Navigation – Plan du site
Articles

Du trouble privé au problème public ou… l’inverse ? Mobilisation locale autour d’un site industriel pollué

From private concerns to a public issue or… is it the reverse?
Maurice Olive

Résumés

Cet article rend compte d’une enquête sur une mobilisation locale ayant pour enjeu la dépollution d’une friche industrielle urbaine implantée au cœur d’un quartier littoral (usine Legré Mante, Madrague de Montredon, Marseille). On interroge ici la manière dont un collectif d’habitants s’efforce d’alerter les riverains sur des troubles qu’ils ne perçoivent pas, et dont ils minorent ou refusent de reconnaître la dangerosité. En combinant les apports de la sociologie pragmatiste et ceux d’une sociologie attachée aux trajectoires et propriétés sociales des acteurs, on voudrait montrer que la construction à petits pas de la pollution en problème public requiert certes des compétences sociales et cognitives, mais suppose aussi un important travail politique de « domestication » des questions sanitaires, visant à les inscrire dans une communauté de troubles ressentis dans l’espace du quartier.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 Le volet de l’enquête qui fait l’objet de cet article repose essentiellement sur un travail d’obser (...)

1Cet article rend compte d’une enquête sur une mobilisation locale mettant en jeu le devenir d’une friche industrielle implantée au cœur d’un quartier habité : le site de l’usine Legré Mante, à la Madrague de Montredon, en bordure du littoral sud marseillais. La fermeture, en 2009, de la dernière usine inaugure une longue séquence de conflits, durant laquelle se succèdent et se croisent plusieurs scènes d’action collective, impliquant chacune différents acteurs et groupes sociaux : occupation de l’usine par les ouvriers, soutenus par la CGT, des élus et des militants du Front de gauche localement très actifs ; refus, hésitant, par le Comité d’Intérêt de Quartier (CIQ), d’une opération immobilière projetée à la place de la friche, essentiellement pour des motifs liés à l’aggravation supposée des troubles urbains ordinaires (assainissement, circulation) ; mobilisation à visée plus militante, élargie à divers acteurs associatifs et politiques extérieurs au quartier, contre les opérations à venir de dépollution du site, jugées dangereuses en l’état pour la santé des riverains. C’est plus particulièrement sur ce dernier volet de la mobilisation, l’action de l’Association Santé Littoral Sud (plus connue sous le nom de Comité, que l’on utilisera par la suite), que se concentre cette contribution1. L’enchaînement dans un espace circonscrit et sur un temps relativement long de différentes luttes offre un poste d’observation privilégié pour interroger la manière dont les riverains d’un site, exposés à des épreuves répétées (fermeture de l’usine, projet immobilier de grande envergure, dangers sanitaires et environnementaux), tentent de se doter d’une capacité d’action à la fois coordonnée et réflexive, liant entre eux acteurs et problèmes, en vue de faire reconnaître leur situation comme problématique et d’infléchir une action publique à laquelle ils ne sont pas conviés.

  • 2 Sur les stratégies paternalistes développées par les industries polluantes dès la première moitié d (...)

2La friche de la Madrague participe d’un ensemble industriel qui se met en place au XIXe siècle, à un moment où les pouvoirs locaux cherchent à repousser hors les murs de la ville les activités les plus polluantes face à la pression des riverains et des services sanitaires de l’État, gagnés par les idées hygiénistes (Daumalin, Raveux, 2016). Une dizaine d’usines s’installe dans les calanques, formant sous le Second Empire une véritable banlieue industrielle sud, sur un territoire aujourd’hui intégré au Parc National des Calanques (PNCal). Deux branches s’y concentrent : la soude, qui constitue l’un des trois piliers de l’industrie chimique marseillaise (Daumalin, 2003) et le plomb, moulé, laminé ou extrait sur place, comme à la Madrague de Montredon (Raveux, 1998). Le site dont il est ici question débute une carrière industrielle avec l’installation en 1875 d’une fabrique de plomb argentifère, qui ferme ses portes dix ans plus tard, à laquelle succède une fabrique d’acide tartrique : l’usine Mante & Cie, devenue Legré Mante en 1964. En 2009, l’usine est mise en liquidation judiciaire, trente ans après être passée dans les mains des Margnat (associés à la famille Tassy), connus pour leurs activités dans le secteur viticole. Jusqu’aux derniers jours de l’entreprise, la production est pour l’essentiel restée la même : acide tartrique, sel de Seignette et crème de tartre, tous produits de base de l’industrie agro-alimentaire. L’histoire de la Madrague est liée à celle de l’industrie locale. Le quartier se développe autour de quelques activités : marbre, verre, plomb et acide. Deux établissements ont plus particulièrement laissé leur empreinte sur les lieux : la verrerie Verminck et l’usine Mante & Cie, dont les effectifs dépassaient la centaine de salariés à la fin des années 1950. Nombre d’ouvriers, pour la plupart issus de l’immigration italienne (Kronenberger, 2014), vivaient sur place, logés de manière précaire par les industriels qui finançaient aussi les infrastructures nécessaires pour fixer la main-d’œuvre2. Certains logements, comme ceux de la cité Verminck, ont été détruits au début des années 1950 pour y construire des HLM. D’autres, transmis d’une génération à l’autre, ont été peu à peu améliorés et forment aujourd’hui, avec les cabanons et les anciennes habitations de pêcheurs transformées en maisons de ville, un paysage urbain original d’habitat individuel modeste et de petits collectifs. À sa fermeture en 2009, Legré Mante est donc insérée dans un quartier qu’elle a contribué à façonner.

  • 3 Inspirée de la sociologie pragmatiste (Céfaï, Terzi, 2012), cette notion – comme celle de « public  (...)

3S’agissant d’une usine implantée de longue date au cœur d’un quartier dont elle partage l’histoire, on se demandera en quoi ces mutations influencent une mobilisation qui s’emploie à mettre en débat le devenir de cet espace, et plus particulièrement sur une question qui nous préoccupe ici : celle des pollutions laissées en héritage dans les sols par plus d’un siècle d’industrie. Le déplacement du conflit social, achevé en 2010, vers des enjeux liés au cadre de vie propulse sur la scène des acteurs qui réaniment le CIQ, s’approprient l’espace du quartier et tentent de lui assigner une vocation exclusivement résidentielle. En se mobilisant sur les dangers d’une dépollution mal maîtrisée, le Comité Santé Littoral Sud réactualise un passé industriel que la plupart des nouveaux habitants, autant que les élus de la majorité, souhaitent laisser derrière eux. Comment rendre (politiquement) visibles des pollutions qui ne le sont pas ou, quand elles le sont, font désormais partie du paysage urbain ? Comment sensibiliser des populations riveraines aux dangers qu’elles ignorent ou refusent de reconnaître ? Autant de problèmes pratiques auxquels sont confrontés les acteurs les plus mobilisés sur le devenir de ce site, et qui, pour le chercheur, renvoient à des problématiques soulevées par les travaux sur la résilience ou ceux, de teneur plus scientifique en dépit de leur visée normative (Hache, 2011), sur la justice environnementale (Capek, 1993 ; Pye et alii, 2008 ; Taylor, 2000 ; Schlosberg, 2007) : celle de l’asymétrie des ressources, notamment expertes, entre les acteurs du territoire, celle, encore, des conditions de possibilité de jugements critiques localisés, face à des politiques urbaines néo-libérales essentiellement guidées par la rentabilité du foncier, celle, enfin, de la capacité à réagir de la manière collective et réflexive et à peser sur le devenir d’un site qui est aussi un lieu de vie. On interrogera ainsi la manière dont ce collectif d’habitants et de militants enquête sur la pollution des sols, s’informe sur les techniques de dépollution, mutualise les expériences face aux situations de risque et s’efforce d’alerter les riverains et les associations locales sur des troubles qu’ils ne perçoivent pas, et dont ils minorent ou refusent de reconnaître la dangerosité – autrement dit, œuvre à créer ce que l’on appellera une « communauté de préoccupations »3, faite de connaissances, d’empathie et de craintes partagées, qui sont autant de ressources mobilisables pour agir. En combinant les apports de la sociologie pragmatiste et ceux d’une sociologie attachée aux trajectoires et propriétés sociales des acteurs, on voudrait montrer que la construction à petits pas de la pollution en problème public requiert certes des compétences sociales et cognitives nécessaires à l’évaluation critique de l’expertise disponible, mais suppose aussi un important travail politique de « domestication » des questions sanitaires, visant à les inscrire dans une communauté de troubles ressentis dans l’espace du quartier.

