Navigation – Plan du site

Julieta Fuentes-Carrera et Philippe Subra, Israël, l’obsession du territoire

André Buisson
Référence(s) :

FUENTES-CARRERA J. et SUBRA P. (préface), 2018, Israël, l’obsession du territoire, aménagement et géopolitique en Israël et en Cisjordanie (1905-2018), Paris, Armand Colin, 224 p.

Texte intégral

1L'auteure propose ce petit ouvrage, qui est la reprise de sa thèse Politiques israéliennes d’aménagement du territoire et nation genèse : quelle lecture géopolitique de la région allant de la Méditerranée au Jourdain ? : un pays neuf sur une terre ancienne soutenue en 2013 à l'Université Paris VIII sous la direction de B. Giblin. L'étude de l'auteure est centrée sur la stratégie de conquête menée par Israël au Proche Orient. Incluant dans sa recherche les deux territoires que forment l'Etat d'Israël et la Cisjordanie, elle les regroupe comme un unique espace géopolitique (P. Subra, Préface, p. 9).

2On retient en général de cette région les évènements liés au conflit israëlo-palestinien, les six guerres, les Intifada-s successives et les occupations des territoires comme la "bande de Gaza". Pour autant, tous ces épisodes ont en commun, comme nous le montre l'auteure, d’être la mise en œuvre "implacable" d'une politique. La thèse de l'ouvrage est que cette politique repose sur une véritable stratégie d'aménagement de l'espace, laquelle démontrera de manière évidente que, comme l'a écrit Yves Lacoste, "la géographie ça sert d'abord à faire la guerre" (Paris, Maspéro, 1976), même si elle se fait sans déclaration préalable. Vues de l'étranger, ces actions israéliennes se manifestent par la création de kibboutz ou la construction d'un "Mur de séparation". Dans le quotidien des habitants des lieux, ce sont pour les uns, Palestiniens, les vexations liées aux heures de queue aux multiples check points de l'armée israélienne, la destruction de vergers d'oliviers et d'immeubles, les permanentes répressions par des bombardements, les dynamitages de tunnels sous la frontière, la fermeture des points de passage, et pour les autres, Israéliens, les attentats aux arrêts d'autobus, les tirs de roquettes depuis le Liban ou la bande de Gaza.

3Cette situation repose sur une obsession qui hante les dirigeants de l'Etat d'Israël depuis les débuts, "l'obsession territoriale", et les moyens utilisés pour réaliser l'unité de ces lieux auxquels les Juifs religieux avaient donné le nom de "terre promise". Parmi ces moyens, outre la guerre, qui est à chaque fois une des conséquences des actes précédents, l'aménagement du territoire est utilisé comme une façon de continuer la guerre… par d'autres moyens (p. 13).

4Tout au long du livre, l'auteure détaille les moyens de cette véritable "stratégie" d'aménagement du territoire : l'édification de portions de murs qui, s'ils ne sont pas disposés sur une carte, ne montrent pas la cohérence de leur planification, la construction d'un nouveau réseau routier et la redéfinition des limites administratives (p. 23). Afin de maîtriser le pays (la Cisjordanie), que les Palestiniens avaient déjà organisé sous la forme d'un réseau de villes et villages, Israël a réussi à mettre en place un système permettant de fragmenter l'ancienne unité territoriale au profit d'une nouvelle, ne bénéficiant qu'aux Juifs : chaque mur a pour objet de bloquer les routes arabes et de les transformer en impasses, supprimant ainsi le raccordement au réseau routier des territoires palestiniens et obligeant les habitants à d'interminables détours par des chemins de terre ; chaque nouvelle autoroute, construite ou prolongée pour relier les implantations israéliennes entre elles, est interdite aux Arabes ou strictement réglementée et chaque découpage administratif encercle les communautés villageoises palestiniennes et les isole les unes des autres. Ainsi, par exemple, sous couvert d'obéir aux injonctions internationales de moderniser le réseau routier palestinien, laissé à l'abandon par les autorités israéliennes, en 2003, les Israéliens mirent-ils en place le "plan des ponts et des tunnels".

5Tout repose sur la notion de peuplement et l'obsession d'obtenir la supériorité numérique dans le pays ; cela passe par la gestion de l'immigration de colons juifs venus du monde entier.

6Un long chapitre (ch. 2) est consacré à la "Colonisation, aménagement et maîtrise de l'espace". Il inclut la colonisation de la Cisjordanie. L'auteure détaille les plans successifs, comme les plans Daleth, Allon ou Drobles, le fichier Weitz, mais également les éléments pratiques mis en place dans les kibboutz pour assurer la sécurité des implantations, comme l'ingénieuse "homa Oumigdal" (enceinte préfabriquée composée d'une tour et d'un rempart, de quatre ou cinq baraques, permettant d'abriter 40 à 50 habitants).

7Le chapitre 3 montre qu'Israël mène une "guerre" multiforme, contre les Palestiniens certes, mais aussi dans sa propre communauté, entre les différents courants religieux d'abord et les différents courants ethniques issus de l'immigration de la diaspora juive. Ainsi, une politique d'assimilation intense a été mise en place pour intégrer les différents groupes arrivés sur le territoire, les "pionniers sionistes ashkénazes" d'abord, puis les juifs orientaux (mizrahim), et enfin, plus récemment, les Russes et les Ethiopiens, par des tentatives parfois réussies mais souvent échouées. Pourtant, ces vagues de peuplement devaient toutes participer au grand projet commun. Ajoutons à cette disparité ethnique les grandes différences dans les pratiques religieuses et nous obtenons un mélange explosif au sein même de la communauté juive, comme le montre, par exemple, la ville d'Haïfa (p. 141 s. et carte 11), où les ultra-orthodoxes (Haredim) forment à eux-seuls une ville dans la ville, capable d'influencer la politique territoriale jusqu'aux plus hauts niveaux de l'Etat (carte 12).

8Plus qu'ailleurs, tout, en Israël, provient d'une décision de l'Etat, depuis le simple niveau de la construction d'une maison (dont l'obtention du permis de construire doit correspondre au plan de développement régional !) dans le but de la judaïsation du territoire (p. 169).

9L'auteure souligne (avec un parti-pris évident) la "stratégie remarquablement intelligente" (p. 179) menée depuis plus d'un siècle par Israël et, en face (du côté palestinien), la quasi-absence de réaction. Trop tard, sans doute, le projet de la ville-nouvelle de Rawabi tente, en exploitant une stratégie identique à celle d'Israël, de proposer une ville verte, une utopie pouvant loger 40 000 habitants… mais certainement voué à l'échec, car placé au cœur d'un territoire tout entier soumis au contrôle d'Israël, qui détient notamment la distribution de l'eau, indispensable dans ces territoires.

10Ainsi présenté, le dossier est alarmant : pourra-t-on faire s'entendre Israéliens et Palestiniens sur le territoire d'Israël ? Le pessimisme est de mise, semble-t-il, puisque chacune des avancées politiques israéliennes sape un peu plus toute possibilité de donner un jour un Etat aux palestiniens. Les cartes proposées par l'auteure sont particulièrement explicites, par exemple sur le cas de Ramla, sur le Triangle ou sur l'évolution du Yichouv (période de l'Implantation, avant 1948 et la création de l'Etat d'Israël).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

André Buisson, « Julieta Fuentes-Carrera et Philippe Subra, Israël, l’obsession du territoire », Géocarrefour [En ligne], Comptes rendus inédits, mis en ligne le 05 février 2019, consulté le 21 février 2019. URL : http://journals.openedition.org/geocarrefour/12298

Haut de page

Droits d’auteur

© Géocarrefour

Haut de page
  • OpenEdition Journals