Navigation – Plan du site
Articles

« Make the valley green again » : la gestion des sols pollués au cœur de la réhabilitation de la basse vallée de Swansea (Pays de Galles)

« Make the valley green again »: soil pollution management in the reclamation process of the lower Swansea Valley (Wales)
Cécile Ferrieux et Robin Le Noan

Résumés

Cet article s’intéresse au sujet de la pollution des sols et à sa gestion dans le cadre d’un projet de réhabilitation d’une vallée désindustrialisée et polluée dans la région de Swansea (Pays-de-Galles), le Lower Swansea Valley Project. Débuté au cours des années 1960, ce projet met en évidence une pollution des sols qui, une fois connue et objectivée scientifiquement, fait l’objet d’une gestion pragmatique afin de ne pas compromettre les possibilités de réaménagement et développement du site. Dans ce contexte et avec l’objectif de revégétaliser la vallée pour la rendre de nouveau attractive, ces pollutions représentent un problème paysager davantage qu’une préoccupation sanitaire. À travers cette étude de cas, nous cherchons également à interroger ce projet en tant que processus résilient et à en questionner l’apparente exemplarité.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 Les traductions des articles, extraits d’archives et entretiens en anglais ont été réalisées par le (...)

1Le Pays de Galles a connu un développement industriel important au cours des XVIIIe et XIXe siècles grâce aux industries minières, métallurgiques et sidérurgiques. Dans la région de Swansea et, plus précisément, le long de la vallée de la rivière Tawe, ce sont des usines de production de cuivre qui s’implantent massivement à cette période, donnant à la ville son surnom de « Copperopolis » (Hughes, 2008). En 1850, ce territoire dit de la Lower Swansea Valley produit près de la moitié du cuivre mondial. Mais, dès la fin du XIXe siècle, s’amorce un long déclin de ces industries lourdes qui se poursuit jusqu’au milieu du XXe siècle, période durant laquelle la très grande majorité des usines a définitivement fermé ses portes. Cette vallée n’est alors plus couverte que par des bâtiments en ruines ou autres scories industrielles ainsi que des sols pollués sur lesquels plus aucune végétation ne pousse. Au début des années 1960, la Lower Swansea Valley est ainsi décrite comme un « véritable cimetière industriel » (Rossano, 1968, p. 476), « une décharge géante de crassiers métallurgiques de chaque côté d’une rivière devenue un égout industriel »1 (Hilton, 1967, p. 1). Face à cette situation critique, à l’initiative de membres de l’université de Swansea, un large panel d’acteurs locaux s’organise pour réfléchir à un projet de réhabilitation aussi bien socioéconomique qu’environnementale de ce territoire de la vallée de la Tawe. Ce projet voit le jour en 1961 sous le nom de Lower Swansea Valley Project (LSVP). Compte-tenu de son ancienneté, mais surtout de ses objectifs et des modalités de sa mise en œuvre, le LSVP est considéré comme un projet novateur et pionnier en Europe concernant la réhabilitation d’un territoire industriel déclassé et pollué (Bromley et Humphrys, 1979).

2La pollution des sols occupe une place particulière dans ce processus de réhabilitation. Composante incontournable de l’héritage industriel, cette pollution contribue localement à définir les contours du projet de territoire dans sa globalité. Contrairement à ce qui a pu être observé dans les anciens territoires industriels français (Morel-Journel et al., 2017), elle est rapidement constituée comme un problème majeur par les acteurs locaux gallois en vue de la réaffectation des sols à de nouveaux usages. Les études scientifiques conduites par des chercheurs de l’Université de Swansea constituent une première étape qui s’avère décisive : à travers la caractérisation scientifique des sources de pollution présentes dans la vallée de la Tawe, les chercheurs vont révéler l’étendue de la dégradation des sols. C’est pourtant cette connaissance qui va rendre possible l’invisibilisation de la pollution. La pollution des sols comme produit de décennies d’activité industrielle est traitée selon les codes – réglementaires, politiques et économiques – en vigueur, qui conduit à adopter une approche pragmatique de la pollution, conçue tout au plus comme un simple aléa, les enjeux prioritaires se situant ailleurs.

  • 2 Nous utilisons ici le terme reconversion pour désigner les programmes d’aménagement élaborés à part (...)

3Autrement dit, la pollution des sols en tant que problème environnemental ne peut être compris que replacé dans son contexte socio-politique qui est celui des politiques de reconversion (Daviet, 2006)2. Le mécanisme de résilience qui s’opère est multiple puisqu’il s’agit, par la remédiation environnementale, de s’adapter aux transformations radicales d’ordre socio-économique qui sont à l’œuvre dès les années 1950. La pollution des sols est ainsi marginalisée dans le sens où elle est réduite à une donnée connexe – une composante technique normalisée – des politiques de reconversion, avec laquelle les acteurs composent. De ce point de vue, l’exemple gallois permet de nourrir la réflexion sur les formes de résilience à l’œuvre. Sans revenir sur la genèse et la diffusion de cette notion, largement documentées par ailleurs (Reghezza-Zitt et al, 2012), nous pouvons rappeler ici tout autant son caractère extrêmement polysémique que sa mobilisation massive par la sphère praticienne, notamment dans le domaine des risques où elle contribue à renouveler les approches en termes de vulnérabilité (Pigeon et al, 2018 ; Dauphiné et Provitolo, 2007). Partant de la souplesse de la définition de la résilience – c’est-à-dire la capacité d’un organisme, d’une personne, d’une institution, etc. à retrouver un état normal suite à un choc – des travaux récents apportent un regard critique sur l’usage de cette notion en s’éloignant des perspectives normatives (Bouisset et al., 2018). En s’attachant à déconstruire la notion de résilience, en questionnant plus particulièrement la focalisation sur le temps de la catastrophe (Morel-Journel et al, 2018) ou encore son caractère présupposé vertueux, ils permettent de mieux comprendre les usages qu’en font les acteurs, à différentes échelles d’espaces et de temps. En s’inscrivant dans cette perspective, nous voudrions, à partir de la gestion des sols pollués, interroger le caractère multidimensionnel de la résilience et ses implications. La crise industrielle est un choc pluriel : au choc économique répondent les crises sociales et environnementales dont les modalités de prise en charge peuvent différer. Le traitement de la pollution des sols ne peut donc s’abstraire du contexte dans lequel il prend place. La remédiation opérée dans les années 1960 vise avant tout à tourner la page de l’ère industrielle en allouant les sols à de nouvelles fonctions, commerciales ou résidentielles par exemple. C’est précisément par le biais des sols que les principes de redéveloppement de la vallée vont être posés, essentiellement centrés sur la qualité paysagère. La gestion des sols, devenue simple routine, peut en ce sens être qualifiée de résiliente mais ce serait arrêter la réflexion trop rapidement. Parce qu’elle est justement diluée dans des politiques de reconversion, elle invite à porter l’attention sur des processus complexes en termes d’échelle et de temps qui posent la question de la portée de la résilience (Felli, 2014).

  • 3 Ces archives, qui couvrent la période 1961-1979, comprennent aussi bien tous les éléments propres a (...)
  • 4 Cet article est issu d’une enquête réalisée au sein du projet de recherche « EMIR : Elision mais in (...)

4En nous appuyant sur l’analyse des archives du LVSP3, consultées au centre Richard Burton Archives de l’Université de Swansea, complétée par des entretiens conduits auprès des acteurs locaux (universitaires, élus locaux, agents publics de la ville de Swansea)4, nous reviendrons dans une première partie sur la trajectoire du problème de la pollution des sols dans la vallée de Swansea. Objectivée sur le plan scientifique, elle fait l’objet d’un traitement pragmatique visant à assurer la sécurité sanitaire sans toutefois compromettre les possibilités de réaménagement (I). Bien plus problématique, la question paysagère constitue le principal enjeu soulevé par des sols extrêmement dégradés. Dans une deuxième partie, nous verrons que reverdir la vallée devient le leitmotiv des acteurs locaux pour qui il s’agit de garantir l’attractivité du territoire en effaçant toute trace du passé industriel. A ce titre, le processus de résilience s’avère être complexe, ambivalent et en constante évolution, ce qui nous conduit à interroger l’apparente exemplarité de ce processus (II).

