Navigation – Plan du site

Michel Bruneau, L’Eurasie. Continent, empire, idéologie ou projet

André Buisson
Référence(s) :

BRUNEAU M., 2018, L’Eurasie. Continent, empire, idéologie ou projet, Paris, CNRS éditions, 352 p.

Texte intégral

1L’auteur propose un ouvrage très dense, qui tente d’explorer toutes les facettes d’un super-continent, l’Eurasie : 54 millions de km2, 11 % de la surface totale de la terre, 36 % de la surface des terres émergées ! Une sorte de « monstre », que des géographes « plus sages » avaient tenté de diviser entre Europe et Asie, en se servant de l’Oural comme limite commune (« L’Europe, de l’Atlantique à l’Oural »… de certains hommes politiques) alors qu’aucune véritable barrière continue ne sépare ce territoire en deux.

2L’ouvrage est divisé en quatre parties et treize chapitres et comporte une bibliographie, un dossier cartographique et plusieurs index.

3Dans le cas d’une entreprise comme celle-ci, en préambule, une définition s’impose… et elle n’est pas évidente à trouver. Aussi, l’auteur choisit-il de convoquer dans le dossier toute la bibliographie dont il dispose, issue de tous les horizons de la recherche géographique. Trouver une cohérence à l’ensemble n’est pas non plus d’une grande évidence et l’histoire, ancienne ou récente, sera le fil conducteur de sa démonstration. La description du territoire est révélatrice des difficultés à en rendre l’unité, tant historique que géographique. Retenons cette évocation romantique : « l’écharpe des moussons qui borde au sud le socle lui-même cerné au nord par la bretelle des invasions… » (fig. 1, p. 24). Après avoir abordé succinctement la description morphologique, l’auteur s’attache à évoquer les composantes politiques, voire géopolitiques.

4La première partie a pour but de définir l’Eurasie « par la voie continentale », de l’empire Perse et celui d’Alexandre à la Grande Russie tsariste. L’auteur souligne que, vue d’Occident, la première « construction d’un espace eurasiatique » est liée à l’entreprise perse… continuée par les califats Omeyyade et Abbasside. Vue d’Orient, la Chine trouve dans son « grand Ouest » une composante musulmane formant son rattachement à l’Eurasie. Vue du centre du territoire, la composante turque se situerait « dans la longue durée » (fig. 6 et 7), alors que les Mongols au XIIIe s. auraient achevé cette construction (pl. III, cahier couleur), construction reprise par la Russie tsariste et parachevée dans l’URSS (pl. VIII et la « logique impériale eurasiatique » exprimée notamment par le transsibérien). Tour à tour, c’est le réseau des villes (les Alexandries fondées par Alexandre le Grand, par exemple) ou bien celui des routes (fluviales ou terrestres), voire enfin celui de la religion (mazdéenne, puis musulmane, et principalement chiite) qui permet aux conquérants de s’assurer la main mise sur ce gigantesque territoire. L’auteur montre ainsi que, dans cet immense espace, les volontés de conquête sont venues tour à tour de l’ouest, avec Rome, du centre avec les Perses ou de l’Est avec la Chine des Han, tout en maintenant un contact par les trois voies classiques (la voie méridionale maritime, la « route de la soie » et au nord, la « route des invasions nomades »), routes dont la connaissance et la fréquentation n’a jamais cessé.

5Dans la seconde partie sont abordées les colonisations, liées à l’ouverture de la voie maritime méridionale (ch. 7 : l’Eurasie par la mer). Route des épices (comparable à la territoriale « route de la soie »), comptoirs portuaires, émirats, empire colonial japonais, chacun à son tour a tenté de disposer le long de cet axe des implantations lui permettant d’asseoir sa présence, voire sa puissance (économique, militaire…) Les Portugais, l’Empire colonial britannique, les cinq comptoirs français de l’Inde, les émirats pétroliers du Golfe, sur une période beaucoup moins longue que celle étudiée dans la première partie, ont jalonné cette route avec des réussites économiques extraordinaires.

6Les espaces d’interfaces et de connexions sont étudiés dans la troisième partie. La remarque de l’introduction est éclairante : l’insécurité récurrente de certains espaces entretient des zones de fracture de cette apparente unité territoriale, que seul le maintien des routes permet de franchir ou de contourner. Ces « clés » sont, tout d’abord, l’Asie du Sud-Est (dont l’auteur est l’éminent spécialiste mondialement reconnu), enjeu fondamental pour la Chine notamment qui, depuis le Yunnan, déploie son énergie vers la Birmanie, le Laos et le Viet Nam à travers des investissements importants, une immigration et un nom fleuri : « stratégie du collier de perles ». En second lieu, ce sont les Etats d’Asie centrale qui se déterminent par des critères aussi variés que la langue, l’unité tribale ou le particularisme ethnique. Le monde Indien (Inde, Afghanistan), détient une place particulière dans ce vaste puzzle.

7Dans la quatrième partie, « les tentatives récentes de construction d’un espace eurasiatique » sont en parallèle celle de la Russie de Vladimir Poutine et celle de la Chine de Xi Jinping. La Russie a démontré depuis longtemps que son territoire est tout autant d’Europe que d’Asie et son président actuel « pense que l’inimitié entre la Russie et l’Europe est structurelle » (p. 268). Quant à la Chine, elle développe son projet de « Nouvelles routes de la soie » avec des investissements très importants, et un rôle de pivot joué par le Xinjiang. Assistera-t-on à un basculement des influences en Eurasie au profit de la Chine ? Cette tentative de recentrage ou de « continentalisation » de la Chine démontre à l’évidence sa volonté hégémonique sur le monde de demain.

8L’auteur ne ménage pas son lectorat et la masse de connaissances développée est imposante ! Il l’astreint à une sorte de « grand écart » constant, qui lui permet tout à la fois de souligner la complexité de l’étude qu’il a engagée et la nécessité, pour la conduire, d’envisager l’étude de ce territoire dans sa globalité. L’histoire politique est alors rejointe par l’histoire religieuse, où l’on croise Nestoriens, Orthodoxes, Manichéens, Bouddhistes, Musulmans… Par ailleurs, le rôle récurent des Empires est bien mis en évidence dans la volonté de rendre cohérent cet espace gigantesque dont les « capitales » (Alexandrie, Rome, Moscou, Pékin…) ont toujours été situées en périphérie.

9La question posée dans la dernière partie trouvera bien évidemment son dénouement dans l’actualité à venir (avenir proche ?) : l’annexion définitive, par la force éventuellement, de Hong Kong, le contrôle des voies économiques sud-orientales, montrent la stratégie chinoise ; de l’autre côté de ce monde, l’annexion de la Crimée par la Russie en sont quelques éléments… La réalisation de cette unité est-elle en marche ? Et qui en sera le grand gagnant ?

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

André Buisson, « Michel Bruneau, L’Eurasie. Continent, empire, idéologie ou projet », Géocarrefour [En ligne], Comptes rendus inédits, mis en ligne le 15 février 2019, consulté le 21 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/geocarrefour/12318

Haut de page

Auteur

André Buisson

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Géocarrefour

Haut de page
  • OpenEdition Journals