurs plutôt utiliser les notions de ressources et d’emplois qui semblent davantage adaptées et moins sujettes à confusion. Cependant, le modèle keynésien n’est guère plus outillé que le modèle marchand (qui dispose quand même du concept d’externalités) pour analyser les enjeux environnementaux. Le modèle keynésien privilégie la circulation des biens ou des revenus, mais n’analyse pas leur contenu en matière, énergie ou eau.

16Du point de vue de la soutenabilité, les deux représentations dominantes ne disposent pas d’outils conceptuels adaptés pour interroger la soutenabilité du système. C’est d’ailleurs ce qui est écrit plus loin dans l’ouvrage : le système économique est orienté vers la création, la distribution et la destruction de richesse. Il est anthropocentré et néglige l’amont et l’aval. Cette dimension anthropocentrée peut-elle cependant être négligée quand on s’intéresse à la question de la soutenabilité ? Dit autrement, la question de la soutenabilité écologique peut-elle se penser en dehors d’un contexte anthropisé, qui prendrait en compte l’intentionnalité, la gouvernance et la justice ? Car l’activité économique n’engage pas seulement la question des ressources d’un point de vue exogène, mais aussi d’un point de vue endogène, celle des socio-écosystèmes. Par exemple, la manière de produire et de répartir les ressources influe sur leur montant, ce qui implique que la soutenabilité écologique va sans doute dépendre de la soutenabilité sociale et de ses représentations.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Muriel Maillefert, « Aurélien Boutaud et Natacha Gondran, L’empreinte écologique », Géocarrefour [En ligne], 92/2 | 2018, mis en ligne le 17 décembre 2018, consulté le 18 mars 2019. URL : http://journals.openedition.org/geocarrefour/11680

Haut de page

Auteur

Muriel Maillefert

Professeure en aménagement et urbanisme, Université Lyon 3 - UMR EVS, muriel.maillefert@univ-lyon3.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© Géocarrefour

Haut de page
  • OpenEdition Journals