Redonner vie à une vallée où « plus aucun arbre ne poussait »5

  • 5 Traduction de « Where no trees grew », titre d’un film documentaire de 1963 présentant la vallée et (...)

5Le problème de la pollution des sols apparaît avec force lors de l’élaboration du LSVP. L’amélioration du paysage est posée comme un pré-requis avant toute autre forme d’action dans le domaine socio-économique. Des décennies d’industrie lourde ont, en effet, complètement modifié les espaces : le développement industriel et urbain, les infrastructures et les pollutions engendrées ont désertifié la vallée et provoqué une érosion extrêmement importante (plus d’un million de tonnes de terre ont été perdues, d’après des études techniques des années 1960). La végétation a complètement disparu. Avec le déclin industriel, le City and County of Swansea – la collectivité de Swansea et sa région – et une équipe de chercheurs de l’université se mobilisent afin de reverdir la vallée. Les sols font dès lors l’objet d’études approfondies en biologie, botanique et écologie qui révèlent toute l’étendue des pollutions. Elles entrainent les premiers programmes de réhabilitation qui visent à stabiliser les sols afin de permettre le développement de nouveaux usages.

Le Lower Swansea Valley Project : une mobilisation originale en faveur d’un territoire déshérité

  • 6 Aujourd’hui remplacé par le City and County of Swansea.
  • 7 Créé en 1965, le Welsh Office faisait partie du gouvernement britannique et a pour mission de mettr (...)

6« Jadis la végétation s’étiolait dans toute la vallée, asphyxiée par l’intense pollution de l’air, et les pentes dénudées étaient ravinées. Aujourd’hui le plancher alluvial est jonché de crassiers de cuivre et de zinc, de tas de scories sidérurgiques, de gravats et de bâtiments démantelés, de décharges urbaines » (Rossano, op. cit., p. 476). C’est ainsi que sont décrites les conséquences des activités industrielles sur l’environnement de la Lower Swansea Valley au cours des années 1960. Sur la base de ce constat et des problèmes socio-économiques liés à cette déprise industrielle, le Lower Swansea Valley Project (LSVP) voit le jour en 1961, porté par l’université de Swansea. L’objectif du LSVP est d’effectuer un état des lieux complet de la situation socioéconomique et environnementale de cette vallée pour identifier des pistes de réhabilitation et ainsi proposer un projet d’aménagement sur cet espace de plus de 480 hectares. Pour cela, un comité de suivi se met en place, comité qui illustre la première particularité de ce projet, celle de sa gouvernance. En effet, ce comité est initié par des membres de l’université de Swansea et regroupe un large panel d’acteurs locaux et nationaux. Symbole du rôle moteur de l’université, 15 des 21 membres du comité de suivi sont des universitaires ou assimilés, aux côtés desquels siègent deux représentants de la collectivité locale de Swansea (Swansea Borough Council6), un représentant du Welsh Office7 et trois représentants du monde économique local (Tallon, Bromley et Thomas, 2005). La place occupée par l’université est ici mise en évidence car, avec cette initiative et en parvenant à mobiliser les acteurs publics locaux, elle occupe une fonction, si ce n’est d’aménageur direct, de conseil pré-opérationnel qui alimente par ailleurs la réflexion scientifique des chercheurs. Ceci est d’autant plus notable que cette posture perdure tout au long de la phase d’étude et d’élaboration du projet, et dans une moindre mesure lors de sa mise en œuvre, du début des années 1960 à la fin des années 1980. A travers ce rôle de leader occupé par l’université dans le processus de réaménagement de la vallée de la Tawe, c’est aussi la question de l’absence d’intervention préalable des pouvoirs publics sur ce même territoire abimé par plus de deux siècles d’activités industrielles intensives qui se pose.

Photographie 1 : Les usines Hafod en 1940

Photographie 1 : Les usines Hafod en 1940

Source: Ralph A. Griffiths, The City of Swansea. Challenges and Change, 1990, Alan Sutton Publishing Ltd

7Plusieurs facteurs locaux comme nationaux expliquent en partie cette inaction. Le premier est à chercher du côté des politiques nationales d’aides aux territoires en déprise industrielle et ce, dès les années 1930. Le Special Areas (Development and Improvement) Act de 1934 prévoit en effet de venir en aide à ces territoires par l’intermédiaire de fonds disponibles pour améliorer les situations économiques et sociales. Si la majorité du Pays de Galles est alors considérée comme « special area », les principales villes comme Cardiff et Swansea en sont exclues en raison d’un taux de chômage jugé plus faible que dans d’autres territoires britanniques, bien que relativement élevé en valeur absolue (24,2 % en 1931) (Hilton, 1967). En 1959, dans le cadre d’un assouplissement des conditions du Distribution of Industry Act (1945), une nouvelle opportunité se présente pour que la réhabilitation de la Lower Swansea Valley bénéficie d'une aide gouvernementale. Selon la réglementation en vigueur, il faut pour cela que les terrains soient déclarés par leurs propriétaires comme « sans valeur ». Or, le morcellement de la propriété et la méconnaissance du dispositif limitent les recours aux aides. Enfin, d’autres éléments, comme les quantités importantes de déchets industriels ou les dimensions du site (plus de 480 hectares) renforcent la complexité de mise en œuvre d’un éventuel projet de réhabilitation et sont localement avancés comme autant de facteurs qui expliquent le manque d’initiative sur la Lower Swansea Valley avant le LSVP (Hilton, 1967).

La problématique des sols au cœur du LVSP

  • 8 Ce terme, en anglais « moonscape », est issu de l’un des entretiens réalisés auprès des acteurs loc (...)
  • 9 La définition exacte donnée, qui reprend la définition du Department of Environment britannique, es (...)

8Le Lower Swansea Valley Project naît donc le jour en 1961 (voir encadré 1) dans ce contexte, avec l’objectif de redonner vie à cette vallée au « paysage lunaire »8. Le comité de suivi prévoit pour cela d’effectuer dans un premier temps un diagnostic complet sur l’état de la vallée (économique, social et environnemental), cette première phase devant servir par la suite à l’élaboration d’un projet d’aménagement global de ce territoire. Compte-tenu du passé industriel de ce territoire, la pollution des sols est identifiée dès les premières semaines du programme par les acteurs locaux comme devant faire l’objet d’une attention particulière. Cette prise de conscience s’exprime notamment par le fait que la majorité de la vallée de la Tawe est alors qualifiée de « derelict land » c’est-à-dire, selon les termes du ministère de l’Environnement de l’époque, repris par le comité du LSVP9, qu’elle est considérée comme « un territoire tellement endommagé par les activités industrielles qu’il est impossible d’en avoir de nouveau un usage bénéfique sans traitement préalable » (Hilton, 1967, p. 239). L’accent est donc mis sur l’objectivation scientifique de la pollution : les études connexes, sur les modes de vie des habitants par exemple, menées par les sociologues de l’université, sont essentiellement mobilisées pour faciliter par la suite la mise en œuvre des actions de remédiation des sols.

  • 10 Richard Burton Archives (RBA), Lower Swansea Valley Project Records (LSVPR), LAC/69 E-12: 1961-66. (...)

9Lors de la conférence de presse qui lance le projet en août 1961, ses promoteurs expliquent que l’un des objectifs est d’établir « dans quelles mesures les dépôts laissés par l’industrie constituent un obstacle à toute forme de redéveloppement intelligent et quelles sont les pistes pour remédier à l’absence de végétation dans certains secteurs qui est due pour partie aux contaminations métalliques des sols, pour partie à la pollution atmosphérique passée »10. La pollution fait donc l’objet de recherches conduites d’abord de manière empirique en fonction de l’histoire industrielle et des éléments visuels (cf. photo 2).

Encadré 1 : Le Lower Swansea Valley Project

Le Lower Swansea Valley Project se déroule officiellement entre 1961 et 1967. A cette date, les résultats des études réalisées ainsi que les grandes orientations d’aménagement proposées sont publiés au sein d’un rapport d’étude/ouvrage The Lower Swansea Valley Project (Hilton, 1967). Passé cette date, ces conclusions constituent le cadre à partir duquel les pouvoirs publics vont mettre en œuvre concrètement les opérations de réhabilitation et de réaménagement de la vallée de la Tawe, en les amendant ou en les modifiant en fonction de l’évolution du contexte ou des enjeux locaux. Même si les actions menées sur le terrain au cours des décennies 1970 et 1980 ne font donc pas formellement parties du LSVP, elles restent dans le prolongement de ces orientations. Dans la mesure où toutes les actions menées entre 1961 et les années 1980 s’inscrivent finalement dans un même processus, et dans un souci de clarifier notre propos, nous ne ferons pas de distinction dans les paragraphes suivant entre ces différentes phases, en utilisant simplement le sigle « LSVP ».

Photographie 2 : Les usines de cuivre Rose à Plasmarl en 1968

Photographie 2 : Les usines de cuivre Rose à Plasmarl en 1968

Source: R. Bromley , G. Humphrys, Dealing with dereliction: the redevelopment of the Lower Swansea Valley, 1979, Swansea, University college of Swansea, p. 167

  • 11 La parution de « The Lower Swansea Valley Project » en 1967 fait par exemple l’objet d’une recensio (...)

10A partir de là, les scientifiques de l’université, pour la plupart des biologistes, procèdent à une série d’études pendant environ quatre ans, en laboratoire et sur site, pour évaluer la teneur et la migration des polluants mais aussi pour déterminer les comportements de plusieurs espèces végétales en fonction de la qualité du sol. Les conclusions ne sont pas très optimistes : avec le manque de terre dû à l’érosion, il faudrait recouvrir le sol de terre nouvelle sur plusieurs dizaines de centimètres pour neutraliser les effets dévastateurs du cuivre et du zinc, massivement présents. La connaissance produite est valorisée à travers des conférences et des publications scientifiques11. Au-delà du projet global de revitalisation de la vallée de la Tawe, le LSVP représente donc, notamment pour les biologistes de l’université de Swansea, une opportunité scientifique pour améliorer les connaissances, encore rares à cette période en Europe, concernant les pollutions des sols et les possibilités de végétalisation de telles surfaces. Surtout, elle est le support des premières expérimentations conduite par la ville de Swansea dans une approche qui se veut avant tout pragmatique.

Une gestion pragmatique pour sécuriser les sols pollués

  • 12 Reports and papers re-housing, economic, history, and air pollution. RBA, LSVPR, LAC/69 B-7: 1961-6
  • 13 Main committee minutes, agendas and standing orders. RBA, LSVPR, LAC/69 A-2: 1961-66.

11Pour les acteurs locaux, ces pollutions présentent plusieurs dimensions préoccupantes, dont leurs possibles conséquences sanitaires ou environnementales. En juillet 1964, après le lancement des premières études de terrain, un séminaire est organisé au sujet des pollutions présentes dans la région de Swansea (atmosphériques, sols, eaux) et sur les dangers qu’elles représentent en termes de santé publique ou de menace sur l’environnement12. Quelques semaines auparavant, une réunion du comité du LSVP évoque une situation préoccupante concernant les sols pollués à cause d’un faible encadrement réglementaire mais aussi du peu d’information et d’éducation des populations à ce sujet, contrairement aux pollutions des eaux ou atmosphériques13. Néanmoins, si ces préoccupations sanitaires existent, elles ne semblent jamais se construire comme un véritable « problème » pour ces mêmes acteurs, c’est-à-dire une difficulté majeure susceptible de remettre en cause le projet global du LSVP. Au contraire, c’est une réponse locale et pragmatique qui émerge concernant ces pollutions et leur gestion, l’ensemble des mesures envisagées s’inscrivant toujours dans l’objectif d’assurer la bonne mise en œuvre du programme d’actions et donc de permettre la réhabilitation de la vallée.

  • 14 Entretien avec le responsable de la planification et de la revitalisation économique du City and Co (...)

12Dans les secteurs parmi les plus touchés, il a ainsi été décidé de laisser les terres polluées in situ, de les recouvrir d’un matériau imperméable avant d’y faire pousser une végétation nouvelle grâce à l’apport de terres propres. Cette action illustre le pragmatisme des acteurs locaux, et est aujourd’hui encore une méthode soutenue par le responsable de la planification et de la revitalisation économique du City and County of Swansea. Ce dernier affirme ainsi que « cela n’a pas de sens de transporter [des terres polluées] dans un dépôt ailleurs à moins que ce soit absolument indispensable. C’est pourquoi une majorité des sols pollués dont vous avez entendu parler sont toujours présents dans la Lower Swansea Valley. Ils sont toujours sous la surface mais ne posent pas de problème. (…) Il est plus logique de laisser le sol contaminé in situ et de réaménager en utilisant des membranes, des protections adaptées »14. Ce pragmatisme se retrouve aussi dans les choix d’aménagement. Pour l’implantation des lieux de résidence, certaines conclusions précisent que « dans le projet, les logements devraient être exclus du fond de vallée en raison des forts taux de contamination des sols aux métaux lourds » (Bromley et Humphrys, 1979, p. 86). C’est aussi une adaptation des formes urbaines qui est conseillée, pour s’adapter à la présence de polluants dans le sol sans remettre en cause l’économie globale du projet : « (…) la pollution des sols n’est pas gênante sauf si des légumes sont cultivés dans des potagers sur des sols précédemment pollués. Il serait coûteux de remédier à ce dernier problème et la solution consiste à favoriser des logements à forte densité avec des jardins communs décoratifs plutôt que de construire des maisons individuelles disposant de jardins permettant de cultiver des légumes » (Bromley et Humphrys, 1979, p. 70).

13L’adaptation à l’usage permet une régulation concrète tout autant que discrète de la pollution, qui est alors acceptable au regard des reconversions envisagées. Pour certains, cette prise de position s’explique également par une relative absence de connaissance à cette époque à propos des conséquences potentielles de ces pollutions sur la santé (Bridges et Morgan, 1991). Il n’en reste pas moins que localement, des solutions techniques sont trouvées (densification de l’habitat, aménagement des espaces, confinement des pollutions, etc.) pour permettre la réalisation du projet sans en compromettre les grandes orientations. Dans sa dimension sanitaire, la pollution des sols de la Lower Swansea Valley constitue donc dès l’origine du LSVP un élément connu, une donnée prise en compte et intégrée pour définir les propositions d’aménagement. En revanche dans sa dimension visuelle et paysagère, cette même pollution des sols pose problème aux acteurs locaux. Ce problème d’image (très) négative d’un héritage industriel alors composé exclusivement de friches et de sols sans végétation constitue même l’élément déclencheur de l’intervention des acteurs locaux (Hilton, 1963, 1967). Loin d’être propre à ce territoire d’étude, cette problématique de l’image renvoyée par un territoire industriel en déprise avancée constitue l’une des premières raisons de l’intervention des pouvoirs publics pour requalifier ces espaces, comme le montre le cas du bassin minier stéphanois en France (Béal, Morel Journel, Sala Pala, 2017 ; Morel-Journel, Gay, Ferrieux, Le Noan, 2017). La dynamique résiliente qui se met en place conduit dès lors à normaliser la pollution des sols pour mieux affronter les problèmes socio-économiques.