Transformer le plomb en or. La revalorisation contrariée d’un espace foncier pollué

4Associée à l’histoire urbaine de la ville, l’industrie s’en désinscrit peu à peu, particulièrement dans les anciens noyaux villageois comme celui de la Madrague de Montredon. Après avoir longtemps délégué la gestion de ces espaces aux industriels et aux services de l’État, et toléré des usages et des modes d’occupation des sols souvent en marge de la légalité, la municipalité tente à présent de les réinvestir, et mobilise les leviers de l’action publique pour accélérer leur transformation sociale et urbaine. À la Madrague, ce processus de normalisation est renforcé par la création du Parc des calanques (PNCal, 2012), dont elle est à présent aux limites (Hérat, 2012). Longtemps dominée par les couches populaires, la Madrague est depuis quelques années traversée par des dynamiques de renouvellement social, soutenue, sinon souhaitée, par les pouvoirs publics locaux. Si la création du PNCal participe bien d’une volonté de mieux protéger un site désormais sur-fréquenté, elle a aussi pour effets de requalifier ses marges et d’y stimuler la promotion immobilière, particulièrement celle à visée spéculative. Outil de protection et de régulation pour les uns, notamment pour les associations de randonneurs qui revendiquent et soutiennent sa création depuis plusieurs décennies, le Parc est, pour les autres, un levier de dynamisation foncière et touristique, qui participe bien d’une politique de reconquête sociale et urbaine. De manière très significative, le quartier de la Madrague et sa friche ont été exclus, sans justification publique, du périmètre du Parc par le pouvoir municipal, en dépit d’un vote contraire du Comité de quartier. Quelques-uns des néo-résidents ont investi le quartier depuis les années 1990 et s’y investissent, soucieux de « faire bouger les choses ». À la tête du nouveau CIQ, un petit groupe de voisins et de « copains », cadres moyens et supérieurs des secteurs publics et privés, prend des initiatives pour « relancer » la vie du quartier, et s’engage dans des démarches visant à contenir les débordements de l’usine, dont l’appareil productif souffre d’une grande vétusté, faute d’investissements (nuisances sonores, odeurs nauséeuses, écoulement de substances jusqu’au littoral tout proche, etc.).

Photo 1 : Madrague de Montredon et usine Legré-Mante, 2015

Photo 1 : Madrague de Montredon et usine Legré-Mante, 2015

Cliché de l’auteur

  • 4 Plusieurs permis ont été déposés, et contestés. L’un d’eux (novembre 2011), portant sur l’essentiel (...)
  • 5 Négociée au moment de la transaction, la charge financière de la dépollution devait être répartie à (...)

5Fruit d’initiatives individuelles plus que d’une volonté municipale, la transformation du quartier est potentiellement accélérée par le projet immobilier destiné à remplacer la friche, qui prévoit initialement la construction de 285 logements, de 12 commerces et de 6 villas en bord de mer, sur une surface d’environ 2,5 hectares (terrain de 7,8 ha), presque équivalente à celle du noyau ancien de la Madrague, autour du port4. En doublant la population du quartier, ce programme, mené à son terme, en modifierait sensiblement la sociologie. Le soutien que l’équipe municipale lui apporte entre en résonnance avec sa politique (cf. encadré ci-dessous). Elle appuie fortement le projet du promoteur Océanis (mis officiellement hors-jeu en 2017), qu’elle présente aux habitants comme une opportunité de libérer le quartier de sa « verrue », et de faire supporter le coût de la dépollution par le privé5. Le député-maire UMP (devenu LR) des 6-8e arrondissements en assure le portage politique, et intervient auprès des services pour accélérer les démarches. La contestation des permis, et surtout le retrait du projet, ont cependant confiné les échanges dans des espaces clos et confidentiels entre exécutifs locaux, promoteurs et investisseurs. Cette mise hors champ, ajoutée à l’opacité des intentions de la mairie sur le devenir du site, nourrissent un sentiment de mépris que les acteurs les plus mobilisés entretiennent, tout en veillant à ne pas lui donner une dimension trop frontalement politique.

Encadré 1 : La reconquête municipale du littoral

Après s’être concentrée sur le centre-ville, la municipalité de Marseille entreprend depuis quelques années la « reconquête » des espaces littoraux avec l’appui de l’État, qui participe à l’effort financier, cède des terrains à la Ville et lui concède une partie du domaine public maritime : Euroméditerranée, réaménagement du Vieux-Port, création du PNCal, sentiers du bord de mer, etc. Principalement tournée vers la promotion du tourisme, cette politique bénéficie d’une embellie de l’investissement privé, notamment dans les secteurs de l’hôtellerie de luxe et de la promotion immobilière. Le sud de la ville, attractif et rentable, est particulièrement convoité : les grands opérateurs privés y ont acquis les trois quarts des surfaces mises en vente sur la période 2000-2004 (Donzel, 2014). L’équipe municipale encourage et accompagne ces dynamiques. Jusqu’en 2017, elle récupère des mains de l’État la concession des plages, pour en déléguer une partie au privé, restaurateurs et hôteliers pour l’essentiel. À la Madrague, sur une butte rocheuse qui surplombe le quartier, et dont l’État est encore propriétaire, la mairie envisage d’implanter un complexe touristique. Un premier projet est présenté en 2007, puis retiré face à la mobilisation des riverains et des militants écologistes. La Ville lance alors un appel à projets en 2013 en vue d’y réaliser une opération plus modeste, sur un site intégré depuis au PNCal. Une société hôtelière est retenue, associée à l’architecte Rudy Ricciotti – qui finit par se retirer suite aux controverses. Ce projet, et d’autres qui ont vu le jour ces dernières années sur le littoral sud, sur des sites qui sont des lieux de détente populaire (abords de plages, parc public), renforcent la conviction des riverains que la « balnéarisation » des lieux profile l’horizon des politiques municipales.

  • 6 Les populations nouvellement établies, y compris et surtout celles qui œuvrent au bien-être du quar (...)

6La plupart des riverains impliqués dans la valorisation du quartier voient néanmoins dans cette opération l’opportunité de débarrasser le site d’une usine qui, après avoir longtemps troublé le quotidien du quartier, entache à présent son esthétique6. Le CIQ ne s’y oppose d’ailleurs pas d’emblée, en tous cas pas sur le principe, et cherche à négocier avec le promoteur un certain nombre d’aménagements – qu’il obtient d’ailleurs – d’ordre esthétique et fonctionnel (réduction d’un étage des immeubles en front de mer, ouverture de la résidence sur le quartier, modification de la couleur des toits, etc.). Le sujet est très clivant, et un accord contre le projet ne se dégage finalement qu’au prix d’une certaine dépolitisation des débats, cantonnés aux troubles ordinaires ressentis et partagés par les riverains : l’assainissement et, surtout, la circulation, dans un quartier qui est la principale porte d’entrée sud des Calanques, fortement engorgé certaines périodes de l’année. C’est la question non résolue des « bouchons », et le sentiment grandissant que la mairie « ne fait rien », qui finissent par avoir raison des compromis négociés entre le CIQ et le promoteur, et pousse les riverains à contester les permis.

La construction de la (dé)pollution en problème collectif à défaut… d’être public

7La fermeture de Legré Mante met un terme à l’histoire ouvrière du quartier, mais n’éteint pas le conflit, qui se rejoue hors les murs de l’usine, sur des enjeux de politique urbaine : refus de l’opération immobilière projetée à la place de la friche, mais aussi mobilisation, plus militante, et longtemps extérieure au CIQ, contre les opérations à venir de dépollution des sols en métaux lourds. Occulté dans un premier temps par la focalisation de la critique sur les désordres les plus prévisibles associés à l’opération immobilière, le passé industriel du quartier est réactualisé par un collectif de riverains, d’élus et de militants sensibles aux questions de santé publique : le Comité Santé pour la Défense des Riverains de Legré Mante, devenu Comité Santé Littoral Sud, puis Association Santé Littoral Sud au moment où le collectif décide de se constituer en association en 2016.

Photo 2 : La friche et le crassier en front de mer, où devaient être construites 6 villas, 2015

Photo 2 : La friche et le crassier en front de mer, où devaient être construites 6 villas, 2015

Cliché de l’auteur

  • 7 L’arrêté préfectoral autorisant la dépollution (février 2012) a été attaqué devant le Tribunal admi (...)

