Navigation – Plan du site

L’élevage dans tous ses territoires

Breeding in all its territories
Claire Delfosse et Laurent Rieutort

Texte intégral

1Depuis les dernières années du XXe siècle, l’élevage se retrouve au cœur de débats sociétaux, environnementaux et économiques particulièrement intenses, notamment dans des pays développés qui pensaient pourtant l'avoir définitivement assigné à résidence soit dans des paysages patrimonialisés, soit dans une industrie de la viande et du lait invisibilisée. La contestation de l'horizon du progrès biotechnologique, les crises sanitaires, les mutations du rapport à l'animal, l'essor du végétarisme et du véganisme, enfin la problématique de la soutenabilité du modèle alimentaire occidental, ont profondément modifié la donne. Le retentissement du rapport Livestock's Long Shadow à propos de la production de gaz à effet de serre par le bétail mondial (Steinfeld et al., 2006), atteste l’importance de ces débats, tout en commençant à proposer des voies de réorientation de notre modèle de consommation et, plus largement, de développement. Il en est de même de l’expertise réalisée par l’Inra sur les Rôles, impacts et services issus des élevages en Europe (Dumont et al, 2016).

2Quant au monde professionnel de l’élevage, il va lui aussi de crise en crise, de remise en cause en remise en cause, jusqu'à atteindre aujourd'hui un point de non-retour dramatique pour une grande partie de ses acteurs, dans un contexte d'impuissance ou d'indifférence des pouvoirs publics et des firmes qui dominent les marchés alimentaires. Lieu de tous les imaginaires rustiques, l'étable est devenue une arène de controverses et, parfois, un lieu de souffrance – mais aussi d'inventions ou de réinventions de pratiques.

3Malgré une crise bien réelle, l’élevage et ses filières continuent de jouer un rôle économique majeur dans un grand nombre de régions. Dans l’Union européenne, les productions animales contribuent pour environ 45 % à la production agricole finale en valeur. Les industries européennes des filières animales (lait, viande, aliments pour le bétail) ont un chiffre d’affaires d’environ 400 milliards d’euros en 2013. En termes d’emplois, on estime à 4 millions les actifs travaillant dans les élevages européens. L’effet multiplicateur de l’emploi direct est évalué entre 1,2 et 2,5 selon les filières. En France, plus particulièrement, l’emploi lié à l’élevage atteindrait 3,2 % de l’emploi national (Dumont et alii, 2016). Toutefois, cette place et certains modèles productifs sont aujourd’hui remis en cause au nom de l’environnement, du bien-être animal, mais aussi de la santé et des régimes alimentaires. De nouveaux modes d’élevage sont prônés, d’anciennes formes sont redécouvertes, de nouveaux modèles de production émergent, qui peuvent aussi s’intégrer localement à des formes d’économie circulaire. Ces approches peuvent également contribuer à la relocalisation d’activités, à la revalorisation des sous-produits de l’élevage ou des produits non alimentaires comme la laine ou les peaux, et au renforcement des complémentarités entre différentes activités agricoles, voire à la réhabilitation des formes d’élevage considérées comme éteintes, comme l’économie de semi-subsistance. L’élevage attire aussi en France ceux que l’on dénomme les « nouveaux agriculteurs » et qui contribuent à renouveler les systèmes de production. A l’échelle mondiale, les « services positifs » de l’élevage sont aussi valorisés par les scientifiques, comme l’entretien des puits de carbone et des réservoirs de biodiversité que constituent les surfaces herbagères et pastorales (Millennium Ecosystem Assessment, 2005 ; Steinfeld et al., 2010).

4Dans ce contexte qui ne peut laisser indifférent les chercheurs en sciences sociales, il apparaissait nécessaire de reconsidérer les rôles et fonctions de l’élevage dans les territoires des pays développés, ce qui appelait une contribution propre des géographes, ainsi qu’une forme nouvelle de « mise en géographie » qui ne se questionne pas seulement sur les continuités et discontinuités spatiales des pratiques d'élevage, mais également et surtout analyse de façon qualitative les mutations du lien entre élevages et territoires.

La diversité des territoires de l’élevage : ancrage ou déterritorialisation ?