Un processus résilient ambivalent

14Le LVSP pose les bases d’une politique de reconversion qui souhaite rompre radicalement avec l’histoire industrielle, à l’image de ce qui a pu être observé dans d’autres régions européennes (Taiclet, 2009). Pour les édiles locaux, il faut agir rapidement. Les actions immédiates de revégétalisation et de démolition des sites industriels restants visent tout autant à construire les conditions d’une relance économique qu’à prouver la capacité d’intervention du pouvoir politique. En ce sens, le traitement de la pollution des sols dans le cadre du LVSP constitue une expérience concrète de gestion qui se veut résiliente : les modes de gouvernances ou encore les savoir-faire expérimentés à cette occasion créent un antécédent au sein duquel la pollution est progressivement définie comme une simple donnée technique. Il ne s’agit ici pas d’ignorer son existence, au contraire, mais de la vider de sa substance problématique au nom de la reconversion. Néanmoins, les conditions d’exécution des programmes de reconversion, nés dans la suite du LVSP, invitent à s’interroger sur la portée et l’exemplarité de cette dynamique résiliente.

Des arbres au service de la reconversion

  • 15 Courrier entre Blaise Gillie et Huw Jones, University of Swansea, en date du 12/10/1960, RBA, LSVPR (...)
  • 16 Certains événements traumatiques viennent néanmoins perturber ce mécanisme comme ce glissement de t (...)
  • 17 Rapport « Techniques of revegetation in the Lower Swansea Valley » by H.E. Street and G T Goodman, (...)

15A Swansea, l’enjeu paysager émerge très tôt comme un élément critique pour rétablir l’attractivité de la vallée et ainsi assurer la réussite du LSVP. Dans un courrier de 1960, il est ainsi noté au sujet des conséquences de la pollution des sols pour la réimplantation d’entreprises : « Il semble y avoir de nombreuses raisons de supposer que la majorité des sols a été contaminée par des dépôts métalliques et potentiellement d’autres manières ce qui limite la croissance des végétaux et peut être un désavantage pour la réimplantation d’industries »15. Si la remédiation des sols d’un point de vue sécuritaire et sanitaire s’opère dans une logique discrète et pragmatique16, la qualité paysagère est considérée comme le principal point d’achoppement du redéveloppement économique. Les porteurs du projet considèrent en effet que l’attractivité ne peut être effective que si la vallée retrouve un paysage typique du sud du Pays de Galles. Les études de terrains qui s’intéressent aux pollutions des sols le font systématiquement dans le but de trouver des solutions pour favoriser la revégétalisation des sols. Celle portant sur la microbiologie des sols a par exemple pour objectif premier de mesurer les capacités de croissance des végétaux en fonction des polluants trouvés dans les sols. Le rapport sur les techniques de revégétalisation apporte une connaissance approfondie et inédite de la nature et des quantités de ces polluants, mais cette connaissance est accumulée dans la seule ambition d’identifier les essences d’arbres qui supportent le mieux ces sols pollués. Guidée par cet objectif, cette étude précise par ailleurs que « les responsables de l’aménagement ont trouvé que l’un des principaux facteurs empêchant la réutilisation des ‘derelict land’ est leur laideur. Il a été souligné que, dès qu’un espace est revégétalisé, il a tendance à attirer les aménageurs »17. En définitive et grâce aux études menées au cours des décennies 1960 et 1970, cette volonté d’améliorer l’image du territoire devient le support d’une amélioration notable des connaissances scientifiques concernant les pollutions des sols, la Lower Swansea Valley étant considérée à la fin des années 1970 comme un « laboratoire » remarquable sur ces questions dans le cadre de la réhabilitation d’espaces industriels déclassés (Bromley et Humphrys, 1979).

  • 18 Réunion du 25/02/1964, RBA, LSVPR, LAC/69 A-2: 1961-66. Main committee minutes, agendas an standing (...)

16L’ensemble de l’approche des acteurs locaux de la région de Swansea en matière de pollution des sols se définit donc au regard de cette volonté d’une réhabilitation socioéconomique globale de la Lower Swansea Valley. Une nouvelle fois, c’est une forme de pragmatisme qui caractérise l’action des membres du LSVP, leur ambition n’étant pas tant d’éliminer les pollutions des sols que de « faire avec » pour parvenir à rendre cette vallée à nouveau attractive. L’action la plus emblématique du LSVP, à savoir la plantation d’arbres dans la vallée, illustre parfaitement ce positionnement des acteurs locaux. En février 1964, les membres du comité de suivi du LSVP s’accordent sur le fait que l’état de la vallée agit comme un repoussoir et freine son redéveloppement. Pour remédier à cette situation, la solution proposée est celle de mettre en place une campagne de plantation d’arbres afin de revégétaliser la vallée18.

  • 19 « Conservator » en anglais. Il est à cette période employé par l’Université de Swansea
  • 20 « The man who made the valley green again » en anglais.

17C’est en lien avec cet objectif que les études évoquées précédemment (microbiologie des sols, techniques de revégétalisation) sont mises en place et permettent en définitive de choisir les essences les plus adaptées. Entre 1960 et la fin des années 1980, plus de 300 000 arbres sont plantés dans le cadre de cette opération. En 2014, en reconnaissance de son action, celui qui fut l’administrateur du projet dans les années 197019, reçoit, pour sa mobilisation en faveur de la revégétalisation, la distinction honorifique de l’Ordre de l’empire britannique et se voit, à cette occasion, qualifié « d’homme qui a rendu la vallée verte à nouveau »20. Au-delà du symbole, cela illustre l’importance donnée à cette question paysagère dans le processus de la réhabilitation de la vallée et explique en partie les modalités locales de prise en charge de la problématique de la pollution des sols. L’importance donné à cet aspect est visible dès 1967 et est souligné par les mots du Duc d’Edimbourg qui rédige la préface du rapport du LVSP : « les ‘reconstructeurs’ de la Lower Swansea Valley resteront dans les mémoires du Pays de Galles ; l’héritage des industriels et des pollueurs sera effacé par de nouveaux arbres et maisons, ainsi que des coteaux enherbés. Le vert sera de retour dans la vallée » (Hilton, 1967).

Photographie 3 : Un groupe scolaire participe à la plantation d'arbres dans les collines de Kilvey, 1977

Photographie 3 : Un groupe scolaire participe à la plantation d'arbres dans les collines de Kilvey, 1977

Source : R. Bromley , G. Humphrys, Dealing with dereliction : the redevelopment of the Lower Swansea Valley, 1979, Swansea, University college of Swansea, p. 168

18Cette campagne de plantation reste aussi l’action la plus emblématique du programme de réhabilitation de la Lower Swansea Valley, car elle a permis de mobiliser très largement les habitants et notamment les écoliers. L’ambition est alors de sensibiliser ces personnes au processus en cours, non seulement en les faisant participer à cette opération mais aussi en allant à leur rencontre pour leur présenter les finalités de la démarche. A la dimension paysagère de cette campagne de plantation s’ajoute donc une dimension sociale et territoriale. Cette rupture se retrouve également dans la destruction parallèle de nombreux bâtiments industriels. Tout se passe en réalité comme s’il fallait couper définitivement avec l’histoire industrielle, effacer du territoire toute trace de cette activité qui, après en avoir fait la renommée, est responsable de son déclin. Dès les premiers temps du LSVP, la question du devenir des friches industrielles ou autres bâtiments alors à l’abandon s’est posée. Au commencement du projet, les membres du LSVP évoquent la laideur des friches industrielles et le fait qu’elles avaient « une apparence triste (…) qui était rendue encore plus choquante par un environnement dévasté » (Hilton, 1967, p. 231). La volonté des acteurs locaux est alors de faire table rase d’un passé difficile tant pour les hommes que pour l’environnement, afin de se tourner vers l’avenir. Là encore, la préface du rapport final du LSVP explicite cette position : « Aujourd’hui, la Lower Swansea Valley est un monument austère à une exploitation impitoyable et irréfléchie et tant que cela reste dans son état actuel, c’est un reproche permanent à chaque génération qui a haussé les épaules et regardé dans une autre direction » (Hilton, 1967, p. 3). Le souhait est donc clairement exprimé de rompre avec ce passé industriel sidérurgique qui fut à l’origine du développement de Swansea, mais également de la déprise socio-économique qui touche la région depuis le début du XXe siècle. La démolition des bâtiments industriels est alors la solution retenue par les acteurs locaux pour effacer les traces de cet héritage industriel, démolition qui se fera par l’intermédiaire de l’armée qui, au cours des années 1960, se servira de ces bâtiments comme d’un terrain d’entraînement pour la mise au point de ses techniques de démolition (Hilton, 1963).

Photographie 4 : Les plantations d'arbres en 2016 dans la vallée de Swansea

Photographie 4 : Les plantations d'arbres en 2016 dans la vallée de Swansea

Cliché des auteurs, 2016

19En d’autres termes, ces actions menées dans le cadre du LSVP visent à impulser une nouvelle dynamique territoriale qui émerge alors et qui tourne le dos à l’industrie, en y associant ponctuellement une population historiquement ouvrière dont on cherche l’adhésion. Au regard de cette volonté d’impliquer l’ensemble des acteurs du territoire dans ce processus de réhabilitation mais aussi au regard des modes de fonctionnement mis en place depuis les études initiales jusqu’aux modalités concrètes de mise en œuvre des orientations, le LSVP pose les bases d’une gestion locale « résiliente » concernant l’aménagement du territoire et plus particulièrement des secteurs touchés par une déprise industrielle importante.

Le LSVP, première pierre d’une gestion « résiliente » de l’héritage industriel ?

20Le Lower Swansea Valley Project reste localement un moment important dans la définition des modalités en matière de gestion de l’héritage industriel dans les projets d’aménagement du territoire. Après la Lower Swansea Valley, la ville s’est en effet attachée à la réhabilitation d’autres quartiers (post)industriels dans les années 1990 et 2000, tels que les docks ou un ancien site de stockage d’hydrocarbures, propriété de British Petroleum (BP), par l’intermédiaire de projets s’inscrivant dans la droite ligne du LSVP.

  • 21 Réunion du 10/09/1965 du Land use sub-committee, RBA, LSVPR, LAC/69 A-6: 1964-66. Land-use sub-comm (...)

21En premier lieu, il nous faut revenir sur quelques résultats du LSVP et sur l’impact de ce projet à l’échelle de la région de Swansea. Dans leurs recommandations, les conclusions du LSVP prévoient un large spectre d’actions pour réhabiliter la vallée de la Tawe qui vont de la remise en état « physique » de la vallée au développement d’activités de services et d’espaces de loisirs (Tallon, Bromley, Thomas, 2005). Pour ce faire, l’une des priorités, identifiée dès 1965, est l’acquisition de l’ensemble des terrains de la vallée pour faciliter la mise en œuvre selon un processus plus modulable et équilibré économiquement, mais aussi en matière d’usage des sols (davantage de logements, espaces de loisirs, etc.)21. En se portant ainsi propriétaire, la collectivité de Swansea émerge comme un acteur important de l’aménagement du territoire, renforcée en ce sens par son intégration dans une des Development Areas créées par l’Industrial Act de 1966, qui lui donne accès à différentes aides nationales dont elle bénéficie dans la décennie suivante afin de mener à bien son programme de réhabilitation des sols. La création en 1976 de l’agence de développement du Pays de Galles (Welsh Development Agency, WDA) apporte également de nouvelles ressources. Surtout, l’agence soutient les collectivités comme Swansea, engagée dans une politique volontaire de rachat foncier et de remédiation (Bromley, Humphrys, 1979). Comme nous l’a confirmé le directeur de la planification et de la revitalisation économique au City and County of Swansea, cette stratégie d’acquisition foncière reste encore aujourd’hui l’un des leviers d’action privilégié par la collectivité pour mener à bien ses projets d’aménagement, et constitue également une ressource financière importante pour lui permettre d’intervenir sur son territoire.

  • 22 Les programmes nationaux d’appui au développement économique se poursuivent dans les années 1980, c (...)

22Dès lors, la réhabilitation des anciens terrains industriels s’accélère fortement à partir des années 1970, même si contrairement aux premières orientations du LSVP dans son rapport de 1967, ce ne sont pas des industries légères qui s’implantent mais davantage des commerces ou des activités de service. Plus de 350 entreprises se sont ainsi installées et offrent plus de 5 500 emplois salariés dans la vallée au début des années 1990 (Tallon, Bromley, Thomas, op. cit.)22. Autre symbole du renouveau de la vallée, le nouveau stade de la ville est construit au début des années 2000 dans la Lower Swansea Valley, qui accueille aujourd’hui des activités, des commerces, des loisirs et des logements dans un environnement arboré.

Photographie 5 : Les premiers programmes résidentiels de la vallée de la Tawe, 1979

Photographie 5 : Les premiers programmes résidentiels de la vallée de la Tawe, 1979

Source : R. Bromley, G. Humphrys, Dealing with dereliction : the redevelopment of the Lower Swansea Valley, 1979, Swansea, University college of Swansea, p. 170.

  • 23 Entretien avec le responsable de l’équipe environnement/pollution de la ville de Swansea (23/02/201 (...)

23La requalification de la basse vallée de la Tawe peut être lue comme un processus de résilience particulier qui vise à absorber le lent mais néanmoins inexorable processus de désindustrialisation en rompant significativement avec un modèle de développement industriel qui a vécu. Le traitement de la pollution des sols participe activement de cette redéfinition du cadre cognitif du développement territorial : loin d’être méconnue ou ignorée, elle est la porte d’entrée qui permet justement aux acteurs locaux de penser l’après-industrie. Guidés par des objectifs de relance économique, ces derniers voient dans la pollution un obstacle, essentiellement visuel, à l’implantation de nouvelles activités, et de manière plus générale, à la diversification voulue des usages du sol. Les propos du responsable actuel de la planification et de la revitalisation économique explicitent cette dynamique initiée au cours des années 1960 : « Swansea est en transition depuis un long moment. Jusqu’à il y a 30-40 ans, [l’économie de] Swansea était fortement basée sur les industries lourdes manufacturières. Cela s’est transformé très vite, comme la structure de l’économie locale, lorsque ces industries ont arrêté de produire à Swansea. Une partie importante du travail alors effectué a été de chercher à diversifier les activités. C’est notamment passé par le passage de grandes entreprises à des [petites et moyennes entreprises] et cette transition a continué. Les activités de services en particulier se sont développées et constituent aujourd’hui un secteur majeur d’emplois. (…) Nous cherchons actuellement à passer à l’étape d’après en travaillant avec les universités. Nous sommes passés d’un système basé sur l’industrie lourde, avons effectué une transition par le secteur des services et maintenant, nous essayons d’aller vers [le domaine] de la recherche et développement. De retour à la production mais de technologies intelligentes »23.

  • 24 Idem.

24Si cette stratégie de reconversion économique peut apparaître somme toute classique, elle contribue dès lors à invisibiliser la pollution, techniquement dans un premier temps grâce à des mesures de confinement des sources de polluants mais aussi politiquement en adoptant une logique pragmatique qui fait de la pollution une simple donnée propre aux anciens territoires industriels. La pollution est ainsi incorporée à une routine de gestion portée par un réseau d’acteurs, et c’est dans cette routine que l’on peut lire une forme de résilience. Invisibiliser ne signifie pas ici oublier : les modes de prise en charge des pollutions dans les décennies suivantes, malgré des évolutions notoires, confirment cette approche. Les années 1980 constituent ainsi une période de ralentissement de réaffectation des sites qui correspond à la fois à une absence de portage de projet et une approche qui chercher à préserver des espaces renaturalisés : « Les quelques sites qui n’ont jamais été remédiés étaient des sites spécifiques avec peu de possibilités de redéveloppement. Personne ne veut les redévelopper. C’est un bel espace. C’est accidenté, c’est sauvage. Laissez-le. Donc, dans les zones urbaines, dépensez les fonds publics. Réhabilitez-les, redéveloppez-les et louez-les. Vendez-les. Depuis quelques années maintenant…Nous construisons des logements dans la basse vallée de Swansea. Des gens vivent là. Dans les années 1980, on disait ‘pas d’habitation’«24.

  • 25 Ibid.

25L’absence de remédiation sur certains sites localisés dans les contreforts montagneux ou bien dans la basse vallée de Swansea, encore visible aujourd’hui, ne renvoie donc pas pour autant à une absence d’action publique. Les programmes d’aménagement initiés dans les années 1990 et 2000 referment d’ailleurs cette parenthèse, mettant à profit un foncier disponible important. Les programmes de réhabilitation des docks et du front de mer ou encore la création d’un nouveau campus universitaire, situé sur d’anciens terrains de stockage de British Petroleum, intègre la pollution des sols comme une composante des travaux à conduire d’autant plus normalisée qu’elle est encadrée désormais par l’Environment Act de 1995 qui valide le principe d’adaptation à l’usage déjà en vigueur dans la pratique galloise. Ce principe source/path/receiver consiste donc à identifier les sources possibles de pollution, leurs voies de contamination et à les mettre en regard des usages prévus : « On regarde chaque rapport. Et on se demande si c’est sensible, si c’est réalisable. Par exemple, pour le logement, pour des appartements sur SA1 (programme résidentiel en front de mer), il y aura des logements normaux. Et on dit : « faisons des parkings souterrains, ou semi-souterrains ». Et le tout est ventilé pour éviter les migrations vers les appartements »25.

26Cette adaptation à l’usage s’inscrit pleinement dans les pratiques déjà à l’œuvre dans les décennies précédente. La pollution des sols ne se pose pas comme un problème important, malgré le durcissement des conditions de réhabilitation des sites depuis le vote de l’Environment Act de 1995, qui entérine dans le même temps l’approche pragmatique des acteurs locaux.

Photographie 6 : La rivière Tawe

Photographie 6 : La rivière Tawe

A gauche, un des rares bâtiments industriels susbistants. A droite, en arrière-plan, le stade de Swansea, construit au début des années 2000

Cliché des auteurs, 2016

27Le processus de transition entamé par le Lower Swansea Valley Project se poursuit donc aujourd’hui sous d’autres formes mais illustre une même dynamique de résilience territoriale portée par les acteurs locaux, c’est-à-dire dans une volonté de proposer un nouveau modèle de développement pour tourner la page des industries lourdes, grâce notamment à une diversification des activités et à l’identification d’un nouveau secteur leader, l’innovation technologique (Couvent, 2010).

Un processus résilient jusqu’à quel point ?

  • 26 Aujourd’hui le City and County of Swansea.
  • 27 Report on the LSVP by A.C. Sutherland and B. Hackett, RBA, LSVPR, LAC/69 B-8: 1963-65. Regional pla (...)
  • 28 The Countryside in 1970, Study group n°12, « The Reclamation and Clearance of Derelict Land », RBA, (...)

28Si le LSVP reste un marqueur important dans l’histoire locale et constitue la première pierre d’une recomposition profonde de la structure socioéconomique du City and County of Swansea, la situation observée invite à nuancer cette première impression d’une dynamique territoriale résiliente et « positive ». Pour les membres du LSVP, la nécessité d’inscrire leur réflexion dans une échelle plus large, incluant a minima l’ensemble de la région de Swansea, est identifiée très en amont du projet. Ainsi en 1965, le compte-rendu d’une réunion précise que « la Lower Swansea Valley ne peut être traitée de façon isolée. C’est une partie intégrante du ‘County Borough’26 qui est lui-même profondément lié à une région plus vaste. (…) Quand il faudra réfléchir à l’usage des terrains dans la Lower Swansea Valley, la croissance future du ‘County Borough’ devra être considérée »27. En 1970, la conclusion d’un groupe de travail sur le programme rappelle que « dans l’objectif d’une utilisation équilibrée des terrains, de nombreux facteurs doivent être intégrés et évalués. Le potentiel de réhabilitation de chaque parcelle doit être évalué à la lumière des besoins régionaux aussi bien que locaux concernant les logements, l’industrie ou encore les loisirs »28. Dans leurs réflexions, les acteurs locaux identifient donc très tôt la nécessité de ne pas isoler la vallée mais de l’inclure dans un territoire plus large pour en identifier des potentialités de développement qui ne fragilisent pas la région dans son ensemble.

29Malgré ces précautions, les résultats de notre enquête de terrain invitent à analyser avec prudence la nouvelle dynamique territoriale observée dans la vallée de la Tawe. Les investissements de la collectivité de Swansea doivent être replacés dans le contexte des politiques de reconversion menées par le gouvernement. Les financements nécessaires à la réhabilitation des sols proviennent majoritairement de fonds alloués dans les années 1960 par les programmes d’aide du Welsh Office, secondé dans la décennie suivante par l’agence de développement, faisant du LVSP le projet gallois le plus subventionné. Les sommes sont avant tout destinées à éliminer les crassiers industriels et stabiliser les sols. Les différents plans de soutien économique aux zones en difficulté, comme celui des Enterprise Zones de Margaret Thatcher, prennent également le relais dans les années 1980 et apportent aussi des opportunités de financement aux autorités régionales et locales, souvent conditionnées à des objectifs de plus-value sur les opérations réalisées. L’intervention nationale, très centralisée, nuance la capacité d’intervention des acteurs publics locaux sur le temps long. On touche ici à une des limites du caractère supposé vertueux de la résilience, qui dans ce cas semble davantage perpétuer des modalités d’action publique descendantes plutôt que de permettre une véritable autonomisation des acteurs locaux. En ce sens, si les différentes phases du LVSP ont permis d’accélérer le renouveau de la vallée, cela s’est fait en raison d’un effet d’aubaine pour de nombreuses activités.

30De manière exogène tout d’abord, la vallée bénéficie de l’investissement du gouvernement central qui reprend des activités détenues et opérées jusque-là par des acteurs publics locaux ou délocalise certains services, faisant ainsi du secteur public le principal acteur économique de la zone. Dès la fin des années 1970, ce déséquilibre, qui pose la question de la responsabilité des acteurs locaux et de leur capacité à contrôler les orientations de l’économie, est pointé du doigt par les chercheurs de l’université de Swansea qui dressent un premier bilan mitigé du LVSP (Bromley, Humphrys, 1979). Le développement du secteur privé n’apporte d’ailleurs pas d’élément plus satisfaisants : près de 80 % des implantations qui se font au cours des années 1970 et 1980 correspondent en réalité à un déplacement d’activités qui étaient auparavant situées dans d’autres secteurs de l’agglomération de Swansea (Tallon, Bromley, Thomas, 2005). Le renouveau observé à l’échelle de la vallée de la Tawe ne s’effectue alors qu’au détriment d’autres secteurs, tels que le centre-ville. A ces inégalités spatiales s’ajoute un déséquilibre qualitatif. Alors que les entreprises du secteur des services deviennent largement majoritaires, elles restent des employeurs secondaires. En 1976, les 62 entreprises du secteur des services emploient environ deux fois moins de personnes que les 31 entreprises du secteur industriel. Ces quelques éléments de bilan invitent donc à regarder le processus de résilience sous tous ses aspects. Le traitement des sols pollués, défini comme une condition nécessaire à tout programme de renouvellement urbain et économique, peut être considéré dans un premier temps comme un succès. Néanmoins, il ne se traduit pas par une véritable émancipation des acteurs qui portent le projet de redéveloppement de la vallée de Swansea dont les résultats peinent à effacer les stigmates de la crise industrielle.

Conclusion

31Le cas gallois révèle une réelle originalité dans sa prise en charge de la pollution des sols. Celle-ci n’apparaît à aucun moment ignorée. Elle est au contraire connue et étudiée de manière approfondie sans pour autant faire problème sur l’ensemble de la durée du programme de réhabilitation. Loin de remettre en cause les objectifs initiaux du programme, les connaissances ainsi accumulées participent de sa bonne réalisation et permettent de trouver les solutions techniques adaptées ou d’affiner les orientations d’aménagement ou les programmes effectivement mis en œuvre. Vidée de sa charge politique, la pollution n’émerge que comme un élément technique consubstantiel des politiques de reconversion des anciens sols industriels. Cette adaptation par l’invisibilisation progressive de la pollution peut fournir une première clef de lecture d’une forme particulière de résilience mais ne saurait s’y limiter. Les modalités d’action des acteurs, les contraintes qui pèsent sur eux rappellent les limites des projets de reconversion et nous rapprochent des critiques adressées à la résilience, envisagée comme un processus d’inspiration libérale qui renvoient les acteurs locaux à leur responsabilité, sans toutefois s’interroger sur leurs conditions d’action. En ce sens, le problème des sols pollués qui a déclenché l’action des acteurs gallois n’a pas induit une réflexion plus générale sur la nature et les conséquences d’un redéveloppement de la vallée de Tawe.

32Sans doute le plus intéressant ici se situe-t-il dans le rôle joué par l’université dans ces politiques de développement depuis les années 1960. Comme nous l’avons souligné, dès 1960 l’université de Swansea se positionne comme leader du projet LSVP et en reste le principal artisan durant toute la phase d’études et d’état des lieux. Si elle laisse la place à la collectivité au moment de la mise en œuvre à la fin des années 1970 et 1980, ce rôle central de l’université réapparait aujourd’hui dans le projet d’aménagement Hafod-Morfa Copperwork, un des rares bâtiments industriels de la vallée ayant survécu aux démolitions et destiné à être transformé en distillerie de whisky. Sollicitée par la ville de Swansea pour mettre en valeur le lieu, l’université se retrouve pilote du projet, occupant donc aux côtés de la collectivité un rôle d’aménageur voire de développeur économique. Le partenariat établi dans les années 1960 s’actualise ici, non pas sur une expertise directement liée à la pollution, mais autour d’une vision renouvelée du patrimoine industriel qu’on cherche désormais à mettre en valeur. Cet exemple nous invite à penser cette gouvernance non plus seulement comme une mise en réseau permettant la participation de tous au fonctionnement du territoire, mais aussi comme le lieu d’une possible redistribution des rôles et responsabilités entre acteurs en fonction des enjeux, intérêts ou capacités de chacun.

Haut de page

Bibliographie

BÉAL V., MOREL JOURNEL C., SALA PALA V., 2017, Des villes en décroissance stigmatisées ? Les enjeux d’image à Saint-Étienne, Métropolitiques, avril, http://www.metropolitiques.eu/Des-villes-en-decroissance.html >

BOUISSET C., CLARIMONT S., REBOTIER J., 2018, Résilience et prévention des désastres, VertigO - la revue électronique en sciences de l'environnement [En ligne], Hors-série 30.

BRIDGES E. M., MORGAN H., 1991, Dereliction and Pollution, in GRIFFITHS R.A., The city of Swansea: Challenge and Change, Allan Sutton Publishing, p. 270‑290.

BROMLEY R. D. F., HUMPHRYS G., 1979, Dealing with dereliction: the redevelopment of the Lower Swansea Valley, Swansea, University college of Swansea, 316 p.

COUVENT P., 2010, La résilience territoriale du concept à l’application, Lille, Institution d’Administration des Entreprises, 101 p.

DAUPHIINE A., PROVITOLO D., 2007, La résilience : un concept pour la gestion des risques, Annales de géographie, vol. 2, n° 654, p. 115-125.

DAVIET S., 2006, L’évolution du concept de reconversion : de la substitution des activités au redéveloppement des territoires, in DAUMALIN X., DAVIET S., MIOCHE Ph. (dir.), Territoires européens du charbon, des origines aux reconversions, Aix-en-Provence, Publications de l’Université de Provence, p. 243-255.

FELLI R., 2014, Adaptation et résilience : critique de la nouvelle éthique de la politique environnementale internationale, Éthique publique [En ligne], vol. 16, n° 1

HILTON K. J., 1963, The Lower Swansea Valley Project, Geography, 1963, vol. 48, n° 3, p. 296‑299.

HILTON K. J., 1967, The Lower Swansea Valley Project, Longmans Green and Co., 329 p.

HUGHES S., 2008, Copperopolis: Landscapes of the Early Industrial Period in Swansea, Aberystwyth, Ceredigion, Royal Commission on the Ancient & Historical Monuments of Wales, 358 p.

LE BLANC A., ZWARTEROOK I., 2013, La résilience. Introduction à la résilience territoriale : enjeux pour la concertation, (Les Cahiers de la sécurité industrielle). FonCSI, 36 p.

MOREL-JOURNEL C., GAY G., FERRIEUX C., LE NOAN R., 2017, EMIR - Elision mais inexorabilité du risque  : quelle résilience face à la pollution des sols dans les territoires industriels  ?, Programme « Risque, Décision, Territoires » - CGEDD, 204 p.

MOREL-JOURNEL C., GAY G., FERRIEUX C, 2018 La résilience territoriale comme principe et comme volonté Réflexions à partir de la question de la pollution des sols dans des territoires (dés)industrialisés, VertigO - la revue électronique en sciences de l'environnement [En ligne], Hors-série 30.

PIGEON P., REBOTIER J., GUEZO B., Ce que peut apporter la résilience à la prévention des désastres : exemples à Lavours et en Chautagne (Ain, Savoie), Annales de géographie, vol. 1, n° 719, p. 5-28.

REGHEZZA-ZITT M., RUFAT S., DJAMENT-TRAN G., LE BLANC A., LHOMME S., 2012, What Resilience Is Not : Uses and Abuses, Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], document 621.

ROSSANO J., 1968, Une enquête inter-disciplinaire sur les friches industrielles à Swansea (Pays de Galles), Annales de Géographie, 1968, vol. 77, n° 422, p. 476‑479.

TALLON A. R., BROMLEY R. D. F., THOMAS C. J., 2005, Swansea, Cities, février 2005, vol. 22, n° 1, p. 65‑76. < http://dx.doi.org/10.1016/j.cities.2004.09.001 >

TANGUY J.-M., CHARREYRON-PERCHET A., 2013, La résilience territoriale  : un premier diagnostic, Annales des Mines - Responsabilité Environnement, 25 octobre 2013, n° 72, p. 32‑36.

Haut de page

Notes

1 Les traductions des articles, extraits d’archives et entretiens en anglais ont été réalisées par les auteurs.

2 Nous utilisons ici le terme reconversion pour désigner les programmes d’aménagement élaborés à partir de la fin des années 1960, tout en restant attentif à son évolution. Anne-France Taiclet montre bien dans sa thèse la progressive dilution de la notion de reconversion dans celle du développement économique, dilution qu’elle relie au désengagement de l’Etat dans la prise en charge des territoires désindustrialisés en difficultés et à la montée en puissance parallèle des collectivités locales sur le sujet. L’anglais est de ce point de vue moins marqué : regeneration (plus technique) est tout autant utilisé que (re)development par les acteurs gallois du LVSP.

3 Ces archives, qui couvrent la période 1961-1979, comprennent aussi bien tous les éléments propres au déroulement du projet (courriers, compte-rendu de réunions, analyses) que les études menées par les universitaires pendant et après le projet. Ces derniers rapports sont cités en bibliographie. L’analyse de ce fond d’archives a été complétée par cinq entretiens réalisés entre février et mars 2016 auprès d’acteurs contemporains du projet LVSP et/ou impliqués dans les projets de réhabilitation des friches industrielles des années 2000.

4 Cet article est issu d’une enquête réalisée au sein du projet de recherche « EMIR : Elision mais inexorabilité du risque : quelle résilience face à la pollution des sols dans les territoires industriels ? », piloté par l’Université Jean Monnet Saint-Etienne et réalisé en collaboration avec le Cerema, dans le cadre du programme « Risque, Décision, Territoire » financé par le CGEDD.

5 Traduction de « Where no trees grew », titre d’un film documentaire de 1963 présentant la vallée et le projet LSVP. Where no trees grew, 1963

6 Aujourd’hui remplacé par le City and County of Swansea.

7 Créé en 1965, le Welsh Office faisait partie du gouvernement britannique et a pour mission de mettre en œuvre les politiques gouvernementales sur le territoire du Pays de Galles. Il fut supprimé en 1999 suite aux lois de dévolution instaurant un nouveau parlement gallois (Government of Wales Act, 1998).

8 Ce terme, en anglais « moonscape », est issu de l’un des entretiens réalisés auprès des acteurs locaux.

9 La définition exacte donnée, qui reprend la définition du Department of Environment britannique, est la suivante : “land so damaged by industrial or other development that it is impossible for beneficial use without treatment”.

10 Richard Burton Archives (RBA), Lower Swansea Valley Project Records (LSVPR), LAC/69 E-12: 1961-66. Letters from Members of Parliament.

11 La parution de « The Lower Swansea Valley Project » en 1967 fait par exemple l’objet d’une recension par Jean Rossano dans les Annales de Géographie dès l’année suivante (Rossano, 1968).

12 Reports and papers re-housing, economic, history, and air pollution. RBA, LSVPR, LAC/69 B-7: 1961-65

13 Main committee minutes, agendas and standing orders. RBA, LSVPR, LAC/69 A-2: 1961-66.

14 Entretien avec le responsable de la planification et de la revitalisation économique du City and County of Swansea, 01/03/2016.

15 Courrier entre Blaise Gillie et Huw Jones, University of Swansea, en date du 12/10/1960, RBA, LSVPR, LAC/69 E-14: 1960-66. Ditto: local councils.

16 Certains événements traumatiques viennent néanmoins perturber ce mécanisme comme ce glissement de terrain sur un ancien terrain industriel à Aberfan qui entraîna la mort de 144 personnes en 1966 et suscita la colère des habitants.

17 Rapport « Techniques of revegetation in the Lower Swansea Valley » by H.E. Street and G T Goodman, department of Botany, University College, Swansea. RBA, LSVPR, LAC/69 B-6: 1962-66. Botanical, biological and ecological reports and papers.

18 Réunion du 25/02/1964, RBA, LSVPR, LAC/69 A-2: 1961-66. Main committee minutes, agendas an standing orders.

19 « Conservator » en anglais. Il est à cette période employé par l’Université de Swansea

20 « The man who made the valley green again » en anglais.

21 Réunion du 10/09/1965 du Land use sub-committee, RBA, LSVPR, LAC/69 A-6: 1964-66. Land-use sub-committee minutes and papers.

22 Les programmes nationaux d’appui au développement économique se poursuivent dans les années 1980, comme celui des Enterprise Zones. Les entreprises qui s’installent sur ces zones bénéficient d’une exonération fiscale sur une période de dix ans. Swansea est la seule Enterprise Zone du Pays de Galles.

23 Entretien avec le responsable de l’équipe environnement/pollution de la ville de Swansea (23/02/2016). Il a une fonction réglementaire (regulator) dans le domaine des pollutions.

24 Idem.

25 Ibid.

26 Aujourd’hui le City and County of Swansea.

27 Report on the LSVP by A.C. Sutherland and B. Hackett, RBA, LSVPR, LAC/69 B-8: 1963-65. Regional planning reports and papers including development projects and visits, also Swansea development plans.

28 The Countryside in 1970, Study group n°12, « The Reclamation and Clearance of Derelict Land », RBA, LSVPR, LAC/69 B-6: 1962-66. Botanical, biological and ecological reports and papers.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Photographie 1 : Les usines Hafod en 1940
Crédits Source: Ralph A. Griffiths, The City of Swansea. Challenges and Change, 1990, Alan Sutton Publishing Ltd
URL http://journals.openedition.org/geocarrefour/docannexe/image/11749/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 200k
Titre Photographie 2 : Les usines de cuivre Rose à Plasmarl en 1968
Crédits Source: R. Bromley , G. Humphrys, Dealing with dereliction: the redevelopment of the Lower Swansea Valley, 1979, Swansea, University college of Swansea, p. 167
URL http://journals.openedition.org/geocarrefour/docannexe/image/11749/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 348k
Titre Photographie 3 : Un groupe scolaire participe à la plantation d'arbres dans les collines de Kilvey, 1977
Crédits Source : R. Bromley , G. Humphrys, Dealing with dereliction : the redevelopment of the Lower Swansea Valley, 1979, Swansea, University college of Swansea, p. 168
URL http://journals.openedition.org/geocarrefour/docannexe/image/11749/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 384k
Titre Photographie 4 : Les plantations d'arbres en 2016 dans la vallée de Swansea
Crédits Cliché des auteurs, 2016
URL http://journals.openedition.org/geocarrefour/docannexe/image/11749/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 220k
Titre Photographie 5 : Les premiers programmes résidentiels de la vallée de la Tawe, 1979
Crédits Source : R. Bromley, G. Humphrys, Dealing with dereliction : the redevelopment of the Lower Swansea Valley, 1979, Swansea, University college of Swansea, p. 170.
URL http://journals.openedition.org/geocarrefour/docannexe/image/11749/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 292k
Titre Photographie 6 : La rivière Tawe
Légende A gauche, un des rares bâtiments industriels susbistants. A droite, en arrière-plan, le stade de Swansea, construit au début des années 2000
Crédits Cliché des auteurs, 2016
URL http://journals.openedition.org/geocarrefour/docannexe/image/11749/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 193k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Cécile Ferrieux et Robin Le Noan, « « Make the valley green again » : la gestion des sols pollués au cœur de la réhabilitation de la basse vallée de Swansea (Pays de Galles) », Géocarrefour [En ligne], 92/2 | 2018, mis en ligne le 07 janvier 2019, consulté le 22 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/geocarrefour/11749 ; DOI : 10.4000/geocarrefour.11749

Haut de page

Auteurs

Cécile Ferrieux

Maître de conférences en science politique, AgroParisTech Clermont-Ferrand - UMR Territoires, cecile.ferrieux@agroparistech.fr

Articles du même auteur

Robin Le Noan

Chargé de mission analyses territoriales, DDTM 35, chercheur associé laboratoire RIVES-ENTPE, robin.le-noan@ille-et-vilaine.gouv.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© Géocarrefour

Haut de page
  • OpenEdition Journals