Navigation – Plan du site

La pollution des sols dans les territoires (post)industriels : la résilience entre norme institutionnelle et cadre de lutte socio-environnementale

Soil pollution in (post) industrial territories: resiliency between institutional norm and socio-environmental struggle
Thomas Zanetti

Texte intégral

  • 1 Ce texte a bénéficié de la relecture de Christelle Morel Journel, à qui nous adressons nos remercie (...)
  • 2 Voir http://rdt-risques.fr/?p=259#more-259, consulté le 16 janvier 2019. Les chercheurs du programm (...)
  • 3 La synthèse de cette journée, organisée sous la responsabilité scientifique de C. Morel Journel et (...)

1En faisant de la pollution des sols l’objet de ce numéro spécial de la revue Géocarrefour1, le but était d’interroger une dimension capitale de l’héritage industriel, à partir de différentes perspectives disciplinaires (géographie, aménagement et urbanisme, sociologie, science-politique, agronomie, écotoxicologie), tout en donnant la parole à des acteurs. La pollution des sols est en effet une réalité incontournable des territoires (post)industriels, marqués par la prépondérance de l’industrie et des lieux de production dans l’activité économique, les structures sociales, la régulation politique et la formation du paysage. Elle interroge la résilience de ces formations socio-spatiales, que cette dernière soit encensée sous forme de discours sur leur « rebond » ou appelée par les vœux des acteurs du (re)développement économique et social. Ces questionnements ont nourri le programme de recherche EMIR (Elision mais inexorabilité des risques), initié en réponse à l’appel Risque-Décision-Territoires du ministère de l’Environnement lancé en 20032, ainsi qu’une journée d’études organisée en mars 2017 sous le titre « Les pollutions en héritage : quelle résilience dans les territoires (post)industriels ? »3. Ce numéro spécial constitue à la fois une valorisation de ces analyses inédites dans le champ de la recherche sur la pollution des sols et un prolongement avec l’intégration de nouveaux auteurs.

  • 4 Mines de zinc et de plomb dans le Gard, d’uranium dans la région nantaise, vallée regroupant des us (...)

2Les territoires étudiés4 dans ce numéro ont tous traversé, hormis le cas parisien sur lequel nous reviendrons, des épisodes de crise (économique, sociale et symbolique) liés au déclin de l’activité industrielle. A l’hyper visibilité physique et matérielle de l’usine en fonctionnement et de ses débordements (fumées, odeurs, bruits) (Le Roux et Letté, 2013) succède alors celle des stigmates de l’effondrement du système productif et de son impact sur l’environnement (bâtiments inutilisés et en ruine, friches industrielles, déchets et pollutions diverses, etc.) formant un « patrimoine négatif » (Roux, 2002 ; Bretesché, 2014) légué aux sociétés locales.

La pollution des sols : une réalité incontournable des territoires (post)industriels

3La pollution des sols, composante de cet héritage environnemental de l’industrie et conséquence de l’exploitation de la nature par le capitalisme, est identifiée comme une contrainte pour l’action publique, dans un contexte qui privilégie les opérations de renouvellement urbain, et pour des politiques qui visent le plus souvent un redéveloppement économique. La dépollution des sols ou le traitement des sols pollués sont en effet un préalable indispensable à la mise en œuvre de projets de reconversion et à l’attribution de nouveaux usages aux territoires anciennement industriels, prérequis qui nécessite un dépassement du conflit entre valeurs économiques et valeurs environnementales du sol, alors que les stratégies de reconversion des anciens espaces industriels se confondent fréquemment avec des objectifs de reprise économique.

4Mais la gestion de ces sols pollués est confrontée à plusieurs obstacles : techniques (en appelant à des méthodes de diagnostic et de traitement adaptées), financiers (en amplifiant les coûts de réaménagement), juridiques (en posant la question de la responsabilité), symboliques (en générant une image négative). Ces obstacles affectent les sociétés locales territorialisées et pèsent sur la capacité politique des acteurs à identifier et à prendre en charge cet héritage environnemental. Ils renvoient ensuite à la complexité de l’objet « sol », à la fois milieu vivant, filtre et mémoire des activités humaines (Barles, 1993), ressource foncière, support d’autorisations législatives issues des droits de l’urbanisme et de l’environnement, ou encore source d’inégalités en matière d’expositions environnementales et de risques sanitaires.

5Enfin, de par sa nature invisible, silencieuse et enfouie, et à la différence de pollutions plus manifestes (atmosphériques, olfactives, visuelles, sonores) et appréhendables par les sens qui sont à l’origine de plaintes et de revendications des riverains, la pollution des sols est souvent oubliée et largement ignorée par les populations concernées, et donc plus difficilement constituée en problème public (Morel-Journel et al., 2017). Les pollutions des sols et leurs conséquences sont ainsi plus ou moins visibles, connues, mesurées, traitées, banalisées ou dissimulées. 

6Cette fréquente invisibilité de la pollution des sols ne se limite pas aux seuls territoires manifestement industriels, comme le montre le cas de Paris, abordé par deux articles de ce numéro (E. Rémy et al. ; M. Fernandez) qui prennent pour objet la présence de terres polluées dans les espaces verts et les opérations d’aménagement en région parisienne. L’origine historique de la pollution contemporaine des sols urbains peut en effet être lointaine, liée à des activités industrielles et agricoles et à la production de déchets qui sont ensuite exportés et réintégrés au fil du temps dans la construction urbaine. L’absence de suivi environnemental des terres utilisées comme remblais pour les opérations d’aménagement engendre la circulation des sols pollués au sein des espaces urbains, y compris de ceux qui ne sont pas identifiés comme appartenant à des territoires industriels. Ainsi, les espaces verts parisiens sont créés par l’importation de « terres végétales » qui peuvent être issues des terrains maraîchers d’Île-de-France et donc polluées. L’intense processus de construction/déconstruction initié par le projet du Grand Paris entraîne quant à lui une production, une circulation et une réutilisation massive de déchets solides et de terres polluées qui prennent ensuite la forme de sols.

L’invisibilisation comme mode ordinaire de gestion des sols pollués

7Les sols pollués sont donc caractérisés par leur immobilité et leur confinement, contribuant à une invisibilité matérielle et mémorielle du phénomène. Longtemps, la pollution des sols n’est pas un sujet, la terre présentant un aspect « naturel » garant de sa pureté. Il faudra attendre les années 1980 pour que l’action publique se saisisse progressivement de cette problématique, et la fin de des années 1990 pour que des mesures réglementaires soient prises.

8Cette invisibilité remonte généralement aux périodes de fonctionnement de l’industrie, quand les enjeux économiques dominent les problématiques environnementales et sanitaires. Les pollutions sont alors considérées comme le « prix à payer » pour le maintien de l’activité et des emplois qui lui sont liés. Les salariés, qui peuvent aussi être riverains des sites productifs, s’accommodent bien souvent des nuisances issues de l’industrie, tant cette dernière a structuré, spatialement et socialement, le territoire, et fait vivre une partie parfois importante de sa population. Ainsi se tisse une relation intime à l’usine, entretenue dans de nombreux cas par un paternalisme visant entre autres à faire accepter ses divers débordements. Ces derniers, s’ils sont connus et ressentis, ne sont pas institués en problème public, d’autant plus lorsque leur dénonciation peut servir d’argument pour diminuer l’activité voire fermer un site. Les pollutions sont donc minimisées et mises à distance, afin de neutraliser leurs potentiels impacts sur la santé et l’environnement.

9Le rapport des populations locales aux pollutions des sols peut ensuite être caractérisé par un déni. L’effacement répond alors à un enjeu de valorisation du lieu de vie et du projet résidentiel qui occulte les activités existantes ou le passé industriel pour mieux asseoir un imaginaire spatial gratifiant et une esthétique positive des lieux. Lors de la disparition des activités productives, le processus d’invisibilisation s’étend à l’ensemble des sociétés locales. Les phases de deuil qui suivent le déclin de l’industrie sont en effet propices à l’occultation (volontaire ou non) et à l’oubli des pollutions. Elles se traduisent par des politiques de table rase qui gomment l’héritage industriel, les traces et les marques laissées sur le territoire et jugées négatives : les bâtiments industriels sont détruits, mais les sols pollués demeurent. Leur invisibilité peut alors provenir d’un déficit de connaissances ou de moyens techniques et scientifiques, comme le montre l’article de S. Hadna à propos des stériles miniers. C’est aussi le cas pour les terres végétales ou les sols urbains, dont les mouvements, pourtant séculaires et massifs, ne sont ni suivis, ni analysés.

10L’invisibilisation peut également devenir, au-delà du réflexe initial face au traumatisme et à l’urgence sociale, une stratégie volontaire, jugée nécessaire pour répondre aux priorités économiques : lutte contre le chômage, implantation de nouvelles activités, création d’emplois et de richesses. La prédominance des enjeux économiques sur les questions environnementales, caractéristique de la période d’industrialisation, se prolonge alors dans la phase de reconversion. Cette dernière, en cherchant à tourner la page de l’ère industrielle pour permettre l’établissement d’un nouveau cycle économique par l’arrivée de nouvelles fonctions et usages d’un sol, fait de la gestion des pollutions un objectif prioritaire. Plus généralement, c’est le paysage dans son ensemble qui doit être amélioré pour favoriser une telle régénération du territoire par son économie. Or la présence de sols pollués, comme celle de friches industrielles, génère une image négative qui conditionne l’attractivité (économique, résidentielle, touristique) du territoire. L’invisibilisation devient alors, pour les responsables politiques, une réponse pragmatique à cette problématique du traitement des sols pollués.

11L’enjeu économique détermine également le rapport de différents groupes sociaux à la pollution des sols et leur intérêt à en maintenir l’invisibilité : c’est le cas des exploitants agricoles, dont l’activité professionnelle dépend de la qualité du sol ; des professionnels du secteur touristique, qui vendent l’image d’une destination agréable ; des propriétaires fonciers et immobiliers, dont les biens risquent d’être dépréciés ; et des exploitants des sites concernés, qui peuvent être tenus responsables juridiquement et financièrement. La valeur économique du sol constitue ainsi un élément central du rapport des sociétés locales aux impacts environnementaux et aux risques sanitaires. Elle forme un obstacle important, et parfois indépassable, à l’acceptation des pollutions. Pouvant aller à l’encontre de la majorité des intérêts économiques présents sur le territoire, la reconnaissance collective et publique des pollutions est donc souvent considérée comme une solution de dernier recours, au contraire des différentes stratégies d’invisibilisation qui sont déployées dans les territoires (post)industriels.

12L’une des premières stratégies recensées est celle du confinement des terres polluées, utilisées comme remblais (par exemple pour créer des aires de stationnement) voire enfouies par l’exploitant privé. Analysée par C. Ferrieux et R. Le Noan, cette dissimulation physique des pollutions se retrouve par exemple dans la vallée de la Tawe au Pays de Galles, où le choix a été fait de laisser les terres polluées sur site et de les recouvrir d’un matériau imperméable. Toujours présents, les sols pollués ne sont néanmoins plus considérés comme un problème pour le réaménagement des sites contaminés. On retrouve cette situation dans les espaces urbains où différents types de matériaux (béton, bitume, couche de terre saine) peuvent être utilisés, en fonction des taux de pollution rencontrés, dans le cadre des opérations d’aménagement. La connaissance historique de la pédosphère urbaine (Barles, 1993) montre le degré élevé d’anthropisation des sols et l’empreinte écologique liée aux surfaces urbanisées et aménagées (Boutaud et Gondran, 2018, voir recension dans ce numéro). Ces stratégies de camouflage passent également par le verdissement ou la revégétalisation des espaces industriels pollués, au moyen de l’ensemencement et de la plantation d’arbres. En apposant un « voile vert » sur ces derniers, comme cela a pu être le cas pour les crassiers de la région stéphanoise (Depeyre, 2012), le paysage n’est plus un frein à l’attractivité du territoire. Ainsi débarrassé de toutes traces négatives du passé industriel, le paysage témoigne de la volonté d’oubli progressif de la séquence industrielle et de retour à un état antérieur. Le changement d’image et la mise à distance de l’héritage industriel sont considérés comme les conditions d’un nouveau développement, notamment lorsque celui-ci s’appuie sur une activité touristique et sur une mise en valeur des patrimoines. La patrimonialisation et la valorisation sélective de certains pans de l’histoire industrielle peut en effet conduire à une invisibilisation de la mémoire du risque et des pollutions et à une neutralisation des composantes jugées les plus embarrassantes de l’héritage environnemental (Veschambre, Zanetti, 2017).

13L’invisibilisation par le mouvement constitue une troisième catégorie de ces stratégies de gestion des sols pollués. Dans le cas parisien, étudié dans ce numéro par E. Rémy et al. et M. Fernandez, la pollution se dissimule dans la circulation, au gré de l’urbanisation et sur de longues périodes historiques, de sols évacués lors de l’assainissement de différents quartiers au XIXe siècle, puis réintégrés à la fabrique urbaine contemporaine pour la création d’espaces verts ou la mise en œuvre de projets d’aménagement. Ce processus remet en cause le caractère supposé vertueux du concept d’économie circulaire, qui peut conduire à éluder la question des terres polluées. Dans son article sur deux sites miniers de la région nantaise, S. Hadna rappelle que les stériles ont également pu être déplacés pour servir de remblais dans le cadre d’opérations d’aménagement (routes, équipements collectifs, bâtiments).

14Ces stratégies de négation en actes se doublent enfin, dans les discours publics, de qualifications sémantiques qui mettent à distance les risques et le caractère « pollué » des sols. Ainsi, l’utilisation du terme de « stériles » pour désigner certaines roches peut à la fois faire référence à une pauvreté en uranium, et donc à une faible rentabilité économique, et à une « stérilité radioactive » qui supposerait une absence de danger. Volonté d’oubli et pratiques de détournement des risques sont ainsi très présentes chez les élus locaux, qui cherchent d’abord à rassurer leurs administrés quant aux impacts environnementaux et sanitaires des sols pollués. Confrontés à un manque de moyens techniques et financiers, mais aussi à des enjeux politiques et électoraux, les élus peuvent opter pour la dissimulation comme stratégie de régulation.

15L’invisibilisation peut ainsi être considérée comme un mode de gestion ordinaire et pragmatique des sols pollués, dont l’objectif n’est pas d’éliminer la pollution, mais de « faire avec » pour qu’elle n’obère pas le potentiel de redéveloppement territorial. Dans ce sens, la réussite d’une reconversion industrielle est vue comme une démonstration de résilience.

Quelles mises en visibilités ?

16Les stratégies d’invisibilisation se confrontent ensuite inévitablement, dans une relation dialectique, à des mises en visibilité de la pollution des sols. Plusieurs facteurs sont à l’origine de ces dévoilements. Dans un premier temps, le déclin de l’industrie et l’impératif de reconversion peuvent entraîner une redécouverte des pollutions, le traitement de celles-ci s’imposant comme un préalable au réaménagement. Néanmoins, l’objectif de redéveloppement économique s’accompagne fréquemment d’une volonté d’invisibilisation, jugée nécessaire au rétablissement de l’attractivité territoriale, à la promotion de nouveaux usages du sol et à la réussite du projet de reconversion. Ce n’est alors que lorsque celui-ci échoue que la problématique environnementale « refait surface », quand bien même la reconnaissance de la pollution demeure difficile à assumer pour les responsables politiques concernés. L’article d’E. Marochini montre comment, à partir du regard rétrospectif d’un professionnel impliqué dans la reconversion d’un site sidérurgique lorrain, les acteurs locaux ont d’abord nié l’existence d’une pollution des sols pour favoriser la réalisation d’objectifs économiques, avant de finalement la prendre en compte devant les faibles résultats donnés par les initiatives de relance de l’activité.

17Ensuite, des réglementations spécifiques peuvent désigner les sols comme pollués à la suite de la réalisation d’études et d’analyses : c’est le cas aujourd’hui pour les espaces verts après la définition en 2014 de seuils pour les concentrations en plomb dans les sols ; et pour les opérations d’urbanisme qui imposent aux maîtres d’ouvrage la commande d’études de sols. En 2014, la loi pour l’Accès au Logement et à un Urbanisme Rénové (ALUR) met en place les Secteurs d’Information sur les Sols (SIS). Ceux-ci comprennent les terrains où la connaissance de la pollution des sols justifie, notamment en cas de changement d’usage, la réalisation d’études de sols et la mise en place de mesures de gestion de la pollution pour préserver la sécurité, la santé ou la salubrité publique et l’environnement.

  • 5 BASIAS, créée en 1999, recense d’anciens sites industriels et activités de services. BASOL, mise en (...)

18La mise en visibilité résulte aussi de l’activité d’organismes publics spécialisés, comme le Bureau de Recherches Géologiques et Minières (BRGM), dont les bases de données5 alimente une connaissance historique et dont les rapports informent les décideurs en matière de gestion des risques et des sols pollués. Ce fut également le cas du rapport Lacaze (1986) sur les grandes friches industrielles, réalisé pour le compte de la DATAR. Au-delà de ces structures nationales, les analyses de sols, menées en interne ou confiées à des bureaux d’études, intègrent la routine des collectivités locales dans les années 1990.

19Les pollutions des sols, d’ordinaire enfouies, peuvent également apparaître physiquement à travers leur propagation aux milieux naturels (diffusion dans un cours d’eau, par exemple) ou lorsqu’elles transforment la vie végétale et animale, mais elles ne sont que rarement révélées à la suite d’une catastrophe. Dans certains cas, c’est un travail d’enquête journalistique (article dans la presse écrite, reportage télévisé, blog internet …) qui fait connaître la pollution des sols et entraîne sa publicisation. Enfin, des mobilisations défendant le cadre de vie ou s’opposant à des projets d’aménagement peuvent déclencher la mise en visibilité des sols pollués. L’article de M. Olive, sur le devenir d’une friche industrielle à Marseille, illustre bien cette forme de révélation. A travers leur « montée en généralité » (Lolive, 1997), de nombreux conflits d’aménagement ont ainsi fait émerger des problématiques environnementales et sanitaires.

20Il s’agit ensuite de s’interroger sur les acteurs qui s’engagent dans ces processus de dévoilement. Si les acteurs publics (Etat et ses services, collectivités) adoptent fréquemment des stratégies d’invisibilisation, ils peuvent aussi favoriser la reconnaissance des pollutions, comme c’est le cas des autorités de santé publique à travers la définition de dispositifs législatifs et réglementaires, ou de collectivités locales rompant avec des habitudes de subordination aux services de l’Etat et faisant de la problématique environnementale une priorité de leur action publique. Des initiatives proviennent également du monde scientifique et universitaire, comme au Pays de Galles, où l’Université a eu un rôle moteur dans le réaménagement de la vallée de la Tawe et dans son diagnostic environnemental, ou dans le cadre d’activités de recherche ; et de milieux professionnels spécialisés dans l’étude des sols (archéologues, géologues, topographes, cartographes …). L’acteur privé, dont l’activité est pourtant souvent à l’origine des pollutions, est quant à lui la plupart du temps absent des scènes de dévoilement.

21Mais la catégorie d’acteur la plus entreprenante dans la mise en visibilité des pollutions correspond à celle des rassemblements citoyens, sous la forme de comités de quartier, de collectifs de riverains ou d’habitants, ou d’associations. Ces dernières peuvent intervenir spécifiquement dans le champ de l’environnement ou baser leur action dans un périmètre géographique précis, agir à une échelle locale ou nationale, préexister à la divulgation des pollutions ou se constituer dans ce but. Elles sont dans tous les cas le cadre privilégié d’un militantisme environnemental qui s’attache à rendre politiquement visible la question de la reconnaissance des risques et des pollutions, à informer et sensibiliser des populations qui parfois ignorent ou refusent d’admettre les dangers qu’elles encourent.

22Par ailleurs, la question des caractéristiques sociologiques des acteurs qui se mobilisent, notamment citoyens et associatifs, se pose dans des territoires (post)industriels parfois soumis à des dynamiques de réinvestissement et de transformation du peuplement. Si l’expérience militante (qu’elle ait été forgée dans les milieux écologistes, altermondialistes, décroissants, de l’éducation populaire, de l’action sociale ou de la santé …), la participation antérieure à des organisations syndicales ou à des mouvements contestataires et la disponibilité sont fréquentes et constituent indéniablement des ressources pour imposer un dévoilement des pollutions, les profils sociologiques peuvent varier. Certaines démarches de mise en visibilité sont en effet initiées par des personnes appartenant à la catégorie des professions intellectuelles et/ou supérieures. Elles s’appuient ainsi sur leurs compétences, parfois spécifiques aux domaines de l’environnement et de la santé, et plus généralement sur des capitaux sociaux et culturels qui renforcent leurs mobilisations. D’autres peuvent émaner de populations considérées comme marginales, mais bénéficiant d’expériences en matière d’action collective et contestataire. L’article de B. Mésini montre ainsi que, dans le cas des mines gardoises, c’est la problématique d’occupation de l’espace par une groupe social stigmatisé qui a fait rejaillir la question des sols pollués. Enfin, les mises en visibilité résultent d’habitants installés depuis longtemps dans les lieux concernés, dont ils ont une connaissance intime, et/ou de nouveaux arrivants qui diversifient les savoir-faire et qui mettent des ressources (réseaux, contacts, mises en perspectives, etc.) issues de leurs pratiques de la mobilité au service de l’engagement collectif.

23Il apparaît néanmoins que le renouvellement de la population est propice à faire ressortir la présence de la pollution des sols. En effet, l’arrivée de résidents attribuant des valeurs positives aux lieux et venus chercher un cadre de vie agréable favorisent à la fois la dénonciation des nuisances générées par l’industrie, lorsqu’elle est encore en activité, et la redécouverte de son héritage environnemental. Les mises en visibilité des sols pollués se fondent alors dans des contextes, urbains comme ruraux, de valorisation foncière (spéculation immobilière, exploitation agricole), de protection des espaces (création d’un parc naturel), de promotion de nouveaux usages (de loisirs, culturels, touristiques, etc.), et plus globalement de renouvellement sociologique (gentrification).

24Les salariés ou anciens salariés des sites industriels se trouvent eux souvent à l’écart des mobilisations, ces dernières pouvant menacer la pérennité de l’emploi, troubler leurs liens ou leurs souvenirs à l’usine, ou disqualifier leur position sociale par une atteinte à la mémoire du travail. Le statut de l’industrie dans l’espace est donc redéfini par des populations qui sont étrangères au monde ouvrier et qui n’entretiennent peu de rapport, passé ou présent, avec l’activité productive, à l’égard de laquelle ils font preuve d’une moindre tolérance. Cette vigilance renforcée peut se traduire par des comportements « nimbistes » et par une intense activité associative dédiée à la défense du cadre de vie et à la protection de l’environnement. Enfin, certaines mobilisations peuvent s’ancrer dans une tradition locale de luttes environnementales, qui inscrit le « militantisme territorial » dans la longue durée.

25La réussite de ces mobilisations dépend de la capacité des acteurs à construire la pollution des sols en problème public et collectif. Adoptant d’abord une posture de « lanceurs d’alerte », les militants mènent ensuite, comme le montre bien M. Olive dans son article, un travail politique pour inscrire leur mobilisation dans un intérêt général local qui associe les questions environnementales et sanitaires aux troubles domestiques. On retrouve ainsi les étapes stratégiques qui caractérisent de nombreux conflits d’aménagement : appropriation de connaissances techniques et de savoirs scientifiques, production et diffusion d’une contre-expertise, construction de coalitions au-delà du noyau militant initial, élargissement thématique et extension spatiale de la mobilisation, recherche de soutiens et médiatisation …

26La mise à l’agenda de la pollution des sols requiert également un certain nombre d’outils juridiques, opérationnels et cognitifs qui sont mobilisés par les acteurs pour favoriser une mise en visibilité. Un des premiers moyens mis en œuvre par les acteurs réside dans l’accès à l’information, au travers d’études et d’analyses menées sur la pollution des sols. Ces études, qui demandent une connaissance scientifique, des outils techniques et des moyens financiers, proviennent notamment du monde universitaire. Au Pays de Galles, ce sont les travaux d’une équipe de chercheurs en biologie de l’Université de Swansea qui vont révéler la contamination des sols en polluants. Pour les espaces verts parisiens, c’est l’analyse historique des transferts de terre végétale menée par E. Rémy et ses collègues (et dont l’article dans ce numéro rend compte) qui signale la présence de sols pollués.

27Quand les études scientifiques « officielles » sont inexistantes, insuffisantes ou instrumentalisées au profit d’une dissimulation des pollutions, quand les interpellations des autorités publiques et les démarches juridiques restent sans effet, les acteurs impliqués dans des actions de dévoilement produisent leurs propres connaissances. Ainsi, de nombreux collectifs mènent leurs propres enquêtes, engagent des recherches et collectent des données, se forment sur des questions techniques, sollicitent le milieu scientifique, mettent leur propre lutte en perspective…

28La mise en visibilité passe également par la médiatisation de la mobilisation, au niveau local et à une échelle plus large. Localement, cette publicisation permet d’ancrer la démarche dans le quotidien du territoire et d’enrôler les populations riveraines, de s’assurer divers soutiens (presse locale et régionale, tissu associatif, monde scientifique, organismes publics et privés) et de faire pression sur les pouvoirs publics. Cette médiatisation favorise en outre l’inscription des mobilisations dans un cadre plus global de militantisme environnemental et sanitaire, en les rapprochant d’autres collectifs engagés dans des démarches similaires sur des sites proches ou plus lointains pour instaurer une coordination des luttes, en dépassant les limites spatiales initiales pour favoriser une « montée en généralité ».

29Se pose alors la question de l’expertise, de l’accès à l’information et de sa diffusion, centrale pour saisir les dynamiques de mise à l’agenda des pollutions des sols. Les connaissances sont en effet longtemps restées confinées dans les sphères technocratiques, mais la montée en puissance des compétences associatives entraîne une confrontation entre l’expertise institutionnelle et l’expertise profane. Cette confrontation se lit en premier lieu dans la dénonciation des stratégies d’invisibilisation et dans la contestation de l’expertise officielle, qu’elle soit de nature publique ou privée. La remise en question porte sur les méthodes techniques, la supposée neutralité des données, les valeurs et la construction sociale du savoir, et l’objectivité des résultats scientifiques. Puis les collectifs s’attachent à produire une contre-expertise, ou « expertise profane », qui nécessite des moyens financiers, l’appropriation d’outils techniques pour réaliser des analyses indépendantes et la construction d’une légitimité pour investir des arènes scientifiques et nourrir des controverses. Ces actions peuvent notamment s’inscrire dans le cadre de l’épidémiologie populaire (Brown, 1992), comme l’illustre le cas de l’association des anciens verriers de Givors (Marichalar, 2017, voir recension dans ce numéro).

30Les premières conséquences des mises en visibilité de la pollution des sols concernent évidemment la mise à l’agenda des questions environnementales et sanitaires. Néanmoins, une mise en visibilité peut parfois paradoxalement conduire à une invisibilisation, comme ce fut le cas dans la région de Swansea, qui constitue l’étude de cas de l’article de C Ferrieux et R. Le Noan. En effet, la connaissance produite par les chercheurs de l’Université va servir un traitement pragmatique des sols pollués. Ces derniers sont considérés comme un simple problème technique à résoudre pour répondre à des enjeux prioritaires de redéveloppement économique, les préoccupations sanitaires et environnementales demeurant secondaires. Mais dans les cas les plus nombreux, la mise en visibilité a pour effet de redéfinir les modes de gestion des sols pollués en imposant une plus grande prise en compte des contraintes environnementales, ou encore de repenser plus globalement les modalités et le contenu de la reconversion en limitant les possibilités d’usages. Elle peut enfin conduire à l’abandon de certains projets de réaménagement, à l’adoption de nouvelles mesures réglementaires et plus globalement à des prises de décisions publiques, comme celles qui contraignent les exploitants et propriétaires privés à mettre en œuvre des mesures de dépollution.

Résilience institutionnelle vs. résilience populaire

31L’ambition de ce numéro, adossée au questionnement de la recherche EMIR, n’est pas tant de revenir précisément sur la notion de résilience que de la mettre à l’épreuve de la question des sols pollués et des mobilisations (ou de l’absence de mobilisations) qu’ils suscitent ; et plus largement de la confronter aux singularités (historiques, économiques, sociales et politiques) des territoires (post)industriels. Issue de la physique qui la définit comme la résistance au choc des matériaux, puis reprise par la psychologie pour décrire la faculté des enfants à surmonter des épisodes traumatiques, la résilience a intégré le vocabulaire des sciences environnementales à partir des travaux en écologie de Holling (1973), qui la qualifie comme la capacité d’un système à absorber une perturbation sans que sa structure ne connaisse de changement qualitatif. A son tour mobilisée par les sciences sociales, la résilience désigne la « capacité d’un système social (par exemple une organisation, une ville, ou une société) à s’adapter de manière proactive et à se remettre des perturbations perçues, au sein du système, comme non ordinaires et non attendues » (Comfort et al., 2010, p. 9). Plus récemment, ce sont les sciences du territoire qui ont investi le concept. Le terme de « résilience territoriale » traduit alors « cette aptitude qu’ont certains territoires à générer en leur sein (auto-organisation) des capacités de résistance et d’adaptation (défensives) au changement, leur permettant ainsi de maintenir ou de retrouver les bases de leur développement et de leur spécificité face à des chocs plus ou moins brutaux » (Hamdouch et al., 2012, p. 4).

32La confrontation de la notion de résilience avec l’objet « sols pollués » et la situation des sociétés et territoires désindustrialisés a permis aux chercheur.e.s impliqué.e.s dans le programme EMIR de revenir sur certaines limites du concept, ce travail de critique ayant déjà été mené par ailleurs (Reghezza-Zitt et Rufat, 2015, voir recension dans ce numéro). Tout d’abord en sortant de la seule logique de l’évènement, puisque la résilience est le plus fréquemment associée aux désastres et aux catastrophes, et à leur gestion. Ce prisme de la crise détourne en effet l’attention des temporalités de longue durée qui traversent les territoires, comme celle liée à l’héritage environnemental des activités économiques. La pollution des sols dans les territoires (post)industriels invite ainsi à interroger la résilience hors situation catastrophique et à questionner un risque « à bas bruit ». Ensuite, elle amène à remettre en cause la nature supposée vertueuse de la résilience (et celle d’autres concepts dont les effets négatifs sont peu évalués, comme l’économie circulaire) et l’impératif entrepreneurial qu’elle sous-tend, en exhortant les acteurs à trouver des solutions et à conduire des projets pour parvenir à une situation plus favorable, démontrant par là même leur capacité d’adaptation et de rebond. Or, la résilience doit permettre également de rendre compte de modalités de gestion ordinaire, restreinte ou empêchée, oscillant entre mobilisation, accommodement ou résignation dans le temps long de l’industrialisation et de la désindustrialisation. Est-il alors possible de parler de « résilience négative », quand les réponses aux changements ne produisent aucune amélioration ?

33Cela amène par ailleurs à se détourner du contenu normatif (Bouisset et al., 2018) de la résilience et du consensus dont la notion fait encore l’objet, malgré les critiques (Djament-Tran et al., 2012). En orientant de nombreuses politiques publiques dans les dernières décennies (Morel-Journel et al., 2018) et en s’imposant comme un référentiel dominant de l’action territoriale, la résilience tend à polariser les débats sur les seules capacités locales d’adaptation aux changements socio-économiques et environnementaux, au détriment de réflexions sur les inégalités territoriales et la justice socio-spatiale. Elle porte ainsi en elle un mécanisme de dépolitisation qui occulte sa portée idéologique et évacue les rapports de pouvoir et les inégalités de ressources (Felli, 2014), sans s’interroger sur leurs causes structurelles. La résilience est alors envisagée comme une injonction d’inspiration néolibérale (Walker et Cooper, 2011 ; Evans et Reid, 2015) qui renvoient les acteurs locaux à leur propre responsabilité, qui les somme de faire face aux phénomènes déstabilisateurs et de s’adapter aux changements dans un contexte de forte incertitude et de désengagement de l’Etat, sans véritablement prendre en considération leurs conditions d’action et leurs degrés d’autonomie.

34Or, tous les territoires ne sont évidemment pas égaux devant leur capacité d’adaptation aux changements. La résilience favorise en effet des territoires déjà attractifs, ceux que les politiques urbaines néolibérales investissent en priorité, où le coût de la dépollution des sols peut être assumé grâce à leur forte rentabilité foncière et immobilière ; tandis que les territoires en déclin concentrent des activités indésirables et des populations stigmatisées. Ces problématiques d’inégalités sociales ont été soulevées par les recherches sur la justice environnementale (Capek, 1993 ; Schlosberg, 2007 ; Pierron et al., 2016, recensé dans ce numéro) qui mettent en évidence le lien entre l’exposition à un environnement dégradé et l’appartenance à des catégories sociales défavorisées (Larrère, 2017) et à des minorités ethno-raciales. Ces injustices socio-environnementales, qui recoupent donc des inégalités en matière de ressources économiques, de représentation politique ou encore d’accès aux services de santé, possèdent une forte dimension territoriale. Rapportées aux sols pollués, ces inégalités spatiales se lisent par exemple dans les mouvements de transfert des déchets depuis les centres vers leurs marges, ou depuis les espaces urbains vers les espaces agricoles.

35Les travaux rassemblés dans ce numéro autour de la question de la pollution des sols amènent enfin à distinguer deux formes de résilience. La première, de nature institutionnelle, est assujettie à un horizon prioritaire : celui de la reconversion. L’objectif de redéveloppement économique et de réaménagement des espaces dirige la gestion des sols pollués et l’appréhension de la problématique environnementale. Celle-ci est le plus souvent perçue comme un obstacle à dépasser, fréquemment associée à un effacement des héritages industriels et à une invisibilisation des pollutions, en vue de favoriser un nouveau cycle de valorisation du sol. Les enjeux d’attractivité et d’image caractérisent cette résilience institutionnelle qui se réalise dans le renouvellement des usages et la diversification des activités, et se définit comme une réponse pragmatique pour rompre avec la période industrielle et s’adapter aux mutations socio-économiques globales. Les sols pollués se trouvent ainsi réduits à une simple donnée technique avec laquelle les acteurs doivent composer pour qu’elle ne limite pas les potentialités de reconversion. L’invisibilisation de la pollution des sols comme mode de gestion ordinaire, plutôt que son véritable traitement, apparaît donc comme l’enjeu préalable d’une démarche de résilience qui a pour finalité l’instauration d’un nouveau modèle de développement économique et la création d’une image territoriale positive. La pollution n’est pas ignorée mais prise en charge comme une contrainte environnementale à surmonter.

36La résilience institutionnelle se traduit également par une dépolitisation des enjeux environnementaux et une minimisation des risques sanitaires liés à la pollution des sols : science et technique sont utilisées par les institutions pour rendre invisibles les dangers et imposer leur vision de la résilience, en maintenant les populations à l’écart du processus. Ce déficit démocratique de la résilience institutionnelle apparaît dans le fonctionnement des instances de concertation que les acteurs publics peuvent pourtant mettre en place, et qui opèrent comme des outils de neutralisation et « déconflictualisation » des débats, ne permettant pas d’atteindre une plus grande justice environnementale. Il est également perceptible dans l’invalidation, par les autorités publiques, des démarches de contre-expertise citoyenne, et dans le refus de reconnaître une légitimité scientifique et une compétence technique aux savoir profanes.

37Aux côtés de cette première forme, il existe une « résilience populaire » qui se traduit dans une action citoyenne en opposition à l’action publique et aux projets privés. La résilience correspond alors à une capacité collective à dévoiler les processus d’invisibilisation des pollutions et des risques mis en œuvre par les autorités publiques et les acteurs privés, à imposer la mise à l’agenda des questions environnementales et sanitaires, à peser sur la gestion et le devenir des anciens espaces industriels et à parvenir à l’obtention de mesures de réparation et de justice environnementale.

38La résilience est donc le résultat d’une lutte politique, sociale et environnementale qui fait de la révélation des sols pollués une revendication démocratique. En effet, les mobilisations en faveur de la mise en visibilité des pollutions dénoncent le manque de prise en compte de la parole habitante, et manifestent une volonté de rompre avec l’opacité des sphères politiques et des arènes technocratiques pour exercer un contrôle citoyen qui requiert un droit à l’information et à la participation au devenir des territoires (post)industriels. En construisant la pollution des sols comme « problème public » (Hassenteufel, 2010), la résilience populaire engage une repolitisation des dimensions environnementales et sanitaires de l’héritage industriel. Elle réclame une fabrique locale, participative et collective de l’adaptation au changement, en opposition aux mécanismes de domination socio-spatiale et d’inégalités territoriales issus de l’injonction néolibérale à la résilience. Au-delà de sa définition comme principe supposé vertueux de l’action publique, la résilience est donc un terrain de luttes, ainsi qu’une opportunité pour les populations de se réapproprier leur cadre de vie et leur environnement.

EVANS B., REID J., 2015, Exhausted by Resilience: Response to the Commentaries, Resilience, vol. 3, 2, p. 154-159.

LE ROUX T., LETTE M. (dir.), 2013, Débordements industriels : environnement, territoire et conflit, XVIIIe-XXIe siècle, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 402 p.

ROUX J., 2002, Ce sol auquel on tient, Cosmopolitiques 1, p. 142-157.

Haut de page

Bibliographie

BARLES S., 1993, La pédosphère urbaine : le sol de Paris XVIIIe-XXe siècles, Paris, École Nationale des Ponts et Chaussées, thèse de doctorat, 570 p.

BARLES S., 1999, La ville délétère. Médecins et ingénieurs dans l’espace urbain. XVIII-XIXèmes siècles, Seyssel, Champ Vallon, 370 p.

BOUISSET C., CLARIMONT S., REBOTIER J., 2018, Résilience et prévention des désastres, VertigO - la revue électronique en sciences de l'environnement [En ligne], Hors-série 30.

BOUTAUD A., GONDRAN N., 2018, L’empreinte écologique, Paris, La Découverte, 128 p.

BRETESCHE S., 2014, L’héritage patrimonial de l’uranium : de la trace à la mémoire disputée, L’Homme et société, vol. 2, n°192, p. 113-126.

BROWN P., 1992, Popular epidemiology and toxic waste contamination: lay and professional ways of knowing, Journal of Health and Social Behavior, vol. 33, n°3, p. 267-281.

CAPEK S., 1993, The ”Environmental Justice” Frame ; A Conceptual Discussion and an Application, Social Problems, vol. 40, Issue 1, p. 5-24.

Comfort L. K., BOIN A. et DEMCHAK C., 2010, Designing Resilience. Preparing for Extreme Events, Pittsburgh, University of Pittsburgh Press, 360 p.

Djament-Tran G., A. Le Blanc S., Lhomme S., Rufat S. et Reghezza-Zitt M., 2012, Ce que la résilience n’est pas, ce qu’on veut lui faire dire, [en ligne] URL : https://halshs.archives-ouvertes.fr/hal-00679293/document

DEPEYRE M., 2012, Les métamorphoses du “Crassier” ou les ambigüités d’une patrimonialisation, Etnographiques.org, n°24, p. 1-14.

FELLI R., 2014, Adaptation et résilience : critique de la nouvelle éthique de la politique environnementale internationale, Éthique publique [En ligne], vol. 16, n°1.

HAMDOUCH A., DEPRET M.-H., TANGUY C. (dir.), 2012, La Mondialisation et résilience des territoires – Trajectoires, dynamiques d’acteurs et expériences, Québec, Presses de l’Université du Québec, 318 p.

HASSENTEUFEL P., 2010, Les processus de mise sur agenda : sélection et construction des problèmes publics, Informations sociales, vol. 157, n°1, p. 50-58.

HOLLING C.S., 1973, Resilience and stability of ecological systems, Annual Review of Ecology and Systematics, vol. 4, p1-23.

LACAZE J.-P., 1985, Les grandes friches industrielles : rapport du groupe de travail interministériel, Paris, La Documentation française, 149 p.

LARRERE C., 2017, Les inégalités environnementales, Paris, PUF, collection « La vie des idées », 99 p.

LOLIVE J., 1997, La montée en généralité pour sortir du Nimby. La mobilisation associative contre le TGV Méditerranée, Politix, vol. 39, p. 109-130.

MARICHALAR P., 2017, Qui a tué les verriers de Givors ?, Paris, La Découverte, 251 p.

MOREL-JOURNEL C., GAY G., FERRIEUX C., LE NOAN R., 2017, EMIR - Elision mais inexorabilité du risque : quelle résilience face à la pollution des sols dans les territoires industriels ?, Programme « Risque, Décision, Territoires » - CGEDD, 204 p.

MOREL-JOURNEL C., GAY G., FERRIEUX C, 2018, La résilience territoriale comme principe et comme volonté Réflexions à partir de la question de la pollution des sols dans des territoires (dés)industrialisés, VertigO - la revue électronique en sciences de l'environnement [En ligne], Hors-série 30.

PIERRON J.-P., HARPET C., BILLET P., 2016, Justice et injustices environnementales, Paris, L’Harmattan, 228 p.

REGHEZZA-ZITT M., RUFAT S. (dir.), 2015, Résiliences. Les sociétés face aux risques, aux catastrophes et à l’incertitude, Londres, ISTE Editions, 242 p.

SCHLOSBERG D., 2007, Defining Environmental Justice. Theories, Movements, and Nature, Oxford, Oxford University Press, 238 p.

VESCHAMBRE V., ZANETTI T., 2017, Les cheminées d’usine, symboles ambivalents du passé industriel : un traitement différencié selon les contextes locaux (Trélazé, Villeurbanne, Givors, Saint-Chamond), in BARRERE C., BUSQUET G., DIACONU A., GIRARD M., IOSA I. (dir.), Mémoires et patrimoines : des revendications aux conflits, Paris, L’Harmattan, p. 143-158.

WALKER J., COOPER M., 2011, Genealogies of Resilience: From Systems Ecology to the Political Economy of Crisis Adaptation, Security Dialogue, vol. 42, n°2, p. 143-160.

Haut de page

Notes

1 Ce texte a bénéficié de la relecture de Christelle Morel Journel, à qui nous adressons nos remerciements.

2 Voir http://rdt-risques.fr/?p=259#more-259, consulté le 16 janvier 2019. Les chercheurs du programme EMIR ont régulièrement dialogué avec la recherche REVISOLS, coordonnée par S. Frioux (LAHRA, UMR 5190) et financée par le labex IMU, cf. http://imu.universite-lyon.fr/projet/revisols-renouvellement-de-la-ville-et-sols-pollues-ou-potentiellement-pollues/

3 La synthèse de cette journée, organisée sous la responsabilité scientifique de C. Morel Journel et G. Gay, est disponible, entre autres, sur le blog de l’Atelier 2 de l’UMR Environnement Ville Société : https://atelier2.hypotheses.org/197

4 Mines de zinc et de plomb dans le Gard, d’uranium dans la région nantaise, vallée regroupant des usines de production de cuivre au Pays de Galles, fabrique de plomb à Marseille, site sidérurgique en Lorraine.

5 BASIAS, créée en 1999, recense d’anciens sites industriels et activités de services. BASOL, mise en place en 1994, mène l’inventaire des sites et sols pollués appelant une action des pouvoirs publics.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Thomas Zanetti, « La pollution des sols dans les territoires (post)industriels : la résilience entre norme institutionnelle et cadre de lutte socio-environnementale », Géocarrefour [En ligne], 92/2 | 2018, mis en ligne le 29 décembre 2018, consulté le 18 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/geocarrefour/11744

Haut de page

Auteur

Thomas Zanetti

Maître de conférences en Géographie et Aménagement, Université Lyon 3, UMR EVS, tomazanetti@hotmail.com

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Géocarrefour

Haut de page
  • OpenEdition Journals