8Motivée par des inquiétudes liées à la santé des populations riveraines, ainsi qu’aux dommages faits au littoral, l’opposition au plan de dépollution du site validé par le Préfet7 est animée par des habitants installés de longue date dans le quartier, mais aussi rompus à l’action militante, souvent depuis leurs années étudiantes. C’est le cas du noyau d’acteurs à l’origine du Comité, formé de voisins – devenus amis – ayant lutté avec succès quelques années plus tôt, au titre de parents d’élèves FCPE, pour le désamiantage de l’établissement fréquenté par leurs enfants. Certains ont derrière eux une longue carrière syndicale, d’autres découvrent à cette occasion le militantisme, mais tous s’acculturent aux questions des risques sanitaires, apprennent à agir ensemble et nouent des liens de confiance et d’amitié. C’est une partie de ce petit groupe, résidant toujours dans le quartier, qui se réactive au moment où éclate le conflit sur le devenir de la friche. À ce noyau s’agrège, dès le départ ou plus tardivement, une vingtaine d’habitants et de militants, plus ou moins riverains, issus pour la plupart de professions intellectuelles et/ou supérieures, et qui se reconnaissent dans l’action du collectif. Son positionnement entre en accord avec leurs dispositions sociales, professionnelles ou militantes – le plus souvent les trois à la fois. La majorité d’entre eux militent dans le champ de la santé et des risques publics, en lien avec l’action sociale ou les questions environnementales, et cumulent leurs compétences avec une expérience de la mobilité – ce qui permet d’opérer des rapprochements entre Legré Mante et d’autres situations vécues ou connues, mais aussi de mobiliser certains contacts faisant autorité en matière de santé et d’environnement : animation du Réseau Environnement Santé (RES) à l’échelle locale, participation à une Commission locale d’information (CLI), responsabilité dans une organisation régionale de défense de l’environnement (FARE-Sud), création d’une antenne locale de la Confédération sociale des familles (CSF), etc. Presque tous ont été, sinon formés, du moins sensibilisés à ces questions, suffisamment pour y trouver un intérêt personnel et mettre au service de l’action collective des savoir-faire professionnels : chercheur spécialiste des perturbateurs endocriniens, ingénieur chimiste, juriste auprès d’un gestionnaire de foyers pour travailleurs étrangers, architecte chargé de prospecter des sites pour un grand organisme public, etc. – tous à la retraite ou proche de l’être au moment où se forme le Comité. Aucun n’est donc à proprement parler un spécialiste des pollutions, mais tous disposent à la fois des compétences techniques, de l’expérience militante et de la disponibilité nécessaire pour s’engager dans un « devenir expert » (Weisbein, 2016) sur ces questions. Les membres du comité enquêtent, passent au crible les études réalisées pour le compte du promoteur pour en dévoiler les carences, collectent des données produites par des chercheurs locaux (médecins, biologistes, spécialistes de l’histoire industrielle des calanques, etc.), suivent des séminaires de formation, entreprennent des recherches sur les différents procédés utilisés dans l’industrie de la dépollution, prennent contact avec des acteurs engagés, sur des sites proches, dans des démarches de reconnaissance des dommages sanitaires liés aux pollutions industrielles, passées ou actuelles (Fos-sur-Mer, Gardanne, Cassis, etc.).

  • 8 Précisons qu’il s’agit là du plan de gestion initial. D’autres solutions sont à l’étude aujourd’hui (...)

9Chemin faisant, au fil d’une mobilisation qui s’étire sur plusieurs années, le collectif va s’employer à (re)qualifier partiellement le conflit autour du projet immobilier en un problème sanitaire et environnemental : pollution du littoral, mais surtout risques d’inhalation des poussières toxiques soulevées par le chantier. Le plan de gestion du site8 prévoit en effet l’excavation de plusieurs milliers de mètres cube de terre, lavés et criblés sur place, puis transportés pour être traités dans les filières appropriées. Il conteste l’expertise du bureau d’études mandaté pour évaluer la pollution, et fait pression sur les pouvoirs publics pour que soit davantage pris en compte le danger que représente la manipulation des sols, en raison de l’inévitable dispersion dans l’air des poussières toxiques dans un secteur très exposé aux vents tourbillonnants. Il s’efforce de mobiliser les services de l’État – très discrets sur un dossier fortement appuyé par la municipalité – et demande que soient lancées des études indépendantes permettant d’avoir une connaissance précise de l’état des sols. Il demande aussi que soit mieux évalué l’impact du projet, y compris sur l’espace urbain, et que soient discutés différents scenarii de dépollution.

  • 9 Ce positionnement a toutefois évolué, et le président du CIQ, sans être un élément moteur, et sans (...)
  • 10 Les ouvriers en lutte se heurtent au relâchement des liens entre l’usine et le quartier, amorcé dan (...)
  • 11 C’est ainsi que sera interprété le retrait (provisoire) du projet par le promoteur en septembre 201 (...)
  • 12 Cette posture participe moins d’une réticence à l’égard de la mouvance écologiste, présente et acti (...)
  • 13 Entendu ici au sens de J. Dewey (2010).
  • 14 Quelques élus, issus de la mouvance écologiste et socialiste, et plus marginalement communiste, sou (...)

10Le positionnement du Comité sur les questions sanitaires n’est pas affranchi de visée stratégique. Plusieurs préoccupations, mises en débat lors de réunions internes, motivent ses membres les plus actifs à investir cet espace, laissé vacant par le CIQ – longtemps hésitant à adhérer à la démarche et à y prendre part, en partie parce que ses animateurs ne se sentent pas suffisamment armés pour traiter de questions qu’ils jugent « très techniques », en partie parce qu’ils doutent des motivations du Comité, et ne veulent pas prendre le risque d’une exposition politique susceptible de compromettre les liens qu’ils s’efforcent, malgré tout, d’entretenir avec la municipalité9. Il s’agit tout d’abord de rompre l’isolement auxquels ont été confrontés les ouvriers en lutte10, en intéressant au dossier des acteurs susceptibles de relayer la cause du quartier ou d’user de leur notoriété pour lui donner une plus grande visibilité : presse locale, communauté scientifique, fédérations associatives, organismes publics ou para publics intervenant dans les champs sanitaire et environnemental, et bien sûr services de l’État, très en retrait d’un dossier jugé politique. Les efforts pour enrôler l’État local n’ont pas pour seul objectif de publiciser la cause : ils visent aussi et surtout à les responsabiliser en pointant du doigt un certain nombre de défaillances (défaut de contrôle de la mise en sécurité du site par l’exploitant, absence d’enquête publique et d’étude d’impact, défaut d’exploration de solutions alternatives, etc.), et à conduire les services préfectoraux à faire pression sur la Ville pour obtenir un gel du projet11. L’objectif est, enfin, de ne pas se laisser enfermer dans la posture d’opposants. Évoquer les dangers sanitaires d’un chantier de dépollution laissé dans les mains d’opérateurs privés, c’est amener dans l’espace public un problème au-dessus de tout soupçon. C’est d’ailleurs l’une des raisons pour laquelle les membres du Comité tiennent à mettre en avant leur qualité de riverains exposés à des dangers sanitaires, refusant toute montée en généralité sur les questions environnementales12 ou la politique municipale – par ailleurs toujours susceptible de compromettre le patient travail de construction d’un public mobilisé. Construire des alliances, étendre la cause, l’ennoblir en la maintenant dans un régime d’inquiétude ordinaire, telles sont les principales lignes pragmatiques que s’efforce de suivre le Comité. « Pragmatiques » car, même lorsqu’elles ont une teneur réflexive, et qu’elles doivent beaucoup aux compétences militantes de ses membres les plus impliqués, les lignes d’action du Comité n’ont pas qu’une visée tactique. Non seulement, on l’a dit, ses orientations font écho aux dispositions personnelles et professionnelles de ses membres, mais une bonne part de leurs choix, revendications et démarches se découvrent dans l’action, et n’ont de sens que dans une situation donnée, au regard des contraintes qui s’imposent à eux pour faire valoir leur cause : être porteur d’une visée critique dans l’espace public tout en maintenant l’unité d’un « public »13 potentiellement divisé sur le devenir du site, rechercher le soutien d’élus sans donner l’impression d’être instrumenté ou « politisé »14, alerter sans alarmer, et accréditer la thèse que le combat sanitaire en cache d’autres, s’imposer comme « expert » tout en maintenant mobilisés des publics qui ne se sentent pas à leur aise dans les démarches techniques, en évitant de couper le collectif d’une assise sociale dans le quartier – ancrage dont il tire en grande partie sa légitimité auprès des élus et de la presse locale.

Photo 3 : Manifestation pour une meilleure prise en charge des risques sanitaires et environnementaux liées à la dépollution du site Legré-Mante, 04 février 2017

Photo 3 : Manifestation pour une meilleure prise en charge des risques sanitaires et environnementaux liées à la dépollution du site Legré-Mante, 04 février 2017

Cliché de l’auteur

  • 15 Ce patient travail de liaison et de politisation à bas bruit crée d’incontestables effets d’apprent (...)
  • 16 Tout ne se joue cependant pas localement. L’action du Comité n’aurait sans doute pas eu le même éch (...)

11Cette (re)problématisation des troubles associés à l’opération immobilière n’engage donc pas que des opérations cognitives. Elle passe aussi, et surtout, par un travail de composition d’un public engagé dans des activités communes d’enquête, de questionnement et de partage, par lequel se configure un espace de la lutte élargi au-delà du quartier, à l’articulation de logiques d’ancrage et d’extension. Plutôt que de chercher d’emblée à élargir les motifs la cause, le collectif veille à maintenir les échanges dans un registre de familiarité, afin de ne pas « aller trop vite vers un collectif abstrait » (Boullier, 2001). Plus largement, il s’emploie à assurer la liaison entre acteurs locaux, qu’il s’efforce d’amener à la question des pollutions en indexant la critique à un jugement localisé, éprouvé en situation, d’être victime de la négligence de la municipalité, indifférente au sort des habitants qu’elle expose à de graves dangers15. L’expérience quotidienne des désordres devient ainsi une « ressource critique » (Overney, 2014) pour éveiller le soupçon, mettre à l’épreuve des faits la sincérité de la parole publique, créer une communauté de préoccupations et sensibiliser aux questions sanitaires des acteurs qui, tout en étant impliqués dans la valorisation de leur espace de vie, n’en perçoivent pas spontanément les enjeux – quand ils ne les refoulent pas tout simplement16. C’est aussi là, et pas seulement dans l’attitude de la municipalité, que se dressent les obstacles à la reconnaissance de ces dangers comme problème public.

Une pollution peut en cacher une autre. Domestication, occultation et refoulement des pollutions du proche

12L’ancrage historique de l’usine et la proximité sociale entre ouvriers et habitants (longtemps les mêmes) ne sont pas sans effet sur la tolérance des riverains à l’égard des pollutions, que l’on aurait tort d’imputer seulement à de l’ignorance : jusque dans les années 1970, les nuisances de l’usine (bruits, odeurs nauséabondes, traces blanches en bordure du littoral), et surtout les pollutions profondes de sols, de la végétation et du milieu marin proches ne pouvaient tout simplement pas être pensés comme de possibles griefs tant l’industrie s’inscrit de longue date au cœur du quartier, en rythme l’espace et les activités, et fait surtout vivre une part importante de sa population.

  • 17 Comme le note X. Daumalin (2006) à propos des soudiers, l’isolement forcé de leurs usines sous la R (...)
  • 18 À la fermeture de l’usine, rares sont les salariés à y avoir travaillé de longues années, et plus e (...)

13Pour négocier leur présence, et attirer une main-d’œuvre sur place, les industries à risque et/ou polluantes ont longtemps consenti à investir dans des infrastructures d’équipements collectifs, et ceci d’autant plus qu’elles étaient isolées du reste de la ville17. L’usine Mante n’échappe pas à la règle : jusque dans les années 1950/60, la famille Mante, qui possède une propriété juste au-dessus de l’usine, offre des terrains à la ville, et finance la construction de plusieurs équipements sportifs et éducatifs pour le quartier, encore en usage aujourd’hui : un terrain de foot, un gymnase et une école. Une maison du peuple est aussi construite, destinée aux réunions et aux loisirs des ouvriers, et la propriété est longtemps restée ouverte aux familles du quartier, qui venaient y chasser, se promener le long du canal ou pique-niquer le dimanche, et utilisaient les douches le soir, sans que la direction n’y trouve à redire. Entre les Mante, les ouvriers et leurs familles s’étaient noués des liens paternalistes, et les plus anciens salariés, cadres ou ouvriers, manifestent encore une certaine affection pour leur ancien employeur. La fusion avec les Legré, et surtout le rachat par la famille Margnat mettent un terme à ces pratiques, et marquent le début d’un désengagement des investissements non industriels et de l’organisation des sociabilités locales, suivant un processus semblable à celui observé par P. Fournier et C. Mattina (2013) à propos de trois établissements de la vallée de la Durance. Davantage intéressés par la cession du terrain que par la poursuite de l’activité sur le site, les Margnat poursuivent l’exploitation jusqu’à ce que s’offre à eux une opportunité de revente, en prenant soin les dernières années de recruter une main d’œuvre extérieure, de manière à couper les liens avec le quartier18. Les quelques investissements consentis dans l’usine, comme la construction d’une station d’épuration, ne le sont que sur injonctions – rares – de l’État, elles-mêmes consécutives aux plaintes insistantes des riverains. La plupart du temps, la direction s’oriente vers des solutions a minima pour remédier aux débordements – au sens propre comme au sens figuré – de l’usine sur les espaces publics, ou laisse la situation en l’état, sans nécessairement chercher à apaiser les relations avec les habitants. Cette situation de rupture critique entre l’usine et son quartier est accentuée par le renouvellement sociologique du quartier, évoqué plus haut : on y voit arriver des populations étrangères aux mondes ouvriers, pour qui les bruits et les odeurs sont inacceptables, parce qu’ils ne font pas sens.

  • 19 Entretien avec P., ancien habitant, ancien ouvrier de Legré Mante, 28.02.2014.
  • 20 Entretien avec F., habitant et natif de la Madrague, 06.03.2014. Sur les rapports intimes avec les (...)
  • 21 Entretien avec D., natif de la Madrague, 22.02.2014.

14Les nuisances de l’usine ont toujours été ressenties par les riverains, sans pour autant constituer un motif de troubles susceptibles de déboucher sur des revendications collectives. Les anciens habitants, nés à la Madrague ou résidents de longue date, entretiennent un rapport intime avec l’usine, qui fait partie de leur monde familier et qui, des années durant, a rythmé leur quotidien : « Vous savez, il faut se représenter ça. J’ai une image de quand j’étais gamin. Le matin, à la chaudière, je le faisais moi, à 5 heures du matin, on tirait le sifflet. Fuiiiit !! À 13h30 et à 17h00, ça rythmait la vie de tout le monde. Ils ne regardaient pas l’heure les gens, ils vivaient au sifflet »19. La fabrique est pour eux indissociable des lieux, et renvoie à des fragments de leur histoire personnelle ou de leur identité sociale. Cet autre enquêté évoque en entretien leurs souvenirs d’enfance dans l’enceinte de l’usine où il a grandi, et dans laquelle il a lui-même travaillé au seuil de l’âge adulte : « Ma petite enfance, je l’ai vécue dans l’univers de l’usine. En face de chez moi, on appelait ça le blanc, c’était une surface cimentée, et sur cette surface il y avait une douzaine de cuves pleines d’acide. On vivait à 5 mètres de ces trucs-là, qui puaient l’acide. On y faisait plus attention » 20. Les sons, comme les odeurs qui émanent de l’usine et se répandent dans le quartier les jours de vent, participent d’une expérience des lieux qui revient spontanément dans le récit que livrent les habitants de La Madrague et de son histoire. Leur mention n’est pourtant pas associée à des moments ou à des événements négatifs, bien au contraire ; elle est toujours prétexte à l’évocation de la vie de quartier et de ses sociabilités : « Y en a toujours eu des odeurs, c’était très incommodant (…) Tout le monde a toujours vécu ici avec les odeurs, principalement en début de semaine quand les mécanismes se remettaient en route. Des fois, y avait une manipulation qui tournait mal, le produit débordait, et provoquait des émanations 10 fois plus fortes que d’habitude. Je me rappelle qu’un matin, je ne sais pas du tout ce qui s’était passé, on partait à la chasse, on avait rendez-vous sur la place du quartier, on était 4 ou 5, puis il y a eu un nuage d’acide, on a été obligés de rentrer dans le bar, de fermer le bar tellement c’était… ça piquait »21.

  • 22 Entretien avec F., 06.03.2014.
  • 23 « Quand il y avait des produits qui se déversaient en bas de la turbine, ça faisait une énorme tach (...)
  • 24 Entretien avec J., installée depuis l’âge de 20 ans, lors de sa rencontre avec un habitant de la Ma (...)
  • 25 Rapporté par le président du CIQ de la Madrague, engagé dans des démarches d’enquêtes peu après son (...)

15Si les odeurs sont rétrospectivement associées à des souvenirs d’une vie de quartier souvent idéalisée, cela ne signifie pas pour autant qu’elles n’ont jamais été perçues comme dérangeantes. L’ancrage historique de l’activité industrielle sur le site, l’imbrication des sociabilités partisanes, syndicales et de quartier ne permettaient tout simplement pas de les penser comme « problème », et encore moins d’en faire état publiquement. Car la perception des bruits et des odeurs ne renvoie pas seulement à la dimension sensible du rapport à l’espace ; elle est aussi un construit social. Jusque dans les années 1970, l’usine Legré Mante fait encore vivre une part de la population : tout le monde ne travaille pas à l’usine, loin s’en faut, mais les habitants sont nombreux à avoir connu, ou à connaître encore, un ami ou un membre de leur famille parmi les ouvriers. Les fils de la mémoire familiale, des amitiés de jeunesse ou des camaraderies de quartier sont encore assez nombreux pour contenir des jugements qui pourraient être interprétés comme une remise en cause du gagne-pain de ses voisins, parents ou amis – ceci d’autant plus que les menaces de fermeture planent depuis le début des années 1970. Faire état des troubles ressentis, c’est manquer à un devoir de solidarité, et s’exposer à des récriminations collectives : « bien souvent, quand les gens disaient : “putain, l’usine elle sent le pourri“, on disait : “et alors, faut bien qu’on travaille, hein !“. Ces odeurs, c’était le travail des ouvriers. Pour la plupart des gens, c’était normal, c’était le prix à payer »22. Le confinement social des griefs est facilité par des mécanismes psychiques de mise à distance, qui conduit les habitants et les ouvriers à minorer les pollutions, à les neutraliser en les désignant par des noms de couleur – « le blanc »23 –, quand elles ne sont pas tout simplement naturalisées. Les accommodements avec les pollutions industrielles passent en effet par la domestication des risques, dont les manifestations sont souvent imputées à des phénomènes naturels, et donc inoffensifs. Les odeurs, pourtant nauséabondes, sont ainsi attribuées à celle de la lie de vin : « Mais ta mère me disait… moi quand je suis venue habiter ici (milieu des années 1970, NDR), je disais à ma belle-mère : “Mais Maman, c’est infecte cette odeur ! ». Et elle me répondait : “Mais non, c’est rien, c’est de la lie de vin, y a rien à craindre. C’est fort, c’est désagréable, ça dérange, mais c’est rien“. Même toi tu me le disais que ce qu’on respirait ça craignait rien »24. Les pollutions du littoral proche, blanchi par les rejets de l’usine, et les odeurs qui s’en dégageaient, sont quant à elles imputées à des « sources de souffre, naturelle, qui jaillissent de terre »25.

  • 26 Durant les années qui précèdent l’arrêt de la production sont en effet déposées de nombreuses plain (...)

16Domestication plutôt qu’ignorance, car la plupart des enquêtés ont une intuition empirique du danger des sols, dont ils ont fait l’expérience eux-mêmes, par exemple en se brûlant les jambes lorsqu’ils allaient jouer, enfants, dans le crassier en bord de mer. Récits qui témoignent d’un réel savoir localisé, d’une connaissance fine des dangers (même minorés), et des micro zones dans lesquels ils se concentrent. Fondée sur l’expérience individuelle, cette cartographie empirique du mal n’entretient sans aucun doute qu’un rapport très éloigné avec la carte objective des pollutions et de leur danger réel. Mais elle témoigne cependant d’un fait : la population, du moins cette part là des enquêtés, sait « quelque chose ». Et pourtant… Les corps sont toujours là, sains et valides, face à l’enquêteur, employés comme preuve pour attester du caractère mineur des dangers encourus. Les mêmes mécanismes, allant parfois jusqu’au déni, ont été observés par C. Cirelli (2015) dans son enquête sur un conflit contre une décharge d’ordures ménagères en Isère : elle montre bien que la mobilisation apparaît tardivement, lorsqu’un projet d’extension rend impossible tous les arrangements des riverains avec un équipement qu’ils s’étaient jusqu’ici efforcés de rendre invisible, et dont ils acceptaient les désagréments en contrepartie des bienfaits quotidiens que leur procuraient les lieux, aux confins de la ville. Dans notre cas, c’est l’arrivée de nouveaux résidents, venus chercher un « havre de paix » à proximité du centre, qui va permettre à certaines pollutions d’être dénoncées comme troubles de voisinages (années 1990)26, mais uniquement pour les plus visibles et gênantes, et pendant les quelques années où l’usine est encore active – sans voir que les pollutions olfactives, sonores ou visuelles en cachent d’autres bien plus dangereuses, enfouies dans les sols. La fermeture de l’usine déplace les protestations du CIQ, qui se mobilise sur le devenir de la friche, conteste l’implantation d’un projet immobilier de si grande ampleur, mais ne se préoccupe pas des dangers que fait peser sur la population le chantier, faute d’en ressentir les troubles ou d’en percevoir les manifestations.

17Dire cela ne signifie pas qu’il n’y ait jamais eu de protestation contre les pollutions industrielles, ni même que les questions environnementales soient absentes du passé. Le travail des historiens, spécialistes de l’industrie marseillaise, permet au contraire de voir que certaines activités très polluantes telles que la production de soude ont fait l’objet de nombreuses contestations dès la première moitié du XIXe siècle (Daumalin, 2006). Reste que ces protestations, qui prennent parfois un caractère collectif, sont marquées par trois caractéristiques majeures qui vont structurer durablement les mobilisations autour des friches industrielles. La première, c’est que les questions environnementales, y compris lorsqu’elles ne sont pas enrôlées dans des jeux de concurrences entre branches industrielles, sont enchâssées dans des revendications d’ordre matériel, cantonnées aux dommages faits aux biens, les seuls à être reconnus par les tribunaux : terres et productions agricoles, forêts domaniales, élevages, etc. Le deuxième trait de ces mobilisations, c’est que le groupe social des ouvriers en est largement exclu, la pollution étant en quelque sorte considérée comme un mal nécessaire au maintien de l’emploi : ce sont les agriculteurs et les propriétaires fonciers qui sont en première ligne des frondes. La pollution des sols est, enfin, largement ignorée des protestataires, qui focalisent leurs critiques sur les dégradations de l’atmosphère, les plus dérangeantes, et dont les effets sont à la fois plus rapides, plus directs et surtout plus manifestes.

18Localement, et plusieurs décennies après, c’est une configuration de ce type que l’on observe à la Madrague, avec laquelle le Comité Santé littoral Sud va devoir composer. Ce dernier, qui réunit connaissance fine des lieux, expérience militante et savoirs experts sur les questions sanitaires et environnementales, va néanmoins permettre aux pollutions des sols d’exister en tant que problème collectif et, pour une part croissante de la population locale, comme un possible problème domestique, d’ordre personnel et familial. Les membres du Comité peuvent se prévaloir d’un certain succès puisque le promoteur initial a été mis hors-jeu en 2017, et le plan de dépollution négocié de gré à gré avec le vendeur, validé par le préfet, a été abandonné. Avec l’appui politique de la Ville, qui a servi de médiateur et négocié le dossier avec le « repreneur », la dépollution est mise l’année suivante dans les mains du groupe Ginkgo, une filiale du groupe Rothschild, premier fonds d’investissement spécialisé dans la reconversion des friches industrielles urbaines. La constitution de la « dépollution » en problème public a donc profondément reconfiguré le schéma initial en l’inscrivant comme un préalable à toute opération d’aménagement – les deux questions, celle du traitement des sols et celle du devenir de la friche étant désormais (relativement) découplées. En recalant ainsi l’agenda local, la mobilisation a aussi provoqué des changements d’échelles et de modes de pilotage – désormais à distance – du projet, offrant potentiellement plus de garanties aux populations riveraines quant aux méthodes de dépollution utilisées. La démarche a également gagné en transparence, sinon du côté des acteurs publics, du moins de celui des opérateurs privés. Si la question du devenir du site n’a fait l’objet à ce jour d’aucune concertation ou communication publique – même si l’identité de certains opérateurs susceptibles d’entrer dans la boucle laisse penser que l’option immobilière n’a pas été abandonnée, et demeure la plus probable – les représentants de Ginkgo répondent aux sollicitations des collectifs de riverains, acceptent de les rencontrer et de les informer de l’avancement des démarches en matière de dépollution. Les habitants, du moins les plus mobilisés d’entre eux, ont incontestablement acquis, outre une connaissance des sols et des procédés de dépollution, qui leur autorise un jugement éclairé et leur permet de prendre part aux échanges avec les opérateurs, une capacité à agir et à réagir, à s’opposer de manière à la fois réflexive et collective, à alerter de la situation et à publiciser leurs craintes et leurs idées. A défaut de participer à la gouvernance du projet, ils parviennent ainsi à peser sur le devenir du site.

  • 27 C’est là toute la différence avec les situations décrites par les travaux, principalement d’origine (...)
  • 28 A Fos-sur-Mer et Port Saint-Louis-du-Rhône, où a été menée une étude de santé participative, et aux (...)

19Faut-il parler d’empowerment et de capacité à agir, comme nous y invite la littérature sociologique qui, en France, tente de mobiliser les cadres théoriques de l’Environmental Justice (Deldrève, 2015) ? Plusieurs observations, issues de l’enquête, nous conduisent à formuler quelques réserves en ce sens. Le public mobilisé constitue tout d’abord un ensemble hétéroclite et fragile, dont l’unité, faite d’accords provisoires et d’évitements des sujets clivants, est toujours menacée par les évolutions du projet, qui constituent autant d’épreuves à la cohérence du collectif. Deuxième point : la politique menée sur le site est fortement structurée, d’une part, par le caractère très rentable du foncier dépollué (qui rend viable une dépollution soignée, et donc coûteuse), d’autre part, par la crainte du contentieux, qui explique en grande partie la bienveillance relative de l’opérateur à l’égard des riverains. Troisième et dernier point : la grande discrétion de l’acteur public, élus comme services de l’État, qui délèguent au privé la gestion des demandes locales, sans concertation. À condition de ne pas perdre de vue la fragilité de ce public mobilisé, de relativiser la portée de sa contribution à une action publique qui les maintient aux marges, et d’avoir en tête la dépendance de ces processus à l’égard d’une configuration foncière et économique plutôt rare27 ; à condition, encore, de souligner le caractère socialement sélectif de ce même public, d’avoir en tête que la mobilisation se fraye un chemin étroit entre activisme, résignation et occultation des dangers, et que les cadres d’injustice (sentiment d’abandon) mis en avant par les habitants entrent en tension avec le sentiment partagé de vivre dans un « lieu privilégié » ; à condition, donc, de bien considérer tous ces éléments, on peut mettre l’accent sur les effets d’apprentissage, non seulement cognitifs, mais aussi et surtout de nature collective, à l’échelle du quartier, et plus largement du littoral et de ses arrières, où s’opèrent des tentatives de rapprochement avec d’autres luttes sanitaires et environnementales menées sur des sites industriels pollués28.

Conclusion

20Ce cas montre que la proximité immédiate avec les lieux pollués, pas plus que la dangerosité potentielle des pollutions (a fortiori invisibles), ne suffisent à déclencher la mobilisation des populations locales. Le renouvellement sociologique du quartier, au profil de populations mieux dotées en capital social et culturel, et davantage sensibilisées aux questions sanitaires et environnementales, n’a pas davantage permis de faire émerger ces questions, occultées par d’autres liées aux troubles urbains ordinaires. La construction des dangers sanitaires en problème public – ou plus exactement collectif à ce stade – doit beaucoup à l’implication d’acteurs qui s’engagent dans des transactions, rapprochent entre eux des problèmes et des acteurs, et parviennent à constituer un public mobilisé, faisant des lieux du proche des lieux politiques. Ce qui constitue finalement le motif récurrent de ces mobilisations, c’est la revendication d’une meilleure prise en charge d’espaces considérés avant tout pour leur valeur foncière – que ce soit par les propriétaires de l’usine, plus intéressés par la cession du terrain que par la poursuite d’une activité sur le site, ou par la Ville, qui encourage l’expansion immobilière pour dynamiser l’économie locale, élargir l’offre de standing et accroître sa marge de manœuvre financière. Ce n’est donc ni le refus des politiques publiques ni le rejet des transformations urbaines qui est au cœur de ces mobilisations ; mais tout au contraire, la dénonciation d’une défaillance de l’acteur public, à qui les habitants demandent d’assumer et d’assurer ce qu’ils estiment être leur rôle : aménager l’espace, et pas seulement faciliter une opération immobilière, protéger la santé des populations, veiller au respect de l’environnement et concerter les habitants pour les associer à une réflexion sur le devenir du quartier. C’est contre « l’inaction publique » (Henry, 2017), et non l’inverse, que se mobilisent militants et riverains.

Haut de page

Bibliographie

BOULLIER D., 2001, Derrière chez moi… l’intérêt général. Le bois de Soeuvres à Rennes, Paris, Textuel, 96 p.

CAPEK S., 1993, The ”Environmental Justice” Frame ; A Conceptual Discussion and an Application, Social Problems, vol. 40, Issue 1, p. 5-24.

CEFAÏ D., TERZI C. (dir.), 2012, L’expérience des problèmes publics, Paris, Éditions de l’École des Hautes Études en Sciences Sociales, 380 p.

CIRELLI C., 2015, Du déni à la mobilisation. Vivre à côté d’une décharge (le cas de Vienne, Isère), Ethnologie française, Vol. 3, n° 153, p. 467-476.

DAUMALIN X., RAVEUX O., 2016, Les Calanques espace de relégation des industries les plus polluantes, in DAUMALIN X., LAFFONT-SCHWOB I. (dir.), Les Calanques industrielles de Marseille et leurs pollutions. Une histoire au présent, Aix-en-Provence, Ref2C, chap.1, p. 11-92.

DAUMALIN X., 2006, Industrie et environnement en Provence sous l’Empire et la Restauration, Rives nord- méditerranéennes [En ligne], 23 | mis en ligne le 29 décembre 2008, consulté le 15 juillet 2016. URL : http:// rives.revues.org/522.

DAUMALIN X., 2003, Du sel au pétrole. L’industrie chimique de Marseille-Berre, Marseille, Tacussel, 160 p.

DELDRÈVE V., 2015, Pour une sociologie des inégalités environnementales, Bruxelles, Peter Lang, 243 p.

DEWEY J., 2010, Le public et ses problèmes, Paris, Gallimard, 336 p.

DONZEL A., 2014, Le nouvel esprit de Marseille, Paris, L’Harmattan, 176 p.

FOURNIER P., MATTINA C., 2013, Secours ou entrave à l’action publique ? Les élus locaux face à l’État dans les territoires mono-industriels à risque, Sciences de la société, n°90, p. 129-148.

HACHE É, 2011, Ce à quoi nous tenons. Propositions pour une écologie pragmatique, Paris, La Découverte, 247 p.

HACHE É., 2013, Justice environnementale, ici et là-bas, Paris, Contretemps http://www.contretemps.eu/auteurs/emilie-hache

HENRY E., 2017, Inaction publique, ignorance scientifique et invention publique. Les politiques de santé au travail, Paris, Presses de Sciences Po, 256 p.

HERAT A., 2012, Une politique de nature à l’épreuve du territoire : le quartier de la Cayolle et la calanque de Sormiou, in DELDREVE V., DEBOUDT P. (dir.), Le Parc national des Calanques. Construction territoriale, construction et usages, Versailles, Éditions Quae, p. 53-72.

KRONENBERGER S., 2014, Des temps de paix aux temps de guerre : les parcours des travailleurs étrangers dans l’Est et le Sud-est de la France (1871-1918), thèse de Doctorat d’Histoire, 20 mars 2014, Université de Nice Sophia-Antipolis.

MATTINA C., 2016, Clientélisme urbains. Gouvernement et hégémonie politique à Marseille, Paris, Presses de sciences Po, 426 p.

NEVEU C., 2001, Inacceptable dépollution. Un terril du Nord/Pas-de-Calais, Paris, Textuel, 90 p.

OLIVE M., 2018, Du passé industriel faisons table rase. Mobilisations (s) sur le devenir d’une friche, in BACKOUCHE I. et al. (dir.), La ville est à nous ! Aménagement urbain et mobilisations sociales depuis le Moyen-Âge, Paris, Éditions de la Sorbonne, p. 187-202.

OLIVE M., 2019, Du passé industriel faisons table rase. Mobilisation(s) sur le devenir d’une friche (Madrague de Montredon, Marseille), in DECHEZELLES S., OLIVE M. (dir.), Politisation du proche. Les lieux familiers comme espaces de mobilisation, Rennes, Presses Universitaires de Rennes [à paraître].

OVERNEY L., 2014, Par-delà la « participation des habitants ». Pour une ethnographie de la petite politique, in CARREL M., NEVEU C. (dir.), Citoyennetés ordinaires. Pour une approche renouvelée des pratiques citoyennes, Paris, Karthala, p. 131-166.

PYE S.et alii, 2008, Addressing the social dimensions of environmental policy – A study on the linkages between environmental and social sustainability in Europe, Bruxelles, European Commission.

RAVEUX O., 1998, Marseille, ville des métaux et de la vapeur au XIXe siècle, Paris, Éditions du CNRS, 383 p.

SCHLOSBERG D., 2007, Defining Environmental Justice. Theories, Movements, and Nature, Oxford, Oxford University Press, 238 p.

TAYLOR D. E., 2000, The Rise of Environmental Justice Paradigm. Injustice framing and the Social Construction of Environmental Discourses, American Behavioral Scientist, vol. 43, n° 4, p. 508-580.

WEISBEIN J., 2016, Défendre le littoral en croisant les expertises. Le cas des gardiens de la Côte, Norois, n° 338-239, p. 97-108.

Haut de page

Notes

1 Le volet de l’enquête qui fait l’objet de cet article repose essentiellement sur un travail d’observation participante engagé au sein de ce collectif (suivi régulier des réunions, participation aux activités des commissions, rédactions de comptes rendus et d’un dossier de presse, implication dans le CA de l’Association Santé Littoral Sud, etc.), sur une immersion de type ethnographique dans les espaces de sociabilité du quartier (réunions du comité de quartier, diverses activités à visée civique ou festive, etc.), et sur un corpus d’une vingtaine d’entretiens biographiques avec des habitants engagés dans la valorisation de leur lieu de vie ou dans la défense de causes de portée plus générale, liées à la santé ou à l’environnement.

2 Sur les stratégies paternalistes développées par les industries polluantes dès la première moitié du XIXe siècle, voir Daumalin, 2006.

3 Inspirée de la sociologie pragmatiste (Céfaï, Terzi, 2012), cette notion – comme celle de « public » mobilisé (Dewey, 2010) – semble plus heuristique dans notre cas que celles de « système d’acteur » et de « mise en réseau », en usage dans la littérature sur la résilience. La première, qui embarque beaucoup d’implicites fonctionnalistes, préjuge de liens d’interdépendance qui n’ont pas été observés sur le terrain et la seconde, plus pertinente, tend néanmoins à simplifier et durcir les rapports qu’entretiennent les acteurs mobilisés, tout aussi labiles et pluriels que leurs manières de prendre part à la cause. Si la mise en réseau est bel et bien un effet de la mobilisation, elle ne s’y réduit pas.

4 Plusieurs permis ont été déposés, et contestés. L’un d’eux (novembre 2011), portant sur l’essentiel du programme, est annulé par le Tribunal administratif (2013) sur recours du CIQ, au motif que les réseaux d’assainissement sont insuffisants au regard des besoins futurs du quartier. Entre temps, alors qu’un appel est en cours, la mairie délivre un second permis (2014), pour un projet sensiblement révisé à la baisse, mais lui aussi contesté, et retiré par le promoteur trois mois plus tard à la demande du maire – sur pression du préfet (2015). À deux reprises, des permis modificatifs sont par ailleurs signés la veille de l’audience devant le Tribunal. À ce jour, le projet est encore gelé, mais l’une des parcelles, celle qui se situe en front de mer et qui est aussi la plus polluée (remblais, scories industrielles), a récemment été mise en sécurité et nettoyée (février 2017), en vue d’y construire les 6 villas « de pêcheur », dont le permis avait été contesté hors délai, et qui a été prorogé. Pour le reste, c’est-à-dire l’essentiel de la surface (elle aussi sécurisée) et du projet, le dossier est, en 2017, confié à un fonds d’investissement spécialisé dans l’acquisition et la revente de friches industrielles polluées (voir développements en fin d’article). En fin d’année, rien n’a été rendu public quant au devenir du site.

5 Négociée au moment de la transaction, la charge financière de la dépollution devait être répartie à parts égales entre le promoteur et le dernier exploitant du site, qui est aussi propriétaire du terrain et responsable de la remise en état du site.

6 Les populations nouvellement établies, y compris et surtout celles qui œuvrent au bien-être du quartier, entretiennent un imaginaire des lieux décalé de la réalité, en accord avec leur projet résidentiel : celui d’un village de pêcheur, écrin de quiétude aux portes des calanques. L’identité portuaire, réelle mais survalorisée, occulte délibérément le passé industriel. Les anciens ouvriers, désormais très peu nombreux dans le quartier, sont dominés par une attitude fataliste, et se montrent peu enclins à revendiquer une mémoire ouvrière, à l’exception des quelques militants du Front de gauche. Ces derniers, appuyés par quelques habitants hostiles au projet immobilier, ont été porteurs de revendications patrimoniales (préservation des cheminées rampante et verticale, des bastides du Chevalier Roze et de son descendant, Rostan d’Ancezune, datant respectivement des XVIIe et XVIIIe s.) – sans toutefois les mettre eu cœur de leur mobilisation. Peu suivies, ignorées par le promoteur Océanis, ces revendications semblent avoir été reconnues par la nouvelle équipe en charge de la valorisation de la friche depuis 2017 (le fonds d’investissement Ginkgo et le groupe Constructa), qui se déclarent soucieux de soutenir un projet intégré, respectueux du passé du site et de son environnement (pour plus de développements sur ces questions, voir Olive, 2018).

7 L’arrêté préfectoral autorisant la dépollution (février 2012) a été attaqué devant le Tribunal administratif par le responsable local de la Confédération Syndicale des Familles (CSF), riverain du site et membre actif du Comité.

8 Précisons qu’il s’agit là du plan de gestion initial. D’autres solutions sont à l’étude aujourd’hui, mais dont ni les acteurs ni le chercheur n’ont connaissance. Malgré les précautions prises pour ne pas apparaître comme sympathisant de la cause, les demandes d’entretiens n’ont jamais abouti, aucun acteur ne souhaitant commenter un dossier aussi actuel et conflictuel.

9 Ce positionnement a toutefois évolué, et le président du CIQ, sans être un élément moteur, et sans non plus s’impliquer activement dans le Comité, soutient publiquement ses actions et se joint désormais à ses manifestations de rue. C’est à l’implication commune dans des activités contestataires, et aux liens de confiance qui s’y nouent, que nous attribuons ces rapprochements et, dans le cas du président du CIQ, cette amorce de politisation.

10 Les ouvriers en lutte se heurtent au relâchement des liens entre l’usine et le quartier, amorcé dans les années 1980 : baisse des effectifs salariés, recrutement d’une main-d’œuvre étrangère au quartier, désengagement de la direction de l’usine des investissements non industriels et de l’organisation des sociabilités locales, et surtout arrivée d’habitants relativement aisés, et peu enclins à soutenir le maintien d’une activité industrielle, devenue source de tensions, à proximité immédiate de leur résidence. La difficulté des ouvriers à inscrire leur lutte dans l’espace du quartier est renforcée, à une autre échelle, par le manque de relais politiques et institutionnels : les socialistes, peu en phase avec les publics ouvriers, sont mal implantés à la Madrague, la mouvance communiste est bien trop marginale pour espérer peser sur le devenir d’un site par ailleurs très éloigné des lieux et secteurs phare de l’industrie locale, et la majorité municipale, on l’a vu, soutient sans réserve le projet. Après 6 mois d’occupation de l’usine par une dizaine d’ouvriers opposés à sa fermeture (juillet-décembre 2009), Legré Mante ferme définitivement ses portes et licencie une cinquantaine de salariés, sans aucun plan social (pour plus développements sur l’occupation de l’usine, nous renvoyons à Olive, 2019).

11 C’est ainsi que sera interprété le retrait (provisoire) du projet par le promoteur en septembre 2014.

12 Cette posture participe moins d’une réticence à l’égard de la mouvance écologiste, présente et active au sein du Comité, que de la volonté de faire tenir ensemble les questions sociales, sanitaires et environnementales, face aux promoteurs du projet qui, à l’inverse, focalisent leurs (relatifs) efforts sur les questions environnementales en occultant les autres enjeux – suivant un processus identifié par le mouvement de l’Environmental Justice et les travaux qui s’y réfèrent (Hache, 2013).

13 Entendu ici au sens de J. Dewey (2010).

14 Quelques élus, issus de la mouvance écologiste et socialiste, et plus marginalement communiste, soutiennent l’action du Comité et, pour certains, s’y impliquent activement. Leur présence doit cependant être en permanence négociée, et surtout très discrète. C’est notamment le cas avec l’élue socialiste du secteur, praticienne hospitalo-universitaire spécialiste du développement fœtal, et très sensible à ce titre aux perturbateurs endocriniens. C’est elle qui, à ce jour, constitue le principal appui politique du Comité, dont elle relaie les revendications au Conseil municipal, auprès de la Préfecture ou de l’Agence Régionale de Santé. Cette mobilisation lui permet de consolider son ancrage politique, sur un terrain qui est celui d’une circonscription législative qu’elle convoite, et qui est aussi une « terre de mission » pour les socialistes.

15 Ce patient travail de liaison et de politisation à bas bruit crée d’incontestables effets d’apprentissage. De manière très significative, le Comité est parvenu à rallier les principaux CIQ du littoral sud, d’ordinaire très réfractaires à l’action protestataire, à laquelle ils préfèrent des modes d’actions plus feutrés et collaboratifs avec le pouvoir municipal (sur ce dernier point, cf. Mattina, 2016).

16 Tout ne se joue cependant pas localement. L’action du Comité n’aurait sans doute pas eu le même écho sans le lancement d’initiatives venant, à plus grande échelle, des champs médiatique et académique, et ayant contribué à exhumer le passé industriel – jusqu’ici largement méconnu du grand public – des calanques : visites thématiques lors des Journées du patrimoine, publication d’un ouvrage sur Les Calanques industrielles de Marseille et leurs pollutions (X. Daumalin, I. Laffont-Schwob, 2016), réalisation d’un documentaire télévisé (« Calanques, une histoire empoisonnée », Valérie Simonet, France 3, 2012), etc.

17 Comme le note X. Daumalin (2006) à propos des soudiers, l’isolement forcé de leurs usines sous la Restauration les conduit à développer un minimum d’infrastructures, pour couvrir les besoins quotidiens en logements, moyens de consommation, de soin ou d’éducation, les plaçant “à la pointe des pratiques paternalistes provençales”.

18 À la fermeture de l’usine, rares sont les salariés à y avoir travaillé de longues années, et plus encore à y avoir fait carrière. Parmi la douzaine d’ouvriers ayant occupé l’usine pour protester contre sa fermeture, deux seulement sont originaires de la Madrague et vivent à proximité.

19 Entretien avec P., ancien habitant, ancien ouvrier de Legré Mante, 28.02.2014.

20 Entretien avec F., habitant et natif de la Madrague, 06.03.2014. Sur les rapports intimes avec les lieux de l’industrie, voir aussi C. Neveu (2001).

21 Entretien avec D., natif de la Madrague, 22.02.2014.

22 Entretien avec F., 06.03.2014.

23 « Quand il y avait des produits qui se déversaient en bas de la turbine, ça faisait une énorme tache blanche, jamais personne… Les ouvriers disaient : “non, mais c’est neutralisé, on y met de la chaux, ça fait blanc, puis c’est tout“ » (entretien avec D., 22.02.2014). D’application courante dans les secteurs alimentaire, pharmaceutique et vinicole, l’acide tartrique naturel s’obtient en faisant bouillir du tartre (croûte blanche déposée dans les cuves par la fermentation du jus de raisin) en présence d’acide chlorhydrique, puis en traitant par de l’acide sulfurique le tartrate de calcium obtenu à cette étape intermédiaire.

24 Entretien avec J., installée depuis l’âge de 20 ans, lors de sa rencontre avec un habitant de la Madrague, 15.02.2014.

25 Rapporté par le président du CIQ de la Madrague, engagé dans des démarches d’enquêtes peu après son installation dans le quartier, entretien, 04.03.2014.

26 Durant les années qui précèdent l’arrêt de la production sont en effet déposées de nombreuses plaintes de néo-résidents, troublés par les odeurs nauséabondes et le bruit des machines que génère l’usine, à la fois proche et vétuste. Avec l’appui du CIQ, les plus engagés dans l’animation du quartier vont s’employer à identifier les sources de nuisances, effectuer des recherches sur la réglementation et faire pression sur la Préfecture pour faire respecter les normes en vigueur. En 2008, la DRIRE exige des travaux pour réduire les nuisances sonores, et l’année suivante, un arrêté préfectoral interdit l’activité nocturne. Cette restriction, les plaintes de riverains, mais aussi l’obligation, à partir du 1er août 2009, de transporter les déchets hors Marseille ont été mises en avant pour justifier la fermeture. Les démarches entreprises par les néo-résidents, soutenus par d’anciens habitants vivant à proximité immédiate de l’usine, ont suscité des tensions avec quelques familles d’ouvriers ou, plus souvent, d’anciens ouvriers, particulièrement les plus militants d’entre eux, liés à la mouvance du Front de gauche, très actif à la Madrague (sur ce point, voir Olive, 2018, 2019).

27 C’est là toute la différence avec les situations décrites par les travaux, principalement d’origine américaine, qui se revendiquent de la justice environnementale. Ces derniers, qui soulignent à quel point les inégalités sociales pèsent dans l’exposition aux préjudices sanitaires et environnementaux, portent principalement sur des espaces où se concentrent des populations modestes, issues de minorités ethnico-raciales, ayant un accès limité aux ressources expertes, institutionnelles et politiques (en ce sens, voir par exemple Capek, 1987 et Taylor, 2000). Mais tel n’est pas le cas à la Madrague, située dans un secteur à forte rentabilité foncière, et déjà investi par des résidents appartenant aux couches moyennes et supérieures, et disposant pour certains de ressources non négligeables, mises au service du quartier (accès au droit et aux médias).

28 A Fos-sur-Mer et Port Saint-Louis-du-Rhône, où a été menée une étude de santé participative, et aux abords de Gardanne, où les riverains tentent de faire reconnaître le préjudice sanitaire lié au stockage d’importantes quantités de poussières de bauxite par l’usine Altéo (les « boues rouges »). Ces rapprochements d’expériences, et les effets de socialisation qu’ils produisent, doivent beaucoup à l’initiative de scientifiques (chercheurs, universitaires ou consultants), agissant au sein ou à partir de l’espace académique, à la faveur d’appels à projet encourageant une meilleure synergie entre la recherche et le territoire.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Photo 1 : Madrague de Montredon et usine Legré-Mante, 2015
Crédits Cliché de l’auteur
URL http://journals.openedition.org/geocarrefour/docannexe/image/11815/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,7M
Titre Photo 2 : La friche et le crassier en front de mer, où devaient être construites 6 villas, 2015
Crédits Cliché de l’auteur
URL http://journals.openedition.org/geocarrefour/docannexe/image/11815/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,6M
Titre Photo 3 : Manifestation pour une meilleure prise en charge des risques sanitaires et environnementaux liées à la dépollution du site Legré-Mante, 04 février 2017
Crédits Cliché de l’auteur
URL http://journals.openedition.org/geocarrefour/docannexe/image/11815/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 1,5M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Maurice Olive, « Du trouble privé au problème public ou… l’inverse ? Mobilisation locale autour d’un site industriel pollué », Géocarrefour [En ligne], 92/2 | 2018, mis en ligne le 25 décembre 2018, consulté le 18 mars 2019. URL : http://journals.openedition.org/geocarrefour/11815 ; DOI : 10.4000/geocarrefour.11815

Haut de page

Auteur

Maurice Olive

Maître de conférences en Science politique, CHERPA (EA 4261), Aix-Marseille Université, maurice.olive@univ-amu.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© Géocarrefour

Haut de page
  • OpenEdition Journals