5Les territoires de l’élevage, définis comme des constructions sociales, peuvent être variés, impliquant de multiples acteurs avec leurs diverses pratiques ou représentations. Étudiant dans son article le pastoralisme, notamment pyrénéen, Corinne Eychenne rappelle avec force que « être éleveur, c’est d’abord une façon d’être avec les animaux » mais « cela peut également représenter une façon d’être dans son territoire, dans une relation durable et minutieuse à l’espace. Le pastoralisme représente l’archétype de cet élevage ancré au territoire, selon une symbolique puissante cristallisée autour de la figure du berger, des brebis et des grands espaces ». Pourtant, avec la « révolution productiviste » et l’insertion de l’élevage dans des filières agroalimentaires industrialisées, les géographes se sont surtout intéressés à ces espaces spécialisés de type bassins de production et bassins de collecte polarisés par les firmes de l’amont ou de l’aval (Diry, 1985 ; Canevet, 1992 ; Margétic, 1994 ; Rieutort, 1995) ; cette concentration spatiale étant à la fois cause et conséquence de la spécialisation des exploitations d’élevage. Les chercheurs ont reconnu que dans ces systèmes spécialisés et spatialisés, outre les avantages comparatifs liés à la disposition de conditions naturelles exceptionnelles ou d’acquis historiques (par exemple fonciers), un avantage comparatif pouvait être obtenu du point de vue économique par les meilleures maîtrises technique, structurelle et organisationnelle des unités de production et de transformation ; l’ensemble se construisant dans le temps.

6Mais le renforcement global de telles aires conduit à des formes de « déterritorialisation » de l’élevage avec une nouvelle géographie fonctionnelle faite de réseaux d’entreprises sans base territoriale. Rappelons toutefois que des organisations d’une toute autre nature naissent de ressources spécifiques présentes sur le territoire d’approvisionnement de la firme et des « avantages différenciatifs » peuvent être recherchés ; la localisation géographique contribuant aux caractéristiques du produit fini, en particulier lorsque l’on valorise le lien entre territoire et produit final dont l’appropriation – ou la réappropriation – mobilisent les partenaires du bassin de production (Delfosse, 2011).

7Progressivement, la remise en cause du modèle productiviste, la recherche de nouvelles proximités géographiques au sein d’espaces ruraux multifonctionnels, les demandes des consommateurs, la valorisation des « services » de l’élevage (valorisation patrimoniale, entretien des paysages et environnement, vitalité sociale), un processus collectif de ré-ancrage des filières d’élevage est mis en avant même si ses formes sont inégales selon les lieux. On aboutit finalement à la juxtaposition de différentes stratégies et modèles d’organisation dans les territoires, avec des points communs (volonté d’ancrage et de multifonctionnalité, organisation des filières et dynamiques collectives, recherche de durabilité), mais aussi des divergences dans l’utilisation du foncier, la gestion des ressources ou le rapport aux politiques publiques. Cette coexistence socio-spatiale de modèles d’élevage suscite de nouveaux travaux scientifiques qui interrogent à la fois la résilience économique et environnementale des territoires ruraux et périurbains, la fourniture de services et la durabilité en liaison notamment avec les interactions qui peuvent se réaliser entre les multiples acteurs de l’espace rural, et enfin la valorisation des ressources spécifiques et la capacité des exploitations à innover et à s’adapter à des changements globaux (aléas des marchés et climats) ou locaux (suppression/création de services ou d’activités) (Touzard, Fournier, 2014).

8Deux articles de ce numéro permettent ainsi de discuter ces formes d’organisation territoriale des filières d’élevage et leur évolution dans le temps. A propos de la production laitière du grand Sud-Est de la France (Rhône-Alpes, Provence-Alpes-Côte d’Azur, Saône-et-Loire) et en cartographiant les données sur la production, Daniel Ricard tente d’identifier différentes formes de territoires. Il distingue le « territoire de l’éleveur », « celui de l’exercice de son activité, centré sur ses terres et ses bâtiments. Son assise spatiale, longtemps très stable, est désormais bouleversée par le processus d’agrandissement. Ces territoires élémentaires se regroupent ensuite en un territoire des éleveurs, plus vaste où des centaines d’entre eux constituent un bassin de production, élément clef de la construction des filières agroalimentaires » et le territoire des laiteries « à la fois assez permanent dans l’espace compte tenu d’une concurrence limitée pour la collecte et de la quasi-absence de nouveaux acteurs dans le métier, mais aussi très évolutif, en lien avec la restructuration continuelle de ces mêmes laiteries, ce qui conduit à la réorganisation des circuits de collecte et donc du territoire de ces firmes ». Ces territoires d’entreprises sont également divers : petit espace de la fromagerie villageoise (fruitière), vaste bassin de collecte organisé par les coopératives ou les industriels privés dans la foulée de la révolution agricole, territoires intermédiaires de PME ou d’entreprises (y compris d’affinage et de négoce) qui misent sur un ancrage local fort. La situation du périurbain est ici questionnée avec des éleveurs voire des entreprises « soumis aux contraintes de la proximité urbaine (coût et concurrence pour le foncier, cohabitation avec les riverains…) », mais qui tentent de retrouver la fonction traditionnelle du marché de proximité. Enfin, les territoires des produits renvoient surtout aux productions fromagères ancrées grâce aux AOP. Géographiquement, ce grand Sud-Est est un bon révélateur de la coexistence spatiale de modèles d’élevage différents : montagne alpine à forte territorialisation et valorisation économique élevée, bassins laitiers productivistes à filières longues, plaines de la Saône marquées par la révolution agricole mais aussi par les traditions d’élevage et de transformation laitière qui tentent de se ré-ancrer et de jouer la carte de la proximité métropolitaine.

9Dans le contexte très différent des Hauts de la Réunion (rareté des traditions laitières et fromagère, habitudes alimentaires ignorant très largement les produits lactés), Yvane Marblé, Claire Aubron, Mathieu Vigne, étudient la création d’un bassin laitier intensif depuis un demi-siècle, dans une zone historiquement dédiée à la culture de géranium. Soutenu par les politiques publiques, par une réorganisation foncière de grande ampleur, et structuré autour d’une coopérative (la SICALAIT), « l’élevage laitier fera partie de politiques d’aménagement du territoire, présenté comme un outil de développement et un moyen de lutte contre un exode rural alors important ». Le modèle d’élevage est clairement inspiré de la révolution productiviste (recours à la race Holstein, intensification fourragère mais surtout utilisation des aliments concentrés importés) et fortement soutenu via des subventions et un prix du lait payé aux éleveurs permettant de compenser les coûts de production et de collecte élevés. Aujourd’hui, ce système ayant remodelé un territoire – avec un paysage de prairies de montagne tropicale encore peu valorisé par les acteurs locaux – n’est pas durable : le degré d’autosuffisance de l’île en produits laitiers ne dépasse pas 40 %, les petites exploitations sont peu transmissibles et l’accès au foncier très difficile pour les plus grandes exploitations. D’autres modèles sont explorés : transformation fromagère, élevage allaitant naisseur, diversification vers la production porcine ou avicole même si elle suscite des conflits d’usage. En conclusion, les auteurs plaident pour « l’émergence de systèmes d’élevage laitiers herbagés basés sur une gestion fine de prairies d’association graminées-légumineuses et de plus petits troupeaux [qui] pourrait diminuer les besoins en concentrés mais également replacer l’animal laitier sur le territoire ». Cet article réinterroge également le modèle agricole et agro-alimentaire réunionnais et les modes de valorisation des produits de cet élevage.

La valorisation des produits de l’élevage

10Les produits de l’élevage participent des débats sur la relocalisation de l’économie et des systèmes alimentaires. Ce « tournant territorial » de l’économie agricole et alimentaire a notamment valorisé les systèmes de qualité revendiquant des liens à l’origine : Appellations d’Origine Protégée (AOP), Indications Géographiques Protégées (IGP). Les produits laitiers bénéficient de nombreuses appellations d’origine et les viandes ont profité de l’élargissement des produits sous appellation en France depuis les années 1990 (Wolikow, 2015). Le comté est même devenu un modèle de développement illustrant le rôle des AOP dans la valorisation d’une production locale dans sa région d’origine, garante du maintien de l’agriculture, d’industrie alimentaire et de paysages associés. Les produits animaux ont ainsi été analysés aussi à l’aune de la notion de panier de biens permettant de développer une fonction résidentielle et touristique (travaux sur le laguiole et l’Aubrac notamment) (Pecqueur, 2001 et Pecqueur et al 2006) ; certains produits et services de l’élevage étant même considérés comme des ressources territoriales, qu’elles soient matérielles ou immatérielles à l’image des manifestations autour des produits de l’élevage ou des nombreuses fêtes de la transhumance.

11Les systèmes AOP ont été récemment rediscutés et fragilisés face au poids des groupes et aux débats autour des aires de production et de cahier des charges, voire de la question des OGM et du bien-être animal (avec la diffusion des robots de traite par exemple). Toutefois, de nombreux Organismes de Défense et de Gestion des appellations font évoluer les cahiers des charges et tentent de répondre aux nouvelles attentes sociétales. Ils modifient aussi leur stratégie commerciale en réinvestissant les marchés de consommation proches, notamment ceux des métropoles voisines des aires de production (bleu de Gex, brie de Meaux et de Melun, pélardon évoqué dans l’article de Fleury et al.). En effet, les nouveaux débats sur les liens entre qualité et origine des biens alimentaires, valorisent les « produits du proche », ceux qui sont obtenus à proximité des villes et peuvent être vendus par des circuits courts. Cette tendance semble surtout concerner les produits frais (les légumes et les fruits), mais les produits animaux n’y échappent pas, et cette demande suscite de nouvelles formes de valorisation des produits de l’élevage et l’installation de nouveaux types d’élevage à proximité des grandes villes. Entre circuits courts, produits de type AOP et filières longues des travaux récents essaient de penser des systèmes intermédiaires valorisant une proximité à l’échelle régionale et des intermédiaires aux savoirs incontournables que sont par exemples les commerçants de gros, les bouchers, les crémiers-fromagers…

12Ce thème de la valorisation des produits de l’élevage traverse presque l’ensemble des articles de ce numéro, mais quatre d’entre eux traitent plus particulièrement de la question de la qualité liée à l’origine, qu’elle soit lié au terroir ou « au proche », sans oublier celle de la meilleure valorisation de l’ensemble des produits de l’élevage dans une économie s’interrogeant sur le gaspillage.

13L’article de Sandrine Petit, Claire Gaillard et Catherine Mougenot réinterroge à travers plusieurs regards disciplinaires, le comté au prisme de différentes stratégies d’éleveurs. Les auteurs analysent notamment les innovations en termes de sélection animale et dressent le portrait de plusieurs éleveurs en ayant recours « au concept de style pour parler des manières de pratiquer l’élevage ». Cet article original se veut provoquant en analysant le rapport entre innovation et tradition dans le cahier des charges : autour des méthodes de sélection mais aussi de gestion de la ressource herbagère. Il fait une place importante aux savoir des éleveurs : savoirs de sélection, mais aussi rapport à l’animal et au troupeau ainsi qu’à son alimentation. Cet article souligne ainsi les « recompositions permanentes et parfois discordantes de la filière, entre singulier et pluriel ». On voit au sein d’un collectif ayant à respecter un même cahier des charges se dessiner des stratégies différentes : l’une plus « productive » encouragée par l’aval et aboutissant à la création de grandes exploitations laitières et une autre plus centrée sur l’exploitation et la qualité de vie de l’éleveur. Ces différentes stratégies peuvent susciter des tensions autour du cahier des charges et de son évolution et ainsi des interrogations sur les choix et les compromis… Cette diversité des élevages dans leur permanente réinvention fragilise certes la « filière comté », mais en même temps elle permet de renouveler le « système comté » et montre que la « tradition est bien vivante » puisqu’elle continue à s’inventer.

14L’analyse de l’évolution des systèmes d’élevage et ses incidences sur les cahiers des charges de deux fromages AOP, le brocciu corse et l’ossau-iraty est l’objet de l’article de Morgane Millet et François Casabianca. Les auteurs tentent de comprendre comment la race fait ou ne fait pas ressources et quelles stratégies d’acteurs elle mobilise, à travers la description des trajectoires des races ovines laitières locales en Pyrénées-Atlantiques et en Corse. Cet article rediscute les liens au terroir et au local des produits animaux, et par conséquent de l’élevage, par la focale de la race dite locale. Ainsi alors que depuis les années 1990 les cahiers des charges assurent l’importance de la réglementation des races animales pour garantir les liens au lieu des produits animaux, les auteurs expliquent que « bien que toute race locale soit déclarée typique d’un lieu, sa sélection peut reposer sur des critères a-territoriaux et conduire à sa banalisation » ; finalement, « le caractère local des races ne suffit plus à qualifier le lien du lait AOC au terroir : il faut aussi cadrer le pratiques d’élevage ». Les nouvelles attentes des éleveurs en termes de qualité de vie et de lien à leur territoire peuvent faire ces pratiques d’élevage : « Au-delà de la dimension esthétique (attachement au standard) ces éleveurs défendent une autre vision de la sélection qui ne serait plus axée seulement sur la productivité laitière mais sur l’adage ‘une belle brebis qui nous fait bien vivre’« . Ce point est important pour le renouvellement des élevages laitiers notamment car, outre la question du prix du lait, le coût de la reprise des exploitations laitières, les contraintes associées à l’élevage laitier ces dernières années ont expliqué les difficultés de reproduction des exploitations laitières.

15Ces deux articles réinterrogent également l’évolution des cahiers des charges AOP et montrent les stratégies différenciées qui se dessinent au sein d’une même filière d’appellation. Tous deux font un focus sur l’élevage comme facteur de lien au territoire, questionnant l’alimentation animale (les modalités d’exploitation du fourrage), ainsi que la place donnée aux races animales dans les stratégies de distinction. Ce faisant, ils discutent l’évolution des savoirs naturalistes des éleveurs ; des savoirs que l’on commence justement à redécouvrir et revaloriser (Dupré et al, 2015).

16L’article de Nicolas Lacombe et de François Casabianca examine quant à lui, toujours au sein des « filières » d’appellation, la valorisation des co-produits. En effet, les AOP ont promu un seul produit et ont souvent éclipsé les autres ressources, même si dans certains territoires, on a pu parler de « paniers de biens ». Dans ces filières surtout, on s’est peu intéressé jusqu’à présent à la valorisation de ce que l’on a souvent dénommé sous-produit et que les auteurs ici appellent co-produits : petit-lait, laine, cuir, viande de chèvre... Cette dénomination illustre une nouvelle tendance en économie du développement durable, qui a également des incidences dans les pratiques d’élevage, celle de « l’économie circulaire » ou tout du moins de la valorisation maximale de l’ensemble des produits d’un même type d’élevage ou d’élevage « cohabitant » sur le même territoire, et cela à plusieurs échelles. Cette co-valorisation ne va pas de soi : elle engendre des conflits d’usage, elle se heurte à des problèmes de saisonnalité de la consommation d’un produit, de consommation de certains types de viande, à l’image de la chèvre mais aussi de l’âne abordé dans un autre article. A l’aune de cette entrée sur les co-produits, les auteurs réinterrogent le terroir et ce qui fait local, y compris en y associant les modes de consommation et leur évolution.

17L’article de Dominique Vollet et Saïd Sandra reprenant la théorie des paniers de biens, mais cela dans des territoires non touristiques, éclaire une autre forme de valorisation des produits, fortement promue et étudiée en ville et peu, finalement, dans les espaces ruraux et leurs maillages de petites villes, la consommation locale. Pour ce faire, ils ont réalisé des enquêtes qualitatives et quantitatives menées auprès de consommateurs et d’acteurs des filières dans deux territoires ruraux où l’élevage domine (le Bocage bourbonnais et la Planèze de Saint-Flour). Cet article permet d’envisager ce que peut être le « consommer local » dans des espaces de faible densité et en particulier pour les produits d’élevage et notamment la viande. Cela permet d’éclairer les pratiques d’achat des ruraux – même si l’échantillon demeure réduit –, et des acteurs de la commercialisation de proximité que sont les bouchers ainsi que les « magasins » des entreprises agro-alimentaires (ici coopérative d’éleveurs). Ils soulignent également le rôle des acteurs territoriaux dans la prise de conscience de la nécessité de consommer local.

Multifonctionnalité et biens communs complexes

18L’élevage ne joue pas seulement un rôle alimentaire, et on redécouvre actuellement, ses fonctions énergétiques, pour le trait, mais aussi autour de la biomasse. Il participe très largement des nouvelles fonctions de l’agriculture comme le care farming ou le social farming (Delfosse, 2018). Il a ainsi un rôle multifonctionnel dans les territoires et il peut être le support de différents types d’activités : de loisirs, touristiques, mais aussi d’animation. Il joue également un rôle culturel et patrimonial important. Ce patrimoine renvoie aux pratiques pastorales, aux savoir-faire et paysages culturels qui y sont liés, avec un mouvement important vers la labellisation et la sanctuarisation internationale (reconnaissance UNESCO par exemple). Il tient aussi pour beaucoup aux pratiques alimentaires, plats, produits issus de l’élevage, sans oublier les formes d’artisanat valorisant les produits à des fins alimentaires ou non-alimentaires (cuir, corne, plume, etc.). De fait, l’élevage produit des marqueurs identitaires et paysagers pour les territoires considérés à différentes échelles, offrant un levier majeur aux politiques de développement. Son importance est ainsi particulièrement mise en exergue dans les régions aux fragilités socio-économiques ou aux environnements contraignants comme dans les montagnes, les zones sèches ou froides. Enfin, l’élevage peut justement jouer un rôle environnemental positif en contribuant à l’entretien de l’espace (face aux risques inondation et incendie, pour le maintien de la biodiversité, par l'écopâturage...) et au maintien d'aménités paysagères, y compris dans des environnements urbains ou péri-urbains (Delfosse et al., 2017).

19De bons exemples de ces nouvelles fonctions sont présentés dans les articles consacrés d’une part à l’utilisation des ânes dans les campagnes françaises, et d’autre part à la valorisation de l’élevage au sein des métropoles de Lyon et Grenoble.

20Omniprésent dans les espaces ruraux au XIXe s., l’âne a connu un fort déclin contemporain avant de « renaître » partiellement en liaison avec le développement de nouvelles utilisations de l’animal, notamment dans le domaine des services et du tourisme. Michel Lompech, Daniel Ricard et Laurent Rieutort montrent que ce renouveau repose à la fois sur la valorisation des races locales notamment dans leurs berceaux géographiques, mais aussi sur des usages changeants (lait d’ânesse, traction asine et maraîchage, randonnée touristique, médiation sociale, « équidés territoriaux » dans plusieurs communes pour la collecte d’ordures ménagères, le transport scolaire ou le fauchage de friches urbaines, …) et sur une mise en patrimoine « où l’âne apparaît comme porteur d’une symbolique et fixe un imaginaire socio-culturel ». Les auteurs notent une diversification des types d’éleveurs, plus accentuée encore que dans le monde équin, avec une forte implication des amateurs, ce qui ne va pas parfois sans conflits d’usage dans les zones périurbaines où les ânes occupent des interstices du fait de la pression foncière.

21Alors que l’agriculture urbaine est souvent traitée à partir des systèmes de culture (maraîchage, etc.), l’intérêt de l’article de Claire Delfosse et Adrien Baysse-Lainé, réside dans l’exploration des formes de mise en valeur des animaux, que ce soit à Grenoble, où l’élevage est mis en avant pour préserver un cadre paysager et pour mettre en patrimoine une forme d’agriculture spécifique, ou à Lyon où les acteurs publics souhaitent montrer que l’élevage contribue à la biodiversité domestique par l’intermédiaire de l’éco-pâturage, de la réintroduction de poules ou de l’accueil de colonies de ruches. Les deux métropoles n’oublient pas les dimensions récréatives et alimentaires, et souhaitent maintenir une production de proximité. Mais cela ne va pas sans tensions ou contradictions : statut social des animaux, évolution des régimes alimentaire et question de l’abattage, localisation des animaux dans le tissu urbain et périurbain, gestion du foncier, coexistence de plusieurs modèles d’élevage, y compris entre élevage professionnel et élevage amateur.

22Partout, les dynamiques de l’élevage dans les territoires sont finalement questionnées par les nouvelles attentes sociétales et les enjeux liés au bien-être animal. Les modèles professionnels se diversifient que ce soit pour ces élevages urbains ou pour le pastoralisme montagnard.

23Plusieurs articles en viennent à relier ces services rendus par l’élevage à la question des « biens communs complexes » impliquant des acteurs et des usages divers et dépassant de plus en plus le seul cadre de la gestion des ressources pour embrasser l’ensemble du système alimentaire. Philippe Fleury et al. proposent ainsi une relecture de l’élevage montagnard au regard de la théorie des communs en croisant les questions de gestion de l’espace et des écosystèmes et celles de la mise en marché et de la valorisation des produits. Afin de voir si une auto-organisation collective durable se met en place pour gérer ces « ressource communes », quatre études de cas sont proposées : AOC bleu du Vercors Sassenage dans le Parc Naturel Régional du Vercors, AOP pélardon dans les Cévennes, élevage ovin en pays Asses-Verdon-Vaïre-Var dans les Alpes de Haute-Provence, filière Engagement Qualité Carrefour pour la fourme d’Ambert au sein du PNR du Livradois-Forez. Les résultats obtenus sont nuancés : « la situation est celle d’un écheveau d’actions collectives plus ou moins connectées » et « ce sont seulement des avantages liés à la territorialisation qui sont évoqués : valorisation et préservation des ressources locales, maintien de la qualité des paysages, réduction des trajets et conséquences positives sur la consommation d’énergies fossiles » ; les questions de préservation de la biodiversité ou de valorisation des produits sont rarement croisées par les différents acteurs ; seules les Cévennes dont les paysages culturels de l’agro-pastoralisme ont été inscrits au patrimoine mondial de l’humanité, bénéficient de nouvelles formes de gouvernance avec « les prémices d’une gestion d’un bien commun complexe associant paysage, élevage et développement local ».

24Dans des contextes différents et sans mobiliser ce même cadre théorique, deux autres articles font références aux questions de biens communs. La vulnérabilité de l’élevage des rennes en Laponie suédoise, abordée par Romain Courault, Grégory Duval et Marianne Cohen, permet également de poser de grandes questions sur services rendus par l’élevage ; replacé dans le contexte du changement global et du déploiement d’activités nouvelles (urbanisation diffuse, aménagement d’infrastructures routières, exploitation forestière ou minière…), cet élevage subit les effets de la fragmentation des paysages qui conduit à une complexification des déplacements des troupeaux et à un renchérissement des coûts du transport pour contourner les obstacles ou s’approvisionner en foin. A partir d’une analyse cartographique et statistique, les auteurs montrent l’ampleur de cette fragmentation mais surtout son caractère très inégal selon les lieux, les habitats écologiques et les capacités de résistance des communautés d’éleveurs dans un contexte de revendications territoriales portées par les Saamis. Les enjeux d’une gestion en « bien commun » sont posés à travers la recherche d’une gestion concertée entre forestiers et éleveurs entamée depuis les années 2000 ou avec « les possibilités de coopération au projet d’infrastructure verte auquel participe le Parlement Saami afin de prendre en compte les besoins spécifiques actuels des éleveurs, ainsi que des autres acteurs (humains, non-humains, immatériels et matériels) ».

25Le pastoralisme « entre mythes et réalités » est traité par Corinne Eychenne qui retrace comment on est passé de principes de gestion de l’espace montagnard par les communautés traditionnelles et donc en « biens communs », à un modèle de développement inscrit dans la loi pastorale de 1972 et « qui fait de l’éleveur de montagne un jardinier de la nature plutôt qu’un producteur de biens alimentaires, bien avant la montée en puissance du paradigme agri-environnemental à partir du début des années 1990 ». Injonction à la multifonctionnalité et aux services environnementaux et patrimoniaux, c’est progressivement un regard exogène qui est porté sur l’activité pastorale et qui est « à l’origine d’une double assignation sociale (environnementale et patrimoniale) » illustrée, selon l’auteur, par les conflits actuels autour des grands prédateurs. Paradoxalement et alors qu’il répond à certaines attentes sociétales, notamment en matière de bien-être animal ou de pratiques préservant l’environnement, l’élevage pastoral est contesté, les éleveurs pastoraux peinant « à faire comprendre et reconnaître les spécificités de leur rapport à l’espace et aux troupeaux ».

26Au final, ce numéro de Géocarrefour vient confirmer que la monofonctionnalité alimentaire de l'élevage, liée à la rationalisation de l'animal et du consommateur en miroir, a laissé place à des évolutions bien plus complexes depuis deux décennies au moins, qui aboutissent à une segmentation fonctionnelle de l'élevage mais surtout à une complexification de ses formes de territorialisation.

Haut de page

Bibliographie

CANEVET C., 1993, Le modèle agricole breton, PUR, Rennes, 400 p.

DELFOSSE Cl. (dir.), 2011, La mode du terroir et les produits alimentaires, Les Indes savantes, 357 p.

DELFOSSE C., DUMONT B., HOSTIOU N., 2017, Des services contrastés rendus par l’élevage dans les espaces urbains et périurbains européens, Productions animales, vol 30, n° 4, p. 395-406.

DELFOSSE, 2016, Les animaux d’élevage et le care, Pour, n° 231, p. 187-191.

DIRY J.-P., 1985, L’industrialisation de l’élevage en France. Economie et géographie des filières avicoles et porcines, Gap, Ed. Ophrys, 680 p.

DUMONT B., DUPRAZ P. (coord.), 2016, Rôles, impacts et services issus des élevages en Europe. Synthèse de l’expertise scientifique collective, INRA (France), 133 p.

DUPRE L., LASSEUR J., POCCARD-CHAPUIS R., 2015, Pâturages. Nourrir ses bêtes et habiter le territoire, Techniques et culture, n° 63, 301 p.

MARGETIC C., 1994, IAA et territoires : les laiteries du Nord-Pas-de-Calais face aux quotas laitiers, thèse de géographie, Université de Lille 1, 470 p.

Millenium Ecosystem Assessment, 2005. Ecosystems and Humans Well-being : Synthesis. Island Press, Washington DC, 155 p.

OSTROM E., 1990. Governing the commons. The evolution of institutions for collective action, Cambridge University Press, 271 p.

PECQUEUR B., 2001, « Qualité et développement territorial : l’hypothèse du panier de biens et de services territorialisés », Economie rurale, n° 261, p. 37-49

PECQUEUR B., ROUX E., VOLLET D., 2006, « Coordination d’acteurs et valorisation des ressources territoriales, le cas de l’Aubrac et des Baronnies », Economie rurale, p. 20-36.

RIEUTORT L., 1995, L’élevage ovin en France, Espaces fragiles et dynamiques des systèmes agricoles, CERAMAC, PUBP, 512 p.

RIEUTORT L., RYSCHAWY J., DOREAU A., GUINOT C., 2014, Atlas de l'élevage herbivore en France. Filières innovantes, territoires vivants, Paris, ed. Autrement.

STEINFELD H., GERBER P., WASSENAAR T. et al., 2006, Livestock’s Long Shadow. Environmental issues and options. FAO Report, 380 p.

STEINFELD H., MOONEY H.A., SCHNEIDER F., NEVILLE L.E. (Eds.), 2010. Livestock in a Changing Landscape. Volume 1 : Drivers, Consequences, and Responses. Washington DC : Island Press.

TOUZARD J.-M., FOURNIER S., 2014, La complexité des systèmes alimentaires : un atout pour la sécurité alimentaire ?, VertigO, La revue électronique en sciences de l’environnement, vol. 14, n° 1, [En ligne].

WOLIKOW S., HUMBERT F., 2015, Une histoire des vins et des produits AOC. L’INAO de 1935 à nos jours, Dijon, Presses universitaires de Dijon, 279 p.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Claire Delfosse et Laurent Rieutort, « L’élevage dans tous ses territoires », Géocarrefour [En ligne], 92/3 | 2018, mis en ligne le 21 février 2019, consulté le 03 août 2020. URL : http://journals.openedition.org/geocarrefour/12277

Haut de page

Auteurs

Claire Delfosse

Université Lumière Lyon 2 – EA Laboratoire d’Études Rurales. 16 avenue Berthelot, 69007 Lyon, France claire.delfosse@wanadoo.fr

Articles du même auteur

Laurent Rieutort

CERAMAC, Université de Clermont-Auvergne, site Gergovia laurent.rieutort@uca.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Géocarrefour

Haut de page
  • OpenEdition Journals