Navigation – Plan du site
Articles

L’âne en France, ses usages et ses territoires

The donkey in France, its uses and its territories
Michel Lompech, Daniel Ricard et Laurent Rieutort

Résumés

Cet article aborde les spécificités de l’élevage asinien en France et la diversité des usages liés à cet animal, à la fois dans ses dimensions historiques, géographiques, économiques et sociales. L’âne, omniprésent au XIXe siècle a connu un recul spectaculaire de ses effectifs en relation avec la modernisation et la mécanisation de l’agriculture, recul qui a menacé jusqu’à l’existence même des ressources génétiques nationales. Il connait toutefois un timide renouveau, en liaison avec le développement de nouvelles utilisations de l’animal, notamment dans le domaine des services et du tourisme.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 L’INAM comptabilise les animaux dûment vaccinés alors que le Recensement Agricole ne s’intéresse qu (...)

1Alors que le cheptel équin progresse en France, la population asine, elle, continue de diminuer. L'Institut National Anes et Mulets (INAM) ne comptabilise ainsi que 78 000 ânes alors que le recensement agricole trouvait 31 583 ânes, mulets et bardots en 20101. Les pronostics anciens annonçant la quasi-disparation de cet animal condamné par la modernisation de l’agriculture semblent donc se confirmer. Pourtant, sa présence diffuse contredit cette vision négative d’un animal qui peut à l’inverse être envisagé comme un révélateur des mutations de la société contemporaine dans son rapport à la ruralité, à l’animal, et même à l’espace urbain. On rejoint là l’évolution de l’élevage équin, mais de manière plus accentuée encore.

2Ce déclin n’est pas étranger au fait que l’âne n’a fait l’objet que de rares travaux scientifiques depuis les années 1980 (Spindler, 1986), à une époque où la question essentielle était celle de la préservation des races. Cet article souhaite donc contribuer à combler une lacune bibliographique, en dressant tout d’abord un état des lieux de cet élevage spécifique pour mieux en apprécier les évolutions structurelles, celles des différents foyers de présence, ainsi que leurs stratégies d’adaptation, voire de survie. Il interrogera les différentes configurations spatiales dans lesquelles apparaissent ces nouveaux usages de l’âne en fonction de relations inégales au territoire.

3Une telle recherche nécessite de croiser des méthodologies quantitatives et qualitatives pour mieux comprendre l’inscription de cet élevage dans ses territoires ainsi que les passions que la société contemporaine manifeste autour de cet animal. Le schéma général issu des travaux menés à propos des races bovines ou ovines à petits effectifs permet de dégager différentes fonctions : socio-économiques à travers les systèmes de production et les débouchés mis en œuvre ; stratégiques en utilisant les atouts, effectifs ou potentiels, de ces animaux ; d’originalité voire de rente territoriale ; culturelles enfin car ces races locales participent d’un patrimoine et d’une identité. Ce modèle est-il applicable, transférable à l’élevage asinien ? Comment doit-il être complété ? Quels sont par ailleurs les acteurs de cet élevage et les usages nouveaux ?

Géographie d’un élevage discret mais renouvelé

Les défis d’une cartographie

4Une telle recherche devrait faire une place importante au travail bibliographique et à la compilation statistique, or ces sources sont rares et très imparfaites. Ainsi, si l’on dispose de quelques données issues du Recensement agricole ou de l’Observatoire de l’INAM, les ânes ont pratiquement disparu des statistiques nationales (Agreste) et européennes (Eurostat). Les rares données statistiques disponibles ne sont plus guère cartographiées et les quelques cartes dont on dispose associent trop souvent effectifs asiniens et chevalins. En outre, la grande variété des propriétaires, l’émiettement des troupeaux et la variété des formes d’utilisation des animaux rendent difficile l’élaboration et l’interprétation cartographique. La méthodologie de la recherche suppose de croiser des données quantitatives inégalement disponibles et des informations qualitatives éparses (tab. 1).

Tableau n° 1 L’élevage asinien en France : diversité des sources d’information

Sources

Echelon spatial

Type de sources

Intérêt

Limites

Données quantitatives

Fichier SIRE

Département

Circonscription des Haras

Données statistiques

Exhaustivité relative

Accès limité

Secret statistique

Recensement agricole

Petite Région Agricole

Différents niveaux

Données statistiques

Disponibilité

Echelon fin

Possibles oublis (seules exploitations agricoles comptabilisées)

Secret statistique

Stud-book

National

Données statistiques

Comptage des animaux de race

Généalogie des animaux

Nombreux animaux non pris en compte

Faiblesse des effectifs concernés

Cartographie difficile à un échelon fin

Difficulté d’accès

Données qualitatives

Revue

Les Cahiers de l’âne

Etudes de cas

Exemples d’élevages

Articles de presse professionnelle

Agendas des fêtes

Petites annonces

88 numéros depuis 1998

Nombreux exemples

Variété thématique

Nombreux éléments descriptifs

Limites de l’influence de l’organisation professionnelle

Sites institutionnels

INAM – SFET - IFCE

Cartes régionales ou départementales

Informations générales

Rapports

Sources « officielles »

Enquêtes assez exhaustives

Impossibilité d’accès aux fichiers sources

Sites éleveurs

National

Etudes de cas

Informations sur les exploitations et les usages

Informations qualitatives et actualisées

Rareté des sites

Données très inégales

Enquêtes de terrain

National

Etudes de cas

Entretiens

Biographies d’exploitation

Données sur le lien usage/territoire

Dispersion

géographique des éleveurs

  • 2 Délimitées à partir de 1946, les Petites Régions Agricoles sont des regroupements de communes en un (...)

5Le Recensement Agricole de 2010 permet toutefois de cartographier ce cheptel à l’échelle des Petites Régions Agricoles2 (fig. 1) et d'individualiser les foyers principaux de la Normandie (1 100 têtes dans la Manche, 800 en Seine-Maritime, 600 dans le Calvados), du Massif central (800 en Ardèche) et de ses bordures bocagères septentrionales (800 en Haute-Vienne, 400 dans l’Allier et dans la Nièvre), des Alpes et de la Provence (600 dans les Alpes de Haute-Provence), des Pyrénées (850 en Ariège, 500 dans les Hautes-Pyrénées) et de Corse (un peu plus de 500). Les ânes sont aussi bien présents en périphérie de grandes agglomérations (Lyon, Toulouse…), mais fort rares dans les plaines céréalières, en Bretagne, voire dans le Nord.

6

Figure 1 : La présence asine en France en 2010

Figure 1 : La présence asine en France en 2010

7Les comparaisons de long terme (fig. 2), témoignent de certaines permanences où l’on retrouve les berceaux historiques des grandes races (Normandie, Poitou, Berry, Bourbonnais, Pyrénées et Provence), mais aussi le poids des héritages agraires associant conséquences négatives de la mécanisation dans les grandes exploitations de la moitié nord de la France et maintien de traditions d’élevage dans les zones herbagères et/ou les montagnes extensives. Ajoutons à cela certaines évolutions contemporaines significatives dont les nombreuses initiatives de pérennisation des races et de renouvellement des usages.

Figure 2 : Evolution des effectifs asiniens en France depuis 1862

Effectif d'ânes en 1862

Effectif d'ânes en 1892

Image 10000000000009B100000DB5B53EC9B4.jpg Effectif d'ânes en 1929

Effectif d'ânes en 1970

Source : d’après Spindler, 1986

8Le croisement de la carte n°1 avec les données de l’Observatoire de l’INAM de 2014 permet par ailleurs d’observer une forte dichotomie entre zones d’élevage et d’utilisation des ânes (fig. 3). On rejoint là, en fait, la croissance des utilisateurs pour des usages multiples (location, médiation, traction, production de lait...), surtout dans la moitié sud de la France ; alors que les élevages naisseurs sont nettement plus représentés dans le Nord-Ouest. En résumé, l’âne est de moins en moins relié à la production agricole et pas véritablement engagé dans une filière agroalimentaire, puisque l’objectif de production n’est pas central dans cet élevage. En réalité, la demande est souvent l’affaire de passionnés acquérant des animaux à titre conservatoire et d’amateurs considérant l’âne comme un animal de compagnie et l’achetant dans une perspective d’agrément.

9

Figure 3a : Utilisateurs d’ânes en France en 2014

Figure 3a : Utilisateurs d’ânes en France en 2014

Figure 3b: Eleveurs d’ânes en France

D’un élevage de pauvreté à la reconnaissance patrimoniale

10L’évolution du cheptel depuis le XIXe siècle est en fait révélatrice des transformations de l’agriculture françaises et de son rapport à l’animal en tant que force de travail. Ces mutations structurelles expliquent la contraction des effectifs, mais aussi des aires de présence, la modernisation agricole ayant longtemps signifié marginalisation puis disparition pure et simple des ânes dans les campagnes, au terme d’un mouvement qui alterne phases de flux et de reflux.

11L’âne servit longtemps d’auxiliaire pour un élevage principal, comme en Normandie où il portait les bidons de lait, ce qui explique, par héritage de cette période, la présence de deux races distinctes : l’âne du Cotentin et l’âne normand. Dans les années 1930, on en compte 9 000 dans la Manche, utilisés surtout comme ânes de bât, menés par la traditionnelle triolette (la servante montant en amazone) pour transporter le lait au moyen de bâts, cageots et cannes à lait. Dans le Cantal, l’âne, d’une variété plus commune, avait la même vocation, sauf qu’il transportait la gerle. En Provence, l’âne transportait le matériel et les jeunes agneaux lors de la transhumance, grâce à des animaux sélectionnés par les bergers pour leur tempérament docile, leur robustesse et leur capacité à porter de lourdes charges sur les drailles. Dans les Alpes du Sud enfin comme en Haute-Loire, on retrouve une forte tradition de vente vers d’autres régions françaises ou l’Italie.

12C’est donc une caractéristique essentielle de cet élevage d’appoint que d’être fortement associé à un élevage de référence, avant que les différentes formes de modernisation de chacune de ces productions dominantes n’entraînent sa disparition : croissance de la production laitière induisant la motorisation de la collecte en Normandie, transport en camion lors de la transhumance méditerranéenne... Le déclin est alors généralisé, comme dans les départements des Bouches-du-Rhône, du Var, du Vaucluse et des Alpes de Haute-Provence dont le cheptel passe 13 000 têtes à la fin du xixe siècle à 2 000 en 1956 et à 330 en 1993, avant de remonter à près de 600 en 2010. Dans les vielles terres de métayage du Bourbonnais ou du Berry comme dans les milieux de très petites fermes (Vienne, Cher), les ânes ont pu se maintenir un peu plus longtemps à la faveur d’une motorisation tardive. Avec l’âne, c’est donc bien une culture agricole et rurale très ancienne qui disparait…

  • 3 Le stud-book, l’équivalent du herd-book bovin, recense les animaux et leur généalogie en deux livre (...)

13L’animal fut décrit par nombre d’auteurs comme un réactif à la pauvreté, largement associé en effet à une modeste agriculture de subsistance (petits paysans, journaliers, métayers), reflétant une vieille vie paysanne comme en Bourbonnais ou en Berry où le métayage avait stimulé de nombreuses petites productions accessoires. Le Grand Noir du Berry était ainsi l’animal de trait par excellence, bien adapté aux travaux des champs et des vignes, comme au halage des péniches et sa sélection s’orienta d’ailleurs vers la recherche d’ânes grands, forts, mais toujours vifs, courageux et dociles. Ce modeste animal correspondait par ailleurs davantage que le cheval au rapport de domination induit par le métayage, mais la fin de ce régime foncier, autant que la modernisation agricole entrainèrent l’érosion inexorable des effectifs dans cette vaste aire allant de l’Atlantique au val de Saône. Le Baudet du Poitou connut quant à lui une évolution spécifique en raison de son aptitude à la reproduction mulassière, qui lui conféra un réel intérêt et déboucha sur un effort précoce de sélection, avec la mise en place d’un premier stud-book dès la fin du xixe siècle, en même temps donc que celle des herd-books bovins, ce qui ne l’empêchera pas, toutefois, d’être tout autant victime de la mécanisation3.

14La reconnaissance patrimoniale de l’âne renvoie aussi au patient travail d’érudits et d’historiens amateurs et à leur investissement dans la recherche d’archives, la collection et l’interprétation de cartes postales. On rejoint là un retour mémoriel sur le passé paysan au sein duquel le thème de l’âne révèle des pratiques, une ancienne hiérarchie sociale et de multiples formes d’utilisation de l’animal.

Des races locales entre extinction et renouveau

15Les cartes décrivant la répartition des effectifs asiniens tout au long des xixe et xxe siècles (Fig. 2) révèlent la lente évolution de l’agriculture et la raréfaction de la petite exploitation mais demeurent difficiles à analyser compte tenu d’une certaine imprécision des bases de données ; la diminution drastique des effectifs à partir de 1950 rendant la cartographie encore plus incertaine.

16En réaction à ce déclin, une multitude d’acteurs institutionnels (PNR, collectivités territoriales), associatifs ou privés (éleveurs professionnels ou amateurs) engagent dans les années 1990 des actions de préservation de races locales devenues menacées, comme cela avait été observé pour d’autres espèces à petits effectifs. Le travail pionnier d’A. Audiot sur le Baudet du Poitou, réalisé en 1977 alors qu’il ne reste plus que 44 animaux, favorise ainsi une certaine prise de conscience, suivie d’une concertation entre les fédérations et l’administration des Haras, permettant de constituer des stud-books et de maintenir ainsi les caractéristiques de chaque race. L’objectif est alors de lutter contre la consanguinité, d’augmenter les effectifs et de promouvoir les races. Ce renouveau des races asines s’effectue sur fond de réorganisation du monde équin, la transformation des Haras nationaux en Institut Français du Cheval et de l’Equitation (IFCE), stimulant aussi un processus de reconnaissance officielle des races (7 en France), la création d’associations, de fêtes thématiques et la mise en place de « pôles asins » (Lignières, Braize, Dampierre-sur-Boutonne).

  • 1

17L’un des enjeux principaux de l’élevage asinien engage en effet le matériel génétique, à partir de cohortes longtemps restées assez hétérogènes, victimes de croisements ayant éloigné nombre d’animaux des critères de chaque « race », critères fixés d’ailleurs très tardivement. Dès lors, des syndicats raciaux sont créés et des stud-books mis en place4, mais pour l’essentiel seulement dans les années 1990. Ce travail conduit à éliminer les sujets trop transformés par des croisements hasardeux avec des types disparates, l’âne commun de la vieille France rurale s’effaçant peu à peu devant des bêtes de race aux critères mieux précisés et respectés. Les ânes du Berry et des Pyrénées ont toutefois dû introduire du sang neuf venu d’individus proches sur le plan de la morphologie comme l’âne catalan ou le Martina franca. L’analyse des controverses dans la formulation des standards (Lauvie, 2007) apparait ainsi à la fois révélatrice des difficultés et des dérives ayant miné ce cheptel au XXe siècle et des interrogations auxquelles ont été confrontés les sélectionneurs. L’insémination artificielle, possible depuis 10 à 15 ans, apparait à ce titre comme une aide au processus de sélection.

  • 5 Le stud-book est ouvert quand il autorise le recours à des animaux proches des critères de la race, (...)

18Les races asines n’ont par ailleurs pas marché d’un même pas dans l’avancée des critères de définition des animaux, la mobilisation des éleveurs et l’inscription dans les stud-books. Ces démarches ont souvent été portées par des associations, comme pour l’âne du Bourbonnais, dont le berceau se trouve dans l’Allier et le Boischaut. Passé de 1 700 bêtes à la fin du XIXe à 300 aujourd’hui, son maintien exige de mobiliser de nouvelles souches pour éviter la consanguinité, ce qui explique que l’association laisse le stud-book ouvert5 et prospecte de nouveaux sujets jusque vers Issoire et les monts Dômes. Un double travail de repérage des sujets et de persuasion des propriétaires permet alors d’identifier des animaux susceptibles d’entrer à titre initial dans le registre, mais il ne reste plus que 13 éleveurs en 2008 (Lemaréchal, 2011). La situation a longtemps paru compromise en Corse, tant le cheptel y avait été hybridé au moyen d’ânes plus grands, pyrénéens ou catalans, avant que l’Associu Naziunale di u sumere e di a mula corsa ne réalise un important travail de repérage pour dresser des fiches d'identité et définir le standard de l'âne Corse, petit et proche de la race d’Afrique du Nord. A ce jour, 18 baudets et plus de 100 ânesses sont recensés et l’association envisage une reconnaissance officielle. Inversement, le livre généalogique de l’âne du Cotentin est fermé depuis 2001.

19Malgré ces efforts, les statistiques soulignent une situation souvent préoccupante, avec un nombre de naissances souvent orienté à la baisse (Fig. 4). Pour de nombreuses races, il semble s’agir d’un phénomène cyclique de simple maintien de l’effectif, mais avec une tendance récessive (Normand, Berry), mais la crise de 2008 a eu presque partout des effets évidents, seuls les ânes des Pyrénées voyant les naissances progresser quelque peu. Au final, cinq des sept races d’ânes reconnues sont en cours d’extinction avec moins de 100 femelles en reproduction (Bourbonnais, Grand Noir du Berry, Normandie, Cotentin, Provence) et deux en danger d’extinction avec moins de 300 femelles en reproduction (Pyrénées, Poitou). En Provence, on considère qu’il faudrait 1 500 animaux pour assurer la pérennité de la race, or on ne recense que 500 têtes, sans parler d’une importante mortalité post-natale (accidents, foudre, non-acceptation par le troupeau…) faisant chuter d’un quart le nombre d’animaux devenant adultes. Pour le Grand Noir du Berry, dont 60 % des effectifs sont concentrés dans le Boischaut, le stud-book ne recenserait que 1 300 têtes.

Figure 4 : Evolution des naissances selon les races

Figure 4 : Evolution des naissances selon les races

Source : IFCE

  • 6 On le désignait d’ailleurs autrefois aussi comme âne de Savoie, de Crau ou d’Arles.

20On dispose d’une esquisse de l’inscription territoriale de ces races à petits effectifs grâce à une enquête réalisée peu après les premières inscriptions d’animaux dans les stud-books (Denel, 2001). Chaque berceau de race offre en effet des conditions particulières de gestion de l’élevage qui ne sont pas sans incidences géographiques. Les éleveurs d’ânes des Pyrénées sont ainsi pénalisés par l’immensité de leur zone d’élevage, qui engendre des difficultés de déplacement des ânesses afin d’assurer des reproductions non consanguines et de maintenir la variété phénotypique, entre l’âne catalan et l’âne gascon (Rabier, 2011). Pareille problématique intéresse l’âne de Provence dont l’aire va de la Méditerranée au nord des Alpes6. Si plusieurs propriétaires sont encore présents dans les zones d’alpage, ils sont surtout nombreux en périphérie du massif et dans les bas-pays et d’ailleurs, le stud-book est géré par le Haras National d’Uzès. Les éleveurs de Normandie s’appuient sur une densité plus forte dans des régions qui se sont davantage renouvelées. L’âne Normand a été reconnu par le Ministère de l’agriculture en 1997 et son livre généalogique compte actuellement 1 450 animaux. A l’inverse, la contraction du cheptel du Baudet du Poitou a conduit la race dans une situation critique avant une reprise en main menée par les pouvoirs publics et quelques passionnés. Les évolutions du stud-book (Philippe, 1995) montrent une diminution conduisant à la quasi-disparition des animaux en raison du déclin de la production mulassière, puis une gestion incontrôlée face à l’augmentation de la demande et enfin une reprise en main par un groupe d’éleveurs. L’animal profite d’un certain prestige et le succès de la mule explique sa diffusion à l’ensemble du pays, voire à l’Amérique du Nord.

21Signalons que la situation des mules est similaire à celle des ânes avec des démarches de reconnaissance plus récentes encore. La mule poitevine n’a ainsi été reconnue qu’en 2002 et on ne dénombre qu’une vingtaine de naissance par an, le règlement du stud-book de la mule des Pyrénées n’ayant été approuvé qu’en 2012. Reste le mulet des Alpes, qui ne comptabilise qu’une vingtaine de naissances par an.

Acteurs, économie et images pour le renouveau de l’âne

L’hétérogénéité des éleveurs

22La paysannerie traditionnelle maintint localement des races que le monde agricole engagé dans les productions de masse avait délaissées. Or, on a pu constater la quasi-disparition de ces petits paysans dans la plupart des vielles aires de prédilection asine. Cette évolution récessive a aussi rompu l’homogénéité du groupe social des propriétaires, avant que ne se manifeste une diversité des acteurs inconnue jusque-là (Audiot, Garnier, 1995).

23De nos jours, la sociologie des propriétaires fait en effet côtoyer des éleveurs héritiers de traditions familiales ; d’anciens néo-ruraux ayant construit leur activité professionnelle et leur projet de vie autour de l’âne et des particuliers ayant acquis des animaux par passion, pour s’adonner à des pratiques équestres ou entretenir une parcelle proche de leur habitation dans une forme de hobby farming. Pour autant, l'INAM (2014) relève une professionnalisation réelle des éleveurs « avec des élevages qui acquièrent un statut agricole, qui ont une comptabilité séparée de celle du ménage et qui représentent une source de revenus pour l’éleveur » et souligne que les deux tiers des éleveurs ont une activité agricole reconnue. Le renouvellement générationnel de ces différents sous-groupes, au sein desquels les femmes sont de plus en plus nombreuses, constitue une question supplémentaire, guère investiguée.

  • 7 Plusieurs exemples d’élevages cités viennent de la compilation des Cahiers de l’âne, le magazine de (...)

24Un premier type d’acteurs regroupe donc les professionnels, dont les fermes se spécialisent pour devenir de vraies asineries. Leur dimension les démarque des autres, même si elle reste toutefois modeste, avec souvent une dizaine de têtes, parfois plus comme celle de Pinseguerre dans le Haut-Agenais qui en a eu jusqu’à 607. Ce sont majoritairement des exploitants d’origine non agricole, mais qui cotisent à la Mutualité Sociale Agricole, des pluriactifs dont une majorité a déjà un emploi non agricole (INAM, 2014). Les activités associées à ce type d’élevage sont elles-mêmes souvent diversifiées avec par exemple la location d’ânes pour la randonnée ou la production de lait. L’asinerie du Vauroux (Oise) semble être le plus grand élevage du pays avec une centaine de têtes et un projet multidimensionnel développé autour de l’âne pour des formations à l’attelage, des animations et la vente d’animaux reproducteurs. D’autres gros élevages renvoient à une réelle tradition, à l’image du Parc aux ânes d’Etsaut (Béarn) qui regroupe une quarantaine d’ânes pyrénéens régulièrement primés. Le plus gros éleveur de Bourbonnais dispose quant à lui de 32 animaux et fait naître 5 à 10 ânons par an. Naisseur, il est en fait surtout un éleveur, son travail consistant largement à manipuler les ânons et à les préparer ainsi au dressage. Ces exploitations ont généralement été encouragées par la Société Française des Equidés Territoriaux (SFET), car elles fournissent des ânes « prêts à l’emploi », capables de s’adapter à différents meneurs. En Basse-Normandie enfin, on compte 58 élevages, dont 59 % ont une seule ânesse, 31 % entre 2 à 4 et seulement 10 % plus de 5, généralement orientées vers la production de lait d’ânesse et l’activité équestre.

25Une autre catégorie d’acteurs est représentée par les âniers ayant obtenu la reconnaissance professionnelle de leur activité liée à la randonnée à la fin des années 1970. Ils exploitent le créneau commercial en plein développement de la randonnée « équestre », notamment dans les régions d’altitude (Cévennes).

26Les amateurs forment la catégorie assurément la plus importante de propriétaires d’ânes, même si elle est particulièrement diversifiée. Comment décrire alors la diversité de ces amateurs généralement propriétaires d’un ou de deux ânes ? Certains viennent du milieu agricole et ont conservé un petit cheptel de loisir, par exemple à la retraite. Beaucoup disposent d’une parcelle de terrain et voient dans l’âne un animal de loisir dépourvu de fonction productive. Parfois aussi, des associations prennent en charge de vieux animaux dans le cadre « d’asineries de retraite » où ils échappent à l’abattoir…

27Restent enfin, aux marges de l’amateurisme et du professionnalisme, les nombreux agriculteurs exploitants qui possèdent ânes, mules et baudets aux côtés d’un véritable élevage productif (lait, viande, ovins). Ils ne retirent généralement aucun bénéfice de ce cheptel qui relève essentiellement du divertissement, même si ces ânes peuvent être très utiles dans l’entretien de parcelles marginales.

28La coexistence de ces différents types de propriétaires engendre des dissensions à l’intérieur des associations de race et dans les fédérations : les amateurs font remarquer que leurs actions servent les intérêts des éleveurs, alors que ces derniers les accusent en retour d’entretenir une crypto-économie fondée sur un commerce opaque tirant les prix vers le bas (Rabier, 2011). La possession d’ânes par des non-professionnels pose aussi la question de l’enregistrement des bêtes, de leur suivi prophylactique (vaccinations) et de la gestion de la reproduction. Dès lors, les ânes papiers dûment enregistrés (identification SIRE et stud-books) s’opposent aux ânes tondeuses à gazon laissés au bon vouloir des amateurs... La dimension associative révèle toutefois une tendance à la semi-professionnalisation et à la modernité des éleveurs, à travers notamment une présence affirmée sur le Web. Soulignons aussi que dans un contexte de cheptels si limités, le rôle des individus s’avère souvent décisif.

29L’INAM soutient la finalité économique de ces activités, souvent en relais de l’action défaillante de l’Etat depuis la fermeture des Haras Nationaux : organisation de concours, organisation de ventes, recherche de débouchés... Il considère en effet qu’il ne peut y avoir de survie de l’espèce sans valorisation économique et encourage l’amélioration du matériel de traction (roues à pneus, roulements à billes, harnais textile, outillage aratoire adapté…) qui offre désormais une réelle pertinence à la traction asine. Des entreprises se sont même spécialisées comme Vitimeca (Sauternais), Bernard Michon Hippomobile (Saône-et-Loire) qui a inventé toute une gamme de matériels, ou encore Cab’âne (Ardèche) qui conçoit bâts et harnachements modernes.

Des animaux pour quel marché ?

30Pour autant, aucune filière ne s’est véritablement installée, contrairement à d’autres pays européens (Camillo F. et al., 2018) et il en résulte que la valeur marchande de l’âne est faible, peu de bêtes étant valorisées sur le marché. Peut-on, dès lors, décrire la circulation des animaux selon les critères de compréhension d’un marché ? Les annonces paraissant sur des sites spécialisés ou dans la revue Les Cahiers de l’âne renvoient bien à l’existence d’un marché, associant une certaine offre et une demande tout aussi certaine. Par de multiples aspects, le caractère diffus de l’élevage relève du fonctionnement particulier des marchés de niche, comme la reproduction mulassière, la vente aux particuliers ou la production de lait d’ânesse. Or, chacun de ces marchés, aussi limité soit-il, relève de logiques différentes. Le prix varie selon l’inscription éventuelle au stud-book, la réputation de la race, le niveau de dressage de l’animal. Les amateurs peuvent quant à eux mettre en vente des animaux non dressés ou les céder gratuitement, ce qui contribue à dévaloriser l’offre, mais aussi casser la demande en entretenant la méconnaissance des acheteurs potentiels. Ce marché spécifique en vient à butter aujourd’hui sur un manque d’animaux.

31Ajoutons qu’en dehors de la stricte production laitière, l’élevage asinien s’inscrit quasi-obligatoirement dans le cadre d’exploitations diversifiés, très rares étant les propriétaires vivant de cette seule activité. On retrouve alors préférentiellement des exploitations ânes/ovins ou ânes/apiculture dans les régions méditerranéennes ou ânes/chevaux, ânes/bovins et ânes/viticulture ailleurs. La location d’ânes de randonnées génère le chiffre d’affaires le plus élevé, deux fois plus important que celui de la production de lait d’ânesse, alors que l’élevage de reproducteurs apparaît moins rémunérateur en dépit d’un grand nombre d’acteurs (INAM, 2014).

L’âne et son image dans la société

32La présence discrète de l’âne dans de nombreuses campagnes et leur emploi à des fins très diverses interrogent également les sciences sociales sur un nouveau rapport à cet équidé et, par-delà, aux formes de présence animale (Bortolamiol, 2017). La fin de l’anonymat de l’âne, désormais baptisé d’un nom différenciateur, augmente sa valorisation, sociale avant d’être économique. Il évolue désormais dans des sphères éloignées de son travail ingrat de jadis, dans le tourisme vert ou la compagnie, et peut être utilisé dans des structures d’accueil récréatives ou pour favoriser le lien social.

  • 8 Lors de l’enregistrement des naissances dans la base SIRE, la destination « boucherie » est raremen (...)

33L’âne gagne ainsi de nouvelles lettres de noblesse et ces multiples situations renvoient au rapport que la société entretient avec les animaux domestiques. Le nouveau regard porté sur l’âne implique ainsi le rejet de la transformation bouchère8, comme le refus par certains de castrer les mâles. Des associations dénoncent quant à elles les cas de mauvais traitement, protègent les ânes en danger dans des refuges (ADADA à Cunlhat, Puy-de-Dôme), organisent des réseaux de solidarité pour trouver de nouveaux propriétaires aux animaux dont le maître est décédé... On souligne volontiers la proximité entre le lait d’ânesse et le lait maternel, pour montrer la connivence entre l’animal et l’homme. La médiation asine promeut quant à elle les bienfaits d’une présence animale comme facteur d’échange affectif pour les personnes fragiles. Enfin, la charte de la Fédération Nationale des Anes et Randonnées expose des valeurs éthiques, notamment le respect de l’animal.

34L’image de la bête de somme, de l’âne à la noria des campagnes méditerranéennes, s’est donc progressivement renversée pour renvoyer désormais à un animal libéré de la contrainte du travail agricole, voire à un symbole de la liberté et du temps libre (Audiot, Garnier, 1995) ! L’âne devient un animal du loisir, de la lenteur et des modes de déplacement alternatifs à travers son utilisation dans la randonnée, qui permet de vivre différemment le temps et l’espace et agrémente le périurbain éloigné ou les zones de résidences secondaires. L’âne glisse ainsi progressivement de la catégorie des animaux domestiques vers celle des animaux de compagnie, ce dont témoigne l’engouement récent pour les ânes miniatures, dont il existerait une dizaine d’élevages en France. Plusieurs systèmes de valeurs « coexistent » donc autour de cet animal.

Les usages territoriaux de l'âne

35Les usages de l’âne se sont incontestablement diversifiés dans la période récente, conduisant cet animal bien au-delà de sa fonction traditionnelle d’auxiliaire pour les travaux agricoles. L’essentiel réside alors dans l’analyse de ces différents usages qui relèvent de moins en moins de la stricte sphère agricole et dans la relation croissante entre ces usages diversifiés et les territoires qui les accueillent.

L’âne au travail : les essais de relance de la traction asine

36Avant que la mécanisation ne condamne la traction animale, l’âne était avant tout un animal de travail. Son utilisation agricole ou forestière est-elle pour autant totalement abandonnée ? On sait en effet que de nouvelles fermes intègrent dans leur projet la traction animale, dont la traction asine. Dans les Pyrénées, le muletage est ainsi pratiqué en direction d’estives isolées du Parc National ; ce dernier contribuant largement à son financement grâce à l'Institution Patrimoniale du Haut-Béarn (Milian, 2004). Plusieurs structures, souvent associatives, soutiennent d’ailleurs la relance d’un usage agricole de l’âne, avec notamment des écoles de dressage d’ânes maraîchers (Villeneuve-sur-Lot) ou de mules des Pyrénées (La Bastide de Sérou, Ariège), ou encore d’apprentissage des mulets au débardage dans les Alpes. Ces structures œuvrent aussi à la conception et à la fabrication d’instruments adaptés à la traction asine.

37Les maraîchers utilisent aussi souvent leurs ânes pour d’autres usages dont l’entretien des espaces verts et le portage. L’INAM (2014) souligne que c’est l’activité asine qui rapporte le plus, grâce notamment à la commercialisation directe des animaux (dressés) dont la valeur ajoutée est importante. Citons cette ferme maraîchère de Mazière-de-Touraine, tenue par un jeune couple de diplômés engagés en agriculture biologique, installé hors cadre familial sur 10 ha, dont 1,5 ha de légumes et plantes médicinales, qui a fait le choix de la traction animale en acquérant deux ânes. L’animal a en effet l’avantage de tenir l’arrêt, d’être plus calme que le cheval face au bruit des moteurs et le maraîchage paraît bien adapté à la traction asine, réduisant le tassement du sol et évitant la pollution sous les serres. L’âne livre aussi un travail agricole plus fin que le cheval, notamment dans les vignes. Les exploitations maraichères concernées sont surtout situées dans le Sud-Ouest et l’Ouest, pour partie sous l’impulsion du centre de Villeneuve, mais ce mode de production suppose un apprentissage des gestes de la traction animale, du comportement de l’âne, de la mécanique et de ce qui l’entoure, ce qui exige des périodes de stage et rejoint en cela les modes actuels de formation à l’agriculture.

L’âne dans l’économie productive agricole : la production de lait d’ânesse

  • 9 Au mieux un litre par bête, grâce à 2 ou 3 traites journalières, l’ânon ne devant pas être sevré po (...)

38La production de lait d’ânesse apparaît la plus proche du modèle agricole « classique », que ce soit par la taille du cheptel qui compte 14 ânesses sur 23 ha de SAU en moyenne (Lemaréchal, 2011) et la fonction de production devenue essentielle, mais aussi à travers les fonctions plus générales de l’exploitation. Cette dynamique entrepreneuriale s’est amorcée en 1998 et se concentre sur la fabrication de produits cosmétiques vendus en direct, tout en envisageant d’autres débouchés comme les compléments alimentaires et le lait pour les nourrissons. Ce modèle entrepreneurial articule alors gestion de l’exploitation, transformation, animation et prestation de services. Une majorité de ces éleveurs sont des femmes et la pluriactivité est assez importante. Cette orientation productive est cependant délicate car la lactation est faible9 et très saisonnière, déficitaire de Noël à Pâques. Les produits cosmétiques contiennent généralement 10 % de lait d’ânesse, le lait de vache constituant l’essentiel. La transformation est assez souvent confiée à un laboratoire extérieur ou à un artisan indépendant, principalement à cause des coûts d’équipement et de la technicité du travail. C’est donc là un modèle bien formaté, avec dès lors des exploitations (41 en 2011) à profil voisin que l’on retrouve dans de nombreuses régions : les Petites fleurs dans le Pas-de-Calais, l’asinerie de la Vioune dans le Bourbonnais et sa marque Lainess, l’asinerie de Feillet de Castelnau-Durban (Ariège), Fanes de Carottes en Haute-Vienne (PNR Périgord-Limousin) ou l’asinerie d’Embazac à Lisle-Jourdain (Gers). Voici l’exemple de l’EARL Lédanès de Nogent-sur-Vernisson (Loiret) : elle compte 18 ânesses, essentiellement provençales, sur une exploitation de 33 ha et fait travailler son lait par un laboratoire de Côte-d’Or qui le transforme en produits cosmétique. Un tel modèle trouve cependant vite ses limites, notamment parce qu’il faut impérativement dresser les mâles préalablement à une vente éventuelle. Or, si un élevage d’une petite dizaine d’ânesses peut trouver des débouchés, l’affaire est plus compliquée pour les « grosses » exploitations qui peuvent être alors tentées de recourir à l’abattoir. Par ailleurs, l’image positive de l’ânesse lui interdit le sort que l’élevage moderne a réservé aux vaches laitières !

Les nouveaux usages fondés sur les services

39Il s’agit là d’une évolution structurelle de cet élevage de plus en plus orienté vers la délivrance de services de toute sorte à la population et aux touristes, mettant en action des acteurs privés comme des collectivités territoriales.

  • 10 La Société Française des Equidés Territoriaux (SFET) promeut la traction équine ou asine dans plusi (...)

40L’émergence de nouveaux métiers s’observe surtout à travers le mouvement des équidés territoriaux10 qui repose sur des essais menés dans plusieurs communes organisant la collecte d’ordures ménagères avec des ânes, les utilisant pour le transport scolaire, le fauchage des bas-côtés de la route ou le nettoyage estival des plages (Charente Maritime). L’animal est ainsi associé à de nouvelles pratiques relevant du développement durable ou du concept de ville douce. On utilise l’âne pour ses qualités propres, notamment sa force et la modestie de sa taille, mais aussi en raison de son image positive. L’entretien de milieux difficiles est souvent mis en avant car les ânes broutent les épineux et les herbes sèches et peuvent participer au débroussaillage et à l’entretien des régions de garrigue (Var, Ardèche…) comme des versants des boucles de la Seine. L’animal limite aussi la formation de ronciers et d’arbustes envahissants au moyen de pratiques dites d’éco-pâturage. L’asinerie du Rivage (Aude) propose même de tels services avec des ânes pyrénéens intervenant dans les Corbières ou autour de Narbonne.

41Au cœur de nouveaux usages fondés sur la prééminence des services, l’âne accompagne désormais la mise en tourisme de nombre de territoires ruraux et l’affirmation de nouvelles pratiques de loisirs en espace rural ou montagnard. Selon l’INAM (2014), la location d’âne de randonnées reste l’utilisation professionnelle majeure, tant en nombre d’intervenants que de chiffre d’affaires, surtout dans le quart Sud-Est de la France et les Pyrénées.

42Ce renouveau renvoie à l’émergence d’une nouvelle profession, celle des âniers, accompagnateurs de randonnées avec des ânes, qui émerge en 1978 quand se met en place la randonnée pédestre avec âne de bât. La professionnalisation des guides et des loueurs dans les régions touristiques remonte quant à elle aux années 1980. Ces nouvelles activités entraînent une plus-value relativement importante sur la valeur, tant sociale qu’économique, de cet animal qui doit, d’une part être dressé et, d’autre part, s’insérer dans le marché à la faveur de la livraison d’un service touristique.

43L’âne évolue dès lors dans le tourisme vert et le regard qu’on lui porte évolue. Son utilisation pour la balade de découverte s’est significativement répandue et nombreux sont aujourd’hui les circuits de randonnée dans les Pyrénées, l’Auvergne, les Cévennes (chemin de Stevenson), les Alpes du Sud ou la Corse comme sur les chemins de Saint-Jacques où l’âne est désormais le compagnon qui porte les sacs des randonneurs, les provisions ou même un enfant fatigué. Citons encore l’entreprise Saint Anton’âne (Tarn-et-Garonne) qui promeut un tourisme alternatif ou durable où cet animal se prête bien à de telles pratiques touristiques douces, ou l’asinerie Balagn’âne qui élève des ânes Corses, produit du lait d’ânesse et propose des randonnées de découverte de la nature et du patrimoine insulaire. Dans l’Allier, la commune de Thionne organise en partenariat avec l’Office du Tourisme, des randonnées avec des ânes du Bourbonnais, comme Orcinas, en Pays de Dieulefit (Drôme). En Vendée, l’Asinerie du Pays du Gois mêle ferme pédagogique, musée de l’âne de Bretagne, randonnées dans les marais salants et fabrication de savons au lait d'ânesse !

44Proche de la randonnée, l’équitation sur âne ou sur mule se développe aussi en profitant des qualités spécifiques qui différencient ces montures des chevaux, comme aux Haras de Magny à La Fermete (Nièvre). A côté de concours déjà anciens de menées d’ânes (comme dans le Cotentin où ils sont attelés à deux ou à quatre) ou de courses ludiques comme à Charbonnières-les-Bains près de Lyon, apparaissent de nouvelles pratiques purement équestres à l’image de l’équitation dite western. La grande aptitude de l’animal au dressage et sa bonne mémoire expliquent la réussite de telles pratiques.

45La médiation par les ânes peut aussi accompagner la location de ces animaux pour la randonnée. Le public visé est alors très varié, la grande majorité des éleveurs accueillant « des enfants et des adultes, avec des handicaps physiques ou moteurs. Les personnes âgées et le public en réinsertion sont accueillis dans environ un tiers des structures » (INAM, 2014).

L’âne dans le développement territorial

46Ces multiples expériences et essais de relance de l’élevage s’inscrivent souvent dans des démarches de développement où l’âne peut constituer un bien privé associé à d’autres ressources spécifiques au sein d’un panier de biens en émergence (Hirczak et al., 2008). Par exemple, l’âne de race locale (Provence, Pyrénées, Corse) se combine avec des produits agricoles locaux ou des services touristiques avec l’appui éventuel de collectivités locales ou d’associations de promotion. Produire du lait d’ânesse dans une région touristique, ouvrir une asinerie proposant des activités ludiques, pédagogiques ou équestres, proposer des formes alternatives de tourisme, compléter l’offre ludique d’un site touristique à travers la balade, faire vivre des chemins de randonnée sont autant d’exemples où l’âne sert de support à une activité ancrée territorialement.

47La plupart de ces métiers retrouvés est souvent concentrée dans des milieux défavorisés où leur apport est loin d’être négligeable. Ces entreprises rurales polyfonctionnelles contribuent ainsi à l’aménagement du territoire local, à l’image de l’asinerie de Rabouillet (Fenouillèdes catalanes) qui, forte de 25 bêtes, produit du lait, fait de l’accueil et de la randonnée et propose un ensemble de services touristiques ; ou encore de l’association Traits d’âne de Saint-Germain-Lavolps (Haute-Corrèze, PNR Millevaches). Une telle dynamique territoriale concerne plusieurs régions d’altitude avec une grande diversité des usages : entretien des espaces, sentiers muletiers, lait d’ânesse, fermes découvertes, pension et éducation d’ânes, organisation de stages... On dénombre ainsi une quinzaine de professionnels dans les Pyrénées, surtout dans l’ouest de la chaîne, comme l’asinerie Pierretoun de La Bastide-Clairence (Pays basque) dont le propriétaire, qui a commencé par proposer des balades à dos d’ânes en complément d’une offre d’hébergement, a profité ensuite de 24 ha de pâtures délaissées pour créer un atelier spécialisé dans la production laitière. Son projet d’entreprise agricole initié en 2009 s’appuie sur la volonté de tout maîtriser, de l’élevage à la vente des produits (il possède aussi un magasin à Saint-Jean-de-Luz), en passant par la production du lait et sa transformation. Il privilégie la race pyrénéenne et l’activité laitière est directement associée à l’élevage d’ânons éduqués pour pouvoir participer à des concours.

48Le département de la Charente Maritime a développé quant à lui tout un programme de traction animale dans le cadre d’un Pôle d’Excellence Rurale et de l’Asinerie Nationale du Baudet du Poitou. Une réelle dynamique a alors émergé grâce aux actions relayées du PER, des conseillers agricoles et de diverses associations : débardage, entretien des espaces verts et boisés, collecte des déchets, transport scolaire, entretien des chemins, visites de site, navette hippomobile plage-parking...

49Un tel processus de développement peut aussi prendre la forme d’une patrimonialisation, illustrée par les fêtes se déroulant autour de l’âne comme à Lignières (Indre), Banneville-sur-Ajon (âne du Cotentin) ou Uzès (âne de Provence). Partout, l’élevage communique de plus en plus auprès d’un public diversifié et en tout cas non agricole.

50On le voit, de nouvelles formes de relations entre l’âne et les territoires se sont développées, dès les années 1960-1970 avec le souci de défendre et de réhabiliter l’animal. Cette première vague de renouveau a été rejointe par l’action de quelques novateurs à la recherche de nouvelles pistes de diversification (Audiot, Garnier, 1995), avant qu’une nouvelle dynamique n’intègre le processus d’identification culturelle au travers de la revendication d’un ancrage territorial. Ce dernier s’est nourri de la reconnaissance des races, de l’organisation et de la définition d’un standard pour chacune d’elles, de la recherche et de la promotion de formes de diversification permettant leur survie. Les territoires de l’âne peuvent alors correspondre à des espaces résiduels dans certains milieux de grande culture, mais aussi à des terres difficiles de montagne où le recours au tracteur reste délicat comme dans certaines vallées pyrénéennes, ou à des secteurs traditionnels de transhumance demeurés le domaine d’un élevage ovin extensif (Pyrénées, Hautes-Alpes). On retrouve ici toute la permanence de l’adéquation entre les caractéristiques spécifiques de certains milieux et les tâches et les caractères particuliers de l’âne. Une autre caractéristique spatiale renvoie à l’élevage de l’âne dans les zones d’agriculture marginale et met alors en rapport cet élevage avec la déprise agricole, voire paysagère.

51Toujours au plan territorial, signalons aussi la relation de l’animal à la ville, un milieu où il fut toujours présent en tant qu’âne de manège dans les parcs publics, mais où il est parfois réintroduit à travers des mouvements en faveur de la « ville douce », pour le transport scolaire ou la collecte des ordures ménagères (voir plus haut), sans oublier sa présence dans certains parcs urbains où il incite aux déplacements alternatifs, comme à Cébazat (Puy-de-Dôme) les jours de marché.

52Les Parcs Naturels Régionaux ont enfin pu développer des actions de promotion des races locales, comme pour le Baudet du Poitou ou l’âne des Pyrénées, là encore dans une logique fortement territorialisée.

  • 11 - Chenils et ânes ont ainsi du mal à cohabiter dans les périphéries urbaines.

53L’entrée territoriale permet enfin d’envisager, localement, son utilisation comme agent paysager pour l’entretien de parcelles autour des maisons secondaires ou dans le périurbain éloigné. La présence de plus en plus visible de l’âne un peu partout en France renvoie en effet beaucoup à la diffusion de l’habitat, permanent ou secondaire, dans l’espace rural. Un enclos d’au moins 3 000 m² semble alors nécessaire, d’autant plus que l’âne aime bien être en compagnie… d’un autre âne ou d’une chèvre, d’une brebis, ou d’un cheval... Un arbre, des buissons qui rompent la monotonie, une cabane pour se protéger, et voilà l’espace réservé à l’animal. Cet âne tondeuse à gazon est confiné à un usage peu valorisant certes, cantonné aux marges interstitielles de l’espace agricole, mais sa présence renvoie bien à la montée en puissance de sa fonction résidentielle. On le retrouve surtout dans le périurbain lointain compte tenu de ses particularités comportementales : son braiement reste en effet une source potentielle de conflit avec le voisinage, surtout s’il est stimulé par le contact avec des chiens11 et il a tendance à s’échapper facilement de son enclos en l’absence de clôture vigoureuse. Quoi qu’il en soit, le capital de sympathie associé à l’animal lui assure souvent des marques d’affection qui en font désormais un résident permanent des zones résidentielles parcourues par des navetteurs.

Figure 5 : Les territoires de l’âne en France

Figure 5 : Les territoires de l’âne en France

Source : auteurs

Conclusion

54Face à la lente et quasi-mortifère érosion des effectifs asiniens, un mouvement de réaction a donc bien émergé, passant notamment par un effort de sélection des races. Ce processus s’apparente à une forme de construction territoriale dans lesquels les éleveurs se reconnaissent, dans une relation qui s’apparenterait à un terroir, étant entendu la relation assez étroite que les différentes races entretenaient déjà avec leur aire d’origine. L’enracinement de cet élevage s’appuie donc sur des races enregistrées, dans la logique du développement local, avec une assimilation forte au territoire qui associe un noyau géographique d’origine, et renvoie aussi à un territoire imaginé et mis en patrimoine où l’âne apparaît comme porteur d’une symbolique et fixe un imaginaire socio-culturel, à l’image des nombreuses festivités autour de de l’âne. Derrière les multiples formes de présence et d’usage des ânes, c’est la transformation des systèmes domesticatoires que repèrent les anthropologues dans les sociétés post-modernes qui est à l’œuvre (Digard, 1989).

55Beaucoup de formes de relance de l’élevage asinien développent un lien limité aux lieux (traction animale/zones de maraîchage), quand d’autres paraissent presque a-territoriales (utilisation par les collectivités territoriales, asineries), alors que d’autres encore sont nettement territorialisées (élevage en liaison avec les berceaux de race, usage touristique, fêtes thématiques). La dimension territoriale repose largement sur des traditions régionales associées à des races locales, toutefois minées par les transformations structurelles dues à la modernisation agricole. Quant à l’hétérogénéité des acteurs, plus accentuée encore que dans le monde équin, elle se traduit par une forte implication des amateurs et appelle une interrogation sur sa dimension culturelle.

56On retrouve à propos de l’âne les différentes fonctions qui ont été repérées pour les races locales à petits effectifs (Casabianca, Vallerand, 1994) : usages socio-économiques à travers les systèmes de production et la recherche de nouveaux débouchés (lait d’ânesse, traction asine, portage), rôles stratégiques en utilisant les atouts, effectifs ou potentiels, d’originalité voire de rente territoriale de l’âne dans la valorisation touristique, mais de manière évidente également dans le mouvement des équidés territoriaux, fonctions culturelles enfin car les races locales d’ânes participent d’un patrimoine et d’une identité régionale, profitant des nouvelles représentations de l’animal.

57Enfin, des schémas généraux ont été proposés pour comprendre la présence d’équidés en zones rurales comme dans l’espace périurbain (Vial, 2017). Le nombre de chevaux décroît dans l’espace périurbain lorsque la pression foncière augmente et s’efface dans les zones agricoles lorsque l’agriculture professionnelle est prépondérante. Le territoire des ânes paraît s’inscrire dans ces logiques de répartition spatiale, avec pour particularité de s’accentuer dans des espaces délaissés et d’obéir à des effets de berceaux de race. A l’échelle des aires urbaines, où la répartition des chevaux répond d’abord à des localisations d’accessibilité et de disponibilité foncière, les ânes semblent se localiser de façon encore plus ponctuelle dans des interstices des marges périurbaines.

Haut de page

Bibliographie

AUDIOT A., GARNIER J.-Cl., 1995, De l’ân(e)onyme à l’âne ou le renversement de perspectives des usages sociaux de l’âne, Ethnozootechnie, n° 56, p. 65-77.

AUDIOT A., 1995 Races d'hier pour l'élevage de demain, INRA.

BORTOLAMIOL S. et al, 2017, Territoires des humains et territoires des animaux : éléments de réflexions pour une géographie animale, Annales de Géographie, n° 716, p.387-407

CAMILLO F., ROTA A. et al., 2018, The Current Situation and Trend of Donkey Industry in Europe, Journal of Equine Veterinary Science, n° 65, p. 44-49.

CASABIANCA F., VALLERAND F., 1994, Gérer les races locales, une dialectique entre ressources génétiques et développement régional, Génétiques, Sélections, Evolution, INRA, n° 26, p. 343-357.

DENEL S., 2001 Evolution de la population asine du 19ème siècle à nos jours : de la bête de somme au porteur d’un patrimoine, thèse, Ecole Nationale Vétérinaire d’Alfort.

Institut National Anes et Mulets, 2014, La filière asine, observatoire économique et social, Ministère de l’agriculture, 41 p.

DIGARD J.-P., 1990, L' Homme et les animaux domestiques : anthropologie d'une passion, Paris, Fayard, coll. Le temps des sciences.

HIRCZAK M., MOALLA M., MOLLARD A., PECQUEUR B., MBOLATIANA R., VOLLET D., 2008, Le modèle du panier de biens : grille d'analyse et observations de terrain, Economie rurale, p. 55- 70.

LAUVIE A., CASABIANCA F., VERRIER É., AUDIOT A., BRIVES H., 2007, Gestion des populations animales à petits effectifs. Accès aux dispositifs par l’analyse des controverses, Natures Sciences Sociétés, n° 2, vol. 15, p. 154 à 161.

LEMARECHAL O., 2011, Approche de la filière asine et de la production de lait d’ânesse en France, mémoire de fin d’étude, VetAgroSup.

MILIAN J., 2004, Protection de la nature et développement territorial dans les Pyrénées, Thèse de doctorat de géographie, Université Toulouse le Mirail, 900 p.

PHILIPPE M.-A., 1995, Le baudet du Poitou, une race menacée par son succès, Ethnozootechnie, n° 56, p. 43-54.

RABIER Th., 2011, L’âne des Pyrénées, Monhélios, 64 p.

ROSSINI G., 2003, Mémoires des ânes & des Mulets, L’imagier – Equinoxe.

SPINDLER F., 1986, Evolution de la population asine française, Ethnozootechnie, n° 37, p. 21-28.

VIAL C., 2017, Le développement des activités équestres dans les campagnes françaises. Enjeux et conséquences pour les territoires ruraux et périurbains, in LEROY DU CARDONNOY E. et VIAL C. (dir.), Les chevaux : de l'imaginaire universel aux enjeux prospectifs pour les territoires, Caen, P.U. de Caen, p.157-188.

Haut de page

Notes

1 L’INAM comptabilise les animaux dûment vaccinés alors que le Recensement Agricole ne s’intéresse qu’à ceux détenus par les exploitations recensées. Ces données ne sont donc pas comparables. Le Système d’Information Relatif aux Equidés (SIRE) identifie quant à lui les élevages, les reproducteurs et les naissances, ainsi que l’état civil des équidés et des ânes avec pour objectif de mieux contrôler les descendances et d’améliorer la traçabilité notamment sanitaire. Les stud-books, équivalents des herd-books pour les bovins, gèrent quant à eux les livres généalogiques des races reconnues.

2 Délimitées à partir de 1946, les Petites Régions Agricoles sont des regroupements de communes en unités homogènes tant du point de vue de la nature des sols que pour les conditions climatiques et la vocation dominante des exploitations agricoles.

3 Le stud-book, l’équivalent du herd-book bovin, recense les animaux et leur généalogie en deux livrets, A pour ceux de race pure et B pour les animaux croisés donc moins typés.

4

5 Le stud-book est ouvert quand il autorise le recours à des animaux proches des critères de la race, à la différence du stud-book fermé qui, lui, se limite strictement aux animaux de race pure.

6 On le désignait d’ailleurs autrefois aussi comme âne de Savoie, de Crau ou d’Arles.

7 Plusieurs exemples d’élevages cités viennent de la compilation des Cahiers de l’âne, le magazine de référence sur le sujet.

8 Lors de l’enregistrement des naissances dans la base SIRE, la destination « boucherie » est rarement retenue par les déclarants. Ceci alors que certains acteurs de la filière souhaitent relancer le saucisson, pour la fabrication duquel il faut actuellement importer de la viande !

9 Au mieux un litre par bête, grâce à 2 ou 3 traites journalières, l’ânon ne devant pas être sevré pour que l’ânesse poursuive sa lactation.

10 La Société Française des Equidés Territoriaux (SFET) promeut la traction équine ou asine dans plusieurs secteurs (maraîchage, viticulture, utilisation par des collectivités locales) au moyen d’expériences, par la création de matériel prototypique et la formation dans des écoles spécialisées.

11 - Chenils et ânes ont ainsi du mal à cohabiter dans les périphéries urbaines.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 : La présence asine en France en 2010
URL http://journals.openedition.org/geocarrefour/docannexe/image/11698/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Légende Effectif d'ânes en 1892
URL http://journals.openedition.org/geocarrefour/docannexe/image/11698/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 964k
Légende Effectif d'ânes en 1929
URL http://journals.openedition.org/geocarrefour/docannexe/image/11698/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 964k
URL http://journals.openedition.org/geocarrefour/docannexe/image/11698/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 904k
Légende Effectif d'ânes en 1970
Crédits Source : d’après Spindler, 1986
URL http://journals.openedition.org/geocarrefour/docannexe/image/11698/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 852k
Titre Figure 3a : Utilisateurs d’ânes en France en 2014
URL http://journals.openedition.org/geocarrefour/docannexe/image/11698/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 832k
Crédits Source : INAM
URL http://journals.openedition.org/geocarrefour/docannexe/image/11698/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 888k
Titre Figure 4 : Evolution des naissances selon les races
Crédits Source : IFCE
URL http://journals.openedition.org/geocarrefour/docannexe/image/11698/img-8.png
Fichier image/png, 148k
Titre Figure 5 : Les territoires de l’âne en France
Crédits Source : auteurs
URL http://journals.openedition.org/geocarrefour/docannexe/image/11698/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 5,4M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Michel Lompech, Daniel Ricard et Laurent Rieutort, « L’âne en France, ses usages et ses territoires », Géocarrefour [En ligne], 92/3 | 2018, mis en ligne le 20 décembre 2018, consulté le 13 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/geocarrefour/11698 ; DOI : 10.4000/geocarrefour.11698

Haut de page

Auteurs

Michel Lompech

UMR Territoires, Clermont-Ferrand

Daniel Ricard

UMR Territoires, Clermont-Ferrand

Articles du même auteur

Laurent Rieutort

UMR Territoires, Clermont-Ferrand

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Géocarrefour

Haut de page
  • OpenEdition